Édition du
20 July 2017

El Boulitique en Algérie (suite) : Annaba : La mouhafadha attaquée, 8 blessés

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan.com le 15.10.10 

Le siège de la mouhafadha du parti FLN de Annaba a encore une fois été le théâtre d’une attaque à main armée par des militants du vieux parti.

Objets contendants et bombes lacrymogènes exhibés, plusieurs dizaines de partisans du sénateur et mouhafedh Zitouni Mohamed Salah ont assailli hier, vers 1h du matin, les locaux du FLN causant parmi ses opposants huit blessés, dont trois sont dans un état grave ont été hospitalisés à l’hôpital Ibn Rochd. Les «casseurs», qui sont arrivés, selon des témoins oculaires, à bord de véhicules venant des parcs automobiles de plusieurs APC et même de l’APW, ont agi ainsi au lendemain de la décision du tribunal de Annaba de rejeter, pour incompétence, la plainte du sénateur détrôné. Selon le voisinage, les assaillants – tous partisans du secrétaire général de la mouhafadha – ont surpris les opposants qui occupent, depuis samedi, le siège du parti. Ils ont cassé le rideau métallique, brisé les vitres et agressé au gaz lacrymogène les personnes se trouvant à l’intérieur. Asphyxiés et larmes aux yeux, les militants n’ont pas résisté et ont été délogés du siège. Un peu plus tard, ils sont revenus à la charge et ont réussi à chasser les intrus. Cinq individus ont été arrêtés lors de ces affrontements par les éléments de la sûreté de wilaya qui sont intervenus à l’appel des voisins pour rétablir l’ordre. Plusieurs plaintes ont été déposées hier par les blessés contre le sénateur, appuyées par des certificats d’incapacité de plusieurs jours.

Mohamed Fawzi Gaïdi

Nombre de lectures : 1438
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Nourredine BELMOUHOUB
    15 octobre 2010 at 18 h 38 min - Reply

    Et bien quoi d’anormal, lorqu’on apprend qu’il y a eut 08 blessés dans un accrochage entre des militants du Front de Libération Nationale à Annaba, aprés Djelfa, Sidi M’hamed Alger (en attendant les dernières nouvelles du Front, La mission de ce Parti n’est-elle pas de libérer, oui mais libérer quoi, dés lors qu’on est présumé libre (ou presque) depuis la fin des essais nucléaires francais en 1968 au sahara algérien libre et independant depuis 1962. Je ne sais plus de quoi, de qui il s’agit du Front de Libération Nationale, ou bien du front de Liquidation nationale, que sais-je ? En attendant des femmes et des enfant gitent auxportes de nos institutions, qu’ils vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, pendant que la guerre d’Algérie se dérouile dans les Kasma et les Mouhafadates à l’air du Patriotisme, du Nationalisme, de la Langue de bois et du Tout va bien mon frére. Au fait qui a chanté :  » Ouallahi Ahchouma, Ahchouma, Ahchouma.




    0
  • asma
    15 octobre 2010 at 20 h 28 min - Reply

    c est ca le FLN depuis 2004 c est les dobermans les chaines les armes blanches et meme l arme a feu souvenez vous !! il ne faut oublier !




    0
  • SAID
    15 octobre 2010 at 20 h 42 min - Reply

    Leurs « élites » ont bien donné l’exemple avec les dobermans, à Mostaganem ! Et les grossieretes au SENAT .
    Et puis, c’est ça la démocratie version FLN ! ça a commencé avec BEN BELLA à Tripoli …. il faut s’y faire : c’est la loi du plus fort !




    0
    • Rosangela
      2 février 2012 at 23 h 05 min - Reply

      A 16 heeurs je me suis rendu au bureau de vote pour accomplir un devoir et aussi un droit que j’ai refusé d’en profiter pendant 20 ans, la file d’attente , mixte,était longue, longue , longue, et pourtant personne ne s’en plaignait , des groupes se formaient et discutaient de leur orientation politique à haute voix et sans regarder à droite et à gauche de peur d’être « capturés » par la police politique,à l’intérieur ce qui m’a le plus frappé,ce sont les pages des registres presque toutes remplies,l’affluence était inimaginable,je m’en suis voulu de ne pas avoir été parmi les premier mais ce retard m’a permis de constater de visu la réussite de cette deuxième étape du marathon tunisien vers une vraie démocratie, et comme on dit jamais deux sans trois , la troisième se traduire par les éléctions législative et présidentielle et nous la réussirons malgré les peaux de banane et les bâtons dans les roues de certains politicards qui oublient que les élections existent aussi dans la charia islamique , qu’ils lisent notre coran à tête reposé et sans parti pris et surtout sans s’arrêter au milieu d’un verset et surtout prendre en considération son contexte historique , la vengeance est interdite et la tolérance est un devoir de tout musulman,




      0
  • Rédaction LQA
    16 octobre 2010 at 12 h 45 min - Reply

    Annaba: Bataille rangée au FLN

    par Hocine Kedadria,
    Le Quotidien d’Oran, 16 octobre 2010

    Des policiers en civil étaient en alerte, hier vendredi à proximité du siège de la mouhafadha de Annaba. La tension est demeurée tendue aux alentours du siège du parti qui a été le plus souvent l’objet de contestations. Le scandale survenu dans la nuit de mercredi à jeudi était illustratif à plus d’un titre de la gravité de la situation à laquelle sont arrivées les parties opposées. «Il était 1h du matin, lorsque nous avons été réveillés par des cris assourdissants. Une panique générale. Nous ne savions pas ce qui se passait. Des personnes, adultes et des jeunes, descendaient de voitures dont, certaines de luxe, armées de gourdins, d’épées, et autres armes blanches, criaient sourdement des paroles inaudibles et ont envahi le cours de la Révolution. Nous pensions que c’étaient des bandes rivales qui se livraient à un règlement de comptes. Mais c’étaient des militants du FLN qui s’étaient lancés contre leur siège en cassant la porte d’entrée. Quelques secondes après, des cris se faisaient entendre et des personnes sortaient de la mouhafadha en fuyant dans toutes les directions, poursuivies par d’autres», nous a dit hier un habitant. Selon lui l’occupation des lieux n’a duré que quelques minutes. Peu de temps après, ce sont d’autres militants qui ont accouru et qui ont repoussé l’attaque», dirigée par un mouhafed qui avait été délogé la semaine dernière par ses opposants et la bataille a fait rage. Il y a eu des blessés. Alertés les policiers ont eu du mal à faire revenir l’ordre. Selon un communiqué, les opposants au mouhafedh qui occupent actuellement les lieux, interpellent l’autorité concernée pour mettre fin à ce trouble de l’ordre public. A l’intérieur de la mouhafadha nous avons pu constater les dégâts. Des photos déchirées, des vitres cassées, des tableaux à trépied désaxés. Bref les lieux donnaient l’impression d’être abandonnés depuis des années.

    Dans une déclaration, le porte-parole des opposants, l’actuel président de l’APC d’El-Hadjar, nous a fait savoir «que le collectif des avocats constitué est en train de travailler sur deux axes. Le premier est de procéder au suivi des plaintes individuelles déposées par des militants à l’encontre de personnes connues, pour coups et blessures volontaires avec armes blanches et le deuxième, pour destruction de biens mobilier et immobilier appartenant au parti». Traitant de l’aspect politique de cette crise que vit le FLN à Annaba, notre interlocuteur, nous a fait savoir que cette dernière a pris racine le 9 février 2010. «Nous étions venus prendre possession de nos cartes de militants en prévision des élections de 2012, le mouhafedh nous a refusé l’accès aux locaux et nous a complètement marginalisés, ce qui a provoqué le courroux de très nombreux militants qui ont décidé de mettre fin à cette situation en occupant les lieux et en interpellant les responsables du parti pour régler ce problème. Une plainte avait été alors déposée en référé par le mouhafed qui avait été débouté par la justice. Ce dernier non content a voulu prendre possession des lieux par la force. Et les choses en sont arrivées là», a indiqué notre interlocuteur qui avait, selon lui, chargé le groupe d’avocats de finaliser le dossier et procéder au dépôt de plaintes, dès aujourd’hui. L’affaire FLN qui est dans toutes les bouches, n’est pas prête de se terminer. Nous avons essayé de prendre attache avec le mouhafedh sénateur Zitouni, mais en vain; ce dernier nous a-t-on appris, était occupé à sensibiliser ses partisans à travers les communes de la wilaya.




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    16 octobre 2010 at 14 h 19 min - Reply

    Quelqu’un aurait-il la gentillesse de me dire si le mi-Sénateur, mi-lutteur de Annaba a un lien de parenté avec le Sieur Zitouni de Birkhadem (Alger), Je parles de celui qui fut mi- Emir terroriste, mi D.R.S. Merci




    0
  • adel133
    16 octobre 2010 at 18 h 20 min - Reply

    hada mahalbate comme on le dit en Algérien.si les critères de choix et de séléction étaient analogues pour tous les Algériens,nous serons tous à tour de role,président,ministres,députés ou sénateurs.la seule séléction est basée non pas sur les cométences,mais sur des considérations politico-……….toutes cette meute de bandits est liée par des liens de sang.beau fils,beau frère,belle fille etc…
    pas besoin de porter le chapeau de papineau




    0
  • amine
    20 octobre 2010 at 21 h 49 min - Reply

    j’ai assisté personnellement a la scène et j’étais étonné par la présence renforcé des forces de l’ordre …..EN SPECTATEURS ET QUI n’agissaient pas……….




    0
  • Congrès du Changement Démocratique