Édition du
23 March 2017

Tébessa : Attaque de contrebandiers aux urgences médicales

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 10.11.10

Une centaine de personnes, dont la plupart des contrebandiers, se sont introduits avec violence, dans la nuit de lundi à mardi, dans les services des urgences de l’hôpital Allia Salah de Tébessa pour libérer un des leurs, un contrebandier blessé dans un accident survenu lors d’une course poursuite lancée par la gendarmerie.

La course, engagée dans la commune d’El Houijbet, s’est achevée par le renversement de la camionnette du contrebandier.  Celui-ci, blessé au niveau de la hanche, a été transporté vers les urgences par les éléments de la gendarmerie. Quelques heures plus tard et contre toute attente, une centaine de personnes, dont des femmes et des enfants, pénètre à l’hôpital comme étant des visiteurs. Un agent hospitalier nous dira : «Une femme proche du blessé se met à insulter les éléments de la gendarmerie qui surveillaient le malade, sans doute dans le but de faire diversion, puis nous avons vu des jeunes tirer le brancard sur lequel était allongé le jeune hospitalisé.»

Tout d’abord, les gendarmes ont essayé de récupérer le blessé mais ils seront empêchés par un attroupement de gens qui se sont immédiatement attaqués à eux  par des jets de pierre et d’autres projectiles, ce qui les a obligés à procéder aux tirs de sommation, en vain. Les assaillants ont pu prendre le jeune homme à bord d’une Hilux et se sont évanouis dans la nature. Quelques heures plus tard, un renfort de la Gendarmerie nationale intervient pour rechercher les malfaiteurs. A l’heure où nous mettons sous presse, nous apprenons qu’une dizaine de personnes ont été arrêtées alors que le contrebandier en question fait encore l’objet de recherches.

Lakehal samir

Nombre de lectures : 1765
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Alilou
    10 novembre 2010 at 12 h 46 min - Reply

    Exemple de solidarité a mediter…. ou bien l’algerie a la derive des moeurs ou…des contients…




    0
  • D B
    10 novembre 2010 at 14 h 43 min - Reply

    Un enième signe de ce qui s’annonce, imperceptiblement, dans notre pays: Une totale déliquescence de l’Etat et un glissement de plus en plus significatif vers le chaos
    Gardons nous de cette extrémité. Car ce sera une autre tragédie pour les plus faibles. Les membres du régime et ses alliés naturels, ceux qui ont amassé de grosses fortunes, se sont déjà aménagé des bases arrières, en Europe, en Amérique et ailleurs




    0
  • Adel
    10 novembre 2010 at 18 h 05 min - Reply

    Ils ne partiront que lorsqu’ils seront sûrs de laisser derrière eux un pays totalement dévasté et livré à l’anarchie et au chaos. La haine qu’ils ont envers leur peuple n’a pas de limites.




    0
  • ouajdi
    11 novembre 2010 at 2 h 35 min - Reply

    Adel mais depuis tant d’année pourquoi le peuple Algérien n’ose pas bouger et surtout ces dernières année il a la possibilité de faire bouger les choses et l’opinion international car à l’étranger tout le monde est convanicu que le peuple Algérien est victime du clan du président et des militaires dont le terrorisme continu d’etre entre leur mains un puissant moyen de manipulation pour rester au pouvoir et de vider le pays de ces richesses, car toute ces grosses fortunes qu’ils ont amassé depuis 1962 et comme il le décrit très bien D B en parlant de leur base arrières dans ces pays qu’il a cité, il a meme ceux qui ont des bases arrières en TUNISIE depuis 1962 c’est pourquoi ces milliards détournées ont meme servi à la Tunisie de construire son pays sur le dos des Algériens depuis 1990 allez voir ces grands projets et ces giguantesque infrastrures qui ont débuté qu’en 1990 en TUNISIE au moment ou la mafia au pouvoir et le clan de OUJDA programmer les plates formes et comment enfoncer le pays dans cette guerres civiles ont préparants les frontière




    0
  • nomade
    11 novembre 2010 at 21 h 39 min - Reply

    Ils ont pris l’exemple sur leurs ainés .
    Le jour ou ce peuple arrive à coffrer les grands contrebandiers au sommet de l’état la question des petits contrebandiers ne se posera pas.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique