Édition du
25 March 2017

Qui se cache derrière Al-Qaïda au Maghreb islamique ?


Article placé le 22 sept 2010, par Mecanopolis

A l’origine, le sigle Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) est apparu en janvier 2007, prenant la suite du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) algérien, et englobant des groupes rebelles touaregs et sans doute une composante criminelle, dans une zone désertique allant du Niger à la Mauritanie.

Cette origine algérienne est lourde de sens, alors que pèse depuis des années le soupçon de la manipulation d’une partie de la nébuleuse islamiste algérienne par le Renseignement militaire algérien, le DRS, l’une des branches du régime d’Alger.

C’est la thèse que défendait, sur Rue89, l’anthropologue britannique Jeremy Keenan, au lendemain de l’annonce de la mort de Michel Germaneau. Keenan, un spécialiste reconnu de la zone sahélienne, écrivait le 9 août :

« La zone frontalière [entre le Mali et l’Algérie, ndlr] juste au Nord de Tigharghar est survolée quotidiennement par les hélicoptères de l’armée algérienne, et régulièrement par deux Beechcraft 1900 de l’armée de l’air algérienne, équipés de matériel de surveillance. De plus, il existe des contacts étroits entre la cellule d’Abdelhamid Abou Zaïd d’Aqmi et le DRS, Zaïd étant lui-même considéré comme un agent du DRS.

Pour cette raison, les habitants de la région, de plus en plus remontés contre les activités présumées d’Al Qaeda, se réfèrent souvent à Aqmi comme Aqmi/DRS . Ainsi, les derniers mots attribués au colonel Lamana Ould Bou, du service malien de la sécurité d’Etat, peu avant son assassinat à Tombouctou le 10 juin 2009, étaient : Au cœur d’Aqmi, il y a le DRS. »

Cette thèse ne fait toutefois pas l’unanimité. Sur TV5 Monde, vendredi, le président malien Amadou Toumani Touré, en première ligne dans cette affaire, s’en prenait « à mots à peine couverts », précisait samedi Le Monde, à l’Algérie, accusée de repousser les islamistes vers le Sahara malien :

« Ceux qui nous accusent n’ont qu’à empêcher les salafistes de venir chez nous. Ces gens-là ne sont pas Maliens. Ils sont venus du Maghreb. Nous n’avons rien à voir avec cette histoire. »

Et de fait, les divisions ethniques entre l’Afrique arabe et l’Afrique noire ont empêché jusqu’ici d’autres que des Algériens d’être dirigeant au sein d’Aqmi, limitant ainsi son impact, même si l’organisation dispose de moyens lui permettant de recruter les jeunes désœuvrés des zones désertiques des pays pauvres et fragiles de la zone.

Le désert sahélien est ainsi devenu un terrain d’affrontement mettant aux prises toute une série d’acteurs :

– Une nébuleuse islamiste dont on ignore totalement jusqu’où remontent les fils qui la contrôlent, et qui a choisi de se placer sous le sigle Al Qaïda, histoire de brouiller un peu plus les pistes ;

– Des Etats qui comptent parmi les plus pauvres de la planète (Niger, Mali, Mauritanie), et n’ont que très modestement les moyens de contrôler leur territoire dans sa partie désertique ;

– L’Algérie, puissance régionale majeure, dont le rôle est tout sauf clair, mais dont on sait que rien de ce qui se passe dans le Sahara ne lui est totalement étranger ;

– La France, puissance coloniale à l’influence déclinante, qui conserve de gros intérêts comme l’uranium exploité par Areva au Niger ;

– Les Etats-Unis qui disposent d’une station d’écoute au Nord du Niger, et surveillent activement tout ce qui s’y passe, depuis que l’administration Bush a étendu à l’Afrique la « guerre contre le terrorisme ».

Une base US secrète en Algérie

Nous avions, en mars 2008, localisé une base secrète américaine, cela grâce aux précieuses informations de notre camarade Djamaledine Benchenouf (1). L’existence de cette base est aujourd’hui confirmée par l’hebdomadaire français Le Canard Enchaîné.

Dès le 16 septembre et l’enlèvement de sept otages français au Niger, les militaires français ont obtenu l’aide des services US. Lesquels ont installé à Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie et au confin du Niger, une station d’écoutes en tout genre.

Sous le contrôle de la National Security Agency (NSA), et avec l’accord du président Bouteflika, 400 experts barbouzards y pratiquent l’enregistrement des téléphones cellulaires et sateliteaires.

Manifestement, le Sahel n’est pas « infiltré » que par des terroristes.

Mecanopolis

Avec les les informations d’Algeria-Watch et du Canard Enchainé

1. Lire notre article La base US en Algérie précisément localisée


Nombre de lectures : 1350
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Larbi Anti-DRS
    23 septembre 2010 at 13 h 46 min - Reply

    Le DRS accuse les Français et les Américains de vouloir colonise’ la région pour le contrôle du gaz, pétrole et Uranium. L’article de l’expression, porte parole d’une branche du DRS : « C’est dire que les complicités sont d’un très haut niveau, qui vont, non seulement servir les intérêts des réseaux terroristes, des narcotrafiquants et contrebandiers, mais à coup sûr, les intérêts des Occidentaux, les Américains y compris. Sachant parfaitement que la France exploite un gisement d’uranium par le biais de sa compagnie Aréva installée à Arlit au nord du Niger. Le pire que craignent les services de sécurité algériens, consiste en un recrutement «massif de hors-la-loi» au sein des réseaux terroristes, un fait qui intervient systématiquement suite à cette ingérence imposée dans la région. L’Algérie avait anticipé en regroupant les pays du Sahel pour une action commune et concertée dans la lutte contre le terrorisme dans la bande du Sahel et tenter par tous les moyens légaux d’éviter une ingérence étrangère. Mais, a priori, nos voisins ne l’entendent pas de cette oreille. Fascinés certainement par la présence d’une seconde force jumelée France-USA, la Mauritanie et le Mali livrent la région à une occupation étrangère. »
    La France et les USA utilise le fantôme Al-Qaïda, pour coloniser avec les véreux du DRS et autres services de sécurités des pays sous-développés avec la complicité de leurs rois et présidents.

    Le dindon de la farce sont les peuples d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, Libye, Egypte, Mali, Niger, Qatar, Arabie-Saoudite, etc.…




    0
  • karim2380
    23 septembre 2010 at 14 h 41 min - Reply

    Je continue avec mes critiques alternatives et nécessaires pour ce site.

    « C’est la thèse que défendait, sur Rue89, l’anthropologue britannique Jeremy Keenan » On s’en fou de ce que peut penser jeremey ou Mr Bean.Ces intellos n’interviennent que quand il faut préparer le terrain aux thèses néocolonialistes. Eu égard au curriculum vitae les responsables de la majorité des conflits post coloniaux dans le monde, en l’occurrence les britanniques, doivent se taire au moins deux siècles.
    Je reitère ce que j’ai dit hier dans l’article portant sur le même sujet Je pense que l’opposition doit construire son discours sur des sujets simples, clairs capables de rassembler tous les algériens et il y en a beaucoup. Ces sujets énigmatiques que personnes ne peut confirmer, comprendre ou infirmer ne font que jeter du discrédit sur la société civile.
    Au passage je suis très critique et très en colère de la politique algérienne qui a manifestement échouée à répondre aux plus petites attentes des citoyens, mais je rends un grands hommage aux agents du renseignement algérien qui ont la noble tâche de protéger le pays de tous ces vautours et salopards néocolonialistes.
    Moralité: Cesser de nous bassiner avec ces thèmes Moukhabaratiste et occupons nous des questions de la démocratie, droit de l’homme, neutralité de la constitution, gouvernance, gestion territoriale, gestion communale, gestion des villes, services urbain, disparités régionales, disparité sociale, rôle et place de l’école, rôle et place de la mosquée, rôle et place de l’instituteur, formations de l’imam, …………………………………………………………………………………………………………………………………………………
    On s’en fou de ce que peut penser Jeremy Keenan, Jeremy Nemrood, rue zbel, ils ne vont jamais nous citer quand il faut traiter de leurs questions stratégiques internes.




    0
  • Bladi
    24 septembre 2010 at 5 h 40 min - Reply
  • Babour
    24 septembre 2010 at 5 h 52 min - Reply

    @Karim2380 ou sont ces « agents du renseignement algérien qui ont la noble tâche de protéger le pays de tous ces vautours et salopards néocolonialistes » qui ne savent rien de « La base US en Algérie précisément localisée » s’ils sont aussi bons qu’ils aillent chasser ces sionists etablis au coeur de L’Algerie!!




    0
  • karim2380
    25 septembre 2010 at 13 h 26 min - Reply

    @Babour : sahit Khouya Babour

    Je vois qu’il y a une réponse à mon intervention donc je continue en remerciant Mr Benchenouf de laisser apparaitre mon texte. De toute façon même s’il me censure je vais continuer parce que d’abord j’ai des origines chawi (Mokhi yabess), et puis parce que je cois en mon discours même si je passe pour un homme bizarre sur ce site mais croyez moi wallah je suis un simple citoyen comme Mr tout le monde qui n’a aucun intérêt autre que celui de voir tawaana les algériens vivre en paix dans leur pays.

    Absolument je rends hommage à tous les agents des services algérien et ceux qui veillent à ce que l’Algérie ne tombe pas dans l’anarchie et le désordre ceci ne doit pas me faire perdre de vue l’objectif principal celui de démocratiser le pays, pour cela il faut que l’opposition s’attaque à des sujets simples clairs et précis qui sont à porté de nos mains et que tous les algériens comprennent et partagent y compris les agents de l’ordre de la police, de l’ANP et des services. J’ai expliqué à maintes reprises à Mr Benchenouf que ces sujets énigmatiques opaques et sans intérêt ne font que perdre la crédibilité de la lutte pour l’amélioration de la gouvernance en Algérie parce que les algériens à tous les niveaux de la société s’en foute si c’est Hassani s’écrivent avec in « i » ou un « e » ou si on doit croire Buchwalter ou Didier Contant. C’est une gargarisassions éternelle et interminable entre des parties qui se déplacent sur un échiquier et chacune cherche à dresser des algériens qui se comportent comme des ennemis en fonctions de ses intérêts et des conjonctures locales régionales et internationales. Aujourd’hui ils tiennent peut-être un discours qui semble être favorable à votre position et demain ils dresseront sur votre chemins quelqu’un d’autre par le biais d’un autre discours qui vous est défavorable et ainsi de suite,10, 20,30ans…
    Donc ma façon de voir que j’essaye d’expliquer pas mes interventions alternatives, se base sur le fait de délaisser complètement ces sujets moukhabaratistes qui certes attire par leurs énigmes dans les médias et occupons nous de sujet très simples qui sont à porté de mains et que tous les algériens comprennent et partagent et Dieu sait qu’il y en a plusieurs surtout dans un pays en chantier comme l’Algérie.

    Sahit Khoya Babour




    0
  • Congrès du Changement Démocratique