Édition du
20 July 2017

Pariant sur une utopie !

Par Madjid Laribi

In Le Maghrébin

Plusieurs événements se sont succédés ces derniers mois et l’opinion publique, sous la manipulation d’une presse aux ordres, n’en a retenue pratiquement que quelques uns pour y spéculer, bien sur dans le sens tracé et voulu par le DRS (Département du renseignement et de la sécurité). Et fidèle à lui même, le département du puissant Général Toufik dirige en expert ces informations, en prenant bien le soin de les rendre confuses, aléatoires, voire incertaines et ce, de manière à désarçonner l’opinion et les analystes. L’essentiel étant de répondre, en contre partie d’un soutien sans faille, à un cahier de charge de partenaires étrangers de plus en plus exigeants, et tout le monde sait que ce n’est dans l’intérêt ni de l’Algérie ni des Algériens.

MAK, DRS, DST, MOSSAD, GPK :

L’un des événements qui ont suscité la réaction de nos compatriotes, arabophones et berbérophones, a été sans conteste l’annonce faite par le chanteur Ferhat de la création d’un gouvernement provisoire de Kabylie. Cette fumisterie, concoctée dans les bureaux du DRS, n’est qu’une suite logique dans l’action du pouvoir réel, un prolongement de sa politique de manipulation et de gestion des différents acteurs politiques, qu’il propulse chaque décennie pour empêcher la classe politique autonome de s’organiser et d’agir pour la démocratie.

Avant c’était le FIS et le RCD, puis c’était le tour des Aarouches et aujourd’hui c’est le gouvernement provisoire de Kabylie.

Si le DRS reste maître de l’initiative, il n’empêche que d’autres forces, qui échappent aux services de Toufik, y trouvent un terreau pour s’y engouffrer et faire revivre leurs fantasmes et réminiscences. De la droite française et des Pieds noirs en passant par les anciens réseaux de Messaoud Zeggar auprès du Mossad et certains cercles de kabyles de France qui ont pollué la scène culturelle berbère parisienne, sans jamais mettre un pied en Kabylie. Cette Kabylie qui est- avec la démocratie – les premières victimes de la création du RCD, puis des Aarouches et aujourd’hui du MAK-GPK.

La DST apaise et anesthésie sa droite en lui offrant la chimère d’une scission en Algérie, et le Mossad enregistre, dans le monde arabe, un soutien de plus pour sa politique fasciste contre les palestiniens. Ferhat satisfait tout le monde y compris les marocains du Mekhzen qui ont trouvé dans la création du GPK une aubaine en faisant le parallèle avec l’autonomie du Sahara Occidental. Les seuls perdants sont les Kabyles de France- qui n’ont rien compris à toutes les guerres-, qui courent en vain pour se faire reconnaître par une France qui a certes une politique arabe- la géopolitique et Israël obligent- mais qui n’aura jamais une politique kabyle. Les Corses et les Bretons sont là pour en témoigner !

Le point dangereux pour lequel Ferhat est envoyé en éclaireur par certains cercles du pouvoir est loin d’être l’indépendance de la Kabylie, car tout le monde sait que c’est une aberration, une chimère. Il s’agit de banaliser le discours sur les israéliens et d’ouvrir le chemin vers la normalisation des relations avec l’Etat sioniste. Le choix de Ferhat n’est pas fortuit et peut être, ses manipulateurs le savent, générateurs de situations inattendues qui risqueraient d’être fâcheuses. (Voir l’article : Ferhat fait du spectacle)

Passeport biométrique, Le Sahel, Comité d’état-major opérationnel, Africom :

Les dirigeants algériens adorent faire de la figuration dans les grands forums internationaux, mais ce qu’ils n’aiment pas c’est d’être sur la liste noire des pays terroristes. Et pour être un pays fréquentable, selon les critères occidentaux, le cahier de charges est très lourd. Mais importe peu la dîme à payer pour devenir estimable, l’important étant de rester au pouvoir quitte à sacrifier l’Algérie et les Algériens.

Les américains sont satisfaits, s’éloignent mais ils ont à l’œil l’Algérie. En plus de la sous-traitance du terrorisme que le DRS leurs assurent depuis maintenant des années, la création d’un état-major opérationnel conjoint entre l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger fait l’affaire des USA pour l’instant, en attendant l’installation de l’Africom en Algérie lorsque toutes les conditions seront réunies. C’est-à-dire lorsque l’échec déjà programmé de l’état-major opérationnel sera déclaré. Le terrorisme a des bases dans le Sahel sur « les routes du pétrole, du gaz et de l’uranium », c’est déjà un pas de géant dans la stratégie américaine et l’Algérie y est pour beaucoup. Là aussi se sont « les touaregs d’Areva » qui payent le prix cher. (voir l’article : Le système mafieux « militaro-énergétique » prépare le chaos (?))

Concernant les affaires politiques et de busines internes à l’Algérie, les USA ne peuvent se permettre de bousculer la France dans sa chasse gardée. Un modus vivendi historique qui ne peut être remis en cause par les occidentaux.

Toujours et pour que les gens au pouvoir soient fréquentables dans les salons de l’occident, tous les algériens détenteurs de passeports seront officiellement enregistrés chez une boite française mais officieusement affichés chez la DST. Parce que catalogués sur une liste noire, par des terroristes américains et israéliens qui tuent presque quotidiennement d’innocents palestiniens, les généraux mettent les fichiers des Algériens à la disposition des services occidentaux. Pourtant les Algériens ont du mal à avoir des visas, sinon ils ne se jetteront pas par dizaines et quotidiennement dans la mer. Par contre les gens de la nomenklatura et leurs familles, qui sillonnent les capitales occidentales, ont besoin de visas.
Les américains et les français sont satisfaits des dirigeants algériens qui offrent pour bonus, à leur allié de toujours l’Etat sioniste Israélien, le silence total sur la question palestinienne. Même pas une marche à Alger pour soutenir les enfants de Gaza ! Sur cette question l’Algérie se rapproche de l’Egypte, la seule différence c’est qu’elle n’a pas de frontières avec Gaza. Sinon…

Sarkozy-Bouteflika, Crise entre Alger et Paris, Guéant dépêché à Alger :

Commedia dell’arte ! Croire que les relations entre Paris et Alger sont au bas niveau comme il est annoncé dans toute la presse, c’est se payer la tête des gens. Les pseudos conflits sur l’histoire sont savamment entretenus par les pouvoirs en place. Comme souligné précédemment, la France a besoin d’apaiser et d’adouber sa droite nostalgique d’une Algérie française, et les tenant du pouvoir en Algérie de caresser l’ego d’Algériens qui refusent de croire que la révolution a été trahie et qu’à l’indépendance c’est la France qui avait placé, après plusieurs années de tractation avec l’Egypte et des chefs algériens, Benbella et Boumediene à la tête de l’Etat algérien « indépendant ».

En fait, les relations entre les deux pays n’ont jamais été aussi bonnes et l’argent du business coule toujours à flot entre les deux rives. Mais ce qui gêne la France depuis plusieurs mois, c’est qu’elle est trop sollicitée par Alger. La mort de Larbi Belkheir, avant lui Smain Lamari, avait laissé un vide que l’hexagone n’arrive pas encore à combler. Depuis la disparition de leur homme de confiance, les français sont trop sollicités par des cercles au pouvoir et se trouvent dans une posture délicate qui consiste à arbitrer entre Toufik et Bouteflika. Le hic c’est que Paris ne fait confiance ni à l’un ni à l’autre. D’où les remue-ménage observés ces derniers temps et les déplacements de Guéant et Levitte à Alger. Il y a aussi la succession à Bouteflika qui reste à trancher surtout qu’après la mort de Belkheir il n’existe plus personne de sa «trompe» à même de parrainer le prochain pantin d’El Mouradia ?

Histoire, Amirouche, Boumediene, Boussouf, Kafi, Saadi, Benachenou :

Quelle mouche a donc piqué Saadi et Benachenou pour lâcher un tel débat biaisé dès son lancement. Au vu des profils et des parcours des deux hommes, la méfiance est la règle d’or et les interrogations ne sont que nombreuses ?

Le débat sur l’Histoire récente de l’Algérie est nécessaire et utile, à condition qu’il ne soit pas orienté et délibérément tordu comme l’ont fait Saadi et Benachenou, visiblement bien inspirés par leurs maîtres. Les Algériens ont besoin de connaître cette période de leur histoire pour comprendre ce qui leurs arrive aujourd’hui et savoir les raisons de la crise multiforme qui risque d’emporter l’Algérie. Il ne s’agit aucunement de juger ou de condamner les acteurs de l’époque, mais simplement de comprendre ce qui s’était passé. Le marasme actuel est intrinsèquement lié à la révolution et à l’indépendance. Les algériens le comprenne aujourd’hui grâce à des analyses qui éclairent quelque peu leurs lanternes, mais ils sont dans l’ignorance des faits établis de l’époque.

Le pseudo débat lancé par Saadi et Benachenou a vite fait pschitt après les passions suscitées. Les algériens ne veulent pas verser dans des discours de haine et de surcroît sur des bases ethniques comme le suggérait les initiateurs du dit débat. C’est visiblement ce qui est recherché par les tenants du pouvoir. Ne pas parler de la guerre de libération vu la tournure dangereuse qu’a pris le « débat Saadi-Benachenou » car c’est dangereux pour l’unité nationale. Et derrière le silence sur la guerre de libération nationale, ce qui est visé c’est surtout le silence sur les drames des dernières vingt années. Connaître la vérité sur la révolution et sur les drames des deux dernières décennies est synonyme de la fin du système.
Les algériens sont donc condamnés à vivre dans l’omerta, tragédie après tragédie et jusqu’à quand ?

Algérie, démocrates, républicains, nationalistes, islamistes, luttes sociales :

Au fil des années, l’Algérie plonge dans l’inconnu et va de mal en pis. Le pouvoir réel ne veut pas partir sans faire « partir » l’Algérie avec lui. Sa fin signifie-t-elle la fin de l’Algérie ? La manne pétrolière empêche de voire que le navire est seulement à quelques pieds du fond !

Les exigences des pays « partenaires », en contre partie de leur soutien aux généraux, menacent aujourd’hui l’Algérie dans son existence même. Ils ont compris que ce soutien est le poumon du système illégitime et corrompu et combien il est vital pour sa survie. Ils savent que ce système est un conglomérat de clans qui bouge sans cesse d’où leurs jeux sournois sur plusieurs cercles de décision pour mieux morceler le pouvoir et se servir de l’Algérie à volonté. Sur bien des sujets, les chancelleries occidentales ne traitent pas avec l’Etat mais avec des cercles formels mais décisionnaires.

Cela est possible parce que la classe politique est atomisée. Chaque parti politique autonome a « sa copie » sur la scène politique nationale qui le parasite. La confusion entretenue empêche les algériens de distinguer le vrai parti de sa copie. Idem pour les organisations de la société civile. Le pouvoir fait de la contrefaçon même en politique.

Le seul espoir qui émerge ces derniers temps est incarné par le combat mené par les syndicats autonomes. Mais les luttes sociales, malgré leurs importances, ne peuvent à elles seules affronter le système. D’où la nécessité de l’émergence d’une initiative politique qui fédérera les synergies.

Le pouvoir en place a toujours divisé les algériens pour régner et la réponse ne peut être que le rassemblement des forces autonomes. Ces forces existent mais elles se regardent en chiens de faïence. Le pouvoir a réussi à les compartimenter en kabyles – arabophones, en laïcs -musulmans, en nationalistes – hizba frança, en hommes – femmes, en jeunes -vieux …
L’histoire montre qu’à chaque fois que les forces nationales qui tirent leur essence de entrailles de l’Algérie s’organisent, finissent par triompher.

Alors pariant sur une utopie : un débat large et sans exclusif entre les courants démocratique républicain, nationaliste et islamiste autonomes du pouvoir, qui puisent toutes leurs ressources dans notre algérianité et notre vécu quotidien !


Nombre de lectures : 4477
33 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • khaled
    27 juillet 2010 at 0 h 27 min - Reply

    Je retiens de l’article:

    1- Les intrigues des clans naissent et disparaissent mais dans tout les cas de figure la victime est le Peuple!!!

    2- La seule possibilité pour sortir de ce cercle est la création d’un large front regroupant toutes sensibilités présentes en Algérie qui doivent dépasser les clivages circonstanciels pour contraindre le pouvoir a mesurer ses échecs.

    3- Comme le FLN en 54, la priorité est d’abord a l’intérieur pour déclencher une prise de conscience, la nécessité des différentes sensibilités a travailler ensemble et la primauté de l’action pacifique comme choix stratégique.

    Je suis très pratique sur cette question. Une initiative con-jointe de Mr. Ait Ahmed et d’Ali Benhadj fera émule sur la scène politique algérienne et pourra contraindre d’autres forces a s’y joindre.

    Cette approche que je propose est justifiée par le fait qu’il ne pourra y avoir de mouvement/front autonome sans réflexion autonome c’est-adire une rupture totale avec le pouvoir et ses relais.

    Les seuls forces autonomes aujourd’hui par rapport au pouvoir sont la tendance islamiste et le FFS représentées par les personnes citées plus haut.

    Sur le plan international, on peut aussi parier sur le fait que les US ne sortiront pas demain de leur bourbiers en Irak et en Afghanistan d’une part et d’autre part la question iranienne les occupera pour un très long moment. La relève du pouvoir en Égypte devra occuper Israël aussi.

    La grande inconnue est la France qui a sa tête le pro-consul sioniste (Terme de A. Dahbi)Sarkozy qui est le danger qui nous guettent en tant que nation et opposition.

    Mais dans tout cela, tout est possible devant la volonté d’un peuple guidé par une foi et prêt a défendre sa liberté sur tous les plans.

    Khaled




    0
  • Djamel Eddine U
    27 juillet 2010 at 3 h 32 min - Reply

    Baraka Allahou fike. Tres bon article




    0
  • AMOKRANE NOURDINE
    27 juillet 2010 at 10 h 33 min - Reply

    Dans le monde dominé par le GRAND CAPITAL était-il possible d’avoir un développement adéquat, une démocratie idéale à l’indépendance alors que nos principales ressources énergétiques intéressaient tant les maîtres du monde ? Une dictature juste éclairée n’était ce pas le maximum qu’ils pouvaient nous concéder ? Je persiste à croire que notre dépendance des pays riches n’avait nullement cessé et que l’on payait toujours tout au prix fort. Et pour reprendre les paroles du professeur ADDI LAHOUARI : « si le projet de BOUMEDIENNE avait réussi personne ne l’aurait critiqué »




    0
  • Alilou
    27 juillet 2010 at 12 h 19 min - Reply

    @ Khaled,

    Personnellement je n’adhere pas a l’idee de prendre encore les anciennes solutions pour faire un nouveau projet,

    Il est plus que temps de rempre le cordon ambilicale, pas hocine ni belhadj.

    Nous sommes arrivee a maturité pour trouver d’autres visages nouveau qui n’ont aucune implication dans l’histoire, il ya assez de competants nouveau en politik pour redresser le pays.

    On construit du neuf avec des materiaux neuf.

    C’est mon avis




    0
  • AMOKRANE NOURDINE
    27 juillet 2010 at 12 h 26 min - Reply

    mon commentaire est clair; pourquoi l’avoir enlevé svp ?

    ================
    De quel commentaire parlez-vous?
    La Rédaction LQA




    0
  • AMOKRANE NOURDINE
    27 juillet 2010 at 12 h 44 min - Reply

    Je pense qu’il serait interessant de présenter à vos lecteurs pour le commenter l’article d’ANDRE PRENANT intitulé ALGERIE 1830-1998 DES BALBUTIEMENTS DU CAPITALISME COLONIAL A L’ENTREPRISE MONOPOLAIRE DE RECOLONISATION « MONDIALISéE » IN LE TRES INTERESSANT LIVRE intitulé LE LIVRE NOIR DU COMMUNISME réalisé par de grands intellectuels de gauche dont le suisse JEAN ZIEGLER




    0
  • Atlanta Computer Rental
    27 juillet 2010 at 14 h 19 min - Reply

    Toujours et pour que les gens au pouvoir soient fréquentables dans les salons de l’occident, tous les algériens détenteurs de passeports seront officiellement enregistrés chez une boite française mais officieusement affichés chez la DST. Parce que catalogués sur une liste noire, par des terroristes américains et israéliens qui tuent presque quotidiennement d’innocents palestiniens, les généraux mettent les fichiers des Algériens à la disposition des services occidentaux. Pourtant les Algériens ont du mal à avoir des visas, sinon ils ne se jetteront pas par dizaines et quotidiennement dans la mer. Par contre les gens de la nomenklatura et leurs familles, qui sillonnent les capitales occidentales, ont besoin de visas.Les américains et les français sont satisfaits des dirigeants algériens qui offrent pour bonus, à leur allié de toujours l’Etat sioniste Israélien, le silence total sur la question palestinienne. Même pas une marche à Alger pour soutenir les enfants de Gaza ! Sur cette question l’Algérie se rapproche de l’Egypte, la seule différence c’est qu’elle n’a pas de frontières avec Gaza. Sinon…
    +1




    0
  • Khaled
    27 juillet 2010 at 20 h 02 min - Reply

    @Alilou,

    Nous avons besoin pour le moment besoin de gens connus et crédibles aux yeux du peuple.

    Vous êtes d’accord avec moi en disant que le peuple n’est pas naïf et qu’il suivra les leaders dont il a confiance en eux.

    D’autre part et dans la logique d’une voie pacifique qui sera notre chemin pour un changement, ce n’est pas le peuple qui a besoin d’une thérapie de choc mais bien l’ensemble de la classe politique.

    Une déclaration de Mr Ait Ahmed et Ali Belhadj sera une onde de choc qui secouera cette classe politique.

    Il appartient ensuite a nous de prendre le relais avec l’ensemble de femmes et hommes de bonne volonté pour encadrer le peuple vers le changement désiré.

    Dire qu’on ne fait pas du neuf avec du vieux est un argument faible.

    Si vous avez d’autres alternatives; RÉALISTES; je vous voudrai bien les connaître.




    0
  • Ghani
    28 juillet 2010 at 0 h 45 min - Reply

    Franchement associer Ali Benhadj a M. ait Ahmed et puis quoi encore.

    je suis désolé pour les disciples de Benhadj, mais celui-ci fait partie du probleme et non pas de la solution, et que le veuillez ou pas, il a fait le jeu du pouvoir.

    Contairement au sage et mesuré M. Ait Ahmed Benhadj est un populiste, extremiste (DIMOKRIA KOFR), Excessif ….




    0
  • Alilou
    28 juillet 2010 at 2 h 13 min - Reply

    Salut,

    @ Khaled

    Le gens de bonne reputation (je ne sous entends pas que les su-cité en haut ne le sont pas) y »en a plein sur LQA, des gens pour le changement y’en a, des intellectuelle y’en a a la pelle, des cadres honnetes y’en a plein le bateau, les prof et medecins, ingenieurs techniciens scientifiques commercants femmes de menages et balayeurs honnetes y’en a plein, des leader des vrais y’en a, ce dont on manque c’est le leitmotive rassembleur, le consensus, et les gens avides de liberte, de changment et de droit qui manquent, la masse il faut la rassembler sur un changment radical, mais la societe aujourd’hui est divisée, et trops pre-occuppe par les fins de mois difficile et le gains facile pour pas mal d’entre eux qui aujourd’hui ne compte a leurs yeux c’est comment s’enrichir vite et par n’importe quel moyen.

    Alors les anciens avec tout le respect que je leur doit pour certains je crois qu’il est plus temps pour eux de liberer la scene et se retirer sans tache et la reputation clean comme des grands.

    Pour le second que je ne cite pas mon avis a ete plus que clair la dessus et LQA le sait etant donné qu’un de mes messages anterieurs a ete carrement deleté, je ne veux vraiment pas entendre de lui.

    Tout en respectant les autres qui penchent pour ces idees, moi je ne les partages pas du tout.

    Ali le pointu




    0
  • khaled
    28 juillet 2010 at 14 h 13 min - Reply

    @Alilou

    L’article projette une réflexion autour d’un projet décrit comme une utopie et ma proposition est aussi d’essence utopique c’est-a-dire presque irréalisable mais elle a la particularité de jeter un pavé dans ces discussions sans fin et sans aucune prise sur la réalité.

    Mais si ma proposition est utopique, les personnes a qui j’ai fait appel existent et ont la possibilité d’évaluer toute proposition et de la considérer ou non.

    La valeur suprême dans toute démarche est la préservation de la valeur humaine, en dehors de sa réalisation ou non.

    Ma proposition, utopique qu’elle est, s’inscrit dans ce contexte.




    0
  • sedik
    28 juillet 2010 at 23 h 59 min - Reply

    ya si madjid on ne parle pas de toufik sans sa permission dans le monde des parano.




    0
  • khaled
    29 juillet 2010 at 10 h 33 min - Reply

    @Ghani,

    Le politiquement correcte est une notion réductrice dans la recherche des solutions, spécialement dans notre situation actuelle.

    L’urgence pour ceux qui aiment ce pays et de battre chaque sentier et de lever le voile sur chaque solution, car il y a urgence.

    Je suis désolé, vos remarques sur A.B sont ceux des années 90.

    A.B a évolué mais pas vous!!!




    0
  • Alilou
    29 juillet 2010 at 12 h 28 min - Reply

    @Khaled,

    A.B est hors jeu, too late pour lui,

    Evolution ou pas, il a participé au caos bon gre-mal-gre.

    Du sang neuf, pour le coup de fouet il viendra de pas mal de leader qui sont propres, vierges de toute compicité ou comme le pretendent certains tombé dans le piege du DRS.

    La course pour le pouvoir rend les gens cupide et comme dit un ancien proverbe des sages, la fin justifie les moyens.

    Du sang neuf point.




    0
  • Ghani
    30 juillet 2010 at 3 h 28 min - Reply

    @ Khaled

    Implicitement vous reconnaissez que Benhadj des années 90 n’était pas mature, il faisait tout sauf de la politique.

    Désolé pour vous, mais j’ai vu les videos que vous avez déja postées de lui, mais je trouve qu’il n’a pas évolué (comme vous dites) toujours les memes envolées lyriques, toujours le meme populisme…etc : L’équipe nationale doit refuser de jouer contre l’angleterre et les USA, imposer le voile aux occidentales (parce leurs pays refusent le Niqab ..etc) Si vous appellez ca évoluer depuis 90, je me demande qu’est ce que ca serait ne pas évoluer….

    Il y a beaucoup d’autres islamistes crédibles et surtout raisonnés comme : le Dr sidhoum, les leaders de Rachad qui ont appris a faire de la politique depuis qu’ils sont en europe, Djabballah…par contre les benhadj et ses semblables ils font partie du probleme et non pas de solution

    Salam et sans rancuce
    Salam




    0
  • AMOKRANE NOURDINE
    30 juillet 2010 at 11 h 47 min - Reply

    MILLE EXCUSES Dans mon dernier commentaire il faut lire LIVRE NOIR DU CAPITALISME ET NON LIVRE NOIR DU COMMUNISME




    0
  • Madjid Laribi
    30 juillet 2010 at 14 h 11 min - Reply

    Je me permets d’intervenir dans ces discussions qui sont en fait des contributions au large débat autour de l’appel 19 mars et dont les « joutes » autour de la lettre de Madame Zehira HOUFANI BERFAS, adressée à Hocine Ait Ahmed, en est un exemple encourageant.
    En souhaitant un débat large entre démocrates, nationalistes et islamistes autonomes du pouvoir, -cette utopie qui peut devenir réalité car bien des utopies ont fini par se réaliser-, je crois que les conditions objectives d’une telle démarche sont aujourd’hui réunies du moins au sein du peuple. Tout le monde sait aujourd’hui « qui est qui », que la décantation est faite au sein de la classe politique et ses différents acteurs, mais reste à définir et à rendre visibles les éléments d’une telle dynamique. Une telle dynamique qui soit autonome, ne peut se faire, à mon avis, qu’autour d’hommes comme : Ait Ahmed, Mehri , Benhadj ou d’autres islamistes « djazaaristes » de la trempe du défunt Hachani.
    Il est urgent d’enclencher une telle dynamique, non seulement en Algérie, mais dans tout le monde arabo-musulman. Tout le monde est conscient, les islamistes y compris, que sauf la démocratie mettra fin aux régimes despotiques et apportera la liberté et le développement aux peuples. Il s’agit simplement de méditer les exemples « Turque et Iranien ». La démocratie est possible dans le monde arabo-musulman, à conditions que les courants nationalistes, démocrates et islamistes s’engagent pour le bien de leurs peuples.

    Madjid Laribi




    0
  • khaled
    30 juillet 2010 at 18 h 34 min - Reply

    @Madjid Laribi,

    La priorite est d’abord a l’Algerie. Il ya urgence et feu dans la maison.

    Madame Zehira HOUFANI BERFAS a déjà envoyé une lettre a Mr. Ait Ahmed qui est reste sans réponse.

    Gageons que Ali Benhadj ou tout autre leader islamiste aura plus de succès en une plate-forme avec le FFS et les personnalités historiques.




    0
  • Nordine
    31 juillet 2010 at 3 h 39 min - Reply

    Bonsoir,

    Je suis très heureux de voir, à travers les différents commentaires ci-dessus, la maturité politique des intervenant sur ce site. Et pourtant.
    Et pourtant j’ai l’impression qu’on ose toujours pas aller jusqu’au bout de ses idées.
    Je m’explique. Il semblerait que nous sommes tous ici pour la démocratie, pour des élections justes,libres et honnêtes, pour l’alternance du pouvoir. Nous savons également que pour des raisons internes et externes, les islamistes l’emporteraient vraisemblablement en cas d’élections libres et régulières. C’est même certain, je pense.
    Dans presque tout le monde arabe, de l’Irak au Maroc, si démocratie il y avait, les partis islamistes seraient au pouvoir. Il y a 50 ans, ce n’était pas le cas, dans 30 ans, ça ne sera peut-être plus le cas, mais aujourd’hui en 2010, ça ne fait aucun doute.
    Alors posons nous la question clairement et sans détour; Si je ne sais par quel miracle, l’Algérie organisait des élections véritablement libre fin 2010 et qu’un parti néo-FIS avec à sa tête Ali Belhaj l’emportait devant les Rachad et Sidhoum, l’accepterions-nous ?
    Si nous ne l’acceptons pas comme semble le suggérer plus haut Alilou et Ghani (ce dernier a même oublié de mettre une majuscule à Belhaj) parce qu’il est populiste, radical etc. Alors que ferons-nous? Appeler l’armée et le DRS pour sauver la république? On l’a connait déjà cette histoire. Tout ça pour ça!
    Posons-nous des questions tabous de temps-en-temps, des fois qu’un miracle advenait. Belhaj est peut-être pire que le DRS, peut-être qu’au bout de 5 ou 10 ans après une relative bonne gestion économique et sociale (on peut pas faire pire qu’actuellement) et après avoir placé ses hommes, il confisquera à son tour la démocratie. Le bonhomme en est capable.
    En clair, vouloir la démocratie aujourd’hui en Algérie, c’est pas simplement se débarrasser des criminels du DRS, c’est aussi prendre du Belhaj pour 5 ou 10 ans à coup sur. Sommes nous prêt?
    Pour ma part, mes convictions vont pour des hommes intègres comme Ait Ahmed, Sidhoum, Yahia Abdenour, Addi et si demain un miracle arrivait, je choisirais la démocratie même avec Belhaj plutôt que l’appel aux « sauveurs de la républiques ».




    0
  • khaled
    31 juillet 2010 at 12 h 15 min - Reply

    @Nordine,

    Votre intervention mérite commentaire.

    Pour ma part je dois ajouter, si élections libres il y a, le neo-FIS peut ne pas être majoritaire (pas la majorité absolue).

    En 1991, la loi électorale, si elle a été judicieusement élaboré, aurait pu donner une APN avec répartitions égales de sièges entre les trois forces en présence, FIS, FFS et FLN.

    Mais c’est le pouvoir criminel qui a fait tout pour donner une majorité absolue au FIS au premier tour.

    La suite, on la connaît.

    Je pense sincèrement que le FIS peut gagner les élections mais pas la majorité absolue.

    Dans un jeu électoral libre, d’autres parties politiques émergeront. Le FFS sera une force formidable, mais Rachad et le FLN rénové aussi.

    Le tout est d’abord d’arriver a une situation normale ou les règles de jeu sont claires et respectées par tout les acteurs politiques.

    L’armée, débarrassée des ces militaires sans conscience doit être le garant et l’abrite suprême dans une phase de transition.

    Par la suite, la chose politique et civile seront géré par les civile et les politiciens.

    Il n y a pas de fatalité, le tout s’inscrit dans une dynamique qui nous échappe en ce moment du a notre désunion.

    Commencons d’abord par nous unifier sur le plan des idees en cherchant les elements rassembleurs pour ensuite prendre contrôle de cette dynamique que j’appelle la gestion de la Cité.




    0
  • Alilou
    31 juillet 2010 at 12 h 46 min - Reply

    Bonjour,

    @Nordine,

    Je patage une partie de votre opinion, comme vous le dites, sommes-nous capables encore a endurer A.B pour 5 ou 10 meme plus ???

    Si elections justes et claires y’aura ce sera encore un raz de marree Islamistes, et ca a mon avis ce sera encore une autre decenie noir, on passera de d’un extreme a un autre et je pense que vous allez partagez avec moi ce qui suit: sommes nous dans une position economique assez favorable pour subir encore 10 de debacle ???

    Sommes nous economiquement reellement egal a la Turquie ou l’Iran ???

    A mon avis nous n’avons pas besoin d’un regime qui donnera le baton a ceux qui cherchent par tous les moyens de detruire l’Algerie.

    A mon avis on n’est pas pret a subir A.B et les islamistes ca va etre le glad pour l’Algerie et j’en suis sur et meme certain,

    J’oppterai plus pour soit :

    1- Un gouvernement partagé entre 3 ou voir 4 factions sures afin de redresser l’etat et construire une economie solide pour les 10 voir 15 annees prochaines.

    2- Un gouvernemnt d’alternance, mais cette seconde solution n’a pas sa place.

    3- la premiere peut s’averer la plus interressante, mais vous me direz comment partager le pouvoir, les portefeuilles etc….

    Je vous direz que quitte a ce qu’on paye 5 fois les salire de ministre a 5 detenteur du meme portefeuille, je m’explique pour chaque ministere on aura 1 representant de chaque parti honnete, concertation (Chourra) tout sera basé la dessus, pas de prise de decision unique par une personne, je prefere 5 personne qui se concertent popur sortir la bonne solution qu’une suele qui en impose 1 fausse solution ou creer un pbleme.

    Une coalition de partis pour sortir la nation de la m….

    J’attends vos avis et suggestion avec impatience.

    Du sang neuf pour un nouveau depart.

    Quitte a ce qu’on honnor les anciens, en comité des sages pour reecrire la veritable histoire de la nation avant qu »ils n’enmoprtent avec eux leurs secrets et memoires dans la tombe.




    0
  • Ghani
    31 juillet 2010 at 16 h 04 min - Reply

    @ Nordine

    Salam

    J’ai juste rappelé que le discour Benhadj (que Khaled veut nous présenter comme le sauveur de la Oumma) n’a pas évolué d’un iota par rapport aux années 90.

    Je trouve que Belhadj a joué superbetement le jeu du pouvoir qui le laisser faire défiler des commandos islamistes à Alger durant la greve de juin 91, de le recevoir au MDN ( par Nezzar) alors qu’il était en tenue militaire…etc. Ceci dit, je suis pour qu’il retrouve son droit de faire de la politique pour voir ce qu’il pese réellement, l’Algérie a évolué depuis 90 et mais pas Belhadj. Le pouvoir en le muselant fait de lui le martyr et le leader qu’il n’est peut être plus réellement.

    Moi aussi je suis que les islamistes sont la première force en Algérie ( sauf en kabylie), et personnellement les islamites tels que les Sidhoum et Rachad ne me font pas peur !




    0
  • khaled
    31 juillet 2010 at 16 h 22 min - Reply

    @Alilou

    Je pense que vous êtes perdu dans vos fractions en faisant des calculs qui n’existent que dans votre esprit, les 2/3 d’idées n’existent pas, ni leur représentants d’ailleurs.

    On ne crée pas un projet de société avec des compromissions.

    Votre approche relève du commerce des boutiquiers des quartiers dans la Swiqua et les Hwanetes de Sidi-Abdelalah dans la basse-casbah.




    0
  • Alilou
    31 juillet 2010 at 20 h 25 min - Reply

    @ Khaled,

    Merci de me le confirmer,




    0
  • Zehira Houfani Berfas
    1 août 2010 at 16 h 23 min - Reply

    @Khaled et amis internautes,
    En fait de réponse, pour que les choses soient claires, j’ai été approchée par M. Rouar qui a dit déclaré ceci :  » que M. Aït Ahmed a été avant tout très ému par votre lettre. Dès qu’il en a eu connaissance, il m’a chargé de prendre contact avec vous. » Dans l’échange suivant, cette même personne a mis l’accent sur un projet en cours au FFS (conférence d’évaluation) et m’a invité à y prendre part. J’ai décliné la proposition en arguant que les gens de LQA qui vivent en Algérie étaient plus aptes pour cette participation. L’échange a fini sur cette phrase de M. Rouar : « Dans tous les cas nous ne manquerons pas de revenir vers vous comme convenu dès que ce sera possible. » Et les choses en sont restées là, malheureusement, aucun signe de M. Aït-Ahmed sur LQA.




    0
  • khaled
    1 août 2010 at 20 h 14 min - Reply

    @Zehira Houfani Berfas

    Merci pour la mise a jour. Je salue par la même occasion votre abnégation.

    L’espoir est permis et je suis de ceux qui croit dur comme le fer que nous sommes les artisans du changement que nous souhaitons.

    Et aussi et fondamentalement que les problèmes que nous vivions ne sont pas intrinsèque au peuple mais au mode de gouvernance imposé au peuple.

    Ce principe est pour moi le socle de toute réflexion.

    Au plaisir de vous lire.




    0
  • khaled
    1 août 2010 at 20 h 48 min - Reply

    Je suis un intervenant assidu de LQA, je ne peux me rappeler avoir lu une intervention ou commentaire d’un représentant d’un quelconque parti, une personnalité politique ou historique d’envergure national sur ce site.

    Est-ce la rédaction ou quelqu’un d’autre peut suggérer une explication a cela?

    A ce que je sache LQA est par essence pacifique et rassembleur d’idées ou il n y a pas de censure.

    Khaled




    0
  • Alilou
    2 août 2010 at 12 h 26 min - Reply

    @ Khaled,

    Je crois qu’il serai preferable pour moi, qui fait du commerce des boutiquiers des quartiers dans la Swiqua et les Hwanetes de Sidi-Abdelalah dans la basse-casbah, de créer une association de preservation des escargots d’amerique du sud.

    Tant que vous precher ce type de dialogue et de critique, jamais le changement ne viendra.

    Je crois en etre arrivée a croire a l’utopie.




    0
  • khaled
    2 août 2010 at 14 h 13 min - Reply

    Wallah ce que j’ai dit est sans la moindre prétention, ni par manque de respect.

    Une des raisons est que votre pseudo me rappelle un personnage algérien sur lequel vous et moi avons des opinions différentes.

    Je retiens votre réponse mesurée, c’est a votre honneur.




    0
  • Alilou
    3 août 2010 at 12 h 30 min - Reply

    Je me suis promis mainte fois de ne plus intervenir, mais ma rage de justice et de liberté ont toujours le dessus, quelque part il me reste un tout petit peu de dignité,

    La raison qui me maintient encore sur LQA est simple l’amour de ma patrie, ma nation.

    En ce qui concerne AB, je le redit et c’est valable pour tous les acteurs actuels de la scene politique, ils ont tous impregnés de l’ancien systeme.

    Et de cet ancien systeme archaique il faut s’en separer et definitivement si on veut un reel changement et cec n’est pas par manque d’hommes veritable, impregnés de sagesse, de justice et d’honneur surtout. Sans honneur, point de justice. Il faut qu’on arrive a surmonter nos differents, et a trouver un consensus pour batir une nouvelle algerie sans pour autant lui enlever sont atrait unique de terre de liberté.

    Si on veut du changement il faut des hommes nouveaux, pour un nouveau systeme de gouvernance pour une nouvelle vie avec des materiaux neufs on construit du durable et du solide, si on reprend les meme materiaux deja usés par le temps et errodé, notre maison ne sera que plus fragilisée.

    Salutations.




    0
  • ouf
    8 août 2010 at 16 h 06 min - Reply

    la seule arme pour sauver le pays c’est par le dialogue,celui ci constitue aussi la seule solution possible qui permetterait, dans l’interet commun, de sauver le pays,ce n’est pas avec la violence,le tribalisme et le racime qu’on pourra echapper a cette enfer un dicton dit :Qui emploira l’épée pérrira par l’épée:.Il n’a jamais été dit ou écrit de (tuer des innocents)ni dans le coran,nila bible,nila thora.un aristocrate a dit :cette terre ne nous appartient pas,elle est à nos arieres arriéres petits enfants.




    0
  • abdelkader wahrani
    13 août 2010 at 0 h 30 min - Reply

    @mr.alilou. d´accord on construit du neuf avec des materiaux neuf. mais avec des independants. pas avec ces partis fascistes. racistes. et assoiffés de pouvoir? merci




    0
  • abdelkader wahrani
    13 août 2010 at 1 h 09 min - Reply

    @mr.ouf. le dialogue avec qui. les criminels et assassins? la seule arme pour sauver le pays. il nous agir il faut une action vigoureuse,drastique,radicale pour purger ce beau pays qui s´appel eldjazair. merci




    0
  • Congrès du Changement Démocratique