Édition du
26 March 2017

Carnaval fi Dechra : El Boulitique au FLN de la rapine

FLN (encore) un coup d’Etat annoncé
El Watan, 22 octobre 2010

Plus d’une dizaine de blessés lors d’affrontements, ces deux dernières semaines, entre militants FLN : rien ne va plus dans le vieux parti, menacé en plus d’un nouveau «redressement». Lutte de clans ou de groupes d’intérêt économiques, conflit de générations ou simplement début de campagne pour les prochains rendez-vous électoraux. Chacun y va de sa version. El Watan Week-end a enquêté.

«Il est devenu coutume qu’à l’approche des échéances électorales, les mouhafadhas du FLN deviennent une arène de combats entre militants», commente un sénateur FLN. Depuis quelques semaines, l’ex-parti unique est secoué par une grave crise, où lors d’affrontements entre militants on a fait usage d’armes blanches et de gaz lacrymogènes ainsi que la mobilisation de certains «gangs» de quartier dans la bataille transportés par des bus appartenant aux communes. Le ministère de l’Intérieur compte ouvrir une enquête concernant l’utilisation des moyens de l’Etat par des élus FLN à des fins partisanes.

Un sénateur, en l’occurrence Zitouni, aurait, selon des militants à Annaba, sorti son arme automatique afin de disperser la foule lors d’une attaque  contre la mouhafadha. Les militants n’écartent pas l’éventualité de le poursuivre en justice individuellement. A travers les wilayas, le bilan est d’une dizaine de blessés. La raison évoquée jusqu’à présent est l’ultimatum adressé par le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, aux mouhafadhas des 48 wilayas afin de renouveler les instances locales du parti avant le 31 octobre. Et aussi, l’immixtion à peine voilée de la centrale dans les affaires des mouhafadhas, selon des députés FLN. Les militants reprochent aux superviseurs désignés par Belkhadem leur connivence avec les mouhafedhs. Pis encore, la déclaration surprenante de Belkhadem, qui appelle  ses supporteurs à «couper la tête aux perturbateurs», a été qualifiée par El Hadi Khaldi, ministre de la Formation professionnelle, d’«irresponsable» et comme étant aussi à l’origine même des violences entre militants.

Conflit de générations

Abdelaziz Belkhadem avait appelé les instances dirigeantes de son parti au rajeunissement des rangs et au renforcement de la présence des femmes au sein du parti. «Cet appel a été bien reçu par les jeunes qui se sont alors livrés à un combat ardu avec les vieux ténors du parti», explique un jeune militant FLN de la kasma de Bourouba à l’est d’Alger, tout en déplorant l’insistance de certains «vieux» à «rester collés à leur siège». Le mouhafedh d’une wilaya du centre du pays, que nous avons joint par téléphone,  explique : «Vous ne pouvez pas permettre à un jeune de prendre les rênes du parti. Nous n’avons pas la même perception des choses et ces jeunes, notamment les plus instruits, veulent apporter une vision nouvelle qui risque d’influer sur l’idéologie même de notre parti. Ce sera l’acte de décès du FLN.»

La jeune génération ferait-elle si peur aux décideurs du FLN ? «Oui, il s’agit d’un vieux débat au sein du parti. La jeune génération a d’autres préoccupations que celles prônées par l’ancienne, où la révolution et le nationalisme exacerbés sont la matrice et la légitimé sur lesquelles se basent les instances actuelles du parti, alors que les jeunes tentent de ramener le FLN au peuple pour s’occuper des problèmes de la population», explique un ex-ministre issu du FLN.

La ruée vers la fortune

Si le conflit de générations fait rage au sein du FLN, celui des hommes d’affaires et autres commerçants, quant à lui, n’est pas en reste. «Le FLN est un canal par lequel des fortunés deviennent maires, députés ou sénateurs. Cela leur procure immunité et autres privilèges. Il ne faut pas s’étonner lorsque vous voyez des hommes d’affaires s’immiscer dans les affaires des mouhafadhas. Personnellement, j’ai eu affaire à de nombreuses personnes qui m’avaient proposé de l’argent pour atteindre l’hémicycle de Zigout Youcef», confie un ex-mouhafedh de l’est du pays.

Dans certaines wilayas, où le business est florissant, des hommes d’affaires n’hésitent pas «à utiliser tous les moyens possibles pour se déstabiliser entre eux, la corruption des dirigeants locaux devient ainsi l’ultime recours, quant à d’autres, les recommandations proviennent en leur faveur de la centrale, chose que je ne pouvais plus accepter», révèle un ancien responsable du FLN. Cet état de fait n’est pas sans conséquences sur la gestion des collectivités locales. Des députés FLN n’écartent pas la possibilité de voter contre le projet du nouveau code communal, actuellement en débat.

«En mettant le P/APC sous la coupe du wali, ce poste ne devient plus attractif pour certains et le FLN sera le premier perdant dans cette nouvelle donne», avertit un député FLN. Pourquoi ? Tout simplement, selon un proche du parti, «certains commerçants, qui voulaient devenir maires pour s’occuper de la dilapidation des deniers publics et de la distribution des projets locaux, ne veulent ce poste que comme tremplin pour être élus ensuite sénateur. Et bien sûr, à ce niveau, il n’y a pas de place pour tout le monde», poursuit l’ancien mouhafedh.

Fossé  entre le haut et le bas

L’autre raison de tant d’ébullition réside dans la redistribution des rôles et des postes de responsabilité. «Ce sont toujours les mêmes qui dirigent et qui se succèdent. Nous, les militants de base, notre seule activité est de coller les affiches et faire le ‘berrah’ pendant les campagnes électorales… et bien sûr verser les cotisations en début d’année», tonne un militant d’Alger. Lors du renouvellement des instances locales, certains mouhafedhs ont utilisé un subterfuge devant les candidats, à savoir le non-renouvellement des cartes d’adhérent et le non-paiement des cotisations. «Alors que la plupart des vieux militants n’ont jamais payé un centime, ils se voient tout de même reconduits et maintenus, ils exercent un diktat absolu sur les affaires et du parti et des communes», poursuit notre interlocuteur.

Les retombées se font ainsi ressentir sur le fonctionnement même du vieux parti, reflétant le fossé qui existe déjà entre gouvernants et gouvernés. Pour preuve que la courroie de transmission est cassée entre le FLN d’en haut et le FLN d’en bas : «Toutes ces caravanes (délégations de militants locaux en bus), envahissent le siège national à Hydra, car les canaux de communication n’existent pas entre la base et la centrale, les mouhafedhs sont maîtres des lieux.»

Dégradation des mœurs

Ulcérés par les scènes de confrontation violente entre militants et décideurs locaux, des députés et des membres du gouvernement n’excluent pas, selon El Khabar de samedi dernier, le recours à un nouveau redressement, un remake de celui de 2004, conduit par Belkhadem contre Benflis.L’appel, qui sera lancé prochainement, et qui se reposerait sur une charte de 40 articles, aura pour but, selon ses initiateurs, de mettre de l’ordre et mettre fin à «la dégradation des mœurs au sein du parti».

Des retraits de confiance en chaîne

Le conflit risque de s’étendre en cas de persistance aux assemblées locales : «Certains clans écartés des récents votes de renouvellement des instances menacent les maires proches des clans rivaux de retrait de confiance dans les prochains jours en représailles à ce qui se passe en ce moment», avertit un député FLN de Djelfa. Selon lui, les derniers événements «ne sont en réalité que le résultat d’un ras-le-bol généralisé qui a mené à des tractations, d’où le déclenchement de ce vaste mouvement ‘réfléchi’ pour mettre fin au désordre actuel et de ramener le FLN à la raison», confie le député.

Guerre des… clans

Le FLN est considéré par certains observateurs comme étant la troisième colonne du pouvoir en Algérie, sinon le troisième clan. «La maison  FLN abrite tous les Algériens, parfois de tendances idéologiques qui n’ont rien à voir avec celles édictées par le  parti. Au sein du FLN, des militants se proclament les fils légitimes de la Révolution, donc avec un droit de regard sur les affaires du pays, d’autres depuis l’avènement de Abdelaziz Bouteflika, qui n’est autre que le président d’honneur du FLN, se proclament proches du Président, enfin certains ne cachent pas leur proximité avec l’armée, donc des services qui, à un certain moment, contrôlaient tout ce qui se passait à l’intérieur du parti. Cette configuration fait du FLN le croisement de beaucoup d’intérêts à la fois politiques, mais aussi d’intérêts financiers, donc les deux autres clans (présidence et armée) tentent de récupérer le FLN», analyse un ex-ministre FLN.
Les satellites du FLN s’y mettent

Les différentes associations et organisations proches du FLN ne sont pas restées indifférentes face à ce qui se passe au sein du parti. Ainsi, l’Organisation nationale des enfants de chouhada a, à travers son secrétaire général Khaled Bounedjma, ouvert le feu sur Belkhadem, en qualifiant ses récentes déclarations, concernant la réformes des lois régissant l’activité des partis politiques et des associations en interdisant à ces dernières toute activité  politique, d’«ingrates». Certaines organisations avancent que, lors de «la tragédie nationale», ces associations «faisaient face seules à la foudre islamique». Mais, selon certains militants, ces associations si «elles affichent aujourd’hui leur mécontentement vis-à-vis du FLN, pourtant leur  principal parrain, c’est qu’elles  ont reçu le feu vert d’une autre partie du front pour passer à l’attaque».
Le complexe RND

Le RND ou le «fils légitime du FLN». L’ascension du Rassemblement national démocratique sur la scène politique nationale a été «mal perçue» par les militants du FLN. Si pour certains chauvins de l’ex-parti unique, le RND est le fils légitime du FLN, pour d’autres, il ne s’agit que du «parti de l’armée», nous expliquent des ex-cadres du FLN.

«Une actuelle et intense lutte entre clans  – peu ostentatoire –  se traduit dans le champ politique par la déstabilisation des principales forces politiques du pays, afin que le RND puisse succéder au FLN en 2012. Seule une fracture au sein du FLN pourra permettre cela», analyse un ex-chef de gouvernement. Une source proche du bureau politique actuel du FLN n’écarte pas la possibilité d’une hémorragie des cadres au profit du RND, promu le prochain vainqueur des élections de 2012.

Le ministre Belkhadem contre le SG Belkhadem !

Selon le quotidien Wakt El Djazaïr, le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, compte prochainement engager un débat au sein du bureau politique : il voudrait proposer aux ministres FLN de choisir entre «s’occuper des activités partisanes au sein du parti ou bien de continuer à gérer leur département ministériel».

Une intention qui risque de mettre en péril l’avenir du parti et donner lieu à une nouvelle confrontation, cette fois-ci, au sommet du parti. Choix bizarre de stratégie, d’autant que Belkhadem est… lui aussi ministre d’Etat !
Zouheir Aït Mouhoub

Annaba : 54 mouhafedhs menacent de demissionner
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 22.10.10 | 03h00 Réagissez

La passivité adoptée par la direction nationale du parti FLN dans le traitement de la crise qui secoue depuis plus d’une semaine son parti a été mal perçue par les 54 mouhafedhs, dont plusieurs ont fait l’objet d’un «putsch».

Selon des sources FLNistes, la plupart des responsables locaux envisagent de déposer une démission collective à l’effet d’exercer une pression sur leur secrétaire général Abdelaziz Belkhadem pour l’emmener à prendre des mesures disciplinaires à l’encontre «d’indu-occupants» des sièges, locaux des mouhafadhas. La situation inconfortable dans laquelle se trouve actuellement Zitouni Mohamed Salah, sénateur et mouhafedh de Annaba délogé de force de son «temple» par ses opposants et débouté par la justice après une plainte déposée en référé, a fait accentuer les craintes des autres mouhafedhs. D’autant plus que le mouvement de révolte est devenu contagieux ces derniers jours et a fait tache d’huile à travers les autres wilayas. Même les propos rassurants du secrétaire général à travers la presse n’ont pas eu l’effet escompté.
Mohamed Fawzi Gaïdi

Sétif : «Des caciques se préparent à l’après-Bouteflika»
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 22.10.10 | 03h00 Réagissez

La guerre des clans qui éclabousse le sommet de la pyramide du vieux parti n’étonne pas beaucoup de militants des Hauts-Plateaux sétifiens.

Certains s’attendaient à de tels remous depuis quelque temps. «La dissidence du temps de Ali Benflis a non seulement affaibli le parti, mais donné un grand coup de massue à sa cohésion. Cette période, que nous considérons comme l’une des plus sombres, a permis à une nouvelle vague de militants, n’ayant rien à voir avec les valeurs et la ligne du FLN, d’émerger au niveau des assemblées élues. Le parachutage de ces arrivistes, imposés par la direction centrale qui a tourné le dos aux choix de la base, se répercute actuellement sur le fonctionnement du parti, faisant désormais les frais des décisions antidémocratiques.

Cette approche a accentué le fossé entre le sommet et la base qui ne fait qu’appliquer les décisions d’en haut», expliquent plusieurs militants. Alors que d’autres incriminent la vieille garde : «La perte de sièges au niveau du bureau politique indispose la vieille nomenklatura qui a fait main basse sur les centres de décisions du parti des années durant. Ne voulant pas se rendre à l’évidence que le temps est venu pour remettre le témoin, ces caciques se préparent, à travers  une telle agitation, à l’après-Bouteflika. Les militants de la base ne sont pas dupes, ils ne vont pas composer avec des gens dépassés par le temps et les événements.»

Profitant de l’opportunité, des FLNistes de la première heure pointent carrément  du doigt Salah Goudjil supposé être l’un des représentants de la wilaya de Sétif à l’APN. «Imposé de force dans la liste des candidats à la députation, Salah Goudjil, qui ne se préoccupe guère des affaires de Sétif, où on ne le voit jamais, est mal placé pour disserter sur le fonctionnement démocratique du parti. Ce dernier, qui n’a rien dit quand il était membre de la direction, vient maintenant nous claironner de vieux tubes. Il a raté une occasion de quitter la scène en beauté. Nous ne disons pas cela pour délivrer un quitus à l’actuelle direction, n’étant pas exempte de tout reproche.

Le fonctionnement vertical du parti qui refuse la contradiction et l’avis de l’autre a ouvert la voie à tous les dépassements et dérives. Il ne faut pas avoir peur des mots, le FLN qui renie ses enfants a perdu son authenticité», estiment les anciens, qui n’ont pas omis de préciser que le renouvellement des structures des 50 kasmas sur les 60 que compte la wilaya s’est déroulé dans de bonnes conditions.

Kamel Beniaiche

Oran : Une équation insolvable
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 22.10.10 | 03h00 Réagissez

Deux tendances, l’une autour du colonel Abid, député, une autre sous la coupe de Mohamed Freha, de la kasma des anciens moudjahidine (dite n° 2), et un groupuscule d’électrons libres, qui s’agitent de temps à autre, à l’exemple de M. Dif, représentent en gros la configuration organique du FLN à Oran.

On est plus dans le clivage redresseurs-anciens pro-Benflis mais, effet de vases communicants oblige, l’équation est tellement complexe aujourd’hui qu’aucune solution ne semble possible pour dénouer une crise qui date de près de sept ans et qui s’est aggravée au fil du temps. Les deux parties (elles-mêmes caractérisées par des va-et-vient incessants) sont inconciliables et, comme à chaque rendez-vous organique ou électoral, Oran multiplie ses listes avec, à chaque fois profitant de la cacophonie ambiante, des noms parachutés, à l’instar de l’équipe qu’on a imposée sous la bannière du parti à la tête de la mairie d’Oran lors des dernières élections locales, mais qui n’avait rien à voir avec le FLN.

«Le travail de restructuration se poursuit normalement, nous avons installé 36 kasmas sur les 40 et l’opération sera terminée dans les délais (la fin du mois en cours, ndlr)», déclare, sûr de lui, M. Abid, qui a l’avantage d’occuper stratégiquement le siège de la mouhafadha du parti et qui assure que cette opération s’est effectuée sous la bénédiction des six superviseurs dépêchés à l’occasion par la direction centrale. L’aile Freha ne reconnaît pas la légitimité du colonel Abid en tant que mouhafedh, mais sa volonté de déloger ce dernier du local officiel du parti est restée un vœu pieux et tous les appels lancés dans ce sens n’ont pas été suivis d’effet. «Nous avons nos 40 kasmas qui sont déjà structurées depuis 2006», assure un responsable de la kasma 9 ouverte dans son propre domicile, pro-Freha (ce dernier était, mardi, à Alger pour tenter de valider cette liste).

Un militant de la kasma 3, qui se targue d’être neutre, pense, quant à lui, que cette situation a une volonté de casser le parti à Oran pour l’empêcher d’avoir l’influence régionale qu’il avait dans le passé. La complexité de la situation est aggravée par l’attitude, par ailleurs, dénoncée et prônée par Abdelaziz Belkhadem qui s’est toujours gardé de prendre position, laissant ses lieutenants, chacun selon ses intérêts, tenter d’interférer pour réunir les troupes, en vain, jusque-là.

Djamel Benachour

====================================

Note de la rédaction LQA : Cette photo plaira certainement à mes deux chers frères Si Abdelkader et Adel 133.

Salah-Eddine


Nombre de lectures : 1237
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • adel133
    23 octobre 2010 at 8 h 01 min - Reply

    à mon cher et respecté frère Salah-Eddine,
    Wallah c’est une véritable cruauté de montrer des photos aussi cauchemardesques.yvan le terrible fait plus beau et plus gentil sur une photo que elghachi qui préside aux malheureuses destinées de notre très malheureux pays.on dirait qu’ils sont tous atteint de rage.
    nb:concernant les articles publiés c’est une chekchouta indigeste et venimeuse propre aux dialysés cérébraux du fln. conseil:se tenir très loin pour éviter la contagion.




    0
  • arezmohand
    23 octobre 2010 at 15 h 04 min - Reply

    Que se passe-t-il donc au sein du FLN? Rien de plus que ce que nous avions l’habitude de vivre avec ce fossile! Qui lève le glaive périt par le glaive! Rappelons nous ce qui s’est passé avec le 8eme congrès Bis, ce qu’il a fallu déployer comme moyens et comme salive pour destituer le SG qui a eu la prétention de se présenter à la Présidentielle contre son PATRON. La guerre au sein du FLN est un signe avant coureur d’une fin annoncée.Est-il possible que le parti de son excellence subisse de telles situations si, quelque part l’accord n’a pas été donné pour organiser de l’agitation,quelques jours avant la présentation du « programme » à l’APN.
    Cette sphère dirigeante vit, de toute manière, loin du peuple et de ses préoccupations.De l’agitation pour faire croire qu’il y a une vie politique en Algérie.
    Le peuple est totalement détaché de ces problèmes devant les siens qui sont: marasme social, vie chère,précarité, chômage dont les conséquences sont les suicides, el harga et tous les fléaux sociaux(alcool, drogue, prostitution,crimes organisés,rapines, vols et corruption.
    Aujourd’hui le premier Ministre avoue que l’industrie nationale est « morte »! Mais qui,en 1986/87 criait à l’ajustement structurel à la fermeture des entreprises non rentables, pour répondre favorablement aux injonctions des institutions de Bretton Woods. Qui nous chanter à perdre la voix que la mondialisation était la solution unique à nos problèmes,la panacée de tous nos maux? Qui a dit c’est comme ça ou bien l’Irak!




    0
  • tacili
    30 novembre 2010 at 0 h 32 min - Reply

    Bonsoir :

    Rigolons avec Belkhadem : Militer pour le FLN est une mission divine. Quand le charlatan s’y met …

    بلخادم يشن هجوما غير مسبوق على خصومه ويصرّح
     »لن يتزحزح الأفالان من السلطة ولو بعد 50 عاما »

    العضوية في جبهة التحرير تشريف من اللّه

    شن عبد العزيز بلخادم الأمين العام لحزب جبهة التحرير الوطني، هجوما حادا ضد خصومه القياديين في الحزب الذين انتفضوا ضده. وأرجع تمردهم عليه إلى خلوَ تشكيلة المكتب السياسي التي تمخضت عن المؤتمر التاسع، من أسمائهم. وقال لأعضاء ما سمي بـ  »الحركة التصحيحية الجديدة »:  »لا ينبغي أن تبصقوا على اليد التي أكلتم منها! »
    اعترف عبد العزيز بلخادم ضمنيا بوجود أزمة حقيقية في الأفالان، عندما خصص الجزء الأكبر من خطابه، أمس، أمام محافظي الحزب بسيدي فرج غربي العاصمة. وقال بلخادم عن الوزراء والقياديين الذين يخوضون حربا ضده، دون ذكر أسمائهم، بأنهم  »يريدون ركوب الأفالان للوصول إلى أهدافهم .. إن الطموح مشروع ولكن لاينبغي أن تبصقوا على اليد التي أكلتم منها »، ويفهم من حديثه بأنه يعتقد بأن لديه أفضالا عليهم. وبدا بلخادم واثقا بأن الأفالان سيدوم طويلا في السلطة لو تجنب القلاقل الداخلية، وقال بالضبط:  »والله لو نكون صادقين في نضالنا لن يتزحزح الأفالان من الحكم ولو بعد 50 سنة من اليوم ».
    وجمع لقاء أمس، المشرفين على إعادة هيكلة الحزب محليا إلى جانب المحافظين. وبحث بلخادم معهم في جلسة مغلقة تقييم عملية تجديد الهياكل. فمن بين 1594 قسمة تم تجديد 1514، حسب بلخادم، الذي قال إن 80 قسمة لم تعقد فيها الجمعيات العامة الانتخابية، من بينها قسمة حاسي مسعود، التي دعا مناضلوها في بيان، المحافظ، إلى  »الاحتكام للصندوق دون إقصاء أو تهميش ». وفي الوقت الذي كان يتحدث عن المعارك التي وقعت خلال تجديد الهياكل، هاجم عبد العزيز بلخادم القياديين الغاضبين بحدة غير مسبوقة. ومن بين ما قال عنهم:  »إنهم يقومون بعمل تجزيئي وتشتيتي، ويمثل ذلك إضعافا للأفالان وإضعافا للجزائر، وهو أمر لن نتسامح معه ». ودعا بلخادم المنتفضين ضده إلى اللجوء إلى اللجنة المركزية  »إذا كان هناك اختلاس أو رشوة أو محاباة، أما الشائعات فلا تليق بمقام الرجال ولا تنفع أصحابها ». وأوضح بلخادم بأن الأفالان عرف هزات كثيرة في الماضي،  »أما ما نشهده اليوم فأنا لا أعتبره أصلا هزة ».
    وحرص أمين عام الحزب، وهو ينتقد المستائين منه، على إظهارهم في صورة الذي يبحث عن مصلحته الشخصية فحسب. وقال صراحة بأن الحملات التي يشنونها ضده، مردها لعدم إدراجهم في تركيبة المكتب السياسي التي أفرزتها أول دورة للجنة المركزية المنبثقة عن المؤتمر التاسع.
    وغلب على أجزاء من كلمة بلخادم أمام الحاضرين الطابع الديني. فهو يعتبر بأن العضوية في الأفالان  »تشريف من الله ومسؤولية جسيمة تلزمنا بالوفاء للشهداء والحفاظ على رسالة نوفمبر ». وقال أيضا  »إن الولاء يكون لله وبعده للوطن من خلال جبهة التحرير الوطني ». واستعان بلخادم بالقرآن لإسقاط معاني الأنانية على الخصوم، وذكر ما يلي:  »هناك آية واحدة في القرآن تقول: أنا خير منكم.. تعرفونه »، يقصد الشيطان الذي قال لله إنه خير من بني آدم. وتابع:  »إنا منقصة للرجال أن يقال فلان تابع لفلان .. لاينبغي أن نورَث عيوبنا للآخرين حتى لا يكبروا على الاعوجاج ».
    وكشف عبد العزيز بلخادم عن تسلم رئاسة التحالف الرئاسي من الأرندي يوم 18 ديسمبر المقبل، وقال إنه رفض استلامها منذ شهور بسبب انهماك الحزب في عملية تجديد الهياكل. أما عن الجمعيات العامة للمحافظات فستنطلق في بداية العام، وسيطرح هذا الموضوع على اجتماع اللجنة المركزية في نهاية هذا الشهر.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique