Édition du
21 July 2017

COUPURES D’EAU ET D’ÉLECTRICITÉ Alger entre la soif et l’obscurité

L’Expression, 12 Août 2010

Comme un malheur ne vient jamais seul, les coupures d’électricité sont accompagnées de coupures d’eau en ce début de Ramadhan.

«C’est mal tombé», la phrase est trop faible pour exprimer le courroux des habitants de certains quartiers de la capitale. En ce début du mois de Ramadhan, des citoyens sont ballottés entre l’obscurité due aux coupures d’électricité et au manque d’eau causé par les coupures conséquentes du manque d’énergie.
Ainsi, des quartiers à très forte démographie comme Dar El Beïda, El Hamiz, Bab Ezzouar, Baraki, Bab El Oued, El Harrach et les Eucalyptus ont été privés d’énergie électrique pendant toute la nuit du lundi au mardi. Il n y a pas que ces mêmes quartiers, ceux habituellement non concernés par ces délestages comme Alger-Centre, Hydra, Kouba, Tixeraïne se sont retrouvés dans le noir. Auprès de qui se plaindre? Personne n’endosse cette responsabilité.
La Société de distribution d’électricité et du gaz d’Alger (SDA) indique dans un communiqué que l’alimentation en électricité a été interrompue dans certains quartiers d’Alger suite à un «incident important» dans un poste de transformation de très haute tension. Cet incident «a entraîné un manque de tension dans 10 autres postes électriques de répartition haute tension/moyenne, tension occasionnant l’interruption de l’alimentation en électricité dans les quartiers cités», a précisé la SDA, filiale du groupe Sonelgaz) assurant que tous les quartiers affectés par cet incident ont été totalement rétablis mardi matin.
Cependant, l’incident semble se répéter et ne date pas de quelques jours. Bien plus, il remonte à au moins quatre jours, notamment dans certains quartiers de la daïra de Dar El Beïda. Et dans la foulée, ce sont les familles algériennes qui trinquent. «La coupure d’électricité d’hier m’a obligé à veiller jusqu’à à deux heures du matin», a regretté un citoyen, courroucé par ces coupures intempestives. Car les désagréments de ces interruptions d’énergie sont innombrables.
A commencer par les pannes au niveau des appareils électroménagers jusqu’à la nourriture congelée dans les réfrigérateurs et congélateurs. Une situation intenable qui intervient aux premiers jours du Ramadhan. A l’instar des autres mois, le besoin en énergie électrique est important mais indispensable durant le mois de Ramadhan. Comme un malheur n’arrive jamais seul, ces coupures d’électricité ont comme conséquence directe les coupures d’eau puisque les stations de pompage fonctionnement avec de l’énergie électrique.
Du coup, ce sont des milliers de citoyens qui sont privés d’eau. S’exprimant devant les députés à l’APN, en juin dernier, le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, a assuré qu’il n’y aura pas de problème d’eau en Algérie, précisant que la période estivale ne connaîtra pas de «pénuries d’eau». «Aucun problème d’alimentation ne sera enregistré durant cet été», a déclaré M.Sellal apportant toutefois cette précision avec une incroyable lucidité: «A l’exception de certaines perturbations qui pourraient survenir en raison d’éventuelles coupures d’électricité».
Cependant, certains quartiers sont privés d’eau depuis déjà plus de 20 jours à l’exemple de Sidi Slimane II, dans la commune de Kheraïssia. La Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (Seaal) a totalement dégagé sa responsabilité de ces coupures.
La société indique que la forte perturbation de l’alimentation en eau potable enregistrée dans des communes d’Alger ces derniers jours, résulte de «difficultés rencontrées pour transporter durablement, l’énergie électrique jusqu’aux ouvrages (le pompage,…». Elle souligne que «les arrêts partiel ou total du fonctionnement de ces stations ne sont pas sans poser des difficultés d’exploitation supplémentaires en termes de maintenance et de réparation des équipements lors des remises en service des installations», relève l’entreprise.
Et ce n’est pas seulement ces familles qui sont concernées par ces coupures d’électricité dans la capitale. Des centaines d’entreprises se sont retrouvées, en effet, sans électricité. Les boulangers perdent, en moyenne, entre 7500 et 20.000 DA par jour en raison des coupures d’électricité qui durent plus d’une heure.

Smail DADI


Nombre de lectures : 1944
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • balak
    12 août 2010 at 15 h 31 min - Reply

    Tous des menteurs ces ministres ,aussi bien celui là qui declarait ,il y a quelques jours que la capitale serait approvisionné en eau 24 heures sur 24, alors qu’en realité l’ eau manque partout. Les autres Ministres ne sont pas en reste dans le foutage de gu…, notamment celui du commerce, qui a claironnait, à la veille de ramadan, qu ‘il avait pris toutes les precautions pour que le marché soit approvisionné, qu’ il n y aurait pas de penurie et que les prix ne seront pas augmentes, alors monsieur faites un tour dans les marchés, vous verrez qu’il n y a plus de lait(99% eau + 1% Lait en poudre) en sachet et que les prix se sont envolés,le ministre de la santé lui affirmait qu’ il n’ y avait pas de penuries de medicaments ,alors qu ‘il vient de passer commande en urgence de centaines de medicaments vitaux qui sont en rupture dans les officines et les » hopitaux » pour parer à cette penurie qu’ il affirmait il y a quelques jours, qu’ elle n’ existait pas?????c ‘est lamentable, ils se moquent de notre gu….Quant au service du controle de la qualité et de la repression on doit tous les mettre en prison pour complicité d’ empoisonnements et homicide Volontaire.Le ministre de l’ agriculture ne sait il pas que la viande de buffle est vendue en tant que viande locale et commercialisée au prix de la viande locale ?etc, etc.Conclusion: Un pays à la derive regie par la loi de la jungle.




    0
  • Alger: Tous des menteurs ces ministres « Algerianactivist's Blog
    12 août 2010 at 18 h 09 min - Reply

    […] balak 12 août 2010 à 15 h 31 min […]




    0
  • papousse
    13 août 2010 at 8 h 41 min - Reply

    je me demande qu’est ce qu’on attend pour sortir dans la rue et ne pas la quitter jusqu’au départ de ce pouvoir pourri, et en prenant comme témoin le monde entier…
    En tous cas, en ce qui concerne le «zen» algérien, je dirais : plus patient que ce peuple…je meurs !!!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique