Édition du
25 March 2017

Farouk Ksentini : La principale fonction de la mémoire de l’homme, c’est d’oublier et non de retenir !!!!! (sans commentaires)

Une anthologie de la bêtise humaine à publier sur le Canard Enchaîné !!
El Watan 13 août 2010
Me Farouk Ksentini. Président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (CNCPPDH) (officielle)
“L’Etat n’a pas besoin de se ridiculiser en se lançant dans des procès qu’il sait impossibles”

Le 14 août 2005, le président Bouteflika annonce le projet de la charte pour la paix et la réconciliation nationale. Elle est approuvée par « voie référendaire » en septembre 2009 et entrée en vigueur en février 2006, mais les dispositions de la charte et son délai d’expiration demeurent, entre autres, sujets à polémique. Le président de la CNCPPDH (officielle) revient sur les points contestés du projet en question.

- Quel bilan faites-vous de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, cinq ans après sa publication dans le Journal officiel ?

Je considère que la charte est la plus belle victoire du peuple algérien depuis celle qui nous a fait obtenir l’Indépendance. Tous les démons qui habitaient le peuple algérien ont été exorcisés, et cela à l’initiative du président de la République et sous sa conduite. La réconciliation nationale a consisté à désarmer les extrémistes, les terroristes d’un côté et les éradicateurs d’un autre. La paix civile est de retour, les gens sortent, , n’ont plus peur comme avant, cela veut dire que le terrorisme est terrassé. La charte a réalisé ses objectifs à hauteur de 95%.

- Mais nous assistons à des attentats un peu partout dans le pays, notamment en Kabylie…

Je suis d’accord avec vous, il y a toujours des attentats, mais ils sont infiniment inférieurs par rapport à ceux qui existaient dans les années 1990. Vous avez parfaitement raison, il y a malheureusement quelques poches de résistance, parce qu’il est extrêmement difficile de combattre le terrorisme. Le terrorisme est un fléau qui peut toujours renaître de ses cendres. Force est de reconnaître que la paix civile est de retour et que le terrorisme a été vaincu. La charte pour la paix et la réconciliation nationale ont fait que les terroristes se sont eux-mêmes démobilisés. Maintenant, il nous reste à tourner la page définitivement et oublier la décennie noire. La principale fonction de la mémoire de l’homme, c’est d’oublier et non de retenir.

- Quelques démons n’ont toujours pas été exorcisés, tels que le dossier des disparus…

Si l’on s’en tient à la charte, nous n’allons plus parler des cas des disparus, le problème a été réglé à l’occasion de la charte. Or, le principe de l’indemnisation, les personnes auxquelles vous faites allusion sont une minorité active, mais la grande majorité des familles des disparus que nous avions pris le soin de consulter (famille par famille en 2004 et 2005) ont opté pour le principe de l’indemnisation. Il y a certaines qui la refusent et demandent autre chose.

- Vérité et justice…

Vérité et justice, ce n’est qu’un slogan ! En réalité, comment reconstruire la vérité ? Il n’y a pas d’archives, ni de témoignages. Quant à la justice, ces familles pensent qu’il est concevable que l’Etat algérien entre en procès contre certains de ses agents qui sont auteurs de ces disparitions. Comment les identifier ? Comment prouver à leur encontre les faits qui leur sont imputés ? L’Etat n’a pas besoin de se ridiculiser en se lançant dans des procès qu’il sait impossibles. A mon avis, la réaction de ces familles est une attitude de blocage. Je respecte leur point de vue, mais je ne peux rien faire. Si elles ont une solution, qu’elles me la proposent.

- Idem pour les internés du Sud ?

C’est beaucoup plus simple pour cette catégorie. Les internés du Sud ont subi un préjudice et ont été internés injustement, puisque aucun d’entre eux n’a été jugé. Cependant, ils ont droit à une réparation morale et matérielle du préjudice qu’ils ont subi. Ceci est indiscutable. Cette question sera prise en charge et leurs réclamations sont tout à fait légitimes.

- Cette charte est-elle limitée dans le temps, comme le stipule la loi (31 août 2006) ?

Je la considère comme un véritable projet de société fondé sur le pardon et la fraternité. Elle finira bien par s’essouffler, rien n’est éternel. C’est vrai qu’en droit, il y a des délais qui ont été fixés impérativement, mais dans l’esprit de la réconciliation nationale, l’Etat n’a pas été très regardant et a admis des cas qui se sont présentés hors délais. Tant mieux !

- Si un terroriste décide de se rendre aujourd’hui, alors que le délai a été fixé au 31 août 2006, ceci reste-t-il plausible ?

C’est une bonne question, mais je considère que lorsqu’il y va des intérêts supérieurs de notre pays, il faut savoir fermer les yeux sur certaines dispositions légales et accueillir à bras ouverts le terroriste qui se rend en faisant en sorte qu’il ne se rende pas à nouveau.

- Ne pensez-vous pas que le cas du patriote Mohamed Gharbi (condamné à mort pour avoir tué un terroriste de l’AIS amnistié qui le menaçait) est la résultante de la charte ?

En tant qu’avocat, je suis contre la peine de mort. Je n’ai pas compris pourquoi cette personne a été condamnée à mort, bien que je respecte la décision rendue par le juge. Je ne comprends pas non plus comment son pourvoi a été rejeté. Je souhaite que Mohamed Gharbi bénéficie d’une grâce personnelle présidentielle.

- Combien de dossiers de terroristes repentis ont été enregistrés à ce jour ?

Je n’ai pas le chiffre exact, mais cela doit être de l’ordre de 9000 cas. La plupart d’entre eux ont été intégrés dans leur poste de travail qu’ils occupaient avant de se rendre au maquis après avoir été entendus.

- La Commission nationale de suivi de l’application de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, existe-t-elle toujours ? A-t-elle publié un bilan ces cinq dernières années ?

Elle n’a rien publié à cet égard. Honnêtement, je ne sais pas.

- Combien a coûté la charte ?

Il y a un budget qui a été alloué mais je ne sais pas combien. Moi, j’étais partisan, dès le début, que le projet de la réconciliation nationale avoisinerait le milliard de dollars, car j’estime que c’est une opération très importante sur laquelle l’Etat ne devait pas lésiner. L’Etat algérien ,qui connaît une prospérité économique sans précédent, a les moyens de concrétiser ce projet.

- Alors, ce même Etat a le droit de faire des tests ADN et de mener des enquêtes pour faire la lumière sur la question des disparus ?

Bien sûr, mais il n’est pas de notre intérêt d’ajouter des fractures à celles qui existent déjà. Il est de notre intérêt de tourner la page définitivement. Il faut que l’Algérie s’attaque au vrai problème qui est le développement. Pourquoi les familles des victimes du terrorisme ne contestent pas la charte ?

- Parce que les auteurs sont des terroristes, justement, et non des agents de l’Etat, n’est-ce pas ?

Je le dis et redis, il faut s’en remettre à la loi et clore le sujet des disparus définitivement.

Bio express

- Né le 28 janvier 1941 à Boufarik, dans la wilaya de Blida, maître Farouk Ksentini poursuit ses études universitaires à la faculté de droit d’Alger avant de s’envoler pour la France. Il a prêté serment en 1966. Bâtonnier dans sa wilaya natale de 1987 à 1991, maître F. Ksentini est l’un des fondateurs de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADH) en 1987. Aujourd’hui, il continue d’exercer son métier d’avocat tout en étant à la tête de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (CNCPPDH) (officielle).

Par LamiaTagzout


Nombre de lectures : 5848
15 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Djamel Eddine U
    13 août 2010 at 11 h 51 min - Reply

     » Si on ne sait pas ce qui s’est passé hier, on ne pourra jamais savoir ce qui arrive aujourd’hui ni prévoir le future.. »




    0
  • Sami
    13 août 2010 at 12 h 04 min - Reply

    Ce n’est qu’un criminel qui n’a ni âme ni coeur, ..
    Malheureusement se sont nos responsables et ca c’est leur façon de gérer l’injustice et la crime organisé .. pas de courage, pas de comportement moral .. rien rien,
    Meskin Chaab




    0
  • Ahmed Oucherchour
    13 août 2010 at 12 h 36 min - Reply

    Du crétinisme à l’état brut !
    Merci Mme la journaliste d’avoir piègé ce juriste de service, autoproclamé militant des droits de l’homme.
    Ah si ses mandants de Blida pouvaient parler ! des honoraires de 600 000 à 900 000 DA non déclarés aux impôts. Et le somptueux château construit avec l’argent des pauvres justiciables victimes de la hogra. Quelle honte.




    0
    • marousse
      11 décembre 2012 at 13 h 04 min - Reply

      Bonjour! permettez-moi de répondre à oucherchour à propos des honoraires.
      J’ai mandaté 03 avocats dont Me KSENTINI, avec lesquels je m’était entendu au préalable 1/2 avant l’audience et 1/2 après.
      Le 1er m’a exigé 200 000,00 DA,
      le second 80 000, 00
      le 3ème Me KSENTINI 100 000,00.
      Les deux premiers se sont rétractés et m’ont carrément fait du chantage. Paiement du complément avant l’audience sous peine de désistement, ce qui n’est pas à l’avantage du prévenu. J’ai refusé le chantage et le 1er s’est désisté, quant au second il a exigé des garanties. Seul Me KSENTINI que dieu le protège a fait sa plaidoirie dans les règles de l’art.
      Tous le monde sait que les robes noires sont des rapaces. C’est pourquoi, nos gouvernants ont le devoir d’intervenir.
      J’apporte le présent témoignage pour remettre les pendules à l’heure.




      0
  • citoyen
    13 août 2010 at 12 h 47 min - Reply

    froid dans le dos.




    0
  • Alilou
    13 août 2010 at 13 h 02 min - Reply

    Je n’ai pas pu depasser le premier paragraphe, désolé.

    Si la connerie et le ridicule pouvait tuer ???

    J’espere qu’un jour ces complices de l’horreur comparaiteront devant la justice JUSTE.

    Gardons bien au chaud leur declarations.




    0
  • Adel
    13 août 2010 at 13 h 30 min - Reply

    Quand on ne peut pas dire quelque chose de sensé, on se tait.




    0
  • fess
    13 août 2010 at 13 h 43 min - Reply

    J’ai pris le temps de lire l’interview,et je me suis rendu compte que j’ai perdu un precieux temps,car les declarations de ce bonhomme sont sont inadmissibles.
    Ah quand je pense a ce temps que j’ai perdu….




    0
  • Si Tchad
    13 août 2010 at 14 h 43 min - Reply

    Le ridicule ne tue pas, mais il blesse grave kamème..

    Si Tchad




    0
  • el-amel
    13 août 2010 at 15 h 44 min - Reply

    Le Devoir de Mémoire est la principale fonction de la mémoire pour lutter contre l’Oubli.
    Le combat pour la Vérité et la Justice continue




    0
  • namous
    13 août 2010 at 16 h 25 min - Reply

    Dites nous monsieur,si votre loi sur la reconciliation s’applique pour tout le monde ,ou existe-t-il des exceptions? comme par exemple le cas de djamel eddine laskri qui croupit en prison depuis prés de 18 ans alors qu’il rentre de plein droit dans les dispositions de la loi sur la reconciliation.
    Pour rappel djamel eddine laskri a été condamné à mort en 1992 dans l’affaire de l’attentat de l’aeroport d’alger,par la suite sa peine a été commué à perpetuité.Selon les minutes de son procés qui sont en notre possession,sur les 30 questions posées par la juridiction,27 ont ete ecartés par un Non à la majorité.
    Monsieur Ksentini,la famille du plaignant vous a saisi à maintes reprises de meme que la presidence de la republique,mais vous avez tous occulté le dossier car cela vous depasse!!!!il n ya pas plus grand deni de justice que celui là!!!! Alors monsieur Ksentini prenez en charge ce dossier appliquez la loi,rien que la loi et rendez cet homme à sa famille apres 18 ans de souffrances et de separation.

    ===========================
    Adressez-nous, cher Monsieur, un dossier circonstancié sur son cas et il est de notre devoir de le publier et de dénoncer de « deux poids et deux mesures » de cette charte de l’impunité et de la tromperie nationale. D’autant plus que nous croyons savoir que des détenus accusés des mêmes faits que Laskri et condamnés à la même peine, avaient été libérés.
    La Rédaction LQA




    0
  • Mina
    13 août 2010 at 22 h 33 min - Reply

    Et bien, ce discours émanant d’un avocat, de surcroît Fondateur de la Ligue Algérienne des Droits de l’Homme, est pour le moins aberrant pour ne pas dire totalement idiot.
    @Farouk Ksentini, je ne peux pas croire que vous soyez un avocat luttant pour les droits de l’homme.
    Votre discours est partial, injuste, immoral, et ô combien inhumain. Il semble que la réalité des évènements ignoble et la douleur des familles sont des notions qui vous échappent totalement. Sans doute n’avez-vous pas été victime directe ou indirecte de ces tueries. Pour vous qui exercez une profession de droit, si noble comme celle de l’avocat, je n’arrive pas à croire que vous prôniez l’oubli, et encouragiez l’État à verrouiller les portes de la justice. C’est à cause de gens comme vous qu’il existe, et qu’il existera des actes de violence. Je condamne toute violence quelle qu’elle soit, qu’elle émane de la sécurité militaire ou d’islamistes. Mais sachez monsieur que vos mots sont révoltants,et que vous insultez purement et simplement les victimes et leurs familles, en amoindrissant, en banalisant, voire en anéantissant leurs douleurs, leurs souffrances. En tant que sœur de victime, je ne souhaite surtout pas que vous représentiez nos intérêts car avec votre personnalité si lâche, si peu combattante, vous risqueriez de me faire perdre mon procès, en me tirant vous-même une balle dans le pied.

    Enfin, je vous rappelle les termes du serment de l’avocat: Je jure, comme avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité. »

    Il n’en est rien vous concernant.

    Bon vent.




    0
  • brahmi16
    13 août 2010 at 23 h 14 min - Reply

    salut, j’ aimerais mettre à contribution nos amis de LQA pour savoir si » la charte portant sur la reconciliation nationale » ne viole -t- elle pas la constitution, notamment en ses articles 24(l’ etat est responsable des personnes et des biens),article 32( Les libertés fondamentales et les droits de l’homme et du citoyen sont garantis.
    Ils constituent le patrimoine commun de tous les Algériens et Algériennes),(Article 34 : L’état garantit l’inviolabilité de la personne humaine.
    Toute forme de violence physique ou morale ou d’atteinte à la dignité est proscrite),article 35( Les infractions commises à l’encontre des droits et libertés, ainsi que les atteintes physiques ou morales à l’intégrité de l’être humain sont réprimées par la loi)Article 36 ( La liberté de conscience et la liberté d’opinion sont inviolables).ajoutez y les articles
    46,41,et 47.Une autre question : la constitution n’ a t- elle PAS un caractere de PREEMINENCE sur les lois? merci à vous tous et saha ramdankoum.




    0
  • SAID
    15 août 2010 at 13 h 08 min - Reply

    Si les responsables des « disparitions » et des executions extrajudiciaires ne sont pas jugés, la situation risque d’arriver encore sous n’importe quel pretexte. Blanchir les assassins avec une charte bidon qu’une minorité infime d’algeriens a voté, et un autre crime.
    Il faut avoir le courage politique de faire comme l’Afrique du sud pour éviter que celà ne se reproduise.




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    7 septembre 2010 at 5 h 05 min - Reply

    La tarte pour la paix et la reconciliation nationale,fait l’impasse surles victimes de la première violence aprés l’arret du processus electoral, pourtant plus de 24000 algeriens furent arretés arbitrairement et placés injustement dans des camps de concentration implantés maléfiquement dans des zones à forte teneur de maiéres radioactives decoulant des essais nucléaires francais avant et aprés l’independance. 24ooo victimes de l’imperitie et de la betise janviériste representant chacun une modeste moyenne de cinq personnes ( c’est a dire la victime, son épouse et trois enfants) familles élargie et proches non pris en comptes. Voyant ce que cela nous donne : 24000 x 05 = 120000. Un nombre superieur à la composante d’un tas de Parti,pourtant personne n’en parle, comme si la transfixiant question des personnes déportéesne concerne pas des algériens. Méme Ce farouk ksentini laudateur et pollueur des droits de l’homme, n’a pas jugé necessaire de recevoir les repesentants de ces victimes, Pourquoi? Et bien tout simplement parceque sa mission est de tenir le role du « Maestro » du tout va bien. En Attendant tant pis pour les veuves et les orphelins des personnes arrachées à la vie par un cancer du au radiation nucléaires. Quel plaisir de savoir que Dieu nous jugera un Jour, toutes et tous. ceux qui sont coupables et ceux qui sont complices par leur silence. Aidkoum Moubarek




    0
  • Congrès du Changement Démocratique