Édition du
30 March 2017

Qu’en est-il de la caution islamiste dans ces attentats? À qui profitent ces ignobles crimes?

Zehira Houfani-Berfas

Les échanges que nous avons eus à partir de l’attentat kamikaze m’a inspiré ce texte où je vais un peu plus en détails et j’espère que les réactions seront fraternelles, cordiales à tout le moins et que le débat avance.

Bien des citoyens condamnent, et à juste titre, les journaux de ne pas être au service de la vérité, ne serait-ce qu’en ne faisant pas leur travail d’analyse et d’investigation que confère la liberté d’expression. Celle-ci n’étant pas à son apogée en Algérie, nous savons dés lors comment fonctionnent les médias chez nous, ils sont nombreux à avoir exclus de leur pratique l’éthique et la déontologie, seules valeurs qui les auraient mis au service de l’intérêt public, donc de la nation. Ceci étant, ils sont presque conditionnés à fonctionner dans la logique de clans, cette culture qui les environnent, la seule qu’ils connaissent pourrait-on dire, et celle-ci exclut à son tour le libre débat.

Je suis d’accord avec notre ami M. Radjef quand il parle du regard que les Kabyles portent sur la violence qui empoisonne la vie de la région et il est légitime de l’imputer au pouvoir dans la mesure où justement, il est de sa responsabilité de protéger les citoyens. Ce qui ne semble malheureusement pas dans sa mission. Il est aussi légitime de douter de la volonté du pouvoir de mettre un terme à cette violence, puisqu’il en tire profit, ne serait-ce qu’en paralysant la société sous l’état d’urgence et en dilapidant les richesses du pays à sa guise et au profit de ses réseaux maffieux internes et externes. C’est le propre des régimes tyranniques et personne ne s’en étonne.

Personnellement, ce qui me dérange dans cette violence c’est qu’elle jouit de cette caution islamiste qui la rend presque légitime aux regards d’une certaine frange de la société musulmane. Or, c’est une violence criminelle dirigée contre des innocents et qui n’a donc aucune légitimité, ni politique, ni religieuse. J’ai fait le parallèle avec la décennie noire, où la violence islamiste avait des relents de légitime défense devant celle du pouvoir. Aujourd’hui, il n’en est rien, me semble-t-il. Aussi quand des leaders islamistes font dans le discours de non-violence et qu’ils se disent prêts à faire partie du changement démocratique, j’ai envie de leur dire que votre sincérité sera jugée à votre position face à cette violence anti-Algérie dans le cas de cette nébuleuse al-kaida Maghreb et autres groupes « terroristes » pour ce qui concerne notre région. Cette violence nous empêche de passer à autre chose, elle entretient le statu quo actuel dont seul le pouvoir profite (à l’échelle locale, je ne parle pas des bienfaits de ce terrorisme « fourre-tout » qui a fait ses preuves au niveau international, particulièrement depuis le 11 septembre 2001)

Que M. Ali Belhadj (figure de proue de l’islamisme algérien) mette sa force et son leadership dans cette option de mettre à nu ces criminels qui utilisent nos enfants dans leurs calculs diaboliques de déshumaniser les gens et détruire notre pays. Les militants pour le changement politique ne peuvent s’accommoder d’une situation aussi absurde qui donne plus de munitions à leur adversaire, le pouvoir. Ce même pouvoir que les islamistes sont sensés combattre. Aussi, est-il temps que ceux, qui prétendent partie prenante du changement démocratique en Algérie, agissent concrètement dans ce sens et prennent leurs distances vis-à-vis de cette violence criminelle en ôtant toute forme de caution à ses auteurs où qu’ils soient, dans les maquis et les bureaux feutrés des officines. Sans cela, ils seront toujours redevables aux populations algériens d’avoir été et surtout d’être encore un alibi que d’aucuns exploitent pour justifier leur emprisonnement dans la terreur et le désarroi. Parce que si les leaders en question continuent de se taire tandis que l’islamisme est agité sur fond de terreur qui justifie tout, il ne faudrait pas qu’ils s’étonnent que des citoyennes et citoyens mettent en doute leur sincérité pour le changement pacifique et démocratique dans notre pays. La violence des leurs couvre désormais toute la criminalité monstrueuse qui sévit en Algérie de façon générale, et en Kabylie particulièrement. Pour le grand bien de nos ennemis.


Nombre de lectures : 3087
35 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • le kabyle
    28 juillet 2010 at 18 h 45 min - Reply

    Mais trés honnêtement, chère Madame, qui sont réellement ces islamistes dont vous parlez ?

    Qui a « créé » et dans quel but le FIS, le GIA etc… et surtout, à présent, l’AQMI ??? Si ce n’est les services algériens – le DRS – dites-nous le en toute franchise !!! Merci.

    Thanmirth.




    0
  • Khaled
    28 juillet 2010 at 19 h 34 min - Reply

    @Zehira Houfani-Berfas

    De la même manière en qui concerne la lettre adressée a Mr. Ait Ahmed dans laquelle une partie de ce site s’est identifiée, on devrait envoyer une autre missive a A.B, dans laquelle entre autres, on lui demandera ses positions sur cette violence aveugle qui touche notre pays.

    Et ce n’est que justice pour ce qui croient vraiment a un rassemblement de tous les algériens pour un changement
    pacifique.




    0
  • ABBANE
    28 juillet 2010 at 21 h 53 min - Reply

    Le dernier livre de Said Sadi est une référence pour comprendre,un tant soit peu, ce qui se passe en Algérie !




    0
  • Tijani
    28 juillet 2010 at 22 h 17 min - Reply

    ce que je comprend pas Madame c’est que vous qualifiez les faits du pouvoir comme presque « normals » bien comme les historiens francais qui justifient les crimes commis par la france en algerie par cause de la « normalite coloniale » qui existais a l’epoque.

    Il est clair que notre regime fasicte veut preserver le statu quo a tout prix, mais ca ne veut pas dire qu’on doit accpeter(meme theoriquement)cet logique et de raisoner sur cette base.

    d’une part on explique la position de l’etat et de l’autre on demande a des gens qui ont payes le prix fort de leur engagement politique de s’expliquer.

    ce n’est plus un polymique que les groupes armes en Algerie ont ete systematiquement inflitres, en suite manipules par la DRS a fin de discréditer les partisans de l’islam ideologique, le choix du people algerien lors des premieres et dernieres elections legislatives libres en Algerie.




    0
  • mohamed Nassim
    28 juillet 2010 at 22 h 55 min - Reply

    je suis completement d’accord Zehira. A.B doit condamner toute action violente emanant de qui que se soit. Surtout que le regime mafieux specialiste de la manipulation n’hesite pas a utiliser tous les moyens pour se maintenir quite a sacrifier des millions d’Algeriens. Tous les leaders politiques doivent s’unir contre la violence d’acceder ou de se maintenir au pouvoir au detriment de la volonte populaire.




    0
  • deryacine
    29 juillet 2010 at 9 h 00 min - Reply

    on trouve ces attentats dans le monde entier.c’est un peu facile de dire que ce sont les services de securite qui sont derriere.ils en tirent profit comme les medecins profitent de la maladie.ils ne creent pas la maladie.
    par contre la faiblessse des regimes musulmans fit que des milices pretendent « sauver l ‘honneur ».
    ils ne font que perpetuer l horreur au grand profit des medias islamophobes




    0
  • simozrag…
    29 juillet 2010 at 15 h 46 min - Reply

    Cette violence aveugle n’a rien à voir avec l’Islam. On peut dire qu’elle est sciemment entretenue pour le discréditer et ternir son image.

    A mon avis, si les intellectuels musulmans manifestent une certaine réticence à la condamner, c’est en raison du brouillard qui l’entoure ; ils n’ont pas la certitude quant aux auteurs et aux commanditaires de ces attentats.

    Néanmoins, il existe, malgré cette hésitation, des condamnations même si elle sont dispersées çà et là et désordonnées.

    Sans avoir la prétention de faire partie de cette catégorie de privilégiés (les intellectuels), je me permets de citer comme exemple ma réponse sur un autre site à une interpellation en date du 19 juin 2010 à propos d’un attentat meurtrier au Pakistan :

    « Frère CHETTIH, j’ai appris avec beaucoup de peine cette triste nouvelle des deux mosquées de Lahore. J’ai été sidéré et affligé par ces attaques fratricides que j’ai toujours condamnées sans réserves. Que les victimes soient sunnites, chiites, Ahmadis ou autres, ce genre d’attentats est déplorable et surtout dans un lieu de culte.

    Je condamne de la manière la plus ferme et la plus vigoureuse ces pratiques barbares. Je lance par la même occasion un appel aux savants musulmans d’intervenir afin qu’il soit mis fin à ces actions inhumaines perpétrées au nom de l’Islam. »

    En réalité l’Islam est aux antipodes de la violence, celle-ci est due en partie à l’ignorance de certains musulmans qui se font manipuler par leurs ennemis et est en partie le fait de ces derniers.

    D’ailleurs, on peut faire le bilan pour savoir quelle religion, quelle civilisation, quelle nation bat le record en terme d’effusion de sang, de morts et de massacres au cours de ces derniers siècles.

    Quant à la violence dans notre pays, elle n’est que le prolongement de la décennie rouge et c’est le pouvoir qui en est à l’origine soit directement en manipulant, soit indirectement à cause des injustices dont il est responsable.

    Autrement dit, l’Islam est loin d’être coupable ou responsable de cette violence, au contraire il en est l’unique cible et la principale victime.

    La preuve : s’il y a un langage de paix, d’amour, de cœur, de bonté, de dialogue, de douceur c’est bien le Coran qui le développe. Je me contenterai d’en citer quelques versets et j’invite humblement les internautes à les lire. Pour éviter d’être long, je me borne à certains versets entre autres à l’exclusion des nombreux hadiths :

    « Chaque fois qu’ils allument un feu pour la guerre, Dieu l’éteint. Et ils s’efforcent de semer le désordre sur la terre, alors que Dieu n’aime pas les semeurs de désordre » s5 v64

    1) Le mot « Paix » est cité dans plus de 50 versets du Coran, alors que le mot « guerre » n’est cité que dans 6 versets. Cela prouve que la paix est le propre de l’Islam et non la guerre.

    2) La Paix est l’un des plus beaux noms de Dieu (s59 v22)

    3) Le mot « Islam » est dérivé de la même racine que le mot « Paix » (Salam).

    4) L’Islam exhorte à la paix et invite les croyants à entrer en paix : « ô croyants ! Entrez tous en paix et ne suivez point les pas du Diable, car il est pour vous un ennemi déclaré. » (s2 v208)

    5) L’Islam a instauré une formule de salutation qui s’exprime par la paix : « La paix soit avec vous » (Assalam alaikum).
    Cette salutation s’adresse indifféremment à un familier ou un inconnu.

    6)La prière en Islam se clôture par la même formule : « La paix soit avec vous ».

    Les musulmans achèvent leur prière en prononçant cette invocation : « Seigneur, Tu es la Paix, la paix vient de Toi et à Toi revient la Paix ! »

    7) Le Coran nous fait savoir que sa révélation eut lieu dans une nuit qualifiée de « nuit de Paix » (s97 v5

    8) Le Coran guide vers les chemins de la Paix (s5 v16)

    9) L’Islam est lui-même un appel à la demeure de la Paix. « Et Dieu appelle à la demeure de la paix » (s10 v25).

    Le mot « Paix » n’a jamais été répandu dans une nation comme une œuvre de la religion autant qu’en Islam.

    10) La culture musulmane attache tellement de l’importance au mot « Paix » qu’elle l’attribue comme nom propre à des personnes : Abdussalam = Serviteur de la paix, à des villes : Dar As Salam = La maison de la Paix, à des portes : Bab As Salam = la porte de la Paix.

    11) Le Coran affirme : « Les serviteurs du Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur la terre et qui, lorsque les ignorant s’adressent à eux, disent : Paix » (s25 v63)

    12) L’Islam est la religion de la miséricorde : La formule : « Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux » se trouve au début de chaque chapitre du Coran.

    13) Le musulman récite cette formule 17 fois par jour dans ses prières obligatoires, sans compter les prières surérogatoires.

    14) A chaque action que le musulman accomplit, il prononce cette formule « Au nom d’Allah le Clément, le Miséricordieux », quand il mange ou il boit, il prononce cette formule.

    15) L’Islam invite les croyants à rendre le bien pour le mal : « Qui repoussent le mal par le bien. A ceux-là la bonne demeure finale » (s13 v22 et s28 v54)

    « La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse le mal par le bien. » (s41 v34)

    Or, la défense de l’Islam équivaut à la défense de la vérité; j’estime que le devoir de tout intellectuel est de défendre la vérité quelles que soient sa religion et ses croyances.

    Fraternellement,




    0
  • Zehira Houfani Berfas
    29 juillet 2010 at 20 h 17 min - Reply

    @ Kabyle et Tidjani

    Il ne s’agit ni de disculper des acteurs de notre tragédie, ni de remettre en question la genèse des GIA sur laquelle se sont penchés des experts, ou encore les anciens membres des services de sécurité qui ont livré les vérités que nous connaissons, en l’occurrence, le colonel Samraoui, Hicham Aboud et d’autres. Oui, les GIA ont été infiltrés, manipulés et même créés par le pouvoir dans une stratégie de terreur et de manipulation à usage interne et externe. Et si l’impunité érigée en loi dans notre pays empêche toute la vérité de se faire, tous ces acteurs rendront compte devant l’histoire du peuple algérien, il n’y a aucun doute là-dessus.

    Cependant, nous ne sommes plus dans la dynamique de confusion et de violence extrême des années 90 et mon texte traite de la réalité algérienne d’aujourd’hui qui n’admet plus que de tels des crimes se commettent encore et que le label islamiste soit si aisément brandi. N’est-ce pas que les leaders islamistes ont tout intérêt à ce que l’Islam soit déchargé de tout soupçon? Pour ce faire, ils doivent se dissocier de ceux qui continuent d’endeuiller les familles algériennes tout en permettant une bonne couverture aux actions du pouvoir. S’il n’y avait pas d’islamistes algériens dans les maquis, aucun crédit ne serait accordé au discours du terrorisme islamiste en Algérie et les cartes seraient alors dévoilées et le doute du citoyen, quant à l’origine des attentats, définitivement écarté.

    @Khaled
    Quant à la lettre ouverte, je me suis déjà exprimé là-dessus. Cependant, rien ne vous empêche pas d’initier ce projet et de le soumettre à la coordination.

    @Si Mozrag
    En vous lisant, j’avais déjà rédigé cette réponse aux internaute, mais votre message exhaustif et riche de citations m’interpelle et voici ma petite remarque.

    Je vous cite : « A mon avis, si les intellectuels musulmans manifestent une certaine réticence à la condamner, c’est en raison du brouillard qui l’entoure ; ils n’ont pas la certitude quant aux auteurs et aux commanditaires de ces attentats. » Personnellement, je trouve que c’est une raison de plus pour s’en démarquer. S’ils ne sont pas capables de dissiper le brouillard, le mieux est de ne pas en faire partie et finir comme « dindons de la farce », excusez l’expression. De plus, je ne parle que des Islamistes de chez nous, comme ceux qui sèment la terreur en Kabylie, je sais que le discours ambiant parle de terrorisme islamiste international, sans doute pour plus d’aisance dans les stratégies d’intervention des grands.

    Vous dites aussi : « Autrement dit, l’Islam est loin d’être coupable ou responsable de cette violence, au contraire il en est l’unique cible et la principale victime. » Comment donc des musulmans convaincus laissent leur religion souillée par tant de sang d’innocents? De toute évidence, en laissant faire ces attentats contre leurs sœurs et frères en Algérie, il contribuent à entretenir le chaos et donc violent leurs obligations. Ne pensez-vous pas qu’il est temps de fermer les maquis et de couper court à l’œuvre diabolique de manipulation qui sévit contre notre nation?




    0
  • Rachid Ziani Cherif
    29 juillet 2010 at 21 h 08 min - Reply

    Rep à Zehira Houfani-Berfas
    Tout en étant totalement d’accord pour condamner la violence contre nos concitoyens, et condamner d’ailleurs tout genre de violence à l’encontre des innocents, je me permets de demander à notre concitoyenne Zehira Houfani-Berfas, qu’avant demander « Que M. Ali Belhadj (figure de proue de l’islamisme algérien) mette sa force et son leadership dans cette option de mettre à nu ces criminels qui utilisent nos enfants dans leurs calculs diaboliques de déshumaniser les gens et détruire notre pays », n’est-il pas plus sage et par devoir de pondération, de s’assurer d’abord de l’identité des auteurs de ces crimes ignobles, avant de se lancer dans la litanie des condamnations, et faire le jeu de la guerre psychologique que mene les labo de Tewfik et consorts, surtout qu’on sait pertinemment, que ce ne sont pas forcement ( pour ne dire que cela) ceux qui sont cités comme étant responsables, le soient effectivement. Les exemples abondent dans ce sens, et notre chère Zehira Houfani-Berfas est bien au fait de ce sujet.




    0
  • Amrouche
    29 juillet 2010 at 21 h 23 min - Reply

    Je suis étonné par cette réponse de SIMOZRAG!
    La violence doit être condamnée d’où qu’elle vienne! On n’a pas a savoir qui a commis les violences pour les condamner. Il faut se démarquer de ceux qui utilisent la violence si réellement on est contre toute forme de violence.




    0
  • khaled
    29 juillet 2010 at 22 h 40 min - Reply

    @Zehira Houfani-Berfas

    Madame vous vous êtes posé des questions dont les réponses selon vous ne sont pas connues.

    C’est a vous et par probité intellectuelle d’apporter explications et vérités a vos attentes personnelles qui sont devenues publiques.

    Il est regrettable quand même on vit en dehors de notre prison l’Algérie et a travers ce qu’on lit matin et soir dans les journaux, on continue de jeter l’anathème sur ses propres compatriotes qui ont payé le prix fort pour avoir cru en cette fausse démocratie.

    J’ai voulu tempéré ma réponse au début en vous invitant de vous rapprocher de A.B pour une réponse a vos attentes. Vous me renvoyez la balle. Il faut admettre que vous ne faites vraiment aucun effort pour éclairer une situation des plus complexes si ce n’est de soulever des équivoques.




    0
  • simozrag
    30 juillet 2010 at 1 h 18 min - Reply

    Certes, la violence est condamnable d’où qu’elle vienne. Mais il est difficile d’aller au-delà de la condamnation verbale si on ne connaît pas les auteurs.

    Il est pour le moins anormal, voire illégal d’accuser les islamistes de terrorisme sans que l’on dispose de preuves tangibles.

    Sur le plan international, on ne sait pas encore qui manipule qui !

    En Algérie, faut-il accuser le manipulateur ou le manipulé ? C’est cette incertitude que j’ai évoquée dans mon commentaire et qui est à l’origine, me semble-t-il, du silence ou des réticences de certains intellectuels musulmans face aux attentats terroristes.

    Je ne fais que supposer, je ne parle au nom de personne.

    Etant entièrement d’accord avec le frère Rachid Ziani Cherif sur la nécessité de connaître « l’identité des auteurs de ces crimes ignobles », avant de les condamner, car certaines condamnations pourront faire le jeu du pouvoir ou pour reprendre le sus-nommé de « la guerre psychologique ».

    Il faut donc cesser de désigner « l’islamisme » comme bouc émissaire et en même temps démasquer les vrais terroristes qui sèment la terreur et les traduire en justice.

    Le rôle de la justice est on ne peut plus primordial sur ce point, mais quelle justice ? Une justice indépendante et non celle inféodée au pouvoir.




    0
  • Zehira Houfani Berfas
    30 juillet 2010 at 1 h 23 min - Reply

    @Khaled
    Voilà qu’on rentre dans les débats qui fachent et glissent insidieusement vers la méfiance, voire l’invective. Vous saurez compatriote qu’en matière d’anathèmes comme vous dites (sur les gens de la mouvance du FIS, sous-entendu) je ne l’ai pas fait hier quand c’était en vogue dans mon milieu et je ne le fais pas aujourd’hui, je n’ai donc pas de leçon à recevoir, quoi que vous en pensiez. Ceux qui connaissent mes écrits et mes rencontres sur le drame algérien peuvent en témoigner. Cela dit, il me semble avoir été claire : je n’accuse pas A.B ou un autre leader islamiste d’être derrière les attentats, je dis simplement qu’ils doivent libérer l’islam de cette violence aveugle en se dissociant des groupes actifs sur le territoire algérien. On dit même que le fils de A.B. est au maquis? Est-ce vrai? Je ne peux même pas l’affirmer. Mais je reste convaincue que c’est la donne islamiste qui fait le jeu des ennemis de l’Algérie et non moi. Cette réponse vaut aussi pour le compatriote Rachid Ziani Cherif qui m’adresse le même réquisitoire parce que j’ai dit que A.B est la figure proue de l’islamisme algérien. C’est pourtant clair à comprendre, juste une façon de dire que cet homme a une aura et qu’il y a des chances qu’il puisse influer sur ceux qui exécutent la terreur et je dis bien exécutants car les commanditaires ne sont pas dans les maquis.

    Pour finir, compatriote Khaled, depuis le début, vous semblez tenir à ce qu’une lettre ouverte soit adressée à M. AB pour qu’il réponde à (mes attentes?) ou celles des Algériens en général? L’idée n’étant pas de moi (c’est mon droit, que je sache si je décide d’écrire à un tel et pas à un autre). Donc c’est votre idée et je vous ai encouragé à l’écrire et la soumettre comme j’ai fait pour M. Aït-Ahmed. Et vous concluez intempestivement que je vous renvoie la balle et que je ne fais que soulever les équivoques. Excusez-moi, c’est soudain moi qui ne comprends plus rien.
    Je pense avoir exprimé ce qui me semble juste et je finis là.




    0
  • Bladi
    30 juillet 2010 at 6 h 15 min - Reply

    @Amrouche
    Il faut justement lire ce qu’a ete ecrit par Simozrag sans aucune arriere penssee, je crois que sa position a l’egard de la violence et bien claire pour ceux qui veulent voir!!




    0
  • khaled
    30 juillet 2010 at 11 h 22 min - Reply
  • Afif
    30 juillet 2010 at 11 h 40 min - Reply

    A mon avis, la position de Mme Zehira Houfani Berfas est claire : dans les attaques d’innocents, l’Islam est innocent. Par conséquent, si on ne lui imputait pas ces attaques, il n’y aurait même eu ce débat, mais un autre peut-être qui concernerait la violence et l’humanité, mais pas l’Islam. Mais aujourd’hui, toutes ces morts d’innocents en Algérie, au Pakistan, en Irak, en Afghanistan, etc… sont imputés aux islamistes, par conséquent, les responsables politiques qui se disent islamistes devraient être les premiers à condamner ces attentats et surtout leur enlever la couverture islamiste, c’est pourtant évident « qui tue un innocent, c’est comme il a tué l’humanité toute entière », nous prescrit notre religion. A ces responsables islamistes, il serait curieux de leur demander la position qu’ils ont prise lors de la destruction des statues de Bouddha en Afghanistan que le peuple afghan musulman a toléré depuis des siècles, nous dire quel a été le réel commanditaire de cette destruction et le but visé par cette destruction. Par leur réponse sur cette question, on comprendrait leur degré de vigilance par rapport à la défense de l’Islam et des musulmans.




    0
  • Zehira Houfani Berfas
    30 juillet 2010 at 15 h 34 min - Reply

    @ Khaled et Simozrag

    Merci pour la vidéo, Bien que je ne partage pas la vision politique de M. A.B, je souscris cependant à une bonne partie de ses déclarations, notamment le rassemblement des personnalités pour imposer le changement, l’injustice sociale, la tyrannie du pouvoir, le désespoir de notre jeunesse, l’ingérence de la France, etc.

    Je mettrais un bémol sur cette affirmation : « Les jeunes algériens sont manipulables en l’absence de perspectives. C’est le désespoir qui les pousse à prendre le maquis ou à mourir en traversant la mer…. » Même si on est d’accord sur le désarroi des jeunes, leur présence dans les maquis ne se justifie plus socialement et politiquement. Nous ne sommes plus dans la dynamique des années 90. À moins d’accepter que cette jeunesse fasse le jeu des forces occultes et par conséquent d’être des instruments utilisés pour la destruction des leurs. Nous sommes aujourd’hui dans cette tragique réalité et arrêtez SVP de nous dire qu’on fait le jeu du DRS.

    Je réponds de même à M. Simozrag qui s’interroge : « Faut-il accuser le manipulateur ou le manipulé? » Si je ne suis pas capable de contrer le manipulateur, je fais en sorte de ne pas être en situation de manipulable. Et dans les maquis, avouons-le, la manipulation est en terrain conquis. M. Simozrag, je pense au contraire qu’au plan international, les enjeux sont évidents, ce qui facilite grandement la tâche de savoir d’où vient la manipulation et dans quel but? Je pense que la donne islamiste est une bénédiction pour ceux qui gouvernent autant à l’international qu’en Algérie, pour notre grand malheur.




    0
  • Ghani
    31 juillet 2010 at 1 h 26 min - Reply

    @ M. Simozrag

    Ce n’est pas l’islam qui interpellé, mais c’est bien ceux qui font de la politique au nom de l’Islam et qui sont susceptibles d’êtres écoutés pas les islamistes armés.

    Vous n’apprenez rien a la majorité d’entres nous sur ce site sur l’islam qui : paix, bonté, tolérance…etc.

    L’islam est paix, tolérance…etc mais certains de ses adeptes surtout parmi les plus zélés d’entre eux sont très loin de l’être. Nous n’avons qu’a réécouter certains prêches virulents de quelques militants et cadre du FIS pour savoir que les islamistes ne sont pas l’Islam

    Salam




    0
  • Abdelkader DEHBI
    31 juillet 2010 at 12 h 26 min - Reply

    خـطـاب مـبـاشـر إلـى الـسـيـد عـلـي بـن حـاج

    مـن خـلال هـذا الـمـوقـع الـمـنـاهـض للـنـظـام الـسـيـاسـي الإقـطـاعـي، الـلاشـرعـي و الـفـاسـد، الـمـتـسـلـط عـن الـبـلاد والـعـبـاد، أتـوجـه إلـى أخـي فـي الله، الـسـيـد عـلـي بـن حـاج، لألـتـمـس مـنه أن يـكـشـف بـكـل وضـوح، عـن مـوقـفـه حـيـال مـمـارسـة الـعـنـف كـوسـيـلـة للـكـفـاح الـسـيـاسـي وإدانـة هـذا الـعـنـف، حـتـى يـقـطـع الـطـريـق عـن الـطـغـمـة الـحـاكـمـة ويـفـضـح مـنـاورات الـتـذرع ب « الإرهـاب » الـتـي تـعـودت هـذه الـطـغــمـة الـمـجـرمـة عـلـى افـتـعـالـهـا كـلـمـا ضـاق عـلـيـهـا الـخـنـاق.

    Question directe à M. Ali Benhadj :

    A travers cet espace de lutte contre le régime politique tyrannique, illégitime et corrompu qui sévit contre le pays et les hommes, je demande à mon frère en Dieu, M. Ali Benhadj, de prendre clairement position vis-à-vis du recours à la violence, comme moyen de lutte politique et la condamnation de cette violence, afin de barrer la route à la junte au pouvoir en démasquant les manipulations de l’alibi « terroriste » préfabriqué auxquelles cette junte criminelle a habituellement recours, chaque fois qu’elle se sent acculée.




    0
  • khaled
    31 juillet 2010 at 14 h 22 min - Reply

    @M.Abdelkader DEHBI

    Pourriez-vous en premier lieu vous assurer que A.B a prit connaissance et acte de votre appel.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    31 juillet 2010 at 17 h 55 min - Reply

    @ — Khaled :

    C’est chose faite, d’autant que personnellement, je n’ai aucun complexe à prendre contact avec M. Ali Benhadj.




    0
  • Sélim Ier
    31 juillet 2010 at 18 h 18 min - Reply

    L’OPINION CELA SE TRAVAILLE .

    Grâce aux boulevards du Net, l’opinion publique dans nombre de pays, ne croit plus en ses « élites », ne fait plus confiance en ses médias. Depuis «la guerre du Golfe» en 1990, et le 11 Septembre 2001,la crédibilité des organes de l’information hors Internet, est fortement sujette à suspicion.

    Mais certainement pas pour ceux dont la mémoire est à géométrie variable et à l’émotion sélective. Ni d’ailleurs pour les ignorants, les éternels gogos, véritables moutons de Panurge. C’est qu’il faut dire que, depuis l’entrée en scène de « Ben-Laden / Fantômas », un « axe du Mal » à lui tout seul, la déferlante médiatique islamophobe internationale, cet implacable matraquage des esprits, ce long travail de sape, ce bourrage de crâne ont été d’une redoutable efficacité. La « décennie noire » en Algérie, a été elle aussi le théâtre d’un raz de marée des moyens de communication (presse- radio- télévision) où la désinformation outrancière la disputait à l’ignominie la plus abjecte. Il en est simplement de lire les commentaires tendancieux, partisans et subjectifs qui inondent les forums.

    « CE QUI SE PRODUIT ACTUELLEMENT EN ALGERIE, C’EST TIMISOARA (1)PUISSANCE 10 »

    Dixit François Burgat.(2),lors d’une émission en 1996 sur A2. F.Burgat, est un islamologue parfaitement arabophone, homme de terrain et fin observateur de la scène politique algérienne et du monde arabe en général.

    Mais alors, me diriez vous à juste titre, nous aimerions bien savoir ce qui se passe réellement. Savoir ce qu’on nous prépare. Savoir ce qu’on nous cache. Et la question posée n’est -elle pas ce que « la démocratie » garantit aux citoyens comme droit à l’information ? En théorie simplement. Car dans la réalité, n’attendons rien des régimes en place, des organes d’information officielle car ces derniers sont au service d’occultes et sombres intérêts privés au détriment de l’intérêt général. A ce titre, l’information réelle, éclaircissement de tous nos maux, ne nous sera jamais divulgué. Il nous appartient donc de traquer la Vérité par nous-mêmes et de la relayer, seule moyen de lutter contre la rétention de la vraie information et contre l’ignorance dans la laquelle on veut nous maintenir.

    A ce titre, je désire partager avec vous, la piste de réflexion suivante, relative aux commanditaires et exécutants des « opérations sous faux pavillons ou terrorisme d’Etat » d’Alex Jones.

    ———-FALSE FLAG OU TERRORISME D’ETAT———- –

    Les populations sont-elles entrain de réaliser que les gouvernements à travers l’histoire, ont toujours utilisé l’ombre de la peur pour contrôler leurs populations afin d’accéder à un stade de tyrannie absolue ?

    Des évènements historiques qui ne sont pas contestés, ont démontré que des gouvernements ont organisé leur propre terrorisme et admettent qu’ils l’ont fait sans contester ni débattre. Il y a des centaines d’exemples dans l’histoire moderne où des gouvernements ont financés leur propre terrorisme dans des opérations appelées « opérations sous faux pavillons (false flag) ».

    1 / 27 février 1933 : incendie du Reichstag – Hitler attribue l’incendie à un prétendu complot communiste et fait arrêter 400 responsables du parti.

    2/ Le massacre de Katyn. (1943). Le nom de massacre de Katyn désigne le meurtre de plusieurs milliers de Polonais — essentiellement des personnalités, des officiers mais aussi des étudiants (officiers de réserve), des médecins et des membres des élites polonaises réputées hostiles à l’idéologie communiste — par la police politique de l’Union soviétique (le NKVD) au printemps 1940 dans une forêt russe près de Smolensk. L’URSS a nié sa responsabilité dans le massacre dès qu’il fut révélé par les nazis, ainsi que durant toute la guerre froide et rendue l’Allemagne nazie responsable.

    3 / 1953 – Opération Ajax- Coup d’Etat en Iran : L’opération Ajax (officiellement TP-AJAX) était une opération secrète menée par le Royaume-Uni et les États-Unis en 1953, exécutée par la CIA, pour mettre un terme à la politique nationaliste du Premier ministre d’Iran, Mohammad Mossadegh, et consolider le pouvoir du Chah, Mohammed Reza Pahlavi, ceci afin de préserver les intérêts occidentaux dans l’exploitation des gisements pétrolifères iraniens.

    4 / 1964. Golfe du Tonkin. Deux destroyers déclarent avoir été attaqués dans le golfe du Tonkin par des torpilles nord-vietnamiennes. Aussitôt, la télévision, la presse en font une affaire nationale. Crient à l’humiliation. Réclament des représailles. Le président Lyndon B. Johnson prend prétexte de ces attaques pour lancer des bombardements de représailles contre le Nord-Vietnam. Il réclame du Congrès une résolution qui va lui permettre, dans les faits, d’engager l’armée américaine. La guerre du Vietnam commençait ainsi, qui ne devait s’achever – par une défaite – qu’en 1975. On apprendra plus tard, de la bouche même des équipages des deux destroyers, que l’attaque dans le golfe du Tonkin était une pure invention…

    5 / 1967 – L’USS Liberty, navire de l’US Navy est attaqué par l’aviation israélienne pendant la guerre des 6 jours . Il s’agissait alors de simuler une agression égyptienne qui aurait justifié l’entrée en guerre des USA au côté d’Israël.
    4 / 1946-1983- OTAN – « Stay behind armies ». Opération Gladio ou les armées secrètes de l’OTAN.
    Qu’est-ce une opération sous faux pavillon ? La définition encyclopédique nous dit : les opérations sous faux pavillons sont des opérations secrètes conduites par des gouvernements, des corporations, des organisations qui sont conçues pour apparaître comme provenant d’une autre entité. Ce terme vient du concept militaire de porter de fausses couleurs qui sont en fait les couleurs d’un pays qui n’est pas le votre.

    Il existe beaucoup de variantes mais la plus couramment utilisée par les gouvernements est celle qui consiste à ORGANISER UN ATTENTAT OU UN AUTRE CRIME HORRIBLE ET D’ACCUSER SES ENNEMIS D’EN ETRE LES AUTEURS » Alex Jones. FIN.

    Dans la liste des opérations sous fausse bannière, je n’oublie pas d’inclure l’affaire de l’assassinat des moines de Tibérihine, dès le début attribué à des «groupuscules islamistes », et qui a connu durant de nombreuses années, des rebondissements divers dont le plus récent qui accuse les services secrets de l’Etat algérien d’être les véritables auteurs de cette tuerie collective.

    Notes (1)Tsimisoara : Le faux charnier de 1989, une falsification célèbre. On rapporta qu’il y aurait eu 1 104 tués et 3 352 blessés pendant l’insurrection contre le chiffre réel de 93 morts à la fin. Les images de cadavres dont l’origine véritable avait été cachée furent abondamment diffusées dans le monde entier. Ce n’est qu’en février 1990 qu’il fut officiellement enfin établi qu’il s’agissait là d’une intoxication. Le nom de Timişoara est dès lors resté associé aux manipulations dont les médias sont toujours susceptibles d’être à la fois les dupes et les relais. Surtout les relais, car dès la première diffusion des images au public de télévision il était parfaitement visible, pour un observateur un tant soit peu attentif et les journalistes se devraient de l’être professionnellement, que les corps déterrés portaient de nombreuses cicatrices, qui plus est de plaies soigneusement recousues trahissant des interventions chirurgicales.

    (2) François Burgat est un politologue, directeur de recherche au CNRS, depuis mai 2008 directeur de l’Ifpo (Institut français du Proche-Orient), à Damas. Conférencier invité par un grand nombre d’universités étrangères, d’organisations internationales ou de think-tanks (du Forum Economique Mondial, au Parlement Européen ou à l’OTAN), il a résidé plus de dix-huit ans au Maghreb, au Proche-Orient et dans la péninsule Arabique et travaillé à l’Université de Constantine en Algérie (1973-1980), au Cedej du Caire (1989-1993) puis comme directeur du Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa (1997-2003). Son laboratoire de recherche de rattachement est l’Iremam (Aix-en-Provence).

    (3) Source : Vidéo Dailymotion : « false-flags ou terrorisme d’Etat 1/3 – 2/3 3/3
    Partie 1 http://www.dailymotion.com/video/x76720_falsflags-ou-terrorisme-detat13_news PARTIE 2 :http://www.dailymotion.com/sifdine69/video/x767bn_falsflags-ou-terrorisme-detat-23_news/
    PARTIE 3: http://www.dailymotion.com/sifdine69/video/x767j2_falsflags-ou-terrorisme-detat-33_news




    0
  • simozrag.
    31 juillet 2010 at 18 h 54 min - Reply

    @ Ghani

    Je ne suis pas censé ignorer ce que vous dites, à savoir que plusieurs (non pas la majorité)d’entre les internautes de ce site savent ce que c’est que l’Islam.

    Il n’en demeure pas moins, cependant, que beaucoup n’y croient même pas et beaucoup d’autres l’accusent en faisant l’amalgame entre islam, islamisme, terrorisme, violence, etc.

    Il n’est que de voir ce qui se dit à longueur de journées dans ce même forum.

    Rassurez-vous enfin que je suis conscient de mes propos à ce sujet. Merci tout de même pour le rappel.

    @ Mme Zahira Houfani Berfas

    1- Vous dites : « je fais en sorte de ne pas être en situation de manipulable. »

    Croyez-vous que les gens savent qu’ils sont manipulés et acceptent cette situation ?

    2-Vous dites : « Je pense au contraire qu’au plan international, les enjeux sont évidents ». Je n’en vois nulle part l’évidence dont vous parlez.

    Au contraire, il n’y a que du flou partout; tout est hypocrisie, tromperie et mensonge. Si Vous voyez la vérité quelque part, prière de ne pas nous en priver.

    Cordialement,




    0
  • Afif
    31 juillet 2010 at 21 h 11 min - Reply

    A simozrag :

    Je vous serai reconnaissant de bien vouloir me donner votre avis sur la destruction de la statue de Bouddha en Afghanistan : commanditaires, objectif visé, etc…Merci par avance.




    0
  • simozrag
    1 août 2010 at 1 h 01 min - Reply

    @ Afif
    La destruction des statues de Bouddha est une erreur sur tous les plans. Cet acte peut engendrer des conséquences désastreuses à bien des égards.

    D’abord, c’est une manière de s’attaquer à la mémoire et à l’histoire universelle. Alors que Dieu nous invite à la recherche, à l’exploration, aux fouilles, à la découverte des traces et des vestiges des anciens pour voir et constater ce qu’ils avaient subi malgré leur puissance.

    Ensuite, ces statues peuvent constituer une importante source de revenu en attirant les touristes, chercheurs et visiteurs. A cette occasion, des sceptiques et des athées pourraient s’intéresser à la religion. Mieux encore, ces statues peuvent être la cause de conversions à l’Islam étant donné que Bouddha était un Messager de Dieu, sa divinité n’est qu’un avatar, une métamorphose accidentalle.

    Étant donné que la plupart des touristes sont des intellectuels qui ne versent nullement dans l’aberration de déification d’un prophète. Le cas de Jésus étant un cas particulier. Qui plus est, d’après les chrétiens, sa divinité n’est que symbolique, n’étant pas égale à celle du Créateur.

    De plus, l’Islam est fondamentalement basé sur le respect des croyances. « Pas de contrainte en religion ».

    Ce principe est maintes fois énoncé et rappelé dans le Coran à telle enseigne que Dieu a interdit d’insulter les divinités des autres (Sourate 6, Verset 108).

    Afin qu’il n’y ait pas de réplique contre Dieu, c’est-à-dire contre les mosquées et les lieux de culte. D’autant plus qu’en l’occurrence, l’acte de destruction est plus grave que l’insulte.

    Or, si des bouddhistes répliquent en détruisant des mosquées en Inde, ce ne peut être que leur droit et c’est logique.

    C’est pourquoi, les musulmans n’ont pas détruit les statues qu’ils avaient trouvées en Perse, en Égypte et ailleurs dans les pays conquis. Omar Ibn Al ‘As n’a pas détruit les statues des Pharaons, ni les pyramides.

    Le Coran nous informe que les Djinns fabriquaient des objets d’art au Prophète Salomon, notamment « des sanctuaires, des statues, des plateaux comme des bassins, et marmites bien ancrées »( Sourate 34, Verset 13).

    Si le Coran mentionne ces objets, c’est sans doute pour attirer notre attention sur l’importance de l’art et de la culture qui doivent être respectés, du fait surtout de leur rapport à la mémoire.

    Le Prophète Mohammed a détruit les statues autour de la Kaaba, à cause du fait qu’elles pouvaient créer la confusion quant à l’unicité de Dieu. Les pèlerins tournaient autour de la kaaba et les statues y étaient bien ancrées, alors on pouvait se demander lequel était adoré : Dieu ou les statues ?

    De surcroit, Il ne sert à rien de détruire matériellement une statue alors que la croyance en cette statue se trouve ancrée dans les esprits et dans les cœurs. Tant qu’une fraction de la population en Inde adore et glorifie Bouddha, il est absolument inutile de détruire son image ou sa représentation matérielle. L’islam a planté la foi dans les consciences avant de détruire les statues.

    Et le Coran d’affirmer : « Dis : La Vérité émane de votre Seigneur, croira qui voudra et niera qui voudra » (Sourate 18, Verset 29).

    « Rappelle, ton rôle consiste à rappeler. Tu n’as sur eux aucune autorité…Ils reviendront vers Nous et c’est à Nous de leur demander compte » (Sourate 88 Verset 21- 26)

    Fraternellement,




    0
  • Sélim Ier
    1 août 2010 at 2 h 22 min - Reply

    Manipulation des opinions publiques
    Londres : terrorisme fictif, guerre réelle

    par Jürgen Elsässer*

    17 AOUT 2006
    Depuis Berlin (Allemagne)
    Thèmes:Guerre globale au « terrorisme »
    Néoconservatisme, racisme

    L’annonce fortement dramatisée par le ministre britannique de l’Intérieur, le 10 août 2006, de la découverte d’un complot terroriste à Londres a suscité la panique, puis la perplexité. Le journaliste allemand Jürgen Elsässer revient sur ce moment d’hystérie collective et sur le rôle du Mossad dans cette manipulation des opinions publiques en pleins bombardements du Liban.

    Extraits –

    — « « La stratégie du massacre » nous hurle la couverture du magazine Der Spiegel,

    – –« un massacre dans des proportions gigantesques ».

    —- Pour Bernard Lewis, islamophobe patenté , interrogé par le Spiegel, cette date « peut tout à fait être considérée comme plausible pour une attaque apocalyptique dont le but serait la destruction d’Israël, voire, s’il le faut, du monde entier » .

    —- si on croit le ministre de l’Intérieur britannique John Reid, se préparaient à commettre des attentats contre des avions et provoquer « un massacre d’une ampleur inconcevable », faisant « un nombre encore jamais vu de victimes ».

    —- Le Bildzeitung commentait : « Le Djihad, la guerre sainte contre les infidèles, la conquête du monde par l’islam représente une menace croissant de jour en jour […]. Le plus dangereux dans cette guerre est que même les enfants d’immigrés, qui grandissent chez nous dans la paix, se laissent contaminer par ce virus et se mettent à croire qu’ils doivent, en tant que “Soldats d’Allah”, détruire les ennemis de la Foi. Ils se cachent également en Allemagne, parmi nous, des bombes invisibles au cœur de notre société ».

    —- L’hystérie médiatique est la même qu’après l’incendie du Reichstag – sans même avoir eu besoin que le Reichstag brûle.

    —- Il n’y a pas que les armes prévues pour l’attentat qui manquent à l’appel.

    —- Il faut donc croire que les terroristes envisageaient de s’enfermer pendant plusieurs heures dans les toilettes de l’avion ¬ dans l’espoir que le cocktail mélangé ne leur pête pas entre les doigts avant la puissance requise.

    —-le Mossad comme source supplémentaire. « Baalbek, début août : un commando israélien s’empare d’un hôpital. Le but initial est de débusquer des terroristes du Hezbollah mais – si l’on en croit des experts britanniques – lors de cette opération des agents des services secrets israéliens seraient tombés sur trois ordinateurs. Les disques durs contiennent des informations sur plus de 20 cellules terroristes en Angleterre. Tel Aviv, dimanche 6 août : au siège du Mossad tombe une information urgente envoyée depuis Islamabad : Al Qaïda vient de donner l’ordre à ses terroristes en Angleterre de se préparer à agir !… Peu de temps après le chef du Mossad informe son homologue des services secrets MI6… ».

    —« Partout des crises, des conflits et des guerres : l’Afghanistan, l’Irak, et maintenant le Liban. Sommes-nous à la veille d’une guerre mondiale opposant le monde libre à l’islam fanatique ? » Et un peu plus loin on lit : « La principale source de financement du terrorisme est l’Iran. Est-ce que l’occident doit mettre en œuvre des mesures plus sévères contre Téhéran ? » FIN

    Que les amateurs de politique fiction et de techniques de manipulation des opinions publiques où l’hystérie d’Etat relayé par des médias complices confine à la démence, aillent s’informer sur :

    http://WWW.VOLTAIRENET.ORG, Thème: guerre globale au « terrorisme »994 articles.




    0
  • l.leila
    1 août 2010 at 11 h 57 min - Reply

    Au cours de la décennie noire et rouge, le GIA a détruit aussi le musée consacré à l’artiste Nasr-Eddine – Etienne – DINET, pourtant musulman et hadj, des temps où ElHadj avait du sens. Le musée a été incendié au nom des Islamistes.
    Alors, à savoir qui s’était attaqué aux statues de BOUDDHA. De nos jours, on voit bien à quel point les ennemis de l’Islam sont capables. Il faut toujours trouver un pretexte pour détruire la mémoire d’un peuple. Regardons ce qui arrive à une aussi vieille civilisation que celle de l’Iraq. Les Américains se sont attaqués essentiellement aux sites hitoriques, sans parler du pillage du grand musée.
    Mes salutations




    0
  • Sélim Ier
    1 août 2010 at 15 h 40 min - Reply

    Propagande de haine : 28 millions de DVD anti-musulmans

    En deux semaines, 28 millions de foyers états-uniens ont reçu gratuitement un DVD du film de propagande -Obsession: Radical Islam’s War Against the West (Obsession:la guerre de l’islam extrémiste contre l’Occident).

    .Les destinataires résidants dans les États où les résultats électoraux sont les plus incertains (notamment l’Ohio, le Michigan, la Florida, le Colorado, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie et le Missouri). Il s’agit de les convaincre de l’existence d’un péril islamique et de les inciter à voter pour le candidat républicain, John McCain.

    L’opération, dont le coût est estimé à plus de 50 millions de dollars, a été financée par le producteur du film, le rabbin Ephraim Shore.

    A lire l’analyse du film : « L’obsession du complot islamique mondial » par Thierry Meyssan (Réseau Voltaire, 26 juin 2007) http://www.voltairenet.org/article149502.html Thèmes: Néoconservatisme – racisme- Communication +1 vidéo Dailymotion : Le film Obsession : « Radical Islam’s War Against the West » ,sous-titré en français




    0
  • Zehira Houfani Berfas
    1 août 2010 at 16 h 31 min - Reply

    @ M. Simozrag,
    Pour la question 1, Si le jeune dans le maquis l’ignore, les leaders sont en devoir de le savoir. C’est une mission fondamentale quand on fait de la politique.
    Pour la 2e question, nous assistons à une grande manipulation à l’échelle planétaire depuis au moins le 11 septembre. Les acteurs sont connus, autant que les instruments utilisés (l’Islam dans une large mesure) et les musulmans et les objectifs (autant énergétiques, hégémoniques et civilisationnels) ne font pas mystère pour qui veut s’informer. Merci à Selim 1er de citer le Réseau Voltaire, excellente source, en effet. Il y a également le site canadien « Mondialisation.ca » qui divulgue amplement analyses et réflexions sur les événements et autres attentats attribués aux « islamistes » mais qui profitent directement aux Occidentaux (USA. Israel). Leila fait pertinemment le lien entre l’acte GIA contre l’artiste Nasr-eddine Dinet et les statuts Bouddha, certes l’acte peut-être commis par n’importe qui, mais ses retombées sont calculées en haute voltige. Je ne veux pas polémiquer davantage sur cette question et merci à M. Dehbi qui a conclu judicieusement en s’adressant directement à M. Ali Belhadj.




    0
  • smail
    1 août 2010 at 21 h 54 min - Reply

    Notre camarade auteur du texte ,nous renseigne fort bien sur les retombées dangereuses de ces actes criminels commis par les kamikazes islamistes! En effet, le régime en tire aisément profit et justifie par la même occasion le maintien de l’état d’urgence qui empoisonne la lutte pour le changement que mène l’opposition démocratique quand celle-ci existerait bel et bien! Ces actes abominables, non seulement nuisent à la sécurité des citoyens mais aussi plongent le pays dans un total désarroi politique . La crise politique très grave qui secoue le pays ne pourrait être résolue par la violence criminelle. Les blocages de sortie de crise sont causés justement par ces attaques violentes menées à travers tout le territoire national. Cela ne profite évidemment qu’aux tenants du pouvoir mais pas aux masses populaires qui,elles ne recherchent que la paix pour entamer un combat constructif pour une Algérie déjà trop Meurtrie!




    0
  • Messaoud
    2 août 2010 at 13 h 39 min - Reply

    Ali Belhadj et sa tendance politique doivent d’abord reconnaître leurs erreurs et surtout celle qui a consisté à jeter le peuple dans les bras de l’Armée et ses suppôts FLN et RND, alors qu’en 1988, ce même peuple vomissait l’Armée et ses suppôts. On ne peut s’adresser à Ali Benhadj comme s’il n’avait aucune responsabilité sur les années de la terreur et sur les liquidations physiques permises au nom du FIS. Ali Benhadj maintient-il toujours que « Démocratie est Kofr » ? J’ai beaucoup de sympathie pour Ali Benhadj malgré ses erreurs monumentales, mais entre frères, on doit s’expliquer, reconnaître ses erreurs et avancer dans l’intérêt de la justice.

    En ce qui concerne la destruction de la statue de Bouddha et celle du musée Etienne Dinet, il apparaît clairement que les islamistes sont les pires ennemis de l’Islam et des musulmans, plus dangereux que les sionistes.




    0
  • radjef said
    3 août 2010 at 22 h 05 min - Reply

    Bonsoir tout le monde. @ Mme Houfani, bonsoir. D’abord, il faut que la presse algerienne sache qu’elle n’a trompé personne. Ni le journal qui fume du thé, ni celui qui a le courage de dire et le devoir d’informer et encore moins celui qui a été victime d’un attentat(organisé et reflechi) le jour même ou notre consoeur S Ghezali recevait le prix Sakharov,n’ont trompé la capacité d’interpretation du peuple. En depit de tous les parasites injectés dans les partis de l’opposition pôur donner du credit aux theses du pouvoir et fausser, la lecture du peuple a toujour été juste. Le GSPC, c’est Al qaeda Nationale Populaire. Les groupes armés de l’ANP. Le peuple ne s’est pas trompé d’adversaires. Il sait que ces fausses notabilités qui ont squaté des villas, la gloire des autres, des titres et des grades de généraux au nom du 1er novembre 1954, ne sont que des maquignons petits caporaux de l’armée française…
    Je suis certain que Ali Belhadj sera acceuilli comme un vrai opposant par la Kabylie et que durant cet acceuil triomphal, personne ne pretera attention a la presence de Said Saadi ainsi qu’a celle des serviteurs des généraux, notamment celles et ceux qui ont servi avec zele le caporal Garcia et le caporal Touati.
    Même poussé jusqu’a ses derniers retranchements par un pouvoir composé d’affamés qui veut le soumettre-sur conseil des maitres de l’Occident-à l’obligation du mensonge, de la resignation et de l’abrutissement, le peuple algérien n’a rien perdu de son imagination, de ses facultés d’analyse et surtout de son humour a tourner en derision le pouvoir en place…
    Ensuite, il appartient aux universitaires de faire honneur aux diplomes qu’ils detiennent et d’être a la hauteur des attentes legitimes du peuple…




    0
  • Zehira Houfani Berfas
    8 août 2010 at 5 h 14 min - Reply

    @ M. Radjef, bonjour, nous sommes sur la même longueur d’onde sur le rôle néfaste des médias autant durant la décennie noire que dans le drame qui se poursuit encore aujourd’hui. Concernant le peuple, j’aimerais vous croire, mais l’histoire nous apprend qu’il n’y pas de spontanéité populaire dans les bouleversements politiques et que toute révolution a ses leaders. Le niveau d’éducation, voire de conscientisation des masses populaires en Algérie s’affiche dans les comportements dénués du moindre civisme ou de responsabilité. Je ne doute pas que M. Ali Belhadj soit reçu en héros dans certaines régions de la Kabylie, il est un des opposants le plus intègre et crédible sur la place d’Alger. Quant aux universitaires, on ne finit pas d’attendre qu’ils fassent honneur non seulement à leur diplôme, mais plus encore à ce peuple qui les a instruits. Faut-il encore qu’ils soient assez responsables pour se mettre à l’écoute de leur peuple. L’état des lieux montre que c’est loin d’être le cas.




    0
  • abdelkader wahrani
    8 août 2010 at 23 h 33 min - Reply

    @ madame. maalabalekch a qui profitent ces ignobles crimes. les ennemis du peuple algeriens merci.




    0
  • Palmier
    9 août 2010 at 13 h 22 min - Reply

    Salam a toute et a tous
    j’ai lu tout les comentaires sur ce sujet franchement je trouve les analyses de M Si Mozrag sont a la hauteur je pense qu’il a beaucoup de reponse a nos questions sur la tragedie de notre cher ALGERIE




    0
  • Congrès du Changement Démocratique