Édition du
22 July 2017

CRIMES ET NON CHATIMENTS DE LA SAVAK ALGERIENNE

Salah-Eddine SIDHOUM

Le témoignage de l’ex-agent de la police politique,  Karim Moulaï a choqué plus d’un. Du moins les naïfs qui avaient avalé les grosses couleuvres des services de l’action psychologique  durant les années de terreur.

L’intervention de cet ex-agent a mis à nu  l’état de déliquescence de notre société et de notre « élite » dite intellectuelle malléable et corvéable  à merci par des imposteurs qui sont devenus par la force des armes et la violence politique, les tuteurs de notre malheureux pays. L’universitaire algérien se vend et s’achète pour une poignée de dinars. On recrute sur les bancs des universités et on en fait des chargés de sales besognes. Une véritable industrie de la délation et du crime, en lieu et place de la science et de la recherche !

L’exemple de cet universitaire récupéré par la police politique pour en faire un agent afin de surveiller enseignants et étudiants est en réalité de l’ordre du multiple. L’université algérienne, censée produire l’intelligence est gérée par la police politique qui nomme et dégomme recteurs, doyens et chefs de départements. Une véritable épuration a eu lieu depuis plus de 20 années. Toutes les compétences ont été exilées ou marginalisées. Ne sont aux commandes de cette « crèche pour adultes » que les médiocres, larbins et adeptes de l’aplat-ventrisme. Les tracasseries de notre Ami Ahmed Rouadjia, professeur à « l’université » de M’Sila qui refuse de s’incliner devant la médiocrité imposée par la police politique en est un exemple patent.

Voila un « étudiant » promu peut-être à une brillante carrière universitaire et professionnelle qui se met au service d’une bande de criminels qui considèrent  les étudiants et les enseignants comme des ennemis à surveiller. Nous ne sommes pas nés de la dernière pluie pour croire qu’il s’était engagé pour « servir les intérêts supérieurs de la Nation » comme il l’affirme. Il s’est engagé dans cet engrenage sale et criminel pour récolter quelques  miettes de privilèges distribuées à la couche sociale du régime illégitime et dont beaucoup sont des « dji’anines » diplômés. On ne défend pas les pseudo-intérêts supérieurs de la Nation en terrorisant enseignants et enseignés d’une université !

Voila un « étudiant » de 1ere année (selon ses propres dires) qui occupe de hautes responsabilités au sein de la plus grande université d’Algérie et dont le bureau est transformé en une annexe de la police politique, chargée du Renseignement et de l’Action terroriste!!

Voila un « étudiant » qui au nom de la « défense des intérêts supérieurs de la Nation » participe indirectement à l’assassinat du Pr Djébaïli Salah, recteur d’université en indiquant son emploi du temps aux tueurs exécutants des « sauveurs de la République » !

Voila un « étudiant » qui participe indirectement à une machination accusant arbitrairement et lâchement le Pr Mohamed Saïd Moulay, éminent mathématicien et directeur de l’Institut des mathématiques de Bab Ezzouar d’avoir planifié l’assassinat de Djébaïli. Le Pr Moulay sera kidnappé sur l’autoroute avec ses deux enfants en bas âge, atrocement torturé et gardé au secret au commissariat central d’Alger, avant d’être condamné iniquement par la « justice » aux ordres de la police politique à 3 années de prison (voir son témoignage dans la rubrique HISTOIRE).

Voila un « étudiant » qui toujours au nom de la « défense des intérêts supérieurs de la Nation » participe à la dénonciation puis à l’enlèvement d’un universitaire de l’Ecole polytechnique, Hamza. Ce dernier disparaitra définitivement (probablement exécuté sommairement et enterré sous l’étiquette de X Algérien quelque part à El Alia).

Voila un « étudiant » qui après une beuverie dans un bar d’Hussein-Dey, accompagne la bande de tueurs au service des « sauveurs de la République » pour organiser un faux barrage sur la route de Zeralda sous couvert des non moins sinistres GIA pour massacrer sept malheureux citoyens ! Et les agents de la police politique contrôlant la presse aux ordres prendront le relais le lendemain pour mettre cela sur le dos de cette  sinistre nébuleuse des GIA !

Les pratiques odieuses de cette police politique illustrent encore une fois la nature réelle du pouvoir illégitime que nous connaissons depuis fort longtemps  mais que certains feignent d’ignorer. Un pouvoir criminel et mafieux sans foi ni loi qui ne s’est pas embarrassé de provoquer une guerre fratricide pour sauver ses privilèges.

Oui, la police politique, outre l’université, a infiltré tous les secteurs vitaux du pays. C’est l’unique force « politique » réelle du pays.

Tout comme elle a engagé Moulaï Karim, parmi tant d’autres à l’université, elle a aussi « retourné » dans les prisons de Berrouaghia et Tazoult et au milieu des années 80 des opposants tant dans le camp autoproclamé démocrate que dans le camp des mounafiquines. Elle en a fait lors de la supercherie démocratique de 88 et à ce jour des « hommes politiques » présidents à vie de partis  préfabriqués les uns à El Mouradia, d’autres à Ghermoul. C’est ce que notre brave « ghachi » appelle l’opposition du pouvoir. Des troubadours politiques qu’on actionne durant les carnavals électoraux et dont certains sont placés par cette même officine du crime et de la manipulation, comme marionnettes au sein des chambres nationales d’enregistrement, pour représenter le peuple qui « ne sait pas voter ».

Il y a des Karim Moulaï à l’université et dans les « associations à caractère politique », tout comme il y en a dans les médias et la presse privée. Des agents attitrés chargés de publier de fausses informations durant les années de braise pour attiser le feu de la fitna mais aussi pour participer aujourd’hui à la rude lutte des gangs pour le partage du gâteau. Nos jeunes et courageux journalistes les connaissent très bien.

Merci, monsieur Moulaï pour nous avoir confirmé en tant que malheureux acteur ce que nous savions depuis 92. Je ne sais si votre réveil tardif est sincère ou calculé ? Dieu Seul Le Sait. Je ne vous condamne pas, car vous n’avez été qu’un malheureux agent utilisé puis jeté comme un vulgaire kleenex. Je ne m’attaque jamais aux sardines. Je me suis toujours attaqué aux requins, ces « dieux de l’Algérie », pour reprendre le terme de l’un de leurs schizophrènes à la conscience plus troublée que la vôtre !  Vous me connaissez assez bien puisque les bandes criminelles dont vous dépendiez à l’époque, m’ont pourchassé durant près d’une décennie. Et vous-même avez reconnu sur la chaine satellitaire El Hiwar qu’elles voulaient m’impliquer dans le meurtre du malheureux Djebaïli. Le comble !

Je n’ai aucune haine contre vous, malgré vos crimes contre notre peuple. J’ai plutôt de la pitié en voyant votre visage à la télévision, ravagé par des tics nerveux, qui expriment une conscience taraudée par les remords. Vous êtes vous aussi une victime de ce régime criminel.  Et je fais miennes – dans votre cas – les sages paroles de Mandela : «  Il faut libérer aussi bien l’opprimé que l’oppresseur, lui-même enfermé derrière les barreaux des préjugés et de l’étroitesse d’esprit ».

Que votre réveil tardif, s’il est sincère encore une fois, serve de  leçon à ces milliers d’agents, chargés des « sales besognes » et serviteurs zélés d’un régime criminel et moribond. Que ces malheureux exécutants sachent que le mensonge ne dure qu’un temps et que la vérité finit toujours par éclater. Des régimes illégitimes beaucoup plus intelligents de par le monde ont fini par s’effondrer. Interrogez l’Histoire pour savoir ce que sont devenus les minables et lâches agents de la Savak, de la Dina, de la Stasi et de la Sécuritate, entre autres.

قد يدوم الملك على الشرك لكنه لا يدوم على الظلم

Allah Yachfik ou Yahdik.

Salah-Eddine SIDHOUM

Alger


Nombre de lectures : 1840
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • A-M-D-E
    9 août 2010 at 13 h 29 min - Reply

    J’ai apprécier :
    ‘car vous n’avez été qu’un malheureux agent utilisé puis jeté comme un vulgaire kleenex.’
    Et c’est ça qui le fait réagir maintenant ,il a fini par comprendre .
    Mais une chose est sure pour ce genre de personnage c’est qu’il se retournera au premier clic des doigts.
    Dans le language des barbouzes on l’appelle ‘la p…. de services’ hachakoum.




    0
  • D B
    9 août 2010 at 15 h 18 min - Reply

    Merci Salah Eddine pour cette digne réaction. Toi, qui a été aux avant postes de la lutte contre les disparitions forcées, la torture et les exécutions sommaires, et qui a subi un exil forcé de plus de douze années, dans ton propre domicile, qui a risqué sa vie pour avoir dénoncé l’indicible, ton message est admirable d’humanité et de tolérance. Que ceux qui veulent soulager leurs consciences, et briser l’omerta, osent dire la vérité à leur peuple. Il leur en sera tenu compte. Le compte à rebours a commencé. Maintenant, nous savons que les criminels contre l’humanité qui ont broyé notre peuple, et qui l’ont dépouillé, seront jugés. Ceux qui apporteront les preuves que la question « qui tue qui » est une vraie question, aideront à leur propre rachat. Le peuple a besoin de savoir. La justice doit s’accomplir!




    0
  • khaled
    9 août 2010 at 15 h 50 min - Reply

    M. Sidhoum,

    Je vous salut bien bas pour votre courage. Vous êtes digne de nos valeureux combattants.

    Que Dieu vous garde.

    Khaled




    0
  • hakim
    9 août 2010 at 17 h 23 min - Reply

    Merci Salah Edine, I have to say to our friends who talk about the necessity for Mr. Moulay to  » visit » the ( International Tribunal) , that you have poor judgment.
    My friends how many highly ranked officers should visit the TRIBUNAL before even the court ask Moulay to show up?
    The generals are playing the same role as moulay use to play but they do it for the EU and US.
    Karim moulay Que Dieu Vous pardone et pardon les ideologues qui ont bien servi la cause des officiers de commandent George .




    0
  • Zineb Azouz
    9 août 2010 at 19 h 53 min - Reply

    A la veille de la rentrée universitaire, on ne pouvait être mieux éclairés sur le nature de ceux qui dirigent le pays en général et les universités en particulier, sans porter ni casquette ni bottes.

    Je ne sais pas si la mine d’informations donnée par KM provoquera quoi que ce soit dans les sérails (sauf peut être pour régler quelques petits comptes), mais j’ose espérer, et c’est ce qui me semble le plus utile, au delà des détails macabres et précis qui ne peuvent malheureusement toujours pas servir la justice bâillonnée par la loi de réconciliation nationale, j’ose espérer que quelques bribes, quelques restes de conscience vont enfin s’exprimer sur ces responsables qui dirigent le pays, sur la nature de leurs rapports avec les criminels et les violeurs.

    On savait que pour toute fonction dite plus ou moins supérieure, il fallait l’aval des services, mais techniquement et dans les faits on se rends compte que ces mêmes hauts responsables qui ne daigneront même pas recevoir le commun des citoyens, sont carrément sous les ordres des espions du drs.

    On s’aperçoit par exemple qu’un service aussi stratégique que le vice rectorat de la scolarité et de la pédagogie peut être l’annexe directe du drs qui ne s’encombre même plus de désigner à sa tête un « civil » aux ordres, un vassal ordinaire, mais un civil tout de même.

    Qui a remplacé KM à son poste ? Et Combien de KM comptent encore nos illustres temples du savoir, les universités ?

    Et ailleurs, dans les banques par exemple, que était le exactement rôle des confrères de KM ?

    La complicité de nos responsables n’est pas une mince affaire et mérite d’être creusée.

    ZA




    0
  • l.leila
    9 août 2010 at 23 h 22 min - Reply

    Bonsoir,
    Ces monstres ont pillé, assassiné, réussi le travail de destruction des principes et des valeurs… Que leur reste t-il encore à faire de ce peuple?




    0
  • abdelkader wahrani
    11 août 2010 at 12 h 00 min - Reply

    @mr. salah-eddine. je vous salut tres bien pour votre courage et merci pour cette digne réaction.




    0
  • abderrahmane
    11 août 2010 at 16 h 39 min - Reply

    Merci Mr Salah eddine,
    je voudrais juste ajouter une remarque,
    Ne pas accabler ces « petits gens » qui fesaient les sales besognes, si non ils vont se rétracter et vont rester dans leur trous et ne sortiront jamais, encourager les à se confesser pour dénoncer le régime stalinien en place en Algerie, et dites leurs comme il a dit le prophete Mohammed (spsl)partez vous etes les affranchis.
    Ces gens sont victimes de leur bassesse




    0
  • Congrès du Changement Démocratique