Édition du
30 March 2017

Qui a menacé de mort le PDG d’ArcelorMittal ?

Le Jeune Indépendant 09 octobre 2010

La reprise des négociations est une victoire
pour Kouadria

Qui a menacé de mort le PDG d’ArcelorMittal ?

Smaïn Kouadria a obtenu gain de cause grâce aux employés du complexe d’El-Hadjar. Ces derniers se sont mobilisés par un arrêt de travail en masse mercredi dernier pour réclamer le retour de leur leader à la table des négociations, seul homme habilité à mener les discussions avec l’employeur autour des revendications socioprofessionnelles contenues dans la plate-forme du 7 juillet dernier.

Ce sont plus de 3 000 travailleurs qui avaient, mercredi dernier, rouvert le siège du syndicat et obligé Vincent Le Gouic, directeur général d’ArcelorMittal Annaba, à recevoir Kouadria. Le Gouic, qui avait fermé les locaux en préfabriqué datant des années 1970 par mesure de sécurité tant il y avait menace de mort contre le numéro un du syndicat d’ArcelorMittal d’Annaba de la part des 20 membres du comité de participation, dirigé par M. Bouraï, est revenu à de meilleurs sentiments.
Dans son entretien avec Smaïl Kouadria et son staff, le principal gérant du complexe sidérurgique d’El-Hadjar, M. Le Gouic, a garanti aux représentants des travailleurs une sécurité totale et leur a promis que les négociations reprendront le 18 octobre. «La sécurité à l’intérieur de l’usine de M. Kouadria sera assurée à 100 % par nos services et les services de sécurité algériens», a-t-on appris de sources sécuritaires de Sidi Amar. Le Gouic a aussi promis aux syndicalistes de ne prendre aucune sanction administrative ou d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre des 3 000 travailleurs qui avaient, durant trois jours, quitter leurs postes de travail et participé à la marche de protestation pour réclamer la réouverture du siège du syndicat et le retour de leur leader, Smaïn Kouadria, à la table des négociations. Cependant, les membres du comité de participations, à la tête d’une minorité de travailleurs, se laisseront-ils faire alors qu’ils ont été auteurs avant et durant le ramadan de dérapages, sinon de violence grave pour exiger le départ du numéro 1 du syndicat.
A noter que, selon Smaïn Kouadria, Vincent Le Gouic a reçu des menaces de mort dans sa boîte de messagerie électronique suite à sa décision de rouvrir le siège du syndicat, de reprendre les négociations et de traiter les dossiers des sous-traitants activant en parallèle avec le complexe sidérurgique. Qui sont les auteurs de ces menaces ? Personne ne le sait. Seule une enquête saura découvrir le ou les véritables auteurs. M. Le Gouic, quant à lui, compte déposer plainte demain au tribunal d’El-Hadjar.
Nabil Chaoui


Nombre de lectures : 1223
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Larbi Anti-DRS
    10 octobre 2010 at 11 h 19 min - Reply

    Ceux qui l ont condamne a mort l’expat sont ceux qui ont vendu l’usine a 1 euro. Un indien, leader du fer, fermera l’usine a leurs place. Ils disent si un leader mondiale ne peut pas produire en Algérie, alors sur que les DG de la DRS/ANP étaient aussi coriace, que le frenchy, et par une démonstration par l’absurde ils ne cesse de montrer qu’ils ne peuvent rien faire et rien produire dans un pays de 35 millions de bras cassés. Alors les businessmen de la DRS importerons le rond pour tenir le béton, qui sera fabrique ‘par Lafarge (encore une autre histoire, pas d’immigration illégale).




    0
  • Congrès du Changement Démocratique