Édition du
26 March 2017

La blague du week-end : L’Algérie veut renforcer la coopération spatiale et nucléaire avec la Russie

El Watan, 2 juillet 2010
En moins de trois mois, le ministre russe de l’Energie, Serguei Chmatko, a visité deux fois l’Algérie. Mercredi, il était à Alger pour coprésider avec Karim Djoudi, ministre des Finances, la 4e session du comité mixte de coopération algéro-russe.

Ce comité, assez important, doit donner corps à l’Accord de partenariat stratégique signé en 2001 après la visite du président Abdelaziz Bouteflika à Moscou. Les deux pays veulent renforcer leur coopération dans les domaines de l’exploration minière, des ressources en eau, des transports et des travaux publics. Mais deux accords paraissent avoir plus d’importance que les autres. Il s’agit d’abord, de celui relatif au nucléaire civil. Cet accord a été évoqué lors de la visite à Alger du président Vladmir Poutine, en 2006. Victor Khristenko, ministre russe de l’Industrie, est venu à Alger pour annoncer le début des contacts entre les experts des deux pays pour étudier les possibilités de coopération bilatérale dans le domaine nucléaire. Voulant profiter de sa relation traditionnelle avec l’Algérie, Moscou n’entend pas rester dans le fond de la salle pour arracher des contrats lorsqu’Alger lancera son programme stratégique de construction de centrales atomiques pour la production, à terme, d’énergie électrique. Alger, dans un souci de diversification, a signé plusieurs accords sur l’utilisation pacifique du nucléaire avec l’Argentine, les Etats-Unis, la France et la Chine. Depuis 1995, l’Algérie dispose de deux réacteurs nucléaires expérimentaux à Draria et à Aïn Oussera. La Russie, autant que la Chine et l’Argentine, ont aidé l’Algérie à se doter de ces deux réacteurs. Des programmes de formation ont été assurés pour les techniciens et les ingénieurs.
Ambitieux programmes

Contrairement à la France, la Russie n’est pas intéressée par l’exploration et l’exploitation des gisements d’uranium algériens. L’Algérie souhaite s’appuyer sur l’expérience russe dans le domaine de l’utilisation de l’énergie atomique pour, entre autres, développer l’agriculture, moderniser la santé et optimiser l’exploitation des ressources en eau. Autre accord important : la coopération spatiale. L’Algérie est déjà liée avec l’Agence russe Roskosmos depuis huit ans. Alsat 1, premier satellite algérien, a été lancé en 2002 grâce à une assistance russe et britannique. Ce satllite sert à prévenir les catastrophes naturelles. Avec le soutien de EADS Astrium, filiale de l’européen EADS, l’Algérie a engagé le programme Alsat 2A et 2B. Alsat 2A devrait être lancé cette année. L’Algérie, qui a signé un accord spatial avec les Etats-Unis, entend mettre en place une industrie spatiale. A cet effet, des fonds publics, estimés à 82 milliards de dinars, ont été engagés. Le pays est aidé actuellement par l’Organisation indienne de recherche spatiale pour la construction de satellites. Des satellites destinés, entre autres, à appuyer les efforts de protection de l’environnement, à renforcer la lutte contre l’avancée du désert et à perfectionner les communications. Hamid Bessalah, ex-ministre de la Poste et des Technologies de l’information, avait évoqué, il y a quelques mois, la mise en route d’un plan prévoyant la conception et la réalisation de systèmes spatiaux d’observation de la Terre. Un plan qui viendra en appoint d’un système spatial de télécommunications baptisé Alcomsat-1.

Ces ambitieux programmes ont amené le Bureau des affaires spatiales de l’ONU à établir à Alger une antenne d’appui régional à la gestion des catastrophes et aux interventions d’urgence. La visite du président Dmitri Medvedev en octobre prochain à Alger devra être l’occasion de signer les accords nucléaire et spatial. Après l’Egypte et la Syrie, l’Algérie sera le troisième pays arabe visité par le président Medvedev et le cinquième africain après la Namibie, l’Angola, le Nigeria et l’Egypte. La Russie entend jouer les premiers rôles en Afrique et dans le monde arabe. Au moment où Serguei Chmatko se trouvait à Alger, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, était au Caire pour tenter de relancer les négociations palestino-israéliennes. Alger, Le Caire et Damas sont considérés comme les principaux alliés stratégiques. « Les positions de la Russie et de l’Algérie envers les principaux problèmes internationaux et régionaux sont très proches, quand elles ne coïncident pas », avait déclaré à Alger Vladimir Poutine. Sur le plan militaire, la Russie se dit prête à moderniser les sous-marins de l’armée algérienne. Ces sous-marins de type Varchavianka doivent en grande partie être révisés pour être opérationnels. Actuellement, l’Inde, la Chine, l’Algérie, le Vietnam et le Venezuela sont les principaux importateurs d’armements russes. L’Algérie et la Russie sont les principaux fournisseurs de gaz de l’Europe. Ils entendant coordonner davantage leur action future. La Russie est un acteur-clé du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) qui contrôle 73% des réserves mondiales de gaz. La naissance officielle de ce forum a été annoncée à Moscou en 2008.

Par Fayçal Métaoui


Nombre de lectures : 2951
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • persifleur
    2 juillet 2010 at 13 h 26 min - Reply

    Pourvu que le ciel leur tombe sur la tête !

    Il parait que nous sommes enfin rentrés dans le cercle très fermé du club spatial. Une agence spatiale Algérienne a même vu le jour, mettant magistralement un satellite en orbite autour de nos têtes ahuries et toujours aussi incrédules.

    Nos compétences dans ce domaines ne sont donc plus à démontrer, à moins (j’en suis sûr) que ça soit un énième coup fumeux concocté par nos magiciens de l’intox.

    Pour preuve, nous avons grâce à un énorme lanceur Russe envoyé un rikiki de satellite made in plagiat pour défier toutes les lois de l’apesanteur mêmes les plus réticentes à nos magouilles intellectuelles. Il faut rappeler pour les non initiés, toujours les premiers à être euphoriques, que les formules qui permettent cet exploit trainent depuis les années 40 dans tous les bouquins des candidats, mêmes les plus moyens, aux épreuves des différents baccalauréats option « science fiction ».

    Quant au satellite, un modèle rudimentaire, dont les schémas de fabrication sont tombés dans le domaine public avant même la fin de la guerre froide, et peuvent être ainsi copiés dans n’importe quelle revue scientifique destinée exclusivement à de joyeux et boutonneux professeurs Tournesol en devenir.

    Mais ceci dit, cela n’enlève rien aux mérites de nos brillants chercheurs. D’autant plus, qu’ils sont tous sortis tout droit d’une université Algérienne a bout de souffle, asphyxiée par la bureaucratie et malade par son incurie caractérisée. Une université où la pléthore de chercheurs bombardés de gratifiants titres et fonctions, ronronnent paisiblement d’ennui, intéressés uniquement par les alléchantes missions à l’étranger et excessivement friands par toutes les minables combines que leur offre leur petit statut de « savants » délaissés et sans grand génie.

    Nous ne sommes ni plus bêtes ni plus intelligents que les autres nations, mais une chose est sûre notre savoir-faire laisse à désirer car l’incompétence a été érigée en système absolu par des hommes uniquement soucieux de leur pérennité.

    Le peuple et sa misère au quotidien sont à mille lieux de toutes ses acrobaties intersidérales, c’est assurément le dernier de ses soucis.D’autres, et tant mieux, sont mieux armés pour le faire et de façon plus efficiente.

    Qu’on commence d’abord à penser à lui assurer un minimum décent de vie (logement, lait à profusion, patates pas trop chères…) pour réfléchir ensuite, le plus tard possible, d’envisager de lui décrocher même la plus ringarde des lunes de la plus proche banlieue de notre immense




    0
  • b handi
    2 juillet 2010 at 14 h 01 min - Reply

    HA,HA,HA…MERCI LES GARS ,FAITES-NOUS SOURIRE DE TEMPS EN TEMPS…




    0
  • samir
    2 juillet 2010 at 18 h 33 min - Reply

    toujours cette orgueil mal placé qui nous colle à la peau depuis un demi siecle sans pour autant avoir fait de l’algerie un pays developpé.c’est d’un ridicule frappant de parler de nucleaire et de cosmos alors que la corruption,la mediocrité,l’ignorance,la misére sont maitresses ds notre société




    0
  • Mohamed Jabara
    3 juillet 2010 at 14 h 51 min - Reply

    @ Persifleur, b.handi et Samir.

    Les Etats Unis sont en mesure d’envoyer des hommes sur la lune et sur mars où ils peuvent dès à présent envoyer des robots. Ils ont commencé avant les années 60 et dès après la 2ème guerre mondiale à expérimenter parcequ’il faut bien commencer quelque part.

    L’accumulutaion est chose nécessaire dans tous les domaines qui touchent à l’activité de l’Homme.

    Les Russes, l’agence Spatiale Européenne et la chine, peut etre l’Inde et bientot le japon et pourquoi pas l’Iran sont ou seront en mesure d’envoyer des hommes autour de la terre.

    Il est donc clair déjà ici que l’écart se creuse entre le cercle restreint des pays « satellitaires ».

    D’autres pays Européens et asiatiques, à titre national et ils se comptent sur le bout des doigts, sont en mesure d’envoyer des satellites dans l’espace pour diverses missions plus ou moins spécifiques, plus ou moins compliquées, plus ou moins empreintes de difficulté en fonction de la tache assignée et du savoir faire de ces pays.

    L’idée que l’Algérie s’inscrive dans le peloton de tete de la colonisation de l’espace, s’il est sérieux, ne peut que nous faire applaudir au projet, en espérant que spécialement dans ce domaine, on laisse la compétence s’exprimer et que le projet ne soit pas lui aussi rechappé politiquement.

    Il est sur que les pratiques ambiantes nous font perdre tout espoir quant au sérieux des entreprises qu’on nous présente comme pointues, mais nous devons garder cet espoir. Au pire des cas dans cette agence, les gens apprendront à connaitre un minimum, ce que la majorité des pays de la planète considère comme un secteur au dela de ses capacités financières. C’est peut être le seul secteur ou l’argent du pétrole trouve une justification suffisante par l’intention apparente qui le caractérise.




    0
  • persifleur
    3 juillet 2010 at 15 h 40 min - Reply

    Ils sont à la fois cinglés et complètement inconscients.

    Après avoir mis à genoux le pays et clochardisé une grande partie de son peuple, ils veulent cette fois-ci le faire sauter une fois pour toute.

    Une centrale nucléaire pour l’Algérie, c’est un acte délibéré d’homicide volontaire qui peut même être requalifié de crime génocidaire planifié.

    Connaissant d’une part la grande complexité et la minutie que demandent la gestion des installations liées à l’atome et, d’autre part notre légendaire laisser-aller, nous sommes assurés d’avoir notre Tchernobyl en un temps record.

    Qu’ils continuent à pomper toutes les ressources fossiles jusqu’à épuisement, tout en prélevant leur dîme mafieuse, mais de grâce qu’ils ne touchent pas aux choses sérieuses, réservées aux grandes personnes, qui demandent un savoir-faire méticuleux.

    Un pays qui est incapable de récurer convenablement ses égouts pour éviter les emballements meurtriers des réseaux pluviaux ne peut en aucun cas essayer de ………….. pour se donner des airs de puissance régionale.

    Du coup, une centrale nucléaire ne doit absolument pas faire partie des caprices qu’on se paye clé en main et à coups de milliards. Celle-ci peut devenir un cadeau empoisonné pour l’ensemble d’une population qui n’a jamais eu un goût pour les extravagances démesurées, demandant uniquement un minimum pour sa survie.




    0
  • Axis7
    3 juillet 2010 at 18 h 52 min - Reply

    Merci svp de mettre Boutef dans la première fusée Made In Algeria. Merci. Merci.




    0
  • Mohaemd Jabara
    3 juillet 2010 at 20 h 50 min - Reply

    @ Persifleur.

    Entièrement d’accord avec toi que notre système de promotion sur base de médiocrité est incompatible avec la construction de centrals nucléaires. Il faudra d’abord inverser le système de promotion sociale et lui donner le temps de se stabiliser avant de songer se lancer dans des projets de ce type. Mais les satellites, ce n’est pas pareil et sur ce topic il n’est question que de satellites.




    0
  • issa tayeb
    3 juillet 2010 at 22 h 54 min - Reply

    qu’on commence par subvenir a nos besoins nutritionnels, de santer et éducationnels, de sécurité civil et nationale, les plus élémentaires, ensuite on reparlera de TINTIN A LA CONQUÊTE DE LA LUNE !!!
    Au lieu d’importer LA VIANDE DE L’INDE, QUI EST DES PAYS OU ON RECYCLE TOUS TOUS, MÊME LES CADAVRES DES MORTS (HUMAINS COMPRIS)!!!!!ON DOIT UNE FOIS POUR TOUTE ATTAQUER LE PROBLÈME DE LA DÉPENDANCE DE L’ETANGER POUR LES BESOINS NUTRITIONNELS, PAR EXEMPLE.
    oN DOIT VITE, VITE, NETTOYER OUED EL HARRACH, OUED EL 3ARR..MAIS UNIQUEMENT LES MOYENS DE BORDS DEVRONT LARGEMENT SUFFIRE, ON N’A PAS VRAIMENT BESOIN DE FIRME ÉTRANGÈRE POUR ÉLIMINER LES ÉGOUTS, C’EST UN TRAITEMENT DESTRUCTIFS, C’EST TOUS…ALLER DEMANDER AUX CHERCHEURS, UNIVERSITAIRES , ALGÉRIENS..ILS VOUS LE DIRONT…

    ENSUITE, on essaie de récupérer les milliers de cerveaux algériens forcées a l’exile, pour au moins ils puissent bien gérer, contrôler, tous projet du genre, car autrement avec les pass-droit et manque de compétences, les multinationales risques facilement de nous vendre des déchets radio-actifs pour du combustible, QUI CONTRÔLE QUOI , ET QUI DIRIGE QUI ET QUOI !!!!
    car si on sait pas se defendre, les multinationales, vont nous coloniser, et nous deviendront leurs objets.
    Avec la même mentalité , année 1970…rien rien ne pourra se concrétiser, a l’image de l’équipe nationale de football..ou il a fallut aller chercher des algériens formée par les européens.
    EN CONCLUSION………****LORSQUE LES RESPONSABLES ALGÉRIENS UTILISERONT L’ARGENT ET RICHESSES DU PAYS POUR GAGNER DE L’ARGENT ET LA RICHESSE POUR LE PAYS, CE JOURS LA, ON POUSSERA VERS LE HAUT , LE SOMMET ET ON ESPÈRERA FAIRE MIEUX QUE LES AUTRES NATIONS ÉVOLUER*****




    0
  • Congrès du Changement Démocratique