Home » Actuel (1) » General Toufik: 'God of Algeria'

General Toufik: 'God of Algeria'

In Al Jazeera.net

September 2010 is the 20th anniversary of the world’s longest serving ‘intelligence chief’ taking office. The man in question is General Mohamed ‘Toufik’ Mediène, the director of Algeria’s Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS).

He was appointed head of the DRS in September 1990, 15 months before Algeria’s ‘Generals’, or ‘the group’ as they were known at the time, which included Mediène (then a colonel), annulled the elections that would have brought to power the world’s first ever democratically elected Islamic government.

To serve as head of the intelligence and security service of one of the world’s most ruthlessly repressive and corrupt regimes for 20 years is an extraordinary achievement. Felix Dzerzhinsky, the founder of the Cheka and forerunner of the KGB, effectively ‘controlled’ the Soviet Union for nine years (1917-1926); Lavrenti Beria, head of the NKVD, terrorised it for 15 (1938-1953); Hitler’s chief of police, Heinrick Himmler committed suicide after 11 (1934-1945), while General Hendrik van den Bergh ran apartheid South Africa’s Bureau of State Security (BOSS) for 11 years (1969-1980). Mediène has surpassed them all.

Why then, just as Mediène has reached this extraordinary milestone, are there rumours of his imminent demise?

The answer, in a nutshell, is that when a country’s head of intelligence and security becomes ‘the news’ it is a fairly sure sign that his time is up. For the last nine months, Mediène has increasingly been ‘the news’, largely as a result of the struggle that broke out between Abdelaziz Bouteflika and the DRS boss after Bouteflika’s election to a third term as president in April 2009.

Algeria’s ‘strong man’

To understand this struggle, we need to go back some years. Mediène’s promotional route had been ‘le tapis rouge’ – trained by the KGB in 1961 and backed by the chiefs of Algeria’s original secret service.

During the 1990s, when Algeria was immersed in its ‘Dirty War’ against the Islamists, the strongest man in the country was General Mohamed Lamari, the chief of staff of the Algerian army. However, as the country moved towards peace and the tanks returned to barracks, this mantle shifted to Mediène.

The transition from ‘war’ to ‘peace’ and the emergence of Mediène as the country’s ‘strong man’ coincided with the period surrounding the election in 1999 of Bouteflika as president.

The personal weaknesses of others, such as the propensity to corruption and sexual proclivities, have been fundamental to Mediène’s exercise of control. It is therefore not surprising that Mediène’s support for Bouteflika in 1999 was clinched by the fact that Bouteflika had been convicted in 1983 for the embezzlement of some $23mn in today’s equivalent from Algeria’s chancelleries while serving as foreign minister from 1965 to 1978.

Mediène became Algeria’s undisputed ‘strong man’ after the April 2004 presidential election and the unexpected dismissal of Mohamed Lamari four months later. The intrigue that led to Lamari’s dismissal involved a deal between Bouteflika and Mediène to give Algeria a new image by removing the most hated general of that time.

With Lamari gone, power was effectively shared between Bouteflika and Mediène, with General Smaïn Lamari (no relation to Mohamed), Mediène’s deputy and head of the Direction du contre-espionnage (DCE), doing his ‘dirty work’.

Grandiose ambitions

Mediène is a very secretive man. Only one photograph of him has been published and few, if any, of his spoken words have been recorded. It has therefore been assumed that the realisation of his ambition, if that is what it was, to take effective control of the country, dates from Lamari’s departure from the scene.

However, there is one record of Mediène’s words which suggests that he had a grandiose sense of his self-importance and power long before Lamari’s ‘retirement’.

The year was 1999; the occasion was the DRS’s torture and interrogation of Fouad Boulemia, claimed by the DRS to have murdered the Islamic Salvation Front (FIS) leader Abdelkader Hachani.

In his controversial one-day court trial in April 2001, Boulemia described how, after he had been tortured by DRS officers, Mediène entered and said: « It’s me, the boss (ana rabha). You are going to see what I am going to do to you. Admit that you killed Hachani and you’ll get 15 years prison. Your parents will be able to see you in prison. If not, I’m going to take you to your mother’s and will disembowel her in front of you. I am General Toufik, the God of Algeria (Rab Edzayer). »

Aside from his power of life or death over his fellow mortals, Mediène’s other godly attributes, given his shareholdings and investments in Algeria’s natural resources and real estate, would appear to be more materialistic than spiritual.

Warning signal

The ‘God of Algeria’s’ current difficulties began with Bouteflika’s election to a third term in April 2009. A third presidential term required a change to the constitution, which the DRS reluctantly supported.

But the consequences of the election were not what Mediène had intended. No sooner was Bouteflika ensconced in his third term than his ‘clan’ as it become known, aware of the president’s poor health, started planning in earnest for the succession of his younger brother, Said Bouteflika.

Although regarded by many as ineffectual, Said Bouteflika was nevertheless establishing a political power base. He had become the president’s ‘gate-keeper’, was effectively a minister-without-portfolio and was gathering support among the country’s business elite. There was even talk of a new political party being created for him.

The prospect of such a dynastic succession was not what the DRS had in mind when it gave the green light for Bouteflika’s third term.

Mediène watched Said’s move towards centre stage with distaste. Although the DRS no doubt felt that it could manage the ‘succession problem’, Mediène was alert to the possibility that Bouteflika, having got rid of Lamari at the beginning of his second term, might try to do the same with Mediène in his third.
The warning signal to Mediène came when Said Bouteflika linked his campaign to the former security boss, General Mohamed Betchine.

Corruption as control

Bouteflika was elected to a third term as president of Algeria in 2009 [GALLO/GETTY]

Betchine had been head of the country’s intelligence services and Mediène’s boss in the 1980s, before the creation of the DRS in 1990, when he seemingly went into retirement.

Following their January 1992 coup, the Generals ruled for the next two years through the Haut Comité d’Etat (HCE). With the HCE’s dissolution in January 1994, the Generals appointed their own man, Liamine Zeroual, as president.

Determined not to be the generals’ stooge, Zeroual appointed Generals Saidi Fodil and Mohamed Betchine as his two advisors.

By 1996, Zeroual had decided that Mediène had become too powerful and planned to replace him with Fodil. Mediène’s response was swift: Fodil died in a ‘road accident’.

A year later, Zeroual tried again, this time deciding to appoint Betchine as minister of defence in order to get rid of Mediène. Mediène’s retaliation was again swift and preemptory. He organised civilian massacres on a massive scale – at Raïs, Bentalha, Beni-Messous and elsewhere – bringing horror and psychosis to the gates of Algiers. At the same time, he set the DRS machinery on destroying Betchine’s businesses and reputation, forcing him to resign – a broken man. Zeroual followed suite.

Mediène’s response to the prospect of Betchine being brought back to power by a Said Bouteflika succession has been devastating. His strategy has been to destroy all those linked to Said Bouteflika using the age-old combination of ‘corruption’ and ‘blackmail’. Indeed, one reason why Mediène backed Bouteflika in 1999 and why corruption has become so pervasive over the last 10 years is that the DRS has encouraged it and uses it as a form of control.

Witch-hunt

Mediène began by exposing the corruption involved in the $12bn E-W highway project, the department of public work and its minister, Amar Ghoul, a friend of Said Bouteflika. The warning was not heeded. Mediène’s attack, reminiscent of his ‘destruction’ of Betchine in 1998, was therefore ratcheted up and directed at both Sonatrach, the giant state-owned oil and gas conglomerate and source of 98 per cent of Algeria’s foreign exchange, and Chakib Khelil, the minister of energy and mines and a close friend of the president and ‘symbol’ of the Bouteflika era.

The ‘Sonatrach scandal’, which broke in January 2010 with the arrest of the company’s CEO, four of its five vice-presidents and other senior executives soon brought both the economy and government to a state of near paralysis. Bouteflika was scarcely seen in public, while the DRS-led witch-hunt, ostensibly into Sonatrach’s corruption, left few within the country’s political and business elites without sleepless nights.

At one point, it looked as if Bouteflika might be turning the tables on Mediène by establishing an ‘independent security commission’ to investigate certain dossiers that had remained unresolved from earlier eras.

In particular, the commission sought to ascertain the role played by the DRS in the assassinations of Mohamed Boudiaf, the first chairman of the HCE, and Saidi Fodil.

The testimonies of two high-ranking witnesses, one a member of the DRS’s special unit involved in the assassinations of both Boudiaf and Fodil and the other a high-ranking army officer who confirmed the existence of this secret DRS unit, confirmed that this unit, under the overall command of Generals Mediène and Smaïn Lamari, had arranged Fodil’s car ‘accident’.

We will probably never know what dark arts were exercised on Bouteflika after the publication of these testimonies, but suffice it to say that nothing more has been heard of the commission.

Bouteflika’s May 2010 ministerial reshuffle had Mediène’s victory script written all over it. Chakib Khelil and Interior Minister Nouredinne ‘Yazid’ Zerhouni, Bouteflika’s two main ministerial supports, were dismissed, along with several lesser ministers. Said Bouteflika’s proposed succession became history.

Pyrrhic victory

The fact that Mediène has succeeded in reducing Bouteflika’s third term of office to a ‘lame-duck’ presidency may give him personal satisfaction, but it is something of a Pyrrhic victory for at least two reasons.

Firstly, the Sonatrach scandal and its associated exposés have been at incalculable cost to Algeria’s economy and international reputation. Secondly, a number of other unexpected revelations in the last couple of months have caused particularly unwelcome problems for Mediène.

These stem mostly from the recent Quds Press interviews with former DRS agent Karim Moulay. Moulay not only reminded Algerians and the world of the involvement of Algeria’s security services in the massacres of the 1990s, but, worse still for Mediène, Moulay gave public testimony that Mediène himself not only ordered the Beni Messous massacre of September 5, 1997, in which some 200 residents of the shack community were slaughtered, but that it was a ‘real estate’ land clearance operation for his family’s personal gain.

Moulay also said that the DRS, under Mediène’s command, was behind the planning and execution of the ‘terrorist’ attack on the Asni Hotel in Marrakech, Morocco, that killed two Spanish tourists and wounded a third in August 1994. Whether Spain re-opens the file and how Morocco will react remain to be seen.

Algeria’s relations with Morocco are likely to be damaged further by the activities of al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM). Morocco is aware of the involvement of the DRS in establishing AQIM in the Sahara-Sahel. Now that the kidnapper of the three Spanish aid workers abducted in Mauritania last November, Omar Ahmed Ould Sidi Ould Hama, has been revealed as a member of Polisario, which is closely managed by the DRS, Morocco’s claims that the Polisario is being used by Algeria, or at least the DRS, for ‘terrorist’ objectives, is suddenly taking on a new light.

Moreover, the increasing number of articles indicating that AQIM in the Sahel was a DRS creation is causing unease in Washington. Again, the blame lies with Mediène.

On the domestic front, it is believed that the DRS is coming under pressure, possibly from elements within the army and its own ranks, for the fact that ‘terrorism’ in the north may be getting worse, not better as claimed by the government, and that civil unrest across the country is reaching alarming levels.

Rumours are that third party intermediaries have spoken with both Mediène and Bouteflika and reached a deal whereby Mediène will ‘retire’ followed a while later by Bouteflika on grounds of ill-health, with the country to be ruled until the 2014 elections by a deputy president(s) to be appointed sometime before Bouteflika’s departure.

Algeria lives by rumour, and this rumour is not dissimilar to one in the spring of 2001 which said that the Berber unrest would bring Mediène’s career to an end.

But in 2001 Mediène was saved by 9/11 – twice. Firstly, he was spared being killed on 9/11 by being in another part of the Pentagon building on that fateful day. Secondly, he immediately became Washington’s key ally in its ‘global war on terror’.

It is unlikely that Washington will attempt to save him now. After all, it is thanks largely to DRS errors that we have been able to tell the story of how the Sahara-Sahel front in the ‘global war on terror’ was a US-Algerian fabrication.

Jeremy Keenan is a professorial research associate at the School of Oriental and African Studies, London University, and author of The Dark Sahara: America’s War on Terror in Africa.

The views expressed in this article are the author’s own and do not necessarily reflect Al Jazeera’s editorial policy.

Source:
Al Jazeera
================================================================
Traduction de notre compatriote Adel H. avec  tous nos remerciements.

Septembre 2010 marque le 20ème anniversaire du plus ancien «chef des services de renseignement » en fonction dans le monde. L’homme en question est le général Mohamed «Toufik» Médiène, le directeur du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) de l’Algérie.

Il a été nommé à la tête du DRS en Septembre 1990, 15 mois avant que les «généraux» d’Algérie, ou «le groupe» comme on les appelait à l’époque, qui comprenait Médiène (alors colonel), annule les élections qui auraient porté au pouvoir le premier gouvernement islamique jamais élu démocratiquement.

Être le chef du service de renseignement et de sécurité de l’un des régimes les plus impitoyablement répressifs et corrompus dans le monde durant 20 ans est une performance extraordinaire. Félix Dzerjinski, le fondateur de la Tchéka et précurseur du KGB, «contrôla» effectivement l’Union soviétique pendant neuf ans (1917-1926); Lavrenti Beria, chef du NKVD, la terrorisa pendant 15 ans (1938-1953); le chef de la police de Hitler, Heinrick Himmler, se suicida après 11 ans (1934-1945), tandis que le général Hendrik van den Bergh dirigea le Bureau of State Security (BOSS) de l’Afrique du Sud sous l’apartheid pendant 11 ans (1969-1980). Mediène les a tous surpassés.

Pourquoi alors, juste au moment où Mediène atteint ce jalon extraordinaire, y a-t-il des rumeurs concernant son imminente mise à l’écart?

La réponse, en un mot, est que le fait que le chef du renseignement et de la sécurité d’un pays fasse l’«actualité» est un signe assez certain que son temps est fini. Durant les neuf derniers mois, Mediène a de plus en plus fait l’«actualité», ce qui est en grande partie la conséquence de la lutte qui a éclaté entre Abdelaziz Bouteflika et le patron du DRS, après l’élection de Bouteflika pour un troisième mandat présidentiel en avril 2009.

L’«HOMME FORT» DE L’ALGÉRIE

Pour comprendre cette lutte, nous devons retourner quelques années en arrière. Pour gravir les échelons de la hiérarchie, Médiène eut droit au « tapis rouge» – formé par le KGB en 1961 et soutenu par les chefs du premier service secret de l’Algérie.

Durant les années 1990, lorsque l’Algérie était plongée dans sa «Sale Guerre» contre les Islamistes, l’homme le plus fort du pays était le général Mohamed Lamari, le chef d’état-major de l’armée algérienne. Toutefois, alors que le pays renouait avec la paix et que les chars retournaient dans les casernes, cette distinction échut à Médiène.
Le passage de la «guerre» à la «paix» et l’émergence de Mediène comme «homme fort» du pays coïncidèrent avec la période entourant l’élection de Bouteflika à la présidence en 1999.

Les faiblesses des autres, tels que la propension à la corruption et les penchants sexuels, ont été fondamentaux pour l’exercice du contrôle par Médiène. Il n’est donc pas étonnant que ce qui décida Médiène à accorder son soutien à Bouteflika en 1999 fut le fait que ce dernier avait été condamné en 1983 pour le détournement de quelque 23 millions de dollars en monnaie équivalente d’aujourd’hui des chancelleries de l’Algérie alors qu’il était ministre des Affaires étrangères de 1965 à 1978.

Mediène devint l’«homme fort» incontesté de l’Algérie après les élections présidentielles d’avril 2004 et la mise à l’écart inattendue de Mohamed Lamari quatre mois plus tard. La combine qui aboutit à la mise à l’écart de Lamari comprenait un accord entre Bouteflika et Mediène qui consistait à donner une nouvelle image de l’Algérie en écartant le général le plus haï à cette époque.

Lamari parti, le pouvoir fut effectivement partagé entre Bouteflika et Mediene, le général Smaïn Lamari (aucun lien de parenté avec Mohamed), l’adjoint de Médiène et chef de la Direction du Contre-espionnage (DCE), faisant le «sale boulot».

AMBITIONS GRANDIOSES

Mediène est un homme très secret. Seule une photographie de lui a été publiée et peu de ses paroles, s’il n’y en a jamais eu, ont été enregistrées. On suppose donc que la manifestation de son ambition, si c’était de cela qu’il s’agissait, de prendre le contrôle effectif du pays, commença avec le départ de Lamari de la scène.

Cependant, il y a un enregistrement des dires de Médiène qui donne à penser qu’il avait un sens grandiose de l’importance de sa personne et de son pouvoir bien avant le «départ en retraite» de Lamari.

Ce fut en fut 1999; la circonstance fut la torture et l’interrogatoire par le DRS de Fouad Boulemia, que le DRS prétendait être l’assassin d’Abdelkader Hachani, leader du Front islamique du salut (FIS).

Au cours de son procès controversé d’un jour, en avril 2001, Boulemia décrivit comment, après avoir été torturé par des agents du DRS, Mediène entra et dit: « C’est moi le patron (ana rabha). Tu vas voir ce que je vais te faire. Avoue que tu as tué Hachani et tu auras 15 ans de prison. Tes parents pourront te voir en prison. Sinon, je vais t’emmener chez ta mère et je vais l’éventrer devant toi. Je suis le général Toufik, le Dieu de l’Algérie (Rab Edzayer). »

A part son pouvoir de vie et de mort sur les simples mortels comme lui, les autres attributs divins de Mediène, compte tenu de ses prises d’actions et investissements dans les ressources naturelles et l’immobilier en Algérie, apparaitraient comme étant plus matérialistes que spirituels.

SIGNAL D’AVERTISSEMENT

Les difficultés actuelles du «Dieu de l’Algérie » commencèrent avec l’élection de Bouteflika pour un troisième mandat en avril 2009. Un troisième mandat présidentiel exigeait une modification de la Constitution, que le DRS soutint à contrecœur.

Mais les conséquences de l’élection ne furent pas celles que Médiène avait voulues. A peine Bouteflika fut-il confortablement installé dans son troisième mandat que son «clan», comme on en vint à le connaître, conscient de la mauvaise santé du président, commença à élaborer sérieusement des plans afin de lui faire succéder son frère cadet, Saïd Bouteflika.

Bien que considéré par beaucoup comme un incapable, Saïd Bouteflika était néanmoins en train d’établir une base de pouvoir politique. Il était devenu le « portier » du président, était en fait un ministre-sans-portefeuille et rassemblait des soutiens parmi l’élite affairiste du pays. On parlait même d’un nouveau parti politique qui allait être crée pour lui.

La perspective d’une telle succession dynastique n’était pas ce que le DRS avait en tête quand il avait donné le feu vert pour le troisième mandat de Bouteflika.

Médiène observait le mouvement de Saïd vers le centre de la scène avec dégoût. Bien que le DRS sentît sans aucun doute qu’il ne pouvait gérer le « problème de la succession », Mediène était conscient du risque que Bouteflika, s’étant débarrassé de Lamari au début de son second mandat, pourrait essayer de faire de même avec Médiène dans son troisième.

Le signal d’avertissement parvint à Mediene quand Saïd Bouteflika lia sa campagne à l’ancien patron de la sécurité, le général Mohamed Betchine.

LA CORRUPTION COMME MOYEN DE CONTRÔLE

Bouteflika a été élu pour un troisième mandat en tant que président de l’Algérie en 2009 [GALLO / GETTY]
Betchine avait été chef des services de renseignement du pays et patron de Médiène dans les années 1980, avant la création du DRS en 1990, quand il prit sa retraite en apparence.

Après leur coup d’État de Janvier 1992, les généraux gouvernèrent pendant les deux années suivantes par l’intermédiaire du Haut Comité d’État (HCE). Avec la dissolution du HCE en Janvier 1994, les généraux désignèrent leur propre homme, Liamine Zeroual, en tant que président.

Déterminé à ne pas être le pantin des généraux, Zeroual nomma les généraux Mohamed Saidi Fodil et Mohamed Betchine comme conseillers.

En 1996, Zeroual avait décidé que Médiène était devenu trop puissant et prévu de le remplacer par Fodil. La réaction de Médiène fut rapide: Fodil mourut dans un «accident de la route».

Un an plus tard, Zeroual essaya de nouveau, en décidant cette fois de nommer Betchine comme ministre de la défense afin de se débarrasser de Médiène. Les représailles de Médiène furent encore une fois promptes et péremptoires. Il organisa des massacres de civils à grande échelle – à Raïs, Bentalha, Beni-Messous et ailleurs – amenant l’horreur et la psychose jusqu’aux portes d’Alger. Au même moment, il utilisa la machinerie du DRS pour détruire le business de Betchine et sa réputation, le forçant à démissionner – un homme brisé. Zeroual le suivit.

La réaction de Médiène à la perspective de voir Betchine ramené au pouvoir par une succession échouant à Said Bouteflika a été dévastatrice. Sa stratégie a été de détruire tous ceux qui étaient liés à Saïd Bouteflika en utilisant la combinaison vieille comme le monde entre «corruption» et «chantage». En effet, l’une des raisons qui avaient poussé Médiène à soutenir Bouteflika en 1999 et qui ont fait que la corruption soit devenue si répandue au cours des 10 dernières années est que le DRS l’a encouragée et l’utilise comme un moyen de contrôle.

CHASSE AUX SORCIÈRES

Médiène commença par mettre au jour la corruption à laquelle furent mêlés, dans le projet d’autoroute est-ouest de 12 milliards de dollars, le secteur des travaux publics et son ministre, Amar Ghoul, un ami de Saïd Bouteflika. L’avertissement ne fut pas entendu. L’attaque de Médiène, qui rappelle sa «destruction» de Betchine en 1998, monta donc graduellement en puissance et fut dirigée tout à la fois contre Sonatrach, l’empire pétrolier et gazier géant appartenant à l’État, source de 98 pour cent des rentrées en devises de l’Algérie, et Chakib Khelil, le ministre de l’énergie et des mines, ami intime du président et « symbole » de l’ère Bouteflika.

Le « scandale Sonatrach », qui éclata en Janvier 2010 avec l’arrestation du PDG de l’entreprise, quatre de ses cinq vice-présidents et d’autres cadres supérieurs, eut vite fait de mener aussi bien l’économie que le gouvernement à un état de quasi-paralysie. Bouteflika fut à peine vu en public, tandis que la chasse aux sorcières menée par le DRS, sous-couvert de l’enquête sur la corruption à la Sonatrach, donna des nuits blanches à presque tous les membres des élites politiques et économiques du pays.
À un certain moment, il sembla que Bouteflika pourrait renverser la donne contre Médiène en désignant une « commission de sécurité indépendante » pour enquêter sur certains dossiers des époques antérieures qui n’avaient pas été résolus.

En particulier, la commission chercha à déterminer le rôle joué par le DRS dans les assassinats de Mohamed Boudiaf, le premier président du HCE, et Saidi Fodil.

Deux témoins de haut rang, l’un deux étant un membre d’une unité spéciale du DRS impliquée dans les assassinats de Boudiaf et Fodil, et l’autre un officier militaire de haut rang qui confirma l’existence de cette unité secrète du DRS, confirmèrent dans leurs déclarations que cette unité, sous le commandement global des généraux Médiène et Smaïn Lamari, avait organisé l’«accident» de voiture de Fodil.
Nous ne saurons probablement jamais qu’elle sorte de magie noire a été exercée sur Bouteflika après la publication de ces témoignages, mais il suffit de dire qu’on n’a plus entendu parler de cette commission.

Le remaniement ministériel opéré par Bouteflika en mai 2010 portait en filigrane la trace du script victorieux de Médiène. Chakib Khelil et le ministre de l’Intérieur Nouredine «Yazid» Zerhouni, les deux principaux appuis ministériels de Bouteflika, furent écartés, de même que plusieurs ministres de moindre importance. La proposition de donner la succession à Saïd Bouteflika devint de l’histoire ancienne.

VICTOIRE A LA PYRRHUS

Le fait que Médiène ait réussi à réduire le troisième mandat de Bouteflika à une présidence factice pourrait lui procurer une satisfaction personnelle, mais cette victoire est une victoire à la Pyrrus pour au moins deux raisons.
Premièrement, le scandale Sonatrach et les expositions associées ont eu un coût incalculable pour l’économie de l’Algérie et sa réputation internationale. Deuxièmement, un certain nombre d’autres révélations inattendues ayant eu lieu au cours des deux derniers mois ont été la cause de problèmes particulièrement malvenus pour Médiène.
Ces problèmes ont essentiellement pour origine les entretiens récents de Quds Press avec l’ancien agent du DRS Karim Moulay. Moulay non seulement rappela aux Algériens et au monde l’implication des services de sécurité de l’Algérie dans les massacres des années 1990, mais, pire encore pour Médiène, il témoigna publiquement que Médiène lui-même avait non seulement ordonné le massacre de Beni Messous du 5 septembre 1997, dans lequel quelques 200 habitants de cet ensemble de masures furent massacrés, mais qu’il s’agissait d’une opération « immobilière » défrichement de la terre pour le profit personnel de sa famille.

Moulay déclara également que le DRS, sous le commandement de Médiène, était derrière la planification et l’exécution de l’attaque « terroriste » contre l’Hôtel Asni à Marrakech, au Maroc, qui tua deux touristes espagnols et en blessa un troisième en août 1994. Il reste à voir si l’Espagne ouvrira de nouveau le dossier et comment le Maroc réagira.

Les relations de l’Algérie avec le Maroc sont susceptibles de se dégrader encore plus avec les activités d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). Le Maroc est conscient de l’implication du DRS dans l’établissement d’AQMI dans le Sahara-Sahel. Maintenant qu’on sait que le ravisseur des trois travailleurs humanitaires espagnols enlevés en Mauritanie en Novembre dernier, Omar Ahmed Ould Sidi Ould Hama, est un membre du Polisario, qui est étroitement géré par le DRS, les affirmations du Maroc que le Polisario est utilisé par l’Algérie, ou du moins le DRS, pour des objectifs «terroristes», apparaissent soudain sous un jour nouveau.

En outre, les articles en nombre croissant qui indiquent qu’AQMI dans le Sahel est une création du DRS suscite un malaise à Washington. Encore une fois, le blâme retombe sur Médiène.

Sur le plan intérieur, on estime que le DRS est mis sous pression, peut-être de la part d’éléments au sein de l’armée et de ses propres rangs, pour le fait que le «terrorisme» dans le nord pourrait empirer, et non régresser ainsi que le prétende le gouvernement, et que les troubles sociaux dans tout le pays atteignent des niveaux alarmants.

Des rumeurs disent que des intermédiaires d’une tierce partie ont parlé avec Médiène et Bouteflika et conclu un accord selon lequel Médiène « prendrait sa retraite » suivi un peu plus tard par Bouteflika pour raisons de santé, le pays devant être gouverné jusqu’aux élections de 2014 par un (des) vice-président(s) qui serai(en)t nommé(s) quelque temps avant le départ de Bouteflika.

L’Algérie vit sous l’emprise de la rumeur, et cette dernière rumeur n’est pas sans rappeler celle du printemps de 2001, qui disait que les troubles Berbères (sic) mettraient un terme à la carrière de Médiène.

Mais en 2001 Médiène fut sauvé par 9/11 – par deux fois. Tout d’abord, il eut la vie sauve le 9 septembre 2001 car il se trouvait dans autre partie du bâtiment du Pentagone en ce jour fatidique. Deuxièmement, il devint immédiatement l’allié clé de Washington dans sa «guerre globale contre le terrorisme».

Il est peu probable que Washington essaie de le sauver maintenant. Après tout, c’est en grande partie grâce aux erreurs du DRS que nous avons été en mesure de raconter l’histoire du comment le front du Sahara-Sahel dans la «guerre globale contre le terrorisme» était une fabrication américano-algérienne.

Jeremy Keenan est un professeur associé de recherche à la School of Oriental and African Studies (École des Études Orientales et Africaines), Université de Londres, et auteur de The Dark Sahara: America’s War on Terror in Africa (Le Sahara sombre : la guerre de l’Amérique contre le terrorisme en Afrique).

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale d’Al Jazeera.
Source Al-Djazira

===================================================



Nombre de lectures: 22233 Views

52 Reponses pour " General Toufik: 'God of Algeria' "

  1. Soufiane Benammar dit :

    C’est moi le général Toufik, Rab Edzayer !

    « Ils m’ont torturé au maximum vous comprenez ? Puis le général Toufik est venu, il m’a dit : Ana Rabha [c'est moi le Maître] tu vas voir ce que je vais faire de toi. Accepte de dire que tu as tué Hachani et tu auras quinze ans de prison, tes parents pourront te voir en prison. Sinon je vais t’emmener chez ta mère que je vais éventrer devant toi. C’est moi le général Toufik, Rab Edzayer [le Dieu de l'Algérie]. » (1) « Sinon je te ferai cracher le lait que tu as tété. C’est moi le général Toufik, Rab Edzayer », selon une autre source (2).

    In « La Mer rouge » : le naufrage annoncé d’un Pharaon
    A. Matari et M. Mahmoudi

    Lire la suite :
    http://www.hoggar.org/index.php?option=com_content&task=view&id=270&Itemid=46

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  2. liberté dit :

    @ Djamel Benchenouf,

    Est ce que vous pourriez nous traduire cet article en français SVP?

    Avec mes remerciements.

    ============================
    Nous avons lancé un appel à nos compatriotes pour traduire ce texte.
    La Rédaction LQA

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  3. salah bouzid dit :

    Google English to French translation

    Septembre 2010 marque le 20e anniversaire de «chef des services secrets » plus ancien du monde en fonction. L’homme en question est le général Mohamed Médiène «Toufik», le directeur du Renseignement de l’Algérie et du Département de la Sécurité (DRS).

    Il a été nommé à la tête du DRS en Septembre 1990, 15 mois avant l’Algérie «généraux», ou «le groupe» comme on les appelait à l’époque, qui comprenait Médiène (alors colonel), a annulé les élections qui ont porté au pouvoir le premier gouvernement jamais élu démocratiquement islamique.

    Pour servir en tant que chef du service de renseignement et de sécurité de l’un des régimes les plus répressifs et corrompus sans pitié dans le monde depuis 20 ans est une réussite extraordinaire. Félix Dzerjinski, le fondateur de la Tchéka et précurseur du KGB, effectivement «contrôlée» de l’Union soviétique pendant neuf ans (1917-1926); Lavrenti Beria, chef du NKVD, il terrorisé pendant 15 (1938-1953); Hitler chef de la police, Heinrick Himmler s’est suicidé après 11 (1934-1945), tandis que le général Hendrik van den Bergh a couru Bureau apartheid en Afrique du Sud de la sûreté de l’Etat (BOSS) pour 11 années (1969-1980). Mediene a dépassé tous.

    Pourquoi, alors, tout comme Mediene a atteint ce jalon extraordinaire, y at-il des rumeurs de sa mort prochaine?

    La réponse, en un mot, est que lorsque la tête d’un pays de l’intelligence et de la sécurité devient « les nouvelles » c’est un signe assez sûr que son temps est écoulé. Pour les neuf derniers mois, Mediene a été de plus en plus «les nouvelles», principalement en raison de la lutte qui a éclaté entre Abdelaziz Bouteflika et le patron du DRS, après l’élection de Bouteflika pour un troisième mandat comme président en avril 2009.

    «Homme fort» de l’Algérie

    Pour comprendre cette lutte, nous devons revenir quelques années. route de promotion Médiène avait été «Le Tapis Rouge» – formé par le KGB en 1961 et soutenu par les chefs de l’Algérie des services secrets d’origine.

    Durant les années 1990, lorsque l’Algérie a été immergée dans sa «guerre sale» contre les islamistes, l’homme le plus fort dans le pays, le général Mohamed Lamari, le chef du personnel de l’armée algérienne. Toutefois, comme le pays est passé à la paix et les réservoirs de retour à la caserne, ce manteau déplacé vers Médiène.

    Le passage de la «guerre» à la «paix» et l’émergence de Mediene comme «homme fort» du pays a coïncidé avec la période entourant les élections en 1999, de Bouteflika comme président.

    Les faiblesses d’autrui, tels que la propension à la corruption et penchants sexuels, ont été fondamentaux pour exercer Médiène de contrôle. Il n’est donc pas surprenant que le soutien Médiène pour Bouteflika en 1999 a été remporté par le fait que Bouteflika avait été condamné en 1983 pour le détournement de quelque $ 23mn en équivalent aujourd’hui de chancelleries de l’Algérie tout en agissant comme ministre des Affaires étrangères de 1965 à 1978.

    Mediene est devenu l’Algérie «homme fort» incontesté après la présidentielle élections d’avril 2004 et le licenciement inattendu de Mohamed Lamari quatre mois plus tard. L’intrigue qui a conduit au licenciement Lamari est impliqué un accord entre Bouteflika et Mediene à donner à l’Algérie une nouvelle image en supprimant le général le plus haï de l’époque.

    Avec Lamari parti, le pouvoir est effectivement partagée entre Bouteflika et Mediene, avec le général Smaïn Lamari (aucun rapport avec Mohamed), vice-Médiène et chef de la Direction du Contre-espionnage (DCE), fait son «sale boulot».

    ambitions grandioses

    Mediene est un homme très secret. Une seule photo de lui a été publié et quelques, le cas échéant, de ses paroles ont été enregistrées. Il a donc été admis que la réalisation de son ambition, si c’est ce qu’il a été, pour prendre le contrôle effectif du pays, les dates de départ Lamari de la scène.

    Cependant, il ya un enregistrement de mots Médiène, qui donne à penser qu’il avait un sens grandiose de sa propre importance et le pouvoir bien avant Lamari «retraite».

    L’année a été 1999; a été l’occasion d’interrogatoire du DRS de torture et de Fouad Boulemia, revendiquée par le DRS d’avoir assassiné le Front islamique du salut (FIS) leader Abdelkader Hachani.

    Dans son procès controversé d’une journée en avril 2001, Boulemia a décrit comment, après avoir été torturé par des agents du DRS, Mediene entra et dit: «C’est moi, le patron (ana Rabha). Vous allez voir ce que je vais faire pour vous. Avouez que vous avez tué Hachani et vous aurez 15 ans de prison. Vos parents seront en mesure de vous voir en prison. Sinon, je vais vous prendre à votre mère et son éventrer en face de vous. Je suis Toufik général, le Dieu de l’Algérie (Edzayer Rab). »

    En plus de son pouvoir de vie ou de mort sur ses compagnons mortels, Mediene les autres attributs divins, compte tenu de son actionnariat et des investissements dans les ressources naturelles de l’Algérie et de l’immobilier, semble être plus matérialiste que spirituel.

    Signal d’avertissement

    Le «Dieu de l’Algérie » difficultés actuelles ont commencé avec l’élection de Bouteflika pour un troisième mandat en avril 2009. Un troisième mandat présidentiel exigeait une modification de la Constitution, que le DRS à contrecoeur en charge.

    Mais les conséquences de l’élection n’ont pas été ce Médiène avait eu l’intention. A peine installé dans sa Bouteflika un troisième mandat de son «clan» comme il se faire connaître, conscients de la mauvaise santé du président, a commencé à planifier sérieusement pour la succession de son frère cadet, Saïd Bouteflika.

    Bien que considéré par beaucoup comme inefficace, Saïd Bouteflika est néanmoins établir une base de pouvoir politique. Il était devenu le président de ‘gardien’, était en fait un ministre sans portefeuille et a été rassemblement de soutien parmi l’élite des affaires du pays. On parlait même d’un nouveau parti politique en cours de création pour lui.

    La perspective d’une telle succession dynastique n’est pas ce que le DRS avait en tête quand il a donné le feu vert pour un troisième mandat de Bouteflika.

    Médiène regardé passer Said sur la voie de la scène avec dégoût. Bien que le DRS ne fait aucun doute estimé qu’il ne pouvait gérer »problème de succession » l’, Mediene a été attentif à la possibilité que Bouteflika, s’être débarrassé de Lamari au début de son second mandat, pourrait essayer de faire de même avec Médiène dans son troisième.
    Le signal d’avertissement à Mediene est venu où Saïd Bouteflika liées à sa campagne le patron de la sécurité anciens, le général Mohamed Betchine.

    La corruption que le contrôle

    Bouteflika a été élu pour un troisième mandat en tant que président de l’Algérie en 2009 [GALLO / GETTY]
    Betchine avait été chef des services de renseignement du pays et patron Médiène dans les années 1980, avant la création de la DRS en 1990, quand il a pris sa retraite en apparence.

    Après leur Janvier 1992 coup d’État, les généraux a régné pendant les deux prochaines années à travers le Haut Comité d’Etat (HCE). Avec la dissolution du HCE en Janvier 1994, les généraux ont nommé leurs propres homme, Liamine Zeroual, en tant que président.

    Déterminé à ne pas être pantin des généraux, Zeroual a nommé les généraux Mohamed Saidi Fodil et Betchine que ses deux conseillers.

    En 1996, Zeroual avait décidé que Médiène était devenu trop puissant et prévu de le remplacer par Fodil. Médiène réponse a été rapide: Fodil est mort en «accident de route».

    Un an plus tard, Zeroual a essayé à nouveau, cette fois de décider de nommer Betchine comme ministre de la défense afin de se débarrasser de Mediene. représailles Mediene a de nouveau été rapide et péremptoire. Il a organisé des massacres de civils à grande échelle – au Raïs, Bentalha, Beni-Messous et ailleurs – qui porte l’horreur et la psychose jusqu’aux portes d’Alger. Dans le même temps, il a mis la machine à détruire les entreprises DRS Betchine et à la réputation, le forçant à démissionner – un homme brisé. Zeroual suivi le mouvement.

    Médiène réponse à la perspective de Betchine d’être ramené au pouvoir par une succession Said Bouteflika a été dévastateur. Sa stratégie a été de détruire tous ceux qui sont liés à Saïd Bouteflika en utilisant la combinaison séculaire de la «corruption» et «chantage». En effet, l’une des raisons Médiène soutenu Bouteflika en 1999 et pourquoi la corruption est devenue si répandue au cours des 10 dernières années est que le DRS a encouragé et l’utilise comme une forme de contrôle.

    Chasse aux sorcières

    Mediene a commencé par exposer la corruption impliqués dans le projet d’autoroute EW 12 milliards de dollars, le ministère des travaux publics et de son ministre, Amar Ghoul, un ami de Saïd Bouteflika. L’avertissement n’a pas été entendu. attaque Médiène, qui évoque sa «destruction» de Betchine en 1998, a donc été à cliquet et s’adressent à la fois la Sonatrach, le géant pétrolier d’État et de conglomérat de gaz et la source de 98 pour cent du taux de change de l’Algérie, et Chakib Khelil, le ministre de l’énergie et des mines et un ami proche du président et du «symbole» de l’ère Bouteflika.

    Le «scandale de Sonatrach, qui a éclaté en Janvier 2010 avec l’arrestation du PDG de l’entreprise, quatre de ses cinq vice-présidents et d’autres cadres supérieurs dès apporté à la fois l’économie et du gouvernement à un état de quasi-paralysie. Bouteflika était à peine vu en public, tandis que la sorcière DRS-led-chasse, apparemment sur la corruption de la Sonatrach, a laissé peu au sein des élites politiques et économiques du pays sans nuits blanches.

    À un moment donné, il a regardé comme si Bouteflika pourrait se tourner les tables sur Médiène en établissant une «commission de sécurité indépendants pour enquêter sur certains dossiers qui étaient restées ouvertes, des époques antérieures.

    En particulier, la commission a cherché à déterminer le rôle joué par le DRS dans l’assassinat de Mohamed Boudiaf, le premier président du HCE, et Saidi Fodil.

    Les témoignages des deux témoins de haut rang, un membre d’une unité spéciale de la DRS est impliqué dans les assassinats de deux Boudiaf et Fodil et l’autre un officier militaire de haut rang qui a confirmé l’existence de cette unité secrète DRS, a confirmé que cette unité, sous le commandement des généraux Mediene et Smaïn Lamari, avait organisé «accident» de voiture Fodil.

    Nous ne saurons probablement jamais ce que les arts sombres ont été exercées sur Bouteflika après la publication de ces témoignages, mais il suffit de dire que rien de plus a été entendu de la commission.

    Bouteflika mai 2010 remaniement ministériel était script victoire Mediene a écrit sur elle. Chakib Khelil et ministre de l’Intérieur Zerhouni Nouredinne «Yazid», Bouteflika les deux principaux supports ministérielle, ont été licenciés, ainsi que plusieurs ministres moindre. Said Bouteflika succession proposé est devenu l’histoire.

    victoire à la Pyrrhus

    Le fait que Mediene a réussi à réduire troisième mandat de Bouteflika à la présidence du bureau un «canard boiteux» peut lui donner satisfaction personnelle, mais c’est quelque chose d’une victoire à la Pyrrhus pour deux raisons au moins.

    Tout d’abord, le scandale Sonatrach et ses associés ont été exposés à un coût incalculable pour l’économie de l’Algérie et la réputation internationale. Deuxièmement, un certain nombre d’autres révélations inattendues au cours des deux derniers mois ont causé des problèmes particulièrement malvenue pour Médiène.

    Ces essentiellement imputable à la entretiens récents Quds Press avec l’ancien agent du DRS Karim Moulay. Moulay non seulement rappelé les Algériens et le monde de l’implication des services de sécurité de l’Algérie dans les massacres des années 1990, mais, pire encore pour Médiène, Moulay a donné un témoignage public que Médiène lui-même non seulement ordonné le massacre de Beni Messous de Septembre 5, 1997, dans dont environ 200 résidents de la communauté cabane ont été abattus, mais qu’il s’agissait d’une opération immobilière de «défrichement à des fins personnelles de sa famille.

    Moulay a également déclaré que le DRS, sous le commandement de Mediene, était derrière la planification et l’exécution du « terroriste » l’attaque sur l’Hôtel Asni à Marrakech, au Maroc, qui a tué deux touristes espagnols et blessé un troisième, en août 1994. Que l’Espagne re-ouvre le fichier et comment le Maroc va réagir reste à voir.

    relations de l’Algérie avec le Maroc sont susceptibles d’être endommagés par les autres activités d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Le Maroc est conscient de l’implication du DRS dans l’établissement AQMI dans le Sahara et du Sahel. Maintenant que le ravisseur des trois travailleurs humanitaires espagnols enlevés en Mauritanie dernière Novembre, Omar Ahmed Ould Sidi Ould Hama, a été révélé en tant que membre du Polisario, qui est étroitement géré par le DRS, les revendications du Maroc que le Polisario est utilisé par l’Algérie , ou du moins le DRS, pour «terroriste» des objectifs, est soudainement prise d’une lumière nouvelle.

    En outre, le nombre croissant d’articles indiquant que AQMI dans le Sahel est une création du DRS est à l’origine malaise à Washington. Encore une fois, la faute incombe à Médiène.

    Sur le plan intérieur, il est estimé que le DRS est sous pression, peut-être à partir d’éléments au sein de l’armée et de ses propres rangs, le fait que le «terrorisme» dans le nord peut empirer, pas mieux que réclamé par le gouvernement, et que les troubles civils dans tout le pays atteint des niveaux alarmants.

    Les rumeurs sont que des intermédiaires tiers ont parlé avec les deux Médiène et Bouteflika et conclu un accord selon lequel Médiène se « retirer » suivie un peu plus tard par Bouteflika en raison de la mauvaise santé, avec le pays d’être gouverné jusqu’à les élections de 2014 par un vice-président (s) pour être nommé quelque temps avant le départ de Bouteflika.

    L’Algérie vit par la rumeur, et cette rumeur n’est pas sans rappeler l’une au printemps de 2001, qui a déclaré que les troubles berbère apporterait carrière Mediene à une fin.

    Mais en 2001 Mediene a été sauvé par 9 / 11 – deux fois. Tout d’abord, il a été épargné d’être tué sur le 9 / 11 en étant dans une autre partie du bâtiment du Pentagone en ce jour fatidique. Deuxièmement, il est immédiatement devenu allié clé de Washington dans sa «guerre globale contre le terrorisme».

    Il est peu probable que Washington va tenter de le sauver maintenant. Après tout, c’est grâce en grande partie à des erreurs DRS que nous avons été en mesure de raconter l’histoire de la façon dont le front du Sahara et du Sahel dans la «guerre globale contre le terrorisme» était une fabrication algéro-américaines.

    Jeremy Keenan est un professeur associé de recherche à l’École des études orientales et africaines, Université de Londres, et auteur de The Dark Sahara: La guerre de l’Amérique contre le terrorisme en Afrique.

    Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale d’Al Jazeera.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  4. rachid uk dit :

    A la redaction;
    copier et coler le lien complet sur votre browser et ne pas just cliquer sur le lien
    http://translate.google.com/translate?hl=en&langpair=en|fr&u=http://english.aljazeera.net/indepth/briefings/2010/09/201092582648347537.html

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  5. still dit :

    « Pour servir en tant que chef du service de renseignement et de sécurité de l’un des régimes les plus impitoyablement répressifs et corrompus dans le monde depuis 20 ans est une réussite extraordinaire ».
    Il n’ya rien d’extraordinaire dans cette  » réussite « :General Toufik, en tant que « rab’ha » a eu tout le loisir de choisir les outils de sa sale guerre : parmi ses semblables, il a choisi les éléments les plus impitoyables. Parmi les politiciens véreux qu’il utilisa comme façade, il avait l’embarras du choix entre les courtisans de toujours et les nouveaux arrivistes prêts-a tout-faire, heureux de monter la pyramide en ascenseur. La puissance du General Toufik réside d’un coté dans sa cruauté, de l’autre, dans la bêtise humaine: la peur et la lâcheté des uns, l’avidité et la corruptibilité des autres, faiblesses qu’il a diaboliquement exploitées et mises à profit pour diriger, contrôler et sévir.
    Heureusement pour les victimes de ces bourreaux, tous les dieux avec un petit « d » comme « dieu Toufik » ont une fin, fut-elle naturelle.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  6. AS dit :

    beaucoup de retouches a faire dans ces traductions on line…. tewfik… de la france-israel a l’americano-sionisme…

    le type se prend pour le bon Dieu, vieillard comme il est, a cote de sa tombe … car la il rencontrera son Veritable Maitre

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  7. شعبان dit :

    what was he doing in the pentagon in that day of 9/11?
    he was getting orders on how to be a good slave.
    لعنة الله على الخونة و القتلة و الدمويين و عبدة البنتاعون

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  8. Ammisaid dit :

    Dans les pays arabes nous sommes tous gouvernés par des dieux. Que ces gouverneurs soient présidents ou rois, qu’ils soient juges ou généraux, qu’ils soient maires ou walis, qu’ils soient ministres ou députés, qu’ils soient chef d’un parti ou responsable d’un syndicat et qu’ils soient responsable de cela ou de ceci. Et, un Dieu humain type Algérien ne se satisfait que d’un sujet soumis de gré ou de force, tout de suite, comme il veut, tout le temps qu’il le veuille et ou il veut. Ce discours de notre chef tewfik est une preuve de l’idée que nos gouvernants a tous les niveaux pensent de nous et a l’idée qu’ils se font du rôle que nous devons jouer dans notre pays. Se taire, se taire et se taire tout en acceptant tout même si cette chose que nous devons accepter doit avoir le visage de l’horreur absolue.
    Dés qu’ils sont devant un Algérien fragile et sans protection, ils s’acharnent sur lui comme un charognard affamé sur une proie blessée. Ils s’acharnent sur lui pour obtenir quoi ? Obtenir ce qu’ils ont déjà, ce qu’ils ont pris par les armes, ce qu’ils ont volé au peuple et ce
    Dont ils jouissent depuis plus d’un demi siècle: le pouvoir, la sécurité et la prospérité. Pourquoi tant de haine ? Pourquoi ils s’acharnent sur les zawalis avec une telle violence et une telle barbarie ? Pourquoi ont-ils peur des puissants du monde puisqu’ils sont convaincus d’être des hommes invincibles, forts et omnipotents ? Pourquoi ont-ils peur des Algériens qui refusent de se soumettre au point de les traquer dans n’importe quel pays?
    La peur et la lâcheté quand elles sont puissamment armées et soutenues par une jeunesse trompée, sont capables de transformer une prairie magnifiquement dotée en une jungle d’où l’humanité sera pour le temps chassée.
    Frateternellement

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  9. lucido dit :

    un peuple a les gouvernants qu il merite,le comportement des algeriens et tous les echelons est identiques:alger ;oran annaba;ou ailleurs:pensee unique donc comportement similaire.le foutoir est partout au su de tous et avec la complicite de la majorite des algeriens,a tous les niveaux.a la moindre mise au clair et licidite on invoque allah meme dans les cas les plus blasphematoires,et on s habille du bouclier de l orgueille et du nationalisme rampant son comportement plein d avidite .celui qui na pas manger a sa faim etant enfent ne sera ja mais rassasie

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  10. Si Salah dit :

    Le généraux Smain, Belkheir, Fodil-Cherif, etc ont eux aussi, à un moment ou un autre, cru etre des « dieux ».

    Si on pouvait les interviewer en ce moment, ils diraient en choeur: on s’est trompé…et lourdement!

    Le jour est proche ou ce shaytan ira rejoindre ses freres…ou ses semblables devrais-je dire, car la-bas, point de fraternité entre les criminels….

    Si Salah

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  11. Adel dit :

    Voici un version remaniée de la traduction donnée ci-dessus la rendant, je l’espère, un peu plus facile à lire.

    Septembre 2010 marque le 20ème anniversaire du plus ancien «chef des services de renseignement » en fonction dans le monde. L’homme en question est le général Mohamed «Toufik» Médiène, le directeur du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) de l’Algérie.

    Il a été nommé à la tête du DRS en Septembre 1990, 15 mois avant que les «généraux» d’Algérie, ou «le groupe» comme on les appelait à l’époque, qui comprenait Médiène (alors colonel), annule les élections qui auraient porté au pouvoir le premier gouvernement islamique jamais élu démocratiquement.

    Être le chef du service de renseignement et de sécurité de l’un des régimes les plus impitoyablement répressifs et corrompus dans le monde durant 20 ans est une performance extraordinaire. Félix Dzerjinski, le fondateur de la Tchéka et précurseur du KGB, «contrôla» effectivement l’Union soviétique pendant neuf ans (1917-1926); Lavrenti Beria, chef du NKVD, la terrorisa pendant 15 ans (1938-1953); le chef de la police de Hitler, Heinrick Himmler, se suicida après 11 ans (1934-1945), tandis que le général Hendrik van den Bergh dirigea le Bureau of State Security (BOSS) de l’Afrique du Sud sous l’apartheid pendant 11 ans (1969-1980). Mediène les a tous surpassés.

    Pourquoi alors, juste au moment où Mediène atteint ce jalon extraordinaire, y a-t-il des rumeurs concernant son imminente mise à l’écart?

    La réponse, en un mot, est que le fait que le chef du renseignement et de la sécurité d’un pays fasse l’«actualité» est un signe assez certain que son temps est fini. Durant les neuf derniers mois, Mediène a de plus en plus fait l’«actualité», ce qui est en grande partie la conséquence de la lutte qui a éclaté entre Abdelaziz Bouteflika et le patron du DRS, après l’élection de Bouteflika pour un troisième mandat présidentiel en avril 2009.

    L’«HOMME FORT» DE L’ALGÉRIE

    Pour comprendre cette lutte, nous devons retourner quelques années en arrière. Pour gravir les échelons de la hiérarchie, Médiène eut droit au « tapis rouge» – formé par le KGB en 1961 et soutenu par les chefs du premier service secret de l’Algérie.

    Durant les années 1990, lorsque l’Algérie était plongée dans sa «Sale Guerre» contre les Islamistes, l’homme le plus fort du pays était le général Mohamed Lamari, le chef d’état-major de l’armée algérienne. Toutefois, alors que le pays renouait avec la paix et que les chars retournaient dans les casernes, cette distinction échut à Médiène.
    Le passage de la «guerre» à la «paix» et l’émergence de Mediène comme «homme fort» du pays coïncidèrent avec la période entourant l’élection de Bouteflika à la présidence en 1999.

    Les faiblesses des autres, tels que la propension à la corruption et les penchants sexuels, ont été fondamentaux pour l’exercice du contrôle par Médiène. Il n’est donc pas étonnant que ce qui décida Médiène à accorder son soutien à Bouteflika en 1999 fut le fait que ce dernier avait été condamné en 1983 pour le détournement de quelque 23 millions de dollars en monnaie équivalente d’aujourd’hui des chancelleries de l’Algérie alors qu’il était ministre des Affaires étrangères de 1965 à 1978.

    Mediène devint l’«homme fort» incontesté de l’Algérie après les élections présidentielles d’avril 2004 et la mise à l’écart inattendue de Mohamed Lamari quatre mois plus tard. La combine qui aboutit à la mise à l’écart de Lamari comprenait un accord entre Bouteflika et Mediène qui consistait à donner une nouvelle image de l’Algérie en écartant le général le plus haï à cette époque.

    Lamari parti, le pouvoir fut effectivement partagé entre Bouteflika et Mediene, le général Smaïn Lamari (aucun lien de parenté avec Mohamed), l’adjoint de Médiène et chef de la Direction du Contre-espionnage (DCE), faisant le «sale boulot».

    AMBITIONS GRANDIOSES

    Mediène est un homme très secret. Seule une photographie de lui a été publiée et peu de ses paroles, s’il n’y en a jamais eu, ont été enregistrées. On suppose donc que la manifestation de son ambition, si c’était de cela qu’il s’agissait, de prendre le contrôle effectif du pays, commença avec le départ de Lamari de la scène.

    Cependant, il y a un enregistrement des dires de Médiène qui donne à penser qu’il avait un sens grandiose de l’importance de sa personne et de son pouvoir bien avant le «départ en retraite» de Lamari.

    Ce fut en fut 1999; la circonstance fut la torture et l’interrogatoire par le DRS de Fouad Boulemia, que le DRS prétendait être l’assassin d’Abdelkader Hachani, leader du Front islamique du salut (FIS).

    Au cours de son procès controversé d’un jour, en avril 2001, Boulemia décrivit comment, après avoir été torturé par des agents du DRS, Mediène entra et dit: « C’est moi le patron (ana rabha). Tu vas voir ce que je vais te faire. Avoue que tu as tué Hachani et tu auras 15 ans de prison. Tes parents pourront te voir en prison. Sinon, je vais t’emmener chez ta mère et je vais l’éventrer devant toi. Je suis le général Toufik, le Dieu de l’Algérie (Rab Edzayer). »

    A part son pouvoir de vie et de mort sur les simples mortels comme lui, les autres attributs divins de Mediène, compte tenu de ses prises d’actions et investissements dans les ressources naturelles et l’immobilier en Algérie, apparaitraient comme étant plus matérialistes que spirituels.

    SIGNAL D’AVERTISSEMENT

    Les difficultés actuelles du «Dieu de l’Algérie » commencèrent avec l’élection de Bouteflika pour un troisième mandat en avril 2009. Un troisième mandat présidentiel exigeait une modification de la Constitution, que le DRS soutint à contrecœur.

    Mais les conséquences de l’élection ne furent pas celles que Médiène avait voulues. A peine Bouteflika fut-il confortablement installé dans son troisième mandat que son «clan», comme on en vint à le connaître, conscient de la mauvaise santé du président, commença à élaborer sérieusement des plans afin de lui faire succéder son frère cadet, Saïd Bouteflika.

    Bien que considéré par beaucoup comme un incapable, Saïd Bouteflika était néanmoins en train d’établir une base de pouvoir politique. Il était devenu le « portier » du président, était en fait un ministre-sans-portefeuille et rassemblait des soutiens parmi l’élite affairiste du pays. On parlait même d’un nouveau parti politique qui allait être crée pour lui.

    La perspective d’une telle succession dynastique n’était pas ce que le DRS avait en tête quand il avait donné le feu vert pour le troisième mandat de Bouteflika.

    Médiène observait le mouvement de Saïd vers le centre de la scène avec dégoût. Bien que le DRS sentît sans aucun doute qu’il ne pouvait gérer le « problème de la succession », Mediène était conscient du risque que Bouteflika, s’étant débarrassé de Lamari au début de son second mandat, pourrait essayer de faire de même avec Médiène dans son troisième.

    Le signal d’avertissement parvint à Mediene quand Saïd Bouteflika lia sa campagne à l’ancien patron de la sécurité, le général Mohamed Betchine.

    LA CORRUPTION COMME MOYEN DE CONTRÔLE

    Bouteflika a été élu pour un troisième mandat en tant que président de l’Algérie en 2009 [GALLO / GETTY]
    Betchine avait été chef des services de renseignement du pays et patron de Médiène dans les années 1980, avant la création du DRS en 1990, quand il prit sa retraite en apparence.

    Après leur coup d’État de Janvier 1992, les généraux gouvernèrent pendant les deux années suivantes par l’intermédiaire du Haut Comité d’État (HCE). Avec la dissolution du HCE en Janvier 1994, les généraux désignèrent leur propre homme, Liamine Zeroual, en tant que président.

    Déterminé à ne pas être le pantin des généraux, Zeroual nomma les généraux Mohamed Saidi Fodil et Mohamed Betchine comme conseillers.

    En 1996, Zeroual avait décidé que Médiène était devenu trop puissant et prévu de le remplacer par Fodil. La réaction de Médiène fut rapide: Fodil mourut dans un «accident de la route».

    Un an plus tard, Zeroual essaya de nouveau, en décidant cette fois de nommer Betchine comme ministre de la défense afin de se débarrasser de Médiène. Les représailles de Médiène furent encore une fois promptes et péremptoires. Il organisa des massacres de civils à grande échelle – à Raïs, Bentalha, Beni-Messous et ailleurs – amenant l’horreur et la psychose jusqu’aux portes d’Alger. Au même moment, il utilisa la machinerie du DRS pour détruire le business de Betchine et sa réputation, le forçant à démissionner – un homme brisé. Zeroual le suivit.

    La réaction de Médiène à la perspective de voir Betchine ramené au pouvoir par une succession échouant à Said Bouteflika a été dévastatrice. Sa stratégie a été de détruire tous ceux qui étaient liés à Saïd Bouteflika en utilisant la combinaison vieille comme le monde entre «corruption» et «chantage». En effet, l’une des raisons qui avaient poussé Médiène à soutenir Bouteflika en 1999 et qui ont fait que la corruption soit devenue si répandue au cours des 10 dernières années est que le DRS l’a encouragée et l’utilise comme un moyen de contrôle.

    CHASSE AUX SORCIÈRES

    Médiène commença par mettre au jour la corruption à laquelle furent mêlés, dans le projet d’autoroute est-ouest de 12 milliards de dollars, le secteur des travaux publics et son ministre, Amar Ghoul, un ami de Saïd Bouteflika. L’avertissement ne fut pas entendu. L’attaque de Médiène, qui rappelle sa «destruction» de Betchine en 1998, monta donc graduellement en puissance et fut dirigée tout à la fois contre Sonatrach, l’empire pétrolier et gazier géant appartenant à l’État, source de 98 pour cent des rentrées en devises de l’Algérie, et Chakib Khelil, le ministre de l’énergie et des mines, ami intime du président et « symbole » de l’ère Bouteflika.

    Le « scandale Sonatrach », qui éclata en Janvier 2010 avec l’arrestation du PDG de l’entreprise, quatre de ses cinq vice-présidents et d’autres cadres supérieurs, eut vite fait de mener aussi bien l’économie que le gouvernement à un état de quasi-paralysie. Bouteflika fut à peine vu en public, tandis que la chasse aux sorcières menée par le DRS, sous-couvert de l’enquête sur la corruption à la Sonatrach, donna des nuits blanches à presque tous les membres des élites politiques et économiques du pays.
    À un certain moment, il sembla que Bouteflika pourrait renverser la donne contre Médiène en désignant une « commission de sécurité indépendante » pour enquêter sur certains dossiers des époques antérieures qui n’avaient pas été résolus.

    En particulier, la commission chercha à déterminer le rôle joué par le DRS dans les assassinats de Mohamed Boudiaf, le premier président du HCE, et Saidi Fodil.

    Deux témoins de haut rang, l’un deux étant un membre d’une unité spéciale du DRS impliquée dans les assassinats de Boudiaf et Fodil, et l’autre un officier militaire de haut rang qui confirma l’existence de cette unité secrète du DRS, confirmèrent dans leurs déclarations que cette unité, sous le commandement global des généraux Médiène et Smaïn Lamari, avait organisé l’«accident» de voiture de Fodil.
    Nous ne saurons probablement jamais qu’elle sorte de magie noire a été exercée sur Bouteflika après la publication de ces témoignages, mais il suffit de dire qu’on n’a plus entendu parler de cette commission.

    Le remaniement ministériel opéré par Bouteflika en mai 2010 portait en filigrane la trace du script victorieux de Médiène. Chakib Khelil et le ministre de l’Intérieur Nouredine «Yazid» Zerhouni, les deux principaux appuis ministériels de Bouteflika, furent écartés, de même que plusieurs ministres de moindre importance. La proposition de donner la succession à Saïd Bouteflika devint de l’histoire ancienne.

    VICTOIRE A LA PYRRHUS

    Le fait que Médiène ait réussi à réduire le troisième mandat de Bouteflika à une présidence factice pourrait lui procurer une satisfaction personnelle, mais cette victoire est une victoire à la Pyrrus pour au moins deux raisons.
    Premièrement, le scandale Sonatrach et les expositions associées ont eu un coût incalculable pour l’économie de l’Algérie et sa réputation internationale. Deuxièmement, un certain nombre d’autres révélations inattendues ayant eu lieu au cours des deux derniers mois ont été la cause de problèmes particulièrement malvenus pour Médiène.
    Ces problèmes ont essentiellement pour origine les entretiens récents de Quds Press avec l’ancien agent du DRS Karim Moulay. Moulay non seulement rappela aux Algériens et au monde l’implication des services de sécurité de l’Algérie dans les massacres des années 1990, mais, pire encore pour Médiène, il témoigna publiquement que Médiène lui-même avait non seulement ordonné le massacre de Beni Messous du 5 septembre 1997, dans lequel quelques 200 habitants de cet ensemble de masures furent massacrés, mais qu’il s’agissait d’une opération « immobilière » défrichement de la terre pour le profit personnel de sa famille.

    Moulay déclara également que le DRS, sous le commandement de Médiène, était derrière la planification et l’exécution de l’attaque « terroriste » contre l’Hôtel Asni à Marrakech, au Maroc, qui tua deux touristes espagnols et en blessa un troisième en août 1994. Il reste à voir si l’Espagne ouvrira de nouveau le dossier et comment le Maroc réagira.

    Les relations de l’Algérie avec le Maroc sont susceptibles de se dégrader encore plus avec les activités d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). Le Maroc est conscient de l’implication du DRS dans l’établissement d’AQMI dans le Sahara-Sahel. Maintenant qu’on sait que le ravisseur des trois travailleurs humanitaires espagnols enlevés en Mauritanie en Novembre dernier, Omar Ahmed Ould Sidi Ould Hama, est un membre du Polisario, qui est étroitement géré par le DRS, les affirmations du Maroc que le Polisario est utilisé par l’Algérie, ou du moins le DRS, pour des objectifs «terroristes», apparaissent soudain sous un jour nouveau.

    En outre, les articles en nombre croissant qui indiquent qu’AQMI dans le Sahel est une création du DRS suscite un malaise à Washington. Encore une fois, le blâme retombe sur Médiène.

    Sur le plan intérieur, on estime que le DRS est mis sous pression, peut-être de la part d’éléments au sein de l’armée et de ses propres rangs, pour le fait que le «terrorisme» dans le nord pourrait empirer, et non régresser ainsi que le prétende le gouvernement, et que les troubles sociaux dans tout le pays atteignent des niveaux alarmants.

    Des rumeurs disent que des intermédiaires d’une tierce partie ont parlé avec Médiène et Bouteflika et conclu un accord selon lequel Médiène « prendrait sa retraite » suivi un peu plus tard par Bouteflika pour raisons de santé, le pays devant être gouverné jusqu’aux élections de 2014 par un (des) vice-président(s) qui serai(en)t nommé(s) quelque temps avant le départ de Bouteflika.

    L’Algérie vit sous l’emprise de la rumeur, et cette dernière rumeur n’est pas sans rappeler celle du printemps de 2001, qui disait que les troubles Berbères (sic) mettraient un terme à la carrière de Médiène.

    Mais en 2001 Médiène fut sauvé par 9/11 – par deux fois. Tout d’abord, il eut la vie sauve le 9 septembre 2001 car il se trouvait dans autre partie du bâtiment du Pentagone en ce jour fatidique. Deuxièmement, il devint immédiatement l’allié clé de Washington dans sa «guerre globale contre le terrorisme».

    Il est peu probable que Washington essaie de le sauver maintenant. Après tout, c’est en grande partie grâce aux erreurs du DRS que nous avons été en mesure de raconter l’histoire du comment le front du Sahara-Sahel dans la «guerre globale contre le terrorisme» était une fabrication américano-algérienne.

    Jeremy Keenan est un professeur associé de recherche à la School of Oriental and African Studies (École des Études Orientales et Africaines), Université de Londres, et auteur de The Dark Sahara: America’s War on Terror in Africa (Le Sahara sombre : la guerre de l’Amérique contre le terrorisme en Afrique).

    Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale d’Al Jazeera.
    Source Al-Djazira

    ====================
    Merci infiniment, mon cher Adel.
    La Rédaction LQA

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  12. hafid dit :

    bonjour, je pense qu’a l’intérieur de chaque algérien il y a un dieu qui sommeille.dés qu’il tient une responsabilité il pense qu’a lui et a son entourage.c’est le système qui est pourri mais le peuple a sa part de responsabilité,enfin le tyran passe mais le peuple lui est éternel.les générations futur vont parler de nous et nous juger,sans parler,pour ceux qui y croit,du jugement d’Allah le Dieu avec un D majuscule

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  13. OrO dit :

    Le plus beau scenario qu’on puisse rêver pour l’Algérie:une mise à la retraite simultanée de bouteflika et de Medienne!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  14. Ourida dit :

    @Adel
    Je l’attendais avec impatience, cette traduction. Ma patience a payé: non seulement elle a été rapide mais sa facture est excellente! Bravo et merci! Quant à la teneur de l’article… L’intrigue ferait palir d’envie des grands auteurs de politique-fiction comme John Le Carré ou Michael Connelly. Hollywood serait peut-être intéressé par ce scénario des agissements de nos gouvernants.. À vomir!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  15. yazid dit :

    quelqu’un peut il me dire comment on dit en, Algérien « je te ferai cracher le lait que tu as tété de ta mère »
    j’ai jamais entendu cette expression

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  16. wahid dit :

    Je commence ce commentaire par ces simples questions:

    Comment un pays de martyres, qui a vu des milliers de ces meilleurs enfants se sacrifiant pour arracher l’indépendance face au pire colonisateur du 18 siècle, accepte l’humiliation d’être gouverné par un vieux complexé corrompu et corrupteur, qui s’est exilé pour échapper a la justice pour détournement et d’être terrorisé, massacré, emprisonné, exilé, marginalisé par un vieux apolitique, sanguinaire patron des services secrets.

    Comment des millions d’algériens et algériennes n’acceptent que la constitution de sont état soit violé, bénie par des députés corrompus, pour faire réélire a vie une septuagénaire malade et qu’un militaire à la tête des services secrets, qui a échappé de justesse d’être accusé pour massacre de population civile par le TPI, continue a dissimuler son identité, se cache dans un silence énigmatique en manipulant la rumeur du fantôme.

    Comment ce peuple algérien qui a bâtie une des plus prestigieuses histoires de bataille révolutionnaire du 19 siècle soit humilié de cette manière; dictature de mauvaise augure, état de sièges de chantage, dilapidation de ces richesses, l’exclusion de ces élites, la marginalisation de ces militants, l’expulsion de ces enfants?

    Amnésie non, lâcheté non, alors c’est quoi qui arrive à ce peuple?

    Il attend quoi ce peuple pour se mobiliser face à ce désastre?

    Quant à monsieur cache-cache, fatalité veut, sont destin sera pareil à ceux qui l’on précéder dans ce poste.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  17. Fodhil dit :

    @ Tewfik,
    En te pensant malin, tu as voulu jouer au plus fin avec les amerloques ?
    Tu ne perd rien à attendre pour voir comment ils vont t’exprimer toute leur reconnaissance !
    Asta lavista !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  18. Sami dit :

    C est la biographie God of algeria d apres un site sur le web :
    A soixante trois années le général major Mohamed Médiène dit toufik, peut se vanter d’avoir brillamment réussi sa carrière d’homme des services. Il est originaire d’une famille kabyle de setif (de Guenzet exactement, wilaya de bordj-bou-arreridj). Comme ses pairs généraux qui tiennent le pays, il a intégré l’ALN à la dernière heure, c’est-à-dire en 1961. Sans être passé par le malg, il finit quand même par être le chef suprême des services secrets algérien en 1990.

    On le dit d’obédience gauchiste, à cause des formations qu’il a suivies au KGB. Mais quand on voit son indigence intellectuelle, toufik ne peut se targuer de n’être qu’un excellent khobziste.

    Avant d’être un grand nom des services, il fut un servant des grands. C’est en se liant au commandant (de l’époque) belkheir, suppléant du fainéant colonel chadli dans la gestion de la deuxième région militaire, que le lieutenant médiene a pris le tremplin pour se surélever dans les hautes sphères du pouvoir.

    Comme belkheir, Médiene s’est distingué en servant sans brancher les caprices de hlima. Piloté par belkheir, il veillait au moindre désir de la famille du président.

    Après avoir fait tripoli comme attaché militaire, petit à petit, il gravit les échelons. Il dirigera plusieurs services sécuritaires dont la direction centrale de la sécurité de l’armée, la défense et la sécurité à la présidence quand tonton larbi y était directeur de cabinet. Pour beaucoup de haut cadres c’est la taupe de belkheir dans les services.

    C’est un véritable homme de l’ombre. On le voit rarement en public et jamais dans les médias, il entretient une véritable fausse aura de grand gourou de la force obscure. En éliminant au fil des années pas mal de collègues et au prix d’ingénieuses manigances de salons, il réussit a s’accaparer une importante partie du pouvoir suprême en Algérie.

    Voués aux mécaniques des manœuvres obscures, il n’affronte que rarement de face ses ennemies, ses hommes sont incrustés à tous les niveaux. Toufik joue le rôle de chef d’orchestre au sein du cabinet noir qui dirige le pays.

    En se faisant passer pour l’ami de tous, il a toujours réussit à tromper ses adversaires. Complexé par son passé de douteux combattant de la guerre de libération nationale, il s’est battu contre le retour des malgaches et des vrai moujahids. Même s’il l’était le confident de merbah, avant qu’il décide son élimination physique, il a tout fait pour le mettre hors course quand le futur président zeroual en parlait pour le mettre au poste de ministre de la défense. Bouteflika a souffert aussi du refus masqué de toufik contre zerhouni à la tête d’un ministère d’état.

    Jamais les services secret algérien n’ont eu autant d’ascendant en algérie. Toufik, a marqué le retour de la SM en 1992, après la tentative de chadli de la casser en 1987.

    Toufik entretient des liens ténébreux avec le milieu des affaires, on sait que c’est l’homme qui a fait entrer les coréens en algérie. Son fils Sidi-Ali qui a bosser pendant quelque années chez Daewoo a du le convaincre dans ce sens. Même après la signature d’accord avec le gouvernement algérien et pour des causes jamais avoués, le dossier Daewoo est resté des années bloqué. Le premier PDG de Daewoo Algérie a payé de sa vie son entêtement, il a été assassiné en plein Alger dans l’indifférence la plus totale. Des que les négociations secrètes ont aboutit, les algériens ont connu la déferlante Daewoo. Ghoualmi, l’ex ambassadeur algérien à Séoul a bien été récompensé par toufik. Les voitures ZH c’est lui, les gros investissements pour le projet Mezghana 2000 c’est lui aussi. Tous le monde recherche en vain les trois milles ascenseurs que le grand gouvernorat d’alger à commandé auprès de Daewoo. Au travers de son service économique, Toufik affectionne la gestion des entreprises publique lucratives. Il suit de près les fluctuations des soldes des comptes bancaires étrangers de la Sonatrach, de la sonelgaz et de bien d’autres compagnies et il s’occupe personnellement des négociations avec des compagnies étrangère pour l’exploitation des récents gisements d’uranium et d’or découvert dans le grand sud .

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  19. l.leila dit :

    Ah, ce qu’ont fait de TOI, les GUEUX de 62, ma pauvre ALgérie!!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  20. radjef said dit :

    Bonjour tout le monde. Comment donc une organisation peuplé de tarés congénitaux,d’incultes et de pervers, fait-elle peur a tant de monde? Les sages craignent son ignorance, mais les pretentieux, et Dieu sait qu’il y a des bataillons chez nous, nous decrivent ce DRS comme une organisation invincible…Nous savons que le DRS est le produit de Bossouf, Krim, Mahamoud Cherif, Ouamrane,Boumediene, Amirouche, Mohammedi Said…Enfin un produit de gens qui savent a peine lire et ecrire. Nous savons egalement que l’opposition en Algerie n’existe pas…Des qu’un responsable politique n’arrive pas a capter et a mobiliser les populations, accuse le DRS de conspirer contre son parti; des que quelqu’un echoue accuse le DRS…alors que tout ce beau monde qui se reclame de l’opposition sait que ce DRS est un ramassis d’imbeciles heureux que sans le soutien des medias et des services occidentaux ne surviverait pas une minute de plus. Comment peut-on qualifier une organisation qui detient seule le pouvoir depuis l’execution de Abbane Ramdane à ce jour, qui a exercé seule et sans partage ce pouvoir, et qui a mené le pays a la catastrophe? Ou est l’intelligence du DRS dans tout cela? Les DRS est fort, Tewfik est fort, parceque nous sommes des menteurs pathologiques, on est des imposteurs nés, on est de vulgaires egoistes, parceque nous adorons le mythe…Quels sont donc ces partis qui ont osé affronter ce DRS dont la majorité des effectifs, sur ordre du colonel Boukharouba, vient de la fange de la societé algerienne? Comment vaincre ce regime si on refuse d’avance le combat? Comment peut-on obliger le DRS a restituer le pouvoir au peuple si nous mêmes nous refusons obstinément de nous defaire de nos petites prétentions et de notre cupidité? Tewfik est fort parceque on ne vaut pas plus cher que lui!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  21. rachid 2 dit :

    Il y a juste juste dans ce bled ou les criminels omme toufik courrent toujours , sans impunité … ils font tout en cachette , pour corrompre les occidentaux par le petrole et le gaz pour se perenniser au pouvoir …

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  22. Adel dit :

    Ou bien c’est un tissu de mensonges et d’affabulations ou bien c’est la vérité et cela devient très difficile à accepter. On est submergé par un sentiment de honte. Honte d’être Algérien et d’accepter de vivre sous la botte de pareils individus comme si de rien n’était. C’est surtout ce sentiment de honte, qui m’était devenu insupportable, qui m’a fait quitter le pays, bien que ne manquant de rien sur le plan matériel.

    Qui sommes-nous donc pour accepter cette situation sans réagir?

    J’aimerais bien savoir ce que pensent de ce texte les Benbitour, Hanoune, Soltani, Belkhadem, Mehri, Hamrouche, Benflis, Ghozali, etc., etc., c’est-à-dire tous ceux et toutes celles qui ont gravité ou qui gravitent autour de ce pouvoir.

    Si ce texte dit la vérité, alors les Algériens sont devenus des zombies. Un homme inculte qui se cache comme une chauve-souris, qui n’a jamais eu le courage de se montrer au peuple et de lui parler en face, un septuagénaire qui risque de passer l’arme à gauche à tout moment a hypnotisé un peuple de 35 millions de personnes et le dirige comme un troupeau de moutons.

    En regardant une émission télé sur le Brésil et ses
    hommes et femmes politiques tellement admirables, je me suis senti tout petit. Qui a dit que nous étions fiers d’être Algériens? Quelle fierté nous reste-t-il?

    Honte, honte, honte à nous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  23. Adel dit :

    On peut trouver à Boumédiène toutes les qualités qu’on veut, cela ne pourra jamais effacer le mal qu’il a fait à notre peuple et à notre pays. Car c’est lui qui a mis en place les dobermans dans sa SM de malheur. Ce cancer qu’il nous a laissé a envahi tout le corps social et l’a tué. Et l’autre névropathe qui siège à la présidence, n’était-il pas son homme de confiance?

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  24. dali dit :

    les benbitour,benflios,hamrouche,mehri,et surtout
    ghozali il ne reagisse pas a des trucs pareilles
    autrement ils ratent leurs chances d’avoir un post au pouvoir un jour

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  25. Ibrahim émigre vers la Palestine où il prêche le roi Namroûd

    Allâh a dit : {N’as-tu pas su (l’histoire de) celui qui, parce qu’Allâh l’avait fait roi, argumenta contre Abraham au sujet de son Seigneur ? Abraham ayant dit : « J’ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort », « Moi aussi, dit l’autre, je donne la vie et la mort. » Alors dit Abraham : « Puisqu’Allâh fait venir le soleil du Levant, fais-le donc venir du Couchant. »
    Le mécréant resta alors confondu. Allâh ne guide pas les gens injustes.} (2/258)

    Ibrahim (Paix Sur Lui) et le tyran

    Un jour le Prophète Ibrahim (Paix Sur Lui) partit pour s’approvisionner en grains chez un roi qui s’appelait Nemrod. Dieu, Le Généreux, avait accordé à Nemrod la royauté et de nombreux biens mais au lieu de remercier Son Créateur, il devint arrogant, insolent et incroyant ! Et de plus c’était un tyran qui se prenait pour un dieu ! Que Dieu nous protège d’une telle ingratitude !

    Une discussion s’engagea entre ce roi qui demanda à Ibrahim (Paix Sur Lui) de lui prouver l’existence de Dieu, Ibrahim (Paix Sur Lui) lui dit alors : « J’ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort. »
    Le roi incroyant lui répondit alors : « Moi aussi je donne la vie et la mort. »

    Son orgueil était tel qu’il pensait pouvoir se mesurer à Dieu Le Tout Puissant ! Pour appuyer son mensonge il fit venir deux prisonniers qui étaient condamnés à mort ; il en fit exécuter un et laissa la vie à l’autre ! Sa réponse, en fait, était due à son obstination et son entêtement !

    Nemrod utilisa un faux raisonnement pour essayer d’éteindre la lumière de la vérité. Il voulait faire croire que donner la vie et la mort signifiait tuer ou gracier ! Un enfant lui-même comprend que Dieu Seul fait vivre, fait naître, fait mourir quand Il le décide ; mais un méchant incroyant, au cœur tout noir de péchés, est comme un aveugle, il ne voit pas la vérité qui brille !

    Ibrahim (Paix Sur Lui) lui dit alors : « Puisque Dieu fait venir le soleil du Levant (de l’Est), fais-le donc venir du Couchant (l’Ouest) ! »

    C’est-à-dire si, comme tu le prétends, tu es celui qui fait vivre et mourir alors fais venir le soleil du couchant ! Mais Dieu Seul est Celui Qui fait vivre et mourir et Lui Seul contrôle la Création, les étoiles, les planètes et leurs mouvements… et toi tu ne peut rien de tout cela !

    Le tyran ne put rien répondre face à la vérité resplendissante ! Dieu Le Tout Puissant avait rabaissé Son ennemi ! Mais ce roi injuste ne voulut pas admettre ses erreurs et revenir à Dieu ; au contraire, il priva Ibrahim (Paix Sur Lui) des grains qu’il était venu chercher ! Ibrahim (Paix Sur Lui) repartit donc chez lui les mains vides. En route, il remplit les deux grands sacs qu’il avait avec lui de sable afin de ne pas frapper sa famille de déception.

    Lorqu’Ibrahim (Paix Sur Lui) arriva chez lui, il alla se reposer et s’endormit. Pendant ce temps, sa femme Sarah alla ouvrir les sacs. Elle trouva à l’intérieur de la farine blanche de la meilleure qualité, elle en fit donc du pain. Lorsqu’Ibrahim (Paix Sur Lui) se leva, il lui demanda « D’où cela vient-il ? »
    Elle lui répondit : « De la farine que tu as apportée. »

    Ibrahim (Paix Sur Lui) sut alors que c’était un don de Dieu ! Louange à Dieu Qui a transformé le sable en farine, Il est Tout Puissant et rien ne Lui est impossible ! Il aida Son Prophète en lui inspirant le bon argument et en lui accordant des denrées à lui et sa famille ! Ibrahim (Paix Sur Lui) n’a pas eu peur de déclarer la vérité devant ce tyran et Dieu Le Généreux l’en a récompensé !

    Ce roi orgueilleux eut une fin des plus misérable. Il voulu combattre Dieu alors Le Tout Puissant envoya une nuée de moustiques qui dévorèrent les soldats de Nemrod, ne laissant que leurs os ; quant au tyran, un moustique entra dans son cerveau et se mit à le manger. Ceci le faisait tellement souffrir qu’il se frappait la tête jusqu’à ce qu’il trouva la mort !

    Dieu accorda à cet orgueilleux une mort des plus humiliante et des plus méritée !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  26. at yenni dit :

    Je pense que ce Toufik n’existe pas. c’est juste une légende. un seul homme ne peut pas manipuler tout un pays , organiser des massacres, eliminer des opposants ou des concurrents, vider les caisses, faisant du business, pendant 20 ans tout en restant dans l’ombre .

    Qui parmis les lecteurs de LQA ont rencontré ce Toufik face a face ? j’aimerai bien lire un temoignage, un vrai, pas du khorti sorti des labos de propagande du drs.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  27. khaled dit :

    Declaration FFS aujourd’hui:

    La déclaration en question condamne en outre « l’instrumentalisation de la religion à des fins politiciennes, qu’elle émane de l’Etat, d’organisations religieuses nationales et étrangères ou de chefaillons politiques locaux en mal de reconnaissance et de notoriété ».

    Quelqu’un de plus compétant que moi, peut t’il/elle déchiffrer un quelconque message vers l’opposition FIS dans ce message?

    Merci….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  28. le FFS
    Condamne l’instrumentalisation de la religion à des fins politiciennes, qu’elle émane de l’Etat, d’organisations religieuses nationales et étrangères ou de chefaillons politiques locaux en mal de reconnaissance et de notoriété.
    C’est clair comme de l’eau de roche,il n’y a aucun code et le principe de transparence consiste à dire les choses par des mots simples et clairs.
    La politique c’est ça.Rien ne sert d’affirmer une chose et de faire son contraire et c’est pour cela que le FFS rappelle l’un de ses principes fondamentaux.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  29. Adel dit :

    @at yenni

    Bonsoir,

    J’aimerais bien vous croire. toufik existe bel et bien, malheureusement. Il y a beaucoup de témoignages d’anciens officiers et agents du DRS en exil le concernant (Samraoui, Haroun, Moulay…)

    Dans son soit-disant livre, Le sultanat de Bouteflika, khaled nezzar reconnaît que ce sont les généraux qui ont ramené boutef. Ils voulaient le mettre à la présidence en 94, déjà, avant Zéroual, mais il s’était défilé. Ils ont réussi à l’appâter en 99.

    belkheir et samïn lamari sont morts, nezzar s’est retiré, mohamed lamari a été écarté. toufiq est le seul membre du groupe à être toujours en poste. C’est donc lui qui continue de tirer les ficelles. La plupart des faits que cite Jeremy Keenan, l’auteur de l’article, sont connus des Algériens. L’explication qu’il en donne se tient. Il y a trop d’indices qui concordent pour que cela soit une fiction.

    Comment un homme qui se cache peut-il berner tout le monde et diriger le pays? toufik est une sorte de génie du mal. Il a découvert sa vocation pour le mal et il s’est donné à fond. Il ne faut pas oublier qu’il a tissé sa toile pendant les vingt années passées à la tête du DRS. Ses hommes sont partout : dans les entreprises, les ministères, les universités, les partis politiques, etc. toufik est le chef d’une secte malfaisante qui dispose de moyens colossaux (tout le pays est à leur disposition).

    Ce qui me dérange, ce n’est pas toufik, ce sont tous les autres, dont j’ai cité quelques uns dans mon précédent commentaire. Comment peuvent-ils se taire devant des dépassements pareils? Ont-ils encore une conscience? Ou bien est-ce toujours le fameux takhti râssi?

    Cordialement

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  30. habib dit :

    il y a un evenement important qui s’est deroulé en afghanistan auquel les medias ocidentaux ne se sont pas trop étalé.C’est les larmes que karzai a laché devant sa hachia.Javoue sincerement que j’ai senti un grand moment d’emotion.c’est un moment extremement important pour l’afghanistan.Karzai disait en pleurant comme un enfant, qu’il craint que son fils deviendra un jour un citoyen etranger et qu’il ne pourra pas grandir dans son pays.Quand kazai dit ca, ca vaut dire que le compte à rebours a commencé. que c’est beau de voir un harki pleurer.C’est magique.Ils l’ont fait les afghans, ils l’ont fait.Parallelemnt à cet evenement important, il est difficile de ne pas penser à nos harkis.le god of algeria doit regarder les larmes de karzai.Il doit serieusement reflechir sur les consequences pour sa famille.Avoir plongé le pays dans l’inconnu en sacrifiant des generation ne peut que le mener vers le meme destin que karzai.En tant qu’algerien je ne pourrais jamais sentir la paix dans mon ame tant que je ne verrai pas un jour ce virus pleurer et demander pardon au peuple algerien avant se faire dicté une sentence lors d’un jugement.En attendant, qu’il continue de fumer ces cigares ….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  31. wahid dit :

    @Adel

    LES SERVICES SONT AUSSI MALADES QUE L’ALGERIE.

    Croire qu’il y a des services de sécurité (DRS) qui enquêtent pour faire reculer et endiguer le fléau de la corruption au sein des institutions de l’état c’est vraiment être naïf, on sait que dans chaque ministère, Transport de GOUL, ( Scandale autoroute) Energie de KHELIL (Condor), Agriculture de BARKAT (FNDA), Finance de MEDELCI (Kalifa) …ECT…….il ya en permanence un haut officier (de grade de Commandant ou lieutenant colonel) de la sécurité (DRS) qui occupe un poste, généralement conseiller du ministre pour les questions sécuritaires au sein du cabinet du ministre et qui doit être au courant de tous ce qui se passe, allant du bureau de la réception (courriers, visiteurs) aux bureaux du ministre car il est chargée de la sécurité de l’édifice et du personnel du ministère, il est aussi chargé de faire et transmettre régulièrement des rapports sur tout les activités en rapport avec son rôle sécuritaire, et de la collecte d’informations de toutes natures et il n’a aucune limites dans les prorogatifs, la meme chose dans les entreprises stratégiques, les chancellerie, et les 48 wilayas.

    Au contraire généralement ce sont eux qui orchestrent toutes les magouilles, les affaires de corruption, et qui servent de modèles pour leurs collègues procureurs, juges, commissaires, et hauts fonctionnaires de l’administration public, y compris les diplomates dans les chancelleries.

    Généralement ces informations et rapports, comme dans le passé, sont utilisés pour fin de fichier de basse de donnes sur les « citoyens », par fois pour des fins de propagandes et de manipulations, ou pour des positionnements politiques.

    Ce que je n’ai jamais compris pourquoi ces rapports tombent dans la salle de rédaction de certains journaux, et signé par certains journalistes alors qu’il devrait atterrir aux bureaux du procureur de la république pour complément d’enquête et instruction devant la justice.

    Pour quoi la presse privées est utilisée comme vecteur de propagande et de tribune de règlement de comptes alors qu’elle devrait s’attribuées son juste rôle, le devoir d’informer dans l’impartialité et dans l’étique.

    Cette guerre des clans, il faut aussi être naïf de croire à ces fantômes, cabinet noir, towefik, rapportée continuellement dans la presse, dans le but de l’intox, manipulation, propagande, ou les medias sans véritable un travail d’enquête publient et contribuent à cette manipulation via ce vecteur et maintenant une autre réalité au quotidien « l’internet ». Certes il y a des chefs pour chaque service de la DRS et qu’il ya un haut officier qui chapote l’institution ce n’est en réalité qu’un militaire au sein d’un pouvoir qui gouverne l’état algérien selon des prérogatives définies et claires depuis l’indépendance avec des aménagements durant années 80 et 90. Désormais, la présidence gouverne sans partage il y rien à dire, c’est vrai il ya certains éléments militaires et civiles au sein de l’institution militaire et des institutions du gouvernement qui ont des ambitions démesurés et certains opportunistes qui cherchent des positionnements au sein du pouvoir politique, dans une seule logique, l’équilibre des forces, car il faut prendre en considération la particularité de l’actuelle pouvoir; un président âgé et malade, la mise en retraites des hauts gardés militaires, la mort de Smain lamari et Labri belkheir et d’autres hauts grades militaires sans oublier que le générale major Medienne est dans le corps de la sécurité militaire depuis presque 50 ans.

    La question fondamentale et le défis de demain qui va remplacer ces « trous », et comment assurer l’équilibre du pouvoir déjà vulnérable, la responsabilité est celle de ces messieurs qui ont oublié une maxime كل نفس ضاءقة للموت

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  32. nomade dit :

    Le shah d’Iran, avec sa terrible s a v a c, lui aussi avait le soutient de la CIA et des Etats-Unis mais quand son heure a sonne , il s’est retrouve moribond dans une chambre d’hôtel au Caire et sa famille éparpillée.
    Dans le cas iranien les revendications étaient ni ethniques ni linguistiques , elles étaient religieuses sincères avec a la tête un vrai opposant charismatique .

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  33. saad dit :

    Ce profil psycologique dresser a l’encontre de ce général est a tout les niveau.En algerie il ya des centaines de milliers de toufik ,et chacun son niveau « d’omnipotence »,certains se prennent pour dieu ,alors que d’autres pensent que dieu les a délégués sur terre pour regner a tort et a travers.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  34. at yenni dit :

    @ Adel

    Bonjour

    Je veux bien croire que ce Toufik existe physiquement.

    Mais tout ce mythe l’entoure me parait trop…légendaire.

    Je me demande si certains ne contribuent pas à lui fabriquer ce mythe de God of Algeria rien que pour couvrir tous les autres malfaiteurs qui gouvernent ce pays en sous-main.

    Comme le dit Saad dans son commentaire, « En algerie il y a des centaines de milliers de toufik  » et je suis persuadé que cet homme tout seul, dans l’ombre, ne peut pas être l’auteur de tant de « genie » pendant 20 ans sans l’aide et la complicité de milliers d’autres « génies » tout aussi semblables.

    Continuer à tailler une légende de « génie » à ce Toufik, c’est un peu contribuer à entretenir l’opacité et donc encourager les autres à oeuvrer sous la couverture du « génie » sans risque d’être inquiétés.

    Cordialement

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  35. Larsen65 dit :

    Bonjour,

    Je donnerai raison à M. Saad quand il dit qu’il y a des milliers de TOUFIK en Algérie, comme il y a des milliers de LULA au Brésil. Dans un pays ou les gens ont perdu la notion d’humanité, il est difficile de retrouver l’équilibre. Abandonnons nos mauvaises réflexions et actions, et prions dieu qu’il nous ramène des chefs qui amélioreront notre situation.

    Ameen.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  36. Adel dit :

    Monsieur (ou Madame) nomade, l’agressivité de votre ton ne donnera pas plus de poids à vos arguments.

    Je vous remercie de me donner quand même l’occasion de préciser ma pensée.

    1- Un homme qui a dirigé le pays d’une main de fer pendant 13 ans est un homme public que tout le monde a le droit de critiquer, même après 500 ans. Selon vous il faudrait que les Algériens oublient Bugeaud et demain toufiq?

    2- Vous avez le droit de chérir Boumédiène et j’ai le droit de ne pas l’aimer et de le dire.

    3- Je ne suis qu’un internaute et ce qui m’intéresse c’est de participer au débat. Donnez-moi quand même les coordonnées de votre PC et j’essaierai de vous envoyer des recrues, puisque vous êtes déjà sur le terrain en train de combattre les ennemis de l’Algérie.

    4- Quel est notre plus grand problème aujourd’hui? N’est-ce pas le règne de l’arbitraire? Boumédiène ne gouvernait-il pas de la même manière? L’avez-vous jamais vu face à des journalistes algériens qui lui posaient les questions qui fâchent? Y-avait-il une justice indépendante durant son règne? N’avait-il pas jeté en prison sans jugement son allié de la veille? Et qu’est-il arrivé à Ferhat Abbas, Benkhedda et Kheir-Eddine? Et l’autorisation de sortie du territoire national instaurée par un simple télex? La liste est trop longue; je vous laisse le soin de la compléter.

    5- Ceux qui ont pris la suite après sa mort, sont-ils sortis de prison? Était-ce Ferhat Abbas, Benkhedda, Boudiaf ou Aït-Ahmed? C’étaient, Monsieur (ou Madame) nomade, les serpents qu’il cachait sous son burnous, des officiers de l’ANP, comme lui. Les vrais patriotes, il les avait poussés à l’exil ou réduits au silence. Il ne restait dans les coulisses de son pouvoir que les traitres et les médiocres, les béni-oui-oui, qui applaudissaient à ses discours et se préparaient au festin. Qui pouvait se permettre d’écrire quoi que ce soit dans LE journal qui ne dise pas «Tout va très bien madame la marquise!»? La SM, Monsieur (ou Madame) nomade, a toujours joué le même rôle : elle servait à terroriser les opposants. Le peuple algérien est devenu un peuple de pleutres car cette SM a bien joué son rôle. Il suffisait d’un coup de fil pour que n’importe quel algérien soit enlevé de son domicile et pris en charge par les dobermans, sans que personne ne puisse lever le petit doigt. Les moeurs d’aujourd’hui ont été implantées dans la société algérienne par le régime de Boumédiène.

    Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

    P.S. Les vrais Algériens qui ont du nif ne s’en prennent pas aux proches de leurs adversaires. Mes proches, je l’ai ai enterrés depuis longtemps (Allah yarhamhoum). C’étaient des gens honnêtes.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  37. Le système algérien hérité du puschiste Colonel Mohamed Boukharrouba dit Houari Boumediène a survécu malgré la petite lueur d’espoir et de démocratie qui a duré d’octobre 1988 à janvier 1992.La démocratie a été mise en parenthèse par les généraux putschistes car ils estimaient que la démocratie allaient remettre en cause leurs privilèges et leurs intérêts.Nos généraux ne peuvent pas s’imaginer un seul instant de s’asseoir à la même table que la démocratie.C’est koufr parce que c’est un concept qui a été inventé,selon eux,par l’ex-colonisateur.L’avénement d’une démocratie signerait,selon eux,leur mort.
    D’où l’élève surpasse en horreur son maître :Tewfik qui n’a même pas été sous-directeur sous le règne du duo Boumediène-Merbah vu qu’il n’avait ni l’envergure ni les compétences,se retrouve chef du DRS chapotant 4 directions .Il a dû son ascension grâce à des médiocres comme lui auxquels il n’a jamais cessé de lécher les bottes : Chadli et sa femme Halima,Larbi Belkheir et Khaled Nezzar.Il tient sa force de ces quatres lugubres personnages et ne cherchez pas ailleurs : Ni la France ni les USA.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  38. Sami dit :

    Salut a tout le monde !
    Il y a des gens essayent de juster le doute s il ya vraiment ce General qui manipule et gouverne reallement l algerie !
    Je l’invite a ecrire sur nos journaux en algerie des articles sur lui et esaaie de critiquer le DRS, et on il vont voir s’il existe ou pas, et c’est qui gouverne vraiment l algerie
    peut etre il vont le voir en personne,
    cordialement

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  39. Ammisaid dit :

    Même si vous allez avoir le privilège de voir le général, il vous sera, impossible, de voir le général qui gouverne le général. Un général cache, toujours, un autre général. Le général actuel commence a s’affaiblir, c’est pour cela, qu’il attaque par les journaux mais ce qu’il ne sait pas le pauvre, et que son heure s’approche et que les moutons dont il était un véritable pasteur commencent a muer en des hyènes assoiffées de sang bien rouge de chez nous et de chair fraiche et délicieuses pour leurs crocs longtemps affamés car, ils ne recevaient que les miettes que le lion général leur laissait après avoir bien mangé. Vous êtes dans une jungle des temps anciens. C’est la loi de la nature qui y règne; la loi du plus fort et les plus fendants des plus forts ne nourrissent que des proies blessées ou des carcasses laissées par ceux qui ont le véritable pouvoir. Ne vous inquiétez pas, si rien ne change, les remplaçants sont, déjà, prêts pour se battre entre eux pour prendre la place du roi, général de l’ombre. De moment, qu’il n y a un vrai général, un général juste, honnête, compétent et patriote, celui qui nous fascine en ce moment, sera remplacé par un autre qui nous fascinera, encore, plu et qui fascinera, certainement, nos enfants et nos petits enfants demain. La jungle a besoin et d’un roi et d’,un généal. C’est comme ça!
    Soit, nous choisissons, soit, ils choisiront pour nous. WA Allahou a3lam.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  40. radjef said dit :

    Bonjour tout le monde. Il faut que nos universitaires sortent de leur servilité ambiante et de cette tradition qui a consacré le mensonge et le mythe. Il faut que nos universitaires sachent que la reconnaissance de leurs aptitudes et de leur talent n’est pas dans leur allégeance au regime des caporaux qui ne cesse de jouer a la roulette russe le destin de la nation ou dans leur glorification d’une jaquerie. Ceci etant, je reviens au sujet du jour. En decembre 1958, deux reunions regroupant l’ensemble des chefs de wilaya et de leurs adjoints avaient eu lieu dans le constantinois et au Djurdjura dans le village de Tizra Aissa. Il a été convenu a l’occasion de ces deux rencontres desquelles s’est absenté le colonel Ali Kafi, d’aller demander des comptes a l’armée des frontieres et son noyau dur , le MALG. Cette mission fut confiée à l’unanimité aux deux colonels Amirouche et Si El Houes.
    Les autorités militaires et politiques françaises, à leur tête de Gaulle, n’ignoraient rien de ces deux rencontres qui ont regroupé la majorité des colonels de l’Interieur et du contenu de la mission qui fut confié à Amirouche et Si El Houes.D’autant plus vrai les hostilités entre l’interieur, les instances de la revolution et le MALG ayant atteint leur paroxysme, les wilaya de l’interieur ne prenaient même pas de masquer leurs messages et leur depit a l’endroit du GPRA, le MALG, l’armée des frontieres accusée ouvertement de vouloir etouffer les maquis de l’interieur. Tous les rapports detaillés etaient sur le bureau de de Gaulle. Pourquoi alors le pouvoir français s’est-il empressé de liquider physiquement les deux colonels qui devaient se rendre a Tunis ainsi que tous les officiers ayant pris part aux deux rencontres? Le bon sens aurait voulu que les autorités françaises laissent arriver Amirouche et Si El Houes a Tunis pour montrer l’aventurisme et l’irresponsabilité de ceux qui ont de »clenché la revolution. Est ce lers « as » de St Cyr etaient des idiots pour louper une telle occasion? Ou bien est ce de Gaulle qui voulait a tout prix sauver l’honneur de la revolution et proteger le MALG?

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  41. hend dit :

    C’est une quasi-certitude qu’aqmi soit une invention de la DRS, un peu comme les talibans sont une invention des ISI. Mais ça ne dédoune pas le pouvoir .Rien qu’à voir la foçon dont il ‘protege’ aqmi: toute operation serieuse est critiquée par l’Algerie

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  42. nomade dit :

    Justement je désire que les Algériens dans 100 ans apprennent la vérité en lisant l’histoire de leur pays.
    Une histoire non falsifiée . La vraie.
    Tu écrivais dans  »la S.M. de boumedienne  » je t’ai corrige par  »le père de la S.M. c’est boussouf » , boumedienne n’a fait que suivre.

    1) le rôle de la S.M. a ete détourne de sa mission première juste après la prise du pouvoir par belkheir en 79 avec l’éviction de kasdi merbah et la mise au cachot de zeghdar.
    65 -78 la direction politique du pays était nationaliste,
    Celle qui est arrivée après 78 était composée de harkis.

    2) moi je chéris boumedienne et il est libre a toi de chérir da-el-hocine, said saadi ou ferhat mhenni.

    3)même si ne suis pas sur le terrain , je n’essaye pas de falsifier l’histoire.
    La dernière guerre civile nous a démontre de quoi ils sont capables les mercenaires de la plume .Ils ont fait des ravages parmi la population et ils en feront d’autres dans un avenir proche ou lointain..

    4)les gens que tu évoques, exiles ou prisonniers(?)N’ont pas livre leur last fight,ils ont abandonne le champ de bataille et en même temps le peuple algérien.
    Je peux te citer leurs tares mais par respect pour leur passe je vais me taire.

    3

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  43. Ammisaid dit :

    Le pistolet d’un lâche tue le corps
    La plume du lâche tue l’esprit
    Le lâche pervers se cache quand il envoie le tueur pour tuer son frère sincère et quand il dicte ses mensonges a celui qui manie la plume qui tuent l’esprit de ceux qui ignorent qui est qui, qui tue qui, qui vole qui qui…
    Si le peuple a été respecté nous ne serons pas la où nous ont emmené ahl le mensonge, la perversité, l,hypocrisie, la violence, l’orgueil, l’avidité….

    Les responsables de nos tragédies, de toutes nos tragédies, sont ceux qui ont pris le pouvoir par la force, qui l’ont exercé , uniquement, avec la force et qui continuent a l’exercer, uniquement, avec la force. Ce n’est pas parce qu’un poison est enrobé du miel naturel qu’il ne va pas être mortel.

    Nous avons marre de la violence. De la violence dans toutes ses formes. De celle qui porte sur ses épaules des étoiles qui brillent plus que celles d’un ciel printanier.
    De celle qui est portée par un nœud papillon ou une cravatte qui brille de toutes ses couleurs chatoyantes et belles. De celle qui est portée par une barbe bien taillée, des yeux maquillés de khôl et d’une gondoura aussi blanche que la blancheur primordiale. De celle qui s’exprime avec la langue de Moliere ou des arabes du désert béni par le seigneur ou
    des montagnes splendides de la numidie ancestrale ou de celle qui domine le monde actuel. De celle qui prétend défendre les religions que nous ont transmis prophètes qui étaient envoyé par notre seigneur. De celle qui prétend sauver notre honneur, remplir nos ventres de mets doux et exquis chaque jour, éloigner nos âmes des flammes de l’enfer, changer notre ignorance en un savoir qui vaut plus cher que tout l’or qui se trouve sur la terre et nous offrir la liberté qui nous permettra de vivre tels les aires qui volent dans les airs. De celle qui se justifie en continuant a nous désigner des ennemis qui sortent de son imaginaire qui délire, qui cherchent a se satisfaire de tous les plaisirs pervers et qui
    continuent a nous emmener vers l’abattoir comme des moutons qui veulent s’offrir pour plaire a leur créateur.

    Nous avons marre de cette violence qui loue la laideur, qui remplie les tombes et les fosses perdues d’enfants, de femmes et d’hommes innocents et prêts a tout donner pour construire une Algérie belle, fraternelle et prospère, qui enrichie les poches de ceux qui ne savent rien faire, qui donne le pouvoir a ceux qui se cachent quand il faut se battre pour la dignité, la liberté et l’honneur et qui glorifie les adeptes de la félonie, de la lâcheté, de la barbarie sous toutes ses formes et l’irresponsabilité devant les chaos qu’ils génèrent.

    Nous avons marre de cette violence qui instaure la terreur dans les cœurs, qui pousse les élites a se soumettre au plus mediocres et plus incompétents de notre terre, qui pousse notre jeunesse a se jeter dans la mer, a offrir leur intelligence aux pays qui vivent dans le bonheur et chercher une issue dans les méandres de la folie qui détruit nos familles et qui jouit de nos mangeurs car nous sommes nuit et jour pris dans les toiles d’araignées que nous tissent le deuil, la peur, la misère, l’ignorance, les querelles, les divisions, la haine, l’intolérance, la souffrance morale, la méfiance et tous les autres méfaits qui brulent nos cœurs, qui égarent nos esprits et rongent nos corps.

    Nous avons marre de cette violence qui nous impose le silence, la corruption et l’oisiveté; qui nous oblige a choisir le suicide, la drogue, la prostitution, l’alcool et l’orgueil dans toute sa splendeur et sous toutes les contures au lieu de choisir la vie saine qui apaise le cœur et qui offre la clarté a nos esprits pour devenir ouvert au savoir et aux sciences qui vont les nourrir et qui nous dit: cachez-vous ou éparpillez-vous, la messe est dite, il n’y a plus rien a faire.

    Soyons raisonnables, aucun moyen utilisé jusqu’à maintenant n’a pu changer notre sort ! Soyons raisonnables et essayons une seule fois de s’unir sur l’essentiel: un moyen qui va sauver l’Algérie, qui va sauver nos bourreaux, qui va sauver toutes les victimes, qui va sauver le Maghreb…car ceux qui nous dirigent se dirigent, inexorablement, vers la catastrophe et peut-être même vers l’enfer et ses tourments éternels.
    Wa Allahou a3lam.
    Fraternellement a toutes et a tous

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  44. Lakhdar dit :

    La junte militaire et à sa tete « rabha » Général Taoufik est à l’origine du terrorisme en Afrique du Nord, tous les détails sont donnés par l’article « Germaneau : la main de l’Algérie dans le fiasco militaire français » sur le site rachad.com

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  45. Oui je l’ai rencontré lorsque j’étais à Sidi Bel Abbés et qu’il venait visiter Lamari alors Commandant de la 12éme Brigade d’Infanterie Mécanisée. J’étais officier de permanence et je me trouvais alors au niveau du poste de police. Il était Capitaine alors que Lamari était au grade de Commandant. Il voulait parler à Lamari , j’ai exigé son identité , il me la présenta avec orgueil, il était hautain, gros , plein de bouillon , il m’a donné l’impression d’être un sanguinaire , arriviste, hautain , il ne fait pas caca, un peu court de taille avec des fesses de femmes
    que feu Nahnah lui envierait. J’ai compris que Lamari était son ami parce qu’il a appelé par son prénom Mohammed hacha le nom du prophéte. quelques heures aprés il téléphone à la permanence , je prends le combiné et il me demande qui suis-je? J’ai écopé de 15 jours de prison pour lui avoir répondu ceci: c’est ta mère qui t’a appris à être aussi impoli.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  46. [...] « Dieu de l’Algérie ». N’est-ce pas ainsi que vous vous êtes présenté un jour de 1999, dans les circonstances que vous savez ? Selon l’adage populaire, « mieux vaut s’adresser au Bon Dieu qu’à ses saints » ; ce [...]

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  47. [...] « Dieu de l’Algérie ». N’est-ce pas ainsi que vous vous êtes présenté un jour de 1999, dans les circonstances que vous savez [...]

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  48. [...] Cette fois-ci, ce n’est pas à vos collaborateurs enquêteurs que je m’adresse, mais à vous, patron depuis septembre 1990 du tout puissant DRS (Département du renseignement et de la sécurité), Rab Dzayer, le « Dieu de l’Algérie ». N’est-ce pas ainsi que vous vous êtes présenté un jour de 1999, dans les circonstances que vous savez ? [...]

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  49. [...] was written by Jeremy Keenan. It is lifted from two places: Al Jazeera  on September 29, 2012 and Le Quotedien D’Algerie which apparently reprinted it today, Sunday, February 17, 2013. It gives a scathing – but [...]

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  50. kelam dit :

    ce jour du 18 fevrier jour du CHAHID je dirais simplement on ne mange pas d’oeuf sans le casser.
    lorsqu’on fait de la politique ,nous devons payer la note.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  51. [...] Security) since 1990.  Wasn’t this the way you presented yourself one day in 1999, under circumstances you well know?  As the popular saying goes, ”It’s better to speak to God than to his saints” [...]

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  52. […] l’admiration des partenaires étrangers et de leurs services de renseignements. En 2010, un expert britannique avait affirmé que le général Toufik  est le plus ancien «chef des services de renseignement » en fonction dans le monde […]

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

Laisser un commentaire