Édition du
26 July 2017

Tizi Ouzou est au bord de l’implosion

Lettre ouverte à Monsieur le directeur général de la sûreté nationale

Tizi Ouzou est au bord de l’implosion

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 30.10.10 

Dois-je  vous appeler, «Mon Général», «Monsieur le directeur général de la Sûreté nationale» ou simplement «Cher frère» ? En ce qui me concerne, je préfère le brassage de ces trois intitulés avec tout ce que cela  comporte comme autorité, position hiérarchique et solidarité citoyenne.

Cette lettre se veut avant tout un appel pathétique en votre direction en vue d’essayer de trouver des solutions d’urgence au marasme multidimensionnel qui perdure au niveau du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, notamment en matière de sécurité. Le traitement de cette question s’impose en urgence en termes de délai et de moyens à mettre en œuvre pour garantir aux citoyens de la ville de Tizi Ouzou la paix et la quiétude auxquelles ils sont en droit d’aspirer légitimement et d’attendre de vous en votre qualité de premier responsable de la sécurité.

J’en conviens qu’il s’agit-là d’une mission très difficile, mais les échos qui nous parviennent, sur votre compétence et votre probité morale, nous rassurent et nous autorisent à espérer la fin de notre calvaire. Il est vrai que le caractère spécifique des revendications culturelles et sociales de la région ont quelque peu compliqué la situation déjà fortement affectée par la crise économique, mais c’est sur seulement le chapitre sécuritaire que j’inscris particulièrement ma présente démarche en laissant le soin aux seuls politiciens de rechercher les solutions appropriées aux autres problèmes qui se posent à la région.
Je ne veux pas paraître égoïste, car je ne suis qu’un simple administré, mais ce qui m’interpelle présentement en en ma qualité de citoyen lambda, c’est l’état de délabrement et de clochardisation de la ville qui m’a vu naître. Je ne pardonnerais jamais aux auteurs de cette horrible hécatombe, quelle que soit leur appartenance politique. Cela m’amène à vous dire que j’ai la faiblesse de croire que l’Algérie recèle encore beaucoup d’hommes politiques de grande valeur et d’une probité morale à la hauteur de la confiance qui a été placée en eux. Dans votre intervention, reprise par divers quotidiens algériens, vous avez notamment déclaré, je cite : «Des directives ont été données pour une lutte sans merci contre le crime organisé et ses formes dévastatrices, comme le trafic de stupéfiants, la corruption et les atteintes graves aux personnes et aux biens.» Fin de citation. Quelle noble mission si elle a des chances d’aboutir sur le terrain !

Sachez tout de même, cher frère, que notre ville est au bord de l’implosion du fait de la loi implacable des milieux de la mafia interne et que les citoyens risquent d’être poussés et à réagir violemment en choisissant la loi du talion.
Nous survivons aux lois de la pègre, dont les ramifications s’étendent du simple délinquant primaire en passant par les caïds autoprodamés de la pègre locale jusqu’à leurs puissants protecteurs de tous bords. Ces individus se comportent en maîtres absolus du terrain, et n’hésitent pas à laisser entendre qu’ils ont de très solides relations derrière eux, en citant sans aucune retenue les noms d’officiers supérieurs et des hauts cadres de l’Etat.
Chaque segment de cette pègre (drogue, racket, réseau, trafic d’influence, réseau de prostitution…) se prévaut de son appartenance au clan d’un tel ou tel officier supérieur ou homme politique pour pérenniser leurs abjectes besognes.
Un tel constat me donne des frissons, mon frère, et je vois se dessiner à court terme la formation des «escadrons noirs», à l’instar de ceux créés dans le passé au Brésil en poussant les citoyens à défendre eux-mêmes leur intégrité physique et leurs biens. Ce qui se passe dans la ville de Tizi Ouzou ne nécessite aucun commentaire. Jugez-en, Monsieur le directeur général :
– Main-basse sur la ville à la tombée du jour. La ville passe sous le contrôle de la pègre.
– Agressions en tous genres, allant de simples petits larcins aux agressions par arme blanche pour diverses raisons (vols, intimidations…) ;
-vols de voiture avec agression ou tentative d’agression ;
– vols de commerce par effraction ;
– proxénétisme et viols ;
– vente libre de toutes les drogues ;
– racket (l’espace d’intervention est segmenté pour toute la ville de Tizi Ouzou et placé sous l’autorité d’un clan. Tous les commerçants ou presque sont rackettés, en contrepartie de leur «sécurité et protection».
– Les espaces publics, notamment l’axe de l’hôpital et des autres artères principales de la ville sont squattés grâce à la bénédiction et la protection de ces clans. Souvent, des commerces ont été créés sans documents administratifs et sans contrat de location, lorsque ces locaux appartiennent à cette pseudo mafia qui ne tire sa force que par la corruption et l’absence d’intervention des structures concernées.

– Anarchie totale et non-respect du code de la route par une nouvelle caste de chauffards (minibus plus précisément dont la plupart laissent entendre qu’ils ont tous des policiers derrière eux pour les protéger, en leur évitant des contraventions).
La liste est trop longue, Monsieur le directeur général et j’espère que vous comprendrez mieux que quiconque les raisons de nos préoccupations. Nous revendiquons seulement le droit élémentaire de vivre en paix et en toute sécurité dans le respect de la Constitution et des lois du pays (…)
En ce qui me concerne, je n’ose pas croire que l’on puisse délibérément pousser la situation à un tel niveau de pourrissement, persuadé qu’il existe encore des hommes capables de se positionner courageusement en faisant valoir l’autorité de l’Eat sur le terrain par la protection et la sauvegarde des intérêts du citoyen et de l’Etat.

Un citoyen de la ville


Nombre de lectures : 4862
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Amrouche
    30 octobre 2010 at 13 h 25 min - Reply

    La Kabylie se distingue uniquement par le fait qu’ell est devenue le terrain de lutte entre le pouvoir et des groupes armés, ce qui complique beaucoup la situation sécuritaire de ses citoyens. Autrement, les problèmes cités par notre ami se retrouvent dans toutes les villes importantes du pays (Annaba, Alger, Constantine, Oran, Tlemcen, …). Cette situation n’est pas nouvelle aussi et il ne faut pas nécessairement la relier à l’existence des groupes armés, ni aux spécificités sociaux politiques de cette région. En effet, dans les années de Boumediènne et de Chadli, les malfrats grands et petits étaient des indicateurs de la police. Les voyageurs se faisaient fouiller les poches au vu et au su des policiers Oh combien nombreux au niveau des gares et des stations de bus! Parce que l’objectif n’était pas la sécurité du citoyen, mais le contrôle du citoyen. C’est différent! Sans vouloir être pessimiste ni nier l’existence de cadres et de policiers qui font honnêtement leur boulot, votre lettre peut ressembler à un appel aux loups pour bien surveiller le poulailler.




    0
  • Hani.A
    30 octobre 2010 at 16 h 41 min - Reply

    Une reponse ..possiblement reelle.
    1 – Même si le directeur général de la Sûreté nationale, fera quelques choses, il serai sans doute remplacer par un autre Directeur. : C’est voulu, que la Kabylie soit démolis,Écrasée, ruinée, dominée, devant le regard impuissant de tout le monde.
    2 – Il faut se rappeler que le cas de Tizi Ouzou est un exemple de se qui se passe a un degré moindre, ailleurs dans toute les autres villes d’Algerie.
    Tizi, Oran, Ouagla, IN salaH,Constantine, Tebessa, Alger, Bejaia…el hamdoulilah A 98 % , SONT TOUS algérienS(qu’ils soient d’origine Arabe, berbère, mzabit, chawoui..), tous unis, tous pleurent l’Algerie malade, tous pareils, tous vivent le même cauchemar d’une Algérie aux mains de (Voleurs,français restés en Algérie,Dictateurs..des haggarine qui se servent des ARMES, ARGENTs et FILS ET INSTITUTIONS DU PEUPLE ALGÉRIEN, POUR DÉTRUIRE CE MÊME PEUPLE ALGÉRIENS.




    0
  • Sami
    30 octobre 2010 at 21 h 42 min - Reply

    Je salue votre implication engagement pour votre ville et de votre courage aussi a dénoncer les mafia, et j aimerais que le reste des algériens dans les autres villes fassent comme vous, parce que c’est la même chose dans toutes les villes particulièrement dans les grandes villes , malheureusement!!
    mais ce que m »inquiète bcp, il me semble que c’est une politique, pour que le peuple ne voit jamais vers le haut,
    C est la politique de propagation de la corruption pour personne ne puisse demander des comptes au pouvoir




    0
  • unpolitical
    31 octobre 2010 at 4 h 48 min - Reply

    est ce qu il consulte ce site?? …toute facon les problemes sont connus et il sont imbriques…ya un laisser faire voulu pour une raison ou une autre et c le citoyen lambda qui souffre..les trottoirs on les fait et refait , linsalubrite, et l anarchie .. il faut juste prendre une prendre une photos des annees 70 ou 80 et la comparer au present…




    0
  • kaddour
    31 octobre 2010 at 15 h 54 min - Reply

    Et dire que la wilaya 3 historique a donné a elle seule, 05 valeureux colonels durant la guerre de libération. Il y’a forcément des leçons à tirer pour un avenir plus prometteur. A bon entendeur.




    0
  • mouwaten
    8 novembre 2010 at 17 h 25 min - Reply

    C’est certainement l’expression d’un marasme mortel qui a amene ce citoyen a deverser toutes les rancoeurs emmagasinées devant un tel désastre, et notre impuissance a nous tous a tenter de changer le cours des événements. La puissance des acteurs de ce pourrissement programmé ne tire sa force que du silence coupable de la sociétè civile qui se confond dans un mutisme inommable. L’éxpression »Khti Rassi « est devenu le refuge de la honte. L’avilissement de la société est le resultat de son individualisme et son manque d’ implication dans la recherche des solutions de changement. Un éspace révé et une porte gande ouverte pour tous genres de malfrats. Nous sommes tous responsables, et nous avions tous contribué a l’entetien de cette situation qui sert les intérets de tout un chacun en fonctiion du niveau social. Nous avons tous ou presque acheté nos appartements, et on est incapable d’organiser des programmes d »entretiien collectifs. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, le reste « Tag alla men Tag. » Peut étre que l’ImamElMahdi fera un petit quelque chose pour nous. Ilf aut éspérer!




    0
  • slam
    8 novembre 2010 at 18 h 08 min - Reply

    Apparamment,c’est un bon « citoyen » celui qui a écrit au directeur Général de la Sureté Nationale. Discours pathétique de l’auteur de cette requete qui semble se soucier beaucoup de la vie insécurisée que méne les citadins de TIZI OUZOU. C’est d’emblée une trés bonne initiative mais, il a omis de l’insécurité qui perdure depuis les événements de 2001 dans toute la Kabylie. Nos villageois souffrent du terrorisme et du racket au quotidien mais il n’en parle pas pour compléter et clarifier sa requete.
    Je pense que dressée de cette maniére, sa sollicitation du D.G de la sureté nationale à intervenir uniquement sur la cité phare, n’a pas de sens en réalité.La protection de toute la Kabylie serait plus souhaitable à mon sens! N’est-ce- pas cher concitoyen ?




    0
  • solstice
    16 mars 2012 at 23 h 43 min - Reply

    Si T-O est devenue une ville de terreur et de malheur ,a qui la faute?
    De toute evidence les hommes que nous sommes vont tout de suite s´accorder a trouver un coupable , c´est la faute aux clans dira t on ,a la mafia ou encore au dirigents haut placé!
    Mais que veut le peuple excepté la paix ?
    et comment l´obtenir surtout ??
    nous avons vu enormement de cas dans l´histoire ou les peuples souffraient des conséquences des divergences politiques mais surtout d´une crise d´identité entre kabyles et arabes !
    Qui sont les algériens et pourquoi existe t il autant de haine de mésentente ?
    peut etre que la solidarité doit etre le premier pas vers la véritable libération sur tous les plans …




    0
  • Congrès du Changement Démocratique