Édition du
30 March 2017

Tunisie: un mort et dix blessés dans des affrontements à Menzel Bouzayane

TUNIS – De violents affrontements ont opposé vendredi des manifestants et la police dans le centre-ouest de la Tunisie et ont fait un tué et dix blessés, a affirmé à l’AFP un responsable syndical.

Par AFP, publié le 24/12/2010 à 18:51

Selon M. Mohamed Fadhel, du syndicat de l’enseignement secondaire, les victimes ont été atteintes par des balles à Menzel Bouzayane, une localité à 60 km de Sidi Bouzid, en proie à des troubles sociaux depuis plusieurs jours.

M. Fadhel a précisé que le manifestant décédé, Mohamed Ammari, 18 ans, a été touché à la poitrine.

Plus de deux milles habitants de Menzel Bouzayane (280 km au sud de Tunis) ont participé à cette manifestation, décrite comme « très violente » par M. Fadhel.

Selon lui, ils ont mis le feu à trois voitures de police, à des bureaux du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, au pouvoir), à un train de marchandises et à un poste de la garde nationale.

Selon M. Fadhel, des renforts de police dépêchés de Sidi Bouzid, ont encerclé la ville de Menzel Bouzayane interdisant toute entrée et toute sortie.

Les forces de l’ordre ont procédé à une vague d’arrestation, a-t-il indiqué.

Aucune indication sur les incidents de Menzel Bouzayane n’était immédiatement disponible de source officielle.

La région de Sidi Bouzid est en proie à des troubles sociaux à la suite d’une tentative de suicide d’un Tunisien de 26 ans, diplômé de l’université.

Le 17 décembre, Mohammed Bouazizi, vendeur ambulant de fruits et légumes, s’est fait confisquer sa marchandise par la police municipale, n’ayant pas les autorisations nécessaires.

Désespéré, le jeune homme s’était aspergé d’essence pour s’immoler par le feu, selon la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) et des témoins. Grièvement brûlé, il a été transféré dans un centre médical près de Tunis.

Ce premier incident a provoqué des protestations qui ont dégénéré en affrontements entre la police et des habitants : ceux-ci ont mis le feu à des pneumatiques et scandé des slogans pour réclamer le droit de travailler.

Le pouvoir avait affirmé que ces heurts n’étaient qu’un « incident isolé » et dénoncé leur exploitation à des fins politiques « malsaines » par l’opposition.

Le 22 décembre, un jeune Tunisien de Sidi Bouzid, s’était électrocuté au contact de câbles de haute tension après avoir escaladé un poteau électrique en criant qu’il ne voulait « plus de misère, plus de chômage« , selon Ali Zari, un dirigeant syndicaliste.

Sans confirmer la thèse du suicide, le gouvernement avait annoncé un « décès sur place » du jeune homme et une information judiciaire sur les circonstances de l’incident.

Le ministre de Développement, Mohamed Nouri Jouini s’est déplacé jeudi à Sidi Bouzid, pour annoncer des mesures présidentielles pour la création d’emplois et le lancement de projets d’un montant de 15 millions de dinars (1 dinar= 0,52 euro).

Le Parti démocratique progressiste (opposition légale sans siège au Parlement) a appelé vendredi lors d’une conférence de presse à mettre fin à la compagne d’arrestation et à l’ouverture d’un dialogue avec les composantes de la société civile et les jeunes chômeurs.

« Un tel dialogue permettra de trouver des moyens susceptibles d’atténuer la tension qui pèse sur la région de Sidi Bouzid« , a estimé Maya Jribi, secrétaire générale du PDP, préconisant « une révision du modèle de développement suivi jusqu’ici en vue d’une répartition équitable des richesses et d’impulser le développement des régions démunies« .


Nombre de lectures : 867
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Sami
    24 décembre 2010 at 22 h 26 min - Reply

    Que Allah les soutient!!!
    Ce sont de braves jeunes




    0
  • Congrès du Changement Démocratique