Édition du
26 July 2017

KHALIDA TOUMI AUX ÉLÈVES :«Vous lirez quatre livres par an!»

KHALIDA TOUMI AUX ÉLÈVES
«Vous lirez quatre livres par an!»
31 Octobre 2010 – Page : 6

Le directeur du Centre national du livre sera installé après la clôture de la 15e édition du Sila.

C’est ce qui sera discuté entre le ministère de la Culture et le département de l’éducation nationale: les élèves seront obligés de lire au moins quatre ouvrages par an. La mesure ne vise, ni plus ni moins que la promotion de la lecture et du livre en Algérie. Aussi, un programme pour le développement de la lecture publique en milieu scolaire sera établi lors d’une rencontre qui sera organisée avant la fin de l’année 2010 avec le ministère de l’Education nationale.
Les jeunes écoliers seront dès lors dans l’obligation «de lire au moins quatre ouvrages par an», a déclaré la ministre de la Culture, Khalida Toumi, hier, lors d’une conférence de presse au Complexe Mohamed-Boudiaf, en marge de la 15e édition du Salon international du livre d’Alger. «Le domaine de la lecture publique a été érigé en priorité, parce que ce domaine accusait un grand retard aux plans institutionnel, organisationnel, juridique et infrastructurel», a-t-elle affirmé.
«La lecture est un élément fondamental dans l’éducation et la formation du citoyen», a-t-elle poursuivi. Une batterie de mesures en faveur du livre a été d’ailleurs annoncée par la ministre lors de cette rencontre avec la presse nationale.
Il s’agit, notamment de la mise en place d’un réseau de bibliothèques de lecture publique, d’un soutien financier à l’édition et à la création littéraire et de la promotion des activités liées au livre. Mais il n’y a pas que ces mesures.
En effet, pour ce qui est de la promotion des activités liées au livre, le département de Khalida Toumi a procédé à l’institutionnalisation de plusieurs manifestations culturelles autour du livre. Evoquant la création d’un centre national du livre, Mme Toumi a précisé que le «directeur du centre sera installé après la clôture de la 15e édition du Sila». Une batterie de mesures législatives et fiscales «en faveur du livre» a été également validée, notamment dans le cadre des lois de finances complémentaires pour 2009 et pour 2010.
L’extension des privilèges accordés par la loi sur l’investissement au profit des activités inhérentes du livre et le prélèvement de 0.5% sur le chiffre d’affaires de la téléphonie mobile, l’exemption de la TVA concernant le papier qui sera destiné à la fabrication et l’impression des livres entrent dans ce cadre.
Cette stratégie a été lancée par le département de Mme Toumi depuis 2005.
Près de 448 bibliothèques de lecture publique ont été réalisées entre 2006 et 2007, 234 autres structures «sont en cours de réalisation à travers le territoire national», a-t-elle précisé. L’une des plus importantes dispositions qu’a adoptées le ministère dans le cadre de sa politique, dont le dessein est de promouvoir l’édition en Algérie, est le soutien à l’édition et à la création littéraire. Dans ce sens, quelque 1021 titres et 150 maisons d’édition ont été soutenus entre 2008 et 2009.
Mme Toumi a fait également savoir que 1400 titres seront concernés par ce dispositif durant l’année en cours.
Afin de définir un cahier des charges auquel seront soumises les aides apportées par le ministère, des rencontres auront lieu entre les responsables du ministère et les professionnels du livre.
«L’Etat est un client. Nous n’achèteront plus de livres sur titres, nous n’achèterons plus de livres sans catalogue, nous n’achèterons plus de livres édités par des maisons qui ne font pas de promotion de leurs auteurs», a-t-elle assuré.
«Nous avons remarqué qu’il y a des maisons d’édition qui n’éditent que les livres achetés par le ministère de la Culture», a-t-elle ajouté.
Sur l’absence de l’Egypte à la 15e édition du Sila, Mme Toumi a fait savoir que l’Algérie et l’Egypte «appartiennent au même espace africain, il y a eu de tout temps des relations culturelles entre les deux pays». L’Egypte serait donc présente à la 16e édition de cette manifestation.

Hadjer GUENANFA


Nombre de lectures : 2671
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • jemenfou
    31 octobre 2010 at 16 h 20 min - Reply

    S’il s’agit de la littérature qui circule actuellement dans les souks ,alors,bonjour les dégâts!




    0
  • Si Tchad
    31 octobre 2010 at 16 h 53 min - Reply

    Khalida aux élèves :«Vous lirez quatre livres par an!»…

    Les élèves à Khalida:  » D’accord, à condition que tu lises toi un livre par an… »

    Si Tchad




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    31 octobre 2010 at 16 h 58 min - Reply

    Non Madame TOUMI, si la volonté est de sauver la génération qui est celle de nos enfants, Voila ce que Vous devriez exiger en Votre qualité de Ministre de la Culture.
    Je Vous le dis car je ne sais pas si Vous êtes au courant que les parents ont le devoir,mais aussi le droit de choisir le mode d’enseignement qu’ils jugent convenir et utile pour leurs enfants. (Pour les quatres livres, permettez moi Madame de mettre au bout de ma ligne,deux points, celui de l’exclamation, et celui de l’interrogation) !?…

    L’ENSEIGNEMENT DES DROITS DE L’HOMME.

    Deux points, celui de l’exclamation, et celui de l’interrogation car pour rappel la Décision de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 23 Décembre 1994 (Résolution 49/184), a appelé les États membres –dont l’Algérie- à intégrer effectivement l’enseignement des droits humains dans l’ensemble des cursus scolaires, et rappelé que cette recommandation constitue sans nul doute, un élément fondamental de cette stratégie de formation autour des valeurs démocratiques. Cet objectif figure au fronton des plans fixés par les Nations Unies et l’UNESCO, c’est d’ailleurs pourquoi la décennie 1995-2004 fut consacrée « Décennie pour l’enseignement des Droits de l’Homme », et l’Algérie est signataire de tous les instruments internationaux relatifs aux droits de la personne humaine, (comme elle est parmi les premières à les ignorer), ceci dit, donc tenue à respecter ses engagements. Encore une fois hélas, car en vérité il n’existe regrettablement pas dans notre organisation scolaire un enseignement spécifique des droits de l’homme, Il est inutile de se hasarder à demander à un élève de l’école primaire ou secondaire qu’est ce que les droits de l’homme, quand un étudiant en 4éme année de Droit ignore le Texte de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. A ce stade les questions qui viennent à l’esprit sont :
    1 – En marge du programme officiel, l’acte pédagogique quotidien comporte-t-il au moins un système pédagogique, en rapport avec les droits de l’homme ?
    2 – Les manuels et livres scolaires sur lequel se construit cet acte, contient-il des séquences thématiques propices à l’évocation de la problématique de l’enseignement des droits de l’homme ?
    3 – Cette faille n’est elle pas à l’origine de la violence multiforme et du dérèglement social généralisé, et l’absence d’une Éthique de la responsabilité n’en est elle pas la cause ?
    Il faut donc avoir le courage de reconnaître et d’admettre que tant que cette Résolution ne sera pas à la lettre appliquée, la paix, la sécurité, le bonheur, et les quatre livres dont Vous éxigez la lecture ne seront que des chimères. Alors Acte.




    0
  • Zineb Azouz
    31 octobre 2010 at 19 h 41 min - Reply

    Monsieur Nourredine BELMOUHOUB,

    N’avez vous pas remarqué qu’il est question ici de Sila, de Bon de Commande et de Marchés juteux ?
    Vous agressez madame la ministre avec des thèmes aussi volages que ceux relevant des droits de l’homme, nous parlons ici de culture, d’enseignement et d’éducation en Algérie, qu’est ce que les droits de l’homme viennent faire ici ?

    Par contre si vous pouviez m’aider à joindre le département de la culture et juste pour ne pas alourdir encore plus les cartables de nos élèves, je souhaiterais pour ma part, proposer des titres à lire Madame Toumi (choisir 4 parmi les 5), je sais qu’elle est très occupée et très cultivée, mais il s’agit d’ouvrages faciles à lire, qui ne coûtent pas cher et que beaucoup de citoyens sur LQA de toutes façons seraient prêts à lui offrir, des ouvrages qui ne heurtent ni la sensibilité ni le raffinement de nos ministres :

    1-Chronique des années de sang (Mohamed Semraoui)
    2-La sale Guerre (Habib Souadia)
    3-Histoire secrète du pétrole (Hocine Malti)
    4- ديوان احمد مطر
    5-La colonie Française en Algérie (Lounis Aggoun)

    Merci à toutes les bonnes volontés.

    ZA




    0
  • Ammisaid
    1 novembre 2010 at 1 h 40 min - Reply

    Je propose à tous ceux et toutes celles qui font fonctionner le système et qui profitent, gratuitement, des richesses de l’Algérie de consacrer 1heure de leur temps pour lire LQA et pour ceux ou celles qui ne savent pas lire de regarder sa télévision !




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    2 novembre 2010 at 12 h 49 min - Reply

    @ Madame Zineb AZOUZ d’abord mes hommage Madame avant d’avouer que quelque part Vous avez raison, bien que je ne peux étre blamable pour ne connaittre que la langue des Droits de l’homme, mais aux quatre best-sellers que Vous proposez, je Vous demanderez d’y annexer un 5éme, bien qu’il n’est pas encore sur le marché, pour la simple raison qu’aucun éditeur n’aurait le courage seulement d’aller jusqu’au bout de sa lecture, tant sa sauce est certes avec beaucoup de politesser, excessivement relevée. Son Titre est : LE DEFI, quant à son auteur, je Vous laisse le soin de le deviner.
    A la grande Dame que Vous étes, il me suffit tout simplement de connaitre par quelle voie pourrais- je Vous l’offrir, et aussitot dit, aussitot cela se fera.
    Quant aux désirs de Madame Poil de carotte, (lecture de quatre livres)il n’ont que le temps d’un SILA . En aucun cas je n’ai pris sérieusement en considération la parlotte stérile de Dame Don Quichotte. Pire encore, elle m’inspire de lapitié pour n’avoirpas eu droit à un role dans « Carnaval fi bled music »
    Mes salutations, et le combat continu




    0
  • Zineb Azouz
    3 novembre 2010 at 2 h 26 min - Reply

    Monsieur Nourredine BELMOUHOUB,

    Je serais ravie et très honorée d’être destinataire de ce « DEFI »

    Concernant nos sinistres cabots, je leur souhaite seulement de lire dans les yeux de nos écoliers qui n’ont plus de lueur.

    Cordialement,
    ZA




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    8 novembre 2010 at 1 h 16 min - Reply

    Madame Zineb AZOUZ
    lL’auteur du « Défi » saura tenir sa promesse. Un C.D vous sera déstiné. et bonne dégustation, en Vous invitnt en retout de me faire connaitre Votre point de vue.
    Chére Soeur, salutations fraternelles.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique