Édition du
30 March 2017

[Vidéo] Algerie : AQMI في العمق / القاعدة في بلاد المغرب الإسلامي


Nombre de lectures : 3324
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Sami
    16 décembre 2010 at 9 h 37 min - Reply

    On voit bien la différence nette et claire entre un véritable expert comme Geremy Kanan et l’autre invité qui malheureusement est ignorant !!!




    0
  • Sami
    16 décembre 2010 at 9 h 53 min - Reply

    La différence entre quelqu’un qui cherche l’information, mène des enquêtes et n’accepte pas les infos divulguées par les autres surtout les services secrets et l’autre qui ne fait que recevoir les informations et le maximum qu’ils puisse faire c’est lire différentes sources en la matière. Juste pour expliquer mon point de vue!!!




    0
  • thirga
    16 décembre 2010 at 12 h 36 min - Reply

    Remarquable débat entre El djazeera, un anglosaxon et un Mauritanien. A déplorer l’absence d’Algeriens…les interessés. Une preuve que l’Algerie dérange et derangera tjrs!




    0
  • Fodil
    16 décembre 2010 at 19 h 08 min - Reply

    Voici eux études très explicites pour mieux cerner le complot et les motivations des acteurs et exécuteurs sur le dos du peuple Algériens..qui confirment les thèses de M Keenan

    L’« ennemi algérien » de la France : le GSPC ou les services secrets des généraux ?

    Omar Benderra, François Gèze, Salima Mellah, publié par Algeria-Watch, 23 juillet 2005

    « Le GSPC algérien menacerait la France dans le cadre du “djihad” international » : tel est le titre d’un article particulièrement alarmiste publié dans les colonnes du Monde le 26 juin dernier. Loin de nous l’idée de sous-estimer le danger que représente aujourd’hui le terrorisme se réclamant de l’islamisme radical. Mais, pour l’affronter efficacement, encore faut-il en avoir une vision lucide, qui tienne compte de toutes les informations disponibles pour évaluer correctement les origines de la menace. Or, dans le cas de l’islamisme algérien, dont nous suivons de longue date les développements, la prudence doit être particulièrement de mise, du fait de l’implication directe et avérée des services secrets de l’armée algérienne, le Département de renseignement et de sécurité (DRS), dans la manipulation de la violence islamiste.
    Cette nouvelle « affaire » rappelle ainsi fortement les campagnes médiatiques des années 1990 sur la menace des GIA algériens, dont les liens avec l’internationale islamiste étaient présentés comme établis. Pourtant, les services de renseignements français et d’autres cercles bien informés savaient que de nombreux communiqués des GIA provenaient des bureaux du DRS, qui de surcroît quadrillait l’Hexagone de ses agents « islamistes ». Aujourd’hui, Le Monde cite un « haut responsable français de l’antiterrorisme » qui souligne « l’importance des réseaux algériens dans les attentats perpétrés en France en 1995-1996 ». Ce qui est exact si l’on n’oublie pas de préciser que ces « réseaux » étaient principalement ceux du DRS : plusieurs enquêtes sérieuses, peu médiatisées mais jamais démenties, ont en effet établi que ces attentats ont été commandités par le DRS et perpétrés par des islamistes manipulés, pour pousser la France à soutenir le régime algérien…lire la suite..
    http://www.algeria-watch.org/fr/article/tribune
    /ennemi_algerien.htm
    Le curieux parcours de Hassan Hattab

    Hassan Hattab, alias Abou Hamza, a fait couler beaucoup d’encre. Les péripéties le concernant rappellent étrangement celles des deux précédents émirs du GIA, qui tous deux avaient plusieurs fois été déclarés morts avant de resurgir brusquement. Ainsi, deux mois seulement après sa nomination définitive à la tête du GSPC, le quotidien El-Watan affirme qu’il a été tué et que l’un des anciens parachutistes, Okacha, a repris le flambeau[29]. Pourtant, les communiqués ultérieurs du GSPC continueront d’être signés par Hattab jusqu’à sa destitution en août 2003 ; et différents organes de presse prétendront que ce dernier serait pris en otage par un « quatuor formé de trois anciens parachutistes, Okacha, Azeddine, Messaoud, et d’un ancien gendarme, Abou Djoudjana, qui auraient de fait pris la direction du GSPC en installant Abou El-Bara (de son vrai nom Mohammed Zerabib) comme “mufti” du groupe, et en exécutant un proche de Hattab, Mohammed Lamine. Un autre proche de Hattab, Sahraoui, aurait été destitué et remplacé par Abderrazak Abou Haïdara, proche d’Okacha[30] ». Cette information sera relayée pendant des mois[31].

    En tout état de cause, la présence de tant d’anciens militaires à la direction du GSPC est pour le moins curieuse : quand on connaît le rôle joué antérieurement par de faux « déserteurs » au sein des GIA, et dès lors que – nous y reviendrons en détail – Abderrezak El-Para est bien un agent du DRS, il semble hautement probable que tous ces hommes étaient en fait en mission pour le compte du DRS…la suite..
    http://www.algeria-watch.org/fr/aw/gspc_etrange_histoire_partie_1.htm
    Et pour voir que ce DRS est pratiquement partout à juste titre, terminons par l’article de notre ami D B: « …L’alliance récente et à grand bruit, entre la Quaeda et le GSPC algérien, dont tous les initiés de la crise algérienne savent qu’il est infesté de taupes du DRS, jusqu’aux niveaux de commandement, n’augure rien de bon en la matière, et pourrait être le signe annonciateur d’opérations sanglantes et spectaculaires en Europe et particulièrement en France où les services secrets algériens sont pratiquement chez eux.Le détournement de l’Airbus d’Air France en 1994 et les attentas du metro parisien en 1995, par le GIA, dont des officiers de l’Armée algérienne, aujourd’hui dans l’opposition, affirment qu’il est la création du DRS laissent ouvertes toutes les hypothèses. L’assassinat des moines de Tibhirine, l’enlèvement des époux Thévenot et d’Alain Fressier ainsi que de nombreux autres assassinats d’étrangers en Algérie, imputés aux « terroristes islamistes » portent, pour la plupart d’entre eux du moins, et selon les témoignages d’officiers de l’Armée algérienne, la signature des services spéciaux algériens, certains avec la collaboration, délibérée ou non, d’agents français… Lire la suite..
    http://www.lequotidienalgerie.org/2010/09/20/les-centres-d%E2%80%99interet-des-americains-en-algerie-la-competence-du-drs/
    Fodil.




    0
  • thirga
    17 décembre 2010 at 8 h 37 min - Reply

    Quand on sait que Benladen fut actif pour la CIA, on peut tout imaginer pour les pseudo islamistes d’Algérie. Pour peu qu’ils soient opportunistes, c’en est la majorité, en tenue Afghane ou en casquette, ils donnent l’impression de jouer à la roulotte russe. Mais de là à prendre les analyses et les positions françaises pour argent comptant, surtout de ses services, dans le drame algerien c’est être leur agent. Le pouvoir français n’a jamais digéré non seulement l’indépendance algérienne mais aussi son exemple. Le cas Mitterrand est unique dans le problème algérien. Il voulait prendre ses revanches…




    0
  • Congrès du Changement Démocratique