Édition du
22 July 2017

Wikileaks et une certaine "presse" algérienne

In Chittapresse

Quand la presse algérienne fait biz biz avec les Américains…

Dans mon dernier article : Wikileaks et les-câbles algériens : quand la « traduction » vient entacher « l’interprétation ». , publié ici-même, le 06/12/2010  » , je mettais en garde le lecteur contre les éventuelles mauvaises traductions de câbles obtenus via un interprète. Mais à travers le câble qui va suivre, il n’est nullement question de rapporter les dires de qui que ce soit. Il s’agit juste de relever qu’une certaine presse peut non seulement être amenée à collaborer avec l’Ambassade des Etats-Unis mais encore mieux, la laisser  prendre la main sur le contenu de ses articles !!

Mais qui a donc flirté avec les Américains ?

Eh non vous ne cherchez pas du tout dans la bonne direction!! Puisqu’il s’agit tout simplement  du grand journal « ElKhabar » journal arabophone connu pour être un des plus sérieux . Jugez-en par vous-même : Scène pour la visite Galloise d’A/S vers l’Algérie.

1. (C) We and the Algerians are looking forward to your visit next week.
There was a prominent article about your visit, generated with help from our
PAO, in best-selling el-Khabar newspaper on February 21. You will be visiting
 just as the government machine is gearing up to amend the Algerian
constitution to enable President Bouteflika to run for a third term in 2009.
There is no strong, influential voice criticizing this effort; only small
parties and a few notable individuals have spoken against the building
momentum (ref A). The only issue that appears unresolved inside the top civilian
and military leadership is whether or not there should be a change to the
 constitution that establishes a vice president as well. This vice president
would be the obvious successor to Bouteflika, especially if his health prevents
 him from serving out a third term that would expire in 2014. We are arranging
for you to meet with former Prime Minister Ouyahia, the man most frequently
thought to be tapped for vice president.

Traduction :
1. (C) Les Algériens et nous-mêmes attendons avec impatience votre visite la
semaine prochaine. Un  grand article a été consacré à votre visite, produit
avec l’aide de  notre PAO [Attaché de presse et des relations publiques à
l’ambassade  américaine] et publié dans El-Khabar, un quotidien arabophone
à grand  tirage, le 21 février (2008) ?. Votre visite intervient au moment où
 le Gouvernement algérien s’apprête à faire campagne pour faire modifier  la
Constitution du pays et permettre, ainsi, au Président Bouteflika de  briguer
un troisième mandat en 2009. Aucune voix forte et influente ne  critique cette
 initiative ; seuls quelques petits partis et quelques  personnalités publiques
 se sont exprimés contre ce projet de modification de la Constitution (ref. A).
 
 Euh...n'est-ce pas là le journal qui se positionne toujours en donneur de leçons
 ? Le journal le plus clean d'aujourd'hui ?

Dans un autre câble posté hier par Wikileaks :Après les derniers bombardements 
d'Alger...,
c'est un autre journal  qui est également cité. J'ai nommé le journal  
"L'Expression".
Je sais, vous allez me dire: mais nul n'ignore que le coeur du  journal
l'Expression balance entre les militaires et les autres et qu'en gros,
il mangerait à  tous les râteliers. Oui sûrement, eh bien il est quand  même
intéressant d'en avoir des preuves. Jugez-en par vous même :

Ahmed Fattani, publisher of L’Expression newspaper who has good contacts in
the security services, told Ambassador December 17 that many in the security
forces want to launch a broad campaign of arrests.
For this reason, he said, they leaked to him information that some 250 of the
Islamist extremists previously released under President Bouteflika’s amnesty
program had rejoined the AQIM fight against the government.
Fattani claimed that some in the security services said the number was even
higher, but L’Expression used the 250 number so as not to anger Bouteflika further.

Traduction :

Ahmed Fattani, directeur du quotidien francophone L’Expression, et qui entretient

d’excellents contacts avec les services de sécurité algériens, a informé

l’Ambassadeur, le 17 décembre (2007 ) que de nombreux responsables militaires

souhaitaient lancer une vaste campagne d'arrestations. C'est pour cette raison,

a-t-il dit, qu'ils lui avaient fuité une information selon laquelle 250 islamistes

extrémistes, qui avaient bénéficié de la relaxe dans le cadre du programme

d’amnistie et de réconciliation nationale du président Bouteflika, avaient

rejoint les rangs de l’AQMI pour combattre l’Etat algérien. Fattani avait

ajouté que, selon certains responsables des services de sécurité,

le nombre était bien plus élevé mais que L’Expression s’était borné à fournir

le chiffre de 250 éléments pour ne pas subir l’ire de Bouteflika.
Le plus étonnant dans tout ça,  est de voir qu’aucun organe de presse

algérienne n'ait voulu citer un de ces deux câbles...Une chose est sûre,

nos journalistes semblent avoir un bon fonds : ils ne se tirent pas dans

les pattes quand il s'agit des flirts de leurs confrères avec la classe
politique ou la diplomatie étrangère..
Après tout,  peut être parce que tout le monde y trouve son compte.

Chittapresse trouve donc logique,  qu'après avoir publié le câble où

le nom de la journaliste   Nadia Mellal

apparaissait -  et que toute la presse algérienne s'est empressée de reprendre
- de poster les deux câbles  cités ci-dessus.
Il faut reconnaître que le cas de Nadia Mellal  est vraiment anodin quant au

comportement de certains autres journalistes.
Je me devais donc de rééquilibrer les choses.
It's my own opinion.
R.A


Nombre de lectures : 1219
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction LQA
    7 décembre 2010 at 22 h 18 min - Reply

    Succession à Bouteflika
    «Ouyahia le mieux placé»
    El Watan, 7 novembre 2010

    Ouyahia est la personne la mieux placée pour remplacer Bouteflika», a écrit
    Robert Ford, l’ex-ambassadeur américain à Alger, dans un rapport daté de février 2008 destiné à David Welch, sous-secrétaire d’Etat en charge des Affaires du Moyen-Orient,
    révélé par WikiLeaks.

    Robert Ford – actuel ambassadeur des Etats-Unis en Syrie – est revenu sur «la polémique» qui était engagée avant l’élection présidentielle de 2009 sur la possibilité de nommer un vice-président à Abdelaziz Bouteflika, qui a succédé à lui-même après le scrutin.
    «L’état de santé de Bouteflika peut l’empêcher de continuer son troisième mandat», a relevé le diplomate américain. Il était donc évident que les Etats-Unis étaient déjà convaincus, en février 2008, quatorze mois avant la consultation électorale, que Bouteflika allait rester au pouvoir.

    Dans un autre câble daté de février 2008 également et classé «secret», il est relevé que les actions d’Al Qaîda au Maghreb islamique (AQMI) nuisent à la réconciliation nationale décidée par Bouteflika depuis 2005. «Cela l’affaiblit probablement dans les débats internes face aux tenants de la ligne dure à l’intérieur de la direction des forces de sécurité. Cela nuit également à la crédibilité des forces de sécurité algériennes face à l’opinion publique et face à la communauté occidentale», est-il souligné. Il est noté que la réponse «véhémente» du gouvernement algérien à la demande de l’ONU d’engager une enquête sur l’attentat-suicide qui a ciblé, le 7 décembre le siège du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) à Alger, a suscité la nervosité au sein des entreprises occidentales et des ambassades. «Cette attaque a profondément embarrassé le gouvernement algérien», est-il écrit. Les autorités algériennes sont considérées comme «hypersensibles». «Alors que la menace AQMI augmente, nous avons intensifié notre collaboration avec les services de renseignement militaires algériens», est-il noté. Mais ce travail est qualifié de difficile.

    Il est révélé qu’Américains et Algériens ont travaillé ensemble pour infiltrer les réseaux qui ont envoyé des djihadistes algériens en Irak. «Notre travail collectif n’est pas parfait, mais le nombre d’Algériens en Irak aurait probablement été beaucoup plus élevé si nous n’avions pas travaillé en étroite collaboration», est-il souligné. On apprend aussi que les Américains ont aidé les services de sécurité algériens à infiltrer les réseaux d’AQMI qui préparaient des attentats en Algérie.
    «Les autorités algériennes ne veulent pas reconnaître notre coopération contre AQMI publiquement. Au lieu de cela, elles se limitent, à dire qu’elles coopèrent avec les Etats-Unis et les autres nations contre les réseaux terroristes internationaux», est-il noté dans le câble.
    L’ouverture d’un bureau du FBI à Alger est perçue comme une volonté des Etats-Unis pour mettre en place des programmes de collaboration avec le ministère de l’Intérieur. «Mais les Algériens ne se précipitent pas pour coopérer. Contrairement à nos programmes avec d’autres pays, les services de renseignements algériens effacent toute trace de nos activités bilatérales militaires», est-il relevé. Il est remarqué que les Algériens veulent éviter la dépendance dans leurs relations militaires «de sorte à éviter que des informations sur leurs activités se propagent parmi les partenaires étrangers». «Ils ont des capacités administratives limitées et les agents qui travaillent sur les activités bilatérales avec la France, l’Allemagne ou la Russie sont les mêmes qui travaillent avec nous.
    Ils sont incompétents lorsqu’il s’agit de tâches polyvalentes. Pour cacher leur méfiance et leur paranoïa, ils utilisent des astuces bureaucratiques».

    Les services de renseignement algériens sont soupçonnés de chercher à renforcer leur propre position au sein de la structure du pouvoir algérien «en utilisant le contrôle de la relation de sécurité avec les Etats-Unis». «En outre, les personnes des services de renseignements algériens sont exceptionnellement prudents dans leurs contacts avec les étrangers en raison de leurs préoccupations internes», est-il encore mentionné.
    Selon la même source, les Algériens ont perdu une occasion d’avoir des relations militaires de haut niveau avec les Etats-Unis. Le câble a cité une réunion au Pentagone, en avril 2008, qui devait plancher sur les activités militaires : «L’échec vient de leur volonté de ne pas fixer de date (avril) en voulant probablement repousser cette réunion à l’automne, ou même attendre la prochaine Administration. Nous les avons avertis clairement, mais leur propre système était trop sclérosé pour nous répondre.» Il est également souligné que les Algériens ne se précipitent pas pour développer une coopération militaire : «Les Algériens, eux-mêmes, ont proposé des activités conjointes et nous avons entrepris des exercices de formation ici, impliquant la marine et l’aviation.

    L’Africom (commandement pour l’Afrique) a offert beaucoup plus, mais les Algériens ont gardé volontairement un pied sur le frein.» Pourtant, plusieurs responsables de l’Africom, y compris le commandant général William Ward, ont effectué des visites à Alger pour souligner «l’excellence» de la relation avec l’Algérie dans le domaine militaire. Le dernier en date est le général-major David R. Hogg, commandant des forces terrestres de l’Africom, qui est à Alger depuis hier où il a évoqué avec des responsables du ministère de la Défense «la coopération militaire et sécuritaire».
    Par ailleurs, dans un câble de l’ambassade américaine à Paris datant de 2007, il est relevé que le juge français en charge des dossiers liés au terrorisme, Jean-Louis Bruguière, s’est plaint de l’attitude algérienne concernant la lutte contre le GSPC : «La coopération avec la Tunisie et le Maroc est bonne. Les Algériens, comme d’habitude, soufflent le chaud et le froid», a-t-il dit à un responsable américain.
    Fayçal Métaoui




    0
  • wahid
    8 décembre 2010 at 1 h 15 min - Reply

    @réaction a une éventuelle succession de BOUTEFLIKA PAR OUYAHIA

    Une bonne idée d’avoir OUYAHIA comme président désigné par l’ambassadeur US a Alger.

    Il maîtrise parfaitement trois langues, le Français, l’Algérien, le Kabyle, il sort de ANA d’Alger, un brillant, intelligent politicien, aucun autre politicien Algériens ne peut être plus intègre, plus brillant, plus patriotique, il a un parti politique très représentatif a l’échelle national, il a des alliance avec les hommes d’affaires entre autres, le multi milliardaire qui a commencer avec 5 000 Dollars de capital, RAB RAB, TAHLOUK, qui a commencee les affaires avec un seul autobus, et HADAD une pelle et une brouette, une amitié sans faille avec le patronat, industriels, et le président du Patronat HAMIANI, le syndicat et le syndicaliste SID SAID, les généraux Toufik, Taghit, Touati, Benmaaleme qui ont permis a Anadarko et d’autres compagnie pétrolières de faire de bonnes affaires en Algérie dans la quiétude au moment même ou d’autres algériens se faisaient massacrés en masse et a huit clos.

    Soyons réalistes nous sommes pas un peuple digne, nous n’avons pas le droit d’élire ceux qui nous souhaitons qui nous gouvernent, nous sommes la somme de 35 Millions de sujets, et au regard des autres peuples nous occupons accidentellement un territoire riche qui doit être exploité par les autres peuples pour qui restent eux des peuples et nous des sujet de Ouyahia ou hier de Bouteflika etc….

    J’ai exprimé dans ce site web, un soutien a Bouteflika, car je suis persuadé a la fin de son troisième mandat, et la mise a la retraite de Medienne, l’Algérie aurais une chance de passer d’un système totalitaire vers un système démocratique, et un soutien de la politique de la réconciliation national pour voir nos frères de toutes tendances scellé un pacte ou un contrat national sereinement, dans la PAIX ou chaque citoyen sera soumis au même droit et devoir pour bâtir une Algérie de demain.

    Dans ce même site, j’ai dis que le DRS n’a rien trouver de bon que de nous gaver par des hommes politiques tel que, Ouyahia, Belkhadem et Boudjera, que l’Algérie mérite mieux.

    Apparemment le choix de notre destin, et notre future président, (Administrateur Enarque) ce n’est plus l’affaire du DRS et la haute hiérarchie militaire mais des Américains (le diplomate Paul Bremer).

    Nous avons perdu toute souveraineté sur notre pays et par conséquent sur les richesses du Sud Algérien.

    NB/ Le potentiel de Gaz Schistes dans les Sud Algériens selon SCHULMERGER est équivalent du potentiel du contient Nord américain, excluant le Canada, ce qui est
    impressionnant malheureusement convoité comme le Pétrole, le Gaz naturel, L’Uranium, l’énergie solaire par des pays émergeants et des pays en déclassement au somment de la pyramide des pays les plus riches.

    WAHID




    0
  • wahid
    8 décembre 2010 at 13 h 30 min - Reply

    @Heureusement qu’il y a Internet

    Le discours de l’éventuel successeur à Bouteflika,

    Terrorisme National et International et le Sahel.
    http://www.youtube.com/watch?v=xrnbToPNxic

    Nous refusons de SUBIR.
    http://www.youtube.com/watch?v=mMgaaBgkJBQ

    Je crois que les Algériens mérite mieux

    Il est temps pour les Algériens ( L’élite )de s’impliquer davantage pour changer ce qu’ils ont toujours voulu faire, il est du devoir de l’opposition de s’organiser avant qu’il soit trop tard.

    Je crois aussi, que les Algérien peuvent changer les choses, sans aliénation idéologique, ni violence, sereinement nous serons capable de se relever.

    Fraternellement

    Pour éloigner les militaires de la scène politique, Mr Bouteflika a simplement :
    http://www.youtube.com/watch?v=DLUTdNnm8xY&feature=related

    El hham idhahak oua el hham ibiki

    WAHID




    0
  • brahmi
    8 décembre 2010 at 17 h 15 min - Reply

    Vive WIKI LEAKS, Liberez ASSANGE, le Robin des bois des temps moderne et de l’ internet.Enfin un rayon de soleil dans ce ciel corrompu.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique