Édition du
25 March 2017

Anniversaire du 5 octobre 88 : répression du rassemblement d'Alger

COMMUNIQUE du RAJ,

L’association RAJ tiens à dénoncer la féroce répression qui s’est abattue sur les manifestants (es), venus à la place des martyrs d’Alger répondant à l’appel du RAJ pour commémorer pacifiquement la 22 ème année du mouvement d’Octobre 88.

Nul n’a était épargnés, pas même les deux victimes de la répression d’octobre 88, venus participer au rassemblement. Le membre du RAJ et les deux autres citoyens qui ont été interpelés ont finalement été relâchés suite aux négociations avec les responsables de la police locale.

Le RAJ salut le courage des citoyens (es) présents (es) et fait le serment qu’octobre 88 ne tombera jamais aux oubliettes.

LIBEREZ LA LIBERTE, LA LIBERTE FERA LE RESTE

Alger le 05/10/2010

P/ Le RAJ

Les membres du Conseil National


Nombre de lectures : 2587
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • khaled
    5 octobre 2010 at 19 h 24 min - Reply

    Qassaman Binnazilat Ilmahiqat
    Waddimaa Izzakiyat Ittahirat
    Walbonood Illamiaat Ilkhafiqat
    F’Iljibal Ishshamikhat Ishshahiqat
    Nahno Thurna Fahayaton Aw ma maaat
    Wa Aqadna Alazma An Tahya Aljazair
    Fashhadoo! Fashhadoo! Fashhadoo!

    Nahno Jondon Fi Sabil Il hakki Thorna
    Wa Ila Isstiqlalina Bilharbi Kumna.
    Lam Yakon Yossgha Lana Lamma Natakna
    Fattakhathna Rannat Albaroodi Wazna.
    Wa Azafna Naghamat Alrashshashi Lahna
    Wa Aqadna Alazmat An Tahya Aljazair.
    Fashhadoo! Fashhadoo! Fashhadoo!

    Nahno min Abtalina Nadfaoo Jonda
    Wa Ala Ashlaina Nassnaoo Magda.
    Wa Ala Hamatina Narfao Bandaa.
    Gabhato’ Ltahreeri Aataynaki Ahda
    Wa Aqadna Alazma An Tahya Aljazair.
    Fashhadoo! Fashhadoo! Fashhadoo!

    Sarkhato ‘lawtani min Sah Ilfida
    Issmaooha Wasstageebo Linnida
    Waktobooha Bidimaa Ilshohadaa
    Wakraooha Libany Iljeeli ghada.
    Kad Madadna Laka Ya Majdo Yada
    Wa Aqadna Alazma An Tahya Aljazair.
    Fashhadoo! Fashhadoo! Fashhadoo!




    0
  • samir
    5 octobre 2010 at 20 h 27 min - Reply

    5 octobre 88,grande manipulation du pouvoir.le passage d’une économie socialiste à celle d’une économie liberale ne pouvait se faire sans porter atteinte aux interets de la nomenclature et comme toujours c’est le peuple qui a payé le prix fort.




    0
  • moufdi
    5 octobre 2010 at 22 h 55 min - Reply

    les trois ripoux qu’on voit sur la photo ne sont-ils pas des VOYOUS ??
    regardez bien la photo vous verrez la haine et el hogra…




    0
  • adel133
    6 octobre 2010 at 3 h 12 min - Reply

    voici le scoop qui circule au canada concernant la boutefland.

    Satan a fui l’Algérie,on lui demanda la cause et il répondit: Je leur ai appris le trafic, le mensonge, la corruption, le vol… ils se sont fait, grâce à moi, des villas et des voitures pour qu’en fin de compte, ils inscrivent dessus” C’est grâce à Dieu”




    0
  • fateh
    6 octobre 2010 at 9 h 50 min - Reply

    Merci la redaction pour cette photo. On voit toute la haine de ces 3 agresseurs sur une jeune victime du 05/10/1988…Il est certain que ces trois agresseurs ramasses dans la rue et embauches par les services de repression de boutef et consorts n’avaient pas a l’epoque des faits plus de 10 ans….Des gueules avec des rictus de haine -hokd- et exprimant le mepris, le rejet et surtout la volonte de reduire au silence leur proie…En somme c’est tout le pouvoir criminel d’Alger qui est tres bien represente…
    Une proposition: POURQUOI NE PAS CREER UN CONCOURS DE LA PHOTO DU MOIS UNIQUEMENT POUR L’ALGERIE…J’en suis sure que cela permettrait encore mieux de faire connaitre la nature de ce regime criminel qui tient le pays en attendant que vienne justice INCHALLAH




    0
  • elforqan
    8 octobre 2010 at 9 h 07 min - Reply

    qu’on nous raconte pas des histoires ! le 05 octobre 1988 n’était pas un soulèvement populaire pour des raisons politiques mais un soulèvement de voyous et j’ai vu ce jour là comment des jeunes s’attaquaient aux automobilistes et les volaient et pillaient également des monoprix et des souk el fellah !!! alors, il ne faut pas nous raconter des histoires !!!

    Le peuple algérien à part une infime minorité n’a connu que répression sur répression et calamité sur calamité parce que dans sa majorité c’est un peuple Haggar, vaniteux et impie et tant qu’il persisterait dans cette voie, il recevra toujours des coups mais prions Allah le miséricordieux d’épargner les honnêtes gens, fils de bonnes familles , les croyants authentiques qui ne veulent autre chose que le bien pour leur pays et l’Islam .




    0
  • elforqan
    8 octobre 2010 at 10 h 59 min - Reply

    En réalité ce qui se passe en Algérie ce n’est le fait ni du pouvoir, ni du FIS, ni du DRS ni de qui que ça soit tous ces gens n’ont aucun pouvoir et ne peuvent faire ni la pluie ni le beau temps, ils sont plus faibles qu’une fourmi, ce qui s’est passé et ce qui se passe et se passera en Algérie ne peut être compris que par ceux qui comprennent bien le verset suivant : » Et Dieu propose en parabole une ville : elle était en sécurité, tranquille; sa part de nourriture lui venait de partout en abondance. Puis elle se montra ingrate aux bienfaits de Dieu. Dieu lui fit alors goûter la violence de la faim et de la peur [en punition] de ce qu’ils faisaient. » Sourate en’nahl, verset 112 !!
    ceci est la cause principale, c’est une loi d’Allah et quiconque dévie de la voie droite ne gouttera dans sa vie qu’insécurité, malheur et amertume et avelissement!!!

    Sourate Koreiche :

    1. A cause du pacte des Coraïsh,
    2. De leur pacte [concernant] les voyages d’hiver et d’été.
    3. Qu’ils adorent donc le Seigneur de cette Maison (la Kaaba).
    4. qui les a nourris contre la faim et rassurés de la crainte !
    Tant le peuple algérien tolérera l’insulte de Dieu , il le payera chèrement, c’est la sanction que Dieu réserve aux lâches, il épargnera certainement par sa miséricorde les gens pieux et sincères , Allahou mawla el ladhine a’manou wa al ladhina kafarou la mawla lahoum!
    Qu’Allah épargne aux gens honnêteté tout malheur et qu’il éradique les corrompus et les corrupteurs et tous les transgresseurs.

    El amro koulouhou lilahi wahdahou LA CHARIKA LAHOU !!




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    8 octobre 2010 at 12 h 23 min - Reply

    BIENVENUE AU GOURBISTAN
    A La mémoire des victimes du 05 Octobre 1988.

    Quoi de mieux qu’une promenade au cœur de la métropole algéroise, ou un énorme flot de voitures fraichement sorties de l’un des ateliers de la zone industrielle périphérique, ou sont fabriquées entre autres, des véhicules touristiques qui par leurs qualités, tiennent une bonne place en matière de concurrence sur le marché de l’automobile, et ou sont usinés des engins roulants, de transport et de travaux publics. Ce qui dispense le citoyen d’aller chercher ailleurs, ce qu’il trouve avec facilité et à portée de mains, avec des prix tant compétitifs qui rendent jaloux nos voisins, tout comme ils font que ces produits attirent un bon nombre d’acquéreurs étrangers.
    La chaussée sur laquelle roulent le courant de voitures est lumineuse, enrobée d’un produit local provenant d’une autre zone industrielle, ce qui fait qu’il n’est plus question de goudronner le réseau routier national. Un tapis luminescent a remplacé les pavés et le bitume triste, un tapis ou il n’y a pas de place pour les nids de poules ou d’autruches, avec l’avantage de renvoyer en douce lueur la lumière qu’il absorbe pendant la journée, faisant que les autos circulent phares éteints sur cette voie claire. Ils se dépassent, se croisent sur le sol couleur de lune, ou contrairement à d’autres capitales il n’y pas de place pour les embouteillages. Le secret de la bonne fluidité sur nos routes se trouve d’abord dans le fait que les chaussées sont larges, que les moyens d’accessibilité reconnus aux personnes handicapés sont scrupuleusement aménagés par les services techniques des mairies, tout comme l’entretien des trottoirs et des passages protégés pour piétons, et bien sur, il y a le comportement très citadin de nos automobilistes en général, et des motocyclistes en particuliers.
    Le secret réside dans le fait que depuis l’arrêt du processus électoral, les grandes villes d’Algérie en général ont débordé de leur moule, évidemment un peu plus Alger est submergée au point ou elle s’est déformée, elle s’est étirée le long des voies ferrées, des autostrades, elle a fini après avoir rejoint les bourgades limitrophes, à former une seule agglomération en forme de dentelle. Un immense réseau de bidonvilles et de ghettos composés d’immeubles en champignons. Un véritable Gourbistan.
    A part les régions de Reggane, In M’guel et Oued Namous, zones ou la France civilisatrice a expérimenté son déshonneur et ses bombes nucléaires, chimiques et bactériologiques, cela bien après l’indépendance « ou presque » de l’Algérie, progrès n’ayant pas libéré les habitants de ces régions, cloués par les effets de l’irradiation, ou alors ces petits villages contestataires ou des habitants obstinément accrochés à des principes moraux ancestraux, continuent contre mépris et hogra, à l’ère de l’informatique et de l’aérospatiale, à labourer à l’aide de charrues qui se font de plus en plus rares, depuis que nos bouchers » véreux » ont décidé de remplacer la viande ovine par celle ânière, et à cultiver des olives que la grêle, le gel, le vent et les insectes veulent bien épargner, bien sur quand les oliviers échappent aux incendies déclenchés par des mains expertes, à titre punitif, pour recueillir une maigre récolte, le reste, les autres campagnes du pays se trouvent complètement désertées, par faute (planifiée) de moyens élémentaires, une existence aux justifications avancées pour couvrir des errements politiques désastreux, et masquer l’essentiel : une volonté implacable de conserver le pouvoir.

    De la nature retournée à l’état sauvage, une mer de buissons, de ronces et de chiendent a envahi nos campagnes, jusqu’aux portes des nos villes, le béton à tué le reste. Une seule oasis de l’Algérie, celle du club des chiens a échappé à cette évolution. Oasis dont le bruit couvre les bruits de vie, d’amour et de mort des vingt neuf millions d’êtres humains, entassés dans l’injustice et l’arbitraire. Vingt neuf millions, c’est le chiffre donné par le dernier recensement de la population.
    Le développement de la culture en laboratoire a ruiné nos campagnes et attiré tous les paysans vers la capitale, au point ou sévit une crise de logements, couverte par le million de logements de notre Gourbistan, fruit du génie national.
    Mais comment vivre au Gourbistan sans s’habituer à la viande chimique vendue au souk Ali Mellah, ou aux légumes industriels d’importation, alors qu’on ne cultive plus rien en terre, sauf ce qu’on arrose avec des eaux usées. Céréales, légumes, fruits, fleurs, immoralité tout cela pousse en laboratoire dans des bacs. L’élevage cette horreur a également disparu, faisant le bonheur et permettant à la vache indienne de visiter nos estomacs. Élever, chérir des bêtes pour les livrer au couteau du boucher, c’est là des mœurs dignes des barbares du XXIème siècle. Le bétail chez nous n’existe plus, et c’est tant mieux, puisque le produit qui nous est vendu est une viande parfaite, tendre, sans tendons, ni peaux ni graisses, d’une saveur et d’une grande variété de gouts, des viandes de bœuf, de veau, de chevreuil, de faisan, de pigeon, de chardonneret, d’antilope, de girafe, de pied d’éléphant, d’ours et nounours, de lapin, de lion et de mille autres variétés. Pour les raffinés des viandes à gout de fruit ou de confiture, à parfum de fleurs. Vivre pour manger est la devise de l’association chargée de veiller sur la qualité de la viande. Pour ses membres, dévorer les œufs de poules, implique qu’il faut dévorer aussi les fœtus d’agneau et de veau morts nés.
    Quant au lait sa production chimique est si débordante que chaque foyer la reçoit à domicile, à coté de l’eau chaude, de l’eau froide et de l’eau glacée, par canalisation. Il suffit d’adapter au robinet de lait un ravissant petit instrument chromé, pour obtenir, en quelques minutes, une motte d’excellent beurre. Enfin toute installation comporte un robinet bas, muni d’un tiédisseur, auquel s’ajuste une tétine avec quoi les mères du Gourbistan allaitent leurs chers nourrissons. Alors bienvenue au Gourbistan.
    Le 05 Octobre 2010
    Nourredine BELMOUHOUB
    Défenseur Libre des Droits de l’Homme.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique