Édition du
29 March 2017

En Algérie, onze gendarmes tués par des islamistes

LEMONDE.FR avec AFP | 30.06.10 | 21h57  •  Mis à jour le 30.06.10 | 21h57Onze gendarmes algériens ont été tués mercredi 30 juin par un groupe d’islamistes près de la frontière avec le Mali, dans le grand sud de l’Algérie, alors qu’un regain de violences a marqué le pays ce dernier mois. Les gendarmes sont tombés dans une embuscade à l’aube près de Tinzaoutine, à quelque 2 000 kilomètres au sud d’Alger. Un groupe d’islamistes a ouvert le feu sur leur convoi chargé de la surveillance des frontières, tuant onze personnes selon le quotidien El Watan.

L’information n’a pas encore été confirmée officiellement, mais une source sécuritaire étrangère basée à Bamako a confirmé ce bilan de onze morts. « C’est un coup bien préparé », a-t-elle ajouté, précisant que les islamistes avaient fait deux prisonniers, dont l’un a été libéré pour être « porteur de message pour les officiels algériens ».

REGAIN DE VIOLENCES

Cet attentat contre les forces de sécurité est le plus meurtrier en Algérie depuis près d’une année. Le 22 octobre, six agents d’une société chargée de la sécurité d’un chantier de la société canadienne SNC Lavalin avaient été tués dans une embuscade près de Tizi Ouzou, en Kabylie. Puis, le 3 avril 2010, sept agents de sécurité employés par une société de gardiennage et un militaire étaient tués dans l’explosion de deux bombes dans la région de Béjaïa (250 kilomètres à l’est d’Alger), également en Kabylie.

Après une relative accalmie, un regain de violences marquait le mois de juin quand le 11 deux gendarmes et un civil algériens ainsi qu’un ressortissant chinois ont trouvé la mort dans un attentat au véhicule piégé contre un barrage routier, toujours en Kabylie. Trois islamistes armés avaient été tués après l’explosion et deux autres au cours d’une opération distincte des forces de sécurité. Cinq personnes ont également été tuées et une blessée le 25 juin par des inconnus qui ont ouvert le feu sur les invités à une fête de mariage au douar Ghrab, près de Tebessa (650 kilomètres à l’est d’Alger).

La région du Grand Sud, où s’est produit ce nouvel attentat, est souvent dénoncée comme étant une zone « grise », où trafiquants en tous genres et islamistes armés sont particulièrement actifs. Grâce à des liens d’affaires et familiaux tissés auprès des tribus nomades et des contrebandiers du désert, Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), qui ne compte pas plus de trois cents hommes, trouve un financement avec les rançons pour l’échange d’otages occidentaux et son implication dans tous les trafics, selon des sources concordantes interrogées en Mauritanie, en Europe et aux Etats-Unis.


Nombre de lectures : 2172
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction
    1 juillet 2010 at 7 h 52 min - Reply

    El Watan 1er juillet 2010

    Embuscade à la frontière algéro-malienne : 11 gardes-frontières assassinés

    La région de Tinzaouatine, située dans la wilaya de Tamanrasset, à environ 40 km de la frontière algéro-malienne, a été le théâtre d’une violente embuscade tendue, tôt dans la matinée d’hier, à une colonne de gendarmes gardes-frontières, par les éléments d’Al Qaîda au Maghreb islamique, menés par le nommé Abou Zeïd, un émissaire de l’émir Abou Mosaâb Abdelouadoud, apprend-on de sources bien informées.

    L’on saura que 11 gardes-frontières, formant une colonne qui était de passage dans la région, ont été tués lors de cette attaque, alors que deux véhicules blindés de type 4×4 ont été brûlés et un important lot d’armes et de munitions volés. Des sources affirment que l’attaque a été d’une rare violence. Les GGF, surpris dans un déluge de feu qui a vu même l’utilisation de lance-roquettes, n’ont pas eu le temps de riposter. Le groupe terroriste, dont le nombre d’éléments demeure inconnu, s’est introduit à partir de la région nord du Mali, dans laquelle il s’est retranché après avoir accompli cet attentat. Ce dernier semble être minutieusement préparé au vu de la célérité avec laquelle l’attaque a été perpétrée. L’on ignore encore s’il y a eu des blessés ou des rescapés parmi les gardes-frontières, victimes de l’attentat le plus meurtrier commis dans cette région depuis plusieurs mois. Selon des sources citées par l’AFP, deux éléments du convoi ont été fait prisonniers par les islamistes armés dont l’un a été libéré pour porter un message à l’adresse des autorités algériennes. Une importante opération de ratissage a été déclenchée dans la région par les forces de l’ANP, avec le soutien de l’aviation.

    Cet attentat est une autre démonstration de force du groupe d’Al Qaîda dans la région du Sahel qui renseigne sur sa capacité de nuisance qui demeure toujours vivace. Ainsi, les risques d’attentats, d’attaques suicide et d’enlèvements sont toujours présents dans la région du Sahel qui demeure une véritable poudrière, en dépit des stratégies déployées par les Etats riverains pour faire face au spectre des groupes d’Al Qaîda qui ont pris le relais du GSPC. Selon des observateurs au fait de la question, l’établissement d’une zone de repli pour les terroristes au Sahel est devenu, depuis quelques années, non seulement une menace pour les pays de l’Afrique du Nord, mais aussi pour l’Europe dont les intérêts stratégiques sont les cibles privilégiées des terroristes. Pour ces derniers, le désert sahélien abrite tous genres de trafic qui favorise l’approvisionnement en armes et en munitions. Malgré la stratégie qui commence à être développée par les Etats de la région ayant pris conscience du danger qui menace leur sécurité, l’arsenal mis en place manque toujours d’efficacité et surtout de volonté et d’un réel engagement politique de la part de tous les gouvernements concernés.

    Par S. Arslan




    0
  • crevette
    1 juillet 2010 at 11 h 10 min - Reply

    Ils ont été assassine par le DRS ces pauvres gendarmes Allah Yarhamhoume c’est pas la peine de nous raconter des salades mes chères journalistes a la soldes des DRS on connait la chanson des islamistes
    cette machine crapuleuse et de tuerie continue ces massacres macabres




    0
  • khaled
    1 juillet 2010 at 19 h 08 min - Reply

    Allah Yarhamhoum

    Amicalement
    Khaled




    0
  • Djamel Eddine U
    1 juillet 2010 at 23 h 34 min - Reply

    Allah Yarhamhoum! les pauvres sont partis dans des calcules politiques des clans mafieux algériens. Ni Islamiste, Ni Salafiste, Ni n’importe quelles étiquettes. On a dépasse le stade des idiots, trouvez nous autres choses peut etre le MOSSAD ou autres pour nous entrainer encore dans la brume de vos c…… devenues trop banales tout comme les voitures banalisées qui tiraient sur la foule fin des années 80’s et qui se cachaient ensuite dans des casernes avant l’intrusion du terme islamiste qui les arrangeait mieux. Arrêtez de faire le travail de la CIA je vous pris!




    0
  • still
    2 juillet 2010 at 3 h 35 min - Reply

    « Le terrorisme islamique » a pris fin avec la reddition de l’AIS. Mais il a donné prétexte a tous les Groupes Armés qui naquirent, proliférèrent et mutèrent après lui. Le dernier-né, l’AQMI, est une version de survie adaptée à la « raréfaction des ressources humaines », par le recours a la logistique sophistiquée et a « l’internationalisme » en matière de recrutement.
    L’AQMI dans le Grand Sud est d’origine et d’essence locale, voire « nationale ». Naguère dirigée par le mystérieux Abderrazak le para alias Amari Saïfi dans sa version JSPC, une « malheureuse » ou malencontreuse opération de groupes rebelles Tchadiens le mit à nu. Son caractère « national » se confirma avec la récupération et selon toute vraisemblance la protection par sa soustraction à Justice de son leader.
    « Le Terrorisme Islamique » local, comme le Terrorisme international » demeurent des boucs émissaires pour entretenir un chaos favorable a la pêche en eau trouble. Les bénéficiaires sont la mafia politico-militaire sur le plan national et « l’Elite Globale »sur le plan international. D’ailleurs, les deux parties coopèrent etroitement sur tous les plans.
    Dans le monde occidental, des millions de victimes « consentantes » sombrent dans l’inconscience comme une troupe de zombies. Enivrés à la liqueur « Libération des Instincts® », une « liqueur » abondante dispensée, garantie et légalement protégée par la « Global Elite », ils ne se rendront compte de leur destinée Orwellienne que lorsqu’il sera trop tard.
    Chez nous, l’élite que nous cherchons désespérément est forcement dans l’autre camp. Cet appendice a l’Elite Globale ne pouvant pas dispenser « la liqueur®» enivrante a tout le peuple pour des raisons financières, étiques et religieuses, elle la dispense a tous ceux qui entrent dans son club paralysant en eux tout mécanisme de retrait ou de marche arrière, bref , de repentance et de retour au peuple.
    Conséquence de cette aberration politique, l’élite émergeante corruptible est absorbée, celle non corruptible est exilée ou harcelée tandis que la majorité du peuple dépourvue de repères en matière de leaders sombre dans la paupérisation et dans le désespoir de sortir un jour de cette paupérisation. En guise de dommages collatéraux, des milliers d’innocent s : civils vacant a leur corvée quotidienne et militaires de terrain poursuivant un fantôme insaisissable créé et manipule par leur propre tutelle, tombent comme des novices dans des embuscades invraisemblables.




    0
  • Abraham Boj
    2 juillet 2010 at 22 h 33 min - Reply

    Vous ne diffusez pas mon commentaire parce que vous n aimez pas la verite.J ai dis et je repete que ces actes de terrorime sont les oeuvres de l Occident.L AQMI est une creation de la France comme Al Qaida l est avec les americains.C est la France qui est derriere tous les crimes en Afrique comme ce cas ci,les massacres du 28 septembre a Conakry, les otages du Mali,le genocide Rwandais,etc…La verite jaillira et le monde saura que Dieu existe et que toutes choses qui se trament sur cette terre et ailleurs,Il le sait.
    le Fils de l homme




    0
  • thirga
    6 juillet 2010 at 23 h 29 min - Reply

    Parler d’une Algérie arabo-berbère revient à trahir l’Histoire du sous-continent Nord Africain. D’ailleurs, cette définition quoique imposée par le sacrifice de certaines régions d’Algerie dont les populations se sentent trahies par ceux qui se recherchent d’autres origines au gout de l’époque est un fardage de la réalité historique. L’apport de la civilisation arabomusulmane à travers 14 siècles ne peut être un prétexte à la falsification de l’Histoire nord Africaine. On ne peut effacer ces 14 siècles ni renier que nos ancêtres ont combattu l’impérialisme romain par leur foi religieuse chrétienne quant Rome et l’Europe étaient païens. Monsieur Harbi qui êtes d’origine « Kbayels Elhadra » vous ne pouvez vous renier puisque vos parents sont arabophones depuis au moins un siècle.
    PS: Serait-ce la dure réponse du Dr Said Sadi à votre parent Ali Kafi (Ali Kafi ment…) qui vous a empêché de nous éclairer sur la (les) raison(s)qui font que deux colonels chahid, chefs de wilaya historiques, ont été déterre et jeté pendant plus de vingt ans dans es caves de la gendarmerie nationale de Bab Jdid?




    0
  • Lambote
    8 juillet 2010 at 4 h 24 min - Reply

    Une question SVP comment tlm savent que c des islamistes ? ils portent des badges ou ils ont laissssser des cartes de visistes?;




    0
  • Congrès du Changement Démocratique