Édition du
28 March 2017

Décès de Cheikh Abderrahmane Djilali

ALGER – Cheikh Abderrahmane Djilali, savant connu et estimé pour ses causeries religieuses radiophoniques et télévisuelles ainsi que ses fetwas, est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à l’hôpital de Aïn Taya à l’âge de 103 ans, a-t-on appris auprès de sa famille. Ancien enseignant universitaire, il s’était spécialisé dans l’enseignement du rite Malékite. Cheikh Abderrahmane Djilali, né le 9 février de l’année 1908 à Bologhine (Alger) s’est, durant toute sa vie, voué à l’enseignement des préceptes de l’Islam et des nobles idéaux auxquels renvoie cette religion, à la langue arabe ainsi qu’à l’histoire de l’Algérie. Il avait, dès son jeune âge, appris le Saint Coran. Plusieurs chouyoukh tels Ben Smaya, Zeribi Al Azhari et Hafnaoui ont été ses principaux maîtres en théologie et en fikh (jurisprudence) jusqu’au jour où il est devenu un grand savant en langue arabe et en sciences religieuses. Le défunt sera inhumé cet après-midi, après la prière du vendredi, au cimetière de Sidi M’hamed (Alger).


Nombre de lectures : 3323
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Arezki Nait Amar
    12 novembre 2010 at 22 h 50 min - Reply

    Allah Yarahmou ! Que Dieu lui pardonne ses fautes et qu’il l’acueille en son vaste paradis.
    Mes sincères condoléances à sa famille,ses proches,ses adeptes et à ses amis.




    0
  • Sami
    13 novembre 2010 at 9 h 00 min - Reply

    Allah Yarhmou!
    Il me rappelle des bons souvenirs, je sens bcp de nostalgie pour cette epoque.
    Allah yarham les algeriens tous morts et vivants




    0
  • D B
    13 novembre 2010 at 16 h 34 min - Reply

    Je me rappelle quand j’étais enfant, dans notre petite maison de Batna, le matin. Le « transistor » diffusait l’ambiance du matin. Nous avions droit, à chaque matin que Dieu nous offrait, à la chanson « ya sabah el khir, yalli maana ». Puis au serment de Cheikh Abderahmane Djilali, que ma mère écoutait religieusement. Mon père, rabbi yarhmou s’en foutait un peu. Il avait d’autres préoccupations.
    Un jour je me rappele que le Cheikh avait fait un cours d’histoire sur Bologuine. Il avait insisté sur le fait que nous ne devions pas dire Bologhine, mais Bologuine. Cela m’avait frappé, parce que je pensais qu’il n’y avait que les Français pour prononcer ainsi ce nom.
    Merci Cheikh, d’avoir fait partie de notre vie, et d’avoir habité nos matins.




    0
  • Adel
    13 novembre 2010 at 17 h 13 min - Reply

    Il a traversé le siècle et porté la bonne parole dans toutes les demeures avec son accent vieil-Alger et sa vaste culture. Allah yarhmou.




    0
  • Adel
    13 novembre 2010 at 17 h 15 min - Reply

    @DB

    Tu as oublié «el beyt essa3id», dont je ne me souviens malheureusement plus du nom de la présentatrice…




    0
  • l.leila
    13 novembre 2010 at 17 h 19 min - Reply

    Rahima ALLAH le grand homme. Sa sagesse et son dévouement pour le savoir ne laissent pas indifférent.
    N’est-il pas meilleur que de s’en aller tout propre, même en ayant vécu plus d’un siècle?
    Merci cher DB pour cette information. Oui, certains historiens l’écrivent comme suit: Buluggin.




    0
  • hani
    13 novembre 2010 at 18 h 51 min - Reply

    Il ne faisait pas de politique?Etait il neutre ou Transparent?avait il pris position sur les privations ,les injustices et les drames que subissent quotidiennement ces concitoyens.Pourtant il avait une certaine notoriété !




    0
  • D B
    13 novembre 2010 at 19 h 08 min - Reply

    @Adel
    Non, je n’ai rien oublié de jours heureux. Nous devrions, nous qui avons connu le goût des choses, quand les choses avaient du goût, les évoquer plus souvent.
    Peut être, tout simplement, est-il dans la nature de l’homme, de sublimer le passé. Mais, pour ce qui est de mon pays, je sais que les jours d’antan, malgré l’étroitesse des jours, avaient levé au ferment du bonheur.
    Voici mon cher Adel un lien pour ecouter Ya Sabah el khir:
    YA SABAH EL KHIR




    0
  • Congrès du Changement Démocratique