Édition du
29 March 2017

Le meilleur record du régime algérien: El fsed wla legaad!


Un de mes amis, aujourd’hui disparu, le regretté Ouadah Benali, nationaliste et révolutionnaire connu à Mascara, m’avait dit un jour, le plus sérieusement du monde: « Si en 1962, nous avions sélectionné les meilleurs experts du monde en sabotage, toutes spécialités confondues, et qu’on leur avait confié la mission de saboter l’Algérie de manière irréversible et profonde, ils n’auraient pas mieux fait que le régime, parce qu’il a fait l’essentiel du travail: faire disparaître les valeurs. »
DB


Nombre de lectures : 2152
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • algerien de retour
    27 septembre 2010 at 19 h 34 min - Reply

    ILS N’ONT RÉUSSIT que grâce aux aides, assistances et conseiller étranger.
    Ensuite aux massacres de la population (bentalha, sidi moussa, relizane, beni messous… )a la tronçonneuse en toute impunité dans la periode Aout-Septembre-octobre 1997, EXACTEMENT COMME L’A FAIT LA FRANCE COLONIALE VERS LES ANNÉES 1860-1870,POUR BRISER LA MONTÉE EN PUISSANCE DE L’EMIR ABDELKADER (1)ALLAH YERZAKNA MEN MTHALOU, QUI LUI Dé Fendait L’ALGERIE.
    C’EST AUSSI EXACTEMENT CE QU’A FAIT LA FRANCE COLONIALE DURANT LA GUERRE DE LIBÉRATION DE L’ALGERIE, EN CRÉANT DE FAUX MAQUISARDS (2) ET EN MASSACRANT LES POPULATIONS RURALES, LES PLUS DÉMUNIES ET VULNÉRABLES….DONC CERTAINS MILIEUX FRANÇAIS NE SONT SUREMENT PAS ÉTRANGER, NI INNOCENT DE TOUS LES MALHEURS ALGÉRIENS..DEPUIS BIEN AVANT 1962….SOIT 1830.
    c’est d’ailleurs la même logique qui continue a être utilisée, coup de force, c’est les lois algérienne.

    (1). Le général Bugeaud nommé à Oran négocie un nouveau traité avec l’Emir, le traité de la Tafna est signé le 30 mai 1837. L’Emir contrôle désormais l’ouest, le Titeri et une partie de l’algérois. Il consolide l’état, bâtit des villes fortifiées, fonde des ateliers militaires, soumet les rebelles et les collaborateurs. Le traité donne lieu à des contestations avec le Gouverneur Valée et la guerre reprend en novembre 1839. Bugeaud nommé gouverneur, veut occuper tout le pays, il pratique la méthode de la « terre brûlée’, détruisant toutes les villes, les récoltes, troupeaux… sources : http://www.el-mouradia.dz/francais/algerie/portrait/archives/emir.htm

    (2) http://www.youtube.com/watch?v=M8DdbkXvYio&feature=related

    /// ne pas confondre la France coloniale et la France actuelle///




    0
  • Ammisaid
    27 septembre 2010 at 20 h 57 min - Reply

    Les valeurs sont le ciment d’une nation et le rempart solide sur lequel bute toutes les passions petites ou grandes, sournoises ou violentes et réelles ou imaginaires.
    Nos valeurs ancestrales qui nous avaient permis de garder l’espoir, de patienter quand nous vivions sous le joug de la misère et de rester digne en temps de paix et en celui de la guerre, n’étaient pas ancrées dans la personnalité de ceux qui avaient volé notre indépendance et ensuite pris le pouvoir.

    Ils savaient qu’ils étaient et ils savaient qui nous étions puisqu’ils faisaient parti de cette terre qui avait résisté a tant d’envahisseurs, par le fait qu’ils avaient gardé, appris et transmis de génération en génération ces précieuses et indispensables valeurs.

    Ils savaient que nos valeurs ancestrales, étaient nos parents spirituels, moraux et culturels et ils savaient qu’en les détruisant, nous allons devenir, tels des orphelins abandonnés et sans repères ou tel un troupeau sans pasteur.

    Ils savaient et ils s’étaient préparés dans des laboratoires où ils avaient appris toutes les ruses nécessaires pour prendre le pouvoir, l’installer, le fortifier et le garder quelque soit la manière.

    Ils savaient qu’il fallait nous harceler sans cesse avec le mensonge et les rumeurs, casser tous les outils qui permettent l’accès aux sciences et au savoir, humilier, torturer et assassiner tous ceux et celles qui risquent d’être un obstacle a la conservation des privilèges qu’octrois le pouvoir, a semer dans la société tous les maux qui peuvent occuper
    leurs esprits nuit et jour, a diffuser la méfiance qui sépare même les frères, a terroriser nos cœurs et a remplir nos rêves de douloureux cauchemars, a morceler le peuple pour l’empêcher de s’unir…

    Ils ont réussi mais est-il possible que le mensonge puisse triompher de la vérité d’une façon éternelle?
    Les valeurs ne meurent jamais, elles ont une peau dure. Elles perdent de leur vigueur la où personne ne s’en sert. Elles sont comme l’herbe, elle repousse même si elle est écrasée par un rouleau compresseur. Nos valeurs ont des racines qui sont plongées dans les profondeurs infinies de notre terre, il suffit de les arroser, les élaguer et les ressemer partout comme le faisaient nos ancêtres, pour qu’elles recommencent a nous mener de victoire en victoire.
    Fraternellement a toutes et a tous




    0
  • D B
    27 septembre 2010 at 22 h 13 min - Reply

    Merci Ammi Saïd pour ce message d’espoir. « L’herbe repousse même si elle est écrasée par un rouleau compresseur. »
    La meilleure preuve que tu as raison est que nous sommes tous là, sur cet espace, à refuser de nous laisser avaler par l’ogre.
    Mais avoue que c’est dur! C’est dur de devoir affronter chaque jour que Dieu fait, non pas des ennemis, mais nos prores frères, nos propres soeurs, qui se vendent au plus offrant, qui se répandent en autant de carpettes, sous les pieds de grossiers parvenus, juste pour avoir le droit de piètres avantages.
    Je connais quelqu’un, qui m’est proche, qui fait partie de la nomenklatura, dont tous les frères, les soeurs, les beaux frères, les belles soeurs, les enfants, les cousins, sont devenus des ventouses à pomper le sang des algériens. Etudes à l’étranger pour leurs rejetons, soins à l’étranger pour eux, domestiques, lignes de crédit, affaires juteuses, plusieurs pieds à terre à l’étranger, comptes en banque en devises, et cerise, la mine toujours renfrognée du parvenu intégral, et les bousboussades quotidiennes de tous ceux qui guettent la moindre de ses apparitions pour lui sauter aux joues. A signaler que ses enfants, ses neveux, et même les enfants de ses beaux frères et de ses belles soeurs, ne parlent plus arabe, mais français, toujours et sans faute. Et même qu’ils se sentent au milieu d’indigènes, lorsqu’ils sont parmi nous.
    Et dire que je me rappelle d’un temps où cet homme, quand il était enfant, vivait au sein d’une famille admirable de modestie et de vertus vraies. Sa famille répandait le bien comme une plante odoriférante exhale ses effluves, tout naturellement, généreusement.
    Qu’il est loin ce temps perdu, quand les hommes savaient vivre debout.




    0
  • Sami
    27 septembre 2010 at 23 h 04 min - Reply

    Salam et merci boucoup DB, et a tous qui ont commente,
    Mais j aimerais bien attire votre attention a quelque chose concernant le terme  »disparus’, je pense il est injust ce term, ils faut dire les ‘FAIT-DISPARUS’
    Pareceque les humains , meme les animaux et meme les choses ne disparaissent pas , ces gens ont enleve et apres tourture et ont ete tues
    Tant que les algeriens ont pas agi pour rendre justice a leur esprit et informaer le peuple ce que s’est passe vraiment, on peut pas arrete cette deterioration et sauve notre cher pays, Allah yarhamhom Ajma3een , on demande l’excuse de leurs famille
    Fraternallement




    0
  • Ammisaid
    28 septembre 2010 at 7 h 47 min - Reply

    Tu sais djamal l’espoir est dans le fait que la grande majorité des Algériens et des Algériennes ne font pas parti du système. Chacun le combat a sa manière. Même un suicidé est pour moi un opposant. Tous ceux et telles qui continuent a vivre en se débrouillant et en arrachant le peu qu’ils lâchent sont des résistants. Un peuple admirable qui est le notre, il refuse le renoncement, il arrive a survivre même la où la vie n’a plus d’air pour respirer et il se soulèvera, soit certain, au moment ou personne ne l’attendra.
    Il lui suffit d’être guidé par des hommes sincères, courageux, déterminés et clairs dans les
    objectifs qu’ils auront a lui confier et dans le but qu’ils doivent atteindre avant de s’arrêter.

    L’heure de la délivrance surviendra et la liberté et la dignité seront de la partie si la lutte
    est, justement, basée sur nos valeurs ancestrales afin qu’ensuite ceux qui seront appelés a nous diriger les restaurent et les revivifient jusqu’à ce qu’elles reviennent telles qu’elles étaient hier.

    Pour ce qui est de cette famille que tu connais cher djamal, je te dirais qu’au fond elle était
    Plus heureuse dans la modestie et la générosité que dans la fausseté et la luxure, sauf qu’elle ne doit pas le savoir, ni le ressentir car elle a, sans doute, oublié le bonheur que lui procurait la vie de la fraternité et de la solidarité entre les familles.

    La misère noire avait, beaucoup, sévi dans nos villages et douars, c’est pour cela que certains de nous ont succombé aux appels et aux désirs de ceux qui nous ont trompé pour nous asservir au mal et ainsi continuer a nous diriger vers le chaos où nous pataugeons sans savoir comment s’en sortir. La vie d’un peuple est longue et périlleuse, elle doit franchir tous les obstacles pour enfin, arrivée, la où la paix, la justice, la liberté et la dignité demandent a être respectées par tous et par toutes.
    Salutations fraternelles




    0
  • houria
    28 septembre 2010 at 13 h 25 min - Reply

    Salem,
    Soyons francs et justes , en toute logique, si les vrais moujahidines avaient pris le pouvoir en 1962, notre Pays serait l’un des meilleurs du monde en fonction de la richesses des ressources naturelles sa répartition dans l’ensemble des domaines ainsi que le potentiel humain sans oublier le principal, la bénédiction d’ALLAH (BARAKA).
    Malheureusement les imposteurs qui ont pris le pouvoir ont semé la mauvaise graine …Benbella, Boumédiènne, ont planté un arbre penché




    0
  • el-amel
    29 septembre 2010 at 11 h 31 min - Reply

    Le meilleur record du régime algérien c’est de rester fidèle à la mère-patrie.




    0
  • Djamel Eddine U
    30 septembre 2010 at 0 h 50 min - Reply

    Il serait peut etre injuste de dire que les sacrifices fait par nos parents pour la liberté de mon pays etaient confisqué en 1962.

    Il serait peut etre injuste de dire que Charles de Gaulle n’avait accepté de negocier et signer les accords d’Evian qu’après avoir opté pour le plan « B » du moment que le plan « A » de combat armée ne marchait pas et qu’il etait arrivé a la conviction de changer de plan avant de tout perdre. Ca a marché encore pour un demie siècle a ce jour, donc 132(colonialisme)+48(néo-colonialisme = 180 ans d’éxploitation.

    Il serait donc peut etre injuste de dire aujourdhui que je suis un Algerien Libre du moment que je suis en liberté provisoir et que je peut perdre mon sursis si jamais je m’éxprime ou je menace sérieusement de changer ce fait.

    Il serait donc peut etre injuste de conclure que je suis encore un esclave en liberté fictive

    Mon Dieu.. combien sont’ils et combien sommes nous? Sont’ils aussi éfficace a ce point?
    Sommes nous aussi lache a ce point?




    0
  • kouder
    3 octobre 2010 at 15 h 00 min - Reply

    On parle beaucoup de valeurs ancestrales, quelles sont réellement ces valeurs? de quelles valeurs s’agit-il exactement? quel a été leur impact sur la construction sinon la déconstruction de la société ? Si ces valeurs ont existé, pourquoi n’ont-elles pas résisté à l’épreuve du temps ?…

    Avant toute chose, peut-on dire qu’il y’a présentement une société Algérienne homogène, soudée ou partageant les mêmes valeurs?

    Dans l’échelle des valeurs et à l’exception, plus ou moins,des principes moraux sous tendus, principalement, par la religion, il est regrettable de constater que, globalement, les Algériens n’ont pas en commun les principes fondamentaux nécessaires et indispensables pour la construction d’un état fort, prospère et toujours tourné vers le futur sans renier, bien évidemment, le passé.

    Compte tenu des liens de causes à effets en toute chose et en toute situation,ce passé, justement,est ,entre autres la source de ce mal être actuel.

    Il est vrai aussi qu’une société ne peut se relever et se construire aisément en l’espace d’un demi-siècle après avoir été sujette de manière continue à une occupation (Turque et Française) de presque 04 siècles et demi.

    Si une nation se construit autour de valeurs communes que partage la majorité,Ferhat ABBAS, n’avait-il pas alors raison de dire qu’il n’existe pas de nation Algérienne au sens étymologique du terme?

    A l’exception de la période du mouvement nationaliste et de la guerre d’indépendance, qui au demeurant, n’est pas exempt de tout reproche, de quoi avons nous concrètement hérités comme valeurs sûres qui puissent nous permettre de nous hisser et de figurer en bonne place parmi les grandes nations?
    A moins de considérer la violence comme une valeur.

    Par contre et, à titre d’exemple, certaines révolutions en occident demeurent des références et ont relativement réussies, par ce qu’elles étaient véhiculées par des valeurs nobles et universelles telles que la liberté dans toutes ses formes, l’égalité des chances et devant la loi, l’équité, le respect des droits de l’homme et de la dignité humaine.

    Les valeurs religieuses sont certes indispensables, mais pas suffisantes pour bâtir une nation digne de ce nom. De plus, il faut impérativement bannir tous les totalitarismes y compris celui dont se nourrit les pouvoirs théocratiques.
    A travers l’histoire de l’humanité et au nom de toutes les religions, que d’injustices d’atrocités, de massacres et d’horreurs commis par ceux qui se sont autoproclamés les représentants de Dieu sur terre.

    Il demeure entendu que j’évoque ici les valeurs collectives et non individuelles. Ces dernières, par ailleurs non négligeables, se situent dans la sphère privé. Effectivement, il importe à ce titre d’être un bon citoyen, poli, correct, bienveillant, bien élevé et respectueux des bonnes règles de la société. A ce stade, Dieu merci il y’a des concitoyens, même peu nombreux, assez vertueux.

    En fin de compte, tout le monde, ou presque, dresse un bilan mitigé, négatif pour ne pas dire plus de ce qui a été fait ou pas par nos ainés.

    Alors de grâce cessons de  »trop » glorifier un passé qui plus est, n’a pas encore révélé tous ses secrets faute d’un enseignement de qualité, objectif et rationnel de l’histoire de l’Algérie.

    De quelles valeurs peut-on parler en Algérie lorsque un simple déplacement d’une région à une autre fait perdre au citoyen ses repères. La réalité est qu’on ne se sent chez soi et surtout en sécurité que parmi les siens au sein de l’aarch, le village ou par extension dans sa ville natale. Par contre et à titre d’exemple, un Allemand, de par les valeurs qu’il partage avec ses concitoyens se sent chez lui partout où il se trouve dans son Pays.

    Il fallait accorder la priorité à la formation du citoyen pour asseoir de manière irréversible une culture de citoyenneté.
    Que de temps perdu et de générations sacrifiées.

    Pour ceux parmi eux encore en vie, je dis qu’il faut faire son mea culpa et demander pardon au peuple.

    Pour le reste, Basta.




    0
  • saly
    14 octobre 2010 at 18 h 00 min - Reply

    bonsoir, ça fait cinq minute que j’étais angoissé je ne savais quoi faire ni à quoi pensé j’étais comme une toupie dès fois je pense à organiser une équipe ou une association pour pouvoir changer ce bas monde, hélas mes proches me reproche le fait d’être surréaliste et têtue en employant le terme (tu ne va pas changer le monde, il faut vivre avec et faire comme tout le monde l’essentiel que tu ne mente pas tu ne vol pas ) mais en voyant la médiocrité et l’injustice je ne me contrôle pas je réagit et je vous dit la vérité jusque là je n’ai jamais obtenu gain de cause. alors il a fallu que je lise le commentaire de ammisaid et le message disant : « L’herbe repousse même si elle est écrasée par un rouleau compresseur. Nos valeurs ont des racines qui sont plongées dans les profondeurs infinies de notre terre, il suffit de les arroser, les élaguer et les ressemer partout comme le faisaient nos ancêtres, pour qu’elles recommencent a nous mener de victoire en victoire)




    0
  • Congrès du Changement Démocratique