Édition du
22 July 2017

HYGIENE PUBLIQUE ET DIGNITE NATIONALE RESPONSABILITE DE L’ETAT OU DU CITOYEN

Afif

Les villes algériennes sont sales, leurs murs décrépis, leurs entrées d’immeubles repoussantes, c’est le constat unanime aussi bien des citoyens que des autorités, des visiteurs étrangers (notamment les anciens colons) que les organismes de veille internationaux. Notre dignité nationale est au plus bas de l’échelle. Doit-on se résigner à cet état de fait et n’y a-t-il aucune solution ?

Des démocrates autoproclamés imputent cette situation à l’Etat et ne voient d’autre solution à l’amélioration du look des villes algériennes que par le changement du Pouvoir. Ils pensent même que toute action d’amélioration dans le cadre actuel est à même de le consolider. Pour eux, le laisser-aller permet de le décrédibiliser et le mettre devant ses responsabilités. A la limite, si l’hygiène peut faire chuter le Pouvoir, pourquoi ne pas transformer l’intérieur de nos maisons en dépotoirs. Raisonnement absurde. Cependant, il est vrai qu’à voir les autorités (wilaya, daïra, communes) se démener pour acheter les camions, les réparer, multiplier les réunions à longueur d’année, sans résultat probant, plaide pour le point de vue de l’impuissance de l’Etat à régler le problème de l’hygiène publique. Est-on cependant certains qu’un autre Pouvoir règlerait ce problème ? Ce n’est pas si sûr. Le citoyen n’a-t-il pas sa part de responsabilité ? Notre culture nationale s’accommode-t-elle d’une hygiène publique dégradée avec un certain Pouvoir et pas avec un autre ? L’étranger qui visite le pays fait-il le distinguo entre le Pouvoir et l’ensemble des algériens ?

L’hygiène est un acte de foi, c’est un commandement divin, et la religion est le fondement de notre culture. En aucune circonstance, l’algérien ne devrait tolérer une hygiène publique dégradée. Si nous partons de ce principe, examinons les espaces concernés par l’hygiène pour situer les responsabilités. Dans ce cadre, nous devons considérer les trois espaces suivants :

1) L’espace privé strict ;

2) L’espace privé collectif ;

3) L’espace public proprement dit.

Dans le premier espace, où la responsabilité du citoyen est totale, l’hygiène est pratiquement impeccable, même chez les couches de la population les plus pauvres.

Le deuxième espace est constitué des parties communes des immeubles : terrain, fondations, piliers, escaliers, caves, terrasses, façades, ascenseurs, etc… Ces parties communes sont la propriété collective des copropriétaires. Le constat est que cet espace est pratiquement abandonné : hygiène très sommaire, entretiens rares, maintenance qu’en cas de catastrophe. Dans cet espace, la responsabilité est partagée entre les copropriétaires et l’Etat. La responsabilité de l’Etat consiste dans la promulgation d’une législation permettant de réglementer la gestion de la copropriété. Or, cette législation existe et ce, depuis longtemps : code civil, loi 83-01 modifiant et complétant l’ordonnance 75-58 portant code civil, décret 83-666 fixant les règles relatives à la copropriété et à la gestion des immeubles collectifs, décret législatif 93-03 relatif à l’activité immobilière, décret exécutif 94-59 modifiant et complétant le décret 83-666,  décret exécutif 97-154 relatif à l’administration des biens immobiliers. Par conséquent, la dégradation de cet espace est de la responsabilité des seuls copropriétaires.

L’espace public proprement dit : chaussées, trottoirs, rigoles, regards et égouts, places et jardins publics, toilettes publiques, hôpitaux, administrations, etc….Dans cet espace, la responsabilité de l’Etat est totale, même dans le cas où le citoyen est pollueur. En effet, l’Etat est tenu de faire respecter les règles d’hygiène publique par tous, personnes physiques et personnes morales. Là aussi, l’hygiène est très dégradée.

En conclusion, des trois espaces considérés, seul l’espace privé strict est bien tenu (hygiène, entretien, maintenance).

En ce qui concerne l’espace public proprement dit, l’amélioration de la situation est possible et peut être rapide si, pour ce faire, une volonté politique existe : un Etat qui a pu contraindre les automobilistes à porter la ceinture de sécurité peut aisément régler un problème de ressources humaines et matérielles et leur organisation.

Par contre, la gestion de la copropriété et des parties communes des immeubles privés par les  copropriétaires est d’une difficulté presque insurmontable dans l’état actuel de l’environnement législatif et culturel. Les immeubles, comme tout bien, ont besoin d’hygiène, d’entretien et de maintenance : ces exigences nécessitent des ressources financières et une organisation. Dans ce domaine, la loi prévoit une assemblée générale des copropriétaires qui est souveraine, un administrateur de biens désigné par l’AG, des charges périodiques pour les dépenses ordinaires, la fixation de la quote-part de chaque copropriétaire, le recouvrement des quote-parts par l’administrateur de biens. Or, cette règlementation est très peu appliquée et la grande majorité des copropriétaires l’ignore. La loi prévoit bien une situation transitoire : en cas de défaut d’AG, un  copropriétaire diligent peut gérer en lieu et place de l’AG, sur ordonnance du Président du tribunal. Mais le véritable problème, c’est celui posé par les mauvais payeurs. La masse des copropriétaires ne rechignent pas à payer leur quote-part. Le nombre des mauvais payeurs est infime, mais leur refus de payer est dévastateur. Car, personne n’osera les poursuivre en justice, comme le prévoit la législation actuelle. Et c’est là où la culture intervient : un algérien ne peut se permettre d’ester un voisin en justice.  Par conséquent, même si l’Etat se décidait à populariser la règlementation actuelle, elle restera inapplicable. En attendant, les villes algériennes ne cessent de se dégrader. Que faire ?

Partant du constat que les mauvais payeurs ne seront pas poursuivis en justice, et que la situation de l’hygiène publique et de la maintenance des immeubles est un problème qui urge, il devient évident que l’Etat doit de nouveau intervenir par de nouvelles mesures plus contraignantes et plus efficaces. C’est dans ce cadre que va se situer ma présente contribution qui s’adresse aussi bien au Pouvoir qu’à l’opposition si elle venait à gouverner. Ma proposition part d’une pratique légale qui existe déjà. En effet, la loi de finances pour 2003 dans son article 67, a institué l’incorporation dans la facture Sonelgaz payée par les abonnés d’une taxe dite d’habitation d’un montant trimestriel de 75,00 DA. Cette taxe n’est incorporée que dans les communes, chefs-lieux de daïras. Elle est versée dans les recettes de ces communes pour les besoins de travaux d’embellissement. Le fait est que cette recette supplémentaire au budget des communes n’a pas eu l’effet escompté par les pouvoirs publics. Ma proposition consiste à généraliser cette taxe à toutes les communes, à la faire supporter uniquement par les copropriétaires d’immeubles, à l’augmenter à hauteur des besoins d’entretien courant des immeubles sur une période de trois mois et à la verser au compte des AG des  copropriétaires de chaque immeuble. En cas de vacance de l’AG pendant trois années, les fonds récoltés seront versés à un office public, tel que l’OPGI, à des fins de rénovation et non d’entretien de l’immeuble dont l’AG est inexistante. Logiquement, les cas de vacance d’AG seront extrêmement rares, car les copropriétaires auront à cœur de récupérer leur argent pour désigner un administrateur de biens, pourvoir aux dépenses d’entretien et affecter un employé pour sortir les poubelles à des heures déterminées en concertation avec le service ramassage des ordures. Normalement, cette nouvelle mesure fera boule de neige auprès des copropriétaires de tout le territoire national. Et, en tout état de cause, si les sommes récoltées ne serviront pas à l’entretien, elles serviront au moins à la rénovation des immeubles non entretenus, ce qui n’est pas rien.

Laisser les choses en l’état ne fera qu’aggraver la situation, une situation qui ne fait pas honneur à nos traditions et à notre culture nationale. A la limite, l’exil pour motif d’hygiène est un devoir religieux (l’exil de certaines familles aisées est essentiellement dû à ce motif).

Afif


Nombre de lectures : 15725
26 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • AMOKRANE NOURDINE
    25 octobre 2010 at 19 h 52 min - Reply

    Votre article tombe à point même si j’ai pas le temps de tout lire (je le ferai plus reposé). Je ne sors pas bcp ; j’ai été ce matin à alger pour signer des papiers et affolement . On a l’impression que tout est délabré et sale. Ainsi qu’à tizi-ouzou




    0
  • Kamel Bouras
    25 octobre 2010 at 20 h 16 min - Reply

    Ils n’arrivent meme pas à gerer les sacs poubelles, et nous promettent de s’occuper de l’electronucleaire…manquait plus que ca pour des incompetents dans tous les domaines, sauf bien sur les domaines reservés: repression, torture, pillage du trésor public…

    Pauve pays.

    Ilaa mata?

    Kamel




    0
  • AchArdil
    25 octobre 2010 at 20 h 19 min - Reply

    Tout est sale chez nous.Tout ce que l’homme touche est immédiatement sali.
    Notre environnement est sale malgré la beauté de ses paysages.
    Notre monnaie est dégueulasse même si l’argent sale continue de faire le bonheur de certains.
    Au pays des des recordmen d’ablutions supposées nous purifier envers notre créateur il est regrettable de constater autant de crasse dans les esprits.
    J’ai peur pour l’Algérie,ce pays qui bat un seul record au monde;celui du nombre de crachats reçus.
    Ne me dites surtout pas que c’est les étrangers qui nous crachent dessus.




    0
  • Ourida
    25 octobre 2010 at 22 h 07 min - Reply

    Heureuse initiative que votre article. Cette quête d’un renouveau et d’un mieux-être pour notre pays passe aussi par cela : balayer devant sa porte, au propre comme au figuré. Cet anachronisme (que vous soulevez aussi : «L’hygiène est un acte de foi, c’est un commandement divin, et la religion est le fondement de notre culture. ») m’a toujours laissée perplexe: comment peut-on être propre chez soi et tolérer la crasse au dehors, et même y contribuer? Cette saleté repoussante est la seconde chose qui me frappe quand je rentre au pays (après sa beauté… paradoxal, n’est-ce pas?). Je me souviens de ce petit incident qui nous a fait rire (jaune) au cours d’une de nos virées estivales à Bejaia: Les Aiguades, merveille de la nature, d’un côté la mer scintillante et de l’autre sa superbe corniche, enfouie sous les détritus… avaient attiré une multitude de touristes (surtout de nos nationaux installés en France) mais aussi des campings sauvages, squatteurs installés sans gêne aucune dans ces sites historiques, se comportant comme des rustres, comme ils ne feraient pas dans leur chambre ou leurs wc… Un groupe d’iimmigrés devant nous, et la voix de ce petit garçon qui résonne encore à mon oreille «maman, où est la poubelle, je le jette où? »… alors que le sentier sur lequel nous marchions en était une à ciel ouvert… Voilà, c’est cette éducation-là qu’il faut inculquer: l’hygiène et la propreté, c’est partout et pour tous, on la veut autant pour soi que pour les autres, et l’éducation, elle vaut autant pour les petits que pour certains adultes.




    0
  • rien
    26 octobre 2010 at 0 h 14 min - Reply

    un peu d’honnetete,le peuple est sale.




    0
  • adel133
    26 octobre 2010 at 1 h 05 min - Reply

    Dans ce pays ou l’eau a quitté les robinets depuis 1962, les Algériens dans leur immense majorité ont fait de la puanteur un jasmin,de la saleté un biodome et de l’incivisme un art de vivre.ils ont fait de l’Agérie une immense poubelle à ciel ouvert,en développant des accomodements très raisonnables avec anti- corps garantis. l’école de la citoyenneté ne produit (depuis déjà longtemps) que des fournées de zombies.
    Les mosquées sont devenues des centres de formation de l’intégrisme et de l’intolérance.Le peuple (exception faite d’une infime minorité) a des comportements de mutants.La gent masculine à des allures de boucs puants,les femmes sont enlaidies par des uniformes tristes et ne sentent plus les flagrances mais la transpiration.dans tous les lieux publics,y compris les mosquées,les ministères,les universités,les cafés,l’aéroport international d’Alger,il n’est pas nécéssaire d’écrire WC sur les portes car ça sent la m… à 100 kilomètres.
    Une chose me frappe quand je visite l’Algérie:c’est la noirceur des dents , la mauvaise haleine et la saleté des souliers (y a -t-il manque de cirage?),pour le reste c’est indescriptible.
    Les villes et villages sont en ruine et d’une extrème saleté qu’on ne retrouve que dans la ceinture de misère de calcuta city.
    Entre temps le gouverne MENT.
    Conclusion: en 50 ans d’indépendance nous avons reculé de 2 siècles.
    visionner s’il vous plait ce qui suit vous aurez la chair de poule.YA HASRA AALA L’ALGÉRIE avant l’invasion des huns.
    http://www.youtube.com/watch?v=A66qSbJIAmA&NR=1




    0
  • adel133
    26 octobre 2010 at 2 h 11 min - Reply

    on est rendu pire qu’en Afrique. labas au moins on fait de la prévention pour banir le crachat même si la chemma n’existe pas.
    regardez bien ce vidéo et n’en riez pas car nous sommes pires.
    http://www.youtube.com/watch?v=i5QFriNOiAE




    0
  • asma
    26 octobre 2010 at 12 h 57 min - Reply

    le citoyen a la plus grande responsabilite dans ce grand desastre qui est la salete dans nos villies et village et pourtant tous se croit plus musulmant que les autres et l islam c est croyance et c est a partir de la proprete phiysique et mentale or que chez nous c est avoir une villa et en face des ordures qu on vois comme panorama il n y a qua faire un tour a delly brahim comme exemple et la plus part des villa louer a des milliards aux societe etrangeres .le probleme est dans la tete des algerins sans parler des tabliers des serveurs dans les endroits de consomation les crachats dans les rues et le plus scandaleux c est quand je vois les hommes se soulager sous le regard des autres qui passe dans l indifference cesr GRAVE non seuleument c est repugnant il y a atteinte ala pudeure je m arrete la parcque c est un sujet qui peux faire couler bcp d encre je suis pour les poursuite judiciaires




    0
  • abdallah
    26 octobre 2010 at 13 h 02 min - Reply

    la saleté est l affaire de toutes et tous et la propreté est une culture qui n est pas encore assimilée par la majorité.les autres c est nous l état c est nous etc……etc.les immeubles c est les copropriétaires; les poubelles les éboueurs;les bouteilles d urine dans les caniveaux; tous responsables.mostaganem une pissotière public; une condamnée depuis 30ans




    0
  • brahmi16
    26 octobre 2010 at 16 h 49 min - Reply

    L’ etat est demissionnaire, le citoyen a beau se demener comme un diable, il ne peut pas à lui seul se substituer aux pouvoirs publics.je vais vous exposer mon cas :tous les matins je nettoie devant mon domicile les ordures ,que les employes communaux qui font la collecte des ordures menageres, deversent sur la chaussée.ALORS croyez il ne s ‘agit pas de quelques sachets remplis d’ immondices, mais de chargements entiers.Parfois c’ est le camion benne à ordures ( ou un simple camion,mème pas couvert, qu’ on improvise pour le ramassage des ordures menageres) qu’ on rempli jusquau bord et qui roule a toute vitesse , qui perd une partie de son chargement dans les rues.Les balayeurs n’ existent pas sauf aux abords des edifices publics ,tels siège de la wilaya ou APC. En outre,Les poubelles sont vidées de leur contenus sur la chaussée, par les animaux errants et il n y a pas de balayeurs qui ramassent les dechets, les agents qui sont chargés de vider les poubelles dans les camions bennes repugnent à ramasser les detritus à meme le sol, ces detritus s ‘amoncellent durant plusieurs jours , le vent aidant, c’ est tout le quartier qui ressemble à une decharge.Alors faut pas dire que c ‘est le citoyen qui est responsable de la saleté de nos villes.L’ etat avec ses 140 milliards de dollars peut quand meme faire sa toilette,assez de chichi.Avec le peu de temps qui nous reste ,nous n’ arrivons meme pas à nous occuper de l’ education de nos enfants.Et pourtant nous balayons……




    0
  • Noor
    26 octobre 2010 at 17 h 37 min - Reply

    @Adel133

    « Tout ce qui est excessif est insignifiant . » (Talleyrand)

    La pondération , la modération , le respect d’autrui qui doivent être les règles généralement admises par tout un chacun, vous est totalement étrangère . Sans retenue aucune, vous versez dans un mépris vertigineux de tout un pays, de tout un peuple.

    Vous vomissez sur notre pays où, semble t-il , vous n’y êtes plus. Vous êtes submergé par une haine froide qui éclabousse de boue tout sur son passage. Vous êtes frappé par un mal bien connu, très répandu malheureusement chez nous et qui est l’ETHNOMASOCHISME : concept désignant la maladive aversion de soi et des autres, l’irrésistible haine de ceux qui comme vous sont déterminés à dénigrer leur propre histoire, leur culture et leurs valeurs par rapport à celles de l’Etranger, en stigmatisant leurs propres fautes historiques , leurs défauts et en souhaitant leur propre dissolution .

    J’ai bien visionné votre vidéo : qu’elle était belle l’Algérie du temps des colonies ! Cette Algérie martyre faite par nos anciens bourreaux et pour eux uniquement. Au prix de crimes contre l’humanité, de spoliations massives de terres et de déportations à grande échelle de populations sans défenses. Il y a tellement à dire et vous rouvrez tant de plaies que je trouve indécent d’aller plus en avant ! Juste un détail : votre vidéo en champ restreint « omet » de montrer à quelques encablures, l’immense bidonville de l’ex-Cité Mahieddine de l’époque coloniale, aujourd’hui un centre omnisports dénommé «salle Harcha ».

    On ne peut se permettre de tout rendre malsain au nom de la liberté d’expression. Nos ennemis suffisent à la tâche.

    ===================
    Gardons, cher compatriote, notre calme et évitons les dérapages inutiles même si nos nerfs sont à fleur de peau en voyant notre pays plonger dans les abysses de la médiocrité et du « rokhss ».
    La Rédaction LQA




    0
  • jazairi
    26 octobre 2010 at 18 h 04 min - Reply

    Mes jeunes enfants vivant en Amérique du nord, ont visité cet été le bled pour la première fois. Le premier cri lancé: « Que c’est sale ».. Heureusement qu’ils ont apprécié d’autres aspects du bled. Saleté et delabrement sont une réalité.




    0
  • Afif
    26 octobre 2010 at 19 h 04 min - Reply

    بسم الله الرحمان الرحيم

    Chers amis de LQA :

    Le texte ci-dessus que je soumets au débat, je prévois d’en faire une pétition nationale pour exprimer notre préoccupation. Pour ce faire, je l’ai transmis à un certain nombre de personnes dont j’ai le mail pour solliciter leur accord. J’invite les lecteurs LQA qui souhaitent nous rejoindre à me transmettre leur nom et profession à l’e-mail suivant « osaf47@yahoo.fr ». A la première parution de cette pétition, la liste des signataires sera présentée dans l’ordre alphabétique.

    Je pense que nous sommes d’accord pour estimer qu’agir pour une hygiène publique digne de notre pays est un acte éminemment patriotique et que signer une pétition est un acte citoyen. Le thème proposé concerne tous les courants politiques et devrait faire partie du SMIG démocratique, c’est même une revendication de base. Si les référents religieux de ce texte sont une source de blocage, on peut les remplacer par d’autres référents, pourvu qu’ils cadrent avec le contenu du texte et incitent pour atteindre l’objectif recherché. Toute proposition dans ce sens est la bienvenue. Néanmoins, ces référents religieux cadrent avec les principes de la Proclamation de Novembre et sont loin d’avoir une connotation extrémiste ou intolérante.

    Pour terminer, cette pétition concerne tous les algériens quel que soit leur statut dans la société. Plus nous sommes nombreux et de tous les horizons, plus nous démontrerons à la face du monde que nous ne supportons pas la situation déplorable de nos villes et que nous faisons tout pour l’améliorer.




    0
  • adel133
    26 octobre 2010 at 20 h 28 min - Reply

    @noor,
    cher monsieur,
    nous parlons de poubelles et de saleté qui a envahi notre pays,au point que l’immense majorité d’entre nous s’accommode bien comme d’une maladie incurable avec laquelle nous apprenons à vivre.
    vous êtes apparement le seul à vous sentir bien et à l’aise dans cet environnement apocalyptique.j’ai attaché un video sur Alger des années 50,non pour faire l’apologie du colonialisme(comme vous le sous entendez),mais pour montrer ce qu’était notre capitale nationale.
    je n’ai pas besoin de vous dire (pour justifier mon patriotisme)que je viens d’une famille qui a 36 chouhadas tombés les armes à la main.
    je suis pas de ceux qui tirent d abord et visent ensuite.je dénonce la saleté ,les poubelles et pas mon histoire,ma culture et ma religion. ne nous embarquez pas sur des sujets plus complexes .mon Algérie à moi doit ressembler à un jardin avec pour seule odeur le jasmin pas celle de oued el harrach.À chacun son Algérie.sans rancune.




    0
  • fateh
    26 octobre 2010 at 22 h 41 min - Reply

    salam a tous …
    Puisque pour la premiere fois on ose parler de la salete de nos villes et donc des gens qui les peuplent avec en prime la complicite d’un pouvoir tout aussi sale dans son existence par les gens qui le composent et le soutiennent.
    Permettez moi de vous raconter ce que je considere comme une enigme concernant l’hygiene publique et le pouvoir en place…Cela s’est passe dans les annees 1980. Alors qu’Alger commencait deja a etouffer, un Monsieur du meme quartier ou j’habitais a ecrit une lettre concernant deja la salete qui se propageait a Alger. Cette lettre fut adressee au crasseux organe centrale du fln. Dans cette lettre le monsieur n’a fait que son devoirs de citoyen en sollicitant les autorites concernees a prendre les mesures adequates pour mettre fin a cette maladie honteuse qu’est la salete…Quelques jours plus tard il recut la visite de policiers en civile l’invitant a aller avec eux au commissariat central du boulevard colonel Amirouche…..A sa surprise ils lui montrent la lettre qu’il a envoye au crasseux organe et lui firent comprendre qu’un patriote se doit d’etre responsable mais pas de denigrer …enfin tout le bla bla que je n’oserai citer ici…avec un ton menacant…Mais a leur surprise quand ils lui ont demande son identite ils se rendirent compte de leur betise et la le ton du language passa de la menace voilee a l’excuse courbette avec des salamalek…
    Cette histoire je la tiens de cette personne depuis plus de 25 ans…je la raconte pour que certain puissent comprendre que la destruction de ce pays et de son peuple est une strategie mise en place a des desseins qu’ALLAH seule connait….
    Il est impossible d’avoir une hygiene adequate dans des villes surpeuplees ou meme les canalisations d’eaux usees n’ont pas ete installees pour repondre a une pression d’un tel volume…S’ajoute a cela les ordures menageres qui necessitent un veritable timing de ramassage et donc un management repondant a une situation hygienique relevant de l’inedit en terme de civilite et de conscience morale.
    merci




    0
  • Noor
    27 octobre 2010 at 1 h 30 min - Reply

    @Adel133
    Vous écrivez :

    « vous êtes apparement le seul à vous sentir bien et à l’aise dans cet environnement apocalyptique ».

    Cher monsieur
    J’avoue qu’Il m’insupporte de me livrer à des polémiques stériles. Mais puisque vous m’y obligez , alors j’y consens mais pour remettre les pendules à l’heure.

    Vous vous méprenez lourdement, mais non sans sarcasmes, sur mon compte. En effet, votre premier commentaire était, selon moi, gravement et gratuitement attentatoire à la dignité des Algériennes et des algériens .

    Vous avez ratissez large et, à partir d’un problème d’ordre social que je suis le premier à déplorer, vous n’hésitez pas à pourfendre dans des termes les plus méprisables nos concitoyens que, au demeurant, l’on peut ou non stigmatiser d’être responsables de cette désastreuse situation sanitaire.

    Etait-il vraiment nécessaire , à l’appui de vos critiques, d’employer d’aussi regrettables termes si dommageables et peu constructifs ? Je vous cite :

    * « les Algériens dans leur immense majorité ont fait de la puanteur un jasmin, »

    * « de la saleté un biodome »

    * « l’Agérie une immense poubelle à ciel ouvert »

    * « Le peuple (exception faite d’une infime minorité) a des comportements de mutants. »

    * « La gent masculine à des allures de boucs puants, »

    * « les femmes sont enlaidies par des uniformes tristes et ne sentent plus les flagrances mais la transpiration. »

    * » ça sent la m… à 100 kilomètres »

    * c’est la noirceur des dents , la mauvaise haleine et la saleté des souliers

    Puisqu’il ne vous échappe pas que « nous parlons de poubelles et de saletés » , pourquoi donc cette noirceur et cette indécence qui scandaliseraient plus d’un ! Votre ardeur à accuser , vous pousse à déraper gravement et à vous en prendre sans vergogne même à des lieux sacrés tels que nos mosqués qui ne trouvent pas grâce à vos yeux ! Je vous cite toujours :

    * « dans tous les lieux publics,y compris les mosquées,les ministères,les universités,les cafés,l’aéroport international d’Alger,il n’est pas nécéssaire d’écrire WC sur les portes car ça sent la m… à 100 kilomètres. »

    Je vous laisse la responsabilité de tels propos que le simple respect de notre religion et de nos coreligionnaires nous impose d’observer.

    Quant au reste de votre commentaire, je ne m’y attarderai pas car, ce n’est plus l’objet principal de ma réplique. Aux lecteurs d’en juger.




    0
  • adel133
    27 octobre 2010 at 14 h 36 min - Reply

    @noor,
    cher frère,
    merci pour votre réponse.
    wallah mon propos n’est pas de porter atteinte à mes compatriotes ou mon pays.ce n’est malheureusement qu’une triste réalité de constater que notre environnement est dans un état scandaleusment déplorable.qui d’entre nous n’est pas envahi de honte en voyant des détritus épandés dans tous nos quartiers,de sentir des odeurs(surtout en été) désagréables qui pénètrent nos maisons,des odeurs d’urines dans nos ruelles ,des animaux errants etc….la liste des méfaits est longue.quand à nos lieux sacrés,si vous vous y rendez ,dites moi honnetement si vous n’êtes pas dérangés par les odeurs de souliers,et de chaussettes.ne soyons pas à l’image de notre gouverne MENT pour qui notre pays va bien. la vérité est toujours bonne à dire même si elle est blessante.mon rève à l’instar de tous mes compatriotes sincères et de voir notre pays devenir un paradis vert et fleurit qui offre le bonheur à tous ses citoyens.nous n’aurons alors plus de raison d’aller ailleurs.




    0
  • houria
    27 octobre 2010 at 15 h 44 min - Reply

    Salem
    Le Messager Mohamed (SAAWS) a dit que  » ENNADAFA MINE EL IMENE » nous devons comprendre que  » La propreté est lié à la FOI « ; dommage ce n’est malheureusement pas le cas …
    Salem
    Houria




    0
  • Ourida
    27 octobre 2010 at 16 h 14 min - Reply

    Je ne voudrais pas ajouter à la petite polémique… mais comment décrire la saleté sans utiliser les mots pertinents pour la décrire. Si on veut l’empoigner à bras-le-corps, il ne faut pas avoir peur des mots: puanteur, poubelles, transpiration, boucs puants sont autant de qualificatifs qui donnent la mesure de l’ampleur qu’elle a atteint au pays, et je ne crois pas un seul instant qu’ils soient des insultes ou injures à l’égard des Algériens. La réalité est là et mettre des gants blancs ou se lancer dans des circonvolutions pour la désigner nous éloigne du débat. Au fait, avez-vous vu l’état des toilettes de l’aéoroport international d’Alger? Elles étaient flambant neuf il y a 3 ou 4 ans… Aujourd’hui, les portes ne ferment plus… Nous ne parlons pas que de saleté mais aussi de dégradation de biens payés à coups de milliards…




    0
  • balak
    28 octobre 2010 at 10 h 30 min - Reply

    Les responsables de ce pays,leurs amis, les membres de leur famille,à tous les niveaux , n ‘ont qu ‘un seul souci: à savoir se maintenir coute que coute au pouvoir et profiter, au maximum,des privilèges et des avantages que leur octroie la rente petrolière.Mis à part les services de securité, tous corps confondus,et qui fonctionnent selon les normes,et qui ont pour tache principale de proteger le pouvoir, toutes les autres institutions sont en pleine deliquescence .Alors il ne faut pas quand meme accabler outre mesure les citoyens qui n ‘en peuvent plus de se substituer aux pouvoirs publics dans tous les domaines(la construction de trottoirs par exemple ce sont les propriétaires des habitations qui les prennent en charge,les citoyens en ont marre a longueur de journée de balayer les rues,etc, etc)Les citoyens qui sont deja exposés à des problèmes de survie(cherté de la vie,chomage, famine,maladies,promiscuité,etc) ont ras le bol de cette vie de chien, si en plus ils doivent veiller à l’ incurie des responsables, alors ce serait le comble…




    0
  • mourad
    28 octobre 2010 at 13 h 25 min - Reply

    À Noor, de grâce arrêter l’angélisme débordant que vous portez à cette situation, ils faut les secouer, utiliser des mots crus, difficiles à entendre, Adel à raison, on est sale et ils faut le dire haut et fort, les gens se sont habituer à cette situation, ils se sont acclimater avec les immondices et l’insalubrité…ni les autorités, ni la population ne soucie de cette situation…leurs enfants jouent dans les ordures et eux ( je parle des hommes) assis, jouant les dominos…une situation ubuesque, inconcevable sous d’autres cieux.
    Il faut choquer ! Oui la situation est vraiment lamentable en Algérie, on est sale et on a oublie les rudiments de la propreté. Parlant des mosquées, je suis pratiquant, mais je préfère faire ma prière à la maison, presque impossible de poser ça tète sur le tapis, et je vous parle pas de l’état des toilettes ! La faute à qui ? À tout le monde, l’abondant total de l’état et de la population…les grands ne donnent pas le bon exemple aux petits ! Alors je crains sérieusement, que, plus tard ça va devenir une tache ardue, le faite que les gens conçoivent qu’ils vivent dans la saleté.
    L’mam de la mosquée passe son temps à parlé des comportements que les femmes doivent avoir, alors qu’il faut traversé une falaise d’immondices pour rentrer à la mosquée…
    Tout est à changer et au plus vite…Amicalement




    0
  • karima
    28 octobre 2010 at 21 h 33 min - Reply

    Rendez-moi la mosquee d’Elbiar belle comme elle etait ouverte, propre et acceuillante avant qu’elle ne tombe entre les mains de brutes sans culte ni culture.Elle est devenue laide, sale et prisoniere.




    0
  • karima
    28 octobre 2010 at 21 h 38 min - Reply

    regardez les trottoirs d’Elbiar, un coin soi-disant chic, vous comprendrez la mentalite inculte qui regne au pays.Etat et peuple ki sidi ki lala, Il fut un temps ou on sentait le jasmin mais ce fut bien avant l’invasion des sauterelles et la je suis aimable.Les transformations dans la societe algeriennes ont engendre une catastrophe.Demandez aux sociologues d’expliquer ce phenomene




    0
  • pacha
    22 juillet 2013 at 19 h 44 min - Reply

    après une longue absence plus de trente cinq ans je suis revenu en algérie dernièrement, pour ne pas me trahir à nedroma, vous savez? je m’étais bien informé auparavant, puisque je ne pouvais dire que je vivais les réalités algériennes j’étais comme on dit déconnecté, mais la ville d’adoption de ma jeunesse m’attirais plus que d’autres .une ville propre disent les blogs et quelques pavés sur le web. les photos étaient plus réalistes on voit quelques détritus aux environs de cette vieille cité, mais la réalité étant ce qu’elle est je m’étais promis de dire ce que j’ai vu, si non les photos et vidéos me démentireraient. un mois dans cette région m’ont permis de me ressourcer une belle région mais combien salie, des sacs bleus remplis d’ordures debordantes à profusion, jusque sur le toit du marché couvert, allez y prendre un café vous verrez le spectacle, des papiers, des sacs, des bidons, des dégradations des restaurations anarchiques de patrimoine qu’on peut appeler une vraie destruction, ils ont complètement effacés les traces d’histoire. des administrations où règnent une anarchie telle la mairie où l’on voit les employés assis en groupes ou fumant dans le halle et les couloirs malgrès l’affiche « DEFENSE DE FUMER » au fait ont ils un maire dans cette ville soit disons classée dans un certain patrimoine sans que l’on respecte le moins du monde son architecture ancienne les dégradations volontaires les détritus les stationnements sauvages devant les rues étroites les constructions sans permis de construire et je ne parle pas de la corruption, dse traficants de tout genre contrebande et le reste.Et si on parlait aussi d’une association qui coiffe tout et rien, maître d’oeuvre de cette anarchie dans des affaires juteuses où l’argent mine tout, où la frénésie du gain fait perdre la raison adieu nédroma celle que j’ai connue prisonnière d’une guerre mais libre de son histoire et que je retrouve libre à son indépendance et prisonnière démunie et abandonnée .




    0
    • mainrouge
      23 juillet 2013 at 21 h 59 min - Reply

      oui moi aussi j’ai visité cette charmante petite ville. quand on entend parler d’elle par les nedromis on est tenté de découvrir cette cité des almohades j’ai profité alors a deux reprises pendant la période de colloques de nédroma. mais c’est vrai au moins les initiateurs de cet évènement auraient ils profité de ces instants pour lui donner un visage propre et méritant les éloges qu’on lui attribue, qui pour beaucoup lui valent. mais aussi les habitants sont actifs et nettoient devant chez eux et leur intérieurs pour ensuite aller jeter leur ordures aux coins de rues chez des voisins éloignés la nuit ni vus ni connus.quand à l’association dont vous faites allusion monsieur pacha si j’ai bien compris elle nourrit son monde en échange des services q’elle rend à la cité des almohades . mais est ce bien son rôle de protéger le patrimoine du bâti non mais y aura t il d’autres pour prendre la relève y a t il au moins un service des monuments historiques dans cette ville je ne pense pas je l’aurais su c’est vrai que cet organisme de mohidia brasse énormement d’argent je suppose qu’ils doivent rendre des comptes , à qui je ne sais point celui qui sait quelque chose de sain ou malsain doit le dire l’hygiène doit commencer par être dans les esprits et que chacun apporte sa pierre dans la construction de ce pays.quand au marché sale je ne dément pas mais cette commune a t elle les moyens de mettre des agents pour verbaliser ou alors ce sont les élus qui sont incapables , mais c’est les habitants qui sont responsables de leur choix la prochaine fois ils changeront jusqu’au jour cela pourrait aller mieux. ce que j’ai déploré le plus dans ce que j’ai entendu c’est la corruption, le frere du chanteur ghafour parcequ’il est le frere du célèbre chanteur du hawzi musique andalouse , a vu se voir attribuer une école d’artisanat d’art à lui tout seul pour se construire sa maison avec piscine et j’en passe je ne pensais pas que cet artiste si méritant soit il soit lui aussi mêlé et pris dans des oeuvres de favoritisme malsaines un manque d’hygiène morale lui adepte de la tariqua je suis choque voyez vous?




      0
  • Mhend
    23 juillet 2013 at 0 h 04 min - Reply

    Ya si @pacha, déjà comme l’a dit un intervenant sur LQA qu’on s’occupe d’abord de l’hygiène et après on verra. Dans votre intervention vous vous demander : « au fait, ont-il un maire ? »

    Mais ya sahbi @pacha, même le maire lui même il peut lui arriver de fumer dans le hall de la mairie. S’il sort dehors, il peut lui arriver de cracher. Vous croyez que c’est le maire d’une ville du canada ou de Suède ??!!!!

    Le problème n’est pas le problème d’une personne. C’est des comportements et une mentalité généralisée à une très grande échelle qui fait qu’on ne se respecte plus entre nous, on ne respecte pas son prochain. Alors la nature n’en parlant pas !

    Si , par hasard, vous descendez en voiture la route entre Tizi ouzou vers El Kseur, pas loin de Béjaîa, je ne vous conseille pas de regarder sur les bas côtés. Sur la magnifique côte entre Bejaia et Boulimate, je ne vous conseille pas de vous arrêter sur le bord de la route pour contempler la mer. En contre bas, c’est un spectacle de bouteilles de vin, de Hamoud Boualem, de bières, d’Ifri, de Negaous, de Saida, de boites de conserve, de cartons, de slips, de pantalon, de tricot, de robe, des parpaing, de couverture, de briques, de sacs de ciments, de sachets plastiques de toutes les couleurs (moi j’appelle ces sacs plastiques : les fleurs multicolores du paradis qui ne se fanent jamais.)

    Paraît-il c’est comme çà partout sur toute la côte et les routes du pays. Un intervenant de LQA a dit qu’on est tellement habitué aux ordures qu’on ne fait même plus attention à elles. On les enjambe et on passe notre chemin.

    Le seul endroit qui reste encore propre et souvent très nickel, c’est nos intérieurs de maison. Vous me direz pourquoi ? Eh bien parce qu’il y a la FEMME : nos mères, nos sœurs nos épouses. Et pourtant même parmi elles, il y en a beaucoup qui se font tabasser ou parfois carrément massacrées pour telle ou telle chose futile! D’ailleurs, la majorité de nos femmes, chez nous, elles n’ont le droit que de nettoyer la maison, laver le linge, préparer à manger et fermer sa gueule. Et nous dès qu’on est dehors, on fait se qu’on veut, on fait les « hozzis » !

    Avec çà, une grande majorité d’entre nous a perdu la culture, l’instruction, l’éducation, le civisme, la notion de bien et de mal, les notions d’hygiènes. Comme l’a dit un internaute, on n’a aucune honte ou gène à cracher devant quelqu’un. Il nous arrive même de ponctuer nos discussions par un crachat à gauche un autre à droit à la place de la virgule ou du point.

    Donc on est devenu, pour une grande partie d’entre nous, des zombies. On marche, on fait semblant d’aller au travail, on fait semblant de vivre alors qu’on est déjà mort en tant d’être humain digne de se nom !

    La partie des algériens éduquée, respectueuse de l’être humain et de la nature, de l’hygiène est tellement peu nombreuse et discrète qu’on ne la remarque même plus. C’est pour çà qu’on dit que c’est toute l’Algérie qui est malade !

    C’est notre destin !

    Et vous qui vivez à l’étranger, profitez au maximum des belles villes et beaux villages, contemplez la nature, visiter les vestiges et les patrimoines historiques restaurés et respectés, baignez vous dans des plages nettoyés tous les matins et dans une eau de mer limpides, promenez vous dans des rues et ruelles astiquer tous les matins, prenez les bus, les trains et les métros propres. Bref, je vous conseille de ne revenir dans notre pays que si nécessaire ou pour rendre visite à vos parents ! C’est mon conseil !




    0
  • Congrès du Changement Démocratique