Édition du
30 March 2017

MOSTAGANEM 23 harraga portés disparus

Le Soir d’Algérie 23 septembre 2010

Quelque 23 harraga, âgés entre 18 et 32 ans, issus de divers quartiers populaires et catégories sociales ont pris, jeudi dernier, le large en direction des côtes ibériques. La côte-est de la wilaya de Mostaganem est en passe de devenir La Mecque de l’émigration clandestine.
Ces candidats à l’exil auraient pris la mer à bord d’une barque de 4,80m à partir de la plage de l’embouchure du Cheliff dans des conditions météologiques très propices à une traversée de la mer de pas plus de 24 heures. Mais les 23 harraga n’ont pas encore donné signe de vie. Leurs proches, pris d’une grande angoisse, se demandent s’ils sont encore en vie. Ne perdant pas espoir, ils sont en attente du moindre signe, de la moindre information les concernant.
A. B.


Nombre de lectures : 3624
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • khaled
    24 septembre 2010 at 13 h 48 min - Reply

    El-Youm El-Djemaa..Quel Khber..Allah Yerhamoum….

    Je n’ai pas de mots de décrire ce que je ressens….

    Je me tais…




    0
  • citoyen
    24 septembre 2010 at 14 h 46 min - Reply

    algerie tu te meurt adieu cher pays………………




    0
  • mohamed Nassim
    24 septembre 2010 at 17 h 20 min - Reply

    Boutef et consort sont muets parcequ’ils ne sont pas concernes. Allah yakhzi tous les responsables.




    0
  • Alilou
    24 septembre 2010 at 20 h 43 min - Reply

    @ Nassim

    Et nous avec car on fait rien, on assiste comme dans un film de SyFy.

    La mort est devenue banale

    Je fume et me la ferme




    0
  • Sarah
    24 septembre 2010 at 20 h 50 min - Reply

    Pays de voleur, d’injustice.

    Le pays des généraux, ils n’ont pas honte




    0
  • HASSEN TERRO
    25 septembre 2010 at 11 h 12 min - Reply

    Oui c est decevant est oui pauvre Algerie, au moment ou les enfants des generaux/ministre etudient dans les univeresities/insitutions etrangeres avec l’argent du peuple detourner par des traitres mafieux les enfants de l Algerie meurent, et l oronie nos Imames font des douaas en directe sur la television Algerienne en disant que Dieu garde fakhamatou eraiss…..!!! Ils ont oublier que ce fakhamatou eraiss est revenu pour se venger de notre cher pays l Algerie car c est un violeur de la constitution.




    0
  • Ammisaid
    25 septembre 2010 at 15 h 25 min - Reply

    Je ne vois que la laideur dans le visage de mes protecteurs. Je n’entends que le mensonge dans le discours de ceux qui sont sensés me guider vers la lumière. Les soucis de mauvaise augure m’attaquent dès mon réveil quand ils ne m’empêchent pas de dormir, quand ils ne m’offrent aux assauts terribles de cette insomnie qui racontent l’horreur et le désespoir et quand j’essayes de leurs raconter mes espoirs tout en sachant qu’ils n’auront aucune chance d’aboutir. Que faire de ses mains qui savent beaucoup faire, qui veulent écrire de belles histoires, qui désirent construire un foyer pour ma chère, qui rêvent de tenir ses futures enfants avec tendresse et douceur et qui aimeraient offrir des câlins a tous les humains qui souffrent sans pouvoir rien dire? Que faire de cette amour qui déborde de mon cœur, a qui l’offrir, qui acceptera de le recevoir et comment faire pour ne le laisser se transformer en haine, en rancune et en colère?
    De quoi alimenter cet esprit qui veut se remplir, du savoir utile qui refuse de venir me voir ou de l’ignorance qui l’attaque avec joie et bonheur car tout autour ne règne que le mensonge, que la corruption, que les serviteurs ignares et au grand zèle, que les penseurs qui vendent leur plume pour un verre de bière ou pour une gloire assise sur la peur ou pour écrire des articles qui louent le chaos et sa laideur, que des soldats prêts a frapper mon cœur et installer de force dans ma tête la terreur, la soumission et le déshonneur et que des frères et des sœurs qui errent dans les méandres de leurs imaginaires en attendant celui ou ceux qui vont venir le dire: réveillez-vous ceux qui ont amenés la misère, la barbarie et la mort viennent de partir ailleurs et ils ne vont plus revenir.
    Je suis un harraga qui ne comprend rien aux idéologies, aux concepts et aux théories mais qui a compris qu’ici, il n’y a plus rien a gratter, tout est mangé, tout est absorbé et tout est occupé. Personne ne m’a invité, personne ne m’a regardé, personne ne m’a aidé, personne ne m’a encouragé et personne ne connait mon existence depuis que je suis né.
    La vieillesse sans retraite m’a accueilli dans mon berceau et depuis je n’ai jamais su compter les dinars, ni les euros mais je suis devenu spécialités des chiffres morbides. Je sais combien de morts sont victimes de la terre brulée et je sais combien de frères exilés, enterrés sans tombes pour les visiter. Je sais combien de sœurs veuves avant d’être mariées, d’.orphelins sans aucune chance de rêver, d’arbres brûlés, de jeunes suicidés, de jeunes filles violées et prostituées, de vieux et vieilles abandonnes ou partis sans avoir humé l’air de la liberté et de la dignité et je suis combien de compétences délaissées ou cassées a jamais. Je sais par la rumeur qui en réalité notre seule vérité combien de milliards de dollars ont été gaspillés, volés et donnés a ceux puissants du monde pour conserver l’impunité pour les crimes qu’ils ont organisé contre un peuple qu’ils ont floué, dominé et castré.
    Je suis un harraga qui sait encore beaucoup d’autres choses dures a raconter mais je préfère les taire pour ne pas vous décourager.
    Fraternellement a toutes et tous




    0
  • liatim
    27 septembre 2010 at 13 h 46 min - Reply

    bonjour à tous moi je ne comprend pas comment un pays comme l’Algérie ou les gens fuient leur pays prenant des risques en mer pour rien je n’ai rien contre eux pourtant l’algérie ce n’est pas le mali c’est un pays riche sur pas mal de choseS. et l’europe est en crise politique et finançière l’europe ç’était les années 80




    0
  • HASSEN TERRO
    27 septembre 2010 at 17 h 58 min - Reply

    Pour repondre a la question de Liatim: personellement j’ ai pas mis les pieds en Algerie depuis 25 ans et je sais ce qui pousse les gens a risquer leur vie en mer, je suis tout a fait daccord avec vous que l’europe c’etais les annees 80 mais l’Algerie c est devenu l enfer apparement avec l arrivee du president qui est revenu pour se venger du pays pour son exile apres le detournement des biens de l etat maintenant il viol la constitution avec la complicitee des soi diant generaux ex officier de l armee francaise qui font la terreur. La corruption a tout niveau mais ce n est que les pauvres qui se font comparaitre devant les juges, ma question pourkoi chakib khelil n est pas convoquer par la soi disant justice, l affaire Boudiaf… la ffaire khalifa, l a ffaire du metro d Alger, ali tounsi ou meme l affaire bouteflika pas pour la violation de la constitution mais le detournement des annees 1979 ect ect…….????
    Alors pour vous repomdre les jeunes veulent la libertee ils veulent se sentir human eux ils risquent leur vie dans mer pour fuir un systeme mafieux par contre les haut responsable/generaux envoient leur enfants etudier en europe avec l argent vole du peuple Algerien. Il y aura une justice tot ou tard!!!




    0
  • slim
    1 octobre 2010 at 11 h 50 min - Reply

    il y a plus de liberte en algerie qu ailleurs je dirais anarchie.de plus en algerie,le travail est present et l argent plus qu en france.de plus les harragas ou les clandestins algeriens je le precise helas ne sont pas habitues au travail ne font que de vivre une vie tres marginale est pour la majorite:vente achat d objets voles;vente de zatla;ne sont que rarement dans le travail reel.de mes yeux j ai vu en algerie 1 macon encaisser 4,8 pour 3 jours soit 450 euros manque cruel de mains d oeuvre manuel et les jeunes ne veulent pas s y mettre.




    0
  • latim
    2 octobre 2010 at 11 h 40 min - Reply

    bonjour slim tu à dis en Algérie on gagne très bien notre vie dans le bâtiment si c’est le cas ils ont intérêt à s’y mettre et à se motiver sinon ça sera trop tard. c’est l’étranger qui prend tout. moi je suis plombier chauffagiste et je travaille en France je souhaite bon courage et bonne chance à mes frères.




    0
  • Grim
    2 octobre 2010 at 14 h 36 min - Reply

    Que Mostaghanem soit devenue la base de départ de jeunes algériens désespérés pour l’étranger – en fait le plus souvent vers la mort – me laisse sans voix, me pétrifie. J’ai connu la région de Mostaghanem-Oran au tout début des années 1970; ce sont les meilleurs moments de mon existence en Algérie; la joie de vivre transpirait par tous les pores des Mostaghanémois ou des oranais; j’eus l’honneur d’y connaître le fils du grand Cheikh Hamada, d’assisiter à un spectacle privé de Cheikha Remiti el Ghelizania, de me baigner dans des plages somptueuses, de contempler des aurores illuminant peu à peu des paysages splendides… Et voilà qu’aujourd’hui on nous dit que ces mêmes régions sont le point de départ d’une jeunesse – et parfois d’une vieillesse – vers la souffrance avec pour étape finale la mort et la transformation de corps vigoureux en repas pour poissons.
    Cela, se nomme, la déchéance. Et j’écris sans crainte de me tromper que jamais l’histoire de l’Algérie n’a connu pareil type d’exode.

    Il y eu, du temps de l’administration française des groupes importants de personnes qui, pour échapper à la précarité, à la misère, quittaient l’Algérie pour louer leurs bras dans les chantiers et les entreprises de France; le climat de ces départs massifs a trè bien été reproduit par Cheikh el Hasnaoui dans son emblématique chanson  »Maison Blanche ». Une différence colossale cependant avec ce qui se passe aujourd’hui: pour les candidats à l’exil la séparation du pays natal, ne devait pas excéder quelques années: le temps d’amasser un petit pécule au prix de privations draconiennes.

    Il y eut aussi le cas de ces familles tlémcéniennes qui refusèrent de vivre sous autorité française et qui choisirent de s’expatrier en Syrie; d’autres familles, pour les mêmes raisons, préférèrent s’établir au Maroc, en Tunisie…

    De ces faits tout à fait réels les historiens organiques de l’Algérie post 1962 ont fait l’une des preuves de l’injustice , de l’inéquité sans précédent et sans équivalent – qu’ils disent – de l’administration française.

    Lecteur, je ne suis pas sorti du sujet; la question de la comparaison des faits et méfaits sous administration française et sous gestion FLN non seulement n’a pas été encore objectivement posée mais trouve généralement une réponse qui relève de l’automatisme: le colonialisme est mauvais. Ce type de réponse est à considérer comme l’expression d’un pléonasme puisque les termes  »colonisation » et à fortiori  »colonialisme » ont une connotation négative. Mon fils – un homme aujourd’hui – me demandait il y a quelques jours de lui faire un parallèle entre les souffrances des indigènes d’Algérie sous administration française et sous celle du FLN: il voulait que ma réponse tienne en quelques mots et je lui ai montré que c’était impossible s’agissant d’une question essentielle, source de confusions mentales aux conséquences immenses.

    Je lui dis par exemple que sous administration française – qu’ont présente viscéralement opposée à la promotion de tout autochtone non inféodé au  »colonialisme »- ont émergé À PARTIR DU TERRITOIRE ALGÉRIEN, pas de France par conséquent, et je souligne, des monuments des arts et du sport comme par exemple: El Hadj el Anka, Mohamed Dib, Kateb Yacine, Bouguerra el Ouafi, Mouloud Feraoun, Albert Camus, Si Mohand ou M’hand, Cheikh el Hasnaoui, Mahieddine Bachtarzi, Keltoum, Ahmed Kebaili, Abdelkader Zaaf, Mohammed Bouzid, Hacène Benaboura, Mohammed Iguerbouchen, Rachid Mekhloufi, Zitouni, Kader Firoud, Omar Kouidri, Slimane Azem, Machar Djibrine…j’abrège. Les nationalistes organiques vous disent que ce n’est pas assez. On peuut leur demander de dire de nous révéler ce que l’administration turque a fait de positif entre 1516 et 1830. On peut également souligner que l’occupation de l’Algérie dans ses frontières actuelles n’eut lieu qu’autour de 1920 (prise définitive de Djanet). Ce qui pourrair revenir à dire que l’Algérie française, dans l’absolu, ne dura pas 132 ans mais une quarantaine d’années; qu’on ne déforme pas pma pensée: l’essentiel de l’Algérie était soumise à l’autorité française avant 1875. Est-il exact de dire que les talents algériens, en 2010, vivent pour leur immense majorité hors de leur pays d’origine. Est-il exact de dire que sous administration française l’Algérie était: misère plus espoir mais que sous administration FLN l’Algérie est: misère plus désespoir.

    Le phénomène Harraga, les Algériens ne l’ont connu que sous gestion FLN. Le terme Hogra – repris aujourd’hui jusque par des écrivains français n’était employé que pour qualifier des rapports de domination et de mépris entre individus; il qualifie aujourd’hui des relations entre individus et institutions publiques. La Hogra est devenu un néologisme de la langue française: preuve que le génie populaire algérien ne s’est pas tari malgré les coups féroces qui lui ont été portés.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique