Édition du
25 March 2017

"C'est par la vérité qu'on apprend à connaître les hommes et non par les hommes qu'on connait la vérité" (Emir Abdelkader El Djazaïri)

RÉPONSES AU GÉNÉRAL MAJOR HOCINE BENMAÂLEM
Restituons fidèlement l’histoire

Par Ali Mebroukine (*), Le Soir d’Algérie, 23 août 2010
Dans un entretien accordé au Quotidien El Watan du jeudi 19 août 2010, l’ex-général major Hocine Benmâalem, qui fut le secrétaire particulier du colonel Amirouche, donne sa version de la Bleuite, émet quelques hypothèses sur les circonstances de la mort de l’ancien chef de la Wilaya III, étrille le colonel Ali Kafi et soutient que la séquestration des ossements des colonels Amirouche et Si Haouès avait été ordonnée par le président Houari Boumediène. Reprenons chacun de ces quatre éléments.
Sur la Bleuite
Que les conditions de vie dans les maquis de la Wilaya III où l’ex-général major n’a passé qu’une partie de sa période de mobilisation, aient été rudes, implacables, personne ne le nie. Que l’historien doive en tirer argument pour sous-estimer l’ampleur des purges ordonnées (quelque 3 000 moudjahidine en firent les frais) n’est pas acceptable. On peut, à la rigueur, mettre sur le compte de bavures, faute d’expérience et d’informations corroborées les premiers actes de violence commis à l’égard de recrues ayant rallié dans des conditions floues les maquis de la Wilaya III. Et encore se pose toujours la question de savoir de quel crime étaientils coupables. Mais lorsque l’épuration prend la forme d’une organisation bureaucratique, rationnelle et hiérarchisée destinée à décapiter le fleuron de la Wilaya III, sans se préoccuper ni de la présomption d’innocence ni de l’existence de preuves, voire de simples présomptions, on ne peut plus parler ni d’erreurs ni de fautes commises de bonne foi. C’est trop facile. Certes, il y avait à la décharge du colonel Amirouche la circonstance que les services secrets français avaient ciblé la Wilaya III, concentrant sur elle l’essentiel de leurs moyens psychologiques, afin de pouvoir déstabiliser son commandement et de garantir l’efficacité de la stratégie de guerre conçue par le général Challe qui avait succédé au général Salan, en 1958 et reçu mandat du général de Gaulle de réduire à néant toute résistance de l’ALN dans les maquis de l’intérieur. Le général major Hocine Benmâalem soutient que «pendant la guerre, on gagne des batailles, on en perd d’autres, l’important c’est de gagner la guerre et nous l’avons gagnée». Non, mon général. Les purges pratiquées dans la Wilaya III ne sont pas assimilables à une bataille livrée à l’ennemi. C’est une bataille que des Algériens peu éclairés et circonvenus par les services secrets français (dont personne, à l’époque, n’avait cherché à mettre au jour les ignobles procédés) ont menée contre d’autres Algériens, recourant, pour ce faire, à la torture, à toutes sortes de traitements humiliants et dégradants ainsi qu’aux exécutions extrajudiciaires. Il a dû exister des agents doubles en Wilaya III, comme il en a existé en Wilaya IV (il s’agissait des deux wilayas les plus redoutées par l’armée coloniale) et ce phénomène est caractéristique de toutes les guerres. Mais rien qui ne justifiât des purges sanglantes et indiscriminées. Quant au colonel Amirouche, plutôt que de verser des larmes de chagrin devant l’hécatombe humaine qu’il avait lui-même ordonnée, que n’avait-il mis un terme au massacre (personne ne pouvait discuter ni ses ordres ni ses contre-ordres). Que n’avait-il adopté des sanctions, au besoin draconiennes, à l’encontre des suspects qui leur eussent au moins préservé la vie. Que n’avait-il instruit les membres des funestes commissions d’examen des cas litigieux de procéder à des investigations séreuses, de confronter les accusés à leurs délateurs, de permettre l’exercice des droits de la défense, perverties complètement au demeurant par de sinistres parodies de procès dans lesquelles les avocats commis d’office recommandaient l’application de la peine capitale contre leurs clients. Tout cela, le colonel Amirouche pouvait l’empêcher. Hélas, le sang d’innocents a coulé en pure perte. Et même si l’on devait concéder au colonel Amirouche le bénéfice de la bonne foi, le seul fait qu’il ait donné un chèque en blanc à des hommes comme Ahcène Mahiouz, vient démonter, a contrario, qu’il n’était pas le grand chef militaire, que même l’historiographie officielle accrédite et que sa manière de défausse sur des commissions d’examen dans lesquelles siégeaient de véritables criminels de guerre ne constitue guère pour lui un titre de gloire. Lorsque l’on apprend, par ailleurs, que le colonel Amirouche avait exprimé sa stupéfaction aux autres chefs de wilayate qu’il n’y eût pas d’agents doubles chez eux et les avait exhortés à redoubler de vigilance pour démasquer les traitres, on peut se demander, si à un moment ou à un autre, le patron de la Wilaya III n’a pas été atteint d’une psychose de persécution lui faisant voir des ennemis de l’Algérie à chaque recoin d’un bosquet. Le général Benmâalem déclare que les fautes commises l’ont été pour servir la révolution. Curieuse façon de servir la révolution que de chercher à éliminer ses meilleurs enfants. Du reste, que cela plaise ou non, le général Challe avait pris toute la mesure de la vulnérabilité croissante de la Wilaya III à travers les purges dont elle était le siège. Ce sont ces purges qui ont affaibli la Wilaya III et rendu possible le succès de l’ensemble des opérations militaires menées par le général Challe, au point où celui-ci avait demandé à être reçu par le général de Gaulle, fin 1959, pour lui faire admettre l’idée, mais en vain, il est vrai, qu’il existait désormais une solution militaire à l’ensemble du problème algérien. Par conséquent, à rebours de la thèse du général Benmâalem, la Wilaya III n’a ni gagné la bataille contre les services de l’action psychologique du capitaine Léger, supervisée par le redoutable colonel Godard, ni la guerre contre le général Challe qui avait éradiqué, après le succès de l’opération Jumelles, toute la résistance des wilayate de l’intérieur. L’Algérie a arraché son indépendance sur le plan politique, paradoxalement au moment où militairement toutes les wilayas étaient défaites, cependant que l’armée des frontières dirigée par un homme d’exception se structurait et se renforçait dans la perspective de l’indépendance. Il y a excès d’honneur à soutenir que l’Algérie a remporté une victoire militaire sur la France, mais il n’y a nul excès d’indignité à rappeler simplement les faits et à restituer les événements tragiques de cette période de notre histoire dans une trame objective et sereine.
Les circonstances de la mort du colonel Amirouche
A la suite de S. Sadi, de N. Aït Hamouda et de moi-même (j’avais évoqué ces circonstances avant le président du RCD et avant le fils du colonel Amirouche), le général major Benmâalem s’interroge, à son tour, sur le point de savoir si les colonels Amirouche et Si Haouès sont tombés sur leur chemin vers Tunis sur une patrouille de routine de l’armée française qui tenait fermement la zone adjacente au djebel Thameur ou si ce sont des éléments de l’ALN (mais lesquels ?) qui ont communiqué aux services français l’itinéraire des deux chefs militaires, ce qui donnait tout loisir à ceux-ci d’organiser une embuscade qui aurait mobilisé au minimum 2 000 hommes, selon les historiens. Le général major Benmâalem n’exclut a priori aucune hypothèse, mais renvoie avec un scrupule qui l’honore aux archives de la guerre de libération, aujourd’hui détenues en France mais auxquelles aucun historien (algérien, français ou autre) ne peut accéder, à cause de l’opposition, probablement fondée, du Service historique de l’Armée de terre (SHAT). Quoi qu’il en soit, le colonel Amirouche était plein de dépit à l’endroit du GPRA, incapable à ses yeux de pourvoir à l’acheminement des armes à partir des territoires frontaliers de l’est et de l’ouest. Pis, le colonel Amirouche reprochait au GPRA d’avoir décidé cyniquement d’abandonner à leur sort l’ensemble des wilayate de l’intérieur et de vouloir revigorer son action diplomatique internationale dans la perspective de négociations directes avec l’Etat français ; le GPRA escomptait ainsi en tirer de substantiels dividendes en se succédant à luimême dans une Algérie devenue indépendante. C’est au regard des griefs récurrents et violents que le colonel Amirouche (mais également les colonels Si Haouès, Si M’hamed et Hadj Lakhdar) adresse au GPRA (et non pas à l’état-major des frontières, qui n’existe pas à ce moment-là) qu’il est paradoxal d’entendre le Dr Sadi voler au secours du GPRA qu’il présente comme l’institution la plus légitime de la révolution. C’est bien pour présenter ses doléances au GPRA que le colonel Amirouche prend le chemin de Tunis. C’est bien de la politique du fait accompli, du statu quo et de l’abandon militaire des combattants de l’intérieur par le GPRA dont s’indigne le patron de la Wilaya III, cependant qu’il est plus que probable que certains membres du GPRA subodoraient (c’est une litote) que le colonel Amirouche ne parviendrait pas jusqu’à Tunis. Au sein du GPRA, il y avait nombre d’éléments qui appelaient de leurs vœux la disparition de toute trace de l’intérieur et entendaient lever l’hypothèque que constituaient les wilayate dans la course au pouvoir. En quoi une institution qui percevait avec une hantise non dissimulée la reviviscence, — pourtant illusoire —des wilayate de l’intérieur, au point de s’acharner à la détruire, pouvait être plus légitime que l’armée des frontières ? En tout cas, on ne peut sans incohérence défendre la mémoire du colonel Amirouche et porter au pinacle une institution qu’il avait combattue sans relâche. Il faut toujours prendre garde lorsque l’on entreprend de réécrire l’histoire de ne pas se tirer une balle dans le pied.
Sur le colonel Ali Kafi
En lisant les réponses du général Benmâalem sur les propos sarcastiques tenus par le colonel Kafi sur le colonel Amirouche (qui peut croire un instant qu’un brave comme Amirouche eût pu trembler dans sa djellaba devant qui que ce soit, tant cet homme ignorait le danger et ne redoutait pas la mort ?), il est heureux de voir à quel point l’ancien président du HCE est honni par la classe politique, y compris de la part de ses segments les plus neutres. Ses nombreux dérapages verbaux et ses écrits révisionnistes (dans lesquels transparaît une berbérophobie crasse) ne plaident guère en sa faveur. Après avoir voué aux gémonies le père fondateur de l’Etat algérien, Abane Ramdane, dont on ne peut pas dire qu’il fut son maître car Abane n’eût jamais accepté que l’ancien chef de la Wilaya II pût être son élève, le voici qui s’en prend, il y a quelques mois, au président H. Boumediène, le père de la nation algérienne indépendante. A quel titre, le colonel Kafi peut-il évaluer le bilan de H. Boumediène ? Positifs ou non, le colonel Kafi est bien le dernier à pouvoir s’autoriser une appréciation sur les états de service de celui qui voulait faire de l’Algérie le Japon de l’Afrique.
Sur la séquestration des ossements des colonels Amirouche et Si Haouès
Sans l’ombre d’une preuve, sans le moindre souci d’objectivité, le général major Hocine Benmâalem accuse le président Boumediène d’avoir ordonné la séquestration des ossements des deux colonels dans les sous-sols du MDN. Il est étrange que le GM Benmâalem n’ait pas cru utile de questionner à ce sujet le général major Mustapha Cheloufi. Ce grand commis de l’Etat qui a accompli un parcours sans faute à la tête de la Gendarmerie nationale, puis du MDN, enfin de la Commission de la défense nationale du Conseil de la Nation l’aurait assuré que le président Boumediène n’est absolument pour rien dans la séquestration des ossements des colonels Amirouche et Si Haouès. Il faut très mal connaître le président Boumediène pour l’imaginer capable d’une telle ignominie. Le président Boumediène n’avait strictement aucune idée de l’endroit où étaient enterrés les corps des deux valeureux colonels; il ne s’y était jamais intéressé. On peut sans doute le lui reprocher, comme on peut lui faire grief de ne pas avoir honoré la mémoire de ces deux héros. Mais, pour le président Boumediène, il n’y avait eu qu’un seul héros pendant la révolution, c’était le peuple algérien. C’est au nom de ce peuple qu’il a cherché à imposer un modèle de construction de l’Etat destiné à faire de la société algérienne une nation homogène et soudée, fière de sa résistance au colonialisme et se projetant avec assurance et confiance dans un futur chargé de défis. Il n’avait pas la prétention, à quelques encablures de l’indépendance, de la réconcilier avec l’histoire algérienne ramenée aux dimensions du mouvement national et de la guerre de Libération nationale, car cette histoire lui paraissait chargée de trop de tragédies personnelles, d’affrontements fratricides, de querelles de légitimité pour être exhumée sans bénéfice d’inventaire à une jeunesse en quête de repères pour l’avenir plus que d’une connaissance dépassionnée de sa propre histoire. Pour lui, le moment viendrait où les historiens retrouveraient leur juste place dans la restitution d’événements dont la signification et la portée restent à ce jour controversées. Le seul fait que 50 ans après l’indépendance, les autorités françaises n’aient toujours pas autorisé la déclassification des archives militaires sensibles montre à l’envi que le temps du politique n’est pas celui de l’historien. Tout vient à point à qui sait attendre et l’histoire est en train de s’écrire lentement mais sûrement, hélas au moment où l’immense majorité de nos jeunes ne s’intéressent ni au passé ni même au présent de leur pays, préférant porter un regard plein de fascination autant que d’illusion sur l’étranger lointain. Le général major Hocine Benmâalem qualifie le comportement de H. Boumediène d’inadmissible et avoue avoir été choqué lorsqu’il a appris la nouvelle de la séquestration des ossements des deux colonels. Qu’il sache que le président Boumediène, qu’il n’a pas eu le privilège de côtoyer ni de servir, était un grand homme d’Etat (peut-être trop grand pour le peuple algérien), incapable de bassesses et de mesquineries, s’agissant pour le surplus de valeureux combattants tombés au champ d’honneur ; à l’inverse, l’homme que lui, Hocine Benmâalem, a accompagné, 13 années durant, au plus haut niveau de l’Etat, a projeté le pays dans un puits sans fond où il se débat encore à ce jour. Grâce devrait être rendue à Dieu par l’un et par l’autre qu’il ne leur soit pas demandé de comptes sur la gestion chaotique du pays, une gestion que n’auraient certainement bénie ni le colonel Amirouche ni notre référence historique commune, Ramdane Abane.
A. M.
* Professeur d’université
alimebroukine@yahoo.com


Nombre de lectures : 6425
13 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • smih
    23 août 2010 at 17 h 38 min - Reply

    votre defense du colonnel dictateur est excessive et parler d’un homme d’etat me parrait une vraix illusion vous qui voulait nous enseigner l’histoire ,si on sort juste un pied de cet endoctrinement et ce culte de la personnalité.




    0
  • rachclou
    23 août 2010 at 20 h 10 min - Reply

    Salam to all
    BOUKHAROUBA Trop grand pour le peuple algérien  »
    le père de la nation algérienne indépendante  » elle est bien bonne celle là !!! culotter quand même ce mebroukine.
    Mon Dieu si ce Monsieur est Professeur d’université c’est épouvantable nous sommes foutus




    0
  • TOTO
    23 août 2010 at 22 h 09 min - Reply

    On ne peut pas imaginer un seul instant que quelqu’un puisse déterrer les corps de deux colonnels célébres et les cacher au ministére de la défense sans le consentement de boumedienne. Aussi, Renier la responsabilité de boumedienne dans cette affaire reléve simplement d’un grossier mensonge. Et ça se dit historien. C’est trés grave.




    0
  • zapata
    23 août 2010 at 23 h 36 min - Reply

    boumèdiene un homme froid,prudent,intilligent,organisateur,gènèreux mais exigeant,autoritaire..nationaliste..un homme qui possèdait une vision politiquiemment il n’est pas tout à fait à la donner la chance au algèriens d’ètudier..l’essntiel est un homme qui à oser et nul n’est parfait.




    0
  • Ammisaid
    24 août 2010 at 3 h 34 min - Reply

    La vérité n’accepte d’usurper l’indépendance d’un peuple.
    La vérité n’accepte de brimer, de castrer, de terroriser, d’emprisonner, de voler, de torturer…tout un peuple en toute impunité et sans pitié.
    La vérité n’empêche pas la clarté de se diffuser dans un pays où le soleil est célèbre pour la puissance de sa luminosité.
    La vérité ne protège pas les criminels et n’accepte pas de pourchasser ceux qui réclament la légalité, la justice et la liberté.
    La vérité n’autorise pas les voleurs à dilapider, gaspiller et jeter les richesses d’un peuple qui en a tellement besoin pour éradiquer l’illettrisme, l’ignorance, les maladies, le chômage, les milliers de maux de la société…et la pauvreté.
    La vérité n’admet pas que des hommes malades, orgueilleux, pervers, hypocrites, lâches…déshumanisés de régner sur des hommes et femmes qui aiment leur pays d’un amour sincère et de toute beauté.
    La vérité ne s’utilise pas les armes, les couteaux, les haches, les serviteurs zélés et formatés, les promesses imaginées, les discours enflammés et sans intérêts, les bombes…pour exister et s’imposer.
    La vérité ne se prostitue pas pour devenir général, ministre, député, sénateur, responsable d’un poste bien rémunéré…elle reste digne et juste dans les moments de guerre et dans la paix.
    La vérité n’a de compte qu’à celui qui l’a crée.
    La vérité ne s’habille pas du manteau de la mauvaise fierté, de la richesse imméritée, des grades obtenus par la trahison et la félonie, des titres usurpés ou achetés, de la gloire et de la noblesse que le coeur est incapable de porter…Elle n’a pas besoin de vivre dans les hauteurs pour qu’elle soit reconnue et respectée.
    La vérité ne défend pas l’erreur, l’ignorance, la ruse, la perversité, l’hypocrisie…pour passer inaperçue ou pour vivre dans l’impunité.
    La vérité ne fait pas de coup d’état pour régner, n’affame pas un peuple pour perdurer, ne s’associe pas à la racaille pour vivre en sécurité et ne vend pas sa dignité et celle de ses fils et filles pour voyager ou être invitée à l’étranger.
    La vérité rime avec liberté
    La vérité rime avec bonté
    La vérité rime avec humilité
    La vérité rime avec fraternité
    La vérité rime avec légalité
    La vérité rime avec solidarité
    La vérité rime avec clarté
    La vérité rime avec sérénité
    La vérité rime avec générosité
    La vérité rime charité
    La vérité rime humanité
    La vérité rime dignité
    La vérité rime avec honorabilité
    La vérité rime avec sincérité
    La vérité rime avec piété
    La vérité rime avec pitié
    La vérité rime simplicité
    La vérité rime avec…vérité
    Celui qui avait fait le premier coup d’état a échoué, le suivant aussi…jusqu’à ceux d’aujourd’hui. Ils ne sont qu’un mauvais vent pour notre pays, ils sont passés ils ont tout emporté, sciemment tout emporté.
    Construire une fausse histoire à une vraie histoire n’est pas une vérité. Wa Allah ou A3lam
    fraternellement




    0
  • SAID
    24 août 2010 at 10 h 58 min - Reply

    Franchement, pour un « professeur » , ce n’est pas du tout une analyse mais un simple « rot » pour s’attaquer encore au livre de SADI, à defaut d’argument logiques et censés.
    M.Benmaalem par son temoignage vous a donné l’occasion de deverser encore votre haine à l’égard d’un homme que toute l’algerie, de meme que la france coloniale, reconnaisse comme un vrai héros de la lutte de liberation nationale ! Quel talent ! et vous encensez Boumediene et l’armée des frontières qui se préparaient à prendre le pouvoir aprés 62 !
    Hélas ! avec des profs de votre niveau, on ne peut pas esperer des lumières à la sortie de nos universités.




    0
  • amrouche
    24 août 2010 at 20 h 20 min - Reply

    Le situation de l’algérie montre sans ambiguité le bilan négatif de la politique de Boumediene. Il ne s’agit pas de dire s’il est bon ou mauvais et si on est pour ou contre lui: il s’agit de regarder les choses en face, voir la réalité du vécu des algériens malgré les potentialités énormes du pays pour constater l’échec qui est dû en premier à l’incompétence de Boumediene et de ceux qui l’on remplacé.
    J’étais un admirateur de Boumediene quand j’étais au Lycée et même à l’université. C’était l’époque où je croyais aux slogans. Je constate aujourd’hui qu’il n’a pas livré la marchandise. Dire qu’il y a un seul héros c’est le peuple c’est nier le sacrifice des hommes qui ont libéré le pays et cracher sur leur tombe. C’est quoi un peuple qui ne reconnait pas ses héros, ses symboles, son histoire et qui n’en est pas fier? du bétail.




    0
  • radjef said
    25 août 2010 at 10 h 50 min - Reply

    Bonjour tout le monde. Pauvre université algérienne!




    0
  • Abdel
    25 août 2010 at 12 h 09 min - Reply

    Pour quelqu’un qui a fait beacoup de chose pour l’Algérie, la seule chose que l’on retiendra de lui c’est probablement tous les Anciens de l’armée française et ainsi que tous les voleurs qu’il a laissé rentrer dans le giron du pouvoir…..
    Resultat l’Algérie à fait un pas …. un saut en Arrière.
    Les mêmes qui nous dirigeaient il y a 45 ans sont toujours là …..
    Pauvre Algérie……..




    0
  • thirga
    25 août 2010 at 19 h 20 min - Reply

    Libre à toi d’aduler ton maitre, rien absolument rien ne t’autorise à insulter le Peuple Algerien. Ton statut d’esclave de celui qui a détourné la souveraineté nationale au profit d’autres pouvoirs, s’affirme au grand jour par ton “trop grand pour le peuple algerien”. Idolatrer un criminel qui n’a meme pas le courage de garder son nom de famille te situe dans la catégorie des bas-fonds des Universités.
    Ce n’est pas le génie de ton imposteur qui a fait croire à un relatif bonheur du peuple algerien ou à sa prospérité dans les années 60 et 70, c’est le sacrifice de ce Peuple et le respect qui en a résulté de par le monde. Ton imposteur est l’assassin de grands hommes comme Krim, Khider, Medeghri et la liste est longue. Si Kafi a raison de dire qu’il est la catastrophe de l’Algerie. A voir les crimes commis contre les leaders de la révolution après l’indépendance, on ne peut plus douter de sa traitrise envers les Abane, Lotfi, Amirouche, El-Houas, Bouguera et bien d’autres. Que peut-on attendre d’un infiltré des services egytptiens chez Boussouf à Nador?




    0
  • tayeb
    27 août 2010 at 14 h 53 min - Reply

    Je voulais quand même informer mes compatriotes que j’ai envoyé un message au Prof. Mebroukine il y a 10 jours en lui exprimant mon avis et en critiquant aussi son analyse qui, de mon point de vue était trop Boumédienniste et d’une façon aveugle. Le choix économique surtout que feu-Boumédienne avait fait était le plus mauvais de mon point de vue. Le Professeur DEBERNIS de Grenoble que je connais bien était l’inventeur : des industries industrialisantes et avec lequel j’avais eu plusieurs débats et à qui j’ai démontré que pour vous l’Algérie mon cher pays n’était qu’un laboratoire d’essai. Le résultat on le connait aujourd’hui… des milliards de Milliards évaporés, 3 ou 4 générations ont subit le dictat et avec la SM qui terrorisait les gens etc… Personnellement je souhaite oublier cette période néfaste avec ses dictateurs que certains aveugles voire « illéttrés » vénèrent à ce jour. Ils ont surement bénéficié de cette période sur plusieurs plans.
    J’avais invité Monsieur le Professeur de l’université d’ALGER à venir à Grenoble pour nous donner une conférence sur ce thème et ainsi on aura l’occasion d’échanger nos points de vue pour faire avancer les choses. Et on le recevra avec plaisir parce que j’aime recevoir mes compatriotes. Mai hélàs ce Mr le Professeur ne m’a pas répondu du TOUT.
    Ne serait-ce que par politesse à un collègue Professeur à l’Université de Grenoble.

    Tayeb
    Prof. Géosciences
    Université de Grenoble




    0
  • abdelkader wahrani el-arabi
    11 septembre 2010 at 12 h 34 min - Reply

    en 1959.hassen mahyouz dit la torture avait fourni a amirouche plus de trois mille condamnation a mort,trois mille jeunes gens dont presque tous avaient au moins leur certificat d´etudes. mahyouz devenu grand inquisiteur fi torturer et exécuter plusieurs milliers de jeunes gens la terreur etait telle que personne n´avait confiance en son voisin. il suffisait que le nom d´un moudjahid soit prononcé par deux ou trois hommes interrogés pour qu´il soit lui meme inculpé et interrogé a son tour. la torture de hassen mahyouz. l´homme nu avait les pieds et les mains liés et réunis par une corde que l´on accrochait a une branche le corps en arc de cercle etait ensuite hissé a cinquante centimetres du sol puis chargé de quarante ou cinquante kilos de pierre.mahyouz plaçait ensuite sous le corps oscillant un kanoun empli de braises sur lesquelles un moudjahid versait de l´eau froide. l´homme, les muscle brisés,les os craquants, respirait cette vapeur brulante qui attaquait soit le visage et les poumons, soit le bas-ventre.personne n´y résistait. des moudjahidines pensérent au suicide. d´autres , parmi les jeunes qu´un certificat d´etudes ou un diplome plus important rendait d´emblée suspects, furent sauvés par quelques cadres courageux qui commençaient a se rendre compte du vent de folie sanguinaire qui soufflait sur la wilaya III . saada le bachelier. secrétaire d´achouramen zougoughen de azazga dut la vie sauve au chef de la zone 3, le capitaine si abdellah. celui-ci, ami de sa famille, le muta secrètement en zone 2. a partir d´aujourd´hui, lui conseilla-t-il tu ne sais plus lire ni écrire. comme ca tu as des chances d´en réchapper.(allah yarham) les innocents de la bleuite (wilaya 3) gloires a nos valeureux martyres. merci




    0
    • amdjahedh amjtouh
      19 mars 2012 at 19 h 36 min - Reply

      Ya si wahrani el-arabi.
      Si tu crois en tout se que raconte ce soit disant doctor sur si Amirouche et si Ahcene Mahiouz que dieu le tout puissant ait leurs âmes, tu crois en n’importe quoi. Si ces deux Hommes sont encore vivants, notre Algérie ne sera pas polluée et entre les mains de ces successifs usurpateurs depuis 1962. Les hommes de cet acabit,sincères, honnêtes, francs et ne reculant devant personne- l’Algérie en a besoin de beaucoup- pour la nettoyer des déchets qui nous gouvernent et de tous leurs suppôts. Eux, que Dieu leur réserve son vaste paradis ont non seulement fait leur devoir, pour avoir donner tout ce qu’ils avaient pour l’Algérie mais en plus de cela ils ont le culot d’être de vrais révolutionnaires car pour ta gouverne une révolution ne se fait pas avec des gants blancs. Je remercie Dieu, pour avoir eu la chance du haut de mes 5ans de les avoir connus. Vive l’Algérie, vive nos chouhadas et abas tous les khoubathas.




      0

    Congrès du Changement Démocratique