Édition du
28 March 2017

Le malade, ce poulet qu'on déplume !!

Voici le cas d’un citoyen algérien devenu non voyant dans l’affaire de l’hopital de Beni Messous Alger ou il y eut ‘usage en Ophtalmologie, d’un traitement (Avastin) au stade expérimental au Canada, et « arrivé en Algérie -Comment, par qui et pourquoi ?-, prévus pour le traitement du cancer du colon, un médicament à l’origine du calvaire de Monsieur Kasdi Yazid et de biens autres, ayant servi de « cobayes ». L’appréciation est laissé aux soins des pesonnes qui ont du respect pour la personne humaine.
Nourredine BELMOUHOUB
Membre fondateur du Comité SOS Erreurs Médicales

=======================================================

Monsieur Yazid KASDI
34 Rue Moussa HAMADACHE
Hussein Dey-Alger
Tél : 0771.82.44.68

Objet : Requête.
Réf : Assuré 60.2108.0004.54

Monsieur,

J’ai l’honneur de m’adresser à Votre probité morale et intellectuelle, à Votre droiture professionnelle et à Vos sentiments humains, pour Vous faire part d’un désagrément découlant du mépris et de la Hogra dont je suis victime, combien même je suis un non voyant suite à une erreur médicale.
Pris en charge par les Services de la CNAS depuis Octobre 2002, je suis traité par la clinique Ibtissama sise à Dely Ibrahim Sce d’hémodialyse, et bien que conventionnée pour assurer trois (03) séances nécessaires exigées par la maladie pourquoi je suis pris en charge et auxquelles j’ai droit, ce qui regrettablement n’est souvent pas respecté, simplement pour avoir osé faire la remarque que ma prise en charge en médicament PO n’était pas conforme et ne répondait pas à la norme médicale exigée par le fait que je suis reconnu et effectivement un grand malade anémique, ce qui est prouvé et reconnu par le Dr Bedja. La raison de ce dérèglement est le fait que souvent je suis pris en charge et traité par des médecins « transitaires », qui prescrivent des médicaments autres que ceux exigés par la maladie.
Au cours du mois de Mai 2009 ce qui m’est arrivé est invraisemblable, toutefois vrai, je Vous laisse le soin de juger les faits. En fin de dialyse, après prise de tension par un Technicien de Santé, ma tension était 16-8, subitement je fus pris de vertige suivi d’un vomissement. Après m’être restabilisé par la prise d’un aliment salé (olives). J’ai espéré être visité par le Médecin de service, alors que je suis non voyant, diabétique, souffrant d’une insuffisance rénale, cardiaque et hyper-tendu, ceci n’empêcha pas le Docteur Boulahia de s’absenter, il a préféré aller voir un match de foot ball !!! (peu être par nationalisme dira-t-il)
Par ailleurs, sujet à un écoulement de sang en fin de dialyse, pour solution et remède, le Docteur Idri ne trouva pas mieux que de me commander de cesser la prise d’un médicament, bien que celui-ci m’est prescrit par un Professeur de cardiologie, et dont la prise est vitale.
Incompréhensiblement, bien que la CNAS conventionne la dite clinique, je me trouve dans l’obligation de me procurer dans les hôpitaux le sang exigé pour le traitement de ma maladie, alors que de notoriété, il appartient à la clinique d’assumer ses responsabilités vis-à-vis du malade que je suis, (ce pourquoi elle est rétribuée).
Le 07 Aout 2010, comble de l’inhumanisme, à la place d’une séance de quatre (04) heures, selon la norme médicale, j’ai eu droit exactement à Une heure et cinquante sept minutes (1h 57 mn), alors que la CNAS conventionne 04 heures ?
Lors d’un entretien avec le Dr Kharroub, j’ai lui ai demandé de me prescrire un médicament anti anémique en raison de l’état faible dont lequel je me sentais, Cette praticienne a purement et simplement, bien qu’elle ne pouvait ignorer que ma demande était sanitairement légitime, une nécessité prouvée par deux (02) laboratoires spécialisés différents. Pour avoir émis des réclamations, profitant de ma situation de non voyant, le Dr Kharroub ne trouva pas mieux que de ranger mon dossier médical dans mon Cabas (sac de voyage), ce dont je ne pouvais remarquer compte tenu de mon handicap visuel, n’était-ce l’ambulancier qui l’a découvert. Ce geste est assimilable à une forme d’expulsion non signifiée, mais une expulsion tout de même de la part d’un praticien, formé grâce et par nos contributions de citoyens, avant de prêter le serment d’Hippocrate, au mépris de l’Ethique et de la Déontologie d’une si noble profession dont le cachet honorable, est d’abord humanitaire., et dont la mission consiste à lutter contre la mort, pour la vie. Au demeurant ce qui est regrettable, est que les passages du Médecin Chef le Dr Bedja se déroule comme suit : absente les séances du samedi, celles des lundis et des mercredis, ils se résument par un passage éclair.
Le paria vécu ne s’arrête pas à la sortie de cette clinique puisque le comportement de certains ambulanciers, se permettent d’agresser les malades qu’ils transportent (pécuniairement parlant). Personnellement j’ai du supporter à mon corps défendant des propos roturiers (un grave outrage), de l’un d’entre eux, le nommé Merzougui Djamel, alors employé par Afric-Assistance, ce pourquoi il fut licencié, puis recruté pour exercer la même profession par un autre employeur, auprès de la même clinique.
Toujours dans ce même domaine, en ce qui concerne le transporteur Express Ambulance, ayant réclamé pour m’avoir transporté dans un véhicule non conforme aux normes exigées (véhicule banalisé), il a refusé de me transporter, au mépris de la raison et par défi à la loi par un écrit.

Voila Monsieur le Ministre, le calvaire qui nous est imposé, alors que les pouvoirs publics, ne négligent aucun effort pour apaiser nos souffrances et notre douleur, j’ose espérer que ma présente requête, ou rien n’est exhaustif soit considérée en plus d’un appel de détresse, de contribution pour que le service public que constitue cette clinique, soit réellement à la hauteur de la mission médico-humanitaire, pour laquelle elle est grassement rétribuée. Veuillez agréer l’expression de ma considération.

Alger le 28 Septembre 2010
Copies à :
– Monsieur le Ministre de la Santé.
– Monsieur le Ministre des Affaires Sociales.
– Monsieur le Directeur de la CNAS d’Alger.
– A Monsieur le Chef du Service
du Contentieux de la CNAS d’Alger.

Le Requérant
Monsieur KASDI Yazid


Nombre de lectures : 2802
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Grim
    2 octobre 2010 at 22 h 12 min - Reply

    Ce que relate Yazid Kasdit raduit ce que je signalais dans l’un de mes messages à propos de la comparaison entre la gestion française et de la gestion FLN de l’Algérie. Le FLN a voulu rapidement après prise de possession du pouvoir revenir à 1829 c’est à dire à des temps où le bien-être de tout un chacun dépend de son allégeance et de sa puissance matérielle. Le pauvre n’a plus droit de cité en Algérie depuis longtemps.
    Par comparaison, je cite parfois ce qui m’est arrivé à savoir la dépossession de mes biens sur ordre du wali Abddelkrim Bouderghouma et des ministres Aissa Abdellaoui et Mohammed Rouighi. C’est un nombre de requêtes très élevé que j’ai écrites pour que justice me soit rendue: sans résultat jusqu’à ce jour.

    Pour alarmer la Sécurité militaire, Bachir Kadik – ancien technicien des services agricoles promu docteur es sciences grâce au bon vouloir de Salah Djebaili et de Pierre Quézel notamment – écrit dans une lettre officielle sous le timbre de la République algérienne démocratique et populaire que j’étais au service d’intérêts belges. Jamais il n’a accepté de justifier ses accusations malgré mon instance.

    Il coule apparemment des jours heureux en compagnie de  »ma femme Lila ».

    Kasdi Yazid devra se résoudre à la résignation.

    Il aurait fallu, que nous tous refusions l’injustice dès 1962 au moment où les dignitaires du FLN spoliaient les biens des algériens d’origine européenne sans vergogne, sous prétexte qu’un  »colonialiste » devait être traité sans le moindre égard. Ces algériens d’origine européenne – cinq générations de présence en Algérie pour certains – ont été chassés de leurs emplois , de leurs entreprises et de leurs logements sans pitié ni considération pour leurs droits pourtant reconnus par le FLN lors des accords d’Évian.

    Le FLN S’EST FAIT LA MAIN sur les Algériens d’origine européenne et sur les personnes que tout chéfaillon d’alors pouvait accuser d’avoir été un harki.

    Nous – y compris moi – avons laissé faire. Nous en payons le prix.

    La justice sélective, à géométrie variable, est une vue de l’esprit.




    0
  • Nourredin BELMOUHOUB
    4 octobre 2010 at 15 h 27 min - Reply

    @ Grim dit :  » Kasdi Yazid devra se résoudre à la résignation ».
    Grin votre réponse laisse sous-entendre que vous n’avez rien compris dans l’histoire du Sieur Yazid KASDI, lequel combien méme aujourd’hui non voyant par la fute de l’impéritie, et accessoirement diabétique, souffrant d’une insuffisance rénale, cardiaque, hyper-tendu et reconnu effectivement grand malade anémique continu à se battre, je vous dirais qu’il est pret à s’adresser à l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) En apprenant votre conseil, il n’a pas manqué d’afficher son étonnement, disant en réponse :
     » Comment une personne ayant son sens de la vue, peut elle conseiller la résignation à un non voyant? ». Il dira au passage que ce « conseil » à renforcé son obstination à ne pas baisser les bras et finira par rappeler :
    « Qu’il n’y a pas plus aveugle que celui qui fait semblant de ne pas voir »

    Pour ma part, je laisse l soin aux amis -ies- de LQA de juger.
    Bnjour à toutes et à tous
    Nourredine BELMOUHOUB.
    Au service (bénévole) de M. Yzid KASDI.




    0
  • Grim
    5 octobre 2010 at 16 h 46 min - Reply

    Je pense m’être très mal fait comprendre.
    Loin de moi l’idée d’être insensible àla situation dont souffre Yazid Kasdi.
    Je ne suis pas, certes un non voyant mais j’ai fait état sur ce site-même de ce que j’ai enduré de la part des dirigeants injustes et arrogants qui règnent sur l’Algérie. Et je ne cite chaque fois mon cas que pour illustrer ce que j’expose; d’autres ont été beaucoup plus injustement frappés que moi.

    Mon intervention me semblait pourtant claire puisque je concluais mon message par:

     »Nous – y compris moi – avons laissé faire. Nous en payons le prix. »

    Je compatis bien évidemment -et je suis surpris que cela n’ait pas été compris, au sort qui a été injustement fait à Yazid Kasdi; mon souhait est que le maximum de cas d’injustices soient portés à la connaissance du plus grand nombre et Monsieur Benchenouf nous donne l’occasion de le faire.

    Je crains cependant que Yazid Kasdi – puisqu’il n’a pu lire lui-même mon message – n’a entendu que ce qu’on a bien voulu lui en dire.

    Mon texte n’a pas été effacé. Il se trouve un peu plus haut, sur cette même page.




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    6 octobre 2010 at 2 h 07 min - Reply

    @Grim : J’ai voulu vous faire savoir que les gens que je frequente ignoent ce que veut dire résignation, quant à l’imprétation que vous me preter , sachez monsieur que cela ne fait partie ni de ma culture, ni de mon éducation et encore moins de ma lignée,je vous dirais que Monsieur Kasdi ne saura jamais que quelqu’un lui a conseillé ce qui suit :Kasdi Yazid devra se résoudre à la résignation. Quant à la note finale par laquelle vous me rappelez que le texte n’a pas été éffacé, méme si cela été le cas, ca ne poserait pas probléme, car je l’ai enrégistré, pour la postérité.Sans rancune.
    Monsieur Nourredine BELMOUHOUB
    DEFENSEUR LIBRE ET INDEPENDANT DES DROITS DE L’HOMME.




    0
  • nourredine BELMOUHOUB
    6 octobre 2010 at 2 h 18 min - Reply

    Je n’ai pas jugé utile de commenter votre conseil à Monsieur KASDI, dés lors qu’il ne le suivra pas soyez persuadé, quant à votre texte méme s’il est est éffacé unjour, j’ai gardé une copie, pour….. la postérité.
    Nourredine BELMOUHOUB
    Défenseur Libre et Indépendant des Droits de l’Homme (pour preuve j’utilise mon nom. et sans rancune.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique