Édition du
23 July 2017

Il faut définitivement sortir de l’ère de la manipulation

Par Adel H.

En juin 1991 commence le premier épisode du bras de fer entre le FIS et le pouvoir algérien. Il prend fin en janvier 1992, avec l’arrêt du processus électoral, qui allait donner la majorité absolue au parti islamiste radical. Ce dernier sera dissous et ses militants et sympathisants pourchassés et regroupés dans des camps dans l’extrême Sud du pays. L’Algérie qui, dans le délire de Boumédiène, devait atteindre en 80 le niveau de l’Espagne de 70, sombrera alors dans le chaos.

200 000 morts, 20 000 disparus, un nombre incalculable de milliards de dinars  de dégâts et 18 ans plus tard, où en sommes-nous?

L’affrontement sanglant FIS-pouvoir est-il définitivement oublié? Noureddine Boukrouh, un «islamiste modéré» bcbg, adepte de Malek Bennabi et fondateur du Parti du Renouveau Algérien, devenu plus tard ministre, avait dit en 91 : «On nous donne à choisir entre la peste et le choléra.»

Comment est perçu le FIS aujourd’hui, en particulier parmi les intervenants sur LQA?

Nous savons tous que le pouvoir algérien a encouragé en 89 la création de partis islamistes rivaux du FIS – comme il l’a fait pour le FFS et le FLN d’ailleurs – et qu’il l’a noyauté. C’est une technique redoutable que le pouvoir a souvent utilisée. Abdallah Djaballah est le dernier à en avoir fait les frais. La plupart des partis qui ont, à un moment ou un autre, adopté une attitude combative à l’égard du pouvoir en place ont eu ainsi droit à un clone : le FIS a été parasité par le Hamas de Nahnah et Ennahda de Djaballah; le FFS a trouvé en face de lui le RCD, dans son propre fief de Kabylie; le FLN, un moment tenté par l’opposition, s’est vu concurrencé par un nouveau venu – le RND – sorti tout armé du cerveau de son démiurge du DRS, puisqu’il a gagné les élections juste après sa création. Ces clones rejoints par le PT de notre passionaria nationale de 89 devenue totalement inoffensive avec le temps, servent aujourd’hui de paravent aux divers clans du pouvoir qui peuvent ainsi se livrer en toute quiétude à leurs orgies sans jamais être interpellés par la moindre voix discordante venant de nos «députés» grassement rétribués pour leur attitude plus que conciliante.

Certains intervenants sur LQA rejettent l’appellation d’islamiste, oubliant que le terme islamique existe dans le nom du FIS. Pourquoi ceux qui ont créé ce parti ont-ils choisi ce nom? Parce qu’ils voulaient clairement affirmer leur adhésion à la solution islamique : l’application de la chari’aa. Est donc islamiste tout individu ou organisation politique qui réclame l’application de la chari’aa pour gérer le pays dans le domaine politique, économique, culturel, social, etc.

Ce qui gène, c’est que ce terme désigne aujourd’hui une large gamme de mouvements qui va de l’AKP d’Erdogan, qui gouverne en Turquie, à l’AQMI, que certains soupçonnent d’être une création du lobby américano-sioniste, tout comme Ben-Laden – le 11 septembre n’ayant été qu’une vaste manipulation qui aurait permis aux USA d’occuper l’Irak et l’Afghanistan et d’installer des bases un peu partout dans le monde musulman.

L’AIS, le GIA, le GSPC, tout le monde en a entendu parler. Mais qui peut vraiment nous dire pour qui ont roulé ou roulent ces groupe armés qui ont semé et continuent de semer la terreur et la mort dans notre pays? Ali Benhadj prendra-t-il un jour l’initiative de condamner publiquement ces organisations?

Beaucoup pensent que si des élections libres étaient organisées aujourd’hui et si le FIS était de nouveau autorisé à activer, il remporterait la majorité. La régression féconde de Lahouari Addi serait donc toujours d’actualité? Cette expression signifie, selon ma compréhension, qu’un gouvernement islamiste – partisan d’une stricte application de la chari’aa – finirait par échouer et serait finalement définitivement rejeté par la population. La page de l’opposition islamiste serait donc ainsi définitivement tournée et on pourrait enfin entrer dans la «modernité».

Mais alors, comment comprendre ce qui se passe en Turquie et en Iran? Est-ce une régression par rapport aux régimes du passé?

D’autre part, la majorité des Algériens veut-elle vraiment une stricte application de la chari’aa?

Et si les islamistes algériens finissaient par admettre que leur méthode frontale ne peut pas aboutir et qu’ils doivent inévitablement accepter les compromis et composer avec la réalité nationale et internationale? Et s’ils devenaient enfin matures et qu’ils acceptaient l’idée que la société islamique idéale qu’ils veulent mettre en place, par la violence s’il le faut, est une utopie dans le monde d’aujourd’hui? Et s’ils comprenaient enfin que cette utopie connaitrait le même sort que l’utopie communiste?

Les Algériennes ne sont pas toutes de ferventes partisanes du jilbab et de la burqa. Beaucoup d’entre elles aiment bien se mettre en jeans. Les Algériens aiment bien se retrouver sur la plage en été et prendre un peu de bon temps. La suppression de toute forme de tentation n’aboutit pas forcément à un monde parfait. Nous savons depuis Freud que la sublimation du désir est à l’origine de la création artistique. Voir le beau visage d’une femme ou le galbe de son mollet est certes une tentation pour un musulman, mais la beauté de la foi c’est justement de résister à cette tentation – sublimer son désir en langage freudien. Admirer la beauté féminine tout en gardant son calme, le musulman n’en serait-il donc pas capable?

Quant aux questions politiques et économiques, l’histoire du 20ème siècle nous a montré que seul le pragmatisme et un patient travail de réformes en profondeur donnent des fruits durables. Rien ne sert de courir…

Les islamistes radicaux du FIS ne sont pas le problème de l’Algérie de 2010, certes, puisque c’est le pouvoir qui bloque toute évolution, mais ils jouent le rôle de repoussoir. Ils sont l’ultime arme de dissuasion de ce pouvoir. N’est-il pas grand temps d’assainir une fois pour toutes le climat et de déclarer de façon claire que les groupes armés se réclamant de l’islam à travers le monde – à l’exception des Hamas palestinien et libanais – rendent en fait un grand service aux pouvoirs dictatoriaux en place et aux lobbies militaro-industriels occidentaux qui veulent prendre possession de toutes les richesses naturelles en pratiquant une nouvelle forme de guerre coloniale basée sur la manipulation : se créer dans le pays à conquérir un ennemi téléguidé qui servira d’alibi à l’intervention?

Le noyau dur du pouvoir algérien est certes composé de militaires incompétents et médiocres. Mais il est difficile de comprendre comment ce pouvoir a pu résister aussi longtemps si l’on ignore cette vérité essentielle : le FIS séduit la population par ses positions radicales contre ce pouvoir, mais il fait peur aussi. Les Algériens, quoiqu’on dise, ont été fortement imprégnés par la culture occidentale durant la colonisation et après l’indépendance, notamment depuis l’apparition de la télévision par satellite et l’internet. Une grande partie de la jeunesse aspire au bien-être et à la liberté. Les populations des couches petite-bourgeoises des villes ont peur de l’esprit aventuriste des dirigeants islamistes les plus radicaux. Cette peur de l’extrémisme – qui est d’ailleurs une donnée de base de la culture islamique classique – est habilement instrumentalisée par le pouvoir, qui réactive régulièrement le «terrorisme résiduel».

N’est-il pas grand-temps de tourner la page du FIS, y compris pour les anciens militants et sympathisants de ce parti et de reconnaître que la stratégie de ce dernier a été un échec? L’opposition réelle, composée de patriotes sincères, doit avoir le courage de faire un bilan sans concessions et mettre en évidence les erreurs des uns et des autres, afin de passer à une étape supérieure.

Les islamistes radicaux n’ont pas été seulement des victimes et les éradicateurs des bourreaux – et vice-versa. Les deux camps n’ont pas compris les vrais enjeux et ont été utilisés par les généraux pour se maintenir en place. Aujourd’hui, une décantation s’est opérée et la vaste manipulation commence à devenir de plus en plus claire, grâce notamment aux témoignages d’anciens officiers du DRS.

Souhaitons qu’une nouvelle génération de militants émerge dans notre pays, des militants respectueux de la vie humaine et de la diversité des opinions. Des militants sincères pour la démocratie et l’État de droit.


Nombre de lectures : 10110
38 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Alilou
    6 août 2010 at 15 h 10 min - Reply

    Salut,

    Je viens de lire cet article qui se resume en quelque mots, nous sommes un peuple de blabla, facile a manipuler par tous et incapable rien faire de bon.

    Nous avons herité d’une belle religion qui a mené un empire et le monde vers la lumiere qui a fait peur aux occidentaux qui l’ont retourné contre nous pour mieux nous laisser dans la noirceure. Nous sommes tombés dedans le nez en avant et on continu de patoger dedans jusqu’a la fin des temps.

    Pour la simple raison, c’est que nous sommes un peuple qui cultive le buche a oreille et radio trotoire.

    Il ne reste plus d’islam nullepart sur terre, tellement deformé, utilisé a tort et a travers, manipulé, deformé, laceré et j’en passe.

    SI nous voulons reellement changer, il faut utiliser les memes armes et laissé la religion de coté, car je prefere rendre compte a Dieu de mes erreures terrestres comme toutes les tentations, que de rendre compte a DIeu d’avoir participer a egarer les autres en prechant de faux messagges et de belles paroles.

    Je continu de fumer mon thé en attendant le lever de soleil

    Salutations




    0
  • le kabyle
    6 août 2010 at 15 h 35 min - Reply

     »Il faut sortir de l’ère de la manipulation » que vous nous dites… Mais vous nous y enfoncez cher Monsieur ! Avec tout le respect que je vous dois.

    Thanmirth.




    0
  • Ourida
    6 août 2010 at 16 h 52 min - Reply

    @Adel: Une réflexion intelligente et éclairée que j’ai lue avec beaucoup d’intérêt. Il en faut encore beaucoup des comme ça, comme celles de certaines qui s’écrivent sur LQA, notamment les concepteurs du site. Il en faut encore pour raisonner les innombrables algériens qui fonctionnent au dépit et réagissent plutôt que d’agir. Nous avons TOUS été manipulés par le pouvoir, le FIS et les autres, tous servaient et servent encore des intérêts individuels (pouvoir, appât du gain et autres convoitises)… Il nous faut des gens sincères et intègres qui raisonnent avec la tête plutôt que les tripes et qui ont la peur de Dieu, celle que confère une religion bien comprise et assimilée, une religion qui guide plutôt que de terrorriser. Nous n’en sommes pas encore là. Mais il y a de l’espoir. Voyez dans cette tribune: si l’on excepte ceux qui monologuent et qui aiment discourir, on voit se former un noyau qui cherche à comprendre et à débattre, et ça c’est pédagogique et porteur d’espoir.




    0
  • VERITAS.
    6 août 2010 at 17 h 18 min - Reply

    QUI MANIPULE QUI ?
    @Adel H.

    « Et si les islamistes algériens finissaient par admettre que leur méthode frontale ne peut pas aboutir et qu’ils doivent inévitablement accepter les compromis et composer avec la réalité nationale et internationale? »

    Au sujet de la « réalité internationale », d’autres que vous,mieux placés que vous,le disent autrement. Pas uniquement aux « islamistes » mais à toute la planète .

    Ce que certains ont dit …

    1 / « Un gouvernement mondial peut intervenir militairement dans les affaires internes de toute nation lorsqu’il désapprouve ses activités. »
    Kofi Annan, Secretaire Général de l’ONU.

    2 / « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre contre les Etats-Unis. Une guerre permanente, économique, une guerre sans morts. […] Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre permanente, sans morts apparemment, et pourtant une guerre à mort. »
    François Mitterrand (1916-1996), Ex-Président Français. Commentaire lors d’un entretien privé avant sa mort, cité dans le Courrier International du 13 Avril 2000

    3 / « Pour mettre en place un gouvernement mondial, il est nécéssaire de retirer des esprits leur individualisme, leur loyalité aux traditions familiales, leur patriotisme national, et leurs DOGMES RELIGIEUX  »
    George Brock Chisholm (1896-1971), ex-directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé

    4 / « Au prochain siècle, les nations comme nous les connaissons seront désuètes. Tous les états reconnaîtront une seule autorité centrale. La souveraineté nationale n’était pas une si bonne idée après tout. »
    Strobe Talbot, Secrétaire d’État député pour l’administration Clinton, 20 juillet 1992.

    5 / « Notre travail est de donner aux gens non pas ce qu’ils veulent, mais ce que nous décidons qu’ils doivent avoir. »
    Richard Salant, ex-président de CBS News

    6 / « L’invisible Pouvoir de l’Argent est à l’oeuvre pour contrôler l’humanité et la réduire à l’esclavage. Il a financé le Communisme, le Fascisme, le Marxisme, le Zionisme et le Socialisme. Tous sont conçus pour faire des États-Unis un membre du Gouvernement Mondial. »
    Extrait de la page 92 du American Mercury Magazine de décembre 1957

    7 / « Nous aurons un gouvernement mondial, que nous le voulions ou non. La seule question est à savoir si le Gouvernement Mondial sera instauré par l’adhésion, ou par la conquête. »

    James Paul Warburg (1896-1969), officier de l’OSS et membre du CFR, le 7 février 1950, devant le Sénat des États-Unis.

    8 / « La démocratie, c’est la dictature de la loi. »
    « Il faut frapper le premier, et frapper si fort que votre adversaire ne se relèvera pas. »
    Vladimir Poutine, président de la Russie

    9 / « Une population mondiale totale de 250-300 million d’individus, une diminution de 95% de la population actuelle, serait idéale. »
    Ted Turner, milliardaire fondateur de CNN, dans une entrevue pour Audubon Magazine

    10 / « Le monde est gouverné par des personnages très différents de ce qui est imaginé par ceux qui ne sont pas derrière le rideau. »
    Benjamin Disraeli (1804-1881), Premier Ministre Britannique de 1874 à 1880

    11/ « L’individu est handicapé en se retrouvant face à face avec une conspiration si monstrueuse, qu’il ne peut croire qu’elle existe. »
    J. Edgar Hoover (1895-1972), Directeur du FBI de 1924 jusqu’à sa mort

    12 / « Il y a deux histoires: l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où se trouvent les véritables causes des évènements. »
    Honoré de Balzac (1799-1850), écrivain français

    13 / « Le monde peut par conséquent saisir cette opportunité, pour remplir la promesse de longue date d’un Nouvel Ordre Mondial, où des nations diverses sont rassemblées dans une cause commune pour accomplir les aspirations universelles de l’humanité. »

    George Herbert Walker Bush, 41e président américain, en référence à la crise du Golfe Persique
    14 / « Pour nous unir, nous avons besoin d’un ennemi commun. »
    Condoleeza Rice, alors responsable de la Sécurité Nationale dans l’administration Bush, mars 2000

    14 / « L’avancement du progrès global est maintenant possible seulement à travers une quête pour un consensus universel dans le mouvement vers le Nouvel Ordre Mondial. »
    Mikhail Gorbachev, Président de l’Union Soviétique de 1990 à son démantellement, dans un discours aux Nations-Unies en 1988
    Souce : http://www.evolutionquebec.com/site/citation.html

    Et un dernier pour la route :

    « Nous irons ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial, et personne, je dis bien personne ne pourra s’y opposer ».

    (Nicolas Sarkozy, le 16 Janvier 2009 devant les ambassadeurs du Monde)

    Source : Google




    0
  • bouyilès
    6 août 2010 at 19 h 44 min - Reply

    Article plein de sincérité et de pragmatisme.La solution pour l’Algérie reside peut-être dans les grandes lignes directrices tracées par Adel.
    Il faut faire table rase du passé et canaliser la jeunesse dans un tel courant d’idées.Un courant qui fait accepter les algériens les uns aux autres et qui s’imprègne des idéaux du monde moderne.
    Dans tous les cas la solution ne viendra que de la jeunesse.Il faut donc lui redonner espoir,coûte que coûte.




    0
  • Alilou
    6 août 2010 at 21 h 06 min - Reply

    @ VERITAS,

    Merci de confirmer mes peurs, je croiyais en regardant certains documentaire sur l’histoire de l’Idee de l’ordre mondiale, que c’etait encore une super conspiration au point ou j’avais du mal a y croire meme avec mon petard.

    Maintenant en lisant tous ce que vous venez d’ecrire, je crois que la c’est vraiment necessaire pour en allumer un plus gros.

    Donnez moi mon thé….




    0
  • brahmi16
    6 août 2010 at 22 h 04 min - Reply

    LA messe est dite à quoi bon continuer nos palabres. les USA ,ce gouvernement mondial qui dirige la planète est invincible et omni present, nous n’ avons d’ autre choix que de nous soumettre,c’ est ce que nous faisons à l’ instar de tous les pays.Nous avons l’ air rigolo avec nos espoirs de changement et nos chimères , nous savons tous que les dés sont pipés .Nos dirigeants ne sont là que par la volonté de la CIA et ils sont bien retribués en retour.Utopie, exactement le mot qu’ il fallait.Mr Adel H ,la question que vous posez :comment sortir de la manipulation?Je vous trouve à la fois naif et contradictoire, car vous le dites vous memes, les puissants lobbies militaro industriesl font et defont tous les pouvoirs et vont jusqu ‘à susciter des oppositions,Alors?Vous savez que l’ argent, c’ est le nerf de la guerre,que tout s ‘achète et que tout se vend….Des gens intègres honnètes et possédant toutes les vertus imaginables ont retournés la veste .Pourquoi? vous le savez mieux que quiconque: resignés, lassés, degoutés par tant d’ infamie et de traitrise du millieu ambiant, ils ont finis par se rendre à l’ evidence,ils ne pouvaient pas lutter contre plus fort qu’ eux, alors ils ont rejoints ceux qu’ ils stigmatisaient, en se contentant de miettes que leur offraient les dominants.Au diable les principes qui condamneraient mon avenir, ma famille et mes enfants à la famine et à la persecution,c’ est ce que vous diront les dizaines de milliers d’universitaires et de surdoués qui deferlent chaque année dans les institutions militaires, judiciaires et autres.Ils serviront avec fidelité le pouvoir, sans etat d’ ame, mais pas les citoyens.




    0
  • Tijani
    6 août 2010 at 22 h 06 min - Reply

    M. Adel permettez-moi d’être poli et dire que votre description de du FIS en termes de leadership et militants est tout à fait inexact

    pour avoir une meilleure idée du FIS je vous suggère d’examiner les listes des candidats FIS aux élections de 1991. De loin, les plus instruits et talentueux de leur génération. ils sont nobreux a suivre des etudes a l’etranger, professeur d’université, médecins, professionnels de toutes sortes …. avec une envergure idéologique qui va de Sayid Qotb à Malek Bennabi, la science et la modernite ont été tout aussi importants que la religion.
    vrai qu’il ya eu des membres de haut niveau FIS(et des militants de base, souvent jeunes et sans emploi) avec un discours assez radical comme Ali Belhadj, mais ceux qui étaient juste une branche du FIS loin d’être le majorte, plus utile pour des rassemblements et des campagnes que dans l’adminstration. Comme on le constate tout le temps avec LePen en france ou Newt Gingrich aux Etats Unies, leurs effets sont generalment indirectes.

    L’idéologie de base du FIS n’a jamais été l’application automatique la charia ni de transformer l’Algérie en Afghanistan …. C’était plutôt l’idée que, contrairement à d’autres pays en crise en Europe de l’Est ou en Amérique du Sud, l’Algérie était faisait partie d’un monde musulman (et continue de l’etre), en d’autres termes appartenant à une civilisation concurrente a celle de l’occident. alors les reformes ne peuvent etre les memes. les problemes du « siyada » est « hakimiya » ont ete resolus bien avants les elections.

    et il ne faut jamais oublier que dans le presence du leader democrate Si El Hoscine Ait Ahmed et son FFS aux elections, les Algeriens ont choisi les FIS. la victoire etait ecrasante, ce qui signifie une chose tres importante, la democracie en Algerie doit absolument donner un statut tres tres special a l’islam, sinon on va jamais pouvoir l’appliquer, ni en Algerie ni ailleurs au monde arabe.




    0
  • Mohamed Jabara
    6 août 2010 at 22 h 16 min - Reply

    Bonjour à tous.

    @ VERITAS.

    Bonjour.

    La solution est elle interne à l’Algérie et réside t elle dans le fait d’éloigner les directives divines de toute forme de gouvernance comme le dit Adel. Ou bien est elle dans le fait que la gouvernance mondiale, préchée depuis 1952 par le groupe Bildelberg et peut etre dès l’avènement du 20 eme siècle et en voie de parachèvement ne laisse aucune alternative aux peuples de décider d’eux memes ?

    Dans la vision de Adel l’Islam semble etre un frein au développement tandis que dans la tienne l’Islam est l’objet d’un combat extérieur visant à saper les fondements des pays qui refusent le diktat international. Mais peut etre que j’ai mal compris les deux discours.

    Dans ce contexte, celui que je définis, l’Iran est le fer de lance de la résistance musulmane, avec le Hezbollah, qui arrivent à tenir tete à cet ordre mondial nouveau qui vient d’occident et qui y trouve résistance. Qu’ils soient chiites n’est pas un problème pour le musulman qui connait sa foi, car l’Islam est un malgré les petites divergences.

    A voir l’impact du Hezbollah sur Israel que les légions arabes réunies n’ont pu arreter des années durant et qu’il a réussi à dompter avec quatre chats, on se doit de reconnaitre que la foi fait des miracles.

    L’Iran aussi se trouve aux portes der l’ère spatiale en quelques décennies et à programmé son premier homme dans l’espace pour 2017 alors qu’il l’était pour 2025.

    L’organisation chiite de l’Iran si elle n’était démocratique dans son essence aurait elle pu permettre un tel essor scientifique en si peu de temps ? La croissance de l’Iran d’après un institut américain atteints des niveaux qu’aucun pays ne peut suivre, meme les plus dévelloppés soint loin derrière et ce,
    malgré le blocus, la surveillance et le dictat occidentaux et une presse aux ordres qui définit ce pays comme dictatorial au plus haut degré, ce que l’essor économique, culturel et scientifique dans tous les domaines dément aisément..

    Je ne suis pas pro iranien, je ne suis pas islamiste au sens ou ce paquetage importé signifie arriéré et impropre, mais je suis musulman et fier de l’etre. Un musulman ne peut que croire au Coran et le Coran me dit obeis à Dieu et à son prophète. Il ne me dit pas obeis à telle ou telle doctrine.

    En obeissant à Dieu et à son prophète je trouve des règles qui régissent tous les aspects de ma vie et qui quand bien meme ne me plaisent pas, meme si je ne les applique pas dans leur totalité et si je le fais je ne vais pas le crier sur les toits, n’en demeurent pas moins des injonctions divines qui devraient régir ma vie et ma mort.

    Ces deux entités, l’Iran et le Hezbollah, risquent de poser problème, de faire tache d’huille et d’avoir des émules dans la sphère musulmane sunnite, pour le moment contenue avec des subterfuges tels qu’el Quaida, le FIS le père et le saint esprit.

    Mais une fois la fumée partie, la vérité sera que c’est l’Islam qui est combattu et non pas autre chose, il s’agit de suprématie idéologique et la religion musulmane est perçue comme une idéologie meme par ses propres adeptes.

    L’Islam ne reconnait au capital d’existence que tant qu’il sert les interets sociaux. La propriété privée en Islam possède un but public sans lequel elle devient caduque. Le capital mondial est contre cela et veut la supprématie totale sur les etres et sur les choses.

    La planète est en cours de destruction et quelques solutions seulemement sont possibles, soit on éradique une grande partie de la population mondiale de préférence celle qui ne sert pas le marché du capital afin de permettre à la planète de respirer encore un peu, soit on continue sur cette lancée et dans quelaques années il faudra évacuer la planète pour un ailleurs à déterminer ou encore des solutions plus radicales.

    Le dernier sommet sur la limitation de l’effet de serre a foiré. C’était prévisible. Cette solution contrecarre les interets de s capitalistes de tous bords.

    Dans cette stratégie mondiale ou l’Algérie et beaucoup de pays s’agitent comme des fétus de paille dans une tempete, notre seule ressource défensive et qui a déjà donné ses preuves par le passé, à savoir l’Islam, nous est fourgué avec de nouveaux paquets ficelés à la mode occidentale et nous le prenons tel quel sans y regarder de plus près.

    La question a toujours été simple depuis l’antiquité et le restera tant qu’il y aura des Hommes sur cette terre : Quel choix devons nous faire dans la vie d’ici bas. Devrons nous choisir le métériel ou le spirituel ? Le temporel ou l’intemporel ? La nature ou ce qui la transcende ?

    Et sur un autre plan devons nous produire des gens qui copient d’autres peuples ou des gens motivés par leurs traditions et qui tentent de créer ou recréer une civilisation propre qui contrecarre les desseins des dirigeants de cet occident qui ne recherchent meme pas l’interet de leurs propres peuples.




    0
  • jila
    6 août 2010 at 23 h 34 min - Reply

    on m’a toujours menti; on m’a toujours fait croire que l’homme providentiel n’existait pas et je le découvre (hamdoullillah)aujourd’hui!avec tellement d’idées qu’il lui semble ainsi qu’à certains intervenants détenir la clé de la solution!!!dommage qu’il ne se soit manifesté qu’aujourd’hui,car il aurait appris à ses dépends que beaucoup de ce qu’il avance relève plus de l’ineptie que de la réalité!à cet effet bien que LQA permette un discours libre,n’importe qui ne devrait pas se permettre de déblatérer aussi simplement sur un drame qui a causé la faillite d’une nation.
    Par contre au meme titre que ahmadinejad demande à Obama une rencontre entre « hommes » pour discuter des voies et moyens de ne pas arriver au pire
    Mettons face à face les acteurs de notre drame ou présumés acteurs!
    Je vous prie aussi de lire assidument les articles de LQA en particulier ceux relatifs à certains drames vécus postés la semaine dernière avant de vous prononcer et faites une meilleure synthèse de vos informations

    ========================================
    Notre compatriote Adel a développé des idées avec ses arguments que nous pouvons ne pas partager. Evitons les jugements péremptoires et répondons à ses arguments par des contre-arguments, dans la sérénité et sans animosité.
    La rédaction LQA




    0
  • brahmi16
    7 août 2010 at 10 h 31 min - Reply

    Les gens parlent comme des saints et agissent comme des diable(Machiavel). Alors qu ‘en realité, ils vous guillotineraient pour un oeuf.je ne vise personne en particulier, c ‘est le constat d ‘une vie et que partage beaucoup de sages qui observent les us et coutumes de la société.




    0
  • VERITAS
    7 août 2010 at 12 h 07 min - Reply

    @Mohamed Jabara

    Ce que je voulais dire n’est pas nouveau sur LQA. L’ennui, c’est que certains, prisonniers de leurs corsets idéologiques contraires à nos valeurs et principes islamiques s’échinent, envers et contre tout, à nous inculquer les « bienfaits » de la Révolution française. Rhétorique flagorneuse des « valeurs universelles des lumières », des « droits de l’homme occidental », de la « démocratie à l’ occidentale, de « l’humanisme » cette doctrine centrée sur l’homme et, cette tryptique de Liberté-Egalité –Fraternité.

    Ce que je voulais dire, c’est que dans ce bas monde en profonde mutation, il nous est fait un devoir de bien réfléchir avant d’agir. Qu’à la question lancinante : « que faire ? » il nous faut impérativement avant tout chose, poser le bon diagnostic pour évaluer la situation. Et que les pensées personnelles, les souhaits et autres bavardages ne sont plus de mise.

    A cet effet, j’ai appris et retenu cette judicieuse formule que j’ai fais mienne :

    « Si l’on veut agir localement Nous devons penser globalement ».
    « If you want to act locall You have to think globally “

    A la lecture des déclarations solennelles des « grands » de ce monde et des observations de ceux qui connaissent bien les arcanes de la vie politique internationale, il s’avère que des créatures humaines, mortels comme vous et moi, veulent nous imposer par la force ou le consentement, leur « Nouvel Ordre Mondial ».

    Il nous appartient donc nécessairement, d’essayer de connaitre qui en sont les protagonistes, de comprendre (d’autres diront « de décoder ») le contenu et l’agenda de leur doctrine totalitaire. Les « boulevards de l’information » que sont les réseaux de L’Internet constituent un formidable outil de recherches mis à notre disposition. Les esprits révoltés ou tout simplement curieux, ceux qui ne veulent pas s’en laisser conter et ceux qui veulent échapper aux tabloïds officiels aux ordres des « puissants » de ce bas-monde, trouveront là une mine d’or d’informations dont, certaines, seront déterminantes dans le regard qu’ils auront à porter sur les affaires de ce bas-monde.

    Restent « les ardents » ou les « orgueilleux », les « idiots utiles » –ce sont leurs mots, pas les miens – qui facilitent la bonne marche de ce plan sans savoir ce qu’ils font. S’ils savaient, ils arrêteraient, parce qu’ils sauraient qu’eux aussi seront exterminés ou deviendront une pièce du Camp d’Esclavage Global.

    Votre analyse de l’Iran est juste. L’affaire du nucléaire iranien qui agite dangereusement la planète entière, n’est rien d’autre qu’un prétexte à ces puissances hégémoniques qui voudraient éliminer définitivement la nature politique de ce pays qui reste un obstacle majeur à l’avènement de leur utopie globaliste d’instituer un État mondial qui gouvernerait l’ensemble des peuples.

    Je voudrai pour finir cette fois-ci, vous recommander une source d’information, déjà mentionné sur LQA, mais que je rappelle volontiers : les travaux remarquables et incontournables, selon moi, du professeur, Mr Pierre Hillard, docteur en science politique et professeur de relations internationales à l’École supérieure du commerce extérieur (ESCE). Sa biographie, ses idées, ses ouvrages sont sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Hillard.

    Je souhaite fortement que LQA, crée une nouvelle rubrique au thème plus que d’actualité de cet ordre nouveau planétaire unique dans l’histoire de l’humanité, et qui nous permettra de mieux appréhender les ressorts qui animent notre vie politique que celles de l’actualité mondiale.

    Cordialement.




    0
  • tacili
    7 août 2010 at 13 h 24 min - Reply

    Salam,

    Je pense que le sujet de la manipulation découle logiquement de la théorie conspirationiste et je ne vois pas personnellement aucune politique qui n’en use pas.

    La manipulation suprême est celle dite « divine » et qui a mis en place un scénario ou l’espece humaine s’auto déchire de par les dispositions psychologiques contrastes des humains.
    Dieu a cree l’Homme a son image … donc quelque part manipulateur.

    Manipuler est l’essence même de la politique que d’autres appellent strategie ou pour plus d’elegance « la théorie des jeux » mais toute notre vie est basée sur la manipulation directe ou indirectede de notre environement .

    Quant aux arguments moraux ils sont une partie intégrale de la manipulation. C’est du marketing politico-religieux pour mieux controler la société ni plus ni moins.

    L’Homme est condamne a manipuler ou a se faire manipuler.La sortie de cette relation nécessite un passage a un autre niveau de conscience ou les données spirituelles ne sont pas reliées a une divinite qui crée du conflit et du chaos et se recentrent sur l’Homme en tant que finalite suprême de l’existence. Pour cela il faut arrêter la terre, descendre et aller ailleurs..ou le jeu n’est pas a somme nulle.

    Ne m’en voulez pas ces digressions matinales apres une nuit agitée.

    Portez vous bien




    0
  • khaled
    7 août 2010 at 13 h 53 min - Reply

    J’ai pris quelques jours de réflexion suite a l’avalanche d’articles qui honorent LQA et leurs auteurs.

    Mais comme algérien qui se respecte j’ai un MAIS.

    Je pense qu’il faut continuer a écrire et a dénoncer pour ceux qui ont le temps et la patience.

    Mais je pense aussi qu’il faut aussi réfléchir sur les moyens pour diffuser nos écrits.

    Il n aura pas de changement si on ne peut occuper le terrain. Et en premier le terrain de l’information, d’où découlera la réflexion, adhésion, programme et opposition par la suite.

    Ma proposition est la suivante:
    Je propose que la coordination lance un appel a toutes et tous pour créer un journal libre en Algérie.

    Je propose aussi que le journal sera financé des contributions privées.

    Ce sera le journal de toutes les algériennes et tous les algériens libres qui activent pour un changement pacifique pour que la parole soit retournée au peuple.

    Une suggestion: Salima Ghozali pourrait être contactée pour coordonner une telle initiative.

    Je pense qu’il est temps d’agir.




    0
  • bouyilès
    7 août 2010 at 17 h 19 min - Reply

    Adel a écrit un article sincère ,pédagogique et à la portée de tous.Il a énoncé des vérités que tous les algériens reconnaissent comme ‘vraies’.
    Certains pourtant trouvent à en redire et nous ressortent les arguments avec lesquels on a usé et abusé de l’algérien depuis la nuit des temps:la peur.
    -La peur du colon.
    -La peur de Dieu .
    -La peur du capitalisme.
    -La peur du danger inhérent à la main de l’étranger.
    -La peur du voisin d’à coté.
    -La peur du terrorisme.
    -La peur des murs qui ont des oreilles.
    etc,etc.
    0n a toujours justifié les politiques menées dans ce pays en mettant en avant cet argument que font valoir nos gouvernants pour assurer notre soit-disant sécurité mais leur pérennité à coup sûr.
    Et même que certains utilisent maintenant une mise en garde aux autres qu’ils ne sont pas assez pourvus de connaissances et n’ont pas tous les éléments pour décider de la voie à adopter et que par contre on doit les laisser,eux,choisir à notre place.
    Mais il faut se rendre à l’évidence.Le mal de l’Algérie,ce n’est pas l’autre.Le mal c’est nous ,qui mêmes suffisamment mûrs,laissons ces guides décider et faire à notre place.
    C’est pour quand la sortie de l’algérien des sentiers battus et c’est pour quand sa délivrance des oeillères qu’ils portent au visage?




    0
  • Mohand Tahar MOHAMMEDI
    7 août 2010 at 17 h 45 min - Reply

    Je ne pense pas que les élections de 1991 sont arrêté à cause du FIS mais à cause de la marche qu’à organisé le FFS en 1992 qui a fait peur au régime , car il connaît parfaitement la suite politique si le processus démocratique n’est pas suspendu et je suis même convaincu aujourd’hui que c’est le classement du FFS en deuxième position qui gène le régime et non le FIS comme le sous entendent certain camarades et bien pour déduire cela il suffit de se référer à la logique du régime et à l’histoire pour comprendre tous cela , en 1965 juste après la négociation du 16 juin 1965 un coup d’état vient de mettre un terme à tous espoir démocratique dans notre pays et ben bella est puni sévèrement, toutes les élections auquel le FFS a participer de 1990 à ce jour sont toute truqué, soit par le découpage électorale, soit pour le régionaliser et l’exclure de toute vie politique national, en 1994 le contrat de Rome n’a pas trouvé écho du régime pour la simple raison que le FFS était parmi les moteurs de cette dynamique de réconciliation , en 1999 par revanche, le régime opte dans le global et dans le détail pour celui qui avait participé au coup d’état de 1965, et ce message est très fort de sens pour comprendre enfin que c’est le FFS et AIT AHMED qui gène le régime et non le FIS qui est devenu un instrument de diversion politique et le silence de ces dirigeants en dit long.




    0
  • Mahieddine Lachref
    7 août 2010 at 18 h 14 min - Reply

    Bonjour chers camarades.
    C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai lu l’article de Adel. Celui-ci a trés bien fait de souligner le fait que l’attitude islamiste constitue un frein à l’emrgence d’un courant démocratique actif et à même de rassembler toutes les Algériennes et les Algériens aspirant au changement pacifique dans notre pays. Mais, un point me semble à discuter: l’Islam. En fait, l’Islam, à mon avis, ne peut jamais constituer un frein, ni au changement politique immédiat, ni à l’alimentation d’un élan révolutionnaire aussi bien dans le domaine de la politique, de la culture que dans celui de l’économie. Pour comprendre ceci, il suffirait de lire l’histoire et de faire un petit tour en Algérie. Dans toutes les villes d’Algérie, dans tous les village, dans tous les douars, en effet, on peut ne pas trouver un médecin, un maçon, un vieux, un vétirinaire, un hôtel, une maison de jeunes, une bibliothèque, une station de gasoil, etc., mais jamais une mosquée. C’est dire que l’Islam a une immense influence dans la société algérienne et constitue la plaque touranante de notre imaginaire collectif. Faire sans l’Islam, pour ainsi dire, c’est faire sans l’Algérie. C’est automatiquement l’échec. La question de l’Islam, en revanche, ne doit pas être prise dans son état brut. Pour construire un discours opératoire à partir de la donne islamique, il est insensé de se livrer dans des batailles populistes en empruntant son langage au régime actuel contre lequel on lutte. Il faut réactiver la conscience positive islamique et, pour ce faire, un inviolable contrat de rigueur, notamment au milieu des classes « intellectuelles », est requis. Cela nécessitera peut-être beaucoup de temps mais qui va doucement, arrive sûrement. Pour conclure, j’aimerais me pencher sur la proposition faite par Khaled pour, simplement, dire que je serai parfaitement d’accord et que c’est une excellente initiative à laquelle j’adhèrerai, incallah, activement. Merci.
    Fraternellement
    Mahieddine Lachref




    0
  • papousse
    7 août 2010 at 19 h 13 min - Reply

    @ Adel H.
    Vous dites : « Les Algériennes ne sont pas toutes de ferventes partisanes du jilbab et de la burqa. Beaucoup d’entre elles aiment bien se mettre en jeans. Les Algériens aiment bien se retrouver sur la plage en été et prendre un peu de bon temps. La suppression de toute forme de tentation n’aboutit pas forcément à un monde parfait. Nous savons depuis Freud que la sublimation du désir est à l’origine de la création artistique. Voir le beau visage d’une femme ou le galbe de son mollet est certes une tentation pour un musulman, mais la beauté de la foi c’est justement de résister à cette tentation – sublimer son désir en langage freudien. Admirer la beauté féminine tout en gardant son calme, le musulman n’en serait-il donc pas capable? ».

    Sublimer le désir de la jeunesse algérienne ou musulmane en langage freudien ?

    Je crois que ce serait toute une thèse d’un doctorat du 3ème cycle pour le « syndrome » de la plus grande frustration sexuelle jamais vécue par l’humanité, plus de 25 millions d’algériennes et d’algériens, c’est à dire 70% de la population totale d’un pays ayant moins de 30ans, sans compter le record absolu de la population grandissante et effrayante des situations célibataires dans un pays « chaud » et à la dérive constante.

    Je voulais juste mettre en exergue ce paragraphe issu de votre article qui ouvre une brèche souhaitée du voile pesant et factice circonvenant sciemment la société et plus particulièrement la jeunesse algérienne dans une ambivalence rétrograde et cristallisante des mœurs, lesquelles ont toujours été nourries faussement par un Islam « politiquement désarticulé » et « encrassé » par une absence d’ijtihad de plus de cinq siècles, et en additif, cette grave lacune « congénitale » du savoir perdu et de la persistance suspicieuse de cet incivisme noir existentiel, avaient encouragé cette médiocratie sournoise et vénale, faisant survivre par exemple des monarchies à généalogie religieuse (Arabie Saoudite) ou des systèmes despotiques à caractère militaro-gérontocratique comme le cas algérien, lequel ce dernier est en plus, hautement expert en gestion des « sensibilités nationales analphabètes » et des adeptes du populisme baathiste et du patriarcat fibrille remontant à l’ADN des Banou Hilal, les barbares les plus connus de l’histoire de la berbèrie, les premiers qui ont inoculés génétiquement ces « reflexes misogynes et libidineux » avant de se parfaire de manière vicieuse dans un esprit de sérail ottoman paradigmique et maraboutique, immergeant la gent masculine ou féminine algérienne dans une confusion frustrante de lourdes traditions ambigües, souvent génératrices de tragiques destinées.

    Ceci pour dire monsieur @ Adel, qu’admirer la beauté féminine même en perdant son calme n’est point exclusive uniquement au musulman ou à l’algérien vulnérable qui ne serait pas capable de résister aux charmes de son binôme, mais avant tout d’un humain tout court, avec ses pulsions, lesquelles que je sache sont, avant toute éducation de la foi…« agnostiques » !

    Sortons des stéréotypes machistes collés à notre dos qui nous infantilisent, et ayons le courage pour une fois de nommer les choses par leurs noms, si nous voulons avancer dans un quelconque projet de société moderne en laissant les femmes algériennes actrices et réalisatrices de leurs pleins destins, bien que je souhaiterai entendre leurs commentaires sur ce sujet tabou, plein de quiproquos et d’arrières pensées enfoui sous les tapis de nos diwans feutrés.

    Franchement et fraternellement.




    0
  • bouyilès
    7 août 2010 at 19 h 50 min - Reply

    Je cite:
    « Dans toutes les villes d’Algérie, dans tous les village, dans tous les douars, en effet, on peut ne pas trouver un médecin, un maçon, un vieux, un vétirinaire, un hôtel, une maison de jeunes, une bibliothèque, une station de gasoil, etc., mais jamais une mosquée »
    C’est une preuve que l’Islam se porte trés bien dans notre pays et qu’il est temps de s’occuper d’autre chose que de religion.
    Faire sans l’Islam,c’est faire pour l’Algérie et pour le bien-être de son peuple.C’est commencer à former le medecin de campagne,le vétérinaire,c’est construire l’hôtel,la maison de jeunes,la bibliothèque et la station d’essence qui manquent.
    il y certaines choses qu’il faut savoir dépasser,et le plus tôt serait le mieux.




    0
  • Alilou
    7 août 2010 at 21 h 04 min - Reply

    @ Veritas, vous soulevez un gros lievre notre notre petit jack-russel.

    La globalisation (Nouvel ordre mondial) arrive a son accomplissement, il se fera avec nous dedans deja. Il reste l’Iran et ne tardera pas a suivre avec la corre-du-nord. It’s toolate, we have to go with the flow.

    Mais avec notre embarcation en assayant de ne pas mettre les 2 pieds dans le plat, Je m’explique, si nous suivons la globalisation avec notre etat actuel, c’est la cata, il faut redresser au moins un peu la situation en se debarassant definitivement de ces vieux chnoques qui nous servent de GOV.

    @ M. Lachref, oui l’Islam est partout en algerie, mais quel ISLAM ? celui des lumieres ou du wahabisme integriste???

    Nous devons reprendre au debut, en etablissant un vrais comité de savant, docteur en theologie en retournant au COran la source de cette lumiere et non en faisant reference a al azhar ou alsaoud etc…

    @ Papouse, oui il ya 70% d’algeriens qui produisent 70% d’Hormones de reproduction, prets a repeupler l’algerie 5 fois. Il n’y a pas de tabous dans l’islam concernant les phobie et frustations de l’homme, c’est l’homme lui meme qui les a developpés. Laisser la jeunesse algerienne menez seule sa libido et evitons d’intervenir a chaque fois, elle ne se porterai que bien.

    @ Bouyeles

    Oui il ya 1 mosquée par habitant, mais 1 veterinaire pour 5 millions d’habitant (Heuuuu pour tout le cheptel et toute la faune algerienne)

    @ Khaled

    Concernant la proposition de creer en algerie un journal libre, je crois que je vais ralummer le gros petard d’hier.

    Le dernier qui a essayé de faire ca il est en exil forcé apres quelque 3 annes de prison.

    Bon courge a toutes et a tous




    0
  • Mohamed Jabara
    7 août 2010 at 21 h 42 min - Reply

    @VERITAS.

    A l’ère de l’internet, la toile constitue un moyen prodigieux d’apprentissage et d’information. Il suffit de prendre le temps et d’être organisé un minimum, ce que malheureusemùent je ne suis pas, j’ai perdu tout le contenu de mon disque dur
    il y a quelque temps et toutes les adresses mail de mes relations et amis dont certains sont sur LQA sont perdues et je ne peux les contacter. A cette occasion je souhaiterais qu’ils m’écrivent pour me donner leurs adresses.

    Vous avez cité Hillard et effectivement les informations que j’ai utilisées proviennent en partie de lui, j’avais oublié non pas de citer la source, mais de me rappeler la source des informations que j’ai citées. Merci d’avoir corrigé le tir. Et pourtant une de ses vidéos est sur mon blog a cette adresse:
    http://lequotidienenalgerie.blogspot.com/p/algerie-geopolitique.html que j’aurais du me rappeler. Mais conmme je l’ai dit je manque d’organisation. Merci encore.

    @ Tacili.

    Je voudrais juste dire dire que pour les musulmans, je ne crois pas que l’Homme soit à l’image de Dieu. Le Coran nous dit « Un moustique (ba3oudha), qu’y a t il au dessus ? Les croyants diront c’est la vérité qui émane de notre seigneur et ceux qui ne croient pas diront qu’a voulu Dieu par cela comme exemple » ? il ramènera [avec cet exemple] beaucoup sur son chemin et égarera beaucoup ».

    @ Paposse et @Adel.

    La théorie de Freud est battue en brèche dans son propre espace social de recherche et d’expression elle a été un chainon intermédiaire maintenant dépassé et d’autre part je pense que la part de vérité en sciences sociales est déterminée en grande partie par le milieu, bien qu’on puisse accéder à des niveaux qui englobent tout l’humain. Je ne pense pas qu’en matière de psychologie, nous ayons les mêmes configurations mentales que ceux sur lesquelles la théorie Freudienne s’est batie et s’est exxprimée.




    0
  • cherifi
    8 août 2010 at 0 h 41 min - Reply

    Mes chers amis, Le fanatisme islamiste n’a pas été ramené par le FIS lors de son irruption sur la scène politique après les évenements sanglants de 1988;il a depuis longtemps été un élément non négligeable de notre mode de vie mais dans des proportions sous-éstimés avant qu’il surgisse brusquement et dès que l’occasion lui a été offerte.Durant les années vingt l’association des Oulémas combattait,selon ses convictions et ses conceptions le charlatanisme et le maraboutisme qui étaient,eux aussi,une forme de fanatisme religieux(islamisme),seulement,elle a fini par etre englouti par ce phénomène du fait qu’elle ne maitrisait pas assez les données Cartésiennes et rationnelles pour pouvoir contrecarrer ce courant,qui fut dénoncé,et de quelle manière,par Malek Bennabi et dans une moindre mesure par Ferhat Abbès. A cette époque,quand les ésprits éclairés travaillais pour l’éveil de la conscience Algerienne,les ésprits obscurs la berçait,l’endormissais et la convaincais de se résigner car le jour ne se levera que par la volonté de Dieu et qu’il ne sert à rien d’anticiper ni de bruler sa cervelle quand tout est Mektoub et le Tout-Puissant finira par donner raison aux siens…Lorsque l’indépendance fut acquise,on avait là une véritable opportunité pour changer le cours des choses et batir,avant tout,L’ETRE ALGERIEN,on a opté pour le mensonge,la duperie et le faux pour enfoncer,encore plus,le peuple dans le noir et le conduire vers d’autres ténébres et éviter de lui montrer ne serait-ce que la moinde lueur afin de le dominer et l’orienter à notre guise.Avant on disait République Algerienne démocratique et sociale dans « LES PRINCIPES ISLAMIQUES »,plus tard c’est L’Islam religion de l’état,après 88 c’est l’état islamiste pur et simple et c’est l’application de la Chariaa dans l’ésprit et la lettre.L’Algerien par manque d’éducation,d’instruction et de culture est demeurer violent et ne peut agir que par la violence.l’islamisme est synonyme de fanatisme et d’extrémisme au meme titre que l’arabisme et le bérbérisme,c’est trois constantes,s’ils ne seront pas combattu pacifiquement et par des moyens adéquats finiront par emporter et l’Algerie et les Algeriens. Mes amis,vous savez tous et au meme tite que moi que l’Algerien n’a jamais voté pour le programme d’un parti,mais pour OUELD EL BLED et c’est le tribalisme et le régionnalisme sinon pour celui qui peut me donner ce dont j’ai besoin et le cas échéant pour le plus fort.Si Lénine quitte sa tombe pour une petite campagne éléctorale de quelques jours,la majorité des Algeriens deviendra communiste et votera Lénine,si jamais Khomeini se reveillera et viendra au secours des Algeriens dans le meme but que Lénine,les Algeriens trouveront l’un des leurs et voteront ETAT ISLAMIQUE et enfin si Hitler se présentera la veille des éléctions nous serons tous SS.L’Algerie c’est ça! et pourra etre autrement si on le voudra mais à quel prix???.




    0
  • bert
    8 août 2010 at 4 h 06 min - Reply

    bonjour,
    un jour où les américains sont montés dans le ciel avec leur fusée, ils ont rencontré le BON DIEU (sebhanou), et ils leurs a demandé: quant est ce que les arabes monteront ici pour que je puisse les rencontrer comme vous? Les cosmonautes répondent: Excusez nous BON DIEU,mais les arabes attendent à ce que ça soit vous qui descendiez.
    Nous sommes une sorte d’êtres humains différente des autres sortes d’êtres humains qui eux reglent leurs problèmes seuls sans demander au créateur de le faire à leur place. Pourtant nous avons un proverbe dans ce sens qui dit: arbet ha byedek, hel ha bfemouk (tu l’attache de tes mains, tu detache de ta bouche).
    Nous avons été, nous sommes, et nous seront toujours des assistés. La population actuelle mondiale est de 6,7 milliards. Si, disant, la moitié de celle ci demande au BON DIEU de lui régler ses problèmes et qu’ils les satisfasse, croyez vous que l’autre moitié ne le fera pas. Dans ce cas, restons toute la vie dans le lit et commandons lui tout ce qu’un chacun désire.
    Quand il nous donne les santés (morale, physique etc…) reste à retrousser les manches pour se satisfaire. N’est ce pas pour lui endosser la responsabilité le jour du jugement dernier qu’on le quemande (par hypocrisie), pour s’assurer une place au paradis. Nos gouvernants nous mènent comme des moutons et nous on devient hypocrites envers notre créateur. Le seul domaine ou on ne quemande pas, je pense, c’est ce qui touche a la sexualité et je ne suis pas vraiment sûr.




    0
  • papousse
    8 août 2010 at 7 h 25 min - Reply

    @ Jabar
    monsieur, le propos n’était pas freud, c’était juste une métaphore par rapport à la frustration sexuelle de pas mal de millions d’algériennes et algériens.
    Un peuple frustré n’est pas un peuple en bonne santé.




    0
  • houda
    8 août 2010 at 12 h 27 min - Reply

    bonjour tout le monde,
    je voudrais juste intervenir pour un thème récurrent concernant la femme en islam, surtout pour ce qui lui est imposé comme tenue décente. On oublie que c’est un précepte de Dieu, on n’a pas à le discuter comme on n’a pas le droit de discuter de l’opportunité de la prière, du jeûne ou un autre précepte. pourquoi ne pas se dire que la femme porte le hidjab par conviction religieuse et par obéissance à Dieu, ni plus ni moins, pourquoi vouloir l’étudier en tant que phénomène étrange et étranger ?
    pour ce qui est du comportement du musulman chacun de nous est responsable de l’image qu’il donne sur l’islam, au lieu de regarder l’autre il faut se corriger soi même : SO WHILE YOU POINT YOUR FINGERS SOMEONE ELSE IS DJUDGING YOU.




    0
  • Alilou
    8 août 2010 at 12 h 56 min - Reply

    Salut,

    On lisant un post de Bert, je remarque le mot assistés, je suis entierement d’accord avec toi.

    J’ai participé en tant qu’invité a une conference ici a montreal organisée par la communauté marocaine pour aider les nouveaux arrivant nord africains a trouver son chemin d ‘integration professionnelle, a ma grande surprise quand quand un islamiste né et grandi en France c’etait lever pour demander haut et faort que le Quebec qui l’a soit disant ramenner ici lui donne du travail sans qu’il ne se casse la tete. Alors on continu de croire que le Bon Dieu veuille bien descendre du ciel pour regler nos problemes,

    Ca me rappel un verset du Coran qui dit (Dieu ne changera pas la vie d’un peuple avant que celui-ci ne la change soit meme)

    Omar a dit RAA (Ya rien qui tombe du ciel mis a part la pluie, pas d’or ni d’argent)

    JFK a dit (Ask what you can do to your county not what your country can do for you)

    J’ai l’impression que la religion de nos jour (Cet Islam), nous a otté toute dignité, et dire que Dieu nous a dot de celle-ci,

    Car a regarder autour de moi, chez les chretiens, ils sont plus digne que nous,

    On est devenu des materialistes a outrance au point d’avoir transformer nos tripes en acier par la peur de crier sur la scene notre raz-le-bol.

    On continu de le faire en cachette derriere un clavier et un ecran comme moi, mort de trouille.

    Excuses pour le verbe.

    Ali mort a plat ventre pas debout….




    0
  • zapata
    8 août 2010 at 13 h 38 min - Reply

    ètre d’accord avec tous c’est ètre hypocrite.l’islam est une relugion si j’agie contre l’islam c’est que je ne suis pas musulman.les musulmans ont donnè une complèmentaritè à la civilisation hummaine lorsque ils ètaients libre d’èsprit ..et les wahabites 2010 ont èliminè la rèflèxion et stopper le temps pour durcir l’alliance avec les al saoud…et ils ont exportè leur forme ….c’est normal les pays se bloquent…regarder la malèysie une puissance tèchnologique ils ont appliquè les idèes de malek bennabi …l’islam est puissant a condition si notre èsprit est libre….cèrte le pouvoir algèrien est tyranique et à cause de ça que ABANE RAMDANE à ètè èliminè…je rèspècte vos avez mème si je ne suis pas d’accords avec vous sur des points…vive l’algèrie algèrienne et nom batiste cachè sous l’arabitè et l’islam.




    0
  • abdelkader wahrani
    8 août 2010 at 18 h 33 min - Reply

    il faut définitivement sortir de l´here de la manupilation et l´intoxication. que vous nous dites. d´accord (ya sidi warina el-hikma wala 3ndek khatem sidna souliman (la bague de salomon) madabina merci




    0
  • zapata
    8 août 2010 at 20 h 23 min - Reply

    la bague de souleimen c’est avoir une consciense collectif et trouver un nouveau tèrrain de lutte mais en 2010 rare sont ceux qui vivent rèel…qui connait l histoire de abane ramdane l’architècte de la rèvolution moi pèrsonelemment j’ai fouillè dans les archives et dans les livres importè en clandistinitè a l’èpoque pour avoir connu la rèalitè de ce hèros prèsque tout les algèriens(grande majoritè) ne savent pas son histoire enfin maintennant c’est plus comme avant wikpèdia vous facilite tous…etc le sacrifice ce n’est pas mourir gratuitemment pour que d’autres profite nom.le sacrifice c’est planifier et tout à un dèbut ..regarder ordogane l’exemple il à remi l’equation le politique sur le militaire et c’est cette èquation qui va liberer notre pays..a suivre




    0
  • Anonyme
    8 août 2010 at 21 h 38 min - Reply
  • Alilou
    9 août 2010 at 13 h 02 min - Reply

    Salut,

    J’ai essayé hier de ressuciter Abane Ramdane, il ne veut pas revenir, il m’a dit que chacun se demerde avec son epoque avec ce qui reste d’hommes, car lui il a fait avec ce qu’il avait trouvé a l’epoque et tout ceux de son pasé lui ont dit la meme chose.

    On revient a ma premiere proposition CAD faire du neuf avec du neuf et le matos sur place…

    La solution radicale ne serait pas de sortir dehors, car ils vont nous mitrailler, mais bien de faire plein de reserves 2 – 3 mois de reserve de tout, et rester chez soit terrer, pas de sortir dehors pendant 3 mois, je sais pas facillement faisable, les malade et service minimum electricité etc… mais il faut approfondir la suggestion

    salutations




    0
  • rachid 2
    9 août 2010 at 17 h 47 min - Reply

    Ce pouvoit tout a fait illegitime orchestré par le criminel genaral Tewfik et sa bande d’assassins le DRS , est tout à fait chompion dans la manipulation que dans la mediocrité … Depuis 91 il a su manipuler les algeriens les uns contre les autres , est sa devise est de diviser pour se perenniser au pouoir et regner … il a su manipuler et confronter les kabyles etre eux ,les islamistes entre eux , les arabes entre eux memes , les partis politiques entre eux , creer le sectarisme et le regionalisme … il est temps que nous unissions nos forces et mettre de coté nos appartenances politiques , nos origines ethniques , nos convictions religieuses … et de s’attaquer à ces criminels qui ont rendu l’Algerie la risée pes days sous developpés …




    0
  • Adel
    9 août 2010 at 18 h 33 min - Reply

    Bonjour à tou(te)s nos ami(e)s de LQA,

    Je me permets de rappeler à certains intervenants qui m’ont interpellé de manière assez brutale que mon article n’est que l’opinion d’un Algérien parmi 36 millions et non une thèse de doctorat ou un manifeste qui révolutionnera la pensée politique du 21ème siècle. Je n’ai pas les compétences requises pour cela et j’ai déjà eu l’occasion de le dire à un de nos amis (qui a malheureusement déserté le site) par le passé. Je n’ai jamais eu la prétention de donner la solution miracle. Quand j’écris, j’essaie toujours d’exprimer ce que je ressens de la manière la plus sincère et la plus claire possible, sans plus.

    Mon opinion trouvera certainement des détracteurs. Ceci est dans l’ordre normal des choses et nous ne sommes pas obligés d’être tous du même avis. D’autre part, tout article est pour moi le prétexte à une discussion. Le sujet de l’islam politique (pour ne pas dire l’islamisme) est un sujet qui prête à controverse. Je le considère cependant comme un sujet de la plus haute importance car il a lourdement pesé sur l’histoire de l’Algérie des 20 dernières années.

    Je crois que notre pays a été balloté d’un extrême à un autre dans une période historique relativement courte. J’ai connu l’Algérie de l’époque coloniale (j’avais 8 ans à l’indépendance) et côtoyé mes grands-parents pendant plus de 30 ans. Je peux affirmer que notre pays a connu un bouleversement radical dans la manière de vivre l’islam, à partir des années 80. Ce changement n’a pas été digéré à ce jour. La faillite du pouvoir qui fut consommée après la crise de 1986 s’est accompagnée d’une montée progressive de la contestation populaire dont les mosquées ont été le principal vecteur.

    Un pouvoir mafieux en faillite, la rente pétrolière et l’ascension fulgurante du courant islamiste radical ont été les éléments qui ont rendu la situation explosive dans notre pays. L’opposition a manqué de leaders visionnaires et réfléchis aux moments les plus critiques. Chacun des camps en présence (dont les deux pôles étaient constitués par le FIS et le RCD) voyait la réalité à travers des lunettes déformantes et refusait obstinément de reconnaître à l’autre le droit d’exister. Les généraux, bien conscients du fait qu’une prise du pouvoir par les islamistes ou les vrais démocrates, sonnerait le glas pour eux et qu’ils avaient de fortes chances de se retrouver au banc des accusés ont joué le tout pour le tout en déclenchant une guerre civile.

    La tragédie vécue par notre pays pendant près d’une décennie et dont les effets ne sont pas près de disparaître a été entretenue par l’aveuglement des uns et des autres que le DRS a utilisé de manière très efficace (si on peut parler d’efficacité lorsqu’il s’agit de la destruction de sa propre patrie).

    Il me semble qu’il n’y aura pas d’issue pour notre pays et que le pouvoir mafieux a encore de beaux jours devant lui tant que nous ne sortons pas des schémas et discours hérités de la décennie 90 – l’ère de la manipulation (toufiq finira par mourir, mais d’autres toufiq prendront sa place).

    L’opposition doit se reformer autour de mots d’ordres et d’objectifs réalistes. Quand je dis qu’il faut sortir de l’ère de la manipulation, je lance un appel aux militants des deux bords pour qu’ils ouvrent les yeux et acceptent de voir la réalité du peuple algérien. Cela demandera des révisions déchirantes et une autocritique sans concessions, mais il me semble qu’il n’y a pas d’autre issue.

    Cordialement




    0
  • tarik ben ziiad
    10 août 2010 at 20 h 52 min - Reply

    si celà vous interesse pour publication!

    Révélations sur la crise du Nord : Quand l’Algérie déstabilise le MaliPartager. Aujourd’hui à 05:43
    C. H. Sylla-L’Aube-03-10-07

    Révélations sur la crise du Nord : Quand l’Algérie déstabilise le Mali
    jeudi 4 octobre 2007, par temoust

    L’insurrection armée au Nord-Mali dirigée par le duo Bahanga-Fagaga (ils sont cousins), est révélatrice de deux choses : l’intérêt malveillant de l’Algérie envers le septentrion malien et le grand trafic transfrontalier qui gangrène toute la bande sahélo-saharienne.

    Courant 2006, quelque part dans le Tibesti, les rebelles tchadiens en désaccord avec le régime d’Idriss Deby Itno réalisent un coup d’éclat. Ils procèdent à l’arrestation d’Abdelrazek, connu sous le sobriquet guerrier d’ El Para.

    L’arrestation d’El Para à la tête d’un groupe de combattants en territoire tchadien avait, à l’époque, suscité un branle bas au sein des Chancelleries et des services de renseignements occidentaux. Et pour cause : ce métis algérien – sa mère est française – est le numéro 2 du GSPC (Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat).

    En 2005, il était à la base de la prise en otage, en Algérie, des touristes allemands qui seront finalement libérés au Mali.

    Depuis, cet ancien parachutiste de l’armée algérienne a été fiché par les services de renseignements occidentaux. Son arrestation au Tchad fit rapidement le tour du monde. Véritable « mine de renseignements », El Para était devenu un prisonnier de luxe pour les rebelles tchadiens. En effet, conscients de l’intérêt que revêt leur détenu, les Tchadiens étaient disposés à offrir le parachutiste au plus offrant. Et c’est la Libye qui enleva le « Jack-pot ». L’homme sera alors livré aux Libyens, après quelques mois de captivité dans les grottes du Tibesti. Le pays de Kaddafi le remet à son tour à l’Algérie. Mais Tripoli, tout comme la Communauté internationale, était loin de cerner tous les contours d’une grossière manipulation orchestrée par l’Algérie sur la présence du GSPC sur le territoire malien.

    En effet, El Para ne fera que trois petits mois en prison à Alger, avant d’être remis en liberté. Il rejoint ensuite le « maquis » dans le Nord-Mali, où il reprend ses activités. Au même moment Alger annonce sa « condamnation par contumace » or, la Libye ainsi que la communauté internationale, avaient pensé que El Para, tel qu’il a toujours été présenté par les Algériens, était un redoutable islamiste bon pour l’échafaud. La réalité est tout autre.

    El Para, un agent algérien

    Dans les années 1990, l’Algérie est en proie à une grave convulsion politico-religieuse. Dans cette turbulence, les Généraux algériens – ils détiennent les rênes du pouvoir – concoctent un plan. La poussée islamiste sera, pour eux, un bon prétexte pour contrôler le nord du Mali. Le GSPC est infiltré. Le mouvement s’implante alors dans les montagnes entre le Mali et l’Algérie. El Para, parachutiste dans l’armée algérienne, est muté dans les services de renseignements de son pays, puis envoyé en mission au sein du GSPC qu’il récupère au fil du temps avec d’autres agents algériens.

    La stratégie a jusqu’ici bien fonctionné. Sous le couvert fallacieux de combattre « les islamistes » du GSPC, Alger maintient une surveillance permanente sur le septentrion malien. Secret de polichinelle, le nord du Mali devient un enjeu géostratégique à la fois pour les Algériens et certaines puissances étrangères.

    Pour le voisin algérien, cette partie du territoire malien ne doit nullement échapper à son contrôle et à sa surveillance pour des raisons de sécurité à la fois pour l’Etat et le pouvoir algériens. Qui, mieux que les Algériens, mesure tous les enjeux sécuritaires du Nord – Mali ?

    Dans leur lutte de libération, des responsables algériens dont l’actuel président Abdel Aziz Bouteflika, ont pu trouver des refuges sûrs sur le sol malien. Les armes, munitions et vivres destinés aux combattants algériens transitaient par le Mali.

    Aujourd’hui, certains à Alger pensent que le « danger » peut, à tout moment, venir du Sud de leur pays ou de n’importe quel autre pays qui s’intéresse au nord du Mali. Pour preuve, l’Algérie décide d’ouvrir un consulat à Gao où ne réside, aucun ressortissant algérien.

    En janvier 2006, quand la Libye, à son tour, ouvre un consulat à Kidal, c’est l’émoi en Algérie dont l’Ambassadeur à Bamako et le consul à Gao sont rappelés à Alger, et remplacés pour n’avoir certainement pas été prévoyants.

    Par la suite, la machine d’intoxication algérienne est mise en branle. La Libye est accusée de vouloir déstabiliser le nord du Mali. Parallèlement, l’Algérie ferme sa frontière du côté de Kidal. Tout était alors mis en œuvre pour faire déguerpir les Libyens. Ce qu’Alger obtient en suscitant une nouvelle insurrection armée, le 23 mai, par l’entremise du duo Bahanga-Fagaga.

    Manœuvriers et experts en manipulation, les Algériens réussissent un coup double : faire partir les Libyens de Kidal et se positionner en médiateur dans une crise qu’ils ont suscitée et qu’ils entretiennent.

    La Libye partie du Nord-Mali, le voisin n’était pourtant pas tranquille. Aujourd’hui, il semble que d’autres puissances, notamment les Etats-Unis, s’intéressent de près au septentrion malien. Il faut les empêcher de s’y implanter, en entretenant une crise « permanente » sur fonds de revendications cycliques et de soulèvements armés exécutés par une minorité de responsables touaregs de Kidal. Ceux-ci, sous l’instigation de Généraux algériens, s’appuient sur de jeunes desperados, prêts au sacrifice contre quelques dinars algériens.

    L’odeur du pétrole

    L’attirance algérienne pour le septentrion malien s’explique aussi par des raisons économiques.

    En effet, en soufflant permanemment sur le brasier touareg, le voisin avait jusqu’ici réussi à décourager les investisseurs étrangers.

    L’Algérie n’aurait nullement intérêt à ce que le Mali exploite « son » pétrole. Le climat d’insécurité permanente au nord de notre pays serait donc destiné à endiguer les recherches pétrolières au Mali.

    Dans leurs multiples tentatives de déstabilisation, de contrôle et de surveillance du septentrion malien, les Algériens, outre, le fait de susciter des rébellions, ont réussi à noyauter, depuis l’indépendance, des communautés du nord et à avoir des appuis solides au sein des sphères décisionnelles de l’Etat.

    Aujourd’hui encore, nombreux sont les Maliens à ne pas admettre formellement une implication algérienne dans les troubles au nord. Ces concitoyens ont, sans doute, à l’esprit les efforts déployés par les premiers dirigeants des deux Etats, en vue d’établir un voisinage harmonieux entre les deux pays.

    D’autres Maliens ont tout simplement été instrumentalisés. Aujourd’hui, plusieurs responsables de Kidal ont acquis la double nationalité (algérienne et malienne). Dans le lot, un certain Hassane Fagaga dont l’épouse est algérienne. Ils ont des liens familiaux et parentaux de part et d’autres de la frontière Mali-Algérie et sont prêts à tout pour l’autre « patrie ».

    Bahanga : profession banditisme

    La bande sahélo-saharienne, est devenue ce grand espace qui échappe à tout contrôle des Etats. De la Mauritanie à l’Egypte, en passant par le Mali, le Niger, l’Algérie et jusqu’au Tchad, un véritable boulevard est ouvert aux trafiquants de tout acabit. De véritables réseaux sont implantés à travers tous les pays de la bande. Pire, ces réseaux sont protégés, entretenus, financés et actionnés par de hauts responsables. De nombreux Généraux algériens sont cités pour être les commanditaires du vaste trafic transfrontalier en cours dans la bande sahélo-saharienne. L’on cite le cas de ce haut gradé de l’armée algérienne en poste depuis une quinzaine d’années à Tinzawaten (Algérie). Il serait très actif dans le milieu.

    Ainsi, une présence militaire malienne, nigérienne ou d’un autre pays constitue une réelle menace pour les trafiquants et leurs commanditaires.

    D’où des exigences, à chaque soulèvement, sur le retrait de l’armée des régions du nord, ou encore la délocalisation des casernes militaires. En réalité, les réseaux de trafic veulent agir en toute impunité au Mali.

    Ancien berger, analphabète, Ibrahim Bahanga fait partie de cette race d’aventuriers qui pillulent dans la bande Sahélo-saharienne. Bahanga, pour de nombreux Kidalois, n’a aucun idéal politique.

    Autour de Bahanga, un autre trafiquant notoire a fait parler de lui, ces deux dernières années : Hassane Fagaga. Cet officier intégré à la Garde nationale, à la faveur de l’application du Pacte national signé en 1992, est devenu, par la suite, un expert en désertion. Entre les cousins Bahanga et Fagaga, il existe une complicité, dont le seul socle est le profit. Selon certaines informations, l’introduction de Fagaga dans le réseau des trafiquants et fraudeurs, est l’œuvre de Bahanga. Celui-ci, sans doute conscient de la cupidité de son cousin, a vu en lui une proie facile.

    Jusqu’en 1997, Bahanga est resté dans un certain anonymat. Cette année là, il réalise son premier coup à la faveur des élections communales. Il attaque des bureaux de vote dans le secteur de Kidal et réalise en même temps sa première prise d’otages.

    A l’époque, le régime de Alpha Oumar Konaré fut obligé de payer une forte rançon au bandit.

    Dès lors, le duo Bahanga-Fagaga met en place une stratégie qui fonctionna à tous les coups. Les deux hommes soumettent l’Etat à un chantage perpétuel chaque fois qu’ils éprouvent des difficultés financières.

    Ainsi, les désertions de Fagaga étaient ponctuées par les menaces de Bahanga, qui en véritable parrain, restait dans le secteur de Kidal pour faire monter la tension. Voilà toute l’explication du climat perpétuel de tension qui sévit à Kidal et dans certaines parties du nord du pays.

    Tous les agissements du duo n’ont qu’un seul but : amasser des fortunes à partir du trafic.

    Pour cela, les deux hommes ont toujours fait appel à de jeunes ex-combattants, qui n’ont pas été intégrés dans l’armée ou qui ont dilapidé les fonds à eux alloués pour leur insertion économique, suite à l’application du Pacte national. Ces jeunes sont aujourd’hui utilisés comme passeurs des produits de contrebande, s’ils n’ont pas été enrôlés dans l’armée de Bahanga.

    De la filière algérienne

    Depuis des années, un fait semble établi : le trafic transfrontalier à travers la bande Sahélo-saharienne est dirigé par de hauts responsables militaires, politiques et administratifs exerçant dans tous les pays situés sur cette bande.

    En Algérie, le sud du pays est devenu une plaque tournante du trafic. Des Généraux algériens sont fortement soupçonnés d’être les parrains de cette mafia transfrontalière. Ils seraient à l’origine de tous les événements au Nord du Mali. Ces Généraux travailleraient en étroite collaboration avec des hommes de main établis au Mali et ailleurs. Bahanga, Fagaga et bien d’autres seraient à leur dévotion.

    La filière algérienne a ainsi étendu ses tentacules jusqu’au Mali, avec comme conséquences une succession de crises au nord du pays.

    Avec la crise actuelle, le voile se lève sur les véritables intentions de Bahanga assisté depuis l’Algérie.

    Selon nos sources, le bandit reçoit armes et munitions à partir de ce pays voisin, précisément des services spéciaux algériens. L’on cite aussi le nom d’un certain Hama Mohamed, comme étant le fournisseur de Bahanga. Cet algérien établi à Djanet est réputé dans le milieu de la fraude. Il aurait longtemps séjourné dans les geôles algériennes, avant de recouvrer la liberté.

    Aujourd’hui, ce sont, semble-t-il, les services spéciaux algériens et ce grand fraudeur qui ravitaillent les bandits maliens et nigériens en armes et munitions. L’on retrouve les traces du fraudeur Hama Mohamed, selon nos sources, jusqu’au Darfour, d’où il aurait acheminé une partie des armes utilisées au Mali et au Niger. En somme, les trafiquants et leurs commanditaires sont prêts à tout pour parvenir à leurs fins. Voilà tout le nœud du problème du Nord-Mali.

    C. H. Sylla L’Aube, est seul responsable du contenu de cet article




    0
  • Sélim Ier
    11 août 2010 at 12 h 19 min - Reply

    « NOUS N’ACCEPTONS PAS QUE QUELQU’UN VIENNE NOUS DIRE QU’IL EST L’AMBASSADEUR DU BON DIEU SUR TERRE ! »

    « C’est en ces termes ahurissants, que le très « Rassembleur » , très « Culturel » et très « Démocratique » Said Saadi s’exprimait lors d’un débat télévisé en 1991, face à Mr Abassi Madani ! Et ce, devant des millions de téléspectateurs à travers le monde .

    A l’occasion de cet évènement politique de haute intensité, nous avons vu le vrai visage de Saadi qui se voulait être un parangon de vertu démocratique . Et pourtant, à lire l’auteur de l’article « Il faut définitivement sortir de l’ère de la manipulation » , Mr Abassi Madani est tout autant dictatorial .

    Lisons le :

    « Chacun des camps en présence (dont les deux pôles étaient constitués par le FIS et le RCD) voyait la réalité à travers des lunettes déformantes et refusait obstinément de reconnaître à l’autre le droit d’exister ».

    Faux. Le F.I.S n’a jamais « refusé obstinément de reconnaitre à l’autre le droit d’exister ».
    Il est utile de garder en mémoire le fameux et très démocratique débat télévisé qui eut lieu en 1991. Débat très suivi par les téléspectateurs algériens mais aussi marocains et tunisiens. Et si on venait à faire un sondage du taux d’audience de la première émission démocratique du monde arabe en 1990, « Lika maa sahafa »(face à la presse) animée par Mourad Chebine, qui recevait le President du FIS dissous Abassi Madani, et le Président du RCD Saïd Sadi, on aurait constaté que presque 100% des 28 millions d’Algériens de l’époque regardaient à ce moment-là l’Entv. Ce jour-là, le face-à-face entre deux chefs de parti aux positions diamétralement opposées a créé le débat. On se souvient, notamment des diatribes du Dr Saïd Sadi, qui a étalé tout son « savoir-faire linguistique », pour haranguer le Cheikh. Saadi a eu ces fameuses phrases:

    «Nous n’acceptons pas que quelqu’un vienne nous dire qu’il est l’ambassadeur du Bon Dieu sur terre.»

    «Ya cheikh, je crois qu’on n’est pas venu ici pour asséner des cours d’éducation religieuse, mon père El Hadj Aamar, Allah Idekrou bel Kheir, s’en est bien chargé…»

    Nous voyons là, le débat a fait place à l’invective et, hélas , l’argument à la grossièreté et à l’impudence de basse politique.

    Abassi Madani, qui refusait toujours d’entrer dans le jeu de ses adversaires politiques, préférait faire ses déclarations fortes en meeting. Lors des débats télévisés, on se souvient aussi que feu Bachir Rezzoug journaliste, disait au cheikh:

    «Je suis plus inquiet qu’avant après la création de votre parti…»

    Abassi Madani répondait calmement avec le sourire:

    «Machaallah, merci mon fils, je te remercie pour cette franchise…»

    Il est utile de rappeler aussi que le N° 2 du F.I.S, Ali Belhadj , n’ayant pas eu les « faveurs » des plateaux TV, n’eut d’autre recours que de se rendre en personne au siège de l’ENTV, réclamer son droit à s’exprimer publiquement au même titre que les autres .Mal lui en pris : il fût arrêté manu-militari par les sinistres « ninjas » tout de noir vêtus et cagoulés, qui nous rappellent les « tantons macoutes » de funeste mémoire . La suite nous la connaissons.

    Les résultats des législatives marquèrent la victoire incontestable du F.I.S . Le R.C.D fût relégué au rang du parti de Messaoudi Khalida qui elle, n’a pas atteint les 1% !

    Ramadan moubarak. Et que ce mois béni soit celui de la sagesse,de la patience et de la solidarité

    .




    0
  • Alilou
    11 août 2010 at 12 h 35 min - Reply

    @ Mr Selim 1er,

    sur LQA on essaye de rassembler toutes les tendances constructives et progressiste.

    Si on maintyient la ahine de l’autre egaré notre esprit ne se trouvera que plus confu.

    Construisons l’avenir sur de nouvelles bases tous ensemble et person ne sera ecarté, a condition de respecter tous les avis et opinions meme si ca nous fait du mal. Mais c’est ainsi que Dieu crea la diversité dans tout meme les opinions.

    On s’acceptant mutuellement avec nos differences et on se respectant nous ne ferons que grandir et nous ferons de notre nation une veritable nation de droit.

    Salutations

    Je vous jure que j’ai jetter mon thé…je ne le fume plus…




    0
  • zapata
    12 août 2010 at 17 h 09 min - Reply

    une algerie algerienne nom règionaliste ni orierntale ni française mais une algerie de tous et pour tous les algèriens…tèl à ètè la charte de 1956..abane ramdane dèrangeait beaucoup de monde ,c’est pour cela
    il à ètè assassinè par ces pairs.les idèes qu’ii à vèhiculèes ont ètè très mal compries de fait qu’il ètait en avance sur le plan intelectuelle il ne cessait de leur rapeller qu’aucune rèvolution ne se dirige de l’èxtèrieur et c’est ça qui n’a pas ètè accèpter par les cinq chefs colonnels de la cee. c’est un coup fatale a la rèvolution et a l’algerie.la politique n’est pas facile il y a l’ideale politique et puis il y a la rèalitè du tèrrain et lorsque le poid politique n’est pas apuiyè par des militaires qui optent pour des idès justes le rèsultats n’est satisfaisant surtout dans des pays comme le n’autre.




    0
  • Rbaoui
    20 août 2010 at 9 h 38 min - Reply

    S’il y a manipulation, faut-il le comprendre dans un sens technique, comme un ajustement. Les montages médiatico-politiques sont des utilisations particulières de machines de pouvoir qui fonctionnent en permanence, reliées aux machines économiques et industrielles. Tant qu’une forme de pouvoir est en place, ses machines évoluent, mais elles continuent de fonctionner et de dysfonctionner.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique