Édition du
26 March 2017

Témoignage: Dans le cabinet huppé d’un OPHTALMO !

Le Persifleur

On a raison de critiquer et à juste titre notre système de santé public, mais le privé (même doté de ses cliniques ultra modernes) reste très en deçà, lui aussi, des exigences les plus minimalistes de patients ballottés de tous côtés.

En allant consulter un ophtalmologue très reconnu sur la place d’Alger, je ne m’attendais pas à me retrouver encadré de deux flics de la circulation et obligé de leur faire un laïus sur la déontologie médicale.

Après avoir poiroté plus de deux heures dans une salle d’attente, archi comble, d’une clinique transformée en bunker et sous haute surveillance vidéo, j’ai pu enfin être intronisé dans le cabinet du maître en ophtalmologie en personne. Ce dernier l’air agacé par cet afflux massif de malades, sirotait doucement un café en faisant un bruit d’enfer.

Rien d’anormal, ou presque jusqu’à présent. Mais grande fût ma surprise lorsque le professeur demanda à quatre malades (j’étais le deuxième) à s’asseoir côte à côte, sur des chaises en plastique, pour leur intimer l’ordre de raconter leurs « histoires ». Sans faire d’esclandres, je fis remarquer au toubib qu’il était en train de violer de façon flagrante le secret médical et ainsi j’ai refusé de participer à une telle mascarade.

Surpris, il commença à vociférer des menaces et autres argumentaires qui ne tenaient pas la route. J’ai du donc élever la voix et le débat s’anima lourdement à tel point que l’assistante du boss croyant à faire à un  » terroriste djihadiste », fit déclencher les alarmes et demanda à un patient d’aller chercher les agents de police qui stationnaient au coin de la rue.

Je vous fais grâce de toutes les palabres et autres explications que j’ai dû fournir à des représentants de la loi qui étaient à mille lieux de toutes notions concernant la déontologie ou l’éthique médicale. Plus inquiétant, les autres patients se sont indignés ouvertement, devant mon comportement irresponsable. Et n’allez surtout pas leur dire le contraire car les « disciples » d’Hippocrate dans ce bled ont tous les droits et mieux possèdent une cour inculte pour les défendre.

Echappant de peu à une arrestation en règle et pire à un « lynchage populaire », j’ai quitté sans remords ces lieux où le laser dernière génération (et autres technologie de pointe) côtoie malheureusement l’esprit pécuniaire et les mentalités de petits épiciers de nos nababs en blouses blanches complètement déshumanisés.

Connaissant les us et coutumes du pays, je me suis épargné l’effort fastidieux d’écrire une lettre au conseil de l’ordre, car la bataille était perdue d’avance. Enfin, pour que ce témoignage ne paraisse pas comme un jugement de valeur contre toute une profession, je dois reconnaître que beaucoup de médecins sont irréprochables et, donc très loin de telles pratiques mercantiles.


Nombre de lectures : 8837
22 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • citoyen
    26 juillet 2010 at 11 h 36 min - Reply

    je vous rejoint dans ce « cours d’inculte » j’en ai été victime aussi. ils sont légions monsieur. ce pays qui est le mien est fini 10 ans de gestion d un revanchard ont fini par le démembrer définitivement.
    bravo pour votre réaction.




    0
  • Alilou
    26 juillet 2010 at 14 h 16 min - Reply

    Bonjour,

    Ne soyez pas trop offusqué, c’est normal dans un pays ou la majorité avendu son ame au diable pour 1 Euro.

    A @ Citoyen,

    Ce monsieur que vous appelez revanchard est soutenu par 35 millions de personnes qui adhère a sa doctrine et qui est complice de ce démembrement, il faut qu’on arrête de se voiler la face tant qu’on reste les bras croisés on est complice, qui ne dit rien acquiesce.

    Bled mickey




    0
  • citoyen
    26 juillet 2010 at 16 h 57 min - Reply

    merci de la precision que vous apportez,mais chaque jour que dieu fait est un jour de résistance et tant pis si on affronte tt le monde ds la plus grande des solitude le temps viendra…..




    0
  • TARTAG TAHAR
    26 juillet 2010 at 18 h 05 min - Reply

    L’Algérie bazarisée a commencé il y a un peu plus de quinze années . Ne pensez surtout pas que le corps médical, notamment du secteur privé ne l’est pas. Mon frère nous n’avons affaire qu’à des commerçants( fort heureusement il y a quelques exceptions mais peu nombreuses).
    C’est la course effrénée vers l’argent avec la bénédiction des pouvoirs publics qui ne peuvent rien contrôler.
    Il faut que des citoyens comme vous réagissent comme cela, sinon nous deviendrons de simples sujets, qui déboursent.
    Dans ma carrière, une fois, alors que j’étais directeur d’une usine publique j’ai signalé l’abus d’un médecin qui a délivré en trois mois plus de 7000 journées d’arrêt de travail, plainte adressée au conseil de l’ordre(UMA). Imaginez la suit: le nombre d’arrêts de travail a été doublé.
    Cela s’est passé, zaema, du temps de l’Etat fort, en 1984.
    Une clinique privée a réclamé 800 da pour changer le pansement pour mon fils qui a été opéré dans cette clinique. S’agissant de soins post opératoires j’ai refusé de payer et de quitter la clinique sans la force publique: il s’agit d’un professeur.




    0
  • S. Ouardia
    26 juillet 2010 at 18 h 37 min - Reply

    Merci pour le témoignage de notre concitoyen qui a vecu cette mésaventure dans une clinique d’ophtalmologie et merci à Mr Tartag pour sa pertinente intervention.
    Je crois que ce qui se passe dans le secteur de la santé, qu’il s’agisse du public ou privé résulte d’une politique criminelle du régime qui a ouvert la voie à tous les abus. Demeurant à Vgayet (Bedjaïa) depuis plus de 35 ans, je me permets de témoigner qu’il y avait dans les années 80 et début 90, un médecin connu pour pratiquer des avortements clandestins au vu et au su de tout le monde. Il s’est fait attraper par une équipe de policiers courageux sur la base d’une plainte d’une femme qui connaissait ses droits. Après quelques mois de prison et versé une chekara à qui de droit, il a été chassé de la ville. Quelle surprise quand j’ai appris qu’il a ouvert à la fin des années 90 une clinique à Alger avec probablement l’argent des avortements. Et cette clinique est réputée pour déplumer les citoyens et faire payer les pansements des opérés. S’agirait-il de la même dont parle Mr Tartag?
    Je me pose une toute petite question : qui a autorisé cet individu qui a sur la conscience des dizaines de crimes (avortements clandestins)à transformer sa villa en clinique?




    0
  • nomade
    26 juillet 2010 at 19 h 18 min - Reply

    precision:

    le revenchard n`est pas soutenu par 35 millions de personnes.
    les pseudo-deputes ont ete achetes et les elections truquees .
    le taux reel de participatiion ete de 12,5%.
    tout est pseudo en algerie , pseudo-medecins, pseudo- ministres ,pseudo-opposition,pseudo-anciens moujahides, pseudo-islamistes, pseudo-journalistes.
    il y a meme un pseudo-president puisque le pouvoir reel reside a ben-aknoun.




    0
  • jila
    26 juillet 2010 at 19 h 38 min - Reply

    lorsque au vu et au su de tout le monde la grande majorité des praticiens privés signent des actes médicaux sur des bases aux antipodes des rémunérations qu’ils exigent, que l’état sensé défendre ces pauvres malades que nous sommes,abdique devant de tels forfaits, chaque jour contrôlables, un viol de plus ou de moins de cet caste d’habitants que nous sommes devenus ne peut faire plus de mal!!!!!!!!!!!!!!




    0
  • Alilou
    26 juillet 2010 at 19 h 56 min - Reply

    @ S Ouardia,

    Celui qui a autorisé ce charlatan a ouvrir une autre clinique a Alger est le même ordre des medecins qui a empoché le pactole et qui a fournit une autre autorisation de détrousser d’autres citoyens etc…Il existe le serment d’Hippocrate et le serment d’hypocrite (le premier va dans le sens de la vie, l’autre va dans le sens du Fric mal acquit qui ne profitera jamais…) MEN AHYA ROUHAN QU’A ANAHOU AHYA ENNASSA DJAMIAAN OUA MEN KATALA ROUHAN KA ANAHOU KATAL ENNASSA DJAMIAAN. On rendra des comptes un jour au JUGE SUPREME, y a rien qui risque de corrompre son jugement.

    Tant qu’il y a un corrompu il y aura toujours des corrupteurs




    0
  • ben
    27 juillet 2010 at 12 h 09 min - Reply

    Tout a fait d’accord. La plus part de nos cliniques privées sont des vrais centres d’escrocs. j’ai vecu ce probleme au niveau d’une clinique qui se trouve à El madania. A l’intérieur c’est une vrai foire. Tu payes une intervention pour 70 000 DA et en guise de facture on vous donne un bon semblable à celui que donne un cordonnier. Ce qui est malheureux c’est que l’etat ne fait rien.




    0
  • Malika
    27 juillet 2010 at 17 h 25 min - Reply

    Désolée de vous le dire, mais je pense que c’est de la faute des patients, car comme vous l’avez fait ils doivent dire en toutes circonstances NON à ces consultations à plusieurs ou aucune intimité n’est respectée.




    0
  • Amer
    27 juillet 2010 at 20 h 00 min - Reply

    Bonjour,

    Moi aussi j’etais temoin d’un evenement identique.
    En 2006, j’ai accompagner ma conjointe dans une clinique genecologique.
    Le medecin fait rentrer 5 patientes en meme temps et commence a poser des questions a chaque femme.
    Ma conjointe lui a dit qu,il n’a pas a repondre devant les autres patients.

    Aprés quelques instants, le medecin s’est rendu compte qu’ on juste de passge(vacances) on habitent a l’etranger, elle a accepté de voir ma conjointe seule dans une autre chambre.
    Tant pis pour les autres.

    Amer




    0
  • kerroum
    27 juillet 2010 at 21 h 57 min - Reply

    bjr
    article incomplet.pour plus de credibilite nommer la clinique a defaut du praticien.cela fera reflechir plus d un charlatan.
    slt




    0
  • Rachid rabah
    11 septembre 2010 at 10 h 17 min - Reply

    Bj
    Ce cas n’est pas isolé. Pour ma part, c’était pire. Les agents de sécurité m’avaient violemment jeté dehors.
    Tout à commencer lorsque j’avais émis le voeu qu’on porte le montant exact pour un scanner et non la mention TS ( tarif syndical). la différence est de taille. La CNAST taxe le canner à 400DA alors que j’ ai payé 12000DA. Quelle arnaque!




    0
  • Mohamed Jabara
    11 septembre 2010 at 18 h 12 min - Reply

    Quel est le problème ? Il n’ y a aucun problème. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Des jeunes apprennent à obtenir leurs diplômes comme tout le monde, à obtenir ce qu’ils veulent comme tout le monde et on ne peut rien avoir si on ne fait pas comme tout le monde. S’il y a quelques illuminés, comme moi et d’autres qui viennent s’inquiéter sur LQA sur le pourquoi des choses je leur dirai que ce que nous pensons relève d’une société qui n’est plus et que nous sommes en retard. La société Algérienne actuelle va directement dans le mur, prend de l’eau de partout et les plus malins volent les meubles qui restent avant le naufrage. Le problème, puisqu’il faut conclure, est que la masse est en train de suivre les petits malins alors qu’ils sont ses fossoyeurs.




    0
  • D B
    11 septembre 2010 at 18 h 26 min - Reply

    Cette formulation de Mohamed est tellement vraie:  » la masse est en train de suivre les petits malins alors qu’ils sont ses fossoyeurs. »




    0
  • Mohamed Jabara
    11 septembre 2010 at 21 h 52 min - Reply

    @ D.B.

    Bonsoir.

    J’aurais réellement préféré être contredit. Qu’on me dise que je suis pessimiste, que je me trompe. Mais là,je sens le clou s’enfoncer douloureusement dans ma chair avec cet assentiment, surtout venant de quelqu’un dont je respecte les avis, car toujours éclairés.




    0
  • solo
    12 septembre 2010 at 0 h 00 min - Reply

    « une pomme ne tombe jamais loin de son pommier »…les peuples et leurs gouvernants se ressemblent.et ce n’est pas le syndrome de Shtockholm .noubliez jamais le neologisme de Malek Benabi La colonisabilite des peuples.et d’un autre cote c’est pas un peuple ca franchement.




    0
  • D B
    12 septembre 2010 at 0 h 12 min - Reply

    @Mohamed Jabara
    Merci pour le compliment, que je ne mérite pas vraiment.
    Il est vrai que nous nous perdons souvent en conjectures alambiquées, alors que certaines petites phrases, comme la tienne, parviennent à cerner avec une douloureuse acuité des vérités criantes.




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    2 octobre 2010 at 2 h 23 min - Reply

    Voici le cas d’un citoyen algérien devenu non voyant dan l’affaire de l’hopital de Beni Messous Alger ou il y eut ‘usage en Ophtalmologie, d’un traitement (Avastin) au stade expérimental au Canada, et « arrivé en Algérie -Comment, par qui et pourquoi ?-, prévus pour le traitement du cancer du colon, un médicament à l’origine du calvaire de Monsieur Kasdi Yazid et de biens autres, ayant servisde « cobayes ». L’appréciation est laissé aux soins des pesonnes qui ont du respect pour la personne humaine.
    Nourredine BELMOUHOUB
    Membre fondateur du Comité SOS Erreurs Médicales

    Monsieur Yazid KASDI
    34 Rue Moussa HAMADACHE
    Hussein Dey-Alger
    Tél : 0771.82.44.68

    A Monsieur

    Objet : Requête.
    Réf : Assuré 60.2108.0004.54

    Monsieur,

    J’ai l’honneur de m’adresser à Votre probité morale et intellectuelle, à Votre droiture professionnelle et à Vos sentiments humains, pour Vous faire part d’un désagrément découlant du mépris et de la Hogra dont je suis victime, combien même je suis un non voyant suite à une erreur médicale.
    Pris en charge par les Services de la CNAS depuis Octobre 2002, je suis traité par la clinique Ibtissama sise à Dely Ibrahim Sce d’hémodialyse, et bien que conventionnée pour assurer trois (03) séances nécessaires exigées par la maladie pourquoi je suis pris en charge et auxquelles j’ai droit, ce qui regrettablement n’est souvent pas respecté, simplement pour avoir osé faire la remarque que ma prise en charge en médicament PO n’était pas conforme et ne répondait pas à la norme médicale exigée par le fait que je suis reconnu et effectivement un grand malade anémique, ce qui est prouvé et reconnu par le Dr Bedja. La raison de ce dérèglement est le fait que souvent je suis pris en charge et traité par des médecins « transitaires », qui prescrivent des médicaments autres que ceux exigés par la maladie.
    Au cours du mois de Mai 2009 ce qui m’est arrivé est invraisemblable, toutefois vrai, je Vous laisse le soin de juger les faits. En fin de dialyse, après prise de tension par un Technicien de Santé, ma tension était 16-8, subitement je fus pris de vertige suivi d’un vomissement. Après m’être restabilisé par la prise d’un aliment salé (olives). J’ai espéré être visité par le Médecin de service, alors que je suis non voyant, diabétique, souffrant d’une insuffisance rénale, cardiaque et hyper-tendu, ceci n’empêcha pas le Docteur Boulahia de s’absenter, il a préféré aller voir un match de foot ball !!! (peu être par nationalisme dira-t-il)
    Par ailleurs, sujet à un écoulement de sang en fin de dialyse, pour solution et remède, le Docteur Idri ne trouva pas mieux que de me commander de cesser la prise d’un médicament, bien que celui-ci m’est prescrit par un Professeur de cardiologie, et dont la prise est vitale.
    Incompréhensiblement, bien que la CNAS conventionne la dite clinique, je me trouve dans l’obligation de me procurer dans les hôpitaux le sang exigé pour le traitement de ma maladie, alors que de notoriété, il appartient à la clinique d’assumer ses responsabilités vis-à-vis du malade que je suis, (ce pourquoi elle est rétribuée).
    Le 07 Aout 2010, comble de l’inhumanisme, à la place d’une séance de quatre (04) heures, selon la norme médicale, j’ai eu droit exactement à Une heure et cinquante sept minutes (1h 57 mn), alors que la CNAS conventionne 04 heures ?
    Lors d’un entretien avec le Dr Kharroub, j’ai lui ai demandé de me prescrire un médicament anti anémique en raison de l’état faible dont lequel je me sentais, Cette praticienne a purement et simplement, bien qu’elle ne pouvait ignorer que ma demande était sanitairement légitime, une nécessité prouvée par deux (02) laboratoires spécialisés différents. Pour avoir émis des réclamations, profitant de ma situation de non voyant, le Dr Kharroub ne trouva pas mieux que de ranger mon dossier médical dans mon Cabas (sac de voyage), ce dont je ne pouvais remarquer compte tenu de mon handicap visuel, n’était-ce l’ambulancier qui l’a découvert. Ce geste est assimilable à une forme d’expulsion non signifiée, mais une expulsion tout de même de la part d’un praticien, formé grâce et par nos contributions de citoyens, avant de prêter le serment d’Hippocrate, au mépris de l’Ethique et de la Déontologie d’une si noble profession dont le cachet honorable, est d’abord humanitaire., et dont la mission consiste à lutter contre la mort, pour la vie. Au demeurant ce qui est regrettable, est que les passages du Médecin Chef le Dr Bedja se déroule comme suit : absente les séances du samedi, celles des lundis et des mercredis, ils se résument par un passage éclair.
    Le paria vécu ne s’arrête pas à la sortie de cette clinique puisque le comportement de certains ambulanciers, se permettent d’agresser les malades qu’ils transportent (pécuniairement parlant). Personnellement j’ai du supporter à mon corps défendant des propos roturiers (un grave outrage), de l’un d’entre eux, le nommé Merzougui Djamel, alors employé par Afric-Assistance, ce pourquoi il fut licencié, puis recruté pour exercer la même profession par un autre employeur, auprès de la même clinique.
    Toujours dans ce même domaine, en ce qui concerne le transporteur Express Ambulance, ayant réclamé pour m’avoir transporté dans un véhicule non conforme aux normes exigées (véhicule banalisé), il a refusé de me transporter, au mépris de la raison et par défi à la loi par un écrit.

    Voila Monsieur le Ministre, le calvaire qui nous est imposé, alors que les pouvoirs publics, ne négligent aucun effort pour apaiser nos souffrances et notre douleur, j’ose espérer que ma présente requête, ou rien n’est exhaustif soit considérée en plus d’un appel de détresse, de contribution pour que le service public que constitue cette clinique, soit réellement à la hauteur de la mission médico-humanitaire, pour laquelle elle est grassement rétribuée. Veuillez agréer l’expression de ma considération.

    Alger le 28 Septembre 2010
    Copies à :
    – Monsieur le Ministre de la Santé.
    – Monsieur le Ministre des Affaires Sociales.
    – Monsieur le Directeur de la CNAS d’Alger.
    – A Monsieur le Chef du Service
    du Contentieux de la CNAS d’Alger.

    Le Requérant
    Monsieur KASDI Yazid




    0
  • l.leila
    2 octobre 2010 at 12 h 08 min - Reply

    Bonjour,

    Des crimes dans tous les domaines, et peu importent les moyens. Pourvu que le marché rapporte à ces affamés!
    Ils avaient bien importé, vers la fin des années 90, de l’insuline périmée.
    Ce qui fait mal, cher frère Nourredine, est la perte de nos valeurs. Où allons-nous ainsi? On ne choisit pas le noble métier de médecin pour se comporter moins qu’un trabendiste tout de même! Franchement, la réalité fait tellement mal, qu’on se contente seulement de lectures angoissantes;

    Mes salutations




    0
  • personne
    22 octobre 2010 at 1 h 29 min - Reply

    bcps de problèmes a traiter sur ce sujet, oui des erreurs dans ce domaine aller voir les médecins comment ils se forment ca c’est un point et c’est le plus important ca commence déjà a ce niveau. la corruption est partout pas qu’en médecine. je viens de discuter ce soir avec une copine architecte qui travaille honnêtement et à qui on essaie de mettre les bâtons dans les roues car elle donne pas rechwa. je vais vous dire aussi un truc que j’ai constater bcps de gens hassbine rwahtihoum des médecins qui vont parfois voir directement le spécialiste du coup ils se font soigner pour une chose qu’il n’ont pas même aussi se faire opérer, puis ils parlent d’erreurs médicales!!!
    j’ai remarqué une chose dans ce bled tout le monde parle mais personne ne fout rien et tant que ca reste comme ca ben les autres vont pas se gener franchement.
    une autre info qui vous a dit que tout médecin connaisse Hippocrate? les médecins je jurent pas.
    le problème aussi réside dans ce bled qui ne donne pas assez de valeur au médecin lui donnant un salaire minable( je crois que c’est le plus minable au niveau mondiale) alors qu’il travaille comme un esclave en plus yezidoulou le dessert mel fouk en l’insultant en le menaçant. il essaie de compenser en faisant renter machi bark 4 malade meme plus si les dupes le lui permettent. voila
    un dernier mot heureusement que y’a encore ceux qui essaient de travailler avec leur conscience mais ils vont pas tarder a disparaitre.




    0
  • hancyl .b
    10 octobre 2014 at 11 h 10 min - Reply

    Bonjour
    les désagréments rapporte par ce citoyen sont monnaie courante et n’épargne aucun des differents service public de notre pays mais lorsque cela touche un secteur aussi senssible que la sante c est la ou le bas blesse. Des perssonne tenue detre ethiquement irreprochable .avec un sens aiguisé sur les valeurs humaine comment somme nous arrive la. Le manque de respect et de consideration sont le lot de notre quotidien a chaque matin qu on franchis le pas de porte.ou sont les isusceptible de proteger chaque conssomateur que fait le conseil de ordre des medecin est il la pour cacher les frasques de ces pseudo medecin charlatan et avide du sonnant et trébuchant. .tous cela passe par une prise de conscience collective et une remise en cause des valeur de chacun qu inculquant nous a nos enfant et dans qu elle monde voulons nous vivre.ne serai ce pas trop tard pour sortir de notre médiocrité . Un medecin qui continue a croire que tos reste possible.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique