Édition du
21 July 2017

Plaider pour l’acquittement de l’intellectuel Ahmed Rouadjia, historien et sociologue

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 11.11.10

Par quel inexplicable travers de l’esprit humain t’a-t-on fait des griefs de ce que tu as écrit depuis cet article(1), toi l’historien, d’écrire l’histoire contemporaine de l’Université algérienne ?

Ton seul crime a été de dire la vérité aux universitaires et au peuple comme aux responsables, non pas la vérité telle qu’elle devrait être, mais telle qu’elle est, telle qu’elle sera toujours dans ce pays si on ne fait aucun «salut» universitaire. Dans tes articles publiés dans les quotidiens nationaux, qui se comptent par centaines,  je sentais et je ressentais ton amertume. Depuis ta suspension en 2008, aucun élan de solidarité en ta faveur ne s’est manifesté, ni de ton université, ni des syndicats CNES, ANPMC et ni des autres universités algériennes. Tout ce que tu as écrit est vrai.

La privation des libertés publiques empêche toute contestation. Les libertés donnent un sens à la démocratie. Quand la démocratie règne, le responsable ne cherche plus à faire peur, mais à plaire, à entraîner en utilisant toutes les armes de la séduction et du raisonnement. Les libertés tiennent le responsable en respect, le contraignent à être discuté, contredit, observé, mis en cause. Il se voit retirer le pouvoir par la décision des universitaires et non plus par la force brute aux mains d’un petit nombre. Les tyrannies maintiennent leur domination en faisant régner la peur, tous les moyens leur étaient bons : duperies, violations de la loi, etc.

Les universitaires restent spectateurs ou sont appelés en renfort pour soutenir les rivaux avant d’être renvoyés à leur servitude naturelle. Le recteur de ton université qui t’a esté en justice pour diffamation n’utilise sûrement pas son argent. Dépenser le bien des autres, biens des contribuables, en effet, ne nuit en rien à sa réputation, mais l’enrichit. C’est seulement le fait de dépenser son bien qui est néfaste.
L’instinct mauvais chez l’homme est plus puissant que le bon. L’homme a plus d’entraînement vers le mal que vers le bien ; la crainte et la force ont sur lui plus d’emprise que la raison. Les hommes aspirent tous à la domination, et il n’en est point qui ne fût oppresseur, s’il le pouvait ; tous ou presque tous sont prêts à sacrifier les droits d’autrui pour leurs intérêts. Qui contient entre eux ces animaux dévorants qu’on appelle les hommes ?(2) (p. 14) ?

La faible prudence humaine se laisse séduire par l’apparence bonté qui, dans bien des choses, couvre le venin qu’elles renferment, et qu’on ne reconnaît que dans la suite(2’) (p. 107). Quand tu as recherché le mal à l’université de M’sila, ce n’était pas pour enseigner à le propager, mais pour le guérir. Chez les universitaires, tout devient plus dangereux ; l’arrogance, la vengeance et l’ambition. Le sens de toute civilisation est de dresser le fauve humain pour en faire un animal apprivoisé et policé, un animal domestique. Est bon qui ne maltraite pas, qui ne blesse personne, qui n’attaque pas, qui ne se venge pas, qui se tient en retrait, qui s’écarte du méchant, tout comme toi Ahmed, le patient, l’humble, le juste.

Nous les universitaires faibles, oui, faibles nous sommes, il est bon que nous ne fassions rien de ce pour quoi nous ne sommes pas assez forts. Je sais que les deux valeurs opposées et duales «bon et mauvais» et «bien et mal» se sont livrées un combat éternel depuis l’existence de la race humaine. Il y a dans l’homme tant de choses affreuses !… Ahmed, il me semble que par la ruse, les pièges, tout l’art astucieux des accusateurs, puis le fait même qui ne s’excuse pas par l’affect, veulent te dépouiller, te faire violence, te torturer tel que cela s’exprime dans les diverses espèces de châtiment.

L’homme souffre de l’homme, qui souffre de lui-même. Un agitateur est une tête creuse, qui sonne creux : quoi qu’on puisse y faire entrer, tout ressort, sourd et épais, chargé de l’écho du grand vide. Quand il parle, il a un ton rauque ; il parle d’une façon pressante ; il nous serre de très près, nous sentons son haleine et involontairement nous fermons la bouche ; il n’a guère foi en lui-même. Les rancuneux sont déguisés en juges, qui ont constamment à la bouche le mot de  «justice»(3). L’opinion est à la science ce que le devenir est à l’être. L’opinion est intermédiaire entre la science et l’ignorance, changeante comme les phénomènes qu’elle nous permet de saisir. L’ignorance porte sur le non-être, elle est négative.

Ahmed, je n’ai jamais lu une contribution de ton recteur dans un quotidien national. Il convient à l’ignorant d’être instruit par celui qui sait. Si on veut rester «le chef», on est obligé de se défaire de tous les hommes de valeurs comme toi que compte votre université de M’sila, sans en excepter les amis. Ce genre de responsable veut vivre avec les méchants qui le flattent, mais n’éprouvent au fond que de la haine à son égard. L’injustice est méchanceté de caractère. Il y a des hommes qui possèdent une basse cupidité et un orgueilleux mépris des hommes.

On prétend que beaucoup d’injustes sont heureux, alors que les justes sont malheureux ; que l’injustice profite si elle demeure cachée. Lorsque les ambitieux ne sont pas honorés par des gens d’une classe supérieure et respectable, tels que toi Ahmed, ils se contentent de l’être par des gens d’une classe inférieure et méprisable, parce qu’ils sont avides de distinctions, quelles qu’elles soient. Encore une fois Ahmed, ton université est éblouie par ton trop vif éclat et ta compétence. Elle est offusquée. Tu sais qu’il y a trois principales classes d’hommes ; le philosophe, l’ambitieux et l’intéressé. Quelles sont les qualités requises pour bien juger ? N’est-ce pas l’expérience, la sagesse et le raisonnement.

La loi est un contrat, une garantie des droits mutuels des hommes, mais elle ne peut rendre les citoyens bons et justes. Les hommes qui ont reçu une mauvaise éducation ne craindront pas de transgresser les lois écrites les plus précises ; tandis que ceux qui ont été bien élevés voudront rester soumis aux lois les plus simples. Ce «mépris» de l’homme qui n’a pas reçu une bonne éducation à l’égard des universitaires compétents de ta «trempe» n’est, en somme, que le juste sentiment de son infériorité morale. La situation de l’Université algérienne, telle que tu l’as décrite et telle que tu sais la décrire, est lamentable.

Seules des missions pédagogique et scientifique étrangères, européenne ou américaine, peuvent découvrir le «pot aux roses» des universités algériennes. Le respect que l’on avait pour les maîtres disparaît.Par ton procès, on veut faire taire «la voix des Grands Maîtres». Même si on te guillotine, la mort n’est pas un mal : il ne faut pas la craindre en lui prêtant des traits hideux.
Un bel exploit périt s’il reste enseveli dans le silence. Au moins, tu as su élever ta voix lorqu’un  mutisme total régnait dans ce «bled».
Voilà Ahmed, bon courage et merci pour tes contributions très appréciées par les universitaires et les citoyens, ma parole.

Notes de renvoi :

1)- Ahmed Rouadjia. «L’Université algérienne en général et celle de M’sila en particulier»
El Watan, Idées-débat, 10 mai 2008, p.7
2) – Platon. La République. Traduction et notes par R. Baccou. Garnier-Flammarion, 1966. p.14
2’)- Platon. La République. Traduction et notes par R. Baccou. Garnier-Flammarion, 1966. p. 107.
3- Friedrich Nietzsche. Généalogie de la morale. GF-Flammarion, Paris, 1996.

Ali Derbala


Nombre de lectures : 3497
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • djamel
    11 novembre 2010 at 20 h 27 min - Reply

    Qu’attendez-vous d’une université (de Msila) qui est dirigé par un ministère dont le ministre a fait faire sa thèse de chimie à l’université d’Alger par un coopérant syrien… moyennant la prolongation de son contrat par feu Messaadia (parent du ministre Actuel). Tous les enseignants et étudiants du départeent de chimie le savent.. c’était un secret pour personne. HONTEUX et cela ne le gêne point…
    Ce ministre doit être inculte dans sa propre matière… alors ne parlons pas de la gestion … l’université algérienne est à son image.. un faux Docteur en chimie qui dirige les universités algériennes.. NO COMMENT !
    BLED MIKI ya Khi !




    0
  • nawel
    11 novembre 2010 at 21 h 00 min - Reply

    Votre commentaire est des plus pertinents ,en effet oû sont les « intellectuels-universitaires » qui ont promptement réagi , par une pétition,au sujet du refus de voir les éditeurs égyptiens au sila d’Alger par son commissaire ? que font les milliers de professeurs , les représentants syndicaux des enseignants devant pareille bévue ?
    Non , l’université est belle et bien gangrénée et il n’ya que les inconscients , les irresponsables , les opportunistes et les faux douctours confortés par un mesrs véreux qui n’y voient qu’un éden




    0
  • Djoudja
    12 novembre 2010 at 8 h 39 min - Reply

    Ce ministere est composé d’une véritable maffia,les scandales quotidiens dans la presse sont une preuve irréfutable,la corruption,détournements,affaires graves de moeurs,incompétences,sont légions et personne ne bouge le doigt,les marchés conclus entre amis et octroyés a ceux qui protegent et ferment l’oeil sur tout scandale,services ,syndicats,les recrutements,les promotions,les cadeaux,sont gérés par les syndicats,qu’attendez vous de gang pareil,il faut en urgence porter plainte contre le ministre et ses acolytes devant les instances internationales et donner toutes les preuves .




    0
  • Congrès du Changement Démocratique