Édition du
21 July 2017

Déclaration du 3 juillet 1962 portant reconnaissance de l'indépendance de l'Algérie

Par le référendum du 8 avril 1962, le peuple français a approuvé les déclarations gouvernementales du 19 mars 1962 qui prévoient le cas où les populations algériennes consultées en vertu de la loi du 14 janvier 1961 choisiraient de constituer un État indépendant coopérant avec la France.

En conséquence, les rapports entre la France et l’Algérie étant désormais fondés sur les conditions définies par les déclarations gouvernementales du 19 mars 1962,  le président de la République  déclare que la France reconnaît solennellement l’indépendance de l’Algérie.

Fait à Paris le 03 juillet 1962

Charles De Gaulle.


Nombre de lectures : 4616
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Daniel
    27 juillet 2010 at 19 h 34 min - Reply

    Pour la période transitoire dans l’attente d’un gouvernement Algérien

    Extrait »les règles énoncées par la présente déclaration générale et les déclarations jointes entreront en même temps en vigueur. L’Exécutif provisoire organisera, dans un délai de trois semaines, des élections pour la désignation de l’Assemblée nationale algérienne à laquelle il remettra ses pouvoirs  » Sauf que le délai durera plus de 2 Mois vu les luttes Algériennes internes ce qui théoriquement rallongeait les pouvoirs de l’Executif et le statut prévu nota en matiére de maintien de l’ordre (couverture possible pour les autorités Françaises « non utilisée » pour défendre leurs ressortissants et supplétifs ) LES GARANTIES ETAIENT LA ! IL FALLAIT LES PRENDRE ; sans compter LE ROBINET FINANCIER .

    Mais en plus de la Base Militaire de Mers El Kébir ci dessous un sujet primordial qui primait tout pour la Bombe du général (‘terminer les essais ;base d’un « Deal  » possible ! dés le 5 Juillet avec ceux qui vont prendre le pouvoir et qui ont critiqué aussi le texte d’Evian (ALN Oujda et BBella)

    « La France utilisera pour une durée de cinq ans les sites comprenant les installations d’ln Ekker, Reggane et de l’ensemble de Colomb-Béchar-Hamaguir, dont le périmètre est délimité dans le plan annexé, ainsi que les stations techniques de localisation correspondantes. Les mesures temporaires que comporte le fonctionnement des installations à l’extérieur de celles-ci, notamment en matière de circulation terrestre et aérienne, seront prises par les services français en accord avec les autorités algériennes.  » J




    0
  • Congrès du Changement Démocratique