Édition du
29 March 2017

Qui tirera l’Algérie du fond du puits?

Par Adel H.

Il y a aujourd’hui trois générations en Algérie : celles et ceux qui ont été témoins ou acteurs du combat pour l’indépendance (65 ans et plus), celles et ceux qui ont grandi avec l’indépendance (40-65 ans) et dont certains étaient enfants en 62 et gardent un certain souvenir de l’Algérie de l’époque coloniale, et enfin celles et ceux qui sont nés après la mort de Boumédiène et qui n’ont connu qu’une Algérie déchirée par l’exclusion et la violence et livrée en pâture aux opportunistes et incompétents de tout bord.

Les premiers ont chassé l’occupant mais n’ont pas su instaurer un État de droit et ont laissé l’Armée prendre le contrôle du pays. Les seconds ont été façonnés par le système boumédiéniste (Boumédiène, mauvais étudiant d’El-Azhar ou mauvais disciple de Frantz Fanon?) et ce sont eux qui se sont affrontés dans un climat de violence extrême entre 1990 et 2000. C’est la génération qui a été le plus marquée par le système sur le plan idéologique (nationalistes, socialistes marxisants, islamistes, berbéristes) et qui en porte toutes les stigmates.

Quant à la troisième génération, celle des hitistes et des harraga, elle erre comme une âme en peine dans une Algérie dévastée, prostrée, incapable de réagir, si ce n’est en se jetant à la mer dans une embarcation de fortune ou en se faisant exploser devant un commissariat.

«Où va l’Algérie?», se demandait Boudiaf, il y a plus de 40 ans. «Qui tirera l’Algérie du fond du puits?», dirions-nous aujourd’hui. L’Algérie, un immense gâchis. Notre pays, malgré tout…


Nombre de lectures : 1580
9 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • wahid
    26 novembre 2010 at 14 h 41 min - Reply

    @Ceux et celles qui ont le devoir et le patriotisme de le faire !

    Pour ceux et celles qui croient pouvoir aboutir au plus vite a LA CRÉATION D’UN FRONT DU CHANGEMENT NATIONAL, par simple coup de baguette magique, doivent comprendre que la démocratisation qui est, voulu et souhaité par les Algériens pour les Algériens, est un long parcours de lutte et de combat.

    Ce processus de transition de notre système politique, doit passer par des actions par lesquelles des acteurs politiques cherchent d’accroître, d’élargir ou même d’implanter des pratiques de la culture démocratique. Ce processus peut réussir, comme il peut échouer, il peut s’échelonne sur plusieurs années, au regard de notre histoire et des clivages qui marquent notre société.

    Les actions de politiciens, d’intellectuelles, de militants, sans aucune exclusion, quelques soient les initiateurs qui sont derrière, doivent être les bienvenues, aussi longtemps qu’elle convergent vers l’objectif du changement positif qui doit être nécessairement pacifique.

    Proposition d’un canevas

    Personnellement la stratégie du soft (être ferme sur les principes et ouvert aux dialogues) peut s’avérer dans le cas de la société algérienne efficace, c’est a dire l’opposition et l’accommodation, et éviter de renter en confrontation avec le pouvoir, aussi longtemps que le système politique est contrôlé par les militaires et vu la nature violente des Algériens, qu’ils soient, civiles, militaires, para militaires, un paramètre surtout a ne pas négliger.

    Les objectifs a court terme :

    L’exploitation politique de la guerre des clans,
    La reconfiguration de l’opposition politiques,
    L’émergence d’une « opposition unie »

    Dans l’immédiat :
    1- Comité National pour la Démocratie.
    2- Corps National pour la Mobilisation et la Lutte Démocratique couvrant l’ensemble des régions,
    3- Alliance stratégique avec l’ensemble des tendances idéologiques pour la démocratie, sans conditions préalables aux dialogues et aux éventuelles compromis.

    4- Ouverture de canal de dialogue avec l’ensemble des forces de l’opposition, et l’élaboration de critères pour mener ce dialogue, chercher les espaces susceptibles de nous rassembler, et ouvrer pour élargir ces espaces le plus large possible.

    Une première esquisse pour commencer

    Salutations

    Wahid




    0
  • khaled
    26 novembre 2010 at 15 h 07 min - Reply

    D’abord une réponse simple: Ce sont les algériennes et algériens et personne d’autres….

    Une réponse plus nuancée: Qui sont ces algériennes et algériens?

    Je veux croire M. Adel que dans l’air il y a quelques signales de personnes influentes au pouvoir par personnes interposées voulant signifiant un changement d’attitude quand a une possible ouverture.

    Comme on dit en Anglais: There is no free lunch…
    Ce changement est du a des pressions même infimes que TOUTES les algériennes et TOUS les algériens exercent au quotidien sur ce pouvoir criminel.

    Mais il y a aussi les vicissitudes du temps. Nos gouvernants n’ont plus vingts ans de puis longtemps.




    0
  • Karim2380
    26 novembre 2010 at 15 h 32 min - Reply

    Question: Qui tirera l’Algérie du fond du puits?
    Réponse: Allah*

    PS*: Allah ne veut pas dire les islamistes




    0
  • Laïd DOUANE
    26 novembre 2010 at 18 h 15 min - Reply

    L’Algérie n’est pas au fond du puits! L’Algérie va vers sa destinée et nulle personne n’est capable de changer le cours.
    Par contre, la question que moi je me pose toujours est :
    Est-ce que les gens qui on toujours vécu dans des conditions où la violence, la barbarie, l’horreur, la cruauté et le sang, furent le décor de leur quotidien peuvent s’adapter à la paix, la tranquillité et la quiétude ? J’oublie ici la démocratie, la liberté d’expression et la différence.
    Ne me répondez pas ; je connais la réponse ! L’Algérie a devant elle encore de pires moments mais elle est là toujours convoitée !
    Quiconque voudrait que ça change est tenu de changer soi-même.




    0
  • Salay
    26 novembre 2010 at 18 h 23 min - Reply

    La question ressemble à un dilemme. L’Algérie ressemble au bébé revendiqué par deux mères. Le juge consulté recommande l’équité, c’est à dire partagé l’enfant en deux. La vraie mère cria son horreur et proposa à la fausse mère de garder l’enfant. Sur ce, le juge donna l’enfant à la vraie mère. L’Algérie, ses vrais enfants s’y reconnaissent.




    0
  • Alilou
    26 novembre 2010 at 19 h 12 min - Reply

    @Adel
    (Les premiers ont chassé l’occupant mais n’ont pas su instaurer un État de droit et ont laissé l’Armée prendre le contrôle du pays). Les VRAIS moudhahidines ont fait leur devoir la conscience tranquille sans arriere pensee pecuniere, en plus ils n’ont pas laisser faire l’armee, l’armee a volé l’independance.

    @Karim

    Allah a d’autres choses a faire plus importantes et sur notre cas il a ete plus que clair (Allah ne changera pas la destinée d’un peuple a moins que ca vienne de lui./)

    Mr Benchenouf a ete clair, il faut de la desobeissance civil, non la violence ou autres tergiversation de coullisses, on ne fait pas de neuf avec du vieux ou des vieux comme vous le sentez.

    Le reste c’est de la tchache et rien d’autre la dessus on est les champions…

    Sortez-moi de ma fumée quand vous serrez prets, entre temps je reste dans mon cauchemard…

    Alilou…yaa




    0
  • Sami
    26 novembre 2010 at 21 h 29 min - Reply

    Tres bien dit Alilou
    Le peuple doit prendre l’initiative,!!!




    0
  • Sami
    27 novembre 2010 at 8 h 09 min - Reply

    la mafia militaro financieres afin de rester en maitrise des choses ils ont besoin de:
    1- une marge de violence
    2- certain nombre de leurs agents dans le maquis
    3- de faux partis politiques et de faux politiciens!
    4-generaliser la corruption
    5-journaux independants, et journalistes harkis!
    6-militaires diguises en civiles dans tous les postes de decisions
    7-une justice completement soumise
    6- Des institutions completement vide, sauf des gens corrumpus
    en generale une sorte d une faux democratie qui peut etre plus destructice et plus devastatrice qu’un parti unique ou un regime dictature
    Se sont les directives donnes par leur parain ocidentaux et sionistes!
    donc c est clair qui tire l’algerie au puits, pas besoin maintenant d etre tres intelligent pour comprendre ce qui s’est passe et ce qui se passe en algerie, PAUVRE ALGERIE, ils ont sauver la republique de la democratie!!!!!!!




    0
  • Résigné
    29 novembre 2010 at 19 h 09 min - Reply

    Qui tirera l’Algérie du fond du puits?
    Une corde !! En lui attachant le pouvoir et tout ceux qui gravitent autour comme contre poids.
    Croyez-moi qu’elle remontera comme une flèche.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique