Édition du
24 March 2017

Le projet de résistance et du changement existe

Madjid Laribi

On parle de Boumediène, de Benbella et d’autres qui, d’une manière ou d’une autre, ont pris part, sciemment ou inconsciemment, à l’instauration de ce système qui dévore l’Algérie. Juste après l’indépendance, Ali Mécili était parti voir plusieurs leaders à l’assemblée constituante et leur dire « Le MALG est un monstre qui allait dévorer l’Algérie » et il les a incité à sortir de l’hémicycle et à engager la résistance. Certains l’ont écouté et beaucoup d’autres non.
Pourquoi cette vocation ? C’est tout simplement pour dire que le mal vient de loin et toute résistance doit, au préalable, interroger l’histoire pour que tout projet de changement ait une assise solide.
Le MALG, l’Armée des frontières, les négociations secrètes entre De gaule et Nasser des années durant, ont permis au système financier international et à des services secrets dont le MOSSAD au Maroc, de bien préparer l’après colonisation, une colonisation feutrée conduite par les rejetons de Lacheroy, père de « la guerre révolutionnaire ». Le système financier international n’a jamais lâché ou renoncé au colonialisme et on voit aujourd’hui comment ses disciples installés après les indépendances dans plusieurs pays, ont orchestré la continuité du colonialisme et ce qui se passe juste devant notre nez au Sahel est édifiant.
Le DRS ne tire pas uniquement sa force de la rente pétrolière et de la corruption, mais aussi du soutien du système financier international et des occidentaux néocolonialistes. Mais le DRS n’est pas Dieu. Leurs chefs dépassent les soixante dix ans et ont déjà un pied dans la « Hofra ». Et comme tout système qui n’évolue pas il est condamné à périr. On ne peut pas gérer éternellement une société par la corruption et la violence. « Aad et thamoud » ont disparu, l’apartheid et le mur de Berlin aussi. En Amérique Latine les USA n’ont jamais pu éteindre la flamme révolutionnaire et le Hizbollah libanais continue à narguer et à faire peur à tous les flics du monde entier. Les palestiniens ont résisté avec « les hidjara ».
Le projet de résistance et du changement existe et porté par la majorité des algériens. Mais il n’est pas visible pour plusieurs raisons, la plus importante est l’absence d’une organisation qui puisse le porter. Le FLN que Mehri a mené jusqu’à Rome (et ce n’était pas rien) n’est plus le FLN et le FIS que Hachani a essayé de sauver n’est plus le FIS. Et c’est avec amertume que je constate que le FFS est en train de ne plus être le FFS.
La contestation, malgré l’état d’urgence, existe dans la société et elle s’exprime de différentes manières. Des émeutes sont signalées ça et là presque quotidiennement et des dizaines de jeunes se jettent à la mer, sans qu’il y ait une organisation capable de leur présenter un projet d’espoir à même de les mobiliser. On me dira, peut être, du côte de Souidani Boudjemâa, l’un des derniers remparts, que les champs politiques et médiatiques sont fermés et que c’est la faute à l’état d’urgence. Soit !
En tout cas, à part le champ syndical où les syndicats autonomes sont dans leur rôle, rien ne présage les autres luttes.
Les jeunes émeutiers non encadrés, parce que le DRS a réussi à les éloigner du politique, engagent des actions courageuses mais sans lendemains parce que non capitalisées politiquement. Leur désespoir ne fait que monter et lorsque le dernier esclave d’entre eux aura rajouté le dernier bout de bois (pour reprendre Mammeri), il est à craindre que le brasier qui n’a ni organisation, ni projet visible et lisible, emportera l’Algérie. La foule, la rue, sécrétera ses propres leaders et comment seront-ils ?
Une chose est sure : l’Algérie ne nous appartient pas, elle appartient aux générations futures. Nos aînés ont combattu pour l’indépendance pour la libérer et ils se sont acquittés, du moins à ce niveau là, de leur devoir. La balle est maintenant dans notre camp. Allons nous achever la libération de l’Algérie et la remettre libre aux générations futures, ou au contraire resterons nous des esclaves en faisant d’elles des esclaves ? Avons-nous autre chose à léguer à nos enfants d’autre que l’esclavage ?


Nombre de lectures : 1533
15 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Djamel Eddine U
    17 octobre 2010 at 3 h 01 min - Reply

    Yatik Saha et Baraka Allahou fik.
    Tres bonne vision des choses




    0
  • Guerriere de la lumière
    17 octobre 2010 at 14 h 36 min - Reply

    Le constat est la! Notre jeunesse est désabusée et très méfiante vis à vis de la boulitik. Dès que tu essayes d’aborder le sujet avec eux, ils te disent que la politik en Algérie c’est uniquement pour se remplir les poches entre Beni 3amiss!!! Ils te citent des exemples vivants des gens de la pseudo-opposition qui sont devenus des affairistes et des khobzistes.
    Ils te disent : Qui pensent à nous? tout le monde s’en contre-balance!!!
    NON NON KHATINI EL POULITIK! AKHTI RASSI… ANA H’CHICHA TALBA M’3icha!!! A3yit Men had leblad … kayen ghir el khorti ….Je veux partir à l’étranger tenter ma chance.

    Alors la réalité sur le terrain c’est ca!

    Comment regagner la confiance de cette jeunesse?
    Comment lui redonner espoir?
    Comment leur expliquer qu’il ya des gens sincères, intègres et de paroles qui veulent les aider à reconstruire sur de saines bases un présent et un avenir meilleurs, sans aucune contre-partie sauf l’unité de tout les algériennes et algériens???!!!




    0
  • Noor
    17 octobre 2010 at 19 h 27 min - Reply

    @Madjid Laribi
    Vous écrivez :

    « Pourquoi cette vocation ? C’est tout simplement pour dire que le mal vient de loin et toute résistance doit, au préalable, interroger l’histoire pour que tout projet de changement ait une assise solide ».

    Très pertinente analyse des causes réelles de nos malheurs car, contrairement aux multiples écrits de « nos zintellos » censés nous éclairer, la vôtre lève quelque peu le voile sur les puissants « partenaires silencieux » que sont des intérêts privés internationaux qui, depuis des siècles, ont été et continuent d’être les vrais responsables des guerres et des famines qui ravagent le planète.

    Vous dites par ailleurs :
    « Et comme tout système qui n’évolue pas il est condamné à périr ».

    Votre point de vue, à mon avis, reste donc inexact. En effet, malheureusement en Algérie, le Système local, gérontocratique certes, ne périra pas par la mort biologique naturelle des fossoyeurs qui nous tyrannisent. Le Système international (l’Establishment), véritable technostructure au pouvoir galactique, porte en lui un projet de contrôle absolu de ce monde (il ne s’en cache plus) et, ses pépinières(Universités, Instituts,….etc.) de formation de technocrates serviles et sans états d’âmes assurent au pied levé ou au moyen « d’élections canulars », de « révolutions colorées » , de coups tordus et vicieux, les « défaillances » de leurs valets en poste de responsabilité dans de nombreux gouvernement et non des moindres. Ces serviteurs zélé(e)s et ardent(e)s à servir les intérêts de leurs puissants maîtres, sont de véritables troupes régulières en ordre de bataille !

    Un site Internet que j’ai découvert par le plus pur des hasards, dont le contenu m’a interpellé et m’a poussé à reconsidérer et à remettre en cause les « vérités » que nous tambourinent les grands médias officiels, véritables tabloïdes. Je ne partage pas sans réserve tout ce qui se dit, certes. Mais, j’avoue que je suis troublé par les nouvelles qui s’y trouvent. Permettez- moi donc de partager avec vous ma trouvaille :

    Source : http://www.syti.net/Topics.html

    Quelques documents qui donnent matière à réfléchir

    Les maîtres du Monde / Stratégies Planétaires.

    Intro : LA FIN PROGRAMMEE DE LA DEMOCRATIE

    Nous vivons depuis dix ans un changement radical du type de régime politique dans les pays occidentaux, avec l’avènement d’un nouveau pouvoir, celui des réseaux économiques et financiers.
    Voici les raisons pour lesquelles nous ne sommes déjà plus tout à fait en démocratie.

    Quelques uns des chapitres proposés :
    1 / Télévision: de l’info sans infos 2 / Une liberté sous surveillance électronique 3 / Armes silencieuses pour guerres tranquilles 4 / Les projets des Maitres du Monde 5 / Implants : vers un contrôle social bionique 6 / L’ idéologie des maîtres du monde.

    Et bien d’autres chapitres encore que je vous laisse le soin de découvrir en vous rendant sur ce site, si le cœur vous en dit .

    Cordialement.




    0
  • Adel
    17 octobre 2010 at 20 h 56 min - Reply

    Il y a des îlots de résistance un peu partout, à l’image du collectif de l’Appel du 19 mars et LQA, Rachad, le MAOL ou le FFS. Ces îlots de résistance doivent se rassembler sous une coordination unique afin de constituer un seul mouvement, dont l’objectif est de faire pression sur le régime et le pousser vers la sortie. Avec une plate-forme et des propositions claires, ce mouvement sera crédible et redonnera espoir à toutes celles et tous ceux qui ne croient plus en la possibilité d’un redressement de la situation en Algérie.

    Ce mouvement devra être ouvert à toutes les personnes ou partis politiques qui veulent œuvrer pour le même objectif. Qu’est-ce qui empêche d’aller vers un tel regroupement? Les militants des partis politiques sont-ils tous pourris? Pourquoi cette léthargie inexplicable?

    Dans tous les pays du monde, l’activité politique militante consiste à informer les citoyens et les mobiliser autour de propositions concrètes et un projet alternatif crédible. Il y a un début à tout.




    0
  • Adel
    17 octobre 2010 at 21 h 01 min - Reply

    @Noor

    Bonsoir,

    A vous écouter, nous ne devrions pas nous occuper de l’Algérie, mais nous attaquer au monde entier. Votre façon de présenter les choses est vraiment très encourageante!

    Soyez réaliste et faites-nous des propositions . Que devons-nous faire concrètement? Voilà la question.

    Cordialement




    0
  • Ammisaid
    17 octobre 2010 at 22 h 46 min - Reply

    Le pouvoir a toujours paniqué lors des tentatives faites par l’opposition pour s’unir. Sa réaction était souvent violente et acharnée. L’opposition doit savoir qu’il n’y aura pas de changement tant qu’elle restera éparpillée et tant qu’elle combattra le pouvoir en ordre dispersé. C’est triste de ne pas voir, au moins, des contacts entre les différents groupes d’opposition qui disent, presque, tous la même chose et qui visent, presque, tous la même chose. Peut-être que cela viendra plus vite que nous pouvons le penser !
    Fraternellement




    0
  • Alilou
    18 octobre 2010 at 12 h 32 min - Reply

    @ Ammisaid,

    Pour repondre a votre post, nous ne serons pas unis pour la simple et unique raison que le DRS a cree une sorte de mefiance des uns envers les autres, ya trop de biyaeeenes partout des vendu pour la khobza, meme ici sur LQA que tout le monde connait, pour son serieux et pourtant on n’ose pas s’identifier, on reste des anonymes, car le bras du DRS est tres long et puissant avec plein de ramifications partout.

    Qui va oser sortir dans la rue et crier haut et fort BASTA au pouvoir assassin sans risquer de se voir flinguer ou voir sa famille flingueée …

    Salam




    0
  • Ammisaid
    18 octobre 2010 at 20 h 14 min - Reply

    Au frère Alilou,
    Notre peur vient, peut-être, du fait que le DRS et ses suppôts ont toujours agi sans se poser des questions. Il faut tuer, ils tuent. Il faut massacrer, ils massacrent. Il faut torturer, ils torturent. Il faut persécuter, ils persécutent. Par ailleurs, ils ont, toujours, agi avec lâcheté et ruse. Rapelles-toi, comment ils assassiné certains, notamment, les intellectuels, les journalistes, les cadres, les artistes….et, comment, ils ont massacré des villageois isolés, des gens simples lors des
    barrages….
    Ils ont dés le début juré d’utiliser tous les moyens pour rester au pouvoir quelque soit le prix que l’Algérie et son peuple seront appelés a payer. Ils sont unis et se soutiennent entre eux et ils se servent de notre jeunesse pour éliminer ceux qui gênent.
    Par contre l’opposition s’était toujours querellée pour des futilités et souvent, elle s’était attaquée au pouvoir en ordre dispersé. Ce qui avait et donne encore des facilités énormes au pouvoir et au Drs pour les chasser un a un, les neutraliser un a un, les infiltrer un a un, les manipuler un a un, les diviser en plusieurs entités…
    L’union est a construire, la confiance aussi, il sera inutile de se mesurer au pouvoir si les uns et les autres nous ne sommes pas convaincus de la réussite, nous ne sommes pas prêts a défendre de toutes nos forces ceux qui seront pris dans leurs filets et nous ne sommes certains de travailler pour un vrai état de droit pour tous les Algériens et toutes les algérienne sans Exclusivité aucune. Il se sert a rien de faire quoi que ce soit, si c’est pour refaire les erreurs du passée. Je ne pense pas que nous sommes meilleurs que nos anciens. Ils n’ont pas, peut-être, mesuré convenablement la sauvagerie et la folie de ceux qui nous gouvernent.
    Salam




    0
  • Zineb Azouz
    19 octobre 2010 at 0 h 17 min - Reply

    Secouant, exhaustif, sans détour et sans allégeance, votre texte si Majid Laribi est à lire et à relire.

    J’ai tellement peur du dernier « bout de bois », mais ne faut il pas passer par là ?

    Merci.
    Cordialement,
    ZA




    0
  • wahid
    19 octobre 2010 at 2 h 03 min - Reply

    @ Guerrière de lumière
    Je préfère voir nos jeunes particulièrement les plus ambitieux, optés pour le choix de tenter ailleurs la chance, plutôt de s’enrôler dans cette armée, car malgré les années de la guerre civile et le discrédit, elle demeura la seule force la plus organise du pays, et continue à attirer les meilleurs de la jeunesse, les causes, le chômage, le salaire élevé, formation assuré, et d’autres avantages, des lors l’armé est mieux considérée des partis politique.
    @adel
    La DRS contrôler 1’essentiel des grands choix politiques et économiques, après la guerre elle se concentre sur l’aspect politique pour mieux contrôler les parties politiques ce qui explique la léthargie de l’opposition, et les organisations de masse du pays,
    Pour ce qui est de l’aspect économique, effectivement les clans qui dominent l’armée sont avant tout des groupes d’intérêts, ce qui explique le pillage systématique des richesses du pays par la prolifération de la corruption même au plus haut sommet de l’état.
    @ Ammisaid
    Entre la DRS d’hier et d’aujourd’hui une énorme différence dans l’approche et la méthode, malgré que leur boss toujours le même, le septuagénaire Medienne, depuis 1990 (20 ans), les nouveaux recrutés souvent critiquer par les anciens, les méthodes musclées sont plus l’œuvre des plus anciens, moins politisés et instruits.

    NB; la mafia aussi est considère comme une force organise donc ce n’est pas nécessairement chose positif.

    Amicalement

    Wahid




    0
  • Guerriere de la lumière
    19 octobre 2010 at 12 h 55 min - Reply

    @ Wahid
    Cher frère, justement l’erreur est là! Nous leurs avons laissé le champs libre à tous et dans tout.
    Au lieu de s’imposer, on s’est retiré des lieux statégiques par honnêteté ou par peur pour ne pas dire par lacheté!
    Comme ils nous ont infiltré partout, il fallait contrattaquer et nous imposer aussi partout!!! Notre démission, nos retranchements vers des lieux surs (akhtini rassi…nakhtik), notre silence, nous ont réduit à de simples spectateurs et peut être bien complices de nos malheurs et de notre déshonneur!
    Ce n’est pas eux qui sont forts; c’est nous qui sommes faibles.
    Il faut les affronter par tous les moyens pacifiques jusqu’à leurs neutralisation totale dans la société.
    Il faut réinvestir tout les lieux statégiques pour leur imposer le changement voulu!
    Il faut un minimum de sacrifice pour y parvenir, je sais que nous en sommes capables et que l’Algérien aime le défi!
    Aujourd’hui avec beaucoup de recul par rapport aux évènements passés, je crois que c’est la seul voie qui nous reste.
    Tâchons alors de nous unir et d’accorder nos violons.
    La résistance pacifique est un travail d’équipe pour coordonner nos actions. Cela demande une longue halaine et beaucoup de perseverance et de patience!
    Il ne faut pas se disperser dans des faux débats et économiser notre energie pour la concentrer uniquement sur l’essentiel « Le changement du pouvoir actuel par la voie pacifique! »
    J’insiste sur le changement pacifique ‘MOUSSALIM’, pour ne pas leur donner encore une fois l’occasion ‘EL HOUDJA’ de nous mater et nous manipuler ou plus clairement nous massacrer!!!
    Ceci est ma façon de voir les choses, je peux me tromper!
    Respectueusement à vous.




    0
  • Djamel Eddine U
    19 octobre 2010 at 21 h 27 min - Reply

    Sommes nous devenue des resistants de claviers et des aspirateurs de liberte derriere nos ecrants ? Nous sommes peut etre meme devenue des « Focus Group » pour nourir nos adversaires de nos opinions et de ce qui se passe dans nos esprits pour qu’ils puissent nous preparer des antidottes efficaces. Meme sous des noms anonymes, nous sommes devenue hante par la peur du risque d’etre demasque et pourchasse. Inerte, impotent et inefficace que je suis devenu !




    0
  • IKER
    19 octobre 2010 at 22 h 20 min - Reply

    Petit débat à l’interieur du nouveau mouvement ( rachad,mol,LQA ):

    Le changement c’est regarder ensemble dans la même direction?
    rachad; euh tu veux dire…
    Je peux t’appeler opposant?
    LQA: euh peut-on dire pour autant..
    En finir avec l’Etat-drs?
    MOL: c’est à dire que…
    ok,ok le changement c’est juste une idée ?
    Le nouveau mouvement:
    mais le problème lui éxiste en chars et en os




    0
  • wahid
    20 octobre 2010 at 1 h 24 min - Reply

    @Djamel Eddine U

    Vous sous-estimez l’efficacité de cet outil, a la base l’internet a été créer pour faciliter la commination entre groupe dans la convivialité homme-machine, a été utilise en premier lieu par l’armée américaine, par l suite tester dans les centre de recherches Nord américain, et a partir des années 90 il a été généralisé a l’échelle planétaire.

    J’ai posté sur ce même site un commentaire dans sens, sans aucun doute, des blogs bien conçus est régulièrement alimentés par des informations pertinentes, des analyses objectives, des commentaires, une argumentations même contradictoire , et s’ils arrivent à être largement diffusés, consultés par une majeur partie des algériens contribueraient à mobiliser un nombre suffisamment élevé de militants, sympathisants pour édifier une plate forme de discussion pour aboutir a une action positif pour un changement pacifique pour une meilleur devenir ou du moins accélérer le processus de démocratisation de l’Algérie.

    Ceux qui croit c’est mieux pour nous résistants de claviers et des aspirateurs de liberté, celui qui ne ceux qui ne croient pas c’est mieux pour eux.

    Personnellement je me considère pas comme un concret pour puiser de mes énergies face a un clavier si je n’été pas certain de son l’utilité pour une contribution a une initiative citoyenne.

    Voici un événement récent les blogs en politique.
    Pétition pour la libération du blogeur Ali Abdulemam du Bahreïn

    Fraternellement

    Wahid




    0
  • nadir
    21 novembre 2010 at 0 h 00 min - Reply

    Saha Aidkoum koulou aam oua entoum bikhair

    C’est très de porter les discussions dans toutes les directions nationales internationales pour arriver à trouver la stratégie à adopter pour libérer le pays de cette crise qui dévore l’Algérie et dont nous sommes tous responsable devant l’histoire et devant dieu.
    A mon avis l’opposition est très forte ses structures existent je cite par exemple Rachad, FFS, RCD, FIS, MOAL, des personnalités politiques des intellectuels, des journalistes des écrivains et il y aura d’autres associations et personnalités qui suivront au moment voulu. Mais il faut les ressembler. Comment?
    On se consulte entre nous secrètement puis un jour on organise pacte entre nous dans un pays neutre on discute une plate forme d’intérêt national ou on doit conserver l’unité nationale et les valeurs de l’Algérie de novembre 1954 à la fin du congrès on lance un appel aux de soutenir notre nouveau projet de société et vous verrai presque la totalité des Algériens suivrons notre mouvement pacifique.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique