Édition du
25 July 2017

Tewfik explique à Zerhouni les prérogatives du vice-Premier ministre

Version imprimable Suggérer par mail
Par Mounir Sahraoui

In Hoggar.org

Cher Zerhouni,

Je tiens à te féliciter pour ta promotion au poste de vice-premier ministre. Je sais que tu n’as pas aimé être mis dehors de l’Intérieur, mais crois-moi, ce n’est pas de mon fait. Je m’explique : j’étais en conversation téléphonique avec Boutef pour lui dicter la composition du nouveau gouvernement, quand mon aide de camp m’apporta une pastèque qu’il commença à découper devant moi. Comme elle était visiblement pourrie, je me suis mis à hurler : mais c’est pourri à l’intérieur, c’est pourri à l’intérieur ! Boutef me répliqua aussitôt : ne t’emporte pas Si Tewfik, d’accord : je vais virer Zerhouni de l’Intérieur. Je lui ai dit : c’est ton choix, je le respecte…

Cela dit, avoue quand même qu’après dix ans, et malgré ton sourire charmeur et ton visage avenant, les gens de ce pays aspirent à voir d’autres gueules… Tu as déclaré de manière assez bruyante que tu ne savais pas en quoi consistait ce poste de vice-premier ministre, mais tu as accepté la position tout de même… moi je ne l’aurais pas fait, mais à chacun sa conception de la dignité. Maintenant, je vais essayer de te préciser quelles sont tes prérogatives. Je m’excuse du style télégraphique, mais j’ai très peu de temps :

D’abord : étant donnés ton passé et ton œuvre, tâche de te faire oublier.

Ensuite : écris tes mémoires…

Si tu ne sais pas écrire, apprends à le faire. Les centres de lutte contre l’analphabétisme, c’est fait pour ça…

Si tu n’arrives pas à apprendre à écrire, fais du sport, il parait que c’est très efficace pour combattre la paresse intellectuelle que ta tronche dégage avec vanité…

Si tu ne veux pas faire de sport en prétextant de ta maladie, alors soigne-toi mon vieux…

Si tu n’as pas (barkana!) de quoi te soigner convenablement à l’Hôpital américain de Neuilly, alors demande une prise en charge à l’infirmier Ould Abbès, actuellement ministre de la Santé…

S’il accepte, prépare ton passeport de simple citoyen, car ton passeport diplomatique n’est plus valable.

Assure-toi auparavant de retirer les 22 documents nécessaires, car nous sommes déjà en octobre, et les passeports doivent être de type biométrique. Je ne sais plus quel cinglé a mis au point ce système complètement débile…

Voilà : Si rien de tout cela ne t’enchante, alors démissionne, et je te promets que ta démission sera acceptée avec toute la tristesse et les regrets qui s’imposent.

Après ta démission, je te proposerai un poste de « consultant » au DRS. On revient toujours à ses premières amours, n’est-ce pas ? Tu dois cependant te mettre à jour car les « techniques » ont évolué depuis 1980. Le chiffon, la dynamo ou la baignoire font partie de la préhistoire. Donc recycle-toi un peu et envoie-moi ton CV, ta lettre de motivation, et la mention de ta caserne préférée. Il serait aussi souhaitable que tu oublies de joindre ta photo au dossier…

Je te prie, cher Yazid, d’accepter ton sort avec philosophie…

Mounir Sahraoui
26 octobre 2010


Nombre de lectures : 1010
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • asma
    28 octobre 2010 at 19 h 58 min - Reply

    qui va annoncer le futur president de 2014 ,??!!




    0
  • babelouedcity
    29 octobre 2010 at 23 h 30 min - Reply
  • Congrès du Changement Démocratique