Édition du
25 July 2017

URGENT : disparition du citoyen Koulal Salah

Nous venons d’apprendre par la voie de son avocat contacté par le département des droits de l’Homme de notre Coordination que le citoyen Koulal Salah, fellah, demeurant dans la localité d’Ouled Aïssa (Boumerdès) a été arrêté en fin de matinée du 05 septembre 2010 à un barrage fixe de la gendarmerie à l’entrée de la ville de Baghlia, près de Dellys (Boumerdés), alors qu’il circulait à bord de son véhicule accompagné de ses deux filles en bas âge (3 et 5 ans). Il a été immédiatement emmené à la brigade de gendarmerie de Sidi Daoud. Ses deux filles ont été laissées dans le véhicule de leur père immobilisé devant le barrage et sous un soleil de plomb. C’est le frère de Salah qui, informé des faits, alla récupérer les enfants.

Sa famille a pu le localiser dans un premier temps à la brigade de gendarmerie de Sidi Daoud où elle a pu lui rendre visite.

Le 8 septembre 2010, soit trois jours après son arrestation, sa famille qui s’était à nouveau déplacée pour le voir a été informée qu’il avait été transféré à la brigade de gendarmerie de Dellys. Grande fut sa surprise d’entendre les gendarmes de Dellys affirmer que Salah n’était pas chez eux.

Toutes les démarches entreprises par son frère pour le localiser (brigades de gendarmerie et tribunal de Dellys) se sont soldées par une fin de non  recevoir.

Selon toujours son avocat, il en est à son énième arrestation. La dernière remonte à l’année dernière, où après son arrestation, il fut acquitté par la justice, comme les fois précédentes. A chaque fois il est accusé de soutien aux groupes armés de la région.

Depuis le 5 septembre après-midi date où il a été vu pour la dernière fois à la brigade de Gendarmerie de Sidi Daoud, Mr Koulal Salah est porté disparu.

Département des Droits de l’Homme.

Coordination de l’Appel du 19 mars 2009


Nombre de lectures : 2023
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • che guevara
    14 septembre 2010 at 19 h 29 min - Reply

    Mais qui aurait la cruauté de laisser deux enfants dans un vehicule sous un soleil de plomb,apres leur avoir enlevé leur père ?Plus monstrueux que ça tu meurs. Les limites de l’ horreur et de l’ abomination sont toujours repoussées en Algerie.la rancoeur et la haine envers la population s’ est banalisée.




    0
  • samaritain
    14 septembre 2010 at 21 h 31 min - Reply

    Allons! allons! Vous Voulez certainement accusé Notre « Cher » et « Noble » Gendarmerie de la disparition de ce Citoyen !? Voyons !




    0
  • Arezki Nait Amar
    14 septembre 2010 at 22 h 16 min - Reply

    Dans un système où les trois pouvoirs,l’executif,le judiciaire et le législatif sont confondus ,tous les abus sont permis.Dans cette confusion générale , Le gendarme,le policier ou le cadre du DRS se met dans la tête qu’il a le droit de vie et de mort sur le citoyen.D’où toutes sortes de dépassements , de bavures et de crimes dont se sont rendus auteurs certains agents des services de sécurité.




    0
  • alilou
    14 septembre 2010 at 22 h 44 min - Reply

    c’est la meilleure facon de pousser les gens a devenir ce qu’ils sont aujourd’hui.

    Facile de fabriquer des terroristes, l’injustice est la pour accomplir la sale besoigne du pouvoir.

    Ca comfirme reellement ce que j’avais deja posté, cette derniere devrait etre au service du citoyen et non contre lui…

    Pour quand le 21.12.2012…en attendant le fume mon thé…




    0
  • citoyen
    15 septembre 2010 at 0 h 37 min - Reply

    bien vu smaritain allons voyons rentre ds les locaux tu verras le froid……………….BRRRRRRRRR.




    0
  • Guerriere de la lumière
    15 septembre 2010 at 13 h 39 min - Reply

    Je prie le Bon Dieu, qu’il ne soit pas mort sous la torture, comme cela arrive souvent et ne rejoindra pas l’un des nombreux charniers (fosses communes)comme citoyen anonyme et grossira la liste fatidique et maudite des disparus.

    J’ai vraiment de la peine pour sa famille et
    j’imagine le traumatisme que ces deux enfants ont du avoir!

    Quand est ce que ce cauchemar s’arrêtera?

    J’ose espérer qu’on est dans le faux et qu’on aura bientôt de ses nouvelles et qu’il retournera consoler sa famille et surtout ses deux bouts de choux!




    0
  • Rédaction
    15 septembre 2010 at 15 h 23 min - Reply

    OUF ! Nous sommes rassurés par Ksentini, le grand protecteur des droits de l’homme algérien : Salah Koulal réapparaitra le 17 septembre !!

    ====================================

    Le Temps d’Algérie 15 septembre 2010

    Il aurait disparu après son arrestation par les gendarmes

    «L’affaire Koullal a certainement un rapport avec le terrorisme»

    Le Collectif des familles de disparus (CFDA) et SOS Disparus ont diffusé hier un appel conjoint informant l’opinion de la disparition du nommé Salah Koullal depuis son arrestation, le 5 septembre 2010, par des gendarmes à Baghlia (Boumerdès). Me Farouk Ksentini se veut serein sur cette affaire, considérant que «l’Etat ne fait pas disparaître les individus».

    Selon les informations communiquées par sa famille, Salah Koullal, marié et père de trois filles, résidant dans la commune de Ouled Aïssa, dans la wilaya de Boumerdès, a disparu le 5 septembre 2010 alors qu’il était détenu dans les locaux de la gendarmerie de Sidi Daoud.

    Ce jour-là, précise le communiqué, vers 11h, Salah Koullal s’était rendu à Baghlia, accompagné de ses deux filles, à bord d’une camionnette pour acheter à ses filles des vêtements pour l’Aïd. Arrivé au barrage de Baghlia, les gendarmes lui auraient signifié qu’ils avaient reçu l’ordre de l’arrêter.

    Koullal est alors emmené à la gendarmerie de Sidi Daoud et ses deux filles, âgées de 5 et 3 ans, sont restées au barrage. Au siège de la brigade de gendarmerie, Salah Koullal a été autorisé à donner un coup de fil.

    Il a alors appelé son frère pour l’informer de son arrestation et lui a demandé d’aller chercher ses filles au barrage de Baghlia. Dans l’après-midi, la mère et le frère de Salah Koullal se sont rendus à la gendarmerie de Sidi Daoud et ont pu le voir et lui parler.

    La cinquième arrestation
    Trois jours plus tard, quand des membres de la famille de Salah Koullal, inquiets de ne pas le voir revenir, sont retournés à la gendarmerie de Sidi Daoud, les gendarmes les ont informés que Salah aurait été transféré à la gendarmerie de Dellys.

    Ils se sont alors rendus à la brigade de gendarmerie de cette localité mais, selon eux, les gendarmes ont nié le détenir et prétendu ne pas le connaître. Les membres de la famille se sont dirigés vers le tribunal de Dellys pour informer le procureur général de cette affaire, mais ce dernier aurait refusé catégoriquement de les recevoir.

    La famille Koullal informe qu’elle reste à ce jour sans nouvelles de Salah. Le communiqué précise que Salah Koullal, agriculteur, propriétaire terrien, avait déjà été arrêté 4 fois auparavant sous le chef d’inculpation de «soutien et financement de groupe terroriste». Après chaque arrestation, Koullal avait été détenu pendant plusieurs mois,

    puis jugé et acquitté sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui, relève le communiqué qui rappelle que l’Algérie est partie prenante de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées et, qu’à ce titre, l’Etat doit prendre toutes les mesures nécessaires pour enquêter sur ces disparitions.

    «C’est une affaire liée au terrorisme»
    Me Farouk Ksentini, que nous avons joint hier par téléphone, s’est montré rassurant quant à l’issue de cette affaire. Pour le président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’homme (CNCPPDH), «il est certain que cette affaire a un lien avec la lutte contre le terrorisme».

    «S’il s’agit de cela, et c’est ma conviction, nous sommes encore dans les délais légaux de la garde à vue», explique le président de la CNCPPDH qui pense que l’on saura davantage sur cette affaire le 17 septembre, dernier délai légal de la garde à vue. Me Ksentini a tenu à rappeler par ailleurs que «les gendarmes ne peuvent agir de leur propre gré».

    «Ils sont tenus d’appliquer les lois de la République et de les faire respecter», indique-t-il, estimant qu’«il est inadmissible de prétendre que l’Etat fait disparaître les gens». Pour lui, les réactions de Sos Disparus et des autres associations de familles de disparus sont exagérées, surtout lorsqu’il s’agit de critiquer le travail des institutions de l’Etat, et dans le cas présent, la Gendarmerie nationale. «Nous attendons la fin de la garde à vue pour nous prononcer officiellement sur le sujet», a conclu Me Ksentini.
    Par Ali L.




    0
  • Guerriere de la lumière
    19 septembre 2010 at 13 h 17 min - Reply

    @ Rédaction

    On est le 19 Septembre et J’aimerai bien avoir des nouvelles de Monsieur KOULAL salah!

    =======================
    Nous attendons des infos de son avocat. Nous restons vigilants et merci de nous l’avoir rappelé.
    La Rédaction LQA




    0
  • Congrès du Changement Démocratique