Édition du
27 July 2017

Message de condoléances du Roi Mohamed VI à la famille de Mohammed Arkoun


Le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances et de compassion à la famille de l’islamologue feu Mohammed Arkoun, décédé mardi à Paris.Dans ce message, le Souverain marocain affirme avoir appris avec une vive émotion et une profonde affliction la triste nouvelle de la disparition du professeur Mohammed Arkoun.

«En cette douloureuse circonstance, Nous tenons à exprimer à son honorable épouse ainsi qu’aux membres de sa famille, et à travers eux, à l’ensemble de ses proches, de ses amis et de ceux qui l’affectionnaient, Nos condoléances les plus attristées et Notre compassion la plus sincère en ces moments pénibles, à l’heure où s’accomplit l’imparable volonté divine.

Le souvenir du grand disparu restera à jamais gravé dans la mémoire de tous ceux et celles qui ont puisé dans l’oeuvre riche et abondante que le défunt laisse derrière lui, une oeuvre frappée du sceau de la rationalité et adossée aux sciences humaines modernes qu’il a su employer dans une méticuleuse analyse de la pensée islamique.

C’est bel et bien cette démarche scientifique qui a valu au regretté défunt d’être considéré comme l’une des grandes figures de la pensée moderne, à l’échelle arabe, islamique et mondiale. Outre un attachement sans faille aux idéaux de tolérance, de modération et de dialogue entre les religions et les civilisations, il n’a eu de cesse de s’ériger contre les conflits qui se nourrissent de l’ignorance.

Nous songeons avec une profonde considération à son engagement en faveur de l’intégration maghrébine, ainsi qu’aux sentiments d’affection et d’estime qui le liaient au Royaume du Maroc, pays dont il se plaisait à fréquenter les forums universitaires et culturels propices aux échanges intellectuels féconds et aux débats libres et constructifs», souligne le message royal.

Le Souverain affirme partager la peine de la famille du défunt face à cette immense perte et implore le Tout-Puissant de lui inspirer réconfort et consolation.
«Puisse-t-Il gratifier le défunt de Ses bienfaits pour l’oeuvre combien méritoire qu’il a accomplie, l’agréer parmi les justes et les vertueux, et le combler de Son infinie miséricorde. Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons», conclut le message.


Nombre de lectures : 1372
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • D B
    17 septembre 2010 at 18 h 44 min - Reply

    Merci au Maroc d’accueillir en sa terre la dépouille de notre estimé compatriote. En se faisant inhumer dans ce pays frère, Mohamed Arkoun accomplit une action, ultime, mais ô combien éloquente, en faveur de ce Grand Maghreb que nous appelons de nos voeux. Mais en même temps, quel désaveu pour le régime d’Alger !
    C’est une décision d’une portée considérable, qui procède de la même démarche que celle de Mohamed Dib, qui s’était fait inhumer en France.
    Ces deux éminents compatriotes ont peut être voulu nous transmettre un message. Et si tous les Algériens de l’exil, qui ont tant chanté leur pays, et qui l’ont souvent pleuré, décidaient tous de se faire inhumer ailleurs que dans la terre de leurs ancêtres, tant que celle-ci est entre les serres des rapaces qui la déchirent ?




    0
  • Azzedine
    17 septembre 2010 at 19 h 16 min - Reply

    Quelle hchouma. Un de nos dignes savants inhumé loin de ses racines. C’est à etouffer de honte, de rage et de haine contre les jouhala d’Alger. Vivant, il fut éxilé, mort, il reste meprisé par des ignorants et des incultes qui gouvernent ce pays.




    0
  • citoyen
    17 septembre 2010 at 20 h 41 min - Reply

    Cela fait très mal et surtout « très honte ».




    0
  • Adel
    17 septembre 2010 at 20 h 58 min - Reply

    Je salue le geste hautement symbolique de feu Mohammed Arkoun.

    Cela fait 18 ans que je ne peux plus revoir le village où je suis né (vidé de ses habitants par l’administration coloniale depuis 1960 car se trouvant en zone interdite) à cause du terrorisme qui sévit dans la région. Mon souhait le plus cher est d’y emmener mes enfants pour qu’ils connaissent au moins le lieu où ont vécu leurs ancêtres.

    L’Algérie nous a été volée par une bande de charognards.

    Cette gifle que leur donne Arkoun en tirant sa révérence me met du baume au cœur.




    0
  • Arezki Nait Amar
    17 septembre 2010 at 21 h 38 min - Reply

    Etant un homme humble et discret ,Il ne voulait pas , à mon avis , se faire enterrer dans son pays natal,pour ne pas donner l’occasion aux hypocrites et aux criminels qui nous gouvernent de venir se recueillir sur son cercueil !Comme celà , le régime d’Alger ne pourra pas récupérer politiquement sa mort en sa faveur !En agissant ainsi ,sa pensée et sa notoriété resteront intacts pour l’éternité !




    0
  • ALI
    17 septembre 2010 at 22 h 45 min - Reply

    @ Adel
    AVOUEZ qu’il est quand même frustrant et rageant de savoir que les braves enfantés par cette terre ne peuvent pas s’y reposer pour l’éternité.
    Arkoun en dépit de sa notoriété internationale est un patrimoine et un monument national qui devait d’être honoré par son peuple.
    alors que les poetes et ecrivains etaient codmnés à l’exil – Moufdi zakaria , slimane azem , ahmed saber , voilà maintenant que des somités reconnues mondialement sont enterrées hors de la terre qui les a vues naitre – MOHAMMED DIB , Mohammed Arkoun.
    Savez que le journal echourouk qui se targue de tirer à un million d’exemplaire n’a pas publié un seul mot sur la mort du professeur ARKOUN,alors qu’elle fait l’actualité des journaux du monde entier?
    Je suis triste et frustré pour mon peuple aprés etre privé de patrimoine materiel voilà qu’on le prive de son patrimoine spirituel ,symbolique et immatériel.
    Je suis triste par ce que deux generations d’algeriens n’ont jamais entendu parler de mohamed arkoun. je suis triste par ce que des diplomé des l’université algerienne ignoraient jusqu’a son éxistence . Je suis triste par ce que des funerailles nationales n’auraient été qu’un juste retour des choses et l’occasiobn pour ce peuple de decouvrir que sa terre n’avait pas enfanté que des charlatans et des intrigants.




    0
  • citoyen
    17 septembre 2010 at 23 h 11 min - Reply

    echou ………………..koi????????? allons soyons sereiux c pas le post non .povre pays.




    0
  • tacili
    18 septembre 2010 at 2 h 02 min - Reply

    Bonjour,

    Il se fait tard et je me suis mis a imaginer tous les algériens sincères émettre le voeu d’être enterrer ailleurs après leur mort. Quel cauchemar.

    Nous sommes plein dans un langage des cadavres fuyant le sol qui a vu naître leur ADN, ce sol même ou leur destin fit ses premiers pas.

    Les cadavres en plein méditerranée témoignant, tristement, d’une Algérie qui n’aime pas ses enfants.

    Les cadavres des disparus… citoyens x

    Les têtes de moines…un brin de cadavres

    Des cadavres en toutes déclinaisons…

    Même le président est un cadavre ambulant.

    Mohamed Dib a choisit la France…Arkoune, le Maroc…

    Haleluyah ! nos cadavres se rapprochent, peut être, de nous.

    Bonne nuit…




    0
  • batni
    18 septembre 2010 at 5 h 09 min - Reply

    Quelques anecdotes :
    – Feu Arkoun a été fut hué et insulté pour a l’université de Tlemcen lors d’un colloque sur l’islam,
    – Sa reconnaissance par la communauté internationale peut être vérifié par les nombreux articles écrits le jour de sa mort et dans plusieurs langues (Anglais, Francais, Arabe, Berbere , Italien, Espagnol, Allemand, Perse et autres langues asiatiques et Africaines…)
    – La majorité de mes amis pratiquants connaissent beaucoup plus el-kechk, Tantaoui, El-banna , kharadhaoui et autre Ghazali (qui a sévi a l’ENTV) que Arkoun, Bennabi, Dib, Katab et Mammeri.

    Mes respects,




    0
  • solo
    18 septembre 2010 at 20 h 38 min - Reply

    decidement se lamenter voila ce que vous savez faire ,aucune information ,ni pourqoui ni comment .vous avez pris l’habitude d’etre contre .alors etant contamine moi je suis contre ce que vous etes contre.soyons serieux un peu au lieu de faire l’eloge de gens ,presenterz les aux lecteurs etc




    0
  • Sharif Hussein
    19 septembre 2010 at 14 h 22 min - Reply

    En choisissant la Chaouia comme sa dérnière demeure,il n’a pas opté pour un pays étranger.le Maroc n’étant que le prolongemnt par l’Ouest de l’Algérie(dite le Maghreb centrale).Son choix n’en demeure pas moins un géste et un jugement peu améne quant à la géstion particulèrement scélérate que subit l’Est de son pays par les mains de ses gouverneurs succéssifs depuis 1962.
    Je vous propose ce lien:
    http://www.hespress.com/?browser=view&EgyxpID=23595




    0
  • Abdul
    19 septembre 2010 at 21 h 23 min - Reply

    Imaginez qu’il eu demander a être inhumer en algerie et que le pouvoir oblige sa famille a l’enterrer a el aalia pas loin d’un certain larbi belkheir?Faudrait peut être décontaminer el aalia auparavant.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique