Édition du
28 March 2017

Quand les services secrets français se déguisaient en terroristes …

14 octobre 2010
Quand les services secrets français se déguisaient en terroristes …
Chien Guevara

La Main rouge est le nom d’une organisation armée française obscure opérant dans les années 1950, d’abord en Afrique française du Nord (AFN), puis en Europe.

Sans doute liée aux services secrets français, le Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE), la Main rouge aurait été le nom d’une organisation ayant commis des meurtres et des attentats, aussi bien en Europe qu’en AFN, contre des militants de l’indépendance du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Il est toutefois possible qu’il y ait eu en réalité deux organisations : la première créée par des colons radicaux, la seconde constituant une récupération par le SDECE de cette « couverture » pour mener des homicides.

Origine et création

La France n’ayant pas ouvert ses archives secrètes relatives à cette période, on en est réduit à des recoupements de sources diverses.

La Main rouge a été soupçonnée d’être une organisation fictive créée par certains agents des services secrets français, le SDECE, pour attribuer à une fausse officine des activités de sabotages et d’assassinats qu’effectuaient depuis quelques années des colons radicaux anti-indépendantistes. Selon Constantin Melnik, l’inventeur de cette deuxième Main rouge serait le général Paul Grossin, chef du SDECE de 1957 à 1962.

Dans leur ouvrage intitulé Histoire secrète de la Ve République, Roger Faligot et Jean Guisnel désignent la Main rouge comme « la machine à tuer des services secrets français », c’est-à-dire du SDECE. Selon ces auteurs, le feu vert de cette entreprise aurait été donné par le gouvernement socialiste de Guy Mollet.

Premières actions en AFN

En Tunisie, la Main rouge est notamment créditée de l’assassinat du militant et syndicaliste tunisien Farhat Hached, le 5 décembre 1952, ainsi que ceux d’autres figures du mouvement national tunisien : Hédi Chaker le 13 septembre 1953, Abderrahmen Mami, nationaliste et médecin particulier du bey de Tunis, le 13 juillet 1954, puis les frères Taher et Ali Haffouz .

Le 11 juin 1955, l’assassinat à Casablanca de Jacques Lemaigre Dubreuil, militant pour l’autonomie du Maroc, est aussi attribué par certains auteurs à ce groupe.

Actions en Europe contre l’indépendance algérienne

Le premier attentat a lieu le 28 septembre 1956 à Hambourg (Allemagne), chez Otto Schlütter, un trafiquant d’armes qui approvisionne le Front de libération nationale algérien, tuant son employé ; un autre attentat tue sa mère en juin 1957.

Le 9 septembre 1957 à Genève, Georges Geitser, fabricant de détonateurs est poignardé. Puis, le 19, toujours à Genève, c’est Marcel Leopold, autre trafiquant d’armes, qui est assassiné par une flèche empoisonnée tirée à la sarbacane .

Le 5 novembre 1958, Mohamed Aït Ahcène, délégué du Gouvernement provisoire de la République algérienne essuie des tirs de pistolet au centre de Bonn, la capitale ouest-allemande[3] ; Der Spiegel dénonce alors la main de la France, alors que L’Humanité et L’Express accusent un certain colonel Mercier. Une opération ratée, le 5 juillet 1959 à Rome, qui vise le représentant du FLN Taïeb Mohamed Boulhouf, tue quant à elle un enfant de dix ans nommé Rolando Rovai .

Les assassinats sont nombreux en Allemagne de l’Ouest, Suisse, Belgique, Italie et Pays-Bas d’après Faligot et Guisnel ; Constantin Melnik évoque 135 personnes tuées pour la seule année 1960.

Action en justice

Le 16 mars 2010, la famille de Farhat Hached, la Ligue des droits de l’homme et la FIDH portent plainte au Tribunal de grande instance de Paris pour apologie de crime de guerre contre Antoine Méléro, un ancien policier français, en raison de ses déclarations que diffuse la chaine de télévision Al Jazeera le 18 décembre 2009. Dans cette émission, Méléro approuve l’opération en ces termes : « Moi, je la trouve légitime, si c’était à refaire, je referais ».

Méléro, entré dans la police au Maroc, en mars 1952, aurait rejoint la Main rouge en décembre de la même année. Suspecté dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Lemaigre-Dubreuil en 1955, il est arrêté lors de son retour en France, placé en détention provisoire puis relâché ; il bénéficie d’un non-lieu en 1964 puis se voit révoqué de la police en 1965.

Source : wikipedia

Révélation sur l’histoire de La Main Rouge : En Tunisie & Ailleurs.

(La Douda : ( Agence de presse alternative )

Date : 1956-1960

Explications : La Main Rouge dissimulait l’action homicide des services spéciaux français entre 1956 et 1960, placés sous la direction de Constantin Melnik et sous la responsabilité du Premier ministre Michel Debré. Il était alors vital, pour le gouvernement français, isolé diplomatiquement, de ne pas être désigné comme l’organisateur d’actions de guerre sur le territoire de pays amis.

Les cibles visées étaient essentiellement les partisans du terrorisme algérien et les trafiquants d’armes amis du FLN, partout où cela semblait nécessaire y compris sur des territoires extranationaux, notamment l’Allemagne, la Belgique et la Suisse.

Celui qui inventa le mythe d’une organisation secrète autonome est un général né en Algérie en 1901, Paul Grossin, chef du SDECE en 1957.

Il se souvient d’un petit groupe profrançais de Tunis qui s’était baptisé Main Rouge, au début des années cinquante, et monte toute l’opération d’intoxication.

Les services français bâtissent un organigramme, créent un état-major fictif et commencent à fournir à la presse des déclarations enflammées, revendiquant chacun des attentats. Dans le même temps, les mêmes services font semblant de tenter de saisir cette organisation.

Dans son livre « Un espion dans le siècle », Constantin Melnik donne la parole à l’inventeur de La Main Rouge, le général Grossin : « Chaque fois que nous tirons un coup de pistolet, les flics du cru trouvent malin de rendre publiques les fausses identités que nous avons employées. Pour stopper les rumeurs qui, dès avril 1960, attribuent les attentats aux livres piégés aux services secrets, ces derniers convoquent quelques journalistes bien intentionnés pour leur livrer des informations inédites sur « La Main Rouge ».

Dans leur ouvrage « La Piscine, les services secrets 1944-1984 », Roger Faligot et Pascal Krop expliquent que l’un des éléments essentiels de la manipulation prend, une fois encore, la forme d’un livre qui sera diffusé au mois de juillet 1960 par les éditions Nord-Sud. Il a pour titre ’La Main Rouge’, et consiste en une très longue interview de l’un des fondateurs de l’organisation.

Sa confession, très documentée, est recueillie par un auteur de roman d’espionnage, Pierre Genève, pseudonyme de Kurt-Emile Schweizer né à Monaco en 1931.

Légende : « Ils sont riches, ils sont intouchables, ils sont sans foi ni patrie. Aux quatre coins de l’Europe ils tissent implacablement la toile d’araignée de leur trafic immonde. Excités par l’appât de gains fabuleux, ils attisent haines et rancoeurs pour fournir ensuite, aux hommes qu’ils ont déchaînés, les moyens de s’entre-tuer. Mais une Main se lève, couleur de ce sang qu’ils ont tant versé, une Main justicière qui va frapper sans relâche, sans merci » – Citation, La Main Rouge, éditions Nord-Sud

Détails :

28 septembre 1956 : A Hambourg, les bureaux du trafiquant d’armes Otto Schlütter sautent. Son adjoint Lorenzen est tué.

3 Juin 1957 : Hambourg, la vieille mère de Schlütter meurt dans l’explosion de sa voiture.

18 Juillet 1957 : Le bateau la Bruja roja appartenant au trafiquant allemand Georg Puchert, saute à Tanger.

21 Juillet 1957 : A Tanger encore, c’est le tour du navire Typhoon.

30 Juillet 1957 : Explosion du petit cargo Emma entre Tanger et Gibraltar.

9 Septembre 1957:Georges Geiser, fabricant de détonateurs, est poignardé à Genève.

19 Septembre 1957 : Marcel Léopold, négociant en armes est assassiné à Genève par une fléchette empoisonnée lancée par une sarbacane à air comprimée. il était un fournisseur d’explosifs du FLN (Front de Libération National, Algérie).

1 Octobre 1958 : Le navire Atlas explose à Hambourg

5 Novembre 1958 : Assassinat à Bonn du dirigeant du FLN, Aït Ahcène, sous couverture diplomatique tunisienne.

28 Novembre 1958 : L’avocat algérien Auguste Thuveny est tué dans l’explosion de sa voiture à Rabat.

19 Janvier 1959 : L’Algérien Abd-El Soualem est tué devant la gare de Sarrebrück.

3 Mars 1959 : Georg Puchert saute dans sa voiture piégée à Francfort.

13 Avril 1959 : Le cargo Alkaira saute à Ostende.

21 Mai 1959 : Rue Saint-Marc à Paris, la police découvre le cadavre de Ould Aoudia, avocat du barreau de Paris, tué de 2 balles de 9 mm.

5 Septembre 1959 : Dans le Val d’Aoste, des montagnards trouvent à 3000 mètres, à Testa di Balbe, un avion pulvérisé à la suite d’une explosion en vol ; 5 cadavres dont celui d’un Algérien de l’entourage de Ferrat Abbas.

7 Septembre 1959 : A Beyrouth, Mohammed Mahmoud Djami, gendre de l’ancien président du Conseil Irakien est de retour de Montreux où il a rencontré Ferrat Abbas. Il est abattu de 4 coups de revolver alors qu’il allait embarquer à bord d’un avion en partance pour les USA.

1 Janvier 1960 : Abd El Kader est blessé, les deux mains arrachées par une explosion.

9 Mars 1960 : L’étudiant Akli Aïssou est tué d’une balle à Bruxelles.

25 Mars 1960 : Deux professeurs d’université belges favorables à l’indépendance algérienne sont visés : le professeur Georges Laperches est tué à Bruxelles par un colis piégé ; le même jour, dans la même ville, Pierre Le Grève, se méfiant d’un livre piégé, a la vie sauve.

26 Septembre 1960 : On retrouve en forêt de Rambouillet, le cadavre de Mohammed Mammar, speaker kabyle à la RTF.

15 Octobre 1960 : Félix Moumié, leader camerounais de l’opposition est empoisonné à Genève.

15 Ocotbre 1960 : Wilhem Beissner perd les deux jambes dans l’explosion de sa voiture à Munich.

Source : harissa.com

Article source : Quand les services secrets français se déguisaient en terroristes …


Nombre de lectures : 4746
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • l.leila
    17 octobre 2010 at 20 h 22 min - Reply

    Bonsoir,
    « el-yed el-hamra » est la mère génitrice d’El-qa3ida et la grand-mère maternelle du GSPC !




    0
  • balak
    17 octobre 2010 at 22 h 15 min - Reply

    Technique reprise par nos gouvernants pour diaboliser les islamistes dès 1993.

    =================
    Cela nous rappelle étrangement les sinistres OJAL, OSSRA et autres escadrons de la mort avec leurs kachabias et leurs fausses barbes qui sortaient du centre de Ben Aknoun pour semer mort et désespoir dans les quartiers populaires et les villages isolés. Les ex-caporaux ont bien assimilé les leçons de leurs ex-maitres officiers coloniaux.
    Salah-Eddine




    0
  • ratatouille
    17 octobre 2010 at 22 h 50 min - Reply

    U192, OJAL ça vous dit quelque chose ?




    0
  • AS
    18 octobre 2010 at 11 h 30 min - Reply

    et le GIA ?




    0
  • Grim
    18 octobre 2010 at 15 h 53 min - Reply

    Chronologie de la Main Rouge, chronologie de l’OAS, chronologie des années 1954-2010, chronologie de la forêt algérienne, chronologie de la déforestation… Toute chronologie de qualité est bonne à prendre.




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    20 octobre 2010 at 2 h 23 min - Reply

    @ ratatouille à questionné : OJAL ça vous dit quelque chose ?
    Ca me rappelle que : « LA MURAILLE, C’EST LE PAPIER DE LA CANAILLE»
    Et comment si l’OJAL rappelle quelque chose, cette association terroriste composée de monstres sans scrupules, dont l’image et les actes renvoient à l’odieuse et autant criminelle OAS, rappelle beaucoup de choses, des choses pas très belles. Pour ne pas trop long, je rappellerais cette petite histoire :
    Avant la rentrée scolaire 1995/1996, l’APC de sidi M’hamed Alger (Champs des Manœuvres), non pas par souci du devoir, mais beaucoup plus par affairisme, entrepris des travaux de peinture au niveau du Groupe Ecole Mohamed ZEKKAL (ex Chazot). Une fois que les travaux furent terminés, que les murs de l’enceinte scolaire eurent retrouvé leur blancheur, et que les bordures des trottoirs furent badigeonnées avec le rituel grenat et blanc, la nuit tombée et couvre feu de rigueur oblige, la rue était déserte. Le lendemain, nous riverains et les nombreux gens de passage étions sidérés. La muraille blanche de l’école a servi à la canaille. A l’aide d’une peinture grenat, bizarrement la même que celle qui a servi la veille pour les trottoirs, la vermine nocturne a écrit en arabe et en français je cite « Ghatilou méne 3amilète el hidjab » « Tuez celle qui porte le Hidjab ». Le tout signé G.I.A. Ce que les soldats du diable qui ont sali les murs ignoraient cette nuit, c’est que tous le voisinage a vu, à travers les persiennes, et reconnu certains sbires de la secte assimilas-sioniste, inspirés de l’école de la main rouge et des pieds noirs. Et ce n’est là qu’un épisode d’une longue et sale guerre de dune vermine sans scrupules, Je préfère m’arrêter ici, car si je continu, on se retrouvera en plein dans le « Qui tue qui ?»
    Au Diable les mains et les consciences sales.




    0
  • abdelkader wahrani el-arabi
    20 octobre 2010 at 15 h 11 min - Reply

    de notre salam aleikoum. (la main rouge) depuis 1956, en effet, soit deux ans aprés le début de notre glorieuse revolution, une autre guerre a fait son apparition. des attentats mysterieux, parfois trés audacieux, frappent les marchands d´armes, leurs navires et leurs cargaisons. tandis que des dizaines de nos fréres dirigeants algeriens tombent sous les balles de tueu rs trés professionnels. et les sympathisants européens de la cause algerienne recoivent des manaces, et parfois de colis piégés. la plupart de ces opérations sont signées <> les journalistes qui enquêtent a ce sujet, tombent constamment sur des terroristes d´extrême droite, se disant opposés au (FLN) algerien et partisants de l´algerie francaise. mais avant même le déclenchement de notre révolution, cette organisation a déjat frappé en tunisie, ou elle est notamment responsable de l´assassinat du dirigeant syndicaliste farhat hached, et au maroc, ou on lui doit l´assassinat de jacques lemaigre-dubreuil, directeur de maroc-press, partisan de l´independance du maroc. en suisse, la main rouge s´est déjat illustrée par ses méthodes. a genéve, le 18 septembre 1957, le marchand d´armes marcel léopold a été éliminé de maniére plutot originale.a la bombe, au plastic et a la mitraillette, les armes privilégiées de la main rouge, a succédé a cette occasion la… fléche empoisonnée,tirée a l´aide d´une sarbacane, arme empruntée aux indiens d´amazonie.c´est a la suite de cet assassinat que la police suisse a décidé d´expulser l´un des chefs historique de la révolution, el marhoum mohamed boudiaf, tout en oubliant de s´en prendre aux assassins du marchand coupable d´avoir vendu des armes moudjahidines du FLN. c´est le general grossin le maitre espion. qui dirige la main rouge sous les ordres du premier ministre. cette organisation terroriste et criminele. merci.




    0
  • abdelkader wahrani el-arabi
    20 octobre 2010 at 20 h 20 min - Reply

    salam aleikoum. l´assassinat de félix moumie empoisonné au thallium par la main rouge. félix moumie president de l´UPC (cameroun) le général de gaulle aurait été encouragé a confier plus que jamais a foccart la direction réelle de toutes les affaires africaines, renseignement inclus, par cet épisode criminel de l´action des services secrets francais. pour d´autres, cependant, la liquidation du leader camerounais aurait au contraire été réalisée en liaison avec foccart, qui venant, tout juste d´avoir été confirmé dans sa fonction de monsieur afrique du général de gaulle, voulait faire un cadeau a son ami ahmed ahidjou, président du cameroun. selon paul.henri praveni, alias pierre parraz, un ancien agent du service <> du sdece, l´opération moumie aurait été l´un des <> de l´arrivée aux commandes de jacque foccart moumie était pisté depuis longtemps, a-t-il déclaré en aout 1965. c´est un journaliste francais (william bechtel) qui jouait le double jeu et nous fournissait les détails dont nous avons besoin plusieurs plans étaient prêts, mais moumie était en suisse lorsque nous avons recu le feu vert de paris, directement de la foque (jacque foccart) l´opération a été d´une simplicité enfantine. pour roger faligot et pascal krop, quoi qu´il en soit du rôle, impossible a préciser, de foccart, le feu vert de paris aurait été donné par une sombre journée de l´automne 1960, a l´hotel matignon, résidence du chef du gouvernement le premier ministre (michel debré) est agité, ont.ils écrit. la révolte gronde a nouveau au sud du cameroun, en pays bamiléké.il convoque a matignion le directeur du SDECE le général grossin. nerveusement,il le questionne: vous avez des renseignements sur le cameroun? il faudrait faire quelque chose! réponse du maitre-espion:chez eux, a cause du mode d´organisation tribal, on s´en prend au chef et c´est fini. le chef, c´est félix moumie, et il est en europe. on peut s´en débarrasser. ces paroles sont-elles exactement celles qui furent prononcées? toujours est-il qu´une organisation qui était une émanation du SDECE, la fameuse (el.yed el-hamra) main rouge, a agi immédiatement comme si tel était le cas. merci




    0
  • balak
    20 octobre 2010 at 20 h 52 min - Reply

    @salah eddine : le plus terrifiant, c’ est qu ‘ ils sont partout,là ou on ne pourrait meme pas les soupçonner et ils continuent de diriger nos vies sans le moindre etat d’ ame, ni remords.Ils y en a meme qui s’ enorgueillissent d’avoir commis ces actes odieux.Aujourd’hui ils ressemblent à de bons pères de familles, à d’ honorables patron d’ entreprise ou de paisibles retraités fortunés, gardant enfoui dans leur subconscient leur terrible secret.Savoir que l’ on cotoie et que l’ on croise à chaque coin de rue des monstres ,cela n ‘est guère rassurant.




    0
  • Arezki Nait Amar
    21 octobre 2010 at 22 h 27 min - Reply

    Toutes les saloperies ( création des GIA,OJAL,OSSRA, escadrons de la mort , torture,disparition , faux communiqués, retournement des membres du Majliss Echoura du FIS montrés à l’ENTV , etc…) greffées à la sale guerre ont été principalement l’oeuvre d’un hadj qui a été six fois à la mecque au frais du contribuable jusqu’en 1994, selon mon souvenir,et qui n’est autre que feu le Général-major Smail Lamari qui a été DCE/DRS de 1990 à 2007.




    0
  • khaled
    29 octobre 2010 at 14 h 25 min - Reply

    Le Cheikh Larbi Tébessi fut tué par un commando anti-FLN en 1957 de l’ Armée française à Alger. Son corps ne sera pas retrouvé.

    Encore une victime a versé a la barbarie de la mission civilisatrice de la France.




    0
  • Ameziane AIT AHCENE
    2 novembre 2010 at 11 h 32 min - Reply

    Merçi d’avoir repris cette article : Quand les services secrets français se déguisaient en terroristes ……
    Premierement, il faut savoir que l’attentat du 5 Novembre 1958 ne la pas tuer, il en a survecu et qu’il est mort le 17 Avril 1959 a Tunis suite aux blessures de cet attentat. (Assassinat à Bonn du dirigeant du FLN, Aït Ahcène, sous couverture diplomatique tunisienne)

    Deuxiement, son prenom n’etait pas et n’est toujours pas Mohamed mais Ameziane livré de famille et autres document a l’appui.

    Troisiemment, je deplore le fait qu’on oublie tout ses hommes, que l’on ferme les yeux sur leur participation dans l’histoire de notre glorieuse revolution. Cette revolution qui apparament n’appartient qu’au passé, et a ceux qui y ont survecus. Que restera t-il aux generation future…………
    Merçi encore Son neuve fils de son unique frere et qui porte le meme prenom.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique