Édition du
30 March 2017

L’heure des justes viendra.

Par ADEL H.

Si j’ai appris une chose en fréquentant LQA, c’est bien celle-ci : il y a, dans tous les courants idéologiques et politiques qui traversent la société algérienne,  des hommes et des femmes sincères, qui aiment leur peuple et leur pays, intelligents, cultivés, doués d’esprit critique.

Quand je lis, par exemple, certains commentaires enflammés contre le FIS et les islamistes, je ne peux m’empêcher de penser à Maître Simozrag, homme sincère, profondément humain et d’une grande culture. Il défend le FIS et sa vision de la politique avec des arguments qui font appel à la raison et non en se basant sur une conception messianique de l’histoire. Ou encore Mohamed Jabara, qui ne ménage jamais ses efforts pour convaincre par le dialogue franc et sincère et non par l’invective.  Ils n’ont assurément rien à voir avec l’image de ces «émirs» islamistes barbus, habillés à l’afghane, agitant une kalachnikov et vociférant contre les mécréants de tout bord qui oseraient se mettre en travers de leur chemin.

Les anti-berbéristes qui ne voient dans les partisans de tamazight que des agents au service de l’ex-colonisateur, dont le but inavoué est de diviser l’Algérie pour mieux la dominer, lisent-ils les écrits de Radjef Saïd, Ammi Saïd, Bouyillès et Zéhira Houfani-Berfas, authentiques Kabyles profondément attachés à la langue et aux traditions de leurs ancêtres sans rien renier des autres composantes de notre identité?

Djamel-Eddine Benchenouf et Zineb Azzouz, dont les analyses pertinentes et fouillées nous enrichissent et nous éclairent, n’appartiennent-ils pas à ce courant moderniste authentiquement démocrate profondément imprégné de valeurs humanistes universelles?

Salah-Eddine Sidhoum, cet infatigable militant de terrain pour les droits de l’homme, admirateur de Ben Khedda et Ferhat Abbas, homme courageux s’il en fut, dont la vaste culture n’a d’égale que la rigueur dans la démarche critique vis-à-vis du système politique mis en place en 62, serait-il l’«intégriste» à abattre que certains nous montrent du doigt?

Abdelkader Dehbi et Brahim Younessi, dont la fibre patriotique et l’attachement aux valeurs du nationalisme qui ont permis la libération du pays les amènent souvent à défendre respectivement la mémoire de Boumédiène et de Ben Bella, apportent eux aussi leurs points de vue particuliers dans une langue raffinée et un exposé tout empreint de rigueur cartésienne.

Je n’oublierai pas notre frère Liès Asfour, qui, malgré les attaques dont il est parfois l’objet, revient toujours avec des paroles qui appellent au pardon et à la réconciliation, tout en nous éclairant par ses vastes connaissances historiques.

Je ne finirai pas sans saluer le courage et la probité intellectuelle du colonel Samraoui, dont la qualité d’ex-officier du DRS fait un témoin privilégié et crédible de la tragédie des années 90.

Je ne parlerai pas de notre admirable professeur Lahouari Addi , dont la notoriété est bien établie, car je veux parler des gens ordinaires.

Tous ces hommes et ces femmes, que je n’ai cités que pour l’exemple – et je m’excuse auprès de tous les autres qui font chaque jour de LQA la tribune des Algériennes et des Algériens libres qui refusent d’abdiquer face à l’incompétence, la médiocrité et l’arbitraire – sont en effet, pour la plupart, d’illustres inconnus dont l’homme de la rue n’a peut-être jamais entendu parler. Ces inconnus nous donnent assurément de l’espoir. Ils démontrent à tous ceux qui ne voient pas d’issue à l’impasse dans laquelle se trouve notre pays et qui ont peur de voir l’Algérie sombrer dans le chaos ou être de nouveau la victime d’une dictature théocratique plus féroce que celle que nous connaissons, que l’Algérie regorge d’esprits talentueux, sincères et amoureux de leur pays, prêts à construire une nation prospère et forte, malgré leurs différences d’opinion.

Ces hommes et ces femmes que le pouvoir en place étouffe et empêche de s’exprimer et d’agir librement au sein de la société, leur préférant ceux qui prônent l’extrémisme et qui se vouent une haine féroce, car c’est de cette haine qu’il tire sa force, se parlent et dialoguent à travers ce merveilleux support qu’est l’internet. Ils finiront par se reconnaître mutuellement comme Algériens authentiques et dignes successeurs de Massinissa, Jugurtha, Abdelkader, El Mokrani, Fadhma N’soumeur, Ben Badis, Ben M’hidi, Abane, Ferhat Abbas et tant d’autres illustres résistants qui ont œuvré sans relâche pour libérer notre terre et forger un avenir meilleur pour notre peuple.

L’histoire finira par balayer tous ceux qui ne veulent pas accepter de reconnaître leur échec et qui refusent de croire qu’il y a dans notre pays des homme et des femmes intelligents et dévoués à leur peuple, prêts à relever le défi pour faire de l’Algérie un pays où règne la justice et où tous les citoyens œuvrent dans la même direction, oubliant définitivement l’exclusion et la haine, le mépris et l’arbitraire, pour peu que le système politique soit basé sur la transparence et que la justice protège les simples citoyens contre l’arbitraire des puissants.

L’heure des justes viendra. Nous devons y croire et œuvrer sans relâche à les rassembler et à faire tomber les œillères qui les empêchent de se voir les uns les autres et de se reconnaître.


Nombre de lectures : 1757
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Zineb Azouz
    20 août 2010 at 17 h 50 min - Reply

    Cher frère Adel.H,

    En ce mois sacré, puisse Dieu exhausser ton vœu et ta soif de justice.

    Ton portrait de LQA, ta franchise, ta cordialité, ta netteté et ta sincérité nous fortifient, nous font chaud au cœur et nous encouragent surtout à rester auprès de LQA.

    Par ces temps où les affronts et les blasphèmes font la une dans les dialogues, je ne peux que saluer ta missive chargée de respect et d’espoir.

    Merci Monsieur Adel H.

    Cordialement et sincèrement,

    ZA




    0
  • Ammisaid
    21 août 2010 at 1 h 00 min - Reply

    Les fils de la Guerre et de l’Espoir

    Ils sont nés pendant la guerre
    Une guerre pour continuer à se servir
    De l’or noire, des euros et des dollars
    Une guerre terrible par son ardeur

    Une guerre qui avait instauré la terreur
    La terreur ayant pour visage la laideur
    La laideur d’un coeur hypocrite et pervers
    La laideur qui vient des ténébres de l’enfer

    Ils sont nés pendant la guerre
    La guerre qui avait semé le deuil et le malheur
    Dans les villages, les villes et les douars
    De ce pays qui avait refusé tout colonisateur
    Tout colonisateur qui avait voulu son deshonneur

    Car son peuple était doté de ces grandes valeurs
    Qui riment avec liberté et dignité ou mourir
    Mourir pour ne pas vivre comme serviteur
    Serviteur d’un autre que le vrai et l’unique seigneur
    Le seigneur de la terre, du ciel et de tout l’univers

    Ils sont nés durant la guerre
    Une guerre déclenché par des orgueilleux et des ignares
    Pour garder un trône fait du sang et de la chair
    Des Algériens justes, bons, dignes et sincères

    Ils sont nés durant la guerre
    Les petits fils d’un million et demi de martyres
    Qui s’étaient sacrifiés pour une Algérie libre
    Une Algérie digne, fraternelle, solidaire et propspére

    Ils sont nés durant la guerre
    Qu’avait fait les fils des moudjahidines al ahrar
    Ceux qui étaient morts en disant: Allah ou Akbar
    Ceux qui étaient morts pour votre honneur

    Ils sont nés durant la guerre
    La guerre entre frère et frère
    Vous étes nés durant cette guerre
    Que vous devez refusez à l’avenir

    Mais pour cela:

    Ouvrez vos coeurs
    N’ayez pas peur
    D’apprendre le savoir
    Qui offre les ailes de l’espoir

    Ouvrez vos coeurs
    Il recele une lumière
    Capable de transformer en or
    Un bout de fer ou une pierre

    Ouvrez vos coeurs
    Pour que vous puissiez voir
    Juste, vrai et clair
    Sur le chemin des ténébres et de l’erreur

    Ouvrez vos coeurs
    Sur vos visages un sourire
    Que jalousera la lune printanière
    Du fait de sa beauté douce et rare

    Ouvrez vos coeurs
    Soyez pieux et solidaires
    Ne soyez jamais serviteurs
    Des hypocrites et des menteurs

    Ouvrez vos coeurs
    Liberez votre génie créateur
    Mettez-le au servir de vos frères
    Pour construire un pays solide et fier

    Ouvrez vos coeurs
    Dans vos mains un métier ou un art
    Qui vous servira à faire
    Une oeuvre qui restera dans l’histoire

    Ouvrez vos coeurs
    Façonnez-vous un beau caractère
    Qui resistera nuit et jour
    A ceux qui rusent comme les renards

    Ouvrez vos coeurs
    N’acceptez jamais les tyrans et les dictateurs
    Ne gachez pas le présent et ses heures
    Car c’est eux qui éclaireront votre avenir

    Ouvrez vos coeurs
    N’écoutez pas ces savants ignares
    Qui vendent leurs âmes pour se nourrir
    Et qui ne cherchent qu’à satisfaire leurs désirs

    Ouvrez vos coeurs
    Travaillez dans la joie et le plaisir
    Soyez perseverant du matin au soir
    Pour ne pas vivre dans les regrets et les remords

    Ouvrez vos coeurs
    Vous êtes les dignes fils de ce peuple au grand coeur
    Qui doté d’une patience légendaire
    Et, qui avait terrassé de très puissants envahisseurs

    Merci frère Adel pour ce texte qui rime avec espoir. Un espoir que toutes ses forces vives de l’Algérie puisse un jour s’unir pour laver nos coeurs de la peur et du desépoir pour que nous puissions accéder, enfin, à la lumière.
    Fraternellement à toutes et à tous




    0
  • Ghani
    21 août 2010 at 11 h 07 min - Reply

    Merci Adel,

    C’est comme ca que devrait etre l’Algérie: plurielle et respectueuse. Si vous permettez, moi je vois beaucoup plusn notre notre chere Madame Houfani dans le « groupe » de Mme Azzouz et M. DB




    0
  • Samira Amni
    21 août 2010 at 11 h 33 min - Reply

    Je souhaite qu’il y ait beaucoup de « berbéristes » comme Radjef Saïd, Ammi Saïd et Houfani Zehira, beaucoup « d’intégristes » commme Sidhoum et Dehbi et beaucoup d’officiers DRS comme Samraoui et Haroune.
    Et moins de « démocrates » comme Sadi, Redha Malek et Khalida Messaoudi.
    Merci, camarade Adel pour votre papier.




    0
  • Mohamed Jabara
    21 août 2010 at 12 h 05 min - Reply

    @ Adel.

    Bonjour et saha ramdanek.

    Juste une petite précision puisque tu me classes dans le premier paragraphe relatif au FIS:

    Je n’appartiens pas au FIS? ni ne lui ai appartenu ni été adhérent à ses thèses, car pour moi si la religion doit gouverner la vie du musulman, elle ne peut faire partie de la lutte partisane car tous les partis pour moi sont investis par des musulmans et chacun d’eux à le devoir de veiller à appliquer les préceptes de l’Islam, entre autres, la justice et l’équité, la culture de la bonté, du savoir, du travail et le gout de l’effort, à combattre le mal d’ou qu’il vienne et la tyrannie, à dire toujours la vérité et à combattre le mensonge et l’erreur d’ou qu’elle vienne, à permettre à tous de s’exprimer et à discuter en employant toujours de meilleurs arguments et à éviter la polémique stérile. Ces partis que normalement investissent des musulmans ont le devoir de s’impégner de leur religion et d’en appliquer les règles dans leur vie courante et donc dans leur démarche à l’égard de la chose politique. Ils en endossent seuls la responsabilité et seul le peuple dans sa globalité à le devoir de les remettre en cause en cas de défaillance. Mais pour cela il doit jouir de la liberté d’expression et tout individu qui estime qu’il y a violation doit pouvoir l’exprimer sans craindre pour sa liberté ou sa sécurité, sous prétexte qu’il tient des propos qui troublent l’ordre public.

    Voila en somme ma vision des choses, tu vois qu’elle n’a rien de politique.

    Je te remercie tout de meme pour ton appréciation à mon égard, je pense que ton écrit vise juste à promouvoir la fraternité et la sincèrité au sein de LQA et à faire comprendre que l’insulte et l’invective ne sont pas viables et qu’il faut privilégier le dialogue, l’argumentation et un discours rassembleur qui puisse à terme nous permettre sinon d’unifier « l’opposition » du moins à « lui » faire sentir son inertie et sa division qui la rend totalement inutile en l’absence de champ d’action à investir. Ce champ d’action qu’elle ne peut réorganiser que si elle redevient forte par son union sur un minimum de points stratégiques à définir et qui lui serviront à réinvestir le champ politique et à avoir une crédibilité réelle auprès de la masse dont elle canalisera la force pour un changement salutaire.

    Saha ramdankoum.




    0
  • Adel
    21 août 2010 at 13 h 05 min - Reply

    @Mohamed Jabara

    Bonjour,

    Je te remercie pour ta précision.

    Je n’ai pas dit que tu étais militant ou sympathisant du FIS. Tu es certainement le musulman éclairé (de même que Maître Simozrag) dont on aimerait qu’il en existât beaucoup plus dans notre pays. Je me souviens que par le passé tu as eu maille à partir avec certains de nos amis qui ont, depuis, déserté le site (Yacine, Dziri Fahem) à cause de cette incompréhension.

    Mon article ne visait pas à faire une classification, mais à montrer, comme tu le rappelles avec justesse, que les étiquettes ne veulent rien dire et que des hommes et des femmes de valeur se trouvaient dans tous les courants politiques et toutes les tendances idéologiques. C’est la somme de toutes ces valeurs qui fait l’élite d’un pays.

    Au fait, je n’ai pas parlé de notre ami BRAHIM, qui s’est toujours ouvertement revendiqué comme athée, car il n’a pas donné signe de vie depuis longtemps. Je lui envoie mes sincères salutations.

    Amicalement




    0
  • SAID
    21 août 2010 at 13 h 15 min - Reply

    Ma chere samira amni,
    Le fait de cautionner l’arret du processus electoral par le rcd, ne fait pas de SADI un assassin ni un tortionnaire. Il a lui meme connu dans sa chaire les affres de la torture dans les geoles de ce pouvoir. Il a payé de sa personne, son engagement politique pour la démocratie pluraliste. Beaucoup de militants du RCD ont été assassinés par les integristes islamistes. On nous traitait de « koufars » en oubliant que nous sommes aussi des algeriens.
    Le rcd en tant que parti politique qui active dans la société – nonobstant sa taille – reste un parti d’Algeriens, constitué par des gens du peuple qui partagent ses idées.
    Le rcd a toujours dénoncé la torture et les exactions commises par le pouvoir.
    Le fait d’etre à l’APN ne fait pas du rcd un complice du pouvoir : c’est un choix politique qui n’engagent que ses militants et ceux qui ont voté pour lui.
    La démocratie, c’est le respect des idées de chacun.
    Rares sont les hommes qui ont les competences politiques et la capacité intellectuelle de SAID SADI.
    SAHA FTORKOUM




    0
  • Samira Amni
    21 août 2010 at 14 h 01 min - Reply

    Cher camarade Saïd
    Cela fait partie de l’histoire mais il est bon de rappeler des faits concrets infalsifiables.
    Le fait de cautionner l’arrêt du processus électoral ou pour être plus clair un coup d’Etat est un acte bassement anti-démocratique. Comment peut-on qualifier quelqu’un qui est utilisé par les dafistes comploteurs pour servir de vitrine politique avec d’autres bien sûr, pour couvrir ce coup d’Etat. Rappelez-vous du criminel CNSA. Pourquoi accepte-on de participer à des élections «entâchées de fraude» puis dire qu’on s’était trompé de société quand on se fait étaler dans son propre douar par un modeste Saïd Khelil ?
    Votre idole n’est pas le seul à avoir fait de la prison. Des milliers d’Algériens ont connu les geôles de Boumediene et Chadli pour leurs idées et n’ont jamais étalé ces faits sur la place publique. La prison pour ses opinions ne donne pas droit à un certificat de légitimité.
    Je n’ai jamais parlé des modestes et braves militants du RCD (j’étais une militante au temps de ma naïveté, voire une responsable) qu’on a trompé et dont certains ont payé de leur vie. Khalida doit me reconnaitre. J’étais l’une des seules à dévoiler au sein de mon ex-parti qu’elle n’avait pas son bac. Beaucoup d’entre eux ont déserté ce parti depuis. Tout comme je n’ai jamais dit que ce parti est constitué de mercenaires. J’ai ciblé des personnes bien précises. Donc évitez l’amalgame.
    Votre parti a dénoncé la torture de ses amis mais a applaudi quand des centaines d’algériens étaient torturés quotidiennement dans les commissariats et casernes, tout comme des dizaines de milliers d’autres étaient déportés dans les zones irradiées du sud dans les années 90.
    On peut tromper quelqu’un tout le temps mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps.
    Saha Ramdankoum.




    0
  • SAID
    22 août 2010 at 11 h 13 min - Reply

    ma chere samira

    Chacun recolte le fruit de ses actions.

    Le CNSA a été « l’enfant du fis ».

    Les algériens qui se font torturés dans les casernes et les commissariats sont le fait du pouvoir et non du rcd qui en est aussi sa victime : c’est vous qui en faite un amalgame en associant un parti qui a toujours denoncé ce pouvoir et les exactions de celui-ci en feingnant d’occulter la responsabilité des islamistes qui ont déclenché les hostilités contre toute la société (qualifiée d’impie) bien avant l’arret du processus electoral.
    et si le pouvoir a arreté le processus, ce n’est pas pour les beaux yeux du rcd, vous le savez trés bien : c’est pour proteger leurs interets.
    Pour « la vitrine », ceci est un choix du parti et ses militants qui croient en un changement par les elections (meme faussées et trafiquées). Si vous croyez en un changement « spontanée » ou par une prise de conscience de l’armée, libre à vous, attendez. Le rcd fait de l’apn une tribune pour s’exprimer et dénoncer ce pouvoir.
    Quant à khalida,benyounes et consorts, chaque parti a ses traitres, c’est ça la vie : ça existe meme chez les islamistes qui considerent que le MSP n’est pas suffisament « islamiste » parce qu’il est au pouvoir (chaque parti a sa stratégie politique et il n’y a pas d’enfants de choeur en politique !)
    mes salutations et sans rancune.
    saha ftorek




    0
  • Bladi
    22 août 2010 at 23 h 39 min - Reply

    @Said. On est bien en 2010??? Yaw fakou!!! RCDRS




    0
  • Congrès du Changement Démocratique