Édition du
21 July 2017

URGENT : Affrontements violents à la Casbah !

El Watan.com

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.09.10 | 16h04

Le marché informel de la rue de la Lyre a été…

Le marché informel de la rue de la Lyre a été supprimé par les autorités publiques juste après l’Aid. Cette mesure a provoqué la colère des jeunes de la Casbah

C’est un après-midi mouvementé qui a ébranlé la Casbah  ce samedi 25 septembre. Des affrontements violents ont éclaté entre des centaines de jeunes et des policiers.

Une bagarre générale entre force de l’ordre et des jeunes vendeurs de la rue de la Lyre a embrasé toute la Casbah. Les affrontements ont éclaté vers les coups de 13 h lorsque des policiers ont procédé à l’arrestation de plusieurs jeunes vendeurs clandestins.

Mais ces interventions ont rencontré de vives résistances de la part des jeunes de la rue de la Lyre. Des lors, une bagarre éclate et se transforme en émeute n’était-ce l’intervention musclée des « casques bleus ».  Malheureusement, un policier a été carrément lynché par les jeunes en furie et plusieurs blessés ont été déplorés de part et d’autre au cours de ces affrontements.

A l’origine de ces soudaines violences, la suppression du marché informel de la rue de la Lyre qui était durant des années un bazar à ciel ouvert où tout était proposé à la vente. Ce marché qui attirait toutes les bourses modestes d’Alger a été supprimé par les autorités publiques juste après l’Aid et les jeunes vendeurs n’ont plus le droit d’étaler quoi que ce soit sur les trottoirs.

Une interdiction qui n’a nullement été du goût des ces jeunes vendeurs. Pour le faire savoir, ils se sont révoltés contre cette décision qui leur semble « injuste ». « Qu’on nous affecte à un autre lieu pour continuer à exercer notre activité. De quoi nous allons vivre si on nous pourchasse. Nous avons des familles à faire nourrir », s’écrient-ils en menaçant de recourir à l’émeute si la wilaya d’Alger persiste à les ignorer.

Pour l’heure, aucune solution n’a été avancée par les pouvoirs publics pour calmer les esprits et ramener la sérénité à la Casbah. D’autre part, plusieurs quartiers d’Alger sont en ébullition depuis que de nombreux marchés informels ont été supprimés. C’est dire donc que  l’atmosphère est réellement explosive à Alger. Les frustrations et les rancunes se lisent sur les visages de ces jeunes désoeuvrés qui cherchent à sortir de l’ornière du chômage et de la misère sociale.

Abderrahmane Semmar

Nombre de lectures : 4648
11 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Abdelkader
    25 septembre 2010 at 18 h 31 min - Reply

    Bien fait les jeunes pour cette police injuste,




    0
  • S.H
    25 septembre 2010 at 19 h 05 min - Reply

    Depuis l’annonce du gouvernement de la suppression des marchés dits « informels » dans toutes les villes du pays, des heurts ont éclatés dans certaines localités, comme fut le cas il y’a quelques semaines à Draa Ben Khedda ex Mirabeau à une dizaine de kilomètres à l’Ouest de Tizi-Ouzou.Le créneau du commerce informel constitue une part importante de l’activité des jeunes sans emploi. On peut même dire malgré l’inexistence de statistiques sur cette activité, qu’elle est la pourvoyeuse d’emploi pour des milliers de jeûnes à travers toute l’Algérie. La suppression de ces marchés engendrera certainement une résistance acharnée de la part des milliers de jeunes qui pratiquent cette activité. Cependant, je suis très sceptique par rapport à l’émeute, car ça offre des scènes violentes qui laissent que regret et désolation. L’émeute a prouvé son inefficacité, l’occupation de la rue sans une adhésion populaire dans l’ensemble du pays, n’aura aucun impact.D’ailleurs le gouvernement commence sa sale besogne d’une manière progressive, en commençant par Alger et Tizi-Ouzou.
    De ce fait, les partis, les associations, des personnalités nationales doivent s’impliquer pour canaliser la révolte et la colère de nos jeunes. Le terrain doit être notre seul lieu de combat!




    0
  • Za3maza3ma
    25 septembre 2010 at 19 h 21 min - Reply

    Pouvoir pourri. Il n’a que eux qui ont de droits.




    0
  • merouan
    25 septembre 2010 at 19 h 43 min - Reply

    ils voulait faire d;eux des harragas ou tout simplement des suicidaires.
    n’est ce pas la preuve d’une autoritee mal place et mal exutee.
    c’est au peuple maintenant de se charger de combattre l’injustice dont les fils des Abou-N’joum ne connaissent meme pas la couleure.




    0
  • Imad youcef amine
    25 septembre 2010 at 20 h 33 min - Reply

    On doit commencer par faire le ménage chez soit , avant de le faire ailleurs .
    Le gouvernement, doit obligatoirement faire un très grand et profond ménage en son sein d’abord, son entourage, (ministères, ministres, députés, APN,ANP, Sonatrach, el khaliffa banque, dossier des disparus, les centaines de milliards de dollars du trésor public algériens dilapidées d’une façon ou d’une autre (depuis 1962), les erreurs graves et impardonnables de gestion du pays(Scandales des autoroutes, du métro d’alger, de ENTV, de la CNAN, les millions de dollars offerts en cadeau pour des vaccins H1N1…responsabilité de la fuite de la matière grise algérienne a l’étranger, responsabilité de la dissolution de plusieurs compagnie nationales productif, et des milliers d’emploi perdu, responsabilité de la dégradation de toute un pays (éducation, formation, travail, santer, économie, gestion, sécurité….tout est sale tout est dévaluer , démoraliser, vandaliser……
    Aller arrêter ou au moins dénoncer les responsables de la désorientation de la nation algérienne d’une société pacifique, travailleur, progressistes, vers une société de violence, d’agression , de corruption , de vandales, de criminels…RABI OUALYOUKOUM..QUELQUES SOIT X.
    LA LISTE EST TRÈS TRÈS LONGUE……ALORS CHERS GOUVERNEURS , COMMENCER PAR FAIRE LE MÉNAGE CHEZ VOUS, AUTOURS DE VOUS, ENSUITE LE PEUPLE, LES JEUNES, LES PAUVRES ALGÉRIENS…SE REMETTRONT SUR LA BONNE VOIE TOUT SEULS…INCHALLAH. AMINE.




    0
  • palestro
    26 septembre 2010 at 2 h 36 min - Reply

    Bonjour à tous, fini l’anarchié avec trotoires squatés, place publics et autres… le mieux c de revenir à l’autorité de l’état que tous citoyens et commerçants honnêtes attends avec impatiences .




    0
  • M.ACHOURI
    26 septembre 2010 at 8 h 46 min - Reply

    le 1er septembre 2010 j’ai fêter un 25ème anniversaire, pas celui de ma naissance ni celui de mon mariage ou autres, j’ai fêter l’anniversaire de mon independance à moi,ni you you ni baroud, juste quelques amis et ma famille, je ne suis pas un ancien moudjahid comme l’ont été mon père allah yarahmou et grande maman allah yarhamha, mon calvaire à moi a commencer en 1976 alors lycéen à OKBA, bien aprés la soit disant indépendance de l’algerie, la torture, le chifoune, le chalumeau sur les parties les plus intimes du corps, commissariat du 5ème arr. bab-el-oued. Commissariat du 2ème arr. sidi-abderrahmane. commissariat du 3ème arr. place des martyres là ou le sinistre el harrachi pratiquer tout les sevices impensables sur des ado.exactement 25 ans que j’ai pas mis les pieds en Algerie. Vive la LIBERTÉ.




    0
  • samir
    26 septembre 2010 at 9 h 43 min - Reply

    @palestro…encore un qui ne vit pas sur la même planete que nous… »autorite de l’état »…est ce que tu t’entends parler cher ami?




    0
  • samir
    26 septembre 2010 at 12 h 25 min - Reply

    @palestro..vous semblez vivre sur une autre planete. »autorité de l’état »,vous vous écoutez parlez?de quel état vous parlez? de cet état voyou qui a instutitionalisé la corruption et appauvri notre peuple? reprenez vos ésprits.




    0
  • Mohand
    27 septembre 2010 at 10 h 50 min - Reply

    Palestro vous parler de cet Etat d’assassins et de corrupteurs qui a instauré la désolation et le chaos .




    0
  • khaled
    27 septembre 2010 at 11 h 58 min - Reply

    Je suis né a la Casbah, j’habite la rue Arbadji. La casbah a été de tous les temps le lieu de l’informel.

    La casbah est toujours la place de tous ceux qui sont en transit, sans famille, sans papier et sans logement.

    Une misère gagne son pain sur une notre misère….

    Elle est la place de celles/ceux qui y vivent, vivotent plutôt sans lendemain.

    Cette introduction matérialiste est pour satisfaire nos amis communistes qui ont fait un travail remarquable durant la colonisation et après pour prendre en charge la Casbah.

    Mais la Casbah est aussi le lieu pauvres, vivant leur misère dans la dignité.

    La casbah est aussi celle des Moussabilines, des dockers du port, et des marins qui ont côtoyés toutes les races et qui chantent leur prouesse idylliques le temps d’une soirée Chaabi.

    La casbah est aussi le lieu de tous les crimes et débauches.
    Le lieu ou dans le temps une fille de joie pouvait gagner en une journée, ce qu’un docker gagne en un mois.

    La casbah a été aussi la place ou les prêches de A.B ont failli un jour déboulonner le pouvoir.

    Mais la Casbah n’a été jamais une place acquise a n’importe quel pouvoir criminel




    0
  • Congrès du Changement Démocratique