Édition du
27 July 2017

Les trois petits cochons

C’est la même société Eutelsat qui avait bloqué il y a quelques mois la radio libre algéro-tunisienne RADIO KALIMA

Par Rim al-Khatib

Tribune des lecteurs 19 juin 2010

La décision de la France, au nom de l’Union européenne, de mettre fin à la diffusion de la chaîne satellitaire Al-Aqsa TV, porte-parole du Hamas, qui émet de la bande de Ghaza, est une nouvelle décision liberticide de la France impérialiste, après la décision de supprimer la chaîne satellitaire du Hezbollah, Al-Manar, prise il y a quelques années.
Le satellite régional Noursat qui héberge Al-Aqsa TV, dépend d’Eutelsat. C’est la décision liberticide d’Eutelsat qui a suscité la colère des Palestiniens et des Arabes, qui ne cessent de protester depuis que la direction d’Al-Aqsa TV a reçu la mise en garde : selon Eutelsat, la chaîne Al-Aqsa ne respecterait pas les normes européennes de la télédiffusion.
Sans insister sur les motivations hypocrites et sionistes d’Eutelsat et du gouvernement français, les protestations syndicales et populaires des associations des droits de l’homme, que ce soit en Palestine ou dans le monde arabe, s’étendent. Le ministre français des Affaires étrangères aurait promis d’étudier à nouveau la décision.
Dans sa campagne de dénonciation de la décision hypocrite et liberticide française et européenne, Al-Aqsa TV a diffusé l’histoire des trois petits cochons, racontée par Tex Avery, en dessins animés, pendant la Seconde Guerre mondiale. Il y avait trois petits cochons qui avaient décidé de construire leurs maisons. Deux choisissent de les construire avec des pailles alors que le troisième choisit d’en faire un lieu barricadé, avec des canons. Les deux petits cochons pacifistes se moquent de leur frère, jugé belliqueux. Il est vrai qu’ils sortent de leurs poches un accord de paix avec l’ennemi « le loup » qui leur a promis de ne pas les attaquer. Mais la guerre éclate, et les deux petits cochons pacifistes sont bouffés par l’ennemi. De plus, les collabos sont ridiculisés, l’ennemi montré de manière affreuse et le résistant reçoit tous les honneurs !!
Al-Aqsa TV répond ainsi, par la diffusion de ce dessin animé, à la décision liberticide de la France, lui rappelant qu’en période de guerre, les chaînes télévisées européennes ont amplement diffusé ce film et tant d’autres du même genre, pour contrer l’occupant de l’époque. De plus, la chaîne palestinienne répond à l’hypocrisie française, qui prétend que la chaîne « utiliserait » les enfants dans sa propagande, ayant déjà produit plusieurs dessins animés, extrêmement attirants et intelligents. Cette ingéniosité palestinienne n’est pas du goût des puissances impérialo-sionistes qui ne peuvent concevoir que les médias arabes, et notamment palestiniens, et du Hamas, puissent utiliser cet outil, les dessins animés, pour diffuser leur information et leur conception de la lutte de libération. Mais Al-Aqsa TV a montré à tous ces hypocrites, qu’eux aussi ont utilisé les dessins animés et continuent à les utiliser pour s’adresser aux enfants, d’abord et les enrôler dans leur logique agressive, raciste, islamophobe et impériale.
Il est vrai que depuis plusieurs années, Al-Aqsa TV montre indéniablement qu’elle est devenue une chaîne professionnelle, offrant des débats de qualité, des émissions diversifiées en offrant une liberté d’expression populaire, où les émissions sur les prisonniers alternent avec celles sur les questions de la vie quotidienne ou politiques.
Si la France maintient sa décision liberticide, c’est le blocus contre la bande de Ghaza et contre le peuple palestinien que la France et l’Europe renforcent, c’est l’étouffement de tout un peuple qu’elles veulent instaurer pour soutenir leur petit protégé, Israël.
Et dire que la France, et par la même occasion, l’Europe et les Etats-Unis, prétendent donner des leçons de démocratie aux peuples du monde !
R. A. K.


Nombre de lectures : 1204
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • samir
    19 juin 2010 at 22 h 21 min - Reply

    que peut on attendre d’un ennemi hereditaire?




    0
  • Congrès du Changement Démocratique