Édition du
23 July 2017

Elle dénonce les magouilles de l'Institut Pasteur ……elle est condamnée à 4 années de prison avec sursis !!!!!!

Procès de l’affaire des vaccins périmés
10 ans de prison ferme contre l’ex-P-DG de l’institut Pasteur

Par : Neïla B.
Liberté 14 octobre 2010

La juge a, en outre, confirmé l’ordonnance du juge d’instruction relative au mandat d’arrêt lancé contre l’ex-président-directeur général.

L’ex-P-DG de l’institut Pasteur a été condamné hier, par contumace, à 10 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 10 millions de dinars. Le tribunal pénal de Sidi-M’hamed a condamné, dans la même affaire, l’ex-conseiller du P-DG et le représentant du laboratoire indien à 6 ans de prison ferme.
La présidente du tribunal de Sidi-M’hamed a rendu hier le verdict relatif au procès des vaccins périmés importés par l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA). Des peines allant d’une année de prison avec sursis à 10 ans de prison ferme ont été prononcées à l’encontre de l’ex-président-directeur général et de six ex-cadres de l’institut. Ces peines ont été également assorties d’amendes allant jusqu’à un million de dinars.
La juge a, en outre, confirmé l’ordonnance du juge d’instruction, relative au mandat d’arrêt lancé contre l’ex-président-directeur général, alors que le conseiller de l’ex-P-DG, Abdelmadjid B., et le représentant du laboratoire indien (Serum Institute of India), A. Amar, seul accusé en détention, ont écopé de 6 ans de prison ferme.
La directrice commerciale, Nadia T., a été condamnée, pour sa part, à 4 ans de prison avec sursis. Cette dernière avait d’emblée affirmé, lors de l’audience, qu’elle a été “relevée de ses fonctions sur ordre du secrétaire général du ministère de la Santé”. La mise en cause avait précisé que le secrétaire général en question avait exercé des pressions sur elle, car elle a “refusé de reconnaître la conformité des vaccins H1N1 acquis en 2009”. Dans le même contexte, la prévenue, qui était poursuivie pour “complicité dans le détournement de deniers publics et d’avoir bénéficié d’avantages”, a déclaré qu’elle a fait l’objet d’un licenciement arbitraire et abusif “sur ordre de l’ancien ministre de la Santé, Saïd Barkat”. L’accusée B. Djamila a été condamnée à 2 ans de prison avec sursis et A. Ahmed a écopé d’une année de prison avec sursis alors que deux autres accusés ont bénéficié de la relaxe. D. Hamid, le directeur général adjoint à la direction commerciale, et qui est toujours en poste, a été condamné à 2 ans de prison avec sursis. Dix accusés, dont l’ancien directeur général de l’Institut, étaient poursuivis dans cette affaire pour “conclusion de marchés en violation de la législation, obtention de privilèges illégitimes et mauvaise gestion ayant entraîné la dilapidation de deniers publics”. Le représentant du parquet de Sidi-M’hamed avait requis 10 ans de prison ferme assortis de un million de dinars d’amende à l’encontre des 9 cadres de l’Institut Pasteur d’Algérie. À noter que l’un des experts a déclaré à l’audience qu’entre 2002 et 2006 l’Institut Pasteur a procédé à la passation de 65 et 70 transactions avec des laboratoires étrangers spécialisés dans la fabrication des vaccins pour l’acquisition, sept années durant, de 750 000 doses de vaccins périmés contre la grippe, la tuberculose, la rougeole et des vaccins pour nourrissons.


Nombre de lectures : 2359
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction
    14 octobre 2010 at 14 h 58 min - Reply

    10 ans de réclusion pour l’ex-DG de l’Institut Pasteur d’Algerie
    Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

    El Watan.com le 13.10.10 | 16h04

    Le verdict de l’affaire de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) est tombé. Accusé au même titre que neuf autres cadres dans l’affaire d’importation de vaccins périmés, l’ex-directeur général de l’institut, Miloud Belkaïd, actuellement en fuite et faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international, a été condamné à 10 ans de prison ferme par contumace.

    Le tribunal de Sidi M’Hamed près la cour d’Alger a condamné également Omani Ammar, représentant du laboratoire indien (Serum Institut of India) à six années de prison ferme, Abdelmadjid Boudiaf, ancien responsable des moyens généraux, à six années et 200.000 dinars d’amende et Aït Ouras Ahmed, à une année ferme et 100.000 dinars d’amende. Dali Hamid, directeur général-adjoint au niveau de la commerciale, a écopé de deux années fermes.

    L’inculpée Nadia Touabtia, a été condamnée à quatre années de prison avec sursis, Boubekeur Djamila, à deux années avec sursis et Aït Ouras Lamine, à une année avec sursis et 50.000 dinars d’amende, tandis que Chaïb Ahmed a été innocenté.

    Les accusés devront également payer des dommages et intérêts d’un million de dinars.

    Les mis en cause sont accusés de conclusion de marchés contraires à la législation, dilapidation des deniers publics et obtention de privilèges injustifiés.

    Le scandale a éclaté en 2009 et concerne l’acquisition d’un grand lot de vaccins contre la grippe, la tuberculose, la rougeole et des vaccins pour nourrissons, via quatre contrats signés avec des laboratoires étrangers.

    L’enquête, qui a débuté en novembre 2009, a mis à jour la mauvaise gestion de l’ancien DG de l’IPA et découvert que la majorité des contrats passés avec des fournisseurs étrangers étaient non conformes à la réglementation des marchés.

    Elle a aussi fait la lumière sur les graves anomalies de gestion avec un préjudice, estimé par une expertise, à plus de147 milliards de dinars.
    Elwatan.com




    0
  • Sadawi
    14 octobre 2010 at 19 h 49 min - Reply

    C’est pas catholique !
    Condamnée à quatre années avec sursis reste une punition inappropriée,puisqu’elle est à l’origine du dénouement de ce chapardage.
    Le contraire aurait fait d’elle une complice de non dénonciation de crime « économique ».

    Vous voyez le paradoxe;je me demande comment celà a échappé aux juges.




    0
  • still
    14 octobre 2010 at 21 h 59 min - Reply

    !الفساد متفش في الرعية ، لعنة الراعي على من أراد كشفه




    0
  • Alilou
    14 octobre 2010 at 22 h 35 min - Reply

    Le message est clair, gars à celui ou celle qui fera la même chose plus tard,

    En quelque mots, personne ne doit dénoncer les magouilles…




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    15 octobre 2010 at 18 h 43 min - Reply

    Avant d’agir, cette Dame aurait du savoir qu’au pays d’Ali Baba et les quarante mille voleurs, il n’est pas divulguer,de dire ce qui se passe autouir de soi. Justice, que de crime sont commis en ton Nom




    0
  • moha
    16 octobre 2010 at 12 h 23 min - Reply

    les requins savent nager et manger, la sardine nage en banc est se fait manger. Les Algeriens honnetes sont avertis!!!!!!




    0
  • ajgou
    27 octobre 2010 at 7 h 52 min - Reply

    malheur aux peuples dont les juges méritent d’être jugés.




    0
  • IPA
    1 novembre 2010 at 5 h 27 min - Reply
  • Congrès du Changement Démocratique