Édition du
29 March 2017

Psychiatrie : Plus de 3 millions d’Algériens souffrent de schizophrénie

El Watan 27 juin 2010

La santé mentale des Algériens laisse à désirer ! Ainsi, ils seraient près de 3 millions à souffrir de schizophrénie, l’un des troubles mentaux les plus extrêmes

« L’on estime globalement que près de 1% d’une population en est atteinte. Ce chiffre est universel, sous toutes les latitudes et dans tous les contextes », explique le Pr Tedjiza, chef du service psychiatrie à l’hôpital Drid Hocine et président de la Société médico-psychologique algérienne. Seulement, ce pourcentage, en Algérie, ne représente que les formes graves de la maladie. « Lorsqu’on parle de schizophrénie, l’on juge qu’il y a un recul séculaire partout ailleurs dans le monde avec des formes bénignes, même dans les pays du tiers-monde. Mais en Algérie, cette assertion n’est pas vérifiée car nous ne disposons pas d’assez de recul », analyse le professeur. Et pour cause : les troubles mentaux ne sont pas uniquement le fait de la seule prédestination génétique. Il s’agit aussi et surtout d’une collision avec les évènements, car le stress majeur et les traumatismes sont déterminants dans le développement ou non d’une maladie. Et l’Algérie ayant connu et connaissant toujours de graves évènements anxiogènes, les citoyens ont tendance à être d’autant plus fragilisés et ainsi exposés aux troubles. « Pis, rares sont les formes bénignes de schizophrénie enregistrées. La plupart sont malignes car la répétition des stress et stimuli traumatisants entretient et aggrave les maux », prévient le Pr Tedjiza.

D’ailleurs, « et sans vouloir paraître alarmiste », précise-t-il, il semble évident que ce taux de 1% est largement dépassé en Algérie tant le cumul des facteurs déclenchants est important et tant le traitement n’est pas systématique. « L’un des autres facteurs péjoratifs et qui induit un pronostic des plus défavorables est précisément le délai de mise en action d’une prise en charge adéquate », déplore-t-il. Mais ces retards ne sont toutefois pas tant dus à une carence du dispositif de prise en charge que plutôt à une permissivité de la famille vis-à-vis du malade, ou encore une répugnance et une réticence du sujet à aller consulter. « Pour différentes considérations, les troubles mentaux demeurant un sujet tabou dans notre société », s’attriste-t-il.

5% de la population sujette à la dépression nerveuse

D’ailleurs, le centre hospitalo-universitaire de psychiatrie Drid Hocine reçoit, à titre d’exemple, une moyenne de 20 000 consultations annuelles. De même, une moyenne de près de 2000 patients est hospitalisée annuellement dans cette même structure. Ce qui est loin de refléter les réalités d’une population « maltraitée ». Et qui est d’autant plus sujette à la dépression nerveuse, qui est l’affection mentale la plus fréquente. Dans le monde entier et en Algérie particulièrement, le taux de prévalence est de 5%. « Certains guérissent, d’autres, malheureusement, se suicident », affirme le Pr Tedjiza. Et ces situations sont plus fréquentes que l’on tend à le croire. Même si aucune statistique ou étude probante ne sont disponibles, l’on dispose de quelques éléments de comparaison. Il semble d’ailleurs que la courbe des suicides soit alarmante. « En Algérie, nous pouvons largement estimer qu’ils sont 6000 à mettre fin à leurs jours », avance-t-il, ajoutant toutefois que ces assertions sont encore en deçà de la réalité puisque « nombre de suicides sont dissimulés et travestis, par peur de l’opprobre, de la réprobation publique et sociétale, morale et religieuse ».

Par Ghania Lassal


Nombre de lectures : 5179
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • El hadj
    5 juillet 2010 at 19 h 29 min - Reply

    Beaucoup de maladies psychologiques sont liées au facteur de la sorcellerie. Ce phénomène est devenu un commerce fructif pour les prédateurs.Beaucoup des etrangers pratiquants ce commerce obscene sont installés dans les villes algeriennes ( marocains, senégalais) au vu et au su de la police et de la sécurité. Ce genres de maladies ne peuvent être guerris par la medecine. Le coran est un remède efficace, il permet de purifier le corps et l’ame.
    La psychatrie! moi personnellement je trouve qu’elle est trés limitée….ne peut guérir au contraire les medicaments ne font qu’agraver les maladies psychiques.




    0
  • Mohamed Jabara
    5 juillet 2010 at 21 h 39 min - Reply

    1 % de 35 millions cela ne fait pas 3 millions mais 3 millions font 10 % et 1 % seulement 300.000 mais peut etre que je compte mal.

    D’autre part loin de contester l’autorité médicale de ce professeur, mais si les schizophrènes, sui d’après mes maigres connaissance ont des dédoublement de personnalité sont 3 millions combien y a t il de paranoiaques ? Je crois que ceux ci sont malades d’une suspiscion pathologique et ne font confiance à personne meme à leur propre entourage familial et se sentent de ce fait dans une situation de danger permanent ( ce que nous ressentons tous plus ou moins, n’est ce pas ?) Cette maladie aussi fait des ravages ou bien est il seulement spécialiste de schyzophrénie et ne peut pas dire le nombre des paranos ?

    Je crois pour ma part que nous sommes tous plus ou moins toqués professeur.




    0
  • moufdi
    5 juillet 2010 at 22 h 39 min - Reply

    est ce une erreur de frappe ou c’est bien 10%?
    1% des algeriens ne donne pas 3 000 000.
    Donc c’est tout l’article pour ma part qui est remis en cause .desole professeur.




    0
  • Tanina
    7 juillet 2010 at 3 h 12 min - Reply

    Salam,
    Moi, je pense qu’il faut tout d’abord soigner les vrais psychopathes et schizophrénes qui se trouvent au pouvoir, ainsi, l’Algérie se portera mieux.




    0
  • Ammisaid
    8 juillet 2010 at 0 h 42 min - Reply

    La folie est souvent la seule issue qui reste à ceux et à celles qui sont brimés, violentés, terrorisés et castrés. Je rentre en moi, je crée mon monde et j’y vis jusqu’à la mort. Les autres issues sont peut-être plus dangereux et que la folie, ce sont: l’exil, le suicide, la soumission et tous les moyens qui permettent de survivre à défaut de vivre. La violence du système qui nous gouverne n’offre aucune possibilité à notre jeunesse de développer ses potentialités d’amour, de courage, d’intelligence…pour ensuite, les mettre au service de leur pays.
    La folie est la un thermomètre qui mesure l’état affectif d’une société.
    L’amour comme vous le savez toutes et tous a quitté notre pays ou il reste cacher dans les coeurs de ceux et celles qui ne sont pas malades en attendant de vivre sans mettre sa vie en danger.
    Le verbe Aimer, chez nous, est pire qu’une bombe nucléaire. Ils l’ont emprisonné afin d’empêcher de contaminer la population car le risque pour le pouvoir de perdre sa force et son autorité barbare sera, alors, tout à fait possible.
    L’amour ne signifie pas renoncer à défendre ses croyances, ses convictions et son caractère. Il les sublime, il les humanise et il les rend utile, fertile et bon pour servir l’intérêt général.
    L’amour renforce la raison, illumine l’intelligence et rapproche celle ou celui qui l’utilise pour se rapprocher de son seigneur où au moins pour rendre crédible et humain celui ou celle qui croit à autre chose.
    L’amour instaure la confiance et offre aux uns et autres la possibilité de s’épanouir et prospérer en lui toutes les autres qualités dont le créateur l’avait doté dans le ventre de sa mère: la patience, la bonté, la pitié, la piété, la solidarité…et surtout la liberté de demeurer digne en temps de guerre et en temps de paix, en temps de pauvreté et en temps de prospérité et en temps de force et en temps de faiblesse.
    L’amour est un antidote à l’orgueil, à l’avarice et à l’ignorance car, il ne peut pas accepter de se servir et de laisser les autres mourir de misère, de froid et de peur, il donnera et n’attendra pas une récompense étant donné qu’il est une source intarissable qu’alimente sans discontinue le coeur et il est capable de se diffuser d’un coeur à un autre jusqu’à devenir aussi vaste que la mer.
    Alors, chers frères et chères soeurs, qui est fou? Est-ce que c’est celui qui renonce à tout ou celui qui veut tout ?
    Le fou parle d’amour mais personne ne l’écoute et personne ne le comprend!
    Celle ou celui qui la rendu fou, prétend qu’il est sain ou qu’elle est saine, alors que l’amour a, un jour,déserté son coeur pour partir ailleurs et ne plus y revenir afin d’éviter d’être complice des désirs pervers de son âme et de son corps!
    Fraternellement à toutes et à tous




    0
  • Congrès du Changement Démocratique