Édition du
26 July 2017

Tunisie: des avocats malmenés par la police, selon leur ordre

Tunisia-Watch

TUNIS — Des avocats ont été malmenés vendredi par la police à Tunis et dans plusieurs villes de Tunisie, alors qu’ils tentaient d’exprimer leur appui à la population de Sidi Bouzid, région en proie à des troubles sociaux, a indiqué le Conseil national de l’Ordre des avocats (CNOA).

Selon un communiqué signé par le bâtonnier Abderrazak Kilani, de « nombreux avocats ont été frappés, pourchassés et insultés » par des policiers, notamment à Tunis, Grombalia, Sousse, Monastir, Mahdia, Gafsa et Jendouba.

A l’appel du Conseil de l’ordre, ces derniers entendaient marquer leur appui au mouvement de protestation sociale de Sidi Bouzid (centre-ouest) en portant des brassards rouges devant tous les tribunaux de Tunisie.

Parmi eux des hommes et des femmes ont vu « leurs robes déchirées et les brassards arrachés » par des policiers déployés en « très grand nombre autour des tribunaux et jusque dans les salles d’audience« , selon le communiqué transmis à l’AFP.

Une avocate a été exfiltrée de force d’une salle d’audience et détenue provisoirement dans une voiture de police à l’extérieur d’un tribunal à Tunis, alors qu’à Mahdia (sud-est) un avocat a eu le nez fracturé et un autre a été « gravement blessé à l’oeil » à Grombalia (nord-est), selon un constat établi par la profession.

Le Conseil de l’ordre dénonce « un usage sans précédent » de la force et « une sauvage agression visant à faire taire les avocats » et affirme que ceux-ci « sont déterminés à défendre la liberté d’expression » et « le droit des habitants de Sidi Bouzid et d’autres régions démunies à l’emploi, à la dignité« .

La ville a connu des troubles qui ont fait un mort, des blessés et des dégâts matériels importants depuis le 19 décembre après la tentative de suicide par le feu d’un jeune vendeur de fruits et légumes sans permis qui s?était fait confisquer sa marchandise par la police

La journée de protestation des avocats faisait suite à un sit-in observé mardi dernier contre l’interpellation durant 24 heures de deux avocats défenseurs des droits de l’homme, Me Chokri Belaid et Raouf Ayadi. (AFP – 31 12 2010)


Nombre de lectures : 2580
2 Commentaires sur cet article
  • mohamed nassim
    3 janvier 2011 at 0 h 17 min -

    Les regimes arabes sont tous les memes il meritent tous d’etres enfuis a 10 000 m de profondeur pour que leur puanterie n’arrivent jamais en surface. In chaa Allah rabi yadihum a3lina wa hachiyatahum.




    0
  • Rbaoui
    4 janvier 2011 at 9 h 46 min -

    A time for truth has come. A time for people to express themselves freely and to be heard from anywhere in the world. The Tunisian government wants to control the present with falsehoods and misinformation in order to impose the future by keeping the truth hidden from its citizens. We will not remain silent while this happens. Anonymous has heard the claim for freedom of the Tunisian people. Anonymous is willing to help the Tunisian people in this fight against oppression. It will be done. It will be done.
    This is a warning to the Tunisian government: attacks at the freedom of speech and information of its citizens will not be tolerated. Any organization involved in censorship will be targeted and will not be released until the Tunisian government hears the claim for freedom to its people. It’s on the hands of the Tunisian government to stop this situation. Free the net, and attacks will cease, keep on that attitude and this will just be the beginning.

    – إذا قبل الآخرون الكذبة التي يفرضها الحزب
    – إذا روت جميع الكتب القصة نفسها
    عندها تمر الكذبة إلى التاريخ وتتحول إلى حقيقة
    من يسيطر على الماضي » يقول شعار الحزب « يسيطر على المستقبل » : من يسيطر على الحاضر يسيطر على الماضي »
    جورج أورويل، 1984، كتاب 1، الفصل
    http://bit.ly/gNg6Md




    0
  • Congrès du Changement Démocratique