Édition du
26 March 2017

Lettre ouverte a Monsieur Bouteflika Novembre 2010


Cinq associations algériennes en Europe et le Club Ettaraki algérien en Europe (Algerian Ettaraki Club in Europe) saisissent l’occasion de la tenue des assises de l’émigration par le ministère de la solidarité et de l’émigration pour fondre une lettre ouverte au président de la République, algérienne démocratique et populaire. Dans cette lettre, les signataires (1) soulèvent un nombre appréciable de questions aussi bien éthiques, politiques que juridiques qui risquent de préfigurer une évolution sociologique très hasardeuse et très arbitraire de l’émigration algérienne à travers le monde. Cette évolution prévisible quoique non souhaitable risque même de se voir renforcée de quelque mythe fondateur si l’on en juge par le chiffre, très éloquent, variant entre 55et 150 départs quotidiens d’algériens, « à la recherche d’une vie heureuse ou d’emploi ». Les signataires regrettent le fait que les ministres et autres hauts responsables algériens, en déplacement à l’étranger, ne se donnent pas la peine de rencontrer les émigré(e)s, qu’ils soient d’éminents chercheurs ou simples salariés. Pire, en usant d’une certaine pratique de « deux poids, deux mesures » du fait que ces responsables rencontrent tout de même des émigrés privilégiés, les signataires craignent que cela n’entraîne l’émigration à se scinder en une classe d’intouchables et en une autre, bien plus large, d’indésirables…

Dans la même lancée, ils accusent les organisateurs de l’université d’été de l’émigration d’y avoir invité sélectivement les seuls fidèles aux responsables, fils de nantis résidant à l’étranger et « affiliés au gouvernement de l’ombre qui vous combattent personnellement », disent-ils en s’adressant au président de la République. Ils regrettent que les marginalisés lors de cette université d’été comptent tout à la fois des savants, des artistes, des entrepreneurs, des hommes d’affaires et des propriétaires de société qui ont acquis notoriété et respect dans leurs pays d’accueils respectifs. Et de rappeler que l’initiative de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika au prix Nobel de la paix, en 2008, initiée par les signataires, a été l’objet de tentatives d’obstruction de la part de certains responsables au point où des signataires de l’initiative s’étaient retrouvés en prison en plein mois de ramadhan ! Vraisemblablement très au fait des conditions des algériens émigrés, notamment dans les différents pays d’Europe, les signataires avancent le chiffre de seize mille (23000) algériens se trouvant dans les prisons européennes, dont les dossiers ne semblent interpeller les consciences des chargés d’affaires consulaires que lorsqu’il s’agit d’un individu bénéficiant de liens de parenté ou d’amitié haut placé. Et de rappeler le cas, suffisamment médiatisé, de Merouane Essadi, originaire de Sour El Ghozlane, emprisonné depuis plus de 5 ans en Ukraine alors que tout plaide en faveur de sa totale innocence. A les lire, plusieurs lettres d’invitations auraient été lancées à l’endroit du ministre de la solidarité nationale afin qu’il aille à la rencontre de l’émigration algérienne en Angleterre, totalement marginalisée selon les

signataires de la lettre ouverte, à l’exception des copains des fils de ministres qui

Passent leur weekend end aux frais de l’Etat algérien. 34 000 algériens résidant en Angleterre, 32 000 autres en Allemagne, et plus de 19000 en Italie. rajoutant le chiffre de 265000 HARAGA à travers la communauté européenne…

Ressentent cette marginalisation tandis que le Ministre Charge du Dossier de notre communauté Mr Halim Benatallah, que nous les signataires m’ont pas du tout l’air de ménager, continue ces visites hebdomadaires en France pays focalise par le gouvernement Ouyahia !!

Constitue la raison principale de leur lettre ouverte, récipient de toute leur tristesse face à ce qui ne pourrait être selon eux que déni méthodique ou ignorance de la part des responsables de ce secteur. Sur un autre registre, les signataires soulèvent le problème de l’enregistrement des naissances auprès des consulats algériens à l’étranger, ce en quoi ils n’incriminent pas les services consulaires, ciblant la loi algérienne régissant les affaires personnelles qui, pour ce faire, obligeraient les parents à enregistrer préalablement leur mariage, demandant au président de la République à faire en sorte que cette disposition, d’origine juridique française, soit allégée dans le cadre du nouveau Code de procédure algérien. Et de finir en faisant remarquer que l’émigration algérienne commence à être vue comme un danger dans les pays d’accueil, alors que ses efforts, son intelligence et son adaptabilité aurait contribué à former des sociétés entières, regrettant que la corruption et l’indifférence de certains responsables contribuent incidemment à leur humiliation et à leur dévalorisation continue. Les signataires concluent leur lettre ouverte en émettant leur désir de ne pas être arrêtés aux aéroports d’Algérie, craignant que des consignes en ce sens aient été déjà données à leur encontre. Pour notre part, nous considérons qu’ils ouvrent un débat qu’il est souhaitable d’élargir à tout algérien vivant à l’étranger, quelle que soit sa condition sociale ou économique, afin que le souci d’Algérie et d’algérianité ne soit raréfiée et réductible à un segment ou à une direction donnée et que les nouvelles circulent, acquérant valeur d’information et constituant données de travail quand elles se confirment.


(1) La lettre ouverte est signée respectivement par : Club « Ettaraki » algérien en Europe, bureau de Londres, Zahir SERRAI ; Association « Rahab » de Hambourg (Allemagne), Dr Kamal BEN DEGGA ; Cercle des penseurs algériens à Peruggia (Italie), Azzouz DERRADJI ; Cercle des femmes de Kassel 5allemagne), Dr Djalal BEN ARFA ; Fédération scientifique algérienne, Bern (Suisse), Pr Djamila ROUABHI ; Association « Nour », Namur (Belgique), Cherrad YAHIAOUI.

Pour/les associations signataires

Mr Zahir Serrai

Président du Club Taraki en Europe

president@tarakiclub.org 0044 7506783330


Nombre de lectures : 2652
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ramadani B
    22 novembre 2010 at 19 h 21 min - Reply

    qu’attendre d’un président vieillissant,dépassé, en perte de mémoire :< normal à son age, ajoutés aux lourds dossiers de corruptions et dilapidations des biens de l'état, de réglement de compte entre clans au détriment des 40 millions d'algériens, une situation tellement compliqués, confuses et sans issues…
    ………………==============…………..
    Notre président devrai mieux penser à une retraite honorable, allez chercher une hadja, et surtout remettre l'Algérie aux mains des vrais algériens nationalistes, ceux qui vont la défendre, et veiller à son émancipation, et à la sortie de la crise en paix, pour le sauvegarde de l'Algérie et pour le bien être des 40 millions d'algérien.




    0
  • rien
    22 novembre 2010 at 21 h 12 min - Reply

    a voir le patronyme de ces associations on se croirait appartenir a un des pays les plus develloppe du monde.




    0
  • khaled
    23 novembre 2010 at 14 h 11 min - Reply
  • D B
    23 novembre 2010 at 19 h 02 min - Reply

    @Merci mon cher Khaled pour ce fabuleux cadeau. Je l’ai écouté de bout en bout. C’est une chanson qui m’a toujours ému.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique