Édition du
21 July 2017

Lettre ouverte à moi même.

Mohamed Jabara

Réveilles-toi, alter égo qui sommeille en moi. Tu m’empêches d’agir . Il y a en moi autant de forces qu’il y a en tout autre. Aucune différence n’existe entre les humains. Je suis de la même terre que les six rebelles qui ont mis à genoux un empire colossal et libéré le peuple de la bannière des autres. Je suis du même cru que mes ancêtres célèbres qui ont gouverné Rome ou qui ont résisté aux royaumes coloniaux des dizaines d’années sur un cheval de guerre.

Subconscient qui me ligote et brise toutes mes initiatives, tu fais de moi un être docile, soumis et incapable d’agir, réveille toi et fusionnons ensemble pour parvenir à changer le monde car nous en sommes capables.

Commençons par nourrir la vérité en nous, qu’il faut que cela change, que nous devons changer, que nous devons chasser tout au loin toutes nos peurs et qu’il faut agir pour chasser ce qui au fond de nous nous empêche d’agir et nous entrave toujours.

Commençons par comprendre que chacun doit se mettre à accepter les autres dans leur diversité comme des égaux en tout, en peurs et en souffrances et en espoirs lointains qu’ils aspirent à atteindre.

Qui suis je donc pour juger des actes citoyens de ceux qui agissent et dire qu’ils ont tort alors que quant à moi, je ne fais rien, je suis… ou pire, je reste dans l’attente, dans l’expectative d’évènements oniriques.

Les chaines qui me ligotent sont d’abord en moi même et je dois m’en défaire ou au moins les user avec le peu que je possède des moyens qu’on me laisse, encore un moment.

Il est vrai qu’un guide sincère et noble facilitera la route, mais le mieux est d’être seul et de pouvoir se mettre en d’autres compagnies aspirant à sortir de l’arène ou ils sont, livrés aux bêtes sauvages, solidaires et unis par la même nuisance qui s’exerce sur eux et dont leur conscience prend acte avec le temps, peu à peu comme un feu qui s’étend dans un champ de blé au moment des moissons.


Nombre de lectures : 873
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique