Édition du
25 March 2017

Meurtre de l'opposant Ali Mecili : non-lieu pour un diplomate algérien

Le point.fr

Publié le 31/08/2010 à 14:44 AFP

La cour d’appel de Paris a accordé mardi un non-lieu au diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, mis en examen puis témoin assisté dans l’enquête sur l’assassinat à Paris en 1987 de l’opposant Ali Mecili, a-t-on appris auprès de son avocat, Me Jean-Louis Pelletier.

La cour d’appel de Paris a accordé mardi un non-lieu au diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, mis en examen puis témoin assisté dans l’enquête sur l’assassinat à Paris en 1987 de l’opposant Ali Mecili, a-t-on appris auprès de son avocat, Me Jean-Louis Pelletier.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris était saisie d’une demande de non-lieu du diplomate dans cette affaire qui empoisonne les relations franco-algériennes depuis 2008.

« La chambre de l’instruction a accordé un non-lieu à M. Hasseni, il n’est plus concerné par cette affaire », a déclaré à l’AFP Me Pelletier à la sortie du délibéré.

Plus de vingt ans après l’assassinat de l’avocat algérien dans le centre de Paris, cette affaire avait connu un rebondissement avec l’interpellation à Marseille, le 14 août 2008, de M. Hasseni, chef du protocole du ministère algérien des Affaires étrangères.

Visé par un mandat d’arrêt international, M. Hasseni, qui se dit depuis son interpellation victime d’une homonymie, était désigné par un ancien officier des services secrets algériens, Mohamed Samraoui, réfugié en Allemagne, comme le commanditaire de l’assassinat d’Ali Mecili, avocat de 47 ans exilé en France depuis 1965.

Le diplomate avait été mis en examen pour complicité d’assassinat et placé sous un contrôle judiciaire qui lui a un temps imposé de rester en France.

Mais M. Samraoui est en partie revenu sur ses déclarations lors d’une confrontation avec M. Hasseni organisée le 4 juin 2009 par visio-conférence.

Les juges chargés de l’enquête avaient finalement placé fin mars M. Hasseni sous le statut de témoin assisté et non plus de mis en examen en raison de l’insuffisance des charges pesant contre lui.

Le ministère algérien des Affaires étrangères avait convoqué début avril l’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, pour lui faire part « de la grande surprise et de la profonde préoccupation » d’Alger à la suite du refus des juges français d’accorder le non-lieu au diplomate algérien.


Nombre de lectures : 2086
17 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Hamma
    31 août 2010 at 17 h 27 min - Reply

    Quoi de plus surprenant? Il fallait s’y attendre!Intérêts d’états oblige, la mafia politoco-militaro-financière a encore de beaux jours devant elle.

    A la famille Mecili et toutes les familles de victimes de mêmes actes, nous prions Allah de rendre justice.

    Fraternellement.

    Salam.




    0
  • AS
    31 août 2010 at 17 h 31 min - Reply

    Ben Barka, Mecili… business as usual !

    si tu enquetes tu remontes aux commanditaires francais… qui pour proteger leur ouailles au maghreb n’hesites pas a exterminer 250 000 civils




    0
  • Salim Saddik
    31 août 2010 at 19 h 33 min - Reply

    Au delà des intérêts qui sont en jeu, et vu que le seul témoins de l’accusation s’était rétracté, la décision n’était que prévisible!
    Maintenant que l’instruction de cette affaire est close, j’espère que les langues vont se délier et qu’on aura les révélations promises par certains !




    0
  • Hamma
    31 août 2010 at 19 h 45 min - Reply

    Il est clair qu’en ce qui concerne le présumé coupable (Hasseni), l’affaire est close à moins d’éléments nouveaux qui puissent relancer l’affaire et aboutir à une autre inculpation suivie d’un mandat d’arrêt international (pour l’éthique).

    Mais ce qui est certain, c’est que ce dossier ne sera jamais clos tant que la famille et les amis de Mecili continueront le combat au nom de la vérité et de la justice.

    Pour ma part, je dirai à tous ceux qui continuent à débattre sur les déclarations du colonel Samraoui depuis le début de l’affaire, que la vérité se fera un jour, non seulement sur le meurtre de Ali Mecili, mais sur tous ceux qui avaient l’Algérie à coeur.

    Faut-il encore débattre sur les premières affirmations du colonel Samraoui sur la culpabilité de Hasseni, le reconnaissant comme étant l’un des commanditaires, puis du revirement des ses déclarations à la confrontation vidéo avec Hasseni?

    Moi, je dis non. Même si je continues à porter mon soutien tant à la famille Mecili qu’au colonel Samraoui.

    J’ajouterai contrairement à certains frères et soeurs internautes: que je ne pense pas que la justice Française ait été influée par les dernières déclarations du colonel Samraoui mettant en doute ou donnant 50-50 la culpabilite ou non de Hasseni, le faisant ainsi passer de présumé coupable à présumé innocent. Non, je penses que cette justice à l’image de tant d’autres justices dont la nôtre obéi à un ordre bien établi par tous ceux qui détiennent le pouvoir et ont peur d’êrte un jour des « justiciables ».

    Alors, peut importe que Hasseni ait bénéficié d’un non-lieu par la faute ou pas du colonel Samraoui. Ce qui importe le plus, c’est de continuer le combat de Mecili.

    Fraternellement.

    Salam.




    0
  • Idir16
    31 août 2010 at 21 h 16 min - Reply

    ce non lieu était non seulement attendu mais logique.

    Il met fin à une instruction menée en violation du droit français puisque le bénéfice de la présomption d’innocence avait, dès le départ, été refusé au diplomate algérien, de même qu’il y avait eu un scandaleux renversement de la charge de la preuve puisqu’il lui avait été demandé de prouver son innocence, alors que c’était à l’accusation d’apporter la preuve de sa culpabilité, ce qu’elle fut incapable de faire en plus de deux ans.

    Ne pas accorder le non lieu, à ce stade de l’instruction, aurait relevé d’une grotesque parodie de justice et exposait la France, déjà condamnée pour discrimination raciale récemment, à être stigmatisée par les instances internationales pour les violations du droit interne et international car dire que la procédure a été équitable serait mentir.

    Alors que ceux qui contestent cette décision de justice, pourtant parfaitement normale même si elle a tardé à être rendue, se rappelle l’ensemble des faits marquants de cette affaire. Ils se rendront compte que l’innocence du diplomate algérien relevait de l’évidence, au moment même où le seul témoin à charge désignait une autre personne que lui au journaliste de Mediapart, à partir de là son témoignage, tout autant que sa crédibilité, ont pris du plomb dans l’aile.

    C




    0
  • citoyen
    31 août 2010 at 21 h 22 min - Reply

    irham rebbi mr mecilli.




    0
  • Ammisaid
    31 août 2010 at 22 h 46 min - Reply

    Ils tiennent les morts par la gorge. Ils serrent, ils serrent de peur de les entendre dire: pourquoi tu m’as mon frère ? Pourquoi tu m’as enlevé à ma famille ? Pourquoi tu acceptes d’entendre les cris de souffrance et de deuil de ma famille, de ma femme, des petits enfants et de ma mère ?
    Je n’ai rien fait de mal, tu le sais mon frère qui a tiré des balles mortelles sur mon corps, tu le sais et le commanditaire de ma mort le sais aussi mon frère.
    Vous le savez tous du général major, celui qui vit dans l’ombre et qui tire les ficelles au journaliste qui a vendu son âme et qui essaye de faire taire la vérité.
    Où est votre honneur mes frères, les assassins de mes rêves et de mes désirs: mon désir que vous puissiez vivre comme des hommes sincères, des hommes d’honneur et des hommes qui servent leur pays comme l’avaient servi nos valeurs martyres ?
    Les hommes qui ont sacrifié leurs vies pour que le peuple Algérien accède à la dignité, à la liberté et la justice réelles.
    Vous m’avez tué, froidement tué par un homme indigne de ma mort et vous êtes assis sur la justice comme la dalle qui est posée sur mon squelette pour interdire à la vérité de vous juger et de juger tous ceux qui ont trahi l’Algérie pour manger une nourriture sale et amère et pour vivre une gloire impure et éphémère, qui ne vaut même pas un dinar actuel.
    Réveillez-vous avant que cela soit trop tard. Ceux que vous servez ne sont pas des hommes sincères, ils ne sont pas comme les martyres, ils aiment le pouvoir mais ils n’aiment faire des efforts, ils s’amusent, ils jouissent comme des bêtes sauvages, ils ont oublié les lois de votre seigneur et ils ne croient pas aux affres de la tombe et au feu de l’enfer. Réveillez-vous, vous n’êtes pas obligé de les suivre, ils ne connaissent pas le chemin de la justice, de la vérité et de vos valeurs ancestrales, leurs ventres, leurs orgueils et leurs sexes ont remplacé leurs coeurs, leurs raisons et leurs consciences pour toujours, ils ne pourront plus revenir en arriere, ils ont emmeneront le maximum de gens qui vont les croire.
    Réveillez-vous, vous êtes les dignes fils de la liberté et de la dignité, osez leur dire: non, non, nous n’accepterons plus de trahir notre pays et le peuple qui nous a mis au monde et qui nous a aidé à grandir.
    Réveillez-vous et unissez-vous avec toutes celles et tous ceux qui veulent arrêter la fitna, la haine, les guerres, la corruption, les injustices…et mettez-vous à construire une autre Algérie. Celle où tous nos enfants et vos enfants seront libres, dignes, fraternels, solidaires et honorables aux yeux du monde et de l’univers.
    Avant ma mort, il y avait des frères qui ont été assassinés par d’autres frères et après ma mort, il y avait des centaines de milliers qui ont été massacrés pour que vos chefs (toujours les mêmes) continuent à voler vos richesses en vous assurant qu’ils agissaient et qu’ils agissent dans l’intérêt général. Arrêtez de les croire, ils ne sont que des traîtres, des pervers et des menteurs. Mon assassin, je le connais, je l’attends, ma patience est telle qu’elle durera autant que durera le mensonge. Saha ramdhankoum.
    Fraternellement




    0
  • A.By
    1 septembre 2010 at 7 h 20 min - Reply

    Il n’y aurait rien de plus fiable en ce bas monde qu’un homme (ou une secte) auquel on peut acheter sa loyauté comptant.
    Le plan de « relance » économique algérien d’ici 2015 est évalué à 286 milliard US, ce qui veut dire environ 30 milliards de commissions en dessous de la table.
    Aucune justice ne peut résister à un tel pactole, excepté celle de Dieu !




    0
  • Taous
    1 septembre 2010 at 13 h 20 min - Reply

    Je me suis livrée à une petite rétrospective des affirmations de M. Samraoui , en sa qualité de témoin à charge, et ce petit exercice est des plus édifiants sur les « fluctuations » du personnage.

    – le 28 août 2008 :

    A la question d’un journal:  » les autorités algériennes ont-elles pu fabriquer une fausse identité à Mohamed Ziane Hassani ? »

    Réponse de M. Samraoui : » c’est fort possible et faisable…il fallait vérifier d’abord le parcours de ce diplomate et ce travail préliminaire n’a pas été fait d’une manière acceptable… – (Réaction du journaliste: par les services français? -c’est mon avis car je ne pense pas qu’il aurait pu faire preuve d’un amateurisme aussi primaire, mais on ne sait pas ce qui s’est passé. »

    – le 13 septembre 2008:

    « j´ai côtoyé Hassani pendant trois ans lorsqu´il avait effectué un cours passage au sein des services … »

    – 28 aout 2008:

     » Au début de l’été 1987, le directeur de la Sécurité militaire de Constantine m’a convoqué. Dans son bureau, je trouve quelqu’un, ce prétendu Rachid Hassani que je ne connaissais pas auparavant. Il m’a dit de l’accompagner pour une mission. Je suis allé avec lui à Skikda. Là, on s’est dirigé vers l’hôtel Es-Salem où étaient cachés Amellou et sa concubine. .

    – 11 septembre 2008:

     » Alors chiche, que le journaleux de service nous dise quel est le nom de cette personne ; ou mieux encore que cette personne se manifeste et le doute est levé et j´accepterai volontiers d´être considéré comme un menteur. ».

    Cette personne avait été identifiée.

    – le 18 octobre 2008:  » nécessaire de remettre les pendules… que j´avais bien affirmé que « J´APPORTERAI LA PREUVE PAR A+B que Hassani est bel et bien impliqué dans l´assassinat de feu Mecili en avril 1987».

    – le 24 août 2008 :

    « je ne crois pas qu’il y a méprise. On veut dissimuler la véritable identité de Rachid Hassani», a-t-il assuré, précisant avoir à sa disposition «d’autres éléments qui [l’] incitent à croire qu’il s’agit du véritable Hassani». Mais ces éléments, il les réserve à la justice française…».

    -le 01/09/2008: « J’ai vu les photos. Le doute n’est plus permis »… ».

    -le 03/09/2008 :« on ne peut jamais être sûr à 100%. Je suis à la disposition de la justice pour une confrontation. J’ai expliqué que j’ai besoin de poser seulement trois ou quatre questions» à M. Hasseni, pour pouvoir établir avec certitude qu’il s’agit bien de la même personne.

    – le 8 septembre 2008: désignant une toute autre personne que la première désignée:

    « Il a perdu de ses cheveux, mais c’est lui, c’est lui, pas de doute… Même de dos, je l’ai connu…il n’y a pas de doute…” Je l’ai connu une seul fois en 87″ Je l’ai connu lorsqu’il était venu rendre visite à Amelou qui a été caché, dissimulé à Skikda et c’est à ce moment là que je l’ai vu de mes propres yeux. J’étais présent, donc je peux témoigner… Je n’ai pas inventé cette histoire des 80 millions si ce n’était pas Monsieur Hassani qui me l’avait dit…”.

    Que l’on juge.




    0
  • Samraoui
    1 septembre 2010 at 19 h 28 min - Reply

    @ Warrior,

    Quel est ce pouvoir qui m´autorise à dicter à la justice francaise ce qu´elle doit faire ou pas ?
    Je n´ai pas le droit de commenter une décision de justice, je peux seulement dire que si le dossier est momentanément clos c´est qu´elle a jugé les charges insuffisantes.
    Pour votre information, concernant Hassani, j´avais communiqué au juge les noms de toutes les personnes qui l´auraient reconnu. C´était peu être insuffisant pour inculper un présumé innocent. Et puis soyons honnête, après la confrontation du 4 juin 2009 et sans entrer dans les détails, j´ai préféré nuancer mon accusation (non pas à cause des pressions exercées par le DRS mais par peur d´incriminer peut être un innocent, car ne l´oublions pas je n´ai plus revu Rachid Hassani depuis plus de vingt ans). En droit le doute profite à l´accusé.
    La « raison d´état » a peut être aussi prévalu dans cette affaire car je note que l´assassin et les commanditaires bénéficient d´une totale impunité en Algérie ; que la justice algérienne n´a pas donné suite à la commission rogatoire ; que des responsables francais n´ont pas été auditionnés ; idem pour Larbi Belkheir qui se trouvait dans un établissement hospitalier en France avant d´être rapatrier en extrême urgence.
    Je termine avec une citation de F. Nietzsche : « il est impossible d´enseigner la vérité, là où la manière de penser est basse » ; surtout que plus mes moyens ne me permettent pas de lutter à armes égales avec le DRS. Mais comme l´a dit si bien un internaute, heureusement qu´il y a la justice de Dieu, qui elle est implacable.
    Quoi qu´il en soit, même si la justice n´a pas pu remonter jusqu´aux véritables commanditaires de cet odieux assassinat, et même si une certaine presse aux ordres ne s´est pas ménagée pour tirer à boulets rouges sur « l´accusateur », je retiendrai néanmoins deux enseignements :
    – La preuve a été apportée que c´est bien le pouvoir qui a assassiné un de ses valeureux enfants. Et par voie de conséquence cette affaire a permis aux algériens de mieux connaître la nature du régime en place depuis l´indépendance.
    – Les « intouchables » ont tremblé et savent désormais ce qui les attend lorsqu´ils quittent l´Algérie.

    Pour la seconde question, je ne pense pas de Karim Moulay soit au courant de l´affaire, puisqu´il affirme avoir été recruté en tant qu´agent en 1987, mais il se peut que je me trompe.
    Quant à sa crédibilité, je préfère ne pas m´exprimer là-dessus, la vérité finira toujours par triompher.
    L´aspect positif dans ses témoignages est le repentir qu´il manifeste ouvertement après avoir participé à des crimes et admis certaines bassesses. Je le considère davantage comme une victime du système.
    Il faut encourager tous les cadres du DRS à prendre conscience des dangers qui guettent le pays, à se désolidariser des crimes de leurs responsables, et à les dénoncer publiquement tout en demandant pardon aux familles des victimes. C´est à ce prix que nous nous débarrassons de nos démons et que nous pourrons envisager une véritable réconciliation.

    Tout en saluant le courage de Karim Moulay, et excusez ma franchise, je ne peux pas avoir de sympathie pour un dissident qui fréquente son ancien employeur, qui entretient des relations avec les représentations diplomatiques ou qui se vend au plus offrant.
    Etant élevé à l´école du militantisme, du sacrifice et de l´amour de la patrie, je considère que l´honneur et la dignité n´ont pas de prix.

    @ Taous,

    On voit bien l´intérêt que vous portez à Samraoui, il doit hanter vos nuits n´est ce pas ?
    Un peu de sérieux à présent ; connaissez vous des consuls qui cherchent à entrer en contact avec un déserteur en lui envoyant leur carte de visite et son numéro de téléphone privé?
    Vous en voulez d´autres ?

    Wassalam




    0
  • brahmi16
    1 septembre 2010 at 19 h 41 min - Reply

    Triste monde ou la realpolitique(l’execrable raison d’ état) et la justice piétinent sans etat d ‘ame, les fondements mème de la morale la plus élémentaire. Allez faire confiance à la justice!!!!Mais alors si ce n est pas MOHAMED ZIANE HASSENI , c’ est forcemment quelqu ‘un qui est connu du diplomate et par les autorites Algeriennes .POUrqUoi N’ EST Il PaS DENOnCE?et amellOU pOURqUoI N’ EST IL PAS INQUIéTé?




    0
  • Alilou
    1 septembre 2010 at 20 h 50 min - Reply

    Salut,

    Après la lecture de pas mal de post et surtout celui de Taous et du colonel Samraoui, je retiens quelque chose, c’est que si nous voulons réellement le salut pour notre nation, celui-ci ne viendrai pas si 2 variables ne sont seront pas réunis,

    La première devrait venir des derniers hommes honnêtes qui sont prisonniers du travail qu’ils font pour la DRS, s’ils sont capables de virer de bord et de dénoncer leurs bourreaux et la seconde pas la moindre reviendrait au peuple de leur accorder le pardon dans le cas de repentance sincère suivit d’actes concrets avec preuves à l’appuis pour dénoncer les vrais bourreaux.

    Il est plus temps que jamais d’agir maintenant que les medias sont braqués sur cette affaire et faire plus de tintamarre pour en ameuter d’autres journalistes vrais, d’investigation pour aller au fond des choses et ne pas laisser cette affaire retourner aux oubliettes…

    Dieu reconnaitra les siens…

    Je rajouterai ceci (Quand je regarde notre monde de 6.8 Milliards d’âmes et à nos 35 millions et regarder en profondeur, j’ai vu que le sort de tout ce beau monde dépend d’un si petit nombre de décideurs) je comprends aujourd’hui pourquoi DIEU les jugera à part et pour tout l’or du monde je ne voudrai être l’un d’eux.

    Saha Ftourkoum

    Je continu de fumer en attendant l’aube…




    0
  • Hubert
    1 septembre 2010 at 21 h 40 min - Reply

    Je viens de voir Mme Mecili à France 24, la politique est vraiment secondaire, j’ai vu une femme digne et cherchant la vérité, alors bien sûr les relations état – état sont toujours compliquées et surtout peu conformes à la morale. Mais je souhaite à Mme Mecili de trouver l’assassin de son mari et qu’il soit jugé et condamné par une justice, fusse-t’elle divine.

    Fraternellement,
    Salam.




    0
  • Arezki Nait Amar
    1 septembre 2010 at 22 h 26 min - Reply

    @ Mohamed Samraoui

    Merçi cher frère pour ces précisions qui sont à mon avis capitales pour la suite des événements car la cour d’appel tout en prononçant hier un non-lieu en faveur de Mr Mohamed Ziane Hasseni,a toutefois ordonné la poursuite de l’information judiciaire pour faire la lumière sur l’assassinat d’Ali Mecili.
    On a libéré l’innocent , c’est bien ,c’est à l’honneur de la justice française,mais pourquoi on ne réclame pas le vrai coupable du côté nord de la rive et qu’on ne prend pas l’initiative de le livrer du côté sud de la rive?Le monde entier sait que le coupable vit confortablement en Algérie en toute liberté et sécurité,probablement ,selon mon intuition,dans un bungalow du club des pins !
    Le pouvoir algérien qui s’est rendu célèbre par ses crimes contre l’humanité dans le monde se range comme par hasard du côté du droit et de la justice pour un seul de ses citoyens accusé à tort d’un crime par un pays étranger alors que des centaines de milliers d’Algériens résidant à l’étranger sont quotidiennement humiliés,frappés,torturés et croupissent dans des cellules nauséabondes et infectes dans de nombreux pays à travers le monde dont les USA avec leur fameux Goulag de Guantanamo !Le pouvoir politico-militaire algérien qui vit de la rente pétrolière conjoncturellement favorable à lui vu la hausse du baril ces dernières années fait chanter les pays occidentaux sur la passation des gros marchés :Ces marchés sont généreusement attribués aux amis de l’oligarchie c’est à dire à tous ceux qui ferment les yeux sur tout ce qui se passe d’anormal en Algérie !
    L’argent avilit l’homme et le rend quelquefois inférieur à bien des égards à l’animal même !




    0
  • Mohis
    2 septembre 2010 at 0 h 33 min - Reply

    @ Samraoui,

    votre interprétation du dénouement de l’affaire Hasseni n’est pas la bonne:

    le dossier n’est pas momentanément clos, il l’est définitivement pour ce qui le concerne et non pas en raison de l’insuffisance de charges mais de l’inexistence totale de ces dernières.

    Vous étiez le seul témoin à charge et je ne reviendrai pas sur toutes les péripéties de ces deux dernières années, elles sont suffisament connues.

    Au final, vous n’avez pas apporté les preuves maintes fois promises.

    A cela s’ajoute un aspect crucial: les tests en écriture et en ADN se sont révélés négatifs. Hasseni a été en mesure de prouver sa filiation: il est du sud algérien et pas chaoui comme Rachid Hassani, le cousin de H. Aboud.

    Par contre, et c’est tant mieux, la procédure va se poursuivre pour ce qui est de l’affaire Mecili et l’ensemble des acteurs, vous y compris, auront à s’expliquer sur leur implication.

    Dieu, sabhanou, a reconnu les siens.




    0
  • Nazim
    2 septembre 2010 at 0 h 49 min - Reply

    En cette fin de Ramadhan 1431, la vie (et surtout la mort) réunit trois noms. Le premier est celui de Ali Mecili (avocat et opposant politique) assassiné à Paris il y a 23 ans et dont la famille continue vainement à réclamer justice ici-bas. Le deuxième est celui de Mohamed Ziane Hasseni (diplomate anonyme et occasionnellement «assassin homonyme») qui pourra enfin fêter l’Aïd en famille après avoir été injustement retenu pendant prés de 2 années à l’étranger (va-t-il demander justice au pays des «droits de l’homme»?). Le troisième est celui de Mohamed Samraoui (officier des services secrets, refugié politique en Allemagne) et qui est le plus à plaindre des trois car si le premier (rentré dans la grande Histoire) peut attendre tranquillement ses meurtriers et la vraie justice dans l’au-delà et si le deuxième peut continuer à vaquer tranquillement à ses occupations terrestres (au gré des missions et des petites histoires), le troisième est sans doute le plus atteint dans cette affaire. Dans cette histoire, notre colonel s’est fait avoir comme un bleu. Cependant et à sa décharge, il faut avouer que face aux impitoyables sanguinaires qu’il a en face (et qu’il connait bien) et à moins d’être totalement suicidaire ou atteint d’un idéalisme maladif aveugle, la seule solution est encore de se coucher devant l’adversaire. J’ose espérer mon Colonel qu’il ne s’agit la que d’un geste tactique et qu’ils n’ont pas eu raison de votre sens de l’honnêteté et de la justice et que bientôt on entendra de nouveau parler de vous et de votre ténacité, car l’Algérie des hommes justes et honnêtes a besoin de tous ses enfants pour écrire son Histoire.




    0
  • brahmi16
    2 septembre 2010 at 1 h 57 min - Reply

    @AREZKI NAIT AMAR.Votre commentaire pertinent est d ‘une parfaite lucidité. c est effroyable ce que je vais dire mais j ‘ajouterais que l ‘on cotoie et l’ on croise tous les jours dans nos rues des centaines de criminels qui vaquent sereinement a leurs occupations.Tous ont sur la conscience des dizaines de victimes.ils se sont reconvertis, qui en parfait père de famille, qui en chef d’ entreprise ,etc .Parfaitement pieux,ranges et n’ ayant aucun remord. Ils ont toujours le droit de vie et de mort sur tous les algeriens,de vrais mutants,Dieu sauvez nous.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique