Édition du
24 March 2017

Grandeur et décadence d'un pays sans Etat!!

L’anarchie institutionnalisée !


Nombre de lectures : 2025
21 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • atchoum
    6 novembre 2010 at 21 h 43 min - Reply

    ne vous en faites pas, étant un malgache daho ould kablia annonçait qu’il va régulariser le commerce informel ; lui meme fait partie de la caste du pouvoir informel.




    0
  • Sami
    6 novembre 2010 at 22 h 12 min - Reply

    Ils ont detruit tout! Un pouvoir qui deteste son peuple




    0
  • Sami
    6 novembre 2010 at 22 h 48 min - Reply

    Qui des connait un vrai moudjahid et un vrai l’homme nationaliste, Slimane Amirat Allah Yarhmou!
    Peut etre, chers comptriotes vous dites qu’est que ca a avoir avec cette image !
    Amirat a decide quand il s’est met debout en face du defunt Mohammed Bodiaf, allah yarhmou. Il sentait que l’algerie va mal et la trahision etait sans precedante
    J’aimerais bien, qu nous rendons hommage a lui et a tous les chouhada allah yarhamhom




    0
  • réda
    7 novembre 2010 at 11 h 15 min - Reply

    pauvre peuple




    0
  • réda
    7 novembre 2010 at 11 h 17 min - Reply

    @ Salah-eddine SIDHOUM
    l’argent du peuple versé colossalement aux hypocrites pour tromper le peuple malheureux.
    voir l’article sur le quotidien « le soir d’Algérie » du 07 NOV 2010
    qui porte sur le budget de l’A.P.N

    CORDIALEMENT




    0
  • D B
    7 novembre 2010 at 12 h 15 min - Reply

    Je crois que nous tenons le coup, comme on dit, et que nous persévérons dans notre opposition à ce régime qui a fait de nous de ce que nous sommes devenus, uniquement parce que nous refusons de voir l’affreuse réalité, comme elle est. En vérité, la situation est beaucoup plus grave qu’on ne veut le reconnaître.
    L’atroce difficulté, en effet, ne se trouve pas dans la nature de ce régime répugnant, mais dans la passivité de notre peuple. Et le mot est faible.
    Comment un peuple qu’on dit fier et digne peut-il accepter d’être traité de cette manière ?
    Comment font les Algériens pour être aussi égoïstes, se comporter comme s’ils étaient dans une jungle de bêtes malfaisantes, où seul le plus lâche, et le plus vil, survit ?
    Comment font ces millions de musulmans, avec leur conscience, eux dont la religion dit: « Nul n’est véritablement croyant entre vous, tant qu’il ne souhaite pour son frère ce qu’il veut pour lui même », ou « Dieu ne change rien en l’état d’un peuple, tant qu’il ne change pas ce qui est en lui » ?
    Ils croient qu’il leur suffit d’aller se bousculer dans des mosquées bondées pour s’acheter une conduite.
    Ceux qui combattent ce régime disent de ce peuple qu’il est grand, qu’il est le digne héritier de ceux qui l’ont libéré. Où ont-ils vu cela ?
    Ce peuple a définitivement démissionné de sa dignité, et même ceux qui ont combattu pour le libérer, d’authentiques moudjahidines, ont rejoint les rangs de ceux qui lui sucent le sang. Rares, très rares, sont ceux qui n’ont pas rallié ce régime de bandits. Ouvertement, publiquement, en s’affichant ostensiblement.
    Et pendant ce temps, depuis des décennies maintenant, les Algériens se sont enfermés dans leurs logements, pour ceux qui ont en un, derrière des barreaudages artistiques, à rêver d’avoir une plus grosse voiture que celle du voisin, plus d’argent, pour le faire crever de jalousie. Les Algériens ne sont plus que des rêveurs compulsifs, atteints de fièvre acheteuse, qui veulent tous habiter de somptueuses villas, dont les épouses rêvent gros bijoux et vacances en Tunisie, où elles pourront enfin se débarrasser de leurs khimars, le temps de leur évasion.

    Et tous sont devenus sourds et aveugles à la détresse de leurs compatriotes qui fouillent dans les poubelles pour se nourrir, ou qui se prostituent, ou qui se font exploser la santé aux psychotropes, ou qui se font exploser tout court, pour oublier leur enfer, ou qui se pendent, ou qui appellent la mort pour les délivrer. Ou qui se jettent à la mer, à corps perdu, pour tenter de rejoindre la rive des kouffars, là où l’herbe est plus verte. Là où des milliers de cadavres de harragas encombrent les morgues.

    Et nous, pendant ce temps, on fait comme si tout cela n’était pas. Nous parlons de peuple glorieux et de régime odieux. Comme si un peuple glorieux pouvait s’accommoder d’un régime odieux. Quelle dérision..
    Les peuples dignes de ce nom n’acceptent jamais d’être opprimés, et préfèrent mourir que de se soumettre à la monstruosité vorace de nains anthropophages. Ils ne permettent pas que les plus fables parmi eux soient livrés à l’indigence et à l’indignité.Un peuple digne de ce nom préférerait mourir que de subir ce que subit le peuple algérien aujourd’hui.
    Ce que j’écris là, je le pense, comme beaucoup de mes compatriotes qui enragent devant tant d’ignominie.
    Cela n’engage que moi.Je pense chaque mot de ce que je dis, et plus encore, de choses que je ne veux pas dire, pour ne pas blesser inutilement des gens qui prefèrent s’enfermer dans l’image idylique qu’ils se sont fabriquée. Pour tenir le coup…
    D.Benchenouf




    0
  • amar
    7 novembre 2010 at 13 h 04 min - Reply

    Ne parlez plus de la dignité Mr DB. quand, la traitrise s’affiche au grand jour dans le plus haut sommet de l’état sans que personne ne bouge (civil et militaire). Si on parle encore de la dignité c’est pour ne pas blesser ce petit peuple qui se croit grand. Oui il se croit grand, même s’il a passé une plus grande partie de son histoire sous la domination (étrangère ou autre).
    En ce qui me concerne j’ai bien compris. Que chaque fois qu’on nous parle d’un peuple algérien digne et glorieux, je m’attends à une trahison affichée et consommée .c’est comme ca depuis notre ’indépendance présumée




    0
  • MOHAMMED
    7 novembre 2010 at 13 h 30 min - Reply

    Rien de plus vrai ! Et la majorité des algériens le pensent ! Un paradoxe sociologique ou une acception simpliste de la fatalité ???




    0
  • Amrouche
    7 novembre 2010 at 15 h 25 min - Reply

    @DB
    le populisme est très payant. Il faut toujours caresser le peuple dans le sens des poils: peuple fier et digne, digne héritier de la génération de novembre, peuple du miliions et demi millions de chahid, le peuple à 99.999999% de musulmans mselmin mketfin.
    Le plus grave et le plus décourageant, c’est lorsqu’on constate que des personnes qui veulent réaliser un changement, ne se rendent pas compte qu’ils reproduisent souvent les même patterns qui ont amené cette situation en algérie.
    Le permier pas vers un changement en algérie c’est de se dire les vérités en face. C’est pour cela que j’ai bien apprécié votre poste même si je sens un peu de résignation et de découragement, que je comprends d’ailleurs. Amicalement.




    0
  • Alilou
    7 novembre 2010 at 16 h 47 min - Reply

    @D.B.

    Ca fait un bail que je dis que nous meritons ce qui nous arrive car nous avons bradé notre dignité contre du fric..

    Nous avons sombré dans le flatage et le nif et je ne sais quoi d’autre….

    Celui qui nous dirige a utilisé un vielle adage qui dit: Un flatteur vit aux dépends ce celui qu’il flatte…

    Je fume mon thé en attendant le lever…




    0
  • zehira Houfani Berfas
    7 novembre 2010 at 19 h 39 min - Reply

    @frère DB
    Ces vagues de blues qui refont surface à chaque fois qu’on regarde ce pays est notre lot commun. Je partage tout à fait votre sentiment.
    Heureusement que nous avons encore des jours SANS ce vague à l’âme et où l’espoir a une longueur d’avance.
    Tenons bon, peut-être que….




    0
  • Adel
    7 novembre 2010 at 20 h 24 min - Reply

    La plus grande indignité est d’accepter de se faire écraser sans réagir. Le peuple algérien n’est cependant pas devenu lâche du jour au lendemain, d’un seul coup. Il a été trompé et a lentement et insensiblement glissé le long de la pente. Son cas est très difficile, car il ne réalise pas qu’il est devenu lâche.

    Tout n’est pas perdu, cependant, car des hommes et des femmes – une partie de ce peuple – se débattent jour et nuit, sur LQA et ailleurs, afin de rester éveillés et regarder la réalité en face, afin de la changer. Nous devons réveiller le plus d’Algériennes et d’Algériens possible, jusqu’à que nous soyons assez nombreux pour faire basculer l’histoire.

    Nous sommes la conscience du peuple algérien qui refuse de mourir totalement.




    0
  • Ammisaid
    7 novembre 2010 at 20 h 52 min - Reply

    Tout ce qui est mauvais dans notre peuple est montré d »une façon ostentatoire et exagérée. Tout ce qui est bon est caché et enfoui à des milliers de kilomètres sous la terre. Vous avez entendu Mrs Chouchane et Haroun, ils disent, clairement, que les monstres qui sont au pouvoir avaient essayé de nettoyer l’Algérie de tout ce qu’elle avait de bon et de sain.
    Ce n’est pas rien ce que notre peuple vit et ce que nous lui faisons subir. C’est horrible ! C’est inhumain ! C’est terrible !
    Il résiste tant bien que mal. Mais, il n’est pas soumis. Il ne s’est pas plié. Il essaye de survire en attendant le moment propice pour montrer de quel bois il se chauffe. Il est comme une mer calme. Personne n’est capable de savoir comment, quand et pourquoi, il va exploser.
    Le jour viendra, ce que je lui souhaites, c’est de trouver des hommes et de femmes de valeurs pour l’orienter et le guider vers le bien.
    Je prie Dieu qu’il ait une élite sincère et consciente qui va se servir de notre passé pour lui montrer une voie juste pour éviter d’autres drames à notre peuple et à l’Algérie.
    Fraternellement




    0
  • D B
    7 novembre 2010 at 21 h 01 min - Reply

    @ma soeur Zehira,
    Ah, si ce n’était que ça! Non, je crois que le problème est bien plus réel que des bouffées de blues. Nous nous rendons tous compte, même si nous nous en défendons, que décidément il existe en notre sein une grosse couche de quelque chose de pas très beau. Adel, que je viens juste de lire décrit mieux que moi, de façon plus explicite, ce lent glissement vers l’innommable lâcheté.
    Je crois que c’est bien de dire les choses comme elles sont, et d’arrêter de couvrir les laideurs de notre être profond. Nous sommes ce que nous sommes. Ou plutôt ce que nous sommes devenus. Les Algériens ne répètent-ils pas à l’envi, à chaque contrariété qu’ils rencontrent: « Hadha chaab hadha? » Et chacun dit cela de tous les autres. Là est le noeud gordien, je crois. Il faut le défaire, ou le trancher! Et si nous voulons vraiment le changement, alors, il nous faudra accepter l’évidence, de nous regarder dans une glace, sans nous parer de grandeurs que nous n’avons pas, ou que nous n’avons plus. Il faut arrêter de nous goinfrer de mythes, et de nous auto cajoler, parce que ce n’est pas nous rendre service.
    Le temps est venu, je crois, de nous jeter à la face, ce que nous pensons les uns des autres. Exactement comme le ferait un miroir.

    .




    0
  • Sami
    7 novembre 2010 at 21 h 05 min - Reply

    Ahmed Chouchane et Hocine Haroune ont dit tout
    IL faut poursuivre les ginicodaires militaires et leurs aliers civiles dans les court penales internationales! c est la seule moyen de sauver l algeriesi non rien va changer , croiyez moi ..




    0
  • D B
    7 novembre 2010 at 21 h 13 min - Reply

    @Ma soeur Zehira
    Deux choses que j’avais oublié de dire:
    La première, et vous le savez comme moi, puisque nous sommes de la même génération, est que notre peuple n’était pas comme il est aujourd’hui. Ceci, je l’affirme avec force. Mon peuple était différent de celui d’aujourd’hui. Plus pauvre, plus maigre, mais ô combien plus valeureux.
    La deuxième est pour mon frère Adel.
    Oui, nous sommes la conscience de ce peuple. Avec tous nos travers, nos divergences, et tout ce qu’on voudra, nous dépensons ce qu’il y a de plus coûteux dans une vie, le temps, pour nous porter au secours d’un peuple déchu. Pardon pour ces mots durs.




    0
  • zehira Houfani Berfas
    7 novembre 2010 at 21 h 20 min - Reply

    @frère DB
    Je parlais de vagues de blues pour traduire votre texte. Quand à la réalité qui l’inspire, c’est notre douleur de nous voir justement tels que nous sommes et, croyez-moi, c’est plus cet délabré de nous-mêmes qui me ronge et me révolte que la forfaiture du pouvoir. Même si Adel explique le cheminement de notre indignité présente.
    Pourtant, je me demande est-ce que nous taper dessus changera les choses dans le bon sens ou bien nous rabaissera un peu plus. Je ne sais pas.
    Je vis dans un pays où le moindre bon coup d’un individu est valorisé par toute la collectivité. Et c’est une éducation qui vaut dans tous les domaines de la vie. L’individu se sent utile et important pour sa communauté, son pays.




    0
  • naro
    7 novembre 2010 at 23 h 16 min - Reply

    De telle image en europe aurait suscite des revoltes tant mediatique que politique.
    En Algerie de Mediene et Co. ne serait que du normal quotidien que les Algeriens doivent manage a vivre avec.
    Quel malheure !!




    0
  • mohamed
    8 novembre 2010 at 0 h 12 min - Reply

    Bonsoir,

    J’ai lu tout les commentaires et j’ai des sentiments mitigees a propos de ce sujet. Il est important de voir les choses dans leurs vrais dimentions temporelles. Je suis d’accord sur un fait a savoir que nous sommes ce que nous sommes (ou devenus), et quelque part, nous meritons ce qui nous arrive. La situation actuelle de l’Algerie sur tout les plans (education, economie, politique ect…) demontre a quel point nous sommes devenus passifs, complaisants, et meme complices de ce qui arrive dans ce pays. Ceux et celles qui sont comme moi, de la generation de l’independence, savent tres bien que meme si on a vecu avec beaucoup moins de ressources que ce qui existe aujourd’hui, l’Algerie d’hier etait certainement mieux que celle d’aujourd’hui. Le debat sur l’effet du colonialisme en Algerie a fait couler beaucoup d’encre, mais il faut avouer et etre honnete et accepter le fait que les institutions laissees par la France apres l’independence fonctionnaient comme il se doit. Cela veut dire que si on veut on peut et pas parceque c’est la France, mais parcequ’il y avait une volonte de creer des institutions digne de ce nom. Ceux qui ont passer leur jeunesse en Algerie d’apres independence temoigneront que nos ecoles et notre education etaient bien meilleures. Nos Lycees etaient de vrais ecoles de jeunes (on enseignait meme l’art, la musique, le sport). Nous avons vecu une epoque qui a fait de nous ce qu’on est aujourd’hui. Que ce qui s’est passer alors? Les bandits qui gouvernent ce pays se sont jures que jamais l’Algerie ne relevera la tete. Ce pays leur appartient et ils en feront ce qu’ils voudront, meme s’ils doivent bruler tout les villages, toutes lesvilles et semmer la haine entre tout les groupes ethniques algeriens. En partant de cette idee, le reste n’est que du detail; forcer la classe intellectuelle et tout les techniciens Algeriens a quitter le pays, donc chasser tout ce qui peut consistuer une resistance un jour, acheter ce qui sont a vendre (leurs techniciens ont tous ete formes dans les meilleures universites americaines, anglaises, russes..), dementeler tout ce qui finctionnait (systeme scolaire et education sous pretexte d’une arabisation bien prematuree), sombrer le pays dans une ignorance de l’epoque de Bechar Ibn Burd, et surtout semmer la peur. Resultat, ce qui arrive a l’Algerie et aux Algeriens n’est pas coincidence, le peuple Algerien oui il est fier, combattant mais il est aussi demunit de leader. Personne ne resiste au systeme, le peut qui reste en Algerie vive sous la menace et la peur au ventre, le reste est partis. Le peuple lui est completement demuni de capacite a developer une opinion, une resistance ou une volonte de changer tant il est embobiner par ces tyrans. Il est donc logique qu’il ne faut pas s’attendre a des miracles, car il n’en aura pas. La solution doit imperativement venir de l’exterieur du moins en partie. Ces memes intelos et techniciens qui vivent a l’etranger doivent maintenant bouger et intervenir par tout les moyens possibles.
    Mardi passe, c’etait les elections ici aux US. Avant de voter j’ai discute avec un candidat democrate et je lui ai poser une seule question: Si l’Amerique veut democratiser le monde, pourquoi alors notre pays (USA) supporte des regimes tyrans tels que l’Egypte, la Lybie, La Tunisie, le Maroc ou l’Algerie? Sa reponse et je cite: « Je suppose que vous avez lu au moins une partie de l’histoire des USA avant de devenir americain, qu’avez vous appris? comment expliquez-vous que G. Bush un president qui n’a pas finit sa scolarite a resussi a gouverner la premiere puissance mondiale pendant deux terms? » Moi qui m’attendais a une reponse defensive ou politique, je me vois renvoyer vers l’histoire des US (que j’ai lu bien sur). La reponse est bien simple: « Les Groupes d’Interets » autrement dit des forces polaires et puissantes capables d’intervenir sur tout les plans; education, economie, defense nationale, multinationales….Le model americain provoque toujours en moi, la curiosite, mais surtout la surprise de voir tous les paradoxes. Comment en effet, un pays qui possede une classe intellectuelle (pour la majorite vivant dans le nord-est) de tres haut niveau, des competences techniques de 1ere categorie, peut elire un president tel que GWB et on n’a pas fini d’impressioner le monde, Sarah Palin sera une candidate farouche a Obama en 2012. Encore la, comment les USA arrivent a elire une femme tres peu connu (Gouverneur de l’Alaska) qui a change d’universite 5 fois sans jamias obtenier un diplome, a devenir une candidate a la presidence?
    Ceci n’est pas un cours de politique, mais seulement une facon de demonterer que si on veut un changement, il faut que ca bouge de partout. Nous avons des elus maghebins en France, des personalites importantes a travers le monde, c’est ceux la qu’il faut soliciter. Des personnes clean et puissantes capables de peser de tout leur poids et influencer au pres des decideurs dans leur pays respectifs a condamner la corruption et la couverture des scandales fianciers, des droit humains et de la presse libre. Sans ca, il ne faut pas rever, le peuple algerien tant qu’il est nourris et possede une parabole, la vie est belle. Ce peuple n’a pas ete instruit et entrainer a reflechir et a penser au futur de ses propres enfants et surtout le futur de ce pays. Le dommage psychologique subit par la classe des jeunes algeriens n’est pas reparable. Il faut donc deja penser a la prochaine generation donc ceux qui ont aujourd’hui moins de cinq ans et esperer que la generation precedente ne devienne pas un gros fardau pour la societe de demain.




    0
  • amir S
    8 novembre 2010 at 2 h 23 min - Reply

    Grandeur et décadence d’un pays sans Etat!!
    MAIS C’EST NORMAL !!! LORSQUE : l’Assemblée populaire nationale bénéficiera en 2011 d’un budget de 4,957 milliards de dinars, soit une hausse de 200 millions de dinars comparativement à l’année écoulée. Le budget de la Chambre basse du Parlement dépasse celui de plusieurs départements ministériels, dont le Premier ministère…
    SOURCE : http://jijel-echo.com/modules/news/article.php?storyid=8016. Tarek Hafid – Le Soir
    ============
    ET D’AUTRE PART QUAND EN ALGÉRIE ON A DES RAPACES DE VAUTOURS, EXTERMINATEURS DE TOUTES RICHESSES SUR TERRE, RODE LIBREMENT en Algérie ET ils sont SOUTENUE, aidé et protégé PAR NOS RESPONSABLES(ils en profite de la faiblesse de l’état algérien) : Algéro-Turque du fer, Le P-DG était un agent du Mossad : Pénalement poursuivi deux fois par le fisc algérien pour fraude fiscale, cet individu, qui s’est avéré être un agent du Mossad infiltré en Algérie sous la couverture d’un homme d’affaires, avait réussi à obtenir à chaque fois le non-lieu. Il n’hésitait pas à rétribuer largement ses «serviteurs» à tous les niveaux des institutions algériennes. Il n’a pas, cependant, réussi à corrompre les responsables du parquet de Annaba et les magistrats de la Cour suprême. Ils l’ont rattrapé en dernière instance pour, au vu des faits avérés qui lui sont reprochés, lui imposer de fuir. D’où sa récente condamnation par contumace à 20 ans de prison pour fraude fiscale. Sentant le vent tourné, celui qui, par ses largesses pécuniaires, avait réussi à mettre en mauvaise posture des cadres à différents niveaux de responsabilité des structures de l’Etat, s’est échappé.
    SOURCE : http://jijel-echo.com/modules/news/article.php?storyid=8015 . La Nouvelle République.
    =========================
    AU VUE DE SES INFORMATIONS, le pauvre peuple colonisé est chanceux de pouvoir manger du pain, avec un si peu de sécurité …car les longues années de terrorismes et des massacres a la tronçonneuse d’une population civile (Bébé, enfants, vieillards, femmes, médecin, professeurs,policier,gendarme, homme politique…tous a passé), resteront gravés a jamais dans l’histoire, et dans la mémoire collective des algériens…viendra prochainement inchallah le jours de la justice divine,et la justice des hommes libres.inchallah.




    0
  • slam
    8 novembre 2010 at 13 h 59 min - Reply

    Depuis l’indépendance,le pays est livré à tous des opportunistes de tout acabit. Un pays qui n’a pas une assemblée nationale digne de ce nom et ne légifére pas au nom d’un peuple souverain, ne peut porter le nom d’une république démocratique! Nos pseudos élus à cette haute assemblée par le biais d’appareils destinés à fabriquer des parodies de scrutins , ne sont en fait que des chercheurs de fortunes et de statuts confortables dans une société qui se recherche sans cesse mais qui n’arrive pas à s’organiser. Oui, dans cette optique , nous somes dans un état d’anarchie bien constituée. Aucune loi n’est respectée dans notre pays, car ceux qui sont chargés de l’appliquer demeurent les premiers à la piétiner . Où est la confiance d’un peuple constamment désabusé et méprisé par ses gouvernants ? Dans un état où il n’y a plus de respect pour la loi,et où la majeure partie du peuple s’agenouille devant un ordre établi, comment veut-on asseoir une justice sociale et une organisation sociétale digne de ce nom! Personne ne se soucie du devenir du pays mais , tout le monde cherche à tirer son épingle d’un maquis d’injustices qui nous empeste la vie. Le peuple semble se complaire dans sa vie d’égoiste rendue trés difficle par l’absence totale de la justice sociale et se moque impudiquement du patriotisme.
    Si nous persistons dans cette voie du fatalisme, nous n’irons pas trop loin et arrivera le temps de la décrépitude……..et de la paupérisation généralisée.A ce moment-là,notre pays sera inévitablement transformé en un « pavillon de cancéreux » , que Dieu nous en préserve!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique