Édition du
22 July 2017

Neuf Harraguas aux frais de l' "Etat" algerien…

Le journal El Watan, et des compatriotes, nous apprennent que des artistes, envoyés par le département de Madame Toumi, pour représenter le régime algérien, et non le peuple algérien, et donner de notre pays l’image idyllique d’un peuple qui baigne dans les loukoums, ont profité de leur voyage dans ce beau pays qu’est le Canada, ce pays des Droits de l’Homme, où vivent tant et tant de nos concitoyens, pour faire faux bond à leur encadrement, au moment du retour.
Au moment de se présenter devant la SM du consulat, 9 artistes manquaient à l’appel. Wéééé, Bravooooooooooooooo! Encore 9 algériens de sauvés!
C’est ainsi que faisaient les transfuges du bloc de l’Est, de l’autre côté du rideau de fer, qui permirent de faire connaitre l’atroce situation de peuples entiers, placés sous contrôle. A la seule différence, que pour nous, ce sont des voyous, et non des idéologues, qui ont pris en otage tout un peuple. A la seule différence que pour l’Algérie, c’est un rideau de dollars, et un rideau de gaz, et une mare de pétrole, qui empêche la vérité d’eclater, sur un peuple en danger de disparition.

Les organisateurs, et surtout nos services consulaires tout-puissants, disposant de gros moyens de corruption, dans ce pays démocratique, y compris de la corruption des médias, ces services es flicage systématique, avaient pourtant confisqué les passeports des artistes. Mais peine perdue.
Les artistes savent bien, aujourd’hui qu’ils sont sauvés, qu’ils n’auront pas de peine à convaincre les autorités canadiennes, qu’ils veulent échapper à un régime monstrueux, où la vie n’est plus qu’une sourde pulsation, dans un pays confisqué par l’une des mafias les plus meurtrières, parmi les plus sordides du monde. Le seul régime, en la circonstance, qui a réussi à donner de lui une image d’Etat de Droit, là où les pires avanies ont cours naturellement.
Mille Mabrouk pour nos artistes évadés. Merci à eux d’avoir contribué, par leur geste de survie, à faire connaître ce qui se passe dans leur pauvre patrie. Merci à eux de faire savoir au Canada, que dans notre malheureux pays, il n’st plus possible d’être artiste et d’exercer son art. Nous comptons sur eux pour continuer à lutter aux côtés de leurs compatriotes, et à faire connaitre l’immense détresse de ceux qui n’ont pas pu fuir. Qu’ils fassent connaître l’atroce quotidien de leurs compatriotes. Qu’ils disent aux journalistes canadiens que le faste déployé par nos services consulaires ne sont que poudre aux yeux.
Qu’ils agissent en artistes engagés pour leur malheureux peuple. En attendant le jour de la libération, lorsqu’on se retrouvera tous sur cette terre bénie, qui a été ravie aux siens, par le colonialisme le plus atroce que le peuple algérien ait connu.


Nombre de lectures : 3855
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction LQA
    14 novembre 2010 at 21 h 05 min - Reply

    Six danseurs du ballet national algérien s’éclipsent au Canada…sur la pointe des pieds

    El Watan le 14.11.10 | 09h50

    Au moins six danseurs du ballet national algérien n’ont pas pris place, vendredi dernier, dans l’avion qui devait les ramener avec tous les membres de leur formation de Montréal à Alger, a-t-on appris auprès d’une source proche d’Air Algérie au Canada.

    Après une prestation historique à Ottawa et Montréal dans le cadre du Festival du monde arabe, les danseurs du ballet national algérien devaient regagner Alger au bout d’une semaine de présence sur le sol canadien.

    Mais les projets des jeunes danseurs, dont certains sont encore dans la vingtaine, étaient ailleurs que dans la prestation artistique aussi époustouflante soit-elle.

    A Montréal, les officiels algériens préfèrent parler juste d’un « report » de la date de retour puisque les danseurs sont munis de visas leurs permettant un séjour de six mois au pays de l’érable.

    Rien n’est moins sûr puisque ces jeunes avaient apparemment mûri leur projet dès l’annonce de la venue du ballet national à Montréal.

    Bien que les responsables du ballet aient pris leur disposition en retenant les passeports des danseurs, ces derniers ont fini par s’éclipser en un scénario digne des défections du temps de la défunte Union soviétique.

    La veille du retour du ballet, la tension était perceptible à l’hôtel ou il avait pris ses quartiers. Un va et vient de diplomates algériens qui avaient eu écho du projet de « harga » a été observé dans l’hôtel. Plusieurs tentatives de dissuader les danseurs ont été faites. Mais rien n’a pus arrêter ces jeunes dont la précarité en Algérie est inversement proportionnelle à leur talent et se mesure au salaire de 12 000 DA que certains percevaient comme employé du ballet.

    « Je ne peux pas retourner en Algérie. Mes amis vont m’étriper. Ils vont m’en vouloir pour le restant de mes jours », a affirmé à El Watan l’un des « harragas » la veille de l’exécution de son plan tout en échafaudant d’autres aussi fous les uns que les autres pour récupérer son passeport : accéder aux chambres des responsables pendant leur absence ou le reprendre à l’aéroport lors de l’enregistrement des bagages, disparaitre dans la nature et contacter un avocat d’immigration pour régulariser ses papiers quel qu’en soit le prix. « On ne sort pas du paradis quand on y rentre. Et on ne revient pas en enfer quand on en sort», soutient-il. Sa jeunesse et sa détresse ne lui permettent, certainement pas, de savoir ou se trouve réellement l’enfer.

    Certains des danseurs ont fait un saut chez un consultant en immigration sur la rue Jean Talon (Montréal). Il leur aurait même proposé de leur faire un prix de groupe pour les aider à s’établir au Canada. Avec tous les risques de se faire arnaquer.

    Quoi qu’il en soit, personne ne se doutait mercredi dernier au théâtre Maisonneuve qui était archi-comble que les sublimes danses reflétant le riche patrimoine culturel algérien étaient exécutées par des jeunes en quête d’un ailleurs meilleur et que derrière cette fougue et cette « insolente » jeunesse sur scène se déroulait aussi un drame algérien.

    Cette histoire renvoie à la face des dirigeants algériens toute la détresse dans laquelle se trouve un peuple pauvre qui vit dans un pays riche.

    Toutefois, cette défection portera clairement préjudice aux futures délégations algériennes qui voudraient se rendre au Canada, quand on sait que ces jeunes ont obtenu leurs visas en un délai record vu les garanties obtenues par les autorités canadiennes.
    Samir Ben




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    16 novembre 2010 at 18 h 22 min - Reply

    LA OU PASSE POIL DE CAROTTE, LA CULTURE NE POUSSE PLUS
    Fugue de neufs membres de la troupe du Ballet national au Canada !
    « Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas ». Ce dicton ne s’est jamais avéré autant vrai et si juste, depuis que poil de carotte, alias Khalida l’inculture, cette dame qui après avoir échangé sa casaque de démo-crasse impénitente, pour celle de plaventriste incurable, a fini au nom de son incompétence ministérielle par détruire le peu qui restait du Ballet national, en le soumettant au diktat d’un trio de lèche bottes, choisis pour leur allégeance sans bruit et sans cri, lesquels par manque de professionnalisme ont déstructuré le Ballet national algérien, en balayant d’une seule main le travail effectué durant trente années et avec, le long palmarès engrangé.
    Comment ce peut-il se demanderont d’aucuns ? Et bien tout simplement avec la bénédiction de la bécasse rousse qui a placé une sous directrice de son ministère à la tête du Ballet national en qualité de coordinatrice et ordonnatrice, cette dernière assistée par un personnage ayant titre de Chef de département artistique et d’une troisième personne n’ayant aucune relation avec la chorégraphie, formant un trio sans aucune formation artistique en matière d’Art dramatique et en chorégraphie, ce qui n’empêchera pas ce petit monde de sélectionner des stagiaires, après avoir marginalisé celles et ceux qui ont fait les grands jours du Ballet national, -y compris celle qui fut sacrée « Etoile du Ballet national »- ceux qui ont été copieusement applaudis pendant quinze minutes par les membres du Congrès américain en Mars 2004, ce qui a fait couler des larmes de joie à l’ambassadeur de notre pays, après la mémorable tournée ou ils ont fait vibrer les salles ou ils se sont produits, à Washington, New-York, Houston et San Francisco. C’est d’ailleurs en référence à ca, que la troupe algérienne fut choisie dans le cadre du 11éme Festival du Monde Arabe, organisé par l’Ambassadeur d’Algérie au Canada, lequel a du intervenir pour que soient délivrés les visas d’entrée, avec l’engagement que nos artistes retourneront au pays, après la clôture du festival. Une promesse qui n’a pu être tenue, Poil de carotte en a décidé autrement, en désignant trois bons à rien à la tète d’une troupe qui fonctionne avec le sixième sens, qu’ils ont remplacé par des stagiaires, une substitution qui s’est soldée par une fugue à Montréal de neuf jeunes. Ce qui n’aurait pas été le cas pour les vrais artistes du Ballet national, pour preuve ils ne l’ont pas fait ni en Mars 2004 aux U.S.A ni avant durant les années de braises, au contraire et alors que de nombreux artistes fuyaient le pays avec ou sans raisons, eux ils sont restés, et plus encore ils se sont produits dans plusieurs wilayates, malgré les temps difficiles.
    Alors, ânonner que c’est une honte de ne pas avoir cinq cent dinars pour acheter un livre, ca relève d’une indécence dont seul poil de carotte connait le secret, en attendant neuf jeunes algériens sont dans la nature au Canada par la faute de l’impéritie et de l’incurie des imposteurs.
    Et le fiasco continu..




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    16 novembre 2010 at 19 h 05 min - Reply

    En vérité les 09 et non 06, (donrt 03 sont retournés à l’ambassade, deux garçons et une filles), ne sont que des stagiaires du Ballet national, les vrais artistes ont été marginalisés depuis un temps déjà, ce qui suit, n’est pas le fruit de l’imagination, j’ai reçu la visite « écumante » de certains d’entre les « authentiques artistes » la veille de la fête de l’Aid et voici la vraie thése à ce sujet :
    LA OU PASSE POIL DE CAROTTE, LA CULTURE NE POUSSE PLUS
    Fugue de neufs membres de la troupe du Ballet national au Canada !
    « Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas ». Ce dicton ne s’est jamais avéré autant vrai et si juste, depuis que poil de carotte, alias Khalida l’inculture, cette dame qui après avoir échangé sa casaque de démo-crasse impénitente, pour celle de plaventriste incurable, a fini au nom de son incompétence ministérielle par détruire le peu qui restait du Ballet national, en le soumettant au diktat d’un trio de lèche bottes, choisis pour leur allégeance sans bruit et sans cri, lesquels par manque de professionnalisme ont déstructuré le Ballet national algérien, en balayant d’une seule main le travail effectué durant trente années et avec, le long palmarès engrangé.
    Comment ce peut-il se demanderont d’aucuns ? Et bien tout simplement avec la bénédiction de la bécasse rousse qui a placé une sous directrice de son ministère à la tête du Ballet national en qualité de coordinatrice et ordonnatrice, cette dernière assistée par un personnage ayant titre de Chef de département artistique et d’une troisième personne n’ayant aucune relation avec la chorégraphie, formant un trio sans aucune formation artistique en matière d’Art dramatique et en chorégraphie, ce qui n’empêchera pas ce petit monde de sélectionner des stagiaires, après avoir marginalisé celles et ceux qui ont fait les grands jours du Ballet national, -y compris celle qui fut sacrée « Etoile du Ballet national »- ceux qui ont été copieusement applaudis pendant quinze minutes par les membres du Congrès américain en Mars 2004, ce qui a fait couler des larmes de joie à l’ambassadeur de notre pays, après la mémorable tournée ou ils ont fait vibrer les salles ou ils se sont produits, à Washington, New-York, Houston et San Francisco. C’est d’ailleurs en référence à ca, que la troupe algérienne fut choisie dans le cadre du 11éme Festival du Monde Arabe, organisé par l’Ambassadeur d’Algérie au Canada, lequel a du intervenir pour que soient délivrés les visas d’entrée, avec l’engagement que nos artistes retourneront au pays, après la clôture du festival. Une promesse qui n’a pu être tenue, Poil de carotte en a décidé autrement, en désignant trois bons à rien à la tète d’une troupe qui fonctionne avec le sixième sens, qu’ils ont remplacé par des stagiaires, une substitution qui s’est soldée par une fugue à Montréal de neuf jeunes. Ce qui n’aurait pas été le cas pour les vrais artistes du Ballet national, pour preuve ils ne l’ont pas fait ni en Mars 2004 aux U.S.A ni avant durant les années de braises, au contraire et alors que de nombreux artistes fuyaient le pays avec ou sans raisons, eux ils sont restés, et plus encore ils se sont produits dans plusieurs wilayates, malgré les temps difficiles.
    Alors, ânonner que c’est une honte de ne pas avoir cinq cent dinars pour acheter un livre, ca relève d’une indécence dont seul poil de carotte connait le secret, en attendant neuf jeunes algériens sont dans la nature au Canada par la faute de l’impéritie et de l’incuriedes imposteurs.

    2. Nourredine BELMOUHOUB dit :
    Votre commentaire est en attente de modération
    16 novembre 2010 à 18 h 22 min
    LA OU PASSE POIL DE CAROTTE, LA CULTURE NE POUSSE PLUS
    Fugue de neufs membres de la troupe du Ballet national au Canada !
    « Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas ». Ce dicton ne s’est jamais avéré autant vrai et si juste, depuis que poil de carotte, alias Khalida l’inculture, cette dame qui après avoir échangé sa casaque de démo-crasse impénitente, pour celle de plaventriste incurable, a fini au nom de son incompétence ministérielle par détruire le peu qui restait du Ballet national, en le soumettant au diktat d’un trio de lèche bottes, choisis pour leur allégeance sans bruit et sans cri, lesquels par manque de professionnalisme ont déstructuré le Ballet national algérien, en balayant d’une seule main le travail effectué durant trente années et avec, le long palmarès engrangé.
    Comment ce peut-il se demanderont d’aucuns ? Et bien tout simplement avec la bénédiction de la bécasse rousse qui a placé une sous directrice de son ministère à la tête du Ballet national en qualité de coordinatrice et ordonnatrice, cette dernière assistée par un personnage ayant titre de Chef de département artistique et d’une troisième personne n’ayant aucune relation avec la chorégraphie, formant un trio sans aucune formation artistique en matière d’Art dramatique et en chorégraphie, ce qui n’empêchera pas ce petit monde de sélectionner des stagiaires, après avoir marginalisé celles et ceux qui ont fait les grands jours du Ballet national, -y compris celle qui fut sacrée « Etoile du Ballet national »- ceux qui ont été copieusement applaudis pendant quinze minutes par les membres du Congrès américain en Mars 2004, ce qui a fait couler des larmes de joie à l’ambassadeur de notre pays, après la mémorable tournée ou ils ont fait vibrer les salles ou ils se sont produits, à Washington, New-York, Houston et San Francisco. C’est d’ailleurs en référence à ca, que la troupe algérienne fut choisie dans le cadre du 11éme Festival du Monde Arabe, organisé par l’Ambassadeur d’Algérie au Canada, lequel a du intervenir pour que soient délivrés les visas d’entrée, avec l’engagement que nos artistes retourneront au pays, après la clôture du festival. Une promesse qui n’a pu être tenue, Poil de carotte en a décidé autrement, en désignant trois bons à rien à la tète d’une troupe qui fonctionne avec le sixième sens, qu’ils ont remplacé par des stagiaires, une substitution qui s’est soldée par une fugue à Montréal de neuf jeunes. Ce qui n’aurait pas été le cas pour les vrais artistes du Ballet national, pour preuve ils ne l’ont pas fait ni en Mars 2004 aux U.S.A ni avant durant les années de braises, au contraire et alors que de nombreux artistes fuyaient le pays avec ou sans raisons, eux ils sont restés, et plus encore ils se sont produits dans plusieurs wilayates, malgré les temps difficiles.
    Alors, ânonner que c’est une honte de ne pas avoir cinq cent dinars pour acheter un livre, ca relève d’une indécence dont seul poil de carotte connait le secret, en attendant neuf jeunes algériens sont dans la nature au Canada par la faute de l’impéritie et de l’incurie des imposteurs.
    Et le fiasco continu..




    0
  • Alilou
    18 novembre 2010 at 12 h 43 min - Reply

    Bonjour a toute la bande,

    voici une blague sur l’etat algerien

    La dernière blague d’Alger pour ceux qui sont loin.

    Bouteflika décide d’aller voir le Gorille du Zoo d’Alger.
    Son protocole téléphone au directeur qui est embarrassé car le gorille est mort depuis 3 ans.
    Mais le sous directeur lui dit, pas de problème, on a garde sa peau et son crane on va déguiser OMAR le Jardinier et ca fera l’affaire.
    Donc Bouteflika arrive et OMAR, dans son déguisement, fait le gorille en se tapant la poitrine et tout le reste.
    Bouteflika trouve que le gorille est trop maigre et dis: « Il a l’air malade, mais tant qu’il est en vie, donnez le a manger au Lion au moins il servira a quelque chose! »
    Ils jettent donc le gorille (Omar) dans la fosse aux lions.
    Le lion arrive et saute sur le gorille (Omar)
    OMAR se met a crier: Ana OMAR le Jardinier !!!!!, Ana Omar le jardinier,….

    Le lion lui répond: Ma T’khafch, ana Abdelkader ta3 la Cantine!

    Je fume mon thé en me tapant la poitrine…hahahaha




    0
  • el-meryouuul
    18 novembre 2010 at 17 h 00 min - Reply

    @alilou,
    dixit,abdelkader secteur ,il faurtrendre a cesar………….,salam




    0
  • Alilou
    18 novembre 2010 at 20 h 25 min - Reply

    Je n’ai jamais pretendu avoir dit null part que la blague venait de moi




    0
  • Rédaction LQA
    19 novembre 2010 at 10 h 49 min - Reply

    Canada : les fugueurs du Ballet national demandent l’asile politique
    El Watan, 19 novembre 2010
    Une des fugueuses du Ballet national algérien a renoncé à son projet de s’installer au Canada et a regagné, Alger, mardi dernier, selon une source de la troupe nationale.

    La danseuse n’aurait pas supporté, toujours selon la même source, les conditions difficiles de son séjour. Pour rappel, vendredi 12 novembre, au terme d’une tournée du Ballet national à Ottawa et à Montréal dans le cadre du Festival du monde arabe et à l’occasion de la commémoration du 1er Novembre, neuf danseurs manquaient à l’appel le jour du retour. Les danseurs s’étaient évadés de l’aéroport. La direction du Ballet, à travers les familles des danseurs, tente de trouver une issue favorable pour les ramener «à la raison». Le ministère de la Culture, dont dépend organiquement le Ballet national, refuse de commenter publiquement l’information et observe un silence étrange dans cette affaire.

    «Avec cette fugue générale, c’est non seulement l’avenir du Ballet national qui est mis en péril, mais ce sont aussi les futures délégations algériennes qui seront pénalisées par cette affaire», nous a confié une source au ministère de la Culture. La direction du Ballet national avait pourtant pris toutes les précautions nécessaires, à savoir «la confiscation du passeport» afin d’éviter un tel scénario. Au sein de la délégation, les échos d’une éventuelle fuite le jour du retour fusaient de partout. Au point que l’ambassadeur d’Algérie au Canada, Smaïl Benamara, avait organisé une réception en l’honneur de la délégation, une occasion pour lui de sensibiliser ces jeunes à renoncer à leur projet.

    «Il nous a demandé de ne pas mettre la représentation algérienne dans l’embarras et hypothéquer ainsi les chances des futures délégations ; il nous a même promis des visas», nous a confié un des fugueurs, contacté depuis le Canada. L’ambassadeur, à la veille du départ de la délégation, est revenu ensuite à la charge, il s’est déplacé à l’hôtel Espresso à Montréal, où il a eu, selon les témoignages des danseurs restés à Montréal, une discussion houleuse avec eux. Les danseurs comptent introduire, dans les jours qui viennent, des demandes groupées d’«asile politique», aidés par des avocats spécialistes des questions de l’immigration. Si une telle demande aboutit, «ce sont les relations algéro-canadiennes qui en pâtiront, car la situation actuelle en Algérie ne justifie pas une telle requête», avertit un diplomate algérien. Les fugueurs, bénéficiaires de visas de six mois, sont pour l’instant en situation régulière.
    Zouheir Aït Mouhoub




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    19 novembre 2010 at 21 h 09 min - Reply

    Ce qui est grave dans toute cette histoire, c’est bien la clochardisation de l’Art Dramatique et de la Chorégraphie, car en vérité les véritables artistes du ballet national, ont bel et bien été mis au placard depuis l’arrivée de l’inculte directrice que poil de carotte à placé à la tête du ballet,laquelle à géré ce lieu de haute culture comme en gère un moulin dans un pays en temps de sècheresse. Les professionnels du Ballet national ont souffert le martyr avec le trio d’ignares qui a détruit un travail de trente années, et si quelqu’un à des doutes, qu’il fasse signe. avec plaisir je m’engage à lui fournir les preuves de la belle arnaque culturelle, pour finir je vais visionner Carnaval fi Ministère.




    0
  • J-TIME
    20 novembre 2010 at 17 h 44 min - Reply

    J-TIME

    Bonjour,

    Concernant les representations diplomatique ! Algerienne du passe et actuelles ! a l’etranger (et directement, indirectement relie au sujet de l’article relatif au groupe de personnes danseurs du ballet national qui s’est eclipse au Canada..) :
    Le lecteur pourrait se referer a mon ecrit ci-dessous :

    Il existent beaucoup de diplomates pretentieux, arrogants!, etc… Algeriens “qui non seulement embetent via abus [utilisant le chantage! directe, indirecte de delivrance de paperasse: CNI, passeports, etc.. conditionnes par l’obligation “voir chantage? indirecte?” d’immatriculation-fichage!..] embetent via abus de fonction les ressortissants algeriens residents a l’etranger” (comme ca devrait exister pour certains pays du tiers monde, essentiellement dans les republiques bananiere avec dirigeants genre imposteurs, clandestins!?, voir genre delinquants!?.. naviguant au jour le jour, obstines “say: DJI’AN” obstines principalement par la retention non-stop [depuis 62] du koursi a n’importe quel prix!, genre après soi le deluge et racler le fond des ressources minieres, petroliere, un don de la nature saharienne…. ) , parmi ces diplomates donc “et ce depuis 62!”: existent des diplomates qui sont restes plus que la dizaine d’annees en poste a l’etranger (dans des ambassades et consulats) mais qui n’ont fait beneficier, ne serait-ce que d’un seul dollar [ou d’un euro] le trésor algérien ! via un travail productif [avec resultat directe ou indirecte] a l’aval ..

    En fait que restera-t’il comme results provided [by those kinds of Ambassadors] to Algeria since 1962 (in terms of reliable and concrete creation of jobs for the millions of young algerians jobless « c.a.d des harragas, drogues, candidats au suicide, delinquants etc.. potentiels« with jobs’ creation stemming from concrete installation of foreign companies with the transfert of technology [and added value] at the downstream in Algeria, encouragement and expansion of tourism in Algeria…).
    According thus to the concrete situation from 1962 till 2010: it seems [at less there’s some ….?] that concrete results (as the direct or indirect incitement to get added values for industry, agriculture, tourism, technology transfer, education, arts, .. etc..for Algeria) provided by several Algeria Ambassadors etc.. [diplomats when in post in foreign countries].. approach the ZERO !.. , c.a.d que l’on a a faire quelquefois ? /plusieurs fois a des ambassadeurs [consuls, et simples diplomates,…] parasites anarchique et/ou predateurs beznassa-affairistes pour ne pas dire des trabendistes etc… [incluant aussi des vicelards a l’age de la quarantaine, cinquantaine ! et plus, etc..quoique maries !, mais genre depraves affames sexuel coureurs non-stop ! de jupons et presque abonnes d’endroits de debauche «endroits de… etc.. « via petro-dollars saharien « claques en quelques minutes dans un cabaret« , ce claquage-flambage de centaines de petro-Hassi-Messaoud-dollars en quelques minutes pouvant faire vivre une famille algerienne de quatre personnes pendant un mois ! [et donc au meme moment « durant ces quelques minutes de cabaret des voyous diplomates- ambassadeurs-consuls, etc.. de la nomenklatura et d’autres diplomates ! auto-elus ! d’autres repoubliques-republiques bananiere« alors a Alger, Annaba, Bejaia, Oran, Adrar, Laghouat, etc… d’autres algeriens sont a la recherche de dechets de victuailles dans les poubelles !..] , sans oublier que l’on a a faire aussi quelquefois ? , plusieurs fois a des ambassadeurs [consuls, et simples diplomates,…] parasites anarchique et/ou predateurs ayant meme transformes de temps a autre leur propre lieu «ambassade !.. « de travail ! HA-HA-HA de la diplomatie vers un lieu de draguage et debauche !: etonnant mais vrai !..], sans compter les cas [voir plusieurs cas] d’ambassadeurs bougres se prenant pour des nababs ! [plus consuls, et simples bougres diplomates,…] osant ! se comporter avec une mechancete inouie , avec arrogance , insolence , comportement de pretentieux ! et un mepris stupide et/ou audacieux !, etc.. envers des residents emigres algerien [incluant des intellectuels residents vieux de la vieille et quelquefois incluant some world renown scientists !…] , ces emigres algerien a l’etranger qui ne comprennent pas encore ! comment ? et en vertu de quelle legitimite ? [depuis 62 !] ces quelques bougres ambassadeurs [consuls, et simples bougres voyous- auto elu ! diplomates… par qui ?] puissent etre ? « osent etre !« representants diplomatique de l’Algerie via une direction centrale-interne clandestine !?! depuis 62 ! [direction centrale-interne clandestine !?! d’imposteurs elue par quel peuple ?] !.

    P.S1 : (Fait veridique et concret):
    Il existe des personnes-emigres [avec une bonne part d’ intellectuels, incluant someones who have received a class-one « audacious filthy (ordurieuses) mouth outputs from an ambassador some years ago , this ambassador designe ?, supporte-elu par qui ?, comment ? [imbu ! au max of the max ! de sa personne alors que c’est un simple bougre ….. ! pensant etre un bahr el-ouloum !] ambassador is still in post , previously « years 90’s« in the United-Kingdom , then « around 2000« general-secretary of the MAE , then, then… and now in Brussels-Bruxelles« ] .
    Or cet ambassadeur algerien actuellement a Bruxelles-Belgique (dont il parait que l’ancien General-major Khaled-NEZZAR en fait l’eloge ! dans son livre-memoire) : Cet ambassadeur (semblant donc etre bien epaule !? par la nomenklatura ?-casquettes ?., il semble. ), cet ambassadeur a Bruxelles (d’apres des infos de residents a l’etranger et meme (il semble, infos plausible) de son staff de diplomates qui ont cotoye cet ambassadeur), cet ambassadeur (actuellement a Bruxelles) avait change (dans le passe) l’atmosphere de travail (vers une atmosphere execrable !) dans certains consulats d’ambassades (bien qu’il etait ambassadeur et non toujours au sein du consulat-consulats) la ou il avait ete ambassadeur… et une fois la mission de 3 a 5 ans de cet ambassadeur (herein in this case : Mr Amar-Bendjama) terminee, alors l’atmosphere de l’ambassade et consulats en question (ou etait passe cet ambassadeur : comme il y’a autres cas semblables) , l’atmosphere en question (dans plusieurs cas-endroits : ambassades, consulats ou etait passe le sieur Bendjama, apres son depart) avait diminue en execrabilite !. mais pas completement ! « propre » !
    De plus des personnes qui ont approchees cet ambassadeur gardent comme souvenir de cet individu-ambassadeur ! Amar Bendjama : le souvenir d’un individu d’une mechancete inouie (envers des residents qu’ils cherchaient ! a dominer !- soumettre !? et meme envers une partie de son staff ! d’employes-diplomates pour raisons ?….: Il y’a meme certaines personnes : Residents-(vieux de la vieille) ailleurs qu’a Bruxelles dans le passe.. qui ont recu une avalanche d’insultes ordurieuses « ne pouvant etre proferees que par un petit minable et lache voyou«, certaines personnes, des emigres residents-(vieux de la vieille)qui ont recu donc une avalanche d’insultes ordurieuses de cet ambassadeur ! Amar BENDJAMA (qui n’a pas donc hesite, qui a eu l’audace ! donc de proferer des insultes ordurieuses envers des residents honorables), Bendjama qui etait ambassadeur ailleurs et qui etait SG du MAE jusqu’en debut 2001), individu donc brutale, imbu au max de sa personne (pensant etre une sommite intellectuelle !-sorte de bahr-el-ouloum !-une mer de connaissances !… alors que sa vraie valeur dans un endroit a valeurs intellectuelles, savoir faire et ethique non-inversees, la valeur ! de cet ambassadeur serait ….. !! c’est a dire frolant le zero..) et ceci d’apres certaines personnes [infos consistantes] ayant cotoyees cet individu- ambassadeur ! ! Amar Bendjama actuellement a Bruxelles-Belgique representant ! aussi ! de l’Algerie envers la communaute europeenne (UE) ..
    Il est possible donc que cet individu, ambassadeur ! a Bruxelles continue [comme il l’a ete ailleurs dans d’autres pays en tant qu’ambassadeur] a se comporter ainsi a Bruxelles (imbu de lui-meme. sur de soi,..etc..) car (« d’apres les infos circulant, etc..« ayant bien servi « face aux europeens, en tant que porte parole super-fidele ! de « la nomenklatura militaro-civile , surtout dans les moments critique-cruciaux ! de feu et de sang des annees 90’s « 1993-1998« quand il etait ambassadeur ! d’Algerie au Royaume-Uni « England-Irlande« ) , Amar BENDJAMA rassure ! donc par une couverture sans faille !? de la nomenklatura-casquettes, etc.. d’Alger… Ce qui expliquerai le cas d’ambassadeurs {.. priviligiés etant toujours en poste, immuables ! ..} , et a l’aval eluciderait pourquoi cet individu-ambassadeur ! (qui d’apres ceux qui l’ont cotoyes) exhibe une mechancete et arrogance super-inouie !!, pensant aussi ! etre une sommite intellectuelle !, IMBU au MAX de sa personne quoique c’est une…… ! genre tete- petite minable citrouille- patate ..).
    Cette couverture-epaule !-avec large « k’tef » ! : from the nomenklatura-casquettes etc.. d’Alger permet donc de conclure que cet individu ambassadeur Amar Bendjama a toujours ete bien recompense ! par des postes d’ambassadeurs par ci par la dans le monde (ou comme S.G au MAE etc..) durant ces trente dernieres annees..

    Anyhow whatsoever will happen in the future : Les actes execrables, faits-ordurieux a la petit voyou minable et lache, abus de la fonction maffieuse d’ambassadeur illegitime a la maffioso illegitime depuis 62, etc.. Et donc les actes execrables, faits-ordurieux a la petit voyou minable et lache etc.. (hors-ethique administrative, hors ethique diplomatique et hors ethique tout court) du sieur Amar-Bendjama (now in function as Algeria-ambassador in Brussels) ne peuvent etre effaces.

    P.S2 (Fait veridique et concret):
    Je me suis rappele d’un universitaire (biologiste ou medecin ?) en Europe.
    Dans les annees (fin 70 debut 80 ?) qui discutait de temps a autre avec des membres d’un parti politique (banni a cette epoque en algerie).. Pour ce ce fait seulement ! (due a un reperage ? ou mouchardage par un mouchard) ce biologiste ou medecin ? avait recu une lettre du consulat algerien de la ville ou il residait : Dans cette lettre il y’avait ecrit « vous etes prie de venir au consulat pour affaire vous concernant muni de votre passeport« . Le dit (biologiste ou medecin) s’etait alors presente au consulat, il avait montre au planton la lettre de convocation recue, le planton ramene la lettre, et de suite apres le consul en personne vient a la rencontre du dit universitaire , c’etait dans le couloir juste apres l’entree du consulat. Le dit consul algerien s’adresse alors a cet universitaire « Vous etes Mr…., vous avez ramene votre passeport ?, montrez moi votre passeport.. «, l’universitaire tend son passeport, le consul mafffioso le prend dans sa main et lance a la voyou brutalement a l’universitaire « Allez (DHORK-DORK TENDJEM E’T QUAWED-KAWED)«, c’est a {peu-pres} dire FOUT le CAMP dans le sens d’insulte-maffieuse ne pouvant provenir que d’un vulgaire petit voyou minable delinquant «dans ce contexte : Le delinquant-petit minable voyou est le consul ! d’Algerie « (bien entendu sans passeport, passeport confisque a la voyou par le fonctionnaire-consul ! servant l’entite maffieuse illegitime de depuis 62 !)…
    Apres cet acte maffiosi, et d’apres les infos, l’universitaire en question entrepris des demarches pour l’acquisition de la nationalite du pays ou il residait… !

    CONCLUSION :
    Finalement [comme maintes fois dit par diverses personnes-emigres algeriens, par des ex-membres de l’entite police-politique « actuellement exiles en Europe« , ou ayant exerces en portant rangers et casquettes des services de securite, etc….] il s’avere donc que ces representations diplomatique sont [en quantite appreciable] des nids, reperes de diplomates- ambassadeurs consuls etc.. bandits-vicelards-delinquants voyous officiels ! avec abus de fonction illegitime a la maffioso representant ! un pays [l’Algerie] depuis 62 !, des representations diplomatique transformees donc en endroits de debauche, de maffieux, de predateurs passant leur temps dans la planification fourbe, voir planification de crimes-maffieux [se referer aux confessions d’ex membres de la boulice-police boulitique-politique DRS, successeur de la securite militaire-minitire], passant donc leur temps dans le mouchardisme [lache vil mouchardage des residents emigres algerien principalement, etc…], dans l’affairisme parasitaire -en dollars-euros etc.. dans la corruption-parasitisme, dans la debauche sexuelle [ou dans maintes cas aussi !, l’interieur des batisses de consulats, ambassades est transforme de temps a autre ou frequemment en endroit de debauche sexuelle via chantage ou en echange d’octroi de postes de travail etc…, il est possible aussi que ceci, c’est a dire la debauche directe-indirecte «en plus de la cooptation et recommendations via… l’entite lugubre semi ?-maffieuse securite boulice police boulitique-politique drs etc.. « il est possible donc que ceci, c’est a dire la debauche «en plus de la brosse et lechage de bottes de decideurs !? a degres diverses.. « a deja lieu deja au sein du MAE «ou juste dans les parages « a Alger en echange d’octroi de postes ! sauve qui peut pour la bouffee d’air plus devises a l’etranger, preferablement dans les pays de l’OCDE ! malgre le hurlement non-stop « depuis 62« de nationaliste « en realite de nationaliste mangeoire » et de tiers-mondiste non-aligne !, ca c’est pour le reste, le citoyen ?! algerien lambda et non pour soi ! pour [les concernes donc] pour devenir bassadors-ambassadeurs et consoul-consuls et diplomates predateurs de petro-dollars dejectes ailleurs «apres services maffieux rendus en embetant lachement des emigres ou en executant des plans crapuleux maffieux.. pour le compte de la camorra nomenklatura civilo-rangers sans oublier evidemment de tres ! bien servir l’entite trois quarts ? maffieuse predatrice de petrole et donc entite parasite a intrigues et crapuleries a la lache version tiers monde –repoublique republique ! ananas-cactus…« pour devenir donc bassador-ambassadeur et consoul-consul et diplomates « de repoublique … !?« , diplomates ! toilettes predateurs de petro-dollars dejectes ailleurs en parasites « bouffe, costards-costumes, cabarets-debauche, carossa-voiture-une bijou-peugeot etc.., compte bancaire en defises-devises, etc…« , c’est a dire valeur ajoutee egale zero pour l’Angerie-l’Algerie et depuis 62-soixante deux- soissandou !….], bref ces diplomates toillettes-WC nauseabond passant leur temps a realiser ! tout ce qui est nuisible a l’Algerie et maudit par Dieu et par l’humanite en generale …..

    Cordialement,

    J-TIME




    0
  • billel
    20 novembre 2010 at 22 h 25 min - Reply

    bsr et saha 3idkom je suis l’un des danseurs je voulais juste dire une chose il faut pas surtout cacher la vérité pourquoi on a fait ce genre de truc et je pense aussi que tout le monde sache et c pas bizarre et on n’est pas les premiers en tant qu’ artiste algerien merci ………………………………etc




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    21 novembre 2010 at 0 h 26 min - Reply

    @ billet, c’est bien dit, il ne faut pas cacher la vérité alors dis nous, combien ca fait que tu es dans le Ballet, et s’il y a des élements que moi j’appelle artistes et non danseurs qui ont trente d’expérience qui ont été exclus par madame la directrice qui t’a choisi, la réponse nécessite certes un peu de courage, alors bon courage.
    PS : Si tu es vraiment un membre du ballet, danseur ou artiste peu importe, mon nom devrait te dire quelque chose,
    dis moi quoi? Sinon c’est quoi l’objet de la mission.




    0
  • dztouareg
    23 novembre 2010 at 11 h 17 min - Reply

    mettez la rousse dans le desert………..au bout de 3 mois elle importe du sable !




    0
  • Congrès du Changement Démocratique