Édition du
22 July 2017

Débaptisation d’un cem à El Harrach Dahmane El Harrachi à la place de Malika Gaïd

El Watan, 23 août 2010

C’est un homme en colère qui nous contactés hier au siège de la rédaction pour nous dire son indignation et son incompréhension.

Cet homme s’appelle Gaïd Tahar, ancien moudjahid, ancien ambassadeur, écrivain, islamologue. Il nous a fait part de sa perplexité devant un fait qui l’a complètement abasourdi.  «A El Harrach, on a débaptisé un cem qui portait le nom de la moudjahida Malika Gaïd, pour lui substituer celui du chanteur Dahmane El Harrachi. Ce n’est pas parce que Malika est ma sœur que je suis outré par un tel acte, car Malika appartient au patrimoine national. Elle a incarné le sacrifice suprême et elle est tombée au champ d’honneur.»
Visiblement affecté, Tahar Gaïd, qui a alerté les autorités compétentes, dont le ministre des Moudjahidine, a encore été davantage touché devant la «passivité» criante de ces instances. On ne sait si cette pratique obéit à une quelconque volonté politique ? Il y a quelques mois, la population guelmie, consternée, assistait impuissante à la débaptisation de la rue des frères Rahabi, héros de la Révolution. Il y a quelques jours, les autorités avaient décidé de donner une autre dénomination à la Faculté d’Alger, devenue «Université d’Alger 1» au même titre que celle de Bouzaréah et de Dély Ibrahim.

L’université d’Alger, qui portait le nom de l’illustre Benyoucef Benkhedda, portera désormais un numéro. Qu’adviendra-t-il de Benkhedda, qui méritait bien cet hommage et qui se trouve enfoui dans les entrailles de l’oubli. Une seconde mort pour le second président du Gouvernement provisoire de la Révolution algérienne…


Nombre de lectures : 4260
13 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • bert
    23 août 2010 at 17 h 37 min - Reply

    bonjour,pauvre ALGERIE, tu es la seule terre au monde qui n’a jamais retrouvé une vrai indépendance et ceci depuis le bing bang. Ces voyous pensent qu’en debaptisant tous les édifices qui portent des noms des vrais maquisards morts pour ce pays, le peuple va les oublié. Pour eux la vraie culture c’est la danse et la chanson. Ou sont passé nos vrais historiens pour commencer à écrire l’histoire de notre pays, car ces voyous veulent que ça soit eux qui restent dans cette l’histoire et en bien.




    0
  • Alilou
    23 août 2010 at 17 h 42 min - Reply

    On chasse le ridicule, il revient au galop.

    Ne soyez pas etonné par pareille chose tout est possible chez nous ou la mediocrité a surclassé le savoir.

    Avec tout le respect je j’ai pour Dahmane, mais la …

    Monsieur votre soeur comme vous le dites est patrimoine national, dans le coeur de tous les algeriens libres qui se respectent, elle n’a pas besoin d’un lycee pour mettre a l’abris son grand sacrifice, Dieu lui a octroyé un vaste paradis parmit les siens , les proches.

    Ceux des bassesses terrestres, ne comprennent pas ce que veux dire sacrifier sa jeune vie (24 ans) pour que nous tous aujourd’hui vivions vieux.

    Aujourd’hui des jeunes de son ages sont plus preoccupés par qui chante quoi et comment et comment je dois m’habiller demain que par le sacrifice et le surpassement de soi.

    Alors mon cher Frere, votre soeur est dans nos coeur et elle occupe une grande place dans la veritable histoire.

    Mes salutations

    Alilou




    0
  • jila
    23 août 2010 at 19 h 47 min - Reply

    @M. T. GAID, vers 1985,votre peine s’atténuera par le fait que vous constaterez combien elle est partagée
    j’ai eu l’extrême plaisir de lire votre livre »dictionnaire de l’islam » que vous aviez dédié à votre défunte Malika(Qu’Allah l’agrée dans son vaste paradis)et où vous citiez une phrase que j’ai eu à plusieurs reprises le bonheur d’utiliser, »on ne juge pas de la valeur d’une religion par la pratique de ses adeptes »
    en mathématiques, l’équivalence logique pourrait être, »les décideurs déterminent l’idéologie »
    Notre prophète(psssl)nous apprend « que celui qui est dépourvu de décence, qu’il fasse ce que bon lui semble »
    Ben’mhidi disait (Qu’Allah l’agrée dans son vaste paradis) »Lorsque nous serons libres,il se passera des choses terribles.On oubliera toutes les souffrances de notre peuple pour se disputer les places.Ce sera la lutte pour le pouvoir.Nous sommes en pleine guerre et certains y pensent déjà… Oui j’aimerais mourir au combat avant la fin. »
    Fellag a dit qu’en Algérie, quand on atteignait le fond, on creusait encore!
    et dire que le fond n’est même pas atteint!!!!
    inna lillah wa inna iléiyhi raji3oune




    0
  • citoyen
    24 août 2010 at 1 h 15 min - Reply

    l algeristan.c fait .




    0
  • still
    24 août 2010 at 2 h 00 min - Reply

    Les partis politiques coalisés et leurs parlementaires devraient questionner le gouvernement à ce sujet.
    Mais nous sommes dans une autre situation:
    Ces concubines du pouvoir illégitime et leur progéniture ne peuvent pas cracher dans la soupe…
    Ils finiront un jour par adopter la loi sur « les bienfaits de la colonisation». Nous célébrons déjà depuis « l’indépendance » la colonisation: le 5 juillet, jour du debarquement de l’armée française a Sidi Fredj.




    0
  • saltana
    24 août 2010 at 11 h 02 min - Reply

    et dire que ce pouvoir illigitime est composé de « moudjahidine » hacha lillah , car les vrais vous diront que sont des « moudjerrimine » qui ont tuer tous ce qui est beau et sacré dans mon pays.




    0
  • D B
    24 août 2010 at 12 h 22 min - Reply

    C’est très bien d’honorer Dahmane. Mais pourquoi déshonorer Malika? Je suis sûr que cela aurait révolté Dahmane lui-même. Pourquoi n’avoir pas donné son nom à un nouvel établissement, à une nouvelle université, à un musée, un théatre ?
    Débaptiser un établissement, et effacer le nom qu’il portait sur son fronton, et dans la mémoire de ceux qui l’ont fréquenté ou connu, procède d’une volonté délibérée de déshonorer une mémoire, et d’humilier les proches de notre chère compatriote, qui a donné sa vie pour nous.
    Il faut chercher à savoir qui a décidé de cela. Il faut absolument le savoir. Je suis sûr que cela va nous révéler un lourd secret. Parce que, au prétexte d’honorer un artiste, qui n’était même pas d’El Harrach par ailleurs, la personne qui a initié cette véritable forfaiture, a cherché à tuer Malika Gaïd pour la deuxième fois. Mais cette fois-ci, on a voulu l’éliminer de la mémoire même de ses compatriotes. POURQUOI ? qui se cache derrière ce crime ? Derrière ces crimes ? Quelle est donc cette rancune contre les plus purs d’entre nos frères et nos soeurs, qui pousse ainsi celui qu’elle ronge, à vouloir tuer les chouhadas ?




    0
  • lafin
    24 août 2010 at 16 h 25 min - Reply

    il aurait du le rebaptiser au nom de madjer ou beloumi, au moins ils auraient eu le soutien des lecteurs de echourouq qui fait l’opinion en ce moment.
    le meilleur reste a venir
    les tenants du pouvoir ne s’en iront pas avant qu’ils n’emmenent l’Algerie avec eux. apres eux le déluge.




    0
  • Alilou
    24 août 2010 at 19 h 47 min - Reply

    Par ce geste on essaye surtout d’effacer pas la memoire d’une martyre, mais supprimer tout ce qui peut de pres ou de loin inciter un groupe a s’identifier, comme les anciens de Malika Gaid ou anciens de Abane ramdane et tout autre possibilté de creer meme des groupuscules. Il emmiettes tout ce qui est possible d’etre rassembler sous un quelconque pretexte.

    Car la memoiore de nos martyres ca ils ne peuvent pas nous l’effacer de notre cerveau et grace a DIEU la 8 eme merveille du monde (INTERNET) ca ils n’ont pas le dessus sur lui … aussi

    Ca sent le roussi pour eux, alors ils usent de tous les subterfuges.

    La verité est comme l’huile d’olive, on a beau la brasser avec de L,eau de n’importe quelle sorte, elle finit avec le temps par revenir a la surface, jaillir comme les rayons du soleile.

    Ils se croient vraiment malin ou ils nous prennent tous pour des c….




    0
  • hoggar
    25 août 2010 at 7 h 15 min - Reply

    Massacrer toute une frange du peuple n’était pas suffisant pour ces sanginaires alors maintenant ils s’attaquent à sa mémoire et qu’elle mémoire!!!
    Ils veulent le dépouiller de sa dignité car ses monstres ont perdu la leur il y’a fort longtemps.Ils ne réussirant pas!
    Allah yarham koul achouhadas.




    0
  • cherifi
    25 août 2010 at 19 h 25 min - Reply

    Cette nouvelle débaptisation de certaines structures scolaires et,autres,publiques rentre dans le cadre du passage de la légitimité historique qui a mis le pays à genoux vers le légitimité populaire qui commence,au moins,par rendre à nos intellectuels(les) ce qui leur a été oté par lers analphabètes.Oui,l’université de Bab-Ezzouar doit etre débaptisée et portée le nom d’un intellectuel(le) au lieu de H.Boumédiene qui n’a rien à voir l’instruction,la culture et l’université. Il faut débaptiser l’université de Batna et à la place de El hadj Lakhdar on mettra H.Ben Sai.




    0
  • badr-eddine
    27 août 2010 at 3 h 34 min - Reply

    cher ami tahar rien d’étonant dans ce pays;voyez qui gere(des ministres qui n’ont ni c.v.ni ossatures et encore moin le carisme)cette pauvre ALGERIE comme une répudiée.
    ou sont les mouloud nait belkacem, yazid,benyahia,boudjellab,ait chaalal,aberkane et les noms sont longs. ya toumi,benbouzid , temar, khalil , zerhouni de quoi jeuner toute sa vie . tahia djazair ridjal ou naswane comme dis la chanson




    0
  • Samia
    1 septembre 2010 at 3 h 46 min - Reply

    Monsieur, votre soeur kqu’allah yarhamha a sacrifié sa modeste vie et sa jeunesse pour un pays si merveilleux. Soyez et restez fier tête levée, cette belle dame, Malika a offert son nom à mon lycée à Sétif je lui dois le respect et beaucoup d’amour pour son parcours historique.
    Pour Malika Gaid je dis non à la débaptisation de ce collège je dis non aux remplacement des identités dédiées aux martyrs, laissez-les reposer en paix donnez leur l’espoir de vivre les années qu’ils nous ont offert par leur vies, ne leur ôtez pas la chance d’exister dans nos mémoires. C’est quoi un nom comparé à une vie donnée?
    Chére Malika Gaid femme tu as été et femme tu resteras gravée dans nos mémoires et nos coeurs je combattrais comme tu as fais pour moi et les 40 millions d’habitants d’Algérie pour que ton nom soit éternel et indélébile dans le coeur de tout Algérien.
    Tu m’as offerts la paix je t’offre modestement l’éternel reconnaissance.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique