Édition du
23 March 2017

400 experts de la NSA en Algérie ?

Otages : « Les coups de menton ne sont pas efficaces »

Par Pascal Riché | Rue89 | 22/09/2010

Après l’enlèvement au Niger de sept employés d’Areva et Vinci (dont cinq Français), la perspective d’une opération militaire est évoquée. Al Qaida au Maghreb Islamique a mis en garde la France contre toute intervention au Niger. A Paris, par ailleurs, le risque d’attentats est agité par les autorités.

Dans ce contexte, Paul Quilès, ancien ministre socialiste de la Défense, appelle à la prudence et déconseille les « coups de menton ».

Le risque terroriste représenté par Aqmi au Sahel vous semble-t-il justifier une intervention française ?

Ce n’est pas « le risque terroriste » qui pourrait justifier une intervention de ce type. Le risque terroriste, c’est d’abord l’affaire des Etats sur le sol desquels les terroristes se trouvent.

On peut intervenir si les vies de ressortissants français sont menacées. Le droit international le permet, à certaines conditions : il faut que les Etats concernés donnent leur accord et que l’opération soit strictement limitée au sauvetage des ressortissants.

Si l’on envisage une opération plus vaste, il faut une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. On n’en est pas là, et il faut être très prudent quand on aborde la situation dans cette bande sahélienne grande comme vingt fois la France.

Aqmi, issu du refoulement des salafistes du GRPS algérien vers le sud, est un mouvement complexe, avec des groupes, des sous-groupes, des vrais djihadistes mais aussi des gens attirés par l’argent, et qui prospère sur un terreau favorable, les révoltes de Touaregs. Penser que l’on peut régler tous ces problèmes par une intervention militaire est illusoire.

Ces groupes ne font-ils pas peser une menace importante ?

La menace est importante, mais limitée. Il n’est pas utile d’en rajouter. Et il faut se garder de prendre des décisions qui auraient des conséquences contre-productives, comme l’a fait par exemple George Bush quand il a attaqué l’Irak, une guerre qui n’a fait que renforcer Al Qaeda.

Une opération dans ce territoire immense ne pourrait être engagée à la légère. Même avec des satellites d’observation, il n’est pas évident de localiser des cibles dans un tel désert.

Il n’y a pas que les satellites. La NSA américaine aurait un centre, avec 400 personnes, dans le sud algérien, pour suivre les communications cellulaires dans cette région…

Il existe effectivement différents moyens d’observation -satellites, avions, écoutes-, mais je pense qu’il est préférable de rester discret sur ces questions. De même, je trouve qu’il n’est pas très efficace de donner des « coups de menton », qui peuvent se terminer par des ratages, comme on l’a vu dans l’affaire Germaneau. Par ailleurs, il faut éviter d’affoler la population avec une communication brouillonne sur des menaces terroristes floues, ce qui me semble dangereux. Dans ces affaires, il vaut mieux communiquer après qu’avant.


Nombre de lectures : 2276
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Guerriere de la lumière
    23 septembre 2010 at 14 h 06 min - Reply

    L’Algérie abrite bel et bien une base secrète américaine. C’est le Canard Enchaîné, hebdomadaire français très bien renseigné dans ce domaine, qui le confirme.

    Selon le Canard, il s’agit d’une base militaire secrète située à Tamanrasset qui compte près de 400 militaires spécialisés dans les télécommunications. Contrôlée par la National Security Agency (NSA), cette base servirait, selon l’édition du mercredi 22 septembre, aux américains de mettre toute la région du Sahel sous écoute ! Pour l’établir, les américains auraient réussi à obtenir facilement l’autorisation de Bouteflika, souligne encore le célèbre hebdomadaire français.

    Et c’est à partir de cette base que les américains comptent apporter de l’aide aux militaires français. « Une aide qui pourrait être décisive si les informations circulent vraiment », note encore le Canard Enchaîné qui nous apprend également que les français espèrent beaucoup de cette aide précieuse des grandes oreilles de l’Amérique dans la région de Tamanrasset.

    Mais le plus troublant dans cette affaire, c’est que cette Base se penche également sur les conversations téléphoniques et les services de télécommunications de notre pays ! C’est du moins ce que le Canard Enchaîné a laissé entendre dans cette révélation fracassante en nous expliquant que la NSA surveille de près à partir de notre territoire les agissements et les actions des « DRS ». Bouteflika est-il au courant de tout cela ? Pas si sur…

    Longtemps tabou, la présence militaire américaine en Algérie revient ainsi sur le devant de la scène. Mais cette fois-ci, elle risque de créer des controverses qui pourraient saper la sécurité de l’Algérie.

    Abderrahmane Semmar – El Waten du 23 Sept 2010




    0
  • AS
    23 septembre 2010 at 15 h 49 min - Reply

    400 c’est pas credible tout le monde le verrait, il faut tout au plus pour une station africaine 20 personnes, dont la moitie techniciens et ingenieurs, demandez a des anciens de la NSA, envoye donc un email a wayne madsen, et passe lui le salam de ma part, il te dira exactement le nombre… cette info viendrait de Paris ? encore avec ses reseaux DRS-DST, et alors la station chinoise, elle est ou ? Vous l’avez localise ? cessez donc de faire le jeu des occupants, tous ceux qui veulent vous voler vos richesses…




    0
  • AS
    23 septembre 2010 at 15 h 58 min - Reply

    moi il me font gerber avec leur tissus de mensonges… al qaeda c’est complexe, mais non, d’abord aqmi a ete baptise ainsi par abu moss’ab al zarqawi, le fantomatique al zarqawi et pas zawahiri comme la DST le prouve, deuxio c’est Bruguiere qui a valide le nom mes amis ! Tercio, AQMi vient du GIA et pas du GSPC, le GIA vient de la SM, fin des annees 80, la SM au debut des 80 etant infiltres par Larbi Belkheir et ses larbins mis en place par la suite Tewfik et S. Lamari…

    P.S: Souviens d’Abu mossaab Al Zarqawi, car les services francais en Jordanie en savent un rayon, bien avant qu’il soit devenu le mythe populaire des americano-sioniste, ca si ca sort en public, ca va faire un carton, n’est ce pas Alain la Chouette de la DGSE ? Le vrai Zarqawi est mort juste avant l’invasion iraquienne dans le nord du pays, au kurdistan et la aussi c’est prouvé…




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    23 septembre 2010 at 17 h 20 min - Reply

    [QUOTE]AS dit :
    23 septembre 2010 à 15 h 58 min

    moi il me font gerber avec leur tissus de mensonges… al qaeda c’est complexe, mais non, d’abord aqmi a ete baptise ainsi par abu moss’ab al zarqawi, le fantomatique al zarqawi et pas zawahiri comme la DST le prouve, deuxio c’est Bruguiere qui a valide le nom mes amis ! Tercio, AQMi vient du GIA et pas du GSPC, le GIA vient de la SM, fin des annees 80, la SM au debut des 80 etant infiltres par Larbi Belkheir et ses larbins mis en place par la suite Tewfik et S. Lamari…

    P.S: Souviens d’Abu mossaab Al Zarqawi, car les services francais en Jordanie en savent un rayon, bien avant qu’il soit devenu le mythe populaire des americano-sioniste, ca si ca sort en public, ca va faire un carton, n’est ce pas Alain la Chouette de la DGSE ? Le vrai Zarqawi est mort juste avant l’invasion iraquienne dans le nord du pays, au kurdistan et la aussi c’est prouvé…

    [/QUOTE]

    Hel hadhihi suratuhum indama kânu atfâl?
    Is this their photographs when they were children ?

    J’ai retrouvé dans mes archives cette photo, et je souhaitais savoir si ce n’est pas la preuve de la fondation des réseaux Alqa’ida quand ils se cachaient dans les marais du côté de LANGLEY, Va ?

    http://www.oesquema.com.br/trabalhosujo/wp-content/uploads/2010/08/peixe.gif

    Sauf si c’est ici, qu’ils ont été conçus:

    http://progsystem.free.fr/NSAHQ.jpg




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    23 septembre 2010 at 17 h 44 min - Reply

    Avant que ne cessent ces infiltrations et ces opérations de mystification, il faudrait que des millions de citoyens de part le monde, rejoignent ces hommes et femmes de bonne volonté.

    http://www.youtube.com/watch?v=d1rGgWFs_58

    En attendant, les citoyens du monde, vivront sous la tutelle de ceux qui ont décidé de contrôler toutes leurs activités, et de ne laisser écouter et voir que ce que leurs « protecteurs » leur permettent de savoir.




    0
  • benbrahim
    23 septembre 2010 at 18 h 38 min - Reply

    je crois qu’il est tmps de ne laisser parler que les specialistes,chacun dans son domaine .les autres ma foi ,he bien on n’a qu’a lire et apprendre.




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    23 septembre 2010 at 19 h 38 min - Reply

    Pour ceux qui oublient qui a INVITE et SOLLICITE les USA, et la CIA, à venir s’installer en Algérie, je leur rappelle simplement ce texte du Quotidien d’Oran.

    Bouteflika a l’époque, avait des pouvoirs « LIMITES » par Mohammed Lamari et les « sauveurs de privilèges », qui disposaient de l’Algérie, comme ils l’entendaient en « conclaves » ouverts aux « initiés » cooptés par l’ex puissance coloniale.
    Rappelez-vous de son meeting Salle Harcha, avant qu’il ne fut « nommé-élu » : Les décideurs lui ont fixé la « ligne ROUGE », s’il devait faire la paix entre SS et ses « amis éradicateurs » d’une part, et les Algériens, d’autre part.

    C’est un peu l’affaire d’Abdelrazak El Para, avant, ou celle des « touristes allemands et autrichiens » perdus et enlevés… Le rocambolesque qui s’est professionnalisé.

    Citation:
     » LE VICE-COMMANDANT DES FORCES US EN EUROPE,
    LE GENERAL WALD, A ALGER

    Une station d’écoute américaine à Tamanrasset

    Le Quotidien d’Oran, 7 septembre 2003

    Après s’être rendu deux fois à Stuttgart, le chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée, Mohamed Lamari reçoit, depuis hier, le général Charles F.Wald, commandant adjoint des forces américaines en Europe, à Alger. Une visite qui sera marquée par l’étude d’un projet d’installation d’une station d’écoute américaine dans le sud algérien indiquent des sources informées.

    A la tête d’une importante délégation de militaires américains, le général Wald devrait se rendre à Tamanrasset dans le cadre d’un projet stratégique pour le MDN et le Pentagone. La défense algérienne a stipulé dans un communiqué que : « cette visite s’inscrit dans le cadre de la poursuite du développement des relations de coopération militaire bilatérale» qui ont pris un volume considérable depuis quelques années entre militaires algériens et américains.

    Ancien de l’US Air Force et fondateur des fameuses unités d’élite, Task Force Hawk, les escadrilles d’hélicoptères Apache durant la guerre du Vietnam, le général Wald est un sérieux client. Bardé de décorations, ayant fait l’essentiel des théâtres d’opérations où les forces US étaient engagées (Irak, Bosnie, Afghanistan, Liberia), le numéro deux des forces américaines en Europe dont le quartier général est basé à Stuttgart, en Allemagne, arrive à Alger avec un projet d’installation d’une station d’écoute, probablement de la National Security Agency (NSA), l’agence fédérale qui est chargée des interceptions des communications mondiales, qui serait basée dans la région de Tamanrasset. Une station qui viserait à intercepter puis analyser toutes les communications – par téléphone, Internet, réseaux informatiques ou radio. D’ailleurs, selon des sources informées, le général Wald effectuera une visite de travail dans le sud algérien où il sera l’hôte du général-major Saheb, commandant de la 6ème région militaire qui couvre, territorialement, les frontières algériennes avec le Mali, le Niger, la Mauritanie, le Maroc et la Libye et qui avait réussi l’assaut d’Amguid lors de l’affaire des touristes otages du GSPC . Une visite qui est loin d’être touristique depuis les attentats du 11 septembre et les avertissements de la CIA quant à une implantation dans la zone sahélo-sahélienne de dirigeants d’Al-Qaeda d’Oussama Ben Laden et qui ont mobilisé plusieurs satellites américains pour couvrir cette région. Alors que le New York Times rapportait, un mois auparavant, d’une source du Pentagone, que l’armée américaine avait le projet d’installer une base militaire US en Algérie, la visite du général Wald répond à une préoccupation commune, algéro-américaine, sur la sécurisation de cette zone où les menaces sont multiples. D’ailleurs, les derniers événements dans la région n’ont fait que conforter cette démarche de coopération. Le coup d’Etat avorté contre le président mauritanien, Ould Taya, allié des Etats-Unis et de l’Algérie dans la bande sahélienne, les contacts des salafistes du GSPC avec l’émir Mokhtar Belmokhtar (recherché par Interpol) avec des émissaires d’Al-Qaeda (notamment le Yéménite Abdelouahab Mohamed), l’affaire de l’enlèvement des 31 otages européens en Algérie et transférés au Mali par l’émir Abderezak el Para, qui fait l’objet d’une traque algéro-allemande, la prolifération d’armes et de contrebandiers, appuyés par des tribus Maures islamisées, sont autant de facteurs qui inquiètent les Américains et mobilisent les troupes algériennes au sud. Mais trois autres aspects semblent motiver cette visite dans le site de Tamanrasset. D’abord, l’explosion du marché des téléphones satellites dans le Sahel puisque contrebandiers, terroristes, notables et passeurs d’armes possèdent des cellulaires qui ne sont couverts par aucune station régionale américaine ou européenne. Même « les grandes oreilles » anglo-saxones du système échelon ne couvrent que partiellement cette partie du monde. Ensuite, la menace latente de la Libye offrira aux Américains la possibilité de couvrir le pays de Mouammer Kadhafi dont les stratèges prédisent un avenir à la Saddam Hussein dans le cas où son régime continue de défier Washington. Enfin, la proximité géographique du Sahara-Occidental et du Maroc dans la perspective du règlement du conflit qui les oppose même si la NSA a déjà une station d’écoute, assez modeste, dans la région de Tanger. Le tout avec un sous-bassement stratégique qui consiste à renforcer la sécurité des échanges dans le Sahara algérien où de nombreuses compagnies pétrolières américaines sont implantées.

    Le général Wald, connaît donc le dossier et a eu à diriger un poste de commandement situé à la base aérienne du prince Sultan d’Al Kharj, en Arabie Saoudite, après avoir installé une immense station d’écoute pour les opérations en Irak notamment des forces aériennes.

    Après les stages de formation des officiers algériens aux Etats-Unis ou en Allemagne, après les manoeuvres communes entre les forces navales algériennes et la 6ème flotte américaine basée en Méditerranée, après les échanges de renseignements sur les réseaux d’Al-Qaeda et après la livraison des premiers équipements de vision nocturne, l’armée américaine franchit un nouveau palier dans sa coopération avec l’ANP. Le travail du général Lamari, dans se sens, épaulé par le chef de la DRAG, le général-major Sassi, a permis de transformer la vision américaine sur l’armée algérienne considérée, jadis, comme une armée pro-russe.

    Mounir B.  » Fin de citation

    Les américains se sont installés en Algérie, durant la période faste pour les généraux au « pouvoir », la suite, n’a été que la « régularisation des marchés de GRE à GRE »… avant les retraites !




    0
  • Twitted by BENCHENOUF
    26 septembre 2010 at 0 h 11 min - Reply

    […] This post was Twitted by BENCHENOUF […]




    0
  • Eliot
    27 septembre 2010 at 10 h 51 min - Reply

    Il y’a pire que çà, un jour un ami de la DGSE m’avait dit mais pouruqoi vus continuez d’entretenir toute une armée d’agents secrets et du contre éspionnage alors que vous n’avez plus aucun secret à garder ?




    0
  • Eliot
    27 septembre 2010 at 10 h 57 min - Reply

    Qui sait que pendant la grande ruée vèrs les pentium, les sces de la CIA ont conçu des cartes mères d’une telle façon qu’elles deviennent éméttrice d’ondes spéciales lorceque le travaille de l’opérateur touche un certain domaine … Qui parmis nos ingénieurs est en mesure de reperer dans l’architécture d’une carte mère des combinaisons de composants inhabituelles ?
    Alors que presque tous nos génies Algériens ont été rejeté à la mer ?




    0
  • Congrès du Changement Démocratique