Édition du
20 July 2017

Bled Mickey :Les ânes et les livres, même tarif

Le Soir d’Algérie 29 juillet 2010

Les ânes et les livres sont vendus au même taux réduit de TVA.
Le code des taxes sur le chiffre d’affaires englobe les chevaux, les ânes, les mulets et les bardots vivants ainsi que les brochures et imprimés similaires dans la même catégorie des produits vendus avec une TVA au taux réduit de 7%.


Nombre de lectures : 2996
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • houda
    29 juillet 2010 at 12 h 12 min - Reply

    sans commentaire




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    29 juillet 2010 at 18 h 56 min - Reply

    Assalam;

    Décidément, je ne cesserai pas de remettre en ligne des articles que j’avais commis il y a quelques années, sur des sites de soi-disant « opposition démocratiques » et qui seraient passés à la trappe, et que je retrouve publiés là où je m’y attendais le moins…

    Lisez, et je vous les donne en intégrale, sans retouche, même si je regrette que certains noms aient été mêles à mes remarques, quuestion d’amadouer un « défenseur démocrato-stalinien » de la veuve et de l’orphelin, en cassant un peu de Cheikh Ali Belhadj, pour faire bonne mesure… histoire d’appâter le poisson Bentchicou… du Matin des « généraux »…

    Je me cite (Ithviriw)

    Assalam;

    Le scandale, une deuxième affaire KHALIFA ???

    ithviriw écrit:
    3 août, 2007 at 16:24
    Monsieur Bentchicou.
    Je constate que mon article écrit d’un jet et que je n’ai effectivement pas relu ou modéré, puisque vous ne le publiez toujours pas, vous semble, quelque peu outrancier vis à vis d’appuis extérieurs, qu’il ne faudrait surtout pas dénoncer à la faveur des déboires de gestion de notre Khalida “nationale”, qui défendait une politique contestable, sur les plateaux de télévision d’outre-mer, avec l’APPUI intéressé de ceux dont vous ne souhaitez pas que nous dénoncions pour avoir profité de la faiblesse politique de Khalida, pour l’embobiner et l’utiliser contre les musulmans, les algériens, et les arabes.

    Soit, j’enlève les noms, mais cela ne changera rien, le Peuple Algérien, sait pourquoi, les plateaux de télévision lui furent ouverts et par qui, durant les “années rouges” du sang des Algériens, quand il suffisait de souffler sur les braises du racisme anti-musulman, pour trouver des journalistes, prêts à vous interviewer !

    Déplaisant d’avoir à en rajouter sur les frasques et l’irresponsabilité de celle qui fut un jour, l’amie des porte parole du sionisme le plus abject, raciste, et le plus hideux, qui lui ont offert d’être l’auteur du brulot anti-Algérien, « Une Algérienne debout ! » je crois, à moins d’être en réalité…. « une Algérienne qui a perdu la tête ! »

    C’est vrai en ces temps là, du début 90’s, l’ennemi Algérien, de surcroît, arabe, musulman, amazighe, émigré, se confondait avec ce qu’il y avait de plus vomissable dans l’inconscient des masses françaises et européennes, manipulables à merci par les médias gaulois, qui entendaient se servir de leurs escouades sionistes, pour à la fois se venger de ces résistants Algériens qui avaient osé revendiquer et recouvrer leur « Algérie de papa », et pire, les défier et les narguer en soutenant ouvertement les Palestiniens !

    Khalida Messaoudi, donc, ou redevenue Toumi, la députée désignée, l’ambassadrice des janviéristes pour la négation des droits humains des Algériens, la conseillère présidentielle, puis la ministre de ce que l’on a coutume d’appeler par habitude, de la « Culture », occupation d’un espace oblige, après avoir été compagnon de voyage en Israël, compagnon, d’une aventure au sein d’un parti dont les chefs « se sont trompés de Peuple », a décidé de se faire imposer par les décideurs, ministre de la Culture, à défaut de Présider un parti qui se dit être lui aussi pour la culture et la démocratie, sauf qu’il ne possède qu’un seul poste de « Président », même si la denrée rare pour cette équipe, se trouve être justement celle de la rareté des militants et surtout des électeurs, même si l’on n’est point regardant sur la qualité, vu qu’une voix demeure une voix, ce qu’aurait apprécié l’autre face de la même médaille, le tribun Benhadj, qui à sa façon, était le pendant, voir, le complément nécessaire à l’existence de ces « démocrates », et ces autres chantres de la « culture » à défaut de « culte » du … pouvoir, de décider, de régir la société, malgré la pluralité de ses membres, et enfin nier la liberté du Citoyen, car de citoyen, il ne saurait être question en République « démocratique », ou en Califa appliquant la « chari’a », consacrée par les « Salafs » fussent-ils sanguinaires.

    Khalida, nous est présentée aujourd’hui comme ayant permis que couve dans son ministère, une maffia au service d’Alger, capitale de la « culture arabe ».

    Je tiens à me défier d’un jugement aussi peu serein, car il n’appartient qu’à la Justice, de rendre son verdict, en l’espèce, mais à priori je constate qu’il n’y a aucune plainte déposée à l’encontre de l’infortunée, pasionaria des « médias éradicateurs », Khalida, qui a pourtant rendu d’éminents services, à la « CAUSE », oui, la cause, celle-là même, qui un jour de Janvier 1992, fut utilisée pour brider et soumettre à la force, la Justice de notre pays, et surtout, pour placer notre armée, nos services de sécurité, et notre justice, au service de ceux qui, sans foi ni loi, ont mis le pays en coupe réglée depuis la rébellion contre le GPRA, de l’EMG, en 1962, alors même que, les paraphes des Accords d’Evian, n’avaient encore pas séché !

    Vouloir aujourd’hui guérir le « mal de la corruption », en s’en prenant d’une manière aussi grossière et si peu courtoise à l’endroit de Dame Khalida, et de ses « sbires », c’est de mon humble point de vue, manquer de tact, à l’égard de cette battante, qui a toujours exécuté toutes les partitions que les « décideurs » lui ont demandé de jouer, comme tout scout, formée à l’école de la JFLN….

    Pardonnez à Khalida, d’avoir cru que la Loi, le Code des Marchés Publics, la réglementation, les Budgets, le Trésor et le rôle d’ordonnateur, ne se confondent pas, avec la Messe des émissions de grande écoute sur les Télévisions françaises, pour tromper les téléspectateurs qui se veulent par principe crédules, dès que l’on les brosse dans le sens de leurs passions et qu’on met en exergue leurs fantasmes, anti-algériens.

    Allez, concluons, que remettre en question la fidélité de Khalida au système qui l’a créée, ou vouloir mesurer ses performances de gestionnaire des deniers de l’Etat, à l’aune des critères applicables aux fonctionnaires et autres commis de l’Etat Algérien, c’est commettre un impair irréparable vis-à-vis de la nature prédatrice qui a caractérisé le système rentier Algérien.
    Tenter de réhabiliter le système Algérien de la cooptation, c’est l’exposer à l’implosion, et risquer de le remplacer par des titulaires tout aussi corrompus.
    Alors de grâce, continuons de dormir dans des logements, construits avec du fer irradié de Tchernobyl, mais pourtant payés ou disons, dont l’argent a été transféré par les banques Algériennes, vers d’autres cieux, d’où ils nous sont revenus, par la grâce de l’investissement « national », sous forme d’investissement dans des « pompes à fric » !!!

    La culture, c’est aussi cela, l’économie de bazar, pardi !!!

    amar écrit:
    3 août, 2007 at 20:29
    Bonjour ithviriw,

    On peut tout reprocher à Khalida Toumi sauf son soutien aux sionistes, car cette politique était encouragée par l’ambassadeur d’algérie à l’époque et donc officielle, si je me trompe pas c’est Ghoualmi Mohamed qui était ambassadeur en France en 2003 où le FIS avait dénoncé cette politique dans son site, l’article est toujour présent sur le site, fait une recherche sur google tu le trouveras sans difficultés, le voici :

    La normalisation avec Israel passe par le CCA à Paris
    Date: 17 January 2003 à 00:00:00 GMT-6
    Sujet: الأخبار

    Sous couvert de tolérance religieuse, le directeur du Centre Culturel Algérien ä Paris, M. TALEB-BENDIAB MOKHTAR et M. COHEN Elie, du service culturel de l’Ambassade d’Israël à Paris, ont programmé une soirée animée par la Chorale Israëlienne pour le 30 janvier 2003 à 20h30.

    Cette chorale était co-organisatrice du gala de soutien au soldat israélien le mois de novembre de l’année écoulée à Paris.
    La particularité de M. TALEB-BENDIAB Mokhtar et M. COHEN Elie c’est qu’ils sont tous deux originaires d’AHFIR, dans l’Est du Maroc. Mais si M. COHEN avait gardé son nom d’origine après son émigration en Israël après la guerre de 1967, ce n’est pas le cas de M. BENDIAB qui a rajouté TALEB avec un trait d’union à son nom d’origine BENDIAB pour dissimuler ses origines juives.

    Loin de tout sentiment anti-juif, ce sont les raisons de cette dissimulation ainsi que les actes de M. TALEB-BENDIAB qui attirent l’attention.

    Des personnes proches des services consulaires algériens nous ont ainsi affirmées que M. M. TALEB-BENDIAB était au début des années 1990 consul d’Algérie à Toulouse et qu’il s’était rendu tristement célèbre pour une affaire de moeurs. Il fut alors muté au CCA de Paris.

    D’aucuns ne doutent qu’il a manifestement eu le soutien des anciens du Collège Franco-Musulman de Tlemcen. En effet ses amis se sont opposés à son départ du Centre culturel Algérien notamment M. Boualem BESSAIEH Ambassadeur d’Algérie à Rabat, ainsi que M.HADJ YAALA Ancien ministre du président Chadli et qui ne quitte pas en ce moment son Ami BENDIAB.

    Au moment où les enfants palestiniens se font massacrer quotidiennement par Sharon il est navrant de voir ce genre de concessions gratuites et humiliantes pour tous les Algériens. S’il faut réitérer qu’en tant que Musulmans, nous n’avons rien contre le peuple Juif, nous ne pouvons par contre tolérer qu’une chorale vantant les crimes de l’armée sioniste ne soit honorée par un centre censé défendre les valeurs culturelles de l’Algérie.

    Le collège Franco-Musulman qui n’avait de musulman que le nom puisque l’enseignement de notre religion était interdit dans cette école à été crée par les Français dans les années quarante afin de permettre aux féodaux de Tlemcen et sa région de scolariser leurs progénitures et de contrecarrer l’activité des Medersas de l’Association des Oulémas Musulmans du Cheikh BENBADIS.




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    29 juillet 2010 at 19 h 02 min - Reply

    Assalam,

    Évidemment, vous l’aurez compris, mon article vient à expliquer que le Ministère de la Culture, n’a que faire de la Culture, si elle doit revaloriser notre patrimoine amazigho-arabo-ISLAMIQUE, car après tout les valeurs « islamiques » peuvent conduire au terrorisme, dixit la passionaria algérien, dans une émission de grande écoute de feu De Virieux à 12heures chaque dimanche… sur France 2… (Antenne 2) alors, quand il fallait éradiquer les islamistes…euh oups, l’Islam, pour faire plaisir à Gluksman, Elyzabeth Chemla et autres sionistes comme Adler et Finkelkraut, entre deux virées dans la « seule démocratie du Moyen Orient », histoire de se cultiver, avant d’écrire l’équation mathématique: TVA bourricot égale TVA livres …




    0
  • veritas
    29 juillet 2010 at 19 h 34 min - Reply

    RESPECTEZ LA RACE ASINE…… SVP!!!!
    un âne bien entrainé est bcp meilleur qu’un élu de chez nous!!!!




    0
  • benlamine
    29 juillet 2010 at 20 h 08 min - Reply

    tu vois le3djeb dans cette algerie




    0
  • bouyilès
    30 juillet 2010 at 20 h 56 min - Reply

    Mais qu’avez-vous contre les ânes,mes amis?
    Ils sont pourtant trés utiles aux paysans montagnards qui continuent à cultiver leur lopin de terre.C’est donc un instrument de culture.
    Tout comme les livres et internet pour cultiver les esprits .
    signé:Le défenseur des moutons de l’Aid et des phoques du pôle nord.




    0
  • nightingale
    31 juillet 2010 at 0 h 58 min - Reply

    premirement je ne vois pas ce qui est marrant… elkhabar cite ne contient aucun idee? lauteur essai de fabriquer une histoire en selectionnant 2 « produits » particuliers et qui ont une certaine connotation ds notre culture, lane et le livre… probablement la liste contient dautres produits.

    autre chose, vu la qualite de bcp de livres et de leur auteurs, je crois que lane qui doit etre mecontent davoir la meme TVA que ces livres… lane est tjr utile, il ne fait pas de mal

    en fin:

    oui elkhabar contient un point bizarre, plus delirant que le point que lauteur a artificiellement essai de le faire:
    on ne peut pas ajouter une TVA sur les prix des animaux. letat peut ajouter une tva sur une voiture mais pas sur un animal.. tva par definition,et tax sur la valeur ajoutee.. lane est une creature naturelle, aucune valeur na ete ajoutee par les hommes.. mais letat pour avoir de largent, utilisent tous.. c du nimporte quoi. ici en angleterre si tu rentre ds un cafe et tu demande un verre de lait, tu pays pas de tva mais si tu demande une creme glassee on te charge la tva.. c normale, le lait ne contient aucune valeur ajoute, c un produt naturel 100%

    TVA sur les anes hahahhahah!!!! c du nimporte quoi, c du vol pur et simple, en exploitant l’ignorance des gens des termes economique




    0
  • Congrès du Changement Démocratique