Édition du
26 July 2017

Déclaration universelle des droits de l'Homme

Dessin de Alessandro Gatto


Nombre de lectures : 3126
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Zineb Azouz
    26 juillet 2010 at 14 h 11 min - Reply

    Du pure génie !

    Les droits de l’homme sont rédigés par et pour ceux qui dominent la planète et qui ne s’encombrent pas trop de croiser ces démunis sans ombres.

    Merci à la rédaction pour ce sublissime rappel.
    ZA




    0
  • bouyilès
    26 juillet 2010 at 16 h 28 min - Reply

    Ces droits que chacun conçoit selon son angle trop retréci de vision.Ne parlons pas de l’ombre.Quel ombre voulez-vous que des moins que rien puisse dégager?Ils sont invisbles et tranparents,à l’inverse du bâton sur lequel ils s’appuient.
    Un attentat kamikaze vient d’avoir lieu dans une contrée perdue,inconnue de tous.Les gens qui y ont succombé sont l’exemple même de types qui ne reflètent aucune ombre.Ce sont des types qui meurent dans l’indifférence.Et personne n’ose réagir et condamner ,même sur notre respectable site.Vous me direz que ce n’est pas Ali Benhadj qu’on a arrêté pour quelques heures pour pouvoir soulever un tollé général.
    Voyez-vous,les droits de l’homme unidirictionnels ça existe à tous les niveaux,il faut seulement définir la cause qu’on défend.




    0
  • khaled
    26 juillet 2010 at 17 h 01 min - Reply

    Les Droits de l’Homme est une notion a géométrie variable.

    Les riches et puissants de ce monde les brandissent a chaque fois que leurs intérêts se trouvent menaces.

    Une arme je dirai au même titre que d’autres armes, dans la finalité est d’infliger que perte et destruction.

    Khaled




    0
  • Sélim Ier
    26 juillet 2010 at 17 h 15 min - Reply

    La logique du Système , la logique du pouvoir.

    Paroles de « sage ».Il est toujours bénéfique d’entendre la réflexion d’un homme qui a été au cœur du pouvoir. Sa condescendance toute technocratique a de quoi en agacer plus d’un. Mais Il serait dommage de ne pas entendre sa réflexion sur l’Etat et la société française. Son regard « pessimiste » porte au-delà des frontières…

    Jacques Attali se livre à nous, écoutons le :

     » Dès qu’il dépasse 60/65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte alors cher à la société ; il est bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement, plutôt qu’elle ne se détériore progressivement.’
    ‘On pourrait accepter l’idée d’allongement de l’espérance de vie à condition de rendre les vieux solvables et de créer ainsi un marché.’
    ‘Je crois que dans la logique même du système industriel dans lequel nous nous trouvons, l’allongement de la durée de la vie n’est plus un objectif souhaité par la logique du pouvoir.’
    ‘L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figure. Dans une logique socialiste, pour commencer, le problème se pose comme suit : la logique socialiste c’est la liberté, et la liberté fondamentale c’est le suicide ; en conséquence, le droit au suicide direct ou indirect est donc une valeur absolue dans ce type de société. »

    Source : Novopress.info, 2007

    La logique du monde moderne, ce que Jacques Attali nomme « la logique même du monde industriel dans laquelle nous vivons » est « la logique du pouvoir ». Ce pouvoir, armé de l’outil postindustriel (cf. Guy Millière) de la communication, est cette imposture « légale » qui nous sert d’Etat. Ce pouvoir n’est pas celui du peuple, quelle que soit la définition du mot peuple, mais un « coup d’Etat permanent » (2) des intérêts privés internationaux pilotés par les « marchés » de la City, de Wall Street , du CAC 40 qui imposent leur « politique de civilisation » par la fascination que leur outil de la communication, en particulier la télévision, exerce sur les masses.
    Tout ceci étant dit, Jacques Attali ne fait que traduire en termes politiques la réalité de la situation du monde moderne (sans décrire, naturellement, la vérité de la situation qui serait insoutenable pour les gens et provoquerait prématurément et inutilement un désordre et un chaos ingérable).

    D’une certaine façon, Jacques Attali est un thermomètre. Il n’est naturellement ni responsable ni coupable de « la logique même du monde industriel dans laquelle nous vivons » et qu’il se contente de décrire. Aux uns et autres de l’entendre et d’en tirer ses propres conclusions.

    (1) cf. Guy Millière
    (2) cf. François Mitterrand.




    0
  • khaled
    26 juillet 2010 at 19 h 27 min - Reply

    @Selim 1er.
    Jacques Attali est le produit de la société occidentale.
    Ses vues sur les personnes âgées dénotent un libéralisme outrancier dans lequel l’Homme n’est en de compte que bon a la consommation.

    …Des générations se sont battues et sacrifiées pour susciter une renaissance, pour mobiliser l’humanité dans la conquête de la science et de la liberté, afin d’être libérée de tout ce qu’elle a dû souffrir au nom de la religion …

    Gagnée au libéralisme, l’humanité a choisi la démocratie à la place de la théocratie, comme clé de libération. Elle a été piégée par un capitalisme pur et dur dans lequel la démocratie s’est avérée aussi décevante que la théocratie. Le libéralisme se révèle un régime dans lequel la liberté n’existe que pour « les cavaliers » rivalisant de coups de main et de pillages …. Ali Shariati

    A l’évidence, nous sommes devant une approche totalement opposée de conception de sociétés ou la place centrale donnée a l’homme diffère diamétralement.




    0
  • houda
    27 juillet 2010 at 16 h 22 min - Reply

    @Bouyilès, votre remarque s’applique même à vous non ?




    0
  • Congrès du Changement Démocratique